Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Josep Fontana, De en medio del tiempo

Jean-Philippe Luis
p. 316-318
Référence(s) :

Josep Fontana, De en medio del tiempo. La segunda restauración española, 1823-1834, Barcelona, Crítica, 2006, 560 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage consacré aux dix dernières années de l’absolutisme en Espagne, Josep Fontana renoue avec bonheur avec la période historique et les grandes études qui firent sa renommée dans les années 1970-1980. Ce livre s’inscrit pleinement dans ce qu’il faut bien appeler une œuvre. Il se situe dans la continuité de La quiebra de la monarquía absoluta (1971) qui est centrée sur la première restauration de Ferdinand VII (1814-1820) et, surtout, il s’appuie surtout sur les deux grands ouvrages antérieurs portant sur les années 1823-1834 : le remarquable et toujours inégalé Estado y Hacienda (1973, republié en 2001 par l’Instituto de Estudios Fiscales) et le récent La revolució liberal a Catalunya (2003).

2Le livre que Fontana nous propose aujourd’hui pallie par ailleurs une absence : aucune synthèse n’avait été consacrée à cette décennie qui a fait pendant longtemps figure de parent pauvre de l’historiographie. Seules 110 des 950 pages du grand classique de Miguel Artola, La España de Fernando VII, portaient sur cette période. L’ouvrage est donc particulièrement bienvenu.

3L’érudition dont fait preuve l’auteur est impressionnante et elle est le reflet de plusieurs décennies de travail. Le texte, de 350 pages, est suivi de près de 120 pages de notes. Quatre pages sont ensuite consacrées aux sources manuscrites et près de 50 pages aux sources imprimées et à la bibliographie. Cette synthèse est donc aussi un instrument de travail. Le plan chronologique adopté divise l’ouvrage en 16 chapitres. Le texte est dense, faisant la part belle au récit, avec un sens manifeste de l’exemplarité de l’anecdote. On ne s’étonnera pas de trouver de nombreuses références à des études locales ou régionales fort utiles, qui contribuent à dessiner les différentes facettes de l’évolution sur l’ensemble du territoire de la péninsule.

4Il est intéressant de comparer l’ouvrage à la célèbre synthèse La crisis del antiguo régimen [1808-1833] (Barcelone, 1979), écrite par Josep Fontana il y a près de trente ans. Une nette inflexion apparaît à l’heure d’évaluer l’expérience politique de la dernière décennie du règne de Ferdinand VII. Tout d’abord, l’expérience est insérée dans son contexte européen. Ensuite, le changement opéré dans la borne chronologique supérieure de la période est significatif. À la fin des années 1970, Fontana choisissait 1833, soit la mort du roi et le déclenchement de la première guerre carliste, pour préférer aujourd’hui 1834, c’est-à-dire la fin du gouvernement de Zéa Bermúdez, ce qui signifie reconnaître le réformisme absolutiste proclamé par ce dernier, dans le droit fil de la période entamée en 1823. Le contenu de l’ouvrage confirme ce constat : le caractère dynamique de la décennie, par opposition au mythe de l’immobilisme, est mis en relief sur certains point, contrairement à la synthèse de 1979 qui faisait encore la part belle à l’image traditionnelle d’immobilisme de cette seconde restauration de l’absolutisme. Fontana insiste alors, en conclusion, sur le mythe d’une « époque d’horreur et d’ignominie pour la nation » construit par l’historiographie libérale du xixe siècle (p. 366) et il insère la période dans le long processus de la révolution libérale.

5Le problème principal de l’ouvrage réside dans l’interprétation générale de l’auteur, très marquée politiquement et exposée en particulier dans la conclusion. Josep Fontana fut l’un des promoteurs de la théorie de la révolution trahie par une bourgeoisie qui, trop faible pour dominer, aurait été contrainte de s’allier avec l’aristocratie. Le résultat aurait été un régime libéral de nom, mais contre-révolutionnaire dans le fond (p. 367). Si l’on est d’accord avec l’auteur quand il affirme que réduire la période à un affrontement entre libéraux et absolutistes fut une vision amplement forgée par l’historiographie libérale, on ne le suit plus quand il minore le caractère révolutionnaire des changements intervenus entre 1808 et 1845. Tous les travaux menés en histoire du droit (Portillo Valdés), en histoire sociale (par exemple chez Jesús Millán, Juan Pro Ruiz), dans la nouvelle « histoire des concepts » (Javier Fernández Sebastián), ou dans l’importante rénovation qu’a connue l’histoire politique (en particulier avec les travaux d’Irene Castells, María Cruz Romeo, Ana María García Rovira ou Isabel Burdiel), tous insistent sur le caractère révolutionnaire de la période. Le modèle libéral modéré est certes un régime oligarchique, mais on ne peut analyser les objectifs des acteurs politiques de la période qui débute en 1808 au regard du résultat obtenu symboliquement avec la constitution de 1845. Même au-delà de 1845, la vie politique n’est pas atone, et une mobilisation populaire existe ponctuellement, en interaction entre enjeux locaux et nationaux (par exemple à Valence) et au travers des élites libérales. Jesús Millán remettait ainsi en cause une vision de la Restauration comme une conséquence logique des modalités de la politisation antérieure (Jesús Millán, « La herencia política de la revolución liberal », dans La politisation des campagnes au xixe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, 2000, pp. 259-286).

6La victoire d’un libéralisme oligarchique qui cherche à réduire la sphère du politique n’est pas le résultat de l’absence de diffusion de la politique moderne dans les années 1808-1845. Le contexte de ces années est favorable à une politisation du conflit social, créant ainsi une culture politique : nous le savons depuis longtemps pour le carlisme, pour le libéralisme en milieu urbain mais aussi rural où, localement, le libéralisme peut imprégner le monde paysan par sa rhétorique sur la liberté. Quand elle est libérale, cette adhésion politique n’est pas doctrine mais plutôt « un état d’opinion publique » marqué par le refus du despotisme, du carlisme et par le recours à la rhétorique de la liberté. L’Espagne est marquée par une véritable crise de ses élites parmi lesquelles aucun consensus ne se dessine pendant longtemps. Ainsi, les élites d’Ancien Régime ne sortent pas indemnes de la tourmente. Isabel Burdiel dans La política de los notables rappelait le caractère relativement plébéien des hommes politiques espagnols comparés à leurs homologues anglais, allemands et même français.

7Privilégier une vision téléologique et présenter la crise de l’Ancien Régime comme une étape d’un large processus de démocratisation porté par les masses, qui aurait été trahi par la bourgeoisie, empêche d’étudier la société de ce temps dans toute son altérité : celle d’un modèle politique en construction qui avait sa propre logique interne faite, en particulier, d’un mélange de règles juridiques nouvelles et de pratiques sociales anciennes renouvelées.

8Abstraction faite de ces réserves, l’ouvrage de Josep Fontana est indispensable et il est appelé à devenir un classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Luis, « Josep Fontana, De en medio del tiempo », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 316-318.

Référence électronique

Jean-Philippe Luis, « Josep Fontana, De en medio del tiempo », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1131

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Luis

Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org