Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Antonio Rodríguez Colmenero, Santiago Ferrer Sierra e Rubén Darío Álvarez Asorey, Miliarios e outras inscricións

Pierre Sillières
p. 301-303
Référence(s) :

Antonio Rodríguez Colmenero, Santiago Ferrer Sierra e Rubén Darío Álvarez Asorey,Miliarios e outras inscricións viarias romanas do noroeste hispánico (Conventos Bracarense, Lucense e Asturicense), Santiago de Compostela, Consello da Cultura Galega, Sección de Patrimonio Histórico, 2004, 844 p.

Texte intégral

1Le troisième recueil d’inscriptions routières de la péninsule Ibérique vient de paraître. C’est un très important corpus puisqu’il compte 674 notices qui correspondent à 630 bornes milliaires, parmi lesquelles 439 portent une inscription et 191 sont anépigraphes. Les 44 autres documents sont des inscriptions en relation avec la route, principalement des autels votifs dédiés aux Lares Viales, divinités protectrices des chemins et des voyageurs. Ce catalogue des inscriptions routières des trois conventus de la Galice romaine est donc deux fois plus riche que ceux qui ont paru précédemment, l’un sur les milliaires de l’Hispanie méridionale – 105 bornes dont 96 portent une inscription (P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Bordeaux, 1990, pp. 41-173) –, l’autre sur les milliaires de la partie orientale de l’Espagne Citérieure – 236 bornes dont 185 conservent une inscription (J. Lostal Pros, Los milliarios de la provincia de Tarraconense, Saragosse, 1992). Ainsi, nous disposons maintenant d’une grande partie de la documentation épigraphique sur les routes de la péninsule Ibérique, puisque manque seulement le lot de la Lusitanie, soit environ 150 textes.

2Cet ouvrage a son origine dans la préparation du CIL XVII, le corpus général des milliaires du monde romain, grande entreprise longtemps animée par G. Walzer qui a abouti à la publication d’un premier volume consacré à la Gaule (CIL XVII-2) en 1986. A. Rodríguez Colmenero fait partie de l’équipe en charge de la péninsule Ibérique et, avec ses collègues S. Ferrer Sierra et R. Álvarez Asorey, il a magnifiquement assumé sa tâche, qui était nettement la plus lourde.

3Chaque notice du recueil est conforme aux normes fixées par G. Walzer. Elle comporte d’abord les informations sur l’endroit et les circonstances de la découverte de la pierre, sur son lieu de dépôt actuel et son état de conservation. Suivent une ou deux photographies du monument et, surtout, une copie figurée de l’inscription établie à partir d’un calque et sur laquelle se fonde la transcription du texte, complétée par sa datation et sa traduction. Une bibliographie et des commentaires viennent en conclusion, ces derniers fournissant souvent de très utiles renseignements sur la voie à laquelle appartient le milliaire, notamment sur le tracé de celle-ci.

4La première partie de l’ouvrage, qui correspond au chapitre I (pp. 11-58) présente le réseau routier de la Galice romaine tel que permettent de le restituer les différents éléments de la documentation, c’est-à-dire principalement les données des itinéraires routiers antiques, de l’épigraphie, des vestiges de chaussées et des ouvrages d’art (pp. 21-32). Un intéressant développement bibliographique rappelle les principales avancées dans la connaissance de voies romaines du Nord-Ouest, depuis les travaux des antiquaires du xvie siècle jusqu’à nos jours ; à ce propos, il est très utile de souligner l’intérêt des rapports des ingénieurs de la fin du xviiie siècle, rédigés lors de l’ouverture de la grande route de Madrid à La Corogne, comme celui de Carlos Lemaur que Th. Mañanes a retrouvé dans les archives de Simancas et qui décrit très précisément la mise au jour des milliaires de Torre del Bierzo (p. 36, milliaires 231-233). A. Rodríguez Colmenero et ses collègues décrivent ensuite quelques traits de ces voies du Nord-Ouest, notamment leur structure, leur largeur et le profil des itinéraires. Ils rappellent aussi quelques problèmes qui concernent ces routes, en particulier la question de la longueur du mille utilisé pour la mesure des distances et la difficulté de la localisation de certaines stations routières. Un dernier développement concerne les milliaires, leur forme, leurs dimensions et l’inscription que beaucoup conservent, en soulignant l’importance de leur apport pour l’histoire de la mise en valeur de la Galice antique, son développement économique et son urbanisation.

5Les neuf chapitres qui suivent constituent le corpus épigraphique lui-même. Les bornes et autres inscriptions y sont rangées selon les principaux axes routiers, plan choisi aussi pour le CIL XVII et bien mieux adapté à l’étude des voies que celui du catalogue de l’Espagne Citérieure orientale dans lequel les milliaires sont ordonnés chronologiquement. Au chapitre II, les nos 1 à 52 correspondent à des pierres (51 milliaires, 2 autels) trouvées à Bracara Augusta (Braga) qu’il est impossible de rattacher à chacune des voies menant à ce chef-lieu de conventus. Ensuite, les chapitres III, IV et V rassemblent les 458 milliaires et 8 autres monuments inscrits qui proviennent des trois grandes routes mentionnées dans l’Itinéraire d’Antonin, la voie Bracara Augusta-Asturica Augusta par Aquae Flaviae (It. Ant., 422-2/423-5) avec 61 bornes à inscription et 18 anépigraphes, la voie Bracara Augusta-Asturica Augusta par Iria Flavia et Lucus Augusti (It. Ant., 429-5/431-3) avec 69 bornes à inscription et 33 anépigraphes, et la voie Bracara Augusta-Asturica Augusta par Nemetobriga (It. Ant., 427-4/429-4), c’est-à-dire la Via nova, avec 196 bornes à inscription et 81 anépigraphes. À propos de ces longues rocades qui se trouvent dans l’Itinéraire d’Antonin, on peut regretter que soit encore utilisée dans ce nouvel ouvrage la numérotation créée par E. Saavedra pour les routes de la péninsule Ibérique et reprise par J.-M. Roldan (Voies XVII, XVIII et XIX), car elle ne correspond à aucune indication du document antique et donne l’impression que les voies hispaniques étaient séparées de celles du reste du monde romain. Les autres voies, présentées dans les chapitres VI à X, ont livré 128 bornes, dont 52 anépigraphes, les plus nombreuses provenant de la grande route Bracara Augusta-Cale (22 bornes) et des liaisons Aquae Flaviae-Iria Flavia (18 bornes), Lucus Augusti-Aquis Querquernis (18 bornes), et Aquae Flaviae-Lucus Augusti par les vallées du Tamega et du Miño (8 bornes). Noter aussi que les autels aux Lares Viales sont très nombreux sur les trajets pauvres en milliaires, ce qui devrait inciter à réexaminer leur relation avec les axes routiers.

6Parmi les indications particulièrement intéressantes fournies par quelques milliaires, il faut mentionner celle de la distance totale entre Bracara et Asturica (215 milles sur la borne 238), celle de la borne 569 trouvée à Milles de la Polvorosa, qui donne 259 milles entre ce lieu et Emerita (Mérida) par le Camino de la Plata, ou encore noter le changement de caput viae au franchissement de la frontière de conventus (bornes 194 et 195). Ces observations ne sont que quelques exemples des multiples recherches que l’on peut effectuer grâce aux listes et aux index placés en fin de volume. L’histoire des voies, de leur construction et de leur entretien d’Auguste (5 et 2 av. J.-C., 11 ap. J.-C.) à Gratien et peut-être Victor (384-388), est aussi excellemment résumée dans l’indice des empereurs et les diagrammes des milliaires pour l’ensemble du réseau et pour chacune des trois grandes rocades.

7J’émettrai toutefois quelques réserves, non sur les notices épigraphiques qui me paraissent parfaites comme je viens de l’indiquer, mais à propos des études qui les précèdent et portent sur les voies elles-mêmes. En premier lieu, au sujet des cartes. Certes celles-ci sont à une assez grande échelle (1/160 000e environ) et le trajet de la route y est indiqué avec précision, mais il manque l’indication du degré de certitude du tracé adopté, le même trait continu figurant l’ensemble de l’itinéraire ; il est regrettable de ne pas connaître les tronçons dont l’itinéraire est parfaitement établi et ceux pour lequel celui-ci est seulement probable, incertain ou même inconnu. Or, à la lecture des descriptions des tracés, faites au début de chaque chapitre, il apparaît que bien des incertitudes subsistent sur plusieurs trajets et pour toutes les voies, les plus importantes aussi, principalement dans le conventus d’Asturica ; en outre, même lorsqu’il est étayé par quelques milliaires, le tracé proposé n’est pas toujours certain car, malgré leur poids, ces grandes pierres ont parfois été déplacées. C’est, par exemple, ce qui semble apparaître dans l’étude sur les voies entre Bergidum Flavium et Asturica, pour lesquelles les auteurs paraissent hésiter entre deux trajets, l’un proposé aux pp. 360-361 et l’autre dans l’addendum, pp. 829-832 ; la seconde solution, avancée à la fin de la p. 831, me semble la meilleure. Cette incertitude sur d’assez nombreux tronçons rend évidemment difficile l’identification de plusieurs stations routières, et les localisations proposées pour certaines d’entre elles devront, à mon avis, être revues. D’autant plus que le calcul des distances avec un mille de longueur variable vient encore compliquer ces identifications. Sans revenir sur cette question de la longueur du mille, je dirai simplement que des mesures, effectuées sur des tronçons dont le tracé n’est pas parfaitement assuré (pp. 117-119, par exemple), ne peuvent servir à son règlement. J’ajouterai qu’il est, à mon avis, inconcevable que la valeur du mille ait pu varier le long d’un même itinéraire, surtout lorsque celui-ci correspond à une via militaris parcourue par les voitures du cursus publicus, comme, par exemple, sur la Via Nova.

8Ces observations, qui ne concernent que les voies, n’enlèvent absolument rien à l’utilité de cet excellent corpus des inscriptions routières de Galice, qui présente toutes les qualités requises aujourd’hui pour ce genre d’ouvrage épigraphique. Même si son texte en langue galicienne peut gêner quelques lecteurs, il fournira d’innombrables services, car il représente le plus important apport documentaire sur les voies de l’Hispanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sillières, « Antonio Rodríguez Colmenero, Santiago Ferrer Sierra e Rubén Darío Álvarez Asorey, Miliarios e outras inscricións », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 301-303.

Référence électronique

Pierre Sillières, « Antonio Rodríguez Colmenero, Santiago Ferrer Sierra e Rubén Darío Álvarez Asorey, Miliarios e outras inscricións », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/1106

Haut de page

Auteur

Pierre Sillières

Université de Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org