Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Rachid El Hour, La administración judicial almorávide en al-Andalus

Pascal Buresi
p. 305-307
Référence(s) :

Rachid El Hour, La administración judicial almorávide en al-Andalus. Élites, negociaciones y enfrentamientos, Helsinki, Academia scientiarum fennica, 2006, 337 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu principalement de la thèse de doctorat que R. El Hour a soutenue en 1996 à la Universidad Autónoma de Madrid, secondairement d’articles et de travaux divers réalisés depuis. Il porte sur l’administration judiciaire d’al-Andalus à l’époque almoravide et s’appuie, en premier lieu, sur le corpus des dictionnaires biobibliographiques. Ces ouvrages se présentent comme la liste, plus sélective qu’exhaustive, des biographies des savants andalous (oulémas, juristes, mystiques, juges…) : ils contiennent des indications sur les dates de naissance et de mort, sur les enseignements reçus et donnés, sur les fonctions assumées, sur les ouvrages acquis, lus ou rédigés.

2Le travail présenté par R. El Hour s’intéresse ainsi essentiellement à la judicature et à la charge de qādī dans les grandes villes d’al-Andalus. Cette approche régionale se traduit dans l’organisation même de l’ouvrage puisque les sept premiers chapitres traitent successivement de l’organisation judiciaire à Cordoue (pp. 21-41), à Séville (pp. 43-53), dans le Gharb (pp. 55-67), à Malaga (pp. 69-79), à Almeria (pp. 81-93), dans le Levant (pp. 95-119) et à Grenade (pp. 121-133). L’auteur y insiste sur le rôle social et politique des juges dans la continuité de l’époque des Taifas. Lorsqu’ils interviennent dans la péninsule Ibérique, les Almoravides ne remettent pas du tout en cause le fonctionnement antérieur de la judicature. Au contraire, ils s’appuient sur les grandes familles existantes de savants.

3R. El Hour insiste sur le rôle primordial de Cordoue, capitale intellectuelle et politique, ville d’origine de plusieurs grandes familles de juristes andalous. En outre, c’est à Cordoue que fut prise la décision de brûler La revivification des sciences religieuses d’al-Ġazālī et qu’eut lieu la grande révolte de 1120 contre les dirigeants almoravides. Après avoir consacré deux longs passages aux deux grandes familles — Banū Ḥamdīn et Banū Rušd — qui se partagent la judicature dans la ville, R. El Hour donne la liste des juges qui se sont succédé à la charge de qādī de la ville. En ce qui concerne Séville, l’auteur note l’absence de juges en provenance du Maghreb et donc le caractère local du recrutement, ce qui est en fait une caractéristique générale de toute la judicature andalouse à l’époque almoravide, à l’exception du cas notable de Grenade. Ce recrutement « andalou » des juges se retrouve aussi dans le domaine de la chancellerie. Le monde des lettrés se laisse très peu pénétrer par les Maghrébins et il faut attendre le règne des Almohades pour que cela change. Si on peut regretter le traitement un peu « linéaire » des premiers chapitres, la présentation choisie a l’avantage d’être très pratique pour le lecteur qui, s’il en a besoin, trouvera facilement les informations qu’il cherche concernant les titulaires des différents postes de juges dans les villes et provinces d’al-Andalus.

4Les deux chapitres suivants portent sur la question du conseil et de la consultation juridiques, très importants à l’époque almoravide : šūrà (pp. 135-163) et futyā (pp. 165-183). L’auteur rappelle que la šūrà fut nettement plus développée dans l’Occident musulman qu’en Orient, ce qui n’est guère surprenant dans une région où domine l’école juridique malékite. Le mušāwar était sollicité tant par les juges que par les émirs sur des questions politiques, religieuses ou administratives. Cette fonction était très importante dans la mesure où elle limitait l’action du juge. Il y avait ainsi un contrôle mutuel des juges sur les jurisconsultes : les premiers pouvant démettre les seconds, et ceux-ci pouvant orienter les décisions des premiers. L’importance des jurisconsultes s’affirme à l’époque almoravide comme en témoigne l’accroissement massif de leur nombre (de 28 à l’époque des Taifas, ils passent à 69 à l’époque almoravide). L’auteur donne très utilement la liste de tous les mušāwarūn d’al-Andalus en les classant par la localité où ils ont exercé (pp. 148-163), ainsi que de tous les muftī-s (pp. 179-183).

5Le dixième chapitre constitue une synthèse thématique du fonctionnement de l’administration judiciaire andalouse à l’époque almoravide (pp. 185-223) : relations entre l’institution du cadicat et le pouvoir almoravide, épisode de l’auto da fé des œuvres d’al-Ġazālī, fonction subalterne du ṣāḥib al-aḥkām qui joue le rôle d’« exécuteur des mesures judiciaires » ou de juge dans les localités secondaires, politique de nomination des qādī-s. L’auteur revient sur l’idée traditionnelle que les Almoravides, berbères originaires du Sahara, auraient été incapables d’introduire des réformes dans le système judiciaire existant. Or, à bien des égards, le développement de certaines fonctions aux dépens d’autres (celle de ṣāḥib al-aḥkām par exemple) atteste, entre autres choses, le contraire. Là encore, la liste de tous les titulaires de la charge de ṣāḥib al-aḥkām à l’époque almoravide, classée par localité, est utilement fournie (pp. 213-219).

6Le onzième chapitre porte sur les liens entre le pouvoir religieux et le pouvoir politique à travers les sources arabes et les biographies de qādī-s (pp. 225-239). R. El Hour y montre que les Almoravides donnèrent aux juges (fuqahā’) les charges et les fonctions les plus importantes du pays. En même temps, les Almoravides donnaient le titre de faqīh à des grammairiens, à des secrétaires (kuttāb), à des lexicographes, voire à des émirs, ce qui leur permit d’élargir la base de leur recrutement.

7Enfin, le douzième et dernier chapitre examine la destinée des familles de juges dans les périodes de transition politique, en particulier entre les dominations almoravide et almohade. L’auteur se limite ici aux villes et aux familles de savants de Malaga, Grenade et Séville. L’organisation de ce chapitre est regrettable. En effet, R. El Hour a choisi de présenter de manière juxtaposée les différentes familles de juges ou de notables exerçant des fonctions judiciaires par ville d’activité. Ce faisant, il s’est dispensé d’une synthèse sur la question de la place des juges dans les périodes de crise.

8La conclusion insiste sur la multiplication des charges de juge à l’époque almoravide et, surtout, sur la diffusion de ces charges dans des localités où elles n’existaient pas auparavant. En effet, à l’époque des Taifas, les juges étaient concentrés dans les grandes capitales. Le travail de Rachid El Hour confirme, en ce qui concerne le domaine juridique et judiciaire, ce qui a été mis en évidence dans le domaine politique. En effet, c’est là une des caractéristiques du pouvoir almoravide, en particulier par rapport au système qui se met en place avec les Almohades : la décentralisation et la délégation du pouvoir constituent les bases du fonctionnement de l’État impérial almoravide.

9Une bibliographie, comprenant la liste des sources utilisées, manuscrites ou éditées, et celle des études utilisées (p. 303), ainsi que divers index – onomastique, opera, toponymique – (pp. 305-336) complètent l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Buresi, « Rachid El Hour, La administración judicial almorávide en al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 305-307.

Référence électronique

Pascal Buresi, « Rachid El Hour, La administración judicial almorávide en al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/1113

Haut de page

Auteur

Pascal Buresi

CNRS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org