Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España

Jean-Pierre Dedieu
p. 291-294
Référence(s) :

Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España. Cultura política e identidad en la España moderna, Madrid, Marcial Pons, 2007, 350 p.

Texte intégral

1Il est des historiens qui ont le don d’irriter et de faire penser. Pablo Fernández Albaladejo en est. C’est l’homme de l’article érudit, de la monographie approfondie sur la pensée d’un auteur. Depuis plusieurs dizaines d’années, il se consacre ainsi à l’examen de tous ceux qui, dans l’Espagne moderne, ont écrit sur la théorie politique. Il rédige dans un style que rendent difficile la richesse même des relations et des parentés intellectuelles qu’il veut dégager et une tendance naturelle à l’ellipse, ajoutant à l’aridité de la matière une aspérité qui lui est propre. Il n’en reste pas moins que ses textes valent l’effort qu’exige leur abord. Ses Fragmentos de monarquía, il y a quinze ans déjà, avaient marqué un tournant dans la façon dont j’envisageais personnellement l’histoire de l’Espagne. C’est un sentiment similaire que j’éprouve à la lecture de la Materia de España, la « matière d’Espagne », la place du thème de l’Espagne, envisagée dans sa globalité, chez une gamme de penseurs qui vont du xvie au début du xixe siècle. Aux côtés d’une célébrité comme Montesquieu, défilent sous nos yeux quantité d’inconnus ou de demi-inconnus, Pedro Calixto Ramírez, fray Juan de Salazar, Alonso Carrillo Lasso de la Vega, Diego Tovar Valderrama, Alejandro Aguado, Pedro José Pérez Valiente, Francisco Martínez Marina et bien d’autres. L’auteur pense, à juste titre croyons-nous, que l’étude systématique et la mise en série de penseurs secondaires, porteurs de la pensée moyenne de leur temps, révèle des mutations de fond des conceptions politiques.

2Pablo Fernández Albaladejo est l’homme de l’article érudit, disions-nous : ce livre est un recueil de textes déjà publiés, plusieurs fois pour certains (« Materia de España y edificio de historiografía. Algunas consideraciones sobre la década de 1540 », pp. 41-64, par exemple). Le fait de les rassembler leur donne une indéniable valeur ajoutée par les correspondances qui s’imposent de l’un à l’autre. L’ouvrage est dominé par l’éternelle interrogation sur l’idée d’Espagne qui conduit l’historiographie espagnole depuis qu’elle s’est constituée, interrogation à laquelle l’évolution politique récente a donné une urgence particulière et que l’auteur vit personnellement avec intensité ; une intensité dominée, qui indique à l’historien pistes et cheminements, sans le brider.

3Le cœur du travail est constitué, à notre avis, par un article écrit pour le colloque sur les Bourbons publié en 2001 par la Casa de Velázquez et Marcial Pons, « Dinastía y comunidad política. El momento de la patria », pp. 197-244. Il analyse le passage de la petite patrie, la localité d’origine, à la grande patrie, nationale. L’auteur y voir le fruit d’une évolution qui démarre au xviie siècle sous l’effet d’une transposition de la pensée religieuse. La société religieuse arrache l’homme à sa petite patrie pour le faire membre de la société universelle des fidèles. La confessionnalisation de l’État qui se produit alors fait du souverain le lieutenant de Dieu, le défenseur, le protecteur de la véritable religion. L’espace politique de la monarchie devient religieux et assume à son échelle les valeurs universelles de la société religieuse. Il devient « patrie commune » pour les fidèles, tout en se démarquant des autres espaces politiques qui ne sont pas qualifiés de la même manière du point de vue religieux.

4« El pensamiento político. Perfil de una “política” propia » (pp. 93-123) reprend cette idée et en développe les implications : il se produit une christianisation de la théorie politique, qui soumet le roi à la volonté divine, à la loi naturelle que Dieu a inséré dans la société civile ; soumission qui réduit fortement la portée du concept de souveraineté, au point qu’il disparaît de l’index de certains traités politiques. Dès lors, le pouvoir du roi n’est plus limité par le contrat qu’il a passé avec tel ou tel de ses royaumes, mais par des règles générales, indépendantes des facteurs locaux. Les privilèges locaux s’en trouvent sapés, non pas au profit du souverain, mais sous l’effet d’une conception nouvelle, abstraite et plus limitative encore de ses droits. C’est là un facteur que l’historiographie n’avait guère pris en compte et dont l’introduction permet de mieux comprendre, dirons-nous, la corrélation forte entre l’émergence de la nation et l’effondrement de l’absolutisme.

5Au xviiie siècle le concept religieux de patrie commune est repris à son compte par la monarchie, laïcisé en conséquence, transformé en instrument d’exaltation du pouvoir souverain des Bourbons. Il débouche, à la fin du siècle, sur l’invention – dans tous les sens du terme – d’un « droit de la patrie » (derecho patrio), commun à tous les peuples de la monarchie, exprimé par la loi royale. Le concept de patrie générale domine en tout cas le débat politique. C’est dans son langage que s’expriment à la fois les penseurs catalans qui soutiennent le prétendant autrichien pendant la guerre de Succession et Philippe V lorsqu’il instaure des Cortes communes à l’ensemble de l’Espagne. C’est dans son langage que s’exprime Feijoo et les réformateurs qui veulent sauver l’Espagne de ses maux. Mayans, Feijoo, Bertodano, Aguado et les autres diffèrent sur les moyens : importation d’idées et de techniques étrangères, restauration des valeurs véritablement espagnoles masquées par l’accumulation des scories générées par une religiosité mal comprise, retour pur et simple aux valeurs de la foi telle qu’elle est conçue en Espagne (« La nación de los modernos. Incertidumbres de la nación en la España de Felipe V », pp. 177-196). Tous raisonnent dans le cadre d’une Espagne envisagée globalement, même ceux qui prônent le repli sur soi. « Le parti “national” qui surgit à la fin des années 1740 n’est en aucun cas l’héritier du parti “espagnol” qui d’emblée manifesta sa réticence […] lors de l’avènement du premier Bourbon […] Il promouvait et portait un projet identitaire nouveau, une construction collective qui tournait délibérément le dos à toute prise en compte ou revendication des droits historiques et qui s’appuyait alternativement sur la promotion ou la mise en tutelle d’intérêts particuliers, mais en subordonnant toujours sa démarche à la recherche de la “félicité publique” » (p. 195).

6Le passage d’une conception à l’autre ne s’est pas fait sans débats. C’est à travers l’analyse des conflits que l’auteur dégage des concepts partagés. C’est à eux que sont consacrés la plupart des articles collationnés dans ce livre. Débat sur le rôle de l’étranger dans la vie nationale, avant tout. Débat explicite entre Feijoo, Mayans, Bertodano et d’autres, dont nous parlions ci-dessus. Débat historiographique, entre les « gothiques », pour qui une dynastie étrangère peut avoir la plus heureuse influence sur la vie nationale, et les « montagnistes » (de la Montagne de Burgos, lieu mythique de la pureté raciale espagnole dans le mythe de la pureté de sang). Pour ces derniers, seuls les nationaux sont capables de porter véritablement le destin du royaume. Ils exaltent la langue basque, seule véritablement autochtone, et la capacité de régénération des valeurs proprement espagnoles (« Entre godos y montañeses. Reflexiones sobre una primera identidad española », pp. 287-321). Pour certains d’entre eux, il ne reste même pas de Goths en Espagne, tous ayant fui en Gaule. Pour eux enfin l’unité de l’Espagne ne remonte pas au régime goth comme le veulent ses adversaires, mais à la reconquête, entreprise commune des « Espagnols » unis dans la foi, quel que soit leur royaume d’origine, Navarre, Castille, Aragon ou Léon (« Fenix de España. Decadencia e identidad en la transición al siglo xviii », pp. 125-147). L’affrontement porte aussi sur l’instance où doit s’exercer le débat politique pour mieux dégager les intérêts communs de la patrie générale. Pour les uns, la communauté locale reste le cadre essentiel de l’expression des intérêts du royaume (Ibáñez de la Rentería), d’autres veulent des institutions plus dégagées des contingences municipales, telles les Sociétés d’amis du pays (Manuel de Aguirre). Ces débats eurent leurs victimes, comme Pedro José Pérez Valiente, l’un des plus célèbres juristes de son temps, dont l’Apparatus juris publici hispanici marque l’introduction de la pensée jusnaturaliste en Espagne, mais qui fut accueilli par une véritable conspiration du silence : trop moderne pour les traditionalistes par ses citations de Grotius et de Hennecius, trop ancré encore dans le jusnaturalisme religieux et l’insistance sur les limitations naturelles du pouvoir royal par la loi naturelle pour plaire au souverain (« Gothica civitas. La lectura iusnaturalista de la historia de España en el Apparatus iuris publici Hispanici de Pedro José Pérez Valiente », pp. 245-286).

7Publier une suite de textes, pour remarquables qu’ils soient, en laissant le soin au lecteur d’en faire la synthèse et d’en tirer les leçons, a l’avantage de préserver la complexité des questions traités, et en cela Pablo Fernández Albaladejo excelle. L’inconvénient réside dans l’incertitude du lecteur lorsqu’il croit comprendre des rapports qui surgissent de la juxtaposition, sans être sûr qu’il n’est pas en train de forcer la pensée de l’auteur et alors même qu’il souhaiterait disposer des compétences du meilleur connaisseur de la question.

8Ces textes ont de multiples implications. Ils mettent en évidence, entre autres, l’infinie capacité de la pensée à faire resservir le même élément de représentation dans des contextes et à des fins différentes, et l’absolue nécessité de n’interpréter qu’en fonction du contexte précis de chaque utilisation du terme. Les Goths sont les héros des Bourbons, au titre de dynastie étrangère qui a réussi. Ils sont aussi les héros de la théorie représentative parlementaire du début du xixe siècle, adversaire des Bourbons du moment, au titre de leur organisation politique interne. Cela, l’auteur nous l’explique clairement. Dans d’autres cas, nous aimerions qu’il développe sa pensée. Soit l’ancrage, au xviie siècle, de la conception de la grande patrie dans un système de pensée qui limite fortement le pouvoir du souverain. Cette tradition intellectuelle ressurgit au début du xixe siècle chez Martínez Marina (« El cristianismo cívico de Francisco Martínez Marina », pp. 323-350) après avoir affleuré au milieu du siècle, relue sous une lumière plus crûment jusnaturaliste, chez Pérez Valiente. Pendant tout le xviiie siècle, cependant, l’idée de grande patrie est portée, à en juger par les textes publiés, par le souverain, autour d’une exaltation du pouvoir royal. D’où vient ce décalage ? Effet d’une censure filtrante de la part du roi ? Nous le croirions personnellement volontiers. On mesure encore mal la capacité du pouvoir royal à contrôler l’expression de la pensée dans l’Espagne du xviiie siècle. Rien à voir ici avec la France : ne parle publiquement que celui que le roi autorise à parler. Ne pourrait-on imaginer que l’idée de grande patrie, même recentrée sur la personne du monarque, ait continué à charrier implicitement, sous des affirmations hautement régalistes, les pesanteurs de son antiabsolutisme originel, progressivement laïcisé avec elle ? Si tel était le cas, nous serions en présence d’un autre des multiples cas déjà connus où l’Ancien Régime a creusé sa propre tombe, et devant des perspectives intéressantes sur la capacité de la société espagnole à penser pour son propre compte en dépit de la censure dont nous parlions ci-dessus.

9Nous redirons en conclusion la richesse considérable de cet ouvrage. Un tel livre dont l’auteur aborde en toute connaissance de cause et muni du bagage technique nécessaire des ouvrages techniques d’une rare complexité, n’est sans doute pas aujourd’hui possible en France. En Espagne, il s’inscrit dans une longue tradition d’ouvrages tout aussi riches et stimulants (José Antonio Fernández Santamaría, par exemple, s’il ne fallait en citer qu’un). L’école historienne française, à la différence de l’espagnole, a du mal à prendre en compte l’apport des juristes, des juristes anciens pour leurs textes, des nouveaux pour leurs outils d’analyse ; et réciproquement. Un ouvrage comme celui-ci, mûri encore une fois dans une longue tradition dont il constitue l’un des apogées, devrait leur montrer la voie à suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dedieu, « Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 291-294.

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1101

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

CNRS, LARHRA, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org