Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Frédéric Vidal, Les habitants d’Alcântara

Stéphane Michonneau
p. 321-324
Référence(s) :

Frédéric Vidal, Les habitants d’Alcântara. Histoire sociale d’un quartier de Lisbonne au début du xxe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2006, 489 p.

Texte intégral

1Frédéric Vidal se défend d’avoir écrit la monographie du quartier industriel lisboète d’Alcântara, son objectif étant, selon lui, plus modeste. Et pourtant, même si l’heure n’est plus au point de vue totalisant sur la réalité historique, c’est bien un formidable morceau de vie d’un quartier populaire qu’il nous donne à voir. Fruit d’une thèse soutenue sous la direction d’Yves Lequin et d’un long travail de collaboration avec le Centro de Estudos de História Contemporânea Portuguesa à Lisbonne, Frédéric Vidal conduit, dans un style clair et concis, une étude magistrale qui fera date dans l’histoire des sociétés urbaines.

2Laissant de côté une démarche macroéconomique et nationale, l’auteur choisit de se concentrer sur l’étude sociale d’une ville de l’âge industriel, Lisbonne, qui n’est pas, au début du xxe siècle, de ces villes où domine une activité organisée autour de la grande industrie. L’enquête de Frédéric Vidal sur les relations sociales à l’échelle d’un quartier compte sur une longue tradition historiographique qui a souvent eu tendance à homogénéiser la diversité sociale et à réduire la pluralité des parcours et des pratiques à l’intérieur des classes populaires. Ici, le propos veut précisément éviter cet effet d’écrasement et rendre compte des interactions fines qui s’établissent avec le cadre spatial considéré, sans considérer ce dernier comme un ensemble stable et prédéfini. La démarche microsociale conduit à jeter trois éclairages sur la pluralité des sociétés urbaines, les modes de structuration du social et la définition du quartier comme milieu social, ouvert et instable. Ainsi, l’auteur a le souci constant de territorialiser l’étude des relations interpersonnelles qui fonde sa recherche.

3Logiquement, Frédéric Vidal construit sa démonstration en deux temps. D’abord, une histoire sociale du processus d’industrialisation portugais à travers le cas d’Alcântara, histoire fondée sur une documentation dispersée et hétérogène. Ensuite, et c’est là la principale originalité de cet ouvrage, une plongée dans les relations interpersonnelles tissées principalement dans deux rues d’Alcântara. Cette étude microsociale s’appuie, en revanche, sur un traitement très approfondi d’une source unique, les registres d’état civil, dont on ne soupçonnait pas la richesse.

4Globalement, entre la fin du xixe siècle et les années 1930, au fur et à mesure qu’il se trouve intégré à la métropole lisboète en pleine expansion, Alcântara évolue d’un quartier industriel à un quartier popu-laire urbain. La vocation industrielle du Tage a fortement marqué cette vaste zone d’entrepôts et d’entreprises qui témoignent de son dynamisme économique. Comme souvent au Portugal, la circonscription administrative naît de la paroisse, le découpage territorial qui se rapproche le plus de l’espace identitaire, le quartier d’usage commun. La vingtaine de milliers d’habitants que compte Alcântara au tournant du siècle atteste une vigueur démographique qui s’épuise progressivement au xxe siècle. L’étude se situe donc à un moment d’apogée de ce quartier qui, malgré sa singularité, apparaît justement comme un paradigme du renouveau urbain et industriel de la capitale. En effet, ce quartier ouvrier a tôt basculé dans l’univers préindustriel structuré autour de la minoterie, l’industrie de la chaux et la teinturerie. À la fin du xixe siècle, les industries textile et métallurgique sont les deux activités principales animées par une multitude de petites entreprises traditionnelles. Au cours des années 1920, la diminution de l’activité industrielle est notable et le commerce prolifère, en liaison avec l’expansion urbaine le long du Tage. Même si, à certains égards, le quartier continue d’être le « Belleville de Lisbonne », on assiste à une diversification socioprofessionnelle dont rendra compte plus finement la seconde partie.

5À travers l’étude d’Alcântara, c’est bien aussi un mode de représentation de la ville qui émerge. Trois représentations fortes affectent le quotidien de ses habitants : l’image d’un faubourg ouvrier, celle d’un bastion républicain et celle, enfin, d’un quartier populaire. Ces trois strates identitaires ne se succèdent pas mais elles jouent en même temps à des degrés divers. Alcântara est d’abord une périphérie qu’on inclue à peine sur les cartes et dans les évocations littéraires de la ville. Cet espace périurbain est surtout identifié comme lieu de divertissement des classes supérieures. Vite, l’image d’une Manchester portugaise s’impose, notamment confondue avec l’activité de la CUF, la Companhia União Fabril, l’une des plus importantes usines du Portugal. Socialement, les Alcântarinhos font partie des « classes dangereuses » dont on stigmatise les comportements déviants tout en leur reconnaissant un rôle important dans la construction d’une image urbaine typifiée, faite de cabarets et de fado, à la manière de l’Alfâma. Même si Alcântara s’identifie aussi avec la contestation sociale des années 1910, les grandes grèves de 1912 et de 1919 surtout, l’image d’un quartier industriel prime, malgré tout, sur celle d’un quartier ouvrier.

6Alcântara est un bastion républicain : les républicains n’y enregistrent-ils pas le score écrasant de 76 % aux élections législatives de 1910 ? Régulièrement, à partir de la fin de la première décennie, émerge dans les discours l’image du « peuple d’Alcântara ». Il est fortement structuré par d’innombrables associations politico-culturelles comme la Sociedade Promotora de Educação, fondée en 1904. Les belles pages qui décrivent l’activité de cette entité montrent comment la Promotora est le lieu de socialisation des habitants d’Alcântara : fêtes, distractions, théâtre puis cinéma, football, bals et concerts ponctuent la vie quotidienne du quartier. L’association ouvrière est aussi le lieu où se forme une « notabilité de quartier » en lien étroit avec les autorités, l’Église et le milieu patronal. Ces solidarités s’expriment finalement dans le projet d’exposition industrielle qui devait se tenir en 1914 à Alcântara. L’Alcântara républicaine est désormais en synchronie avec un pays qui connaît les bouleversements politiques que l’on sait.

7Enfin, Alcântara est en passe de devenir au xxe siècle un quartier-village populaire, équivalent lisboète de la Croix-Rousse à Lyon. Mais l’évolution date ici des années 1920-1930 : l’institutionnalisation et la folklorisation des « marches populaires » qui, le 13 juin, rassemblent les chars des quartiers de Lisbonne sur l’avenue principale de la capitale est à l’image de ce processus qui fait d’Alcântara un morceau de Lisbonne, objet incontournable de ce que Frédéric Vidal appelle l’« olisiprographie », c’est-à-dire la littérature urbaine qui a pour sujet la capitale portugaise. Désormais doté d’une histoire, d’un patrimoine et de traditions inventées, Alcântara est un quartier où il fait bon vivre, modèle réduit de la petite nation que les républicains s’efforcent de promouvoir. En même temps qu’Alcântara se fige dans son identité locale, elle perd de son identité industrielle et ouvrière. Au total, l’auteur montre que les représentations du quartier associent fortement deux composantes qui forment un système dual : d’une part, l’urbaine et, d’autre part, l’industrielle et ouvrière. De faubourg industriel replié sur lui-même où s’entassent des populations ouvrières relativement marginales, Alcântara devient un quartier populaire au moment où s’entame le processus de sa désindustrialisation.

8Dans une deuxième partie, le recours à l’état civil est le fil conducteur de la démarche analytique. Frédéric Vidal opère une critique exemplaire de ses sources dans un contexte où la République a rendu obligatoire l’inscription au registre de l’état civil seulement en 1911. L’intérêt de cette méthode réside dans le choix de deux rues comme point d’observation des relations interpersonnelles : en effet, la rue, souvent étudiée comme un espace social, est plus rarement envisagée comme une unité sociologique. L’auteur établit une prosopographie précise rassemblant plus de 70 informations distinctes sur les parents venus enregistrer leur progéniture. Ce corpus permet de saisir différents types de populations et de générations, en se concentrant sur les relations entre les parents, les parrains et les marraines. Deux questions guident alors l’analyse pour définir la position qu’occupe chaque individu dans la société d’Alcântara : l’origine et l’horizon professionnel.

9Le premier point rejoint forcément l’analyse des migrations et de l’habitat de Lisbonne, c’est-à-dire les formes de mobilité géographique et les logiques de peuplement, des manières d’habiter et des sociabilités urbaines. Le chercheur note le poids notable des individus nés à Lisbonne, à la différence de la plupart des études qui font de la mobilité résidentielle l’une des principales caractéristiques des modes d’habiter des quartiers populaires. Un apport important de ce travail est de mettre en valeur la position centrale des femmes dans les processus d’intégration et le poids de la parenté dans la socialisation de l’individu. En somme, la source des registres civils permet de déterminer la nature du lien qui unit à Lisbonne.

10Le dernier volet de l’étude de Frédéric Vidal s’attache aux identités professionnelles qui sont une autre forme puissante de différenciation sociale mais dont on ignore souvent le fonctionnement. Première constatation : l’enregistrement des métiers ne concerne que la population masculine, les métiers de femme passant au travers des mailles du filet. Du côté des pères, les déclarations professionnelles révèlent un schéma classique de répartition des métiers, avec un nombre limité de professions très fréquentes et une multitude de professions rares. Il existe cependant une plus grande diversité sociale qu’on pourrait imaginer, même si les travailleurs sans qualification dominent nettement le paysage des deux rues étudiées. Timidement, dans les années 1930, les « cols blancs » gagnent de l’importance.

11En dépit de l’imprécision des déclarations, on peut tout de même noter que les « métiers » occupent une position de plus en plus dominante au sein du secteur industriel. Ainsi, les gains et les pertes de qualification s’opèrent dans le même métier et les changements de profession sont rares. Ces conclusions ne permettent pas pour autant d’infirmer la plupart des études portugaises qui font du métier le mode principal de définition des identités sociales au début du xxe siècle. Ainsi, la profession ne définit pas à elle seule une position sociale dans un Portugal où la spécialisation est encore peu poussée. En fait, plus que la nature du métier, c’est le type d’emploi qui détermine la position sociale.

12Désormais, Frédéric Vidal peut s’attacher à comprendre la nature des liens qui unissent les différents groupes sociaux. L’impression d’une diversité des formes de cohabitation entre groupes socioprofessionnels différents l’emporte. Pour analyser cette mixité sociale croissante, le chercheur a choisi un point de vue original : celui du choix des parrains. Ainsi, tout en appartenant à des univers sociaux relativement proches, les pères et les parrains nouent des relations qui témoignent de rapports informels entre groupes sociaux. Même si le niveau de qualification est un élément déterminant d’agencement des rapports sociaux, il ne faut pas négliger la nature de l’emploi, l’origine des pères, les parcours individuels ou la nature du lien avec la ville que traduisent les alliances matrimoniales.

13En fait, Frédéric Vidal montre qu’il n’existe pas de bons ou de mauvais critères d’ascension sociale mais plutôt des combinaisons de facteurs qui, selon les contextes, se révèlent soit avantageuses, soit défavorables. Dans la première décennie du xxe siècle, le lien entretenu avec la ville par l’épouse favorise une échappée sociale qui ne compensera toutefois que difficilement l’absence de qualification de l’époux. De même, la présence de parents éloignés est plutôt un facteur positif. Au début du siècle, donc, c’est la diversité des parcours et des expériences qui constituent un atout. Dans les années 1930, les opportunités se font plus rares, et le lien avec la ville ou bien le statut migratoire des couples ne jouent plus un rôle si important. C’est désormais le niveau de qualification qui donne le ton. Le chercheur parle d’une « réduction du champ des possibles » sociaux, le statut professionnel s’imposant de plus en plus comme la source exclusive d’explication des comportements sociaux.

14À partir de l’examen concret des pratiques relationnelles Frédéric Vidal a fondé une démarche originale et fructueuse qui renouvelle amplement le champ de l’histoire sociale et urbaine. Alcântara, on le comprend, offre un formidable point d’observation des processus de transformation d’un milieu urbain à l’époque de l’industrialisation. Au-delà, l’étude débouche sur la saisie des formes de cohésion sociale à l’échelle des lieux de rencontre que sont les rues d’un quartier. L’enquête emprunte finalement davantage aux courants de l’histoire des sociétés urbaines qu’à une histoire urbaine stricto sensu.

15Alcântara connaît une mutation profonde qui transforme un quartier-ghetto en un quartier-village, à l’opposé d’un faubourg industriel mais pleinement partie intégrante de Lisbonne. Le quartier se définit donc davantage par rapport à ses habitants que par rapport à sa fonction.

16Il faut insister sur la qualité et la pertinence des remarques de méthode qui permettent à la fois au chercheur de déjouer les pièges de la documentation et d’éclairer des analyses souvent complexes. Aux définitions normatives des identités sociales peuvent être opposées des stratégies individuelles. Ce sont jusqu’à des formes d’organisation du territoire urbain qu’on peut percevoir : la rue est définie comme un lieu sociologique qui fonctionne comme un creuset où s’élaborent des trajectoires, des manières de faire, des tactiques ou des stratégies sociales communes. Finalement, l’expression « être d’Alcântara » prend sens, même si, dans les années 1930, la dissolution de l’identité du quartier finit par faire de l’Alcântarinho un Lisboète presque comme un autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Michonneau, « Frédéric Vidal, Les habitants d’Alcântara », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 321-324.

Référence électronique

Stéphane Michonneau, « Frédéric Vidal, Les habitants d’Alcântara », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/1137

Haut de page

Auteur

Stéphane Michonneau

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org