Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

David García Hernán, La cultura de la guerra y el teatro del Siglo de Oro

Christophe Couderc
p. 307-309
Référence(s) :

David García Hernán, La cultura de la guerra y el teatro del Siglo de Oro, Madrid, Sílex, 2006, 298 p.

Texte intégral

1Ce livre s’organise en cinq chapitres, précédés d’une introduction dans laquelle l’auteur s’attarde notamment sur la méthodologie de son étude. En effet, l’objet est ici moins la réalité des conflits que son écho dans la littérature dramatique ou, plus exactement, la forme qu’y prend la « culture de la guerre » au Siècle d’or, un concept notamment développé par le médiéviste Franco Cardini afin de rendre compte de la façon dont la guerre engendre des systèmes de représentation qui sont le reflet d’une conscience collective, en même temps qu’ils peuvent peser sur les attitudes et les opinions de la population face à la guerre. Par ce biais, l’étude de la guerre à l’âge classique peut aisément permettre d’établir des analogies avec des situations d’une actualité brûlante. Il est en effet indispensable que ceux qui en sont les acteurs et / ou les victimes adhèrent tant soit peu au projet militaire qui leur est proposé ou imposé. Le pouvoir royal a donc besoin de l’assentiment général, et, du fait de sa grande popularité, le théâtre, parmi d’autres médias, joue ce rôle de caisse de résonance des représentations de la guerre. Plus bas, le livre apporte une réponse nuancée à la question essentielle de savoir si l’on peut parler de propagande, c’est-à-dire d’une stratégie pensée comme telle, d’une entreprise de communication sciemment arrêtée comme l’on dirait aujourd’hui, qui instrumentalise le théâtre afin de rendre acceptable ce qui en principe répugne aux populations dont on sollicite le sacrifice.

2Le premier chapitre plante le décor d’une société confrontée de façon permanente à la guerre, ce qui explique que les Habsbourg aient dû trouver les moyens de convaincre les populations du bien-fondé de leur très coûteuse politique militaire. C’est ainsi que la guerre sera présentée comme la réponse à une agression mettant en péril le territoire et, surtout, qu’elle sera justifiée par l’assimilation à la croisade ou à la guerre sainte, guerre juste, donc, car menée au nom de Dieu. Dans les écrits historiographiques, les « relaciones de batallas » (p. 53), les sermons et les traités d’art militaire, on peut déceler une volonté de propagande et l’expression d’un « adoctrinamiento de la guerra justa en pos del “acrecentamiento” y la salvación de la religión » (p. 38). Mais qu’en est-il pour le théâtre ? Il apparaît en première analyse que dans la Comedia les propos sur la guerre sont peu en rapport avec la conjoncture politique ou diplomatique ; au contraire, García Hernán cite des textes de nature plus générale qui, par exemple, réactivent l’opposition bien connue entre les armes et les lettres.

3Le second et le troisième chapitre s’attachent à l’examen du contenu référentiel des nombreux textes de théâtre où apparaît la thématique guerrière. La Comedia reflète, parfois crûment, la vie du soldat, ses mœurs, sa propension au pillage (qui est une partie des « leyes esenciales de la guerra », p. 154) et sa mauvaise réputation, tout en témoignant aussi de la conception traditionnelle qui fait de l’activité guerrière l’apanage de la noblesse. Mais la Comedia, dans l’ensemble, est fille de son temps, et si elle met sur la scène des guerriers encore imbus de l’éthique chevaleresque, elle montre encore plus souvent que la représentation idéalisée du soldat vertueux est de plus en plus éloignée de la pratique de la guerre moderne. On ne pourra ici rendre compte précisément de ces aspects très divers – « Révolution Militaire », composition des troupes, vie quotidienne, noms de personnes et de lieux, etc. – qui permettent de mesurer la grande familiarité que les poètes du Siècle d’or entretenaient avec l’univers de la guerre. Le livre de García Hernán apporte aussi à plusieurs reprises des éclaircissements utiles et parfois indispensables sur le sens des vers qui y sont cités. Par là même, on perçoit l’une des particularités stylistiques d’un genre littéraire dont l’expression est souvent lyrique, mais qui peut aussi rendre compte de réalités très diverses grâce à un lexique extrêmement varié et à un langage technique qui participe du réalisme de la Comedia.

4Le quatrième chapitre revient sur les rapports entre histoire et littérature. L’auteur revendique ici l’utilité de la littérature, contre l’attitude méfiante de certains historiens. Cependant, quoique les travaux de Maravall sur la littérature comme propagande soient souvent sollicités, García Hernán rappelle que l’appréhension des textes de théâtre comme simple reflet du réel a été largement remise en question, notamment par les historiens de la littérature ; ce que Marc Bloch résumait déjà dans Apologie pour l’histoire : « on n’oserait plus écrire, aujourd’hui, tout uniment, que la littérature est l’expression de la société ». En effet, la littérature représente le réel, mais au prix de nécessaires distorsions, liées notamment aux conventions du genre. De plus, la Comedia, ne serait-ce que parce qu’il s’agit d’une littérature dramatique dont l’action est fondée sur un conflit de volontés opposées, est à même de laisser la parole à l’Autre, sans compter que son interprétation est souvent délicate du fait d’une ambiguïté axiologique pour ainsi dire consubstantielle. L’auteur peut ainsi observer que « el teatro, lejos de ser monolítico y servil ante el poder, tenía una gran capacidad para absorber y transformar toda una cultura, en directa sintonía con lo que el público le iba reclamando » (p. 188). En effet, au théâtre, le public est le prescripteur dont on est en droit de considérer que le dramaturge vise à satisfaire la demande tacite, et, par voie de conséquence, à qui il doit renvoyer une vision nuancée de la guerre sous peine d’invraisemblance. Dans un système le plus souvent commercial comme c’est le cas pour la Comedia du Siècle d’or, la désaffection du public signifie la mort de la pièce, et les historiens de ce théâtre ont clairement montré que sa modernité reposait pour une bonne part sur l’empire du gusto. Grâce à une batterie de citations, García Hernán, sur ce point, nous convainc aisément que le texte de théâtre est rarement une peinture positive et univoque de la guerre. On peut cependant se demander s’il s’agit là vraiment des échos – au demeurant assez décevants car peu précis –, des avis qui se faisaient alors entendre contre la guerre, ou les guerres, des Habsbourg d’Espagne (par exemple chez les arbitristas) : ces « puntos de vista contrarios a los discursos oficiales » (p. 213), davantage que l’expression d’une conscience critique, nous semblent plus souvent relever de la vérité poétique. Il faudrait mettre à part l’exemple très intéressant de Amar después de la muerte, où Calderón laisse s’exprimer le point de vue émouvant et pathétique des Morisques, susceptible par conséquent de susciter l’adhésion du spectateur, parce que les Morisques sont des victimes cherchant à défendre leur bien.

5Dans le cinquième et dernier chapitre, l’auteur poursuit ces remarques sur le goût des spectateurs que le dramaturge cherche à « caresser dans le sens du poil ». On relève ainsi une exaltation, frappante dans sa constance, des qualités propres à l’Espagnol, par quoi la Comedia concourt au dessin d’un génie espagnol fait de « superioridad y arrogancia » (p. 225) et justifiant la domination du monde. Le théâtre, notamment lorsqu’il revisite les grands moments passés de l’histoire d’Espagne, participe ainsi, à son échelle, de la construction de l’identité nationale et contribue à la diffusion d’un patriotisme qui fait de l’homme espagnol un guerrier et, plus encore, un conquistador, dont la valeur est intimement liée à son caractère martial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Couderc, « David García Hernán, La cultura de la guerra y el teatro del Siglo de Oro », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 307-309.

Référence électronique

Christophe Couderc, « David García Hernán, La cultura de la guerra y el teatro del Siglo de Oro », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/1116

Haut de page

Auteur

Christophe Couderc

Université de Paris X

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org