Navigation – Plan du site
Miscellanées

La publicité au service de la dissimulation

Don Juan José de Austria en Machiavel ?
La publicidad al servicio de la disimulación: ¿don Juan José de Austria en Maquiavelo?
Publicity in the service of dissimulation: don Juan José de Austria as a Machiavellian figure?
Héloïse Hermant
p. 219-240

Résumés

À travers les deux guerres de plumes orchestrées par don Juan José de Austria contre les validos de la régente Mariana en 1668-1669 et en 1676-1677, cet article analyse comment le fils naturel de Philippe IV met la publicité au service de la dissimulation pour obtenir le renvoi de ses ennemis politiques et se voir nommer vicaire-général d’Aragon en 1669 et Premier ministre en 1677. En infirmant toute accusation de rébellion, en se forgeant une stature de défenseur du bien commun, don Juan élargit les modalités de négociation politique avec les autorités puisqu’il peut résister sans désobéir ouvertement. Son action, qualifiée de machiavélisme ou de prudence chrétienne, offre un modèle à une grandeza en crise. Ce modèle justifie le rôle central de la noblesse dans la monarchie et érige la raison en moteur de l’action politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il a notamment reconquis Naples insurgée en 1647 et, en 1652, la Catalogne passée à la France. Voir (...)
  • 2 La mort de Philippe IV en 1665 ouvre la Régence de la reine Mariana, jusqu’à ce que Charles II atte (...)

1La figure de don Juan José de Austria a déconcerté ses contemporains. Ce fils naturel de Philippe IV, à la carrière militaire prestigieuse1, a orchestré deux campagnes d’opinion contre les validos successifs de la régente Mariana2, le jésuite Nithard en 1668-1669 et Valenzuela en 1676-1677. Au terme de la première, il obtient le renvoi de Nithard et est nommé vicaire général d’Aragon ; au terme de la seconde, l’exil de Valenzuela, tandis que lui-même devient Premier ministre. Plus que les résultats, ce sont les procédés qui retiendront notre attention car, par l’orchestration de guerres de plumes, don Juan est parvenu à substituer à la scène de l’intrigue de cour, celle, très vaste, de la publicité et a inauguré une manière inédite de négocier avec les autorités, qui l’a amené finalement au pouvoir.

  • 3 Benigno, 1994, pp. 197-218 et Bouza, 1999.
  • 4 Jover Zamora, 1950.
  • 5 Henry Kamen a souligné la dimension inédite de ces campagnes (voir Kamen, 1981, p. 526).
  • 6 Nous ne parlons pas d’opinion publique mais de publics mobilisés pour éviter de masquer, derrière u (...)
  • 7 Jouhaud, 1985.

2De nombreuses guerres de plumes avaient auparavant scandé la vie politique espagnole. Plusieurs validos ont ainsi été victimes de campagnes pamphlétaires sans pouvoir toujours s’en relever. En 1643, la polémique bat son plein autour d’Olivares lorsqu’un texte comme le Nicandro tente, en vain, de le défendre contre les accusations de ses détracteurs sur le terrain même de la publicité3. Quant à la question de la guerre et de la restauration du Portugal, elle a nourri une ample dispute où des opinions diverses se sont affrontées par textes interposés4. Toutefois, les guerres de plumes qu’orchestre don Juan apparaissent singulières puisqu’il ne s’agit plus simplement d’influencer les décisions du roi en lui dispensant conseils et avis (ce qui inclut les textes de propagande défendant en sous-main les intérêts des factions de cour) ou de faire renvoyer un valido. L’enjeu consiste à conquérir le pouvoir en endossant un rôle de champion grâce à l’émission de lettres ouvertes5. Les textes polémiques n’appartiennent plus seulement à un registre de conseil, de critique ou d’opposition mais se placent sur le terrain de la négociation. Dans ce but, la mobilisation de divers publics est essentielle. Cependant, dans la mesure où les écrits mis en circulation cherchent d’abord à convaincre et non à dire le vrai, le chercheur ne se trouve pas devant l’expression d’une « opinion publique6 ». Aussi, déplaçant la grille d’analyse, nous chercherons plutôt à déchiffrer dans les textes polémiques, l’arsenal de persuasion que déploient les scripteurs, don Juan au premier chef, et les moyens discursifs élaborés pour abattre l’adversaire, selon une logique polémique et non dialogique, dans la lignée des travaux de Christian Jouhaud7.

3Cette pratique de l’art de la politique de don Juan a immédiatement provoqué des réactions contrastées, de la colère outrée à l’admiration dévote. La métaphore du polype, variante dépréciative de la figure de Protée, qu’un nithardiste dépité brandissait au détour d’un pamphlet, témoigne du désarroi d’un adversaire incapable de percer les intentions de don Juan :

  • 8 BNE, Ms. no8345, ffos226r-226v.

No hay Polypo que tantos colores mude, como Don Juan resoluciones : todo lo quiere y todo se arrepiente ; al mismo tiempo que se parece bien, disgusta su parecer ; entra y sale ; anda, y se para todo junto. Prodigioso monstruo de la naturaleza ! Es viento del mar que impele Navios […] ; es rayo violento cuyo camino no se sabe, y se siente ; es el animal que borra con la cola el rastro de sus huellas, para que el mas diestro cazador no alcanze por el rastro su guarida8.

4D’autres ont ajouté au registre de l’émotion celui de l’analyse, sans pourtant circonscrire la spécificité du personnage. Un chroniqueur de l’époque reprend le qualificatif de « monstre » signifiant, conformément à son étymologie latine, ce qui est digne d’étonnement :

  • 9 CODOIN, vol. 67, pp. 54-55.

Don Juan, nacido como el alba de los esplendores del sol y de las sombras de la noche, volvió a nacer porsegunda vez a la edad de trece años en la declaracion de su padre con casa y circunstancias reales todas ; y cuando no llamemos este segundo nacimiento monstruosidad politica, podemos por lo menos juzgarle nacido con una nueva naturaleza indefinible, pues […], ni nació Rey, ni Principe, ni Infante, ni al parecer vassallo, antes se inclinase a ascender a Rey que bajar a vassallo9.

  • 10 Pour don Juan, il ne s’agit pas d’émettre sans risques des textes séditieux en recourant à l’anonym (...)

5Nous nous proposons, dans cet article, de reprendre ce dossier pour montrer comment don Juan met la publicité au service de la dissimulation et, ainsi, comment il élargit les modalités de négociation politique puisqu’il peut désormais se permettre de résister sans désobéir ouvertement10. Le thème du machiavélisme, présent dans le débat espagnol dès 1668-1669, offre un prisme pertinent pour notre enquête dans la mesure où il renvoie à la fois à une praxis nouvelle et à un bouleversement de la culture politique des contemporains.

  • 11 Cette guerre de plumes nous est parvenue par l’intermédiaire de recueils constitués au fil de la qu (...)

6Nous étudierons successivement ces deux dimensions à travers la campagne de lettres ouvertes qu’orchestre don Juan contre Nithard11, en soulignant comment pratique et théorie, action et horizon conceptuel interagissent. Quelques années plus tard, la campagne contre Valenzuela, qui cristallise autour de la figure de don Juan un débat sur la prudence politique, invite à réfléchir sur l’empreinte laissée par le bâtard, au sein d’une noblesse en crise.

7Comment la noblesse, pour maintenir son statut d’élite politique, s’est-elle appropriée le modèle offert par don Juan ? Dans cette dernière partie, en élargissant la focale de l’observation, nous passerons de l’analyse d’un acteur — don Juan — à celle d’un groupe — la noblesse —, de l’analyse du coup d’éclat d’un homme d’action, à celle d’une certaine pratique de la politique par les courtisans.

La campagne de lettres ouvertes de don Juan contre Nithard

La campagne épistolaire de don Juan contre Nithard

  • 12 BNE, Ms. no2033, fo1v.
  • 13 Ibid.

8Don Juan, mécontent d’être maintenu éloigné de la cour par une reine qui se méfie de celui qu’elle considère comme un dangereux intriguant, tente en vain, par diverses tractations secrètes, d’obtenir un poste au gouvernement. En 1668, il est accusé, sans preuves, d’avoir attenté à la vie du valido Nithard, confesseur jésuite de la reine, devenu par ce biais l’homme fort de la Régence. Prévenu qu’on venait le chercher dans sa demeure de Consuegra pour l’emprisonner, don Juan a le temps, avant de s’enfuir, de rédiger la « lettre de Consuegra », le 21 octobre 1668, qui inaugure une guerre de plumes sans précédents. Don Juan y proclame son innocence — il n’a jamais voulu tuer le jésuite — et réclame un soutien contre Nithard. L’autojustification du bâtard et la diatribe contre le valido dessinent deux silhouettes antithétiques : don Juan campe le « finissimo vasallo del Rey, mi señor, por quien daré siempre toda la sangre de mis venas12 », tandis que le jésuite s’apparente à un tyran. Le discours vise ainsi à faire de don Juan le champion des sujets opprimés : avec l’appui de Dieu, don Juan, en demandant le renvoi de Nithard, œuvrerait non seulement en son bénéfice propre de victime injustement calomniée, mais aussi au bénéfice du roi et des Espagnols13. Don Juan, devenu une sorte de paradigme des sujets du roi, incarne par synecdoque le sort et les aspirations au bien de tous les Espagnols. Ainsi, cette lettre opère un mouvement de dé-singularisation d’une affaire judiciaire qui transforme une dispute entre deux particuliers — qui, il est vrai, occupent des positions importantes — en une cause publique pour les juanistes et en un crime de lèse-majesté pour les nithardistes. On assiste à une mutation de l’image de don Juan dont la dimension individuelle s’efface au profit d’une dimension transcendante, porteuse des intérêts d’un groupe. Par cette tension entre le particulier et le collectif, don Juan s’autoproclame porte-parole des Espagnols opprimés.

  • 14 AHN, section Estado, lib. 912, f° 213r.
  • 15 Barcelone, Vic, La Seu d’Urgell soutiennent don Juan, Valence se divise. En Castille, les villes re (...)
  • 16 Respectivement, BNE, Ms. no8349, ffos10v-14r et ffos134v-135v.

9Les lettres de Torre de Lledó14 du 13 novembre 1668, ouvrent la deuxième séquence. Arrivé dans les environs de Barcelone, don Juan conjure les instances de la monarchie de demander à la reine le renvoi du jésuite. Transformant l’Espagne en tribunal, il engage avec Mariana un bras de fer dont la captation de légitimité est l’enjeu réel. Les rapports de forces s’équilibrent assez vite car, pendant son séjour catalan, le bâtard s’est construit un puissant réseau d’alliés dans toute l’Espagne. En activant des logiques clientélaires à travers une correspondance adressée aux principaux acteurs politiques, don Juan sollicite l’appui des instances représentatives de la monarchie et se préoccupe de conserver les liens noués. De ce point de vue, n’imaginons pas que les réactions mitigées aux missives du bâtard15 expriment forcément un désaveu à son égard. Elles rendent plutôt compte de la prudence d’interlocuteurs conscients qu’ils ne pouvaient afficher un soutien à don Juan sans risquer des représailles. Enfin, les consultes du Conseil de Castille, le 19 décembre 1668 et du Conseil d’État, le 21 décembre, qui prônent le renvoi de Nithard et affichent ainsi un soutien de poids à don Juan, se heurtent au refus de la reine16. C’est la preuve d’un blocage institutionnel.

  • 17 AHN, section Estado, lib. 878, ffos 18r-18v.

10Dans sa lettre du 22 janvier 166917, don Juan annonce sa marche sur Madrid. Sous prétexte d’accélérer les négociations avec les autorités, il explique qu’il quitte Barcelone pour la capitale escorté d’hommes armés censés assurer sa protection contre Nithard. Cette marche intervient à un moment d’équilibre précaire des forces et vise à redonner l’avantage à don Juan en levant les obstacles. À la cour on y voit une tentative de coup de force, alors qu’aucun fait d’armes ne s’est produit. En réalité, il s’agit d’une démonstration symbolique de la force du bâtard rendue possible par sa capacité de mobilisation. Les mouvements de foule et l’itinéraire suivi des périphéries vers le centre expriment l’énergie accumulée autour de don Juan par le biais des textes polémiques. Bien qu’elle n’ait jamais été mise en œuvre, cette force a conféré aux juanistes un avantage énorme par la menace qu’elle faisait peser sur l’adversaire.

  • 18 BNE, section Varios Especiales, 189-72.

11Le dernier acte s’achève avec la lettre du 22 février 166918 qui lance un ultimatum à la reine pour qu’elle renvoie le jésuite. Don Juan profite du climat de panique que soulève la présence de ses troupes aux portes de Madrid et du désaveu de la politique de la régente. Il rappelle dans cette lettre que les conseillers se sont prononcés, par consulte, pour la destitution du valido. La reine cède le 25 février.

Résister sans désobéir ?

12Une succession de lettres ouvertes et une marche militaire sans violences ont donc permis à don Juan de passer d’accusé à accusateur, de faire renvoyer Nithard et de se voir nommer vicaire général d’Aragon en juin 1669. Don Juan a ainsi réussi là où l’intrigue avait échoué puisque, dans les années 1665-1668, il n’avait rien obtenu malgré ses manœuvres. La clé du succès réside dans la campagne épistolaire de don Juan qui lui permet de résister sans désobéir, à travers un discours qui justifie chacun de ses actes avant même qu’il ne se réalise et qui empêche ses détracteurs de l’accuser de désobéissance ouverte. Et, de fait, chacun de ses actes finit par être avalisé par la reine. Afin d’étayer cette thèse, nous proposons de reprendre le texte des lettres afin de montrer comment la publicité se met au service de la dissimulation.

  • 19 Craignant que la reine, inexpérimentée, ne tombe sous l’emprise d’un seul homme, Philippe IV avait (...)
  • 20 Don Juan le dit explicitement dans sa lettre du 22 février : « Por concurrir unidamente en mi, toda (...)

13Dans la lettre de Consuegra, le bâtard rejette l’idée de fuite et affirme qu’il a dû se protéger de la haine meurtrière de Nithard. Selon lui, son seul souci a été d’éloigner le jésuite de la reine ; si elle le renvoie, celle-ci purgera d’ailleurs l’Espagne d’un fléau. Il n’est qu’un loyal sujet qui ne vise que le bien public. Dans la lettre de Torre de Lledó, il reprend le manifeste d’octobre : c’est le devoir de la reine de rechercher le bien commun et d’exiler Nithard. Il ajoute l’argument du respect du testament de Philippe IV qui avait proscrit le valimiento19. Dans les lettres du 22 janvier et du 22 février 1669, la tactique change. Au moment où don Juan entreprend sa marche, il annonce son retour en alléguant des raisons censées conforter son image de loyal sujet : il chercherait à faciliter les négociations pour démentir la rumeur d’une collusion avec la France depuis la Catalogne, alors que son but est de confirmer son avantage par la menace que constitue ses troupes. Un tel coup porté à la souveraineté est dissimulé par le désir feint de devancer les ordres de la reine ; la désobéissance porte le masque de l’obéissance. Dans la même veine, la demande du renvoi de Nithard dissimule l’intérêt personnel de don Juan à l’aide de l’amalgame entre cause privée et cause d’intérêt général. C’est au nom du bien public et du respect du testament que don Juan agirait, mû par sa fidélité à la régente. En outre, sa posture singulière en ferait le conseiller idéal par lequel s’expriment les intérêts de l’Espagne20.

14En face de don Juan, le souverain qui se doit tout entier à la réalisation des intérêts de ses royaumes voit sa liberté d’action limitée, sauf à sombrer dans la tyrannie. L’exploitation habile de cette contrainte royale ménage à don Juan une grande latitude d’action. Réactivant la figure du valido idéal, il fait de ses requêtes des conseils, tout en exerçant par l’agitation pamphlétaire, puis par la marche sur Madrid, une pression sur les autorités où, sous le conseil, transparaît la menace. Don Juan se livre donc à une série de manœuvres où il frôle à chaque fois le seuil de la désobéissance ouverte sans le franchir. Il joue sur le flou instauré entre les raisons qu’il allègue pour justifier son action et les vrais motifs qui le meuvent. N’oublions pas que s’il ne veut pas prendre le pouvoir, il vise tout de même une charge qui suppose le renvoi de Nithard. Si l’art de la rhétorique place don Juan dans le camp de l’obéissance, c’est parce que la publicité a dissimulé les preuves explicites du contraire.

Deux usages de la publicité, deux régimes concurrentiels de vérité : l’autorité contre la persuasion

  • 21 Si l’on excepte les lettres ouvertes de don Juan et les consultes, les écrits sont tous anonymes et (...)
  • 22 Memorial en que cierta persona religiosa y zelante de la gloria de Dios delata al Santo Oficio la c (...)
  • 23 Respuesta que cierto cavallero cortesano de mucha erudicion, zelo e inteligencia, dio al papel del (...)

15La riposte de l’adversaire comprend deux facettes. D’abord, les nithardistes se mettent en scène en tant qu’auteurs des textes polémiques en affichant, dès le titre, la compétence ou le statut dont ils se réclament pour légitimer leur prise de plume et en tirer une autorité immédiate sur le lecteur21. Ils se présentent soit comme des letrados, ces juristes lettrés, forts d’une solide connaissance du droit et du fonctionnement des institutions dont l’acquisition avait été sanctionnée par des grades universitaires et renforcée ensuite par une longue expérience dans l’exercice de certaines charges, soit comme des clercs pieux et experts en théologie22, soit encore comme des nobles vertueux23. Ces trois figures qui incarnent l’élite politique espagnole issue de la dignité ou de la compétence, composent le seul public politique légitime. Si les magistrats jouissaient du monopole de la production des écrits traitant des pratiques du pouvoir, les clercs et, notamment, les théologiens représentaient aussi une fraction importante du personnel politique. Quant à la noblesse, elle constituait une élite politique naturelle dans la mesure où ses vertus intrinsèques faisaient d’emblée de ses membres les sujets les plus aptes à conseiller le roi.

  • 24 Pour les gloses des lettres ouvertes, voir le Papel que escribio cierto cortesano, contra la carta (...)

16La deuxième facette de la stratégie de riposte nithardiste découle de la première. Aux scripteurs détenteurs d’une autorité issue de leur statut ou de leur dignité, correspondent des discours dont la forme est, en elle-même, signe d’autorité. L’usage qu’ils font de la glose répond autant à une idéologie spécifique qu’à une logique d’action. Elle appartient à une tradition héritée de la scolastique médiévale illustrée par des maîtres prestigieux dans le sillage desquels nos scripteurs s’inscrivent. Pour les nithardistes, son dispositif met en œuvre une confrontation directe opposant la raison éclairée par la foi à la dissimulation. La glose opère un « corps à corps » textuel où, après avoir donné la voix à l’adversaire, le scripteur effectue un travail de destruction de l’autre24.

  • 25 Respuesta de un cavallero Doctor en leyes (...) en razon del publico encuentro del Serenissimo Seño (...)

17Les textes juridiques25 constituent l’autre catégorie des répliques. Leur autorité vient de ce qu’ils sont par excellence les discours des letrados, experts du droit et de la politique, et producteurs reconnus des discours de pratique du pouvoir. Ces écrits rappellent la glose dans le questionnement des termes des lettres ouvertes, et ils traitent des difficultés juridiques soulevées par la démarche de don Juan en s’interrogeant sur la souveraineté, les limites du pouvoir royal, les attributions de la junte de gouvernement et celles de la régente à l’aide de références au droit canonique et civil. Des exemples bibliques et historiques servent d’adjuvant à la pensée ou d’illustration dégageant une autorité pour affermir une proposition. À partir d’une analyse de la lettre de Consuegra, ils présentent l’atteinte à la majesté de la régente par le bâtard comme le nœud du problème.

18Le régime de vérité diffère donc chez les juanistes et les nithardistes. Chez ces derniers, il est lié à l’autorité que possède le scripteur parce qu’il a une compétence ou parce que son appartenance à la noblesse subsume toutes les vertus et assure de sa loyauté. Quant à don Juan et ses alliés, ils innovent en convertissant la publicité en art de la dissimulation et en substituant à l’autorité la vraisemblance.

19Nous nous proposons maintenant, en déplaçant l’analyse de l’action à la culture politique, de la pratique à la théorie, d’étudier la façon dont don Juan fissure l’horizon politique des contemporains en brouillant l’opposition entre être et apparence.

Du secret à la fausse transparence: de nouvelles modalités d’action pour la dissidence

Les nithardistes et l’impossible traque d’un mensonge ontologique

20Reconsidérer, à travers le prisme du mensonge, le mouvement de bascule du monde de la conspiration et du secret vers le monde de la publicité qu’inaugure la lettre de Consuegra, permet de déceler différentes conceptions des rapports entre l’être et le paraître, le vrai et le faux, et de mieux déterminer les implications de la pratique inédite de don Juan.

21Partant du postulat que le mensonge sème des indices qui le trahissent forcément, les nithardistes vérifient d’abord l’adéquation des mots aux choses et débusquent les entorses à la logique dans l’argumentation. Croyant à la transitivité défendue par la scolastique médiévale, des mots aux choses, les nithardistes témoignent d’une foi totale dans le verbe, incarnation de Dieu : les mots ne recèlent pas de duplicité intrinsèque, ils correspondent aux choses qu’ils signifient ; c’est l’usage qu’on en fait qui produit le mensonge. Tout l’effort de la logique consiste à permettre et à vérifier l’adéquation signifiante des mots à la réalité. Les mots inappropriés et les sophismes occultent la vérité de sorte que les alliés du jésuite doivent briser l’écran du mensonge pour la faire apparaître. Dans un texte, les logiciens de l’université d’Alcalá se présentent comme les pourfendeurs du mensonge par la traque des entorses à la dialectique aristotélicienne. Un seul but les anime, que :

  • 26 Ibid., fo277r.

El señor don Juan y todo el mundo entienda que hay en las universidades de España sumulistas y logicos que conocen y siguen las irrefragables reglas de la dialectica aristotelica ; y se opponen a los que tan inconsiderablemente y temerariamente de ellas se apartan26.

  • 27 Gracián, El Criticón.

22Dans El Criticón, Gracián a illustré une telle conception du mensonge par une allégorie27. L’ouvrage met en scène un jeune homme, Andrenio, transporté par l’illusion de voir le roi. Un vieillard lui propose de le lui montrer. À la surprise du jeune homme, ils s’acheminent vers une éminence, loin du palais, parce que, selon le sage, on ne peut voir face à face ce qui se contemple par une voie indirecte. Le vieillard suggère alors au curieux de tourner le dos au château et de regarder dans le miroir qu’il oppose aux fenêtres et qu’il lui tend. Et Andrenio de s’exclamer :

¡ Qué he de ver !, lo que no quisiera ni creyera. Veo un monstruo, el más horrible que vi en mi vida, porque no tiene pies ni cabeza ; ¡ qué cosa tan disproporcionada, no corresponde parte a parte ! ¡ Qué boca tan de lobo, donde jamás se vio verdad !

Le vieillard lui donne la clé de l’énigme :

  • 28 Ibid., pp. 182-183.

Nota aquel rostro, que a la primera vista parece verdadero, y no es de hombre sino de vulpeja ; de medio arriba serpiente ; tan torcido tiene el cuerpo y sus entrañas tan revuelta, que basta a revolverlas ; el espinazo tiene de camello y hasta en la nariz tiene corcova ; […]No puede ir de derecho ; ¿ no ves como tuerce el cuello ? […] Y a todo eso, habla en falsete, para no hablar ni proceder bien en cosa alguna.[…]¿ Quien es este monstruo ? […] Este es el tan común Engaño28.

23Le mensonge est donc un agrégat informe, une juxtaposition de membres disparates qui transgresse les genres. Cependant, il n’est pas donné à tous de le voir : il n’est visible que pour ceux qui le cherchent puisque seul un dispositif particulier le fait apparaître. Dans le texte de Gracián, il s’agit d’un appareil optique. Pour les nithardistes, cet appareil, c’est la glose. En scrutant, selon les préceptes d’Aristote, la logique des lettres ouvertes, en démembrant les sentences de don Juan, on pourra montrer que le texte analysé ne se compose que de parties dépourvues de liaisons à cause des failles de la logique, de l’inadéquation des mots à leur prédicat et de la laideur du style. Seul le travail de la glose fait apparaître, dans toute sa difformité, le mensonge qui, sans cela, resterait invisible pour le simple mortel.

  • 29 Pronóstico de los ocultos designios e intentos del Señor don Juan de Austria (BNE, Ms. no8345, fo2 (...)

24La deuxième option des nithardistes consiste à lier une contradiction avec un caractère. Puisque le mensonge se tapit dans un « cœur », « envuelto en muchas doblezes29 », imaginé comme le moteur de l’action individuelle par le truchement des passions, on pourra le débusquer en rapportant chaque action à la cohérence psychologique de son auteur, en confrontant les actions nouvelles aux passées. Les nithardistes, qui font de l’ambition le principe moteur de don Juan, décryptent toutes ses actions à la lumière de ce principe. Pour eux, il ruse nécessairement quand il affirme vouloir chasser Nithard pour le bien commun. Dans cette entreprise de décodage, il faut donc garder à l’esprit que don Juan ne peut être qu’un acteur qui feint. Ainsi, le mensonge est analysé en fonction de son objet sous un rapport de contradiction et il s’accompagne d’une volonté de tromperie.

25Enfin, le mensonge peut être analysé comme une stratégie de détournement de l’attention par un déploiement d’apparences. Le travail de dissimulation consiste à attirer le regard vers une cible qui fera diversion, en l’occurrence Nithard. Par sa surenchère dans l’attaque du jésuite, don Juan :

  • 30 Observaciones de las falsedades, errores y fingimientos y engaños que se encierran en la carta que (...)

Trocando y mutando la persona de reo y culpado en la de actor y acusador, fingiendo gravissimos crimenes, levantando falsos testimonios e imputandolos a quien sabia no los havia cometido, para que ocupada la attencion de los incautos en la consideracion de delitos agenos[…]no pensassen en los que el habia perpetuado30.

26Un double mouvement s’opère : une captation du regard en direction de la figure stigmatisée de Nithard et un transfert entre don Juan et son adversaire. En effet, pour les nithardistes, les crimes que le bâtard impute au confesseur, incompatibles avec le caractère pieux des clercs, sont, en réalité, les siens propres. Face à la force d’agression intrinsèque à toute accusation, l’amant de la vérité doit faire apparaître le mensonge en dirigeant son regard vers don Juan sans se laisser piéger par le leurre qu’on agite sous ses yeux, et doit ensuite appliquer au bâtard les calomnies dont on accable Nithard. Le chirurgien d’Anton Martín effectue cette inversion spéculaire. Il résume les accusations faites au valido dans la lettre de Consuegra (tyran, peste, basilic venimeux) pour les imputer à don Juan. Le scripteur demande ce qu’a pu faire Nithard pour mériter ces qualificatifs et, par une pluie de questions, émet des hypothèses qui les justifieraient mais qui, en réalité, reprennent les propres actions du bâtard :

  • 31 BL, Egerton 326, « Carta del maese Nicolas », fo37v.

Dime, pues, aora que ha hecho este bil hombre de tan mala conciencia ? A estado amancebado toda su vida, a robado cassadas, forzado donçella, escandaliçado con su vida los exercicios y pueblos donde ha bibido, gastado en esto millones ?[…]No dices palabra de eso en tu carta31.

27Fidèles à la tradition augustienne selon laquelle le mensonge réside dans la contradiction entre une parole (ou une attitude) et une pensée impliquant une duplicité du cœur, les nithardistes pensent donc le mensonge — ici la volonté occultée par don Juan de s’emparer du pouvoir — comme une dissimulation opposant être et paraître, vrai et faux. Les procédés rhétoriques mis en œuvre rendent visible le mensonge en faisant apparaître par la glose des contradictions logiques, en montrant l’incompatibilité des propos de don Juan avec le caractère de l’ambitieux, ou enfin en dévoilant la diversion qu’il opère par une surenchère d’apparences (détournement de l’attention de Nithard vers les crimes de don Juan).

L’autonomie des apparences : la pratique juaniste du secret comme force agissante

  • 32 Le 24, la médiation du Nonce Borromeo se heurte à une fermeté accrue. Il transmet les termes de don (...)

28Bien entendu, don Juan est en décalage complet avec la démarche nithardiste de traque du mensonge selon laquelle le cœur de son entreprise consisterait à masquer une hybris dévorante qui, néanmoins, sourdrait par à-coups. Le dispositif de croyance qu’il élabore ne relève pas de la dissimulation car les modalités du « faire-croire » qu’il met en œuvre apparaissent indissociables d’une logique d’action. Don Juan trompe la réalité en l’anticipant puisque ses propos sont confirmés à court terme par ses actes. Ses manifestes sont performatifs car ils annoncent des actions qui se réalisent au moment de leur diffusion : la fuite de Consuegra et le repli en Aragon le 21 octobre 1668, la marche sur Madrid le 22 janvier 1669 et le renvoi de Nithard le 22 février 1669. La vérité de son discours réside dans la mise en pratique de ce qu’il dit. La dynamique enclenchée par l’ultimatum lancé par don Juan au nonce Borromeo, le 24 février, en constitue une illustration frappante32. Sous le mode de la menace, le dire, qui prend le relais de l’écrit (la lettre du 22 février), s’actualise dans le renvoi de Nithard, sans que don Juan n’ait besoin d’agir, tant sa parole semble forte. La puissance de sa requête contre Nithard réside également dans la démonstration de sa capacité de mobilisation à la fois par les textes et par la marche sur Madrid. Parce qu’il réunit une fraction croissante des sujets « opprimés », il se pose en incarnation de l’Espagne accablée, ce qui rend la cause qu’il défend nécessairement juste. Le va-et-vient qui s’instaure alors entre discours et actes sécrète un dispositif de croyance. La définition du mensonge qu’avait donnée saint Augustin se complexifie donc avec l’apparition d’un troisième pôle, l’agir qui parasite les rapports entre la pensée et le dire ou l’écrire.

29Si le dispositif de croyance à l’œuvre dans les textes juanistes ne se prête pas au travail de sape des nithardistes, c’est parce que le statut des apparences et les rapports qu’elles entretiennent avec le réel diffèrent. Les lettres ouvertes ne sont pas un succédané discursif de la trame événementielle, mais elles tranchent d’avance parmi les possibles interprétations d’une action. Le travail sur les apparences que permet le régime de publicité n’opère pas un simple redoublement d’une réalité passée, présente ou future, pas plus qu’il ne la cache, il contribue à construire une réalité prête à s’accomplir : les actions réalisées n’auraient pu l’être sans les textes qui les précèdent parce que ceux-ci préviennent les accusations de désobéissance ouverte. Le régime de publicité apparaît fécond pour une entreprise de dissidence car il agite le leurre d’une absolue transparence et de l’absence de secret.

30Alors que les nithardistes considèrent le mensonge sur un mode ontologique, comme l’occultation de la vérité, don Juan transforme le secret (l’ambition) en tension, en force agissante qui tend à l’effacement puisque jamais ses actes ne démentent ses propos. Ainsi, il brouille les rapports entre le vrai et le faux, l’être et le paraître, qui ne se pensent plus sur un mode d’opposition. Les apparences ont gagné leur autonomie : don Juan ne dit pas le contraire du vrai, il fait semblant et il multiplie les indices qui confortent son discours. Il installe l’opacité au cœur de la transparence : en se mouvant dans le domaine de la vraisemblance, qui peut aussi bien dire le vrai que le faux, il empêche de percer ses intentions.

L’art de la prudence politique: tacitisme, sénéquisme, machiavélisme

  • 33 Valenzuela est un parvenu que Mariana élève à la dignité de Premier ministre le 2 novembre 1676. La (...)
  • 34 Les juanistes sont divisés. Pour les uns, don Juan n’est qu’un moyen de se débarrasser de Valenzuel (...)
  • 35 Selon Adolfo Carrasco Martínez, « Roto el modelo de valimiento del aristócrata amigo del rey, la al (...)
  • 36 Le tacitisme (forgé sur Tacite) et sa ramification du sénéquisme (forgé sur Sénèque), sont des cour (...)

31Avec don Juan, l’apparition de nouvelles modalités d’action fondées sur la conscience d’un décrochage entre l’être et le paraître pose, par le biais du thème de l’homme d’action dans le champ politique, la question du statut de la vertu politique par excellence qu’est la prudence. Analysons-la dans la campagne d’opinion contre Valenzuela. Celle-ci prolonge et renouvelle la problématique à travers le lien particulier qui se noue entre don Juan et la noblesse en rupture de ban avec le système de régence33. La thèse du primus inter pares — qui devient une composante incontournable de la crise de 1676-1677 — introduit dans la guerre de plumes contre le valido une certaine interprétation du rôle de l’aristocratie au sein de la monarchie, et elle trace le modèle d’action mis en œuvre par un don Juan paradigme de la noblesse. Devant la relégation aux oubliettes du valimiento aristocratique, au profit du système induit par Nithard et Valenzuela, les grands réagissent en testant leur cohérence comme groupe politique. Ainsi, en faisant bloc derrière don Juan, ils pensent avoir trouvé celui sur qui, une fois nommé Premier ministre, ils pourront compter pour la répartition des charges en tant que primus inter pares34, c’est-à-dire en tant que noble représentant les nobles35. Or, pour cette noblesse en quête d’elle-même, la valorisation et la justification de la démarche de don Juan, structurée par les textes polémiques, passe par l’apologie de cette action qui place, en son centre, une certaine pratique de la dissimulation. Il ne faut pas s’en étonner. Le héros du temps de Charles II correspond à l’idéal de Gracián : il sait cacher ses affects, il ne se laisse pas prendre au piège des apparences et il connaît le dédale courtisan. Un débat sur le machiavélisme et, au-delà, sur la prudence politique se cristallise donc autour de la figure de don Juan. Nous aimerions restituer ce débat afin de montrer comment la dynamique inédite dans les relations de pouvoir de la fin de Régence ouvre un nouveau chapitre de l’éthique politique nobiliaire, préparé en amont par la longue maturation du statut de la raison pour appréhender le réel et les affaires de la monarchie aux dépens des seules vertus chrétiennes, portée par le tacitisme puis par le sénéquisme36. Ou, pour le dire plus simplement, il s’agit d’expliquer dans quelle mesure la crise de la fin de la Régence a contribué à infléchir le courant éthique, philosophique et politique qu’est le sénéquisme.

Don Juan et le sénéquisme

  • 37 Une analogie est posée entre, d’une part, Néron et Agrippine et, d’autre part, Charles II et Marian (...)
  • 38 Cet ouvrage, dédié à don Juan, dévoile les liens entre l’auteur et le bâtard : à peine quelques moi (...)
  • 39 Tacite, Annales, XIV, 3-4. Alamos de Barrientos, Pedro Mártir Rizo et, bien sûr, Baños de Velasco y (...)

32Autour de la figure de don Juan s’est développée une réflexion sur la prudence à travers un courant sénéquiste, travaillant tant à la promotion du fils naturel de Philippe IV en lutte contre Mariana de Austria qu’à la diffusion de la pensée du philosophe cordouan. Ainsi, Juan Baños de Velasco y Acevedo, dans deux de ses ouvrages, fait de don Juan un nouveau Sénèque. Dans El ayo y maestro de principes Seneca en su vida, il multiplie les indices pour assimiler les deux figures et signifier que don Juan est le parfait valido pour Charles II37. Dans son Lucio Anneo Seneca ilustrado en blasones politicos y morales y su impugnador impugnado de si mismo38, il le présente comme le modèle du sage et de l’homme d’action que propose la philosophie stoïcienne. Cet ouvrage s’inscrit dans une controverse autour de la pensée de la Stoa qui traverse le siècle et qui est focalisée sur la question de la dissimulation, Sénèque ayant couvert l’assassinat d’Agrippine par son fils Néron39. Les liens entre théorie et action éclairent le phénomène comme en témoigne le lien herméneutique, didactique et tactique qu’établit Baños de Velasco entre don Juan et Sénèque. Baños tente, en livrant une lecture stoïcienne de l’action de don Juan, de décrédibiliser les détracteurs du bâtard qui, depuis ses démêlés avec Nithard, l’accusaient de machiavélisme.

  • 40 BNE, Ms. no 2034, « Carta de Machiavelo a don Juan », fo 35v.
  • 41 Il écrit ainsi : « Los grandes adorando a la fortuna por Diosa, y no obedeciendo sino a sus interes (...)

33La lettre fictive de Machiavel à don Juan rédigée en 1669, fournit une illustration cocasse des vitupérations nithardistes40. Le Florentin y glorifie celui qu’il considère comme son disciple. Il le félicite de tromper son monde sans éprouver le moindre scrupule. Il lui reproche juste de trahir parfois ses feintes en affirmant un jour une chose et l’autre son contraire. Sous Valenzuela, un courtisan stigmatise l’attitude de la noblesse juaniste qui se targue de prudence chrétienne pour masquer une prudence machiavélienne et une idolâtrie pour la « fortune41 ».

  • 42 BNE, Ms. no18211, « Memorial en que habla la verdad », fo171r.
  • 43 BNE, Ms. no2034, « De si hizo bien o no en retirarse en Aragon con el puesto de vicario general », (...)
  • 44 BNE, Ms. no 2034, « Papel que se escribio en tiempo que gobernaba Valenzuela, esclamando el estado (...)

34À rebours, de nombreux textes font de don Juan l’homme prudent et de son action un paradigme pour la noblesse. Une allégorie de la vérité évoque, dans une supplique au souverain, la « sage prudence » de don Juan42. De la campagne d’opinion contre Nithard à celle contre Valenzuela, les commentateurs des événements ont apprécié les instants critiques où le bâtard avait su se retirer du jeu au bon moment pour ne pas déclencher une guerre civile ou tomber dans la désobéissance ouverte. Un courtisan approuve la prudence de don Juan qui accepte un poste de vicaire général en Aragon après l’éviction de Nithard et ne prend pas Madrid d’assaut comme il aurait pu le faire et comme certains de ses alliés l’espéraient43. En 1676, peu après la journée des dupes, un scripteur justifie l’attentisme de don Juan, sourd aux injonctions des mécontents qui le suppliaient de revenir à la cour sans délais, considérant que le renvoi prononcé par son frère avait été arraché par la contrainte au faible héritier de la couronne et qu’il était donc nul et non avenu. Selon ce même scripteur, don Juan, fort de son expérience et loyal à son roi, attend le moment opportun pour agir44.

  • 45 Samson, pour se venger des Philistins qui avaient pris sa femme, enflamme des torches qu’il accroch (...)
  • 46 « Aya pues sagacidad en el Serenisimo señor don Juan, obrando Astucia contra Astucia, Cautela contr (...)

35Ainsi, autour d’un noyau dur sénéquiste, la réflexion sur la prudence à partir du cas don Juan se diffracte en concert de louanges ou de lamentations, dont la confrontation met à nu l’ambiguïté de cette notion qui, prise entre sagesse et astuce, incline tantôt vers le machiavélisme, tantôt vers la prudence chrétienne. Manuel Sánchez de Castellar témoigne de la fragilité du point d’équilibre entre les deux pôles. Dans un sermon où il chante les vertus de don Juan qui justifient sa nomination comme Premier ministre en 1677, au moment d’évoquer la sagesse du bâtard, il souligne autant sa sagacité et son astuce que sa sagesse. Il dresse une analogie entre Samson, qui utilise des renards pour lutter contre ses ennemis45, et don Juan, implicitement assimilé à un renard, qui a joué de l’astuce contre l’astuce46. Le mercédaire affirme donc :

  • 47 Ibid.

Con sagacidad de Vulpeja se hacia a la Monarquia el agravio, sea con sagacidad de Vulpeja de la Monarquia el remedio : que esta sagacidad para lo bueno, es efecto de sabiduria, Tercero Don del Espiritu Divino47.

36Don Juan a purgé la monarchie du fléau de Valenzuela par l’astuce pour retourner contre son adversaire ses propres armes. Au service du bien public l’astuce du renard est sagesse et, don du Saint-Esprit, elle devient une vertu chrétienne.

Un modèle pour une noblesse en crise ?

  • 48 Sur le tacitisme, voir Tierno Galván, 1947-1948, et sur le sénéquisme, voir Blüher, 1969.
  • 49 Carrasco Martínez, 2001.

37Dans la mesure où la prudence a un versant politique et un versant civil qui sont interdépendants, un tel modèle incarné par le bâtard propose à l’aristocratie non seulement une discipline intérieure mère de toutes les vertus, mais aussi un schème d’action politique induisant un certain rôle pour la noblesse au sein de la monarchie et, enfin, un exemple du parfait valido. L’écho rencontré s’explique en partie parce que tacitisme et sénéquisme48 relèvent d’une éthique et d’une philosophie de l’action répondant aux interrogations d’un groupe nobiliaire qui voit se rompre sa vision harmonieuse du monde conçu comme une union entre ser et deber ser face à l’incorporation de nouveaux secteurs aux états privilégiés. Pour affronter une réalité trompeuse où la seule vertu chrétienne ne suffit pas, et pour définir son rôle au sein des arcana imperii, la noblesse a infléchi la doctrine stoïcienne pour en faire un trait identitaire et un principe de conduite civile et politique. À partir des textes de Juste Lipse, qui écrit des essais d’éthique et de politique et qui édite Tacite et Sénèque, ainsi que de Gracián et des vulgarisateurs du philosophe, Carrasco Martínez a étudié comment la noblesse avait assumé cette doctrine avec ses propres schémas de groupe pour en faire une composante de l’idéal aristocratique baroque49. Il montre comment des distorsions de la vulgate ont transformé l’art de la prudence en moyen de pénétrer les sphères du pouvoir. Ainsi, la Stoa et même Juste Lipse estimaient que la docilité à l’égard du prince et la soumission totale à sa discipline étaient les attitudes propres à l’homme vertueux, nécessaires au bon ordre de la communauté. Or, cette explication de l’absolutisme se heurtait à la vocation de participer au pouvoir et à l’ambition d’autonomie politique de la noblesse. Le système politique défendu par Baños correspond à cette vision d’une monarchie trouvant dans l’aristocratie son élite naturelle, appelée à participer au pouvoir en raison de son excellence naturelle et de la prudence politique qui lui est intrinsèque. Filant la métaphore de la lyre symbolisant la république, il affirme que :

  • 50 Baños de Velasco y Acevedo, El ayo y maestro, pp. 151-152.

De la propiedad de la viguela es la republica quien debe templar el principe de modo que ni por estirada falten sus cuerdas ni por flojas no sirvan50.

38Les corps de la république et les membres du gouvernement représentés par les cordes de l’instrument doivent être maintenus ensemble par l’amour et le respect d’un souverain qui exerce la justice, mais ils doivent aussi jouir d’une certaine autonomie (les cordes ne doivent pas être trop tendues sous peine de casser). La figure de don Juan et les convulsions politiques de 1668-1669 et 1676-1677 ont donné une impulsion particulière au sénéquisme qui a contribué à justifier le rôle primordial de la noblesse dans la monarchie, contre la pratique du gouvernement de régence, et à ériger la raison en moteur de l’action politique.

  • 51 Carrasco Martínez, 1999, p. 117.

39Après la mort de don Juan en 1679, l’absence de figure susceptible d’établir un consensus au sein de l’aristocratie et l’impossibilité de la noblesse à se rassembler hors d’accords conjoncturels, en raison de stratégies personnelles concurrentielles, aboutissent à un système polynucléaire où les coteries succèdent aux coteries51. Dans cette pratique d’occupation du pouvoir, rendue possible par la fragilité de Charles II, l’idéal stoïcien refondu par la noblesse en fonction d’impératifs identitaires et politiques a certainement pesé en rompant la solidarité de corps pour encourager une perfection individuelle, moins pensée comme l’expression d’un trait d’appartenance à une élite politique que comme le moyen d’arriver et de se maintenir au gouvernement.

Renard, caméléon ou Christ-Pélican ?

  • 52 Voir sa correspondance avec Grémonville dans Mignet, 1835-1842, t. i, p. 426.
  • 53 Jouanna, 1989.

40Peut-on à présent mieux saisir le personnage de don Juan dans ses ambiguïtés ? Les difficultés qu’a eues l’historiographie pour l’évoquer tiennent à l’ambivalence de la notion de prudence : les auteurs s’enferment successivement dans l’un des deux pôles (l’astuce ou la sagesse, le machiavélisme ou la prudence chrétienne) sans déceler leur secrète imbrication. Au xvie siècle, deux figures du bâtard se côtoient, celle du rebelle et celle du messie. Louis XIV a ainsi incité Mariana à la fermeté lors de la marche sur Madrid de 1669, parce qu’à la nouvelle de la convulsion politique qui agitait l’Espagne, les épisodes de la Fronde ont ressurgi dans son esprit52. C’est par le filtre de cette réminiscence traumatique que le Roi-Soleil interprète l’action de don Juan. Et il faut admettre qu’il y a des similitudes : la période de minorité, le déferlement pamphlétaire, la peur de la guerre civile. Néanmoins, don Juan ne cherchait pas à s’emparer du pouvoir, et l’écheveau complexe que cristallise la Fronde ne correspond en rien aux campagnes d’opinion du bâtard. Au-delà de l’engrenage polémique, cause immédiate des troubles, la Fronde est l’expression d’un conflit entre la noblesse d’épée et la noblesse de robe autour de la vénalité des offices ; elle porte à incandescence les tensions nées d’un nouveau type de gouvernement financier, guerrier et politique, « l’extraordinaire ». Certes, dans les campagnes d’opinion espagnoles domine la question du rôle de la noblesse dans les dynamiques de pouvoir. Cependant, la Fronde se distingue par une désobéissance indéniable d’une fraction des sujets animés d’un « devoir de révolte53 », marquée par des prises d’armes effectives des princes et la sécession de certaines régions. La violence symbolique entretient un jeu complexe avec la violence réelle qui la déborde presque toujours. Qu’on songe au massacre de l’Hôtel de Ville, le 4 juillet 1652. En revanche, pas un mort lors des soubresauts du début du règne de Charles II. Certes, Nithard est brûlé en effigie à Saragosse et la foule madrilène l’insulte lorsqu’il prend congé. Certes, Valenzuela est mis à mort symboliquement plusieurs fois par le ridicule du sobriquet de Duende. Mais, comme nous l’avons vu, la marche de 1669 n’est qu’une mise en scène de la capacité de mobilisation juaniste et il ne faut pas oublier que la marche de 1677 intervient après que le roi ait appelé son demi-frère à l’assister au gouvernement et qu’elle n’a donc rien d’une armée soulevée contre le souverain. L’absence de violence qu’ont permis l’usage de la menace et le maniement subtil de la notion de fidélité, interdit d’assimiler don Juan à un rebelle sanguinaire.

  • 54 Comas est un habitant de Barbastro qui collectionne les textes de la guerre de plumes contre Valenz (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid., ffos 220r-222r.
  • 57 Ibid., ffos284r-287r.

41À l’opposé, Jaime Antonio de Comas présente, en 1682, un don Juan en roi sacrificiel sous les traits d’un christ-pélican54 : il orne d’un dessin représentant cette thématique une collection de textes polémiques de 1676-1677 (fig. 1) qui insistent sur la dimension messianique du bâtard55. Dans ce recueil, on peut retenir, exemple parmi tant d’autres, les « Décimas glosadas por el Padre Nuestro en que dieron razones al Rey nuestro Señor quan importante le era la asistencia en el gobierno de la monarquía de España del serenissimo Señor Don Juan56», et la satire « Sermones que se han de predicar por esta Cuaresma del año 167757 » qui présentent explicitement le bâtard royal en nouveau Christ.

Fig.1. — Page de garde du Ms. 18443 de la BNE, dessin de Jaime Antonio de Comas.

Fig. 1. — Page de garde du Ms. 18443 de la BNE, dessin de Jaime Antonio de Comas.

Cercle : «El pelicano de España el Serenissimo Señor don Juan de Austria.»
Carré : «El pelicano es tenido por el ave amorossisima para con sus hijos como lo significo el Espiritu Santo» (Psaume, 101).

  • 58 Maura y Gamazo, 1911-1915.
  • 59 Kamen, 1981. Sur ces points, voir Hermant (à paraître).

42Gabriel Maura et Henry Kamen livrent aussi deux interprétations de la figure de don Juan difficilement compatibles. Maura58 voit en lui une incarnation du mal : rebelle, menteur obsédé par le pouvoir. Pour Kamen, don Juan est une incarnation de la modernité politique, premier orchestrateur de campagnes d’opinion, premier « caudillo » soucieux de sortir la monarchie du gouffre, non sans ambitions personnelles. Le premier place sa lecture du règne de Charles II dans une vision téléologique de l’histoire indexée sur l’idée de décadence, tandis que l’historien anglais traque les forces de renouveau59.

  • 60 Leti, La vita di Don Giovanni d’Austria.

43Or, dès le xviie siècle, Grégorio Leti nous rappelle que l’ambivalence du bâtard interdit de s’enfermer dans un schématisme binaire. Dans sa biographie de don Juan60, il le présente en parfait capitaine et en prince vertueux, évacuant de son récit les épisodes des guerres de plumes pour se concentrer sur les péripéties judiciaires où seul transparaît le souci du bâtard d’œuvrer au bien commun : c’est finalement un réformateur qui surgit sous sa plume plus qu’un révolutionnaire. Selon lui, l’entreprise de don Juan consiste à réinstaurer l’harmonie qui régnait jusqu’en 1665. Pour qualifier l’action du bâtard, la démonstration de Leti rejette à la fois l’idée de rupture radicale et celle de désobéissance. Cette dimension protéiforme du bâtard qui ne donne lieu à aucune prise, nous apparaît essentielle et pointe la question des apparences.

44Pour rendre compte, au moins en partie, du mystère don Juan, l’interprétation que livre Gérard Sfez du prince machiavélien peut nous servir. Relisant le chapitre XV du Prince, le philosophe souligne que, d’après le Florentin, le prince doit conduire, non pas une politique des apparences, mais une politique des apparitions. Le propre de l’homme d’action est de savoir faire surgir la qualité adéquate qu’une situation donnée exige. Or les aléas imposent d’orchestrer des qualités parfois contradictoires. Le mensonge ne réside donc pas dans les apparences : prince sans qualité ou prince de toutes les qualités, ce qu’il doit paraître il doit l’être dans l’instant, dans une certaine mesure. En revanche, on se trompe quand on octroie une exclusivité à l’apparition d’une qualité qu’on essentialise, car le prince devient alors informe, réduit à l’impossible résultante d’un agrégat de qualités contradictoires. La vérité vacille pour le prince dans :

  • 61 Sfez, 1993, p. 102.

L’inconcevable jointure entre des qualités opposées en lui, […] et, au-delà, dans l’impossible synthèse de l’hétérogénéité même de ses qualités, informe, tel que lui-même ne peut ni ne doit faire un tout et où la synthèse est une question61.

45Ainsi, l’originalité de don Juan a été d’introduire dans le jeu politique les apparences en les prenant pour ce qu’elles sont, sans les réduire à un reflet ou à un cache de la vérité. En ce sens seulement, il est machiavélien. Proposant un paradigme à la noblesse, son action a durablement marqué la praxis et la culture politiques espagnoles.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
AHN : Archivo Histórico Nacional, Madrid.
AMAE : Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris.
BL : British Library, Londres.
BNE : Biblioteca Nacional de España, Madrid.
BUB : Biblioteca Universitaria de Barcelona, Barcelone.
CODOIN : Colección de documentos inéditos para la historia de España (113 vol.), Madrid, 1842-1895.

Baños de Velasco y Acevedo, Juan, Lucio Anneo Seneco ilustrado en blasones politicos y morales y su impugnador impugnado de si mismo, Madrid, 1670.

Baños de Velasco y Acevedo, Juan, El Ayo y maestro de principes Seneca en su vida, Madrid, 1674.

Benigno, Francesco (1994), La Sombra del rey. Validos y lucha política en la España del sigloxvii, Madrid.

Blüher, Karl Alfred (1969), Séneca en España. Investigaciones sobre la recepción de Seneca en España del siglo xiii hasta el siglo xvii, Madrid.

Bouza, Fernando (1999), « Felipe IV sin Olivares. La Restauración de la Monarquía y España en Avisos », dans Actas de las Juntas del Reino de Galicia, vol. 6 : 1648-1654, Saint-Jacques-de-Compostelle, pp. 49-74.

Carrasco Martínez, Adolfo (1999), « Los grandes, el poder y la cultura política en el reinado de Carlos II », Studia Histórica. Época moderna, 20, pp. 77-136.

Carrasco Martínez, Adolfo (2001), « El estoicismo, una ética para la aristocracia del barroco », dans José Alcalá-Zamora et Ernest Belenguer (coord.), Calderón de la Barca y la España del barroco (2 t.), Madrid, t. i, pp. 305-330.

Castilla Soto, Josefina (1992), Don Juan José de Austria (hijo bastardo de Felipe IV). Su labor política y militar, Madrid.

Gracián, Baltasar, El Criticón, Madrid, 2004.

Hermant, Héloïse (à paraître), « L’échec du “coup d’État” de don Juan José de Austria en 1669 ou les illusions de la reconstruction historiographique », dans L’échec dans l’histoire (Université de Marne-la-Vallée, 28-29 mai 2005).

Jouanna, Arlette (1989), Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris.

Jouhaud, Christian (1985), Mazarinades : la fronde des mots, Paris.

Jover Zamora, José María (1950), « Tres actitudes ante el Portugal restaurado », Hispania, 10, pp. 104-170.

Kalnein, Albrecht von (2001), Juan José de Austria en la España de Carlos II, Lleida.

Kamen, Henry (1981), La España de Carlos II, Barcelone.

Leti, Gregorio, La vita di Don Giovanni d’Austria, figlio naturale di Filippo IV, Rè di Spagna : opera istorica e politica, Cologne, 1686.

Maura y Gamazo, Gabriel (1911-1915), Carlos II y su corte (2 vols.), Madrid.

Mignet, François-Auguste (1835-1842), Négociations relatives à la succession d’Espagne sous Louis XIVou Correspondances, mémoires et actes diplomatiques concernant les prétentions et l’avènement de la maison de Bourbon au trône d’Espagne (4 vols.), Paris.

Ruiz Rodríguez, Ignacio (2007), Don Juan José de Austria en la Monarquía Hispánica. Entre la política, el poder y la intriga, Madrid.

Sanchez del Castellar y Arbustante, Manuel, Idea politica y moral de primeros ministros de monarquia en sermon panegirico de accion de gracias, Huesca, 1677.

Sfez, Gérard (1993), « La vérité suivante – Machiavel », Rue Descartes, 8-9, numéro thématique « Mensonge et image », pp. 99-123.

Tierno Galván, Enrique (1947-1948), « El tacitismo en las doctrinas políticas del Siglo de Oro español », Anales de la universidad de Murcia, pp.895-988.

Haut de page

Notes

1 Il a notamment reconquis Naples insurgée en 1647 et, en 1652, la Catalogne passée à la France. Voir Castilla Soto, 1992.

2 La mort de Philippe IV en 1665 ouvre la Régence de la reine Mariana, jusqu’à ce que Charles II atteigne sa majorité, le 6 novembre 1675. Voir Kalnein, 2001 et Ruiz Rodríguez, 2007.

3 Benigno, 1994, pp. 197-218 et Bouza, 1999.

4 Jover Zamora, 1950.

5 Henry Kamen a souligné la dimension inédite de ces campagnes (voir Kamen, 1981, p. 526).

6 Nous ne parlons pas d’opinion publique mais de publics mobilisés pour éviter de masquer, derrière une expression figée, une réalité aux contours mouvants — le public de cette guerre de plumes se construit au fil de la querelle et ne désigne pas les mêmes catégories sociales pour les juanistes et les nithardistes — et pour ne pas éluder la question de la légitimité différentielle des acteurs à intervenir dans l’espace de publicité.

7 Jouhaud, 1985.

8 BNE, Ms. no8345, ffos226r-226v.

9 CODOIN, vol. 67, pp. 54-55.

10 Pour don Juan, il ne s’agit pas d’émettre sans risques des textes séditieux en recourant à l’anonymat, mais plutôt d’infirmer toute accusation de rébellion en se forgeant une stature de défenseur du bien commun de texte en texte.

11 Cette guerre de plumes nous est parvenue par l’intermédiaire de recueils constitués au fil de la querelle. Écrits, pour beaucoup, d’une seule main, ils mêlent quelques versions imprimées aux copies manuscrites des originaux. La question de la circulation excède notre propos : si elle est essentielle à la compréhension des guerres de plumes dans leur globalité, elle n’est pas indispensable à l’intelligibilité du thème de la publicité au service de la dissimulation. La question de la circulation constitue l’un des objets d’une thèse en cours sur les guerres de plumes orchestrées par don Juan. Précisons cependant que les lettres de don Juan sont imprimées par des presses privées, notamment celle du cardinal de Moncada. Elles sont transmises aux destinataires (Nithard, les ministres…) par des émissaires, mais elles sont plusieurs fois réimprimées pour être distribuées. Elles circulent parallèlement sous la forme de copies manuscrites : acteurs et spectateurs de la crise, avides d’avoir ces textes, les recopient eux-mêmes ou chargent un secrétaire de cette tâche. Nous avons répertorié 44 exemplaires manuscrits et 28 imprimés de la lettre de Consuegra dans une vingtaine de bibliothèques espagnoles, françaises, italiennes, anglaises et américaines.

12 BNE, Ms. no2033, fo1v.

13 Ibid.

14 AHN, section Estado, lib. 912, f° 213r.

15 Barcelone, Vic, La Seu d’Urgell soutiennent don Juan, Valence se divise. En Castille, les villes renvoient à Madrid ses lettres sans les avoir ouvertes (Kamen, 1981, pp. 528-529).

16 Respectivement, BNE, Ms. no8349, ffos10v-14r et ffos134v-135v.

17 AHN, section Estado, lib. 878, ffos 18r-18v.

18 BNE, section Varios Especiales, 189-72.

19 Craignant que la reine, inexpérimentée, ne tombe sous l’emprise d’un seul homme, Philippe IV avait établi un système équilibré où une junte de gouvernement, appelée à délibérer avec la régente, devait détenir un poids décisif.

20 Don Juan le dit explicitement dans sa lettre du 22 février : « Por concurrir unidamente en mi, todas las razones separadas que pueden avermovido a estos tres cuerpos a expressarsu fineza en este lanze, pues por hijo de Madrid, por noble y por soldado, me alcançanestos triplicados motivos […] para renobara los reales pies […] el sacrificio de mi sangre y vida » (BNE, Ms. no2582, fo164v).

21 Si l’on excepte les lettres ouvertes de don Juan et les consultes, les écrits sont tous anonymes et l’on ne peut que rarement identifier le scripteur. Ils ne comportent pas toujours de date, mais il est possible de reconstituer des chaînes textuelles rendant compte de l’engrenage polémique car les textes dialoguent entre eux et ils font allusion à des événements ou à d’autres documents qui permettent de les replacer dans leur contexte précisément en fonction de l’évolution des rapports de forces entre les adversaires.

22 Memorial en que cierta persona religiosa y zelante de la gloria de Dios delata al Santo Oficio la carta del Señor Don Juan de 21 de Octubre de 1668 (BNE, Ms. no8363, ffos338r-339v).

23 Respuesta que cierto cavallero cortesano de mucha erudicion, zelo e inteligencia, dio al papel del politico estadista (BNE, Ms. no8347, ffos145r-231r).

24 Pour les gloses des lettres ouvertes, voir le Papel que escribio cierto cortesano, contra la carta del Señor Don Juan de 21 de Octubre de 1668 (BNE, Ms. no8346, ffos80r-89v).

25 Respuesta de un cavallero Doctor en leyes (...) en razon del publico encuentro del Serenissimo Señor Don Juan de Austria con el Señor Inquisidor General (ibid., ffos179r-192r).

26 Ibid., fo277r.

27 Gracián, El Criticón.

28 Ibid., pp. 182-183.

29 Pronóstico de los ocultos designios e intentos del Señor don Juan de Austria (BNE, Ms. no8345, fo219r).

30 Observaciones de las falsedades, errores y fingimientos y engaños que se encierran en la carta que el Señor don Juan de Austria escribio a la Reyna Nuestra Señora en su retirada de Consuegra a 21 de octubre de 1668 (BNE, Ms. no8346, fo 162v).

31 BL, Egerton 326, « Carta del maese Nicolas », fo37v.

32 Le 24, la médiation du Nonce Borromeo se heurte à une fermeté accrue. Il transmet les termes de don Juan à la cour : « si le lundi [25], le Père ne prenait pas la porte, il irait le mardi, en personne, le jeter par la fenêtre » (BNE, Ms. no6384, fo 116v). Selon Louis XIV : «  don Juan fait chasser le confesseur par la seule menace qu’il a faite d’entrer dans Madrid, où le peuple était ému en sa faveur et prêt à se soulever… » (AMAE, Correspondance politique, section Autriche, XXXII, « Lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville du 29 mars 1669 »).

33 Valenzuela est un parvenu que Mariana élève à la dignité de Premier ministre le 2 novembre 1676. La noblesse outrée signe un manifeste le 15 décembre 1676 où elle demande la séparation de Charles II et de la régente, l’arrestation de Valenzuela et la nomination de don Juan comme Premier ministre. Au nom du bien commun et contre la « tyrannie » de Mariana qui empêche son fils de régner, les signataires affirment qu’ils sont prêts à mettre à contribution leur personne, leurs biens, leurs alliés sans aucune réserve (BL, Additional 15.578, ffos 189r-189v). Le manifeste signe une nouvelle phase d’une guerre de plumes d’abord endémique, qui s’intensifie le 2 novembre 1676 pour se déchaîner jusqu’en mars 1677. Si la place et le rôle de don Juan apparaissent dans cette deuxième crise plus ambigus qu’en 1668-1669 — don Juan n’est pas le seul orchestrateur de la campagne d’opinion contre Valenzuela —, il n’en constitue pas moins le rouage décisif de la machinerie.

34 Les juanistes sont divisés. Pour les uns, don Juan n’est qu’un moyen de se débarrasser de Valenzuela. Pour d’autres, c’est un primus inter pares. Pour d’autres encore, il est un messie qui va régénérer l’Espagne.

35 Selon Adolfo Carrasco Martínez, « Roto el modelo de valimiento del aristócrata amigo del rey, la alta nobleza navega entre el apoyo a soluciones drásticas, como fue la exaltación de don Juan de Austria, o la búsqueda de formulas de reparto de poder inéditas […]. En definitiva, se estaba experimentando un proceso lento de acceso a nuevos modos de hacer política, un lenguaje de relaciones en construcción que aun tardaría un tiempo en ser aprendido y desarrollado por entero » (Carrasco Martínez, 1999, p. 104).

36 Le tacitisme (forgé sur Tacite) et sa ramification du sénéquisme (forgé sur Sénèque), sont des courants mêlant philosophie et éthique, permettant d’envisager une action politique déjouant les pièges d’une réalité trompeuse, sans renier l’idéal du souverain chrétien ni tomber dans la pensée de Machiavel. Le tacitisme se dispense de la tutelle de la religion et il voit dans la connaissance de la nature humaine et des faits historiques un principe d’action pour le présent.

37 Une analogie est posée entre, d’une part, Néron et Agrippine et, d’autre part, Charles II et Mariana de Austria. Tout comme don Juan, Sénèque est le parfait valido qui incite le jeune roi à se débarrasser d’une mère avide de pouvoir qui l’empêche de gouverner et qui ne respecte pas les lois (une façon détournée de conjurer la reine de respecter le Testament de Philippe IV).

38 Cet ouvrage, dédié à don Juan, dévoile les liens entre l’auteur et le bâtard : à peine quelques mois après l’épisode Nithard, un panégyrique ouvertement adressé à celui qui avait défié la régente constituait une prise de position forte. L’auteur présente le dédicataire paré des vertus guerrières et de la prudence de César et d’Alexandre le Grand dont il n’est plus l’émule mais le modèle !Le panégyrique clamé dans la dédicace renvoie au discours que tient Sénèque, dans le corps du texte même, sur le sage et l’homme d’action dont don Juan devient ainsi l’incarnation.

39 Tacite, Annales, XIV, 3-4. Alamos de Barrientos, Pedro Mártir Rizo et, bien sûr, Baños de Velasco y Acevedo justifient ainsi l’art de la prudence mis en œuvre par le sage qui sait feindre et se taire quand il le faut.

40 BNE, Ms. no 2034, « Carta de Machiavelo a don Juan », fo 35v.

41 Il écrit ainsi : « Los grandes adorando a la fortuna por Diosa, y no obedeciendo sino a sus intereses como los Judíos » (BNE, Ms. no8180, « Textos contra don Juan », fo230v).

42 BNE, Ms. no18211, « Memorial en que habla la verdad », fo171r.

43 BNE, Ms. no2034, « De si hizo bien o no en retirarse en Aragon con el puesto de vicario general », fo236r. Sur la qualification erronée de « coup d’ État » pour évoquer l’arrivée de don Juan à Madrid en 1669, voir Hermant (à paraître).

44 BNE, Ms. no 2034, « Papel que se escribio en tiempo que gobernaba Valenzuela, esclamando el estado de la monarquia », ffos218r-219r.

45 Samson, pour se venger des Philistins qui avaient pris sa femme, enflamme des torches qu’il accroche aux queues de trois cents renards, et fait courir ces derniers dans les champs de blé de ses ennemis qui furent anéantis. (Samson, Juges, 15).

46 « Aya pues sagacidad en el Serenisimo señor don Juan, obrando Astucia contra Astucia, Cautela contra Cautela » (Sanchez del Castellar y Arbustante, Idea politica y moral, p. 500 [BUB, B-45/3/24-14]).

47 Ibid.

48 Sur le tacitisme, voir Tierno Galván, 1947-1948, et sur le sénéquisme, voir Blüher, 1969.

49 Carrasco Martínez, 2001.

50 Baños de Velasco y Acevedo, El ayo y maestro, pp. 151-152.

51 Carrasco Martínez, 1999, p. 117.

52 Voir sa correspondance avec Grémonville dans Mignet, 1835-1842, t. i, p. 426.

53 Jouanna, 1989.

54 Comas est un habitant de Barbastro qui collectionne les textes de la guerre de plumes contre Valenzuela, en sélectionnant des écrits juanistes. Il recopie les écrits qui parviennent dans sa ville et s’en fait envoyer d’autres depuis Madrid, constituant ainsi un volume qu’il achève en 1682 (BNE, Ms. no 18443).

55 Ibid.

56 Ibid., ffos 220r-222r.

57 Ibid., ffos284r-287r.

58 Maura y Gamazo, 1911-1915.

59 Kamen, 1981. Sur ces points, voir Hermant (à paraître).

60 Leti, La vita di Don Giovanni d’Austria.

61 Sfez, 1993, p. 102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Page de garde du Ms. 18443 de la BNE, dessin de Jaime Antonio de Comas.
Légende Cercle : « El pelicano de España el Serenissimo Señor don Juan de Austria. »Carré : « El pelicano es tenido por el ave amorossisima para con sus hijos como lo significo el Espiritu Santo » (Psaume, 101).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Hermant, « La publicité au service de la dissimulation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 219-240.

Référence électronique

Héloïse Hermant, « La publicité au service de la dissimulation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/1060

Haut de page

Auteur

Héloïse Hermant

Membre de la Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org