Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Julio Aróstegui, La historia vivida

Paul Aubert
p. 324-327
Référence(s) :

Julio Aróstegui, La historia vivida. Sobre la historia del presente, Madrid, Alianza, 2004, 431 p.

Texte intégral

1En définissant un présent qui exclurait la mémoire héritée et reposerait sur l’extension de la mémoire vécue, Julio Aróstegui s’inscrit dans la perspective ouverte naguère (notamment en France à partir de 1980) par l’apparition d’une histoire du temps présent qui prétendit fonder une nouvelle discipline sur les cendres d’une histoire contemporaine écartelée entre le journalisme, la science politique et l’anthropologie. Mais il la dépasse en faisant de « l’histoire vécue » une catégorie plus précise que « l’histoire du temps présent » qui équivaut le plus souvent à une histoire du xxe siècle, voire du xxie siècle.

2Julio Aróstegui suggère de fonder un nouveau modèle historiographique qui étudierait le temps dont la mémoire est conservée et non plus une période dont la Révolution américaine et la chute de l’Ancien régime fonderaient la contemporanéité supposée. Mais vouloir faire l’histoire de la génération à laquelle nous appartenons – pour reprendre une formule de Marcel Roncayolo – revient à poser la question des témoins et à considérer une « mémoire collective » ou à privilégier une recherche identitaire qui passe par l’autobiographie et le retour à l’approche factuelle. Peut-on revendiquer la possibilité d’une « histoire immédiate », selon le titre de la collection inaugurée jadis par Jean Lacouture aux éditions du Seuil ?

3Le livre de Julio Aróstegui n’esquive aucune de ces questions. Il se divise en deux parties : une réflexion théorique sur la possibilité d’une telle entreprise précède l’exposé des grands principes, depuis la recherche d’une explication historique, après la disparition du « socialisme réel » et la chute du mur de Berlin, jusqu’aux conséquences de la fin d’un système idéologique bipolaire et l’amorce d’un processus de globalisation. Certes l’histoire immédiate a ses forces et ses faiblesses : non seulement le chercheur ignore l’épilogue, mais il ne peut disposer de toutes les sources, même si celles-ci se sont considérablement diversifiées. Paradoxalement, l’historien du présent est submergé par les faits et la multitude des interprétations simultanées qui en sont données tout en sachant qu’il ne peut utiliser toutes les sources et que son enquête peut avoir pour limites le secret-défense ou la raison d’État. Qui peut écrire maintenant une histoire de Cuba ou de la Guinée en disposant de tous les documents nécessaires ? Cependant, l’historien du passé peut-il prétendre que tous les documents ont été découverts ou qu’ils ont tout dit ? Enfin, l’interprétation de l’historien qui connaît la suite des événements n’est-elle pas influencée par cette dernière ?

4Après l’histoire immobile de la longue durée, prônée par Fernand Braudel pour répondre au défi des sciences sociales et du structuralisme, après la querelle entre l’historien condamné à l’empirisme et l’anthropologue qui aurait accès à l’expression inconsciente de la vie sociale, l’historien du temps présent devrait être capable de traquer l’événement signifiant dans la perspective d’une histoire totale. Il semble mieux à même de maîtriser l’horizontalité du temps présent et de remettre les choses à leur place dans la contemporanéité dont le champ chronologique ne cesse de se réduire au fur et à mesure que s’ajoutent des strates en aval.

5On est loin de la fameuse remarque de Benedetto Croce constatant que toute histoire est histoire contemporaine et, par conséquent, que chaque génération a pour tâche d’écrire l’histoire qui lui convient. Ranke, considéré comme l’un des fondateurs de l’historiographie moderne, était également persuadé que l’histoire s’écrit au présent. Alors que l’histoire contemporaine semblait être devenue hégémonique au sein de la discipline historique, Pierre Nora remarquait en 1978 : « Tant qu’il n’est d’histoire que du passé, il n’y a pas d’histoire contemporaine. C’est une contradiction dans les termes. En soi, l’histoire contemporaine ne s’est jamais trouvée […] c’est une histoire sans objet, sans statut et sans définition. » Aróstegui ne cherche pas à éclaircir ce paradoxe. Son propos est tout autre : il est résolument ancré dans le présent, c’est-à-dire ailleurs que dans la catégorie historique post-révolutionnaire de la contemporanéité.

6C’est au milieu du xxe siècle, dans les années soixante, que l’histoire contemporaine acquiert une place dans le cursus universitaire, même si Rafael Altamira entrevoyait déjà, au début du siècle, la possibilité de distinguer une histoire contemporaine écrite par des auteurs qui appartiendraient au même univers temporel que les phénomènes qu’ils étudient. Comment envisager alors la césure entre le passé et le présent dans une figuration linéaire de la temporalité ? Autrement dit : ne sort-on pas l’analyse politique de l’historicisme pour la faire sombrer dans le roman feuilleton ? Julio Aróstegui, qui souligne d’abord le caractère érudit de l’histoire vécue, ne semble pas le craindre, dès lors qu’elle reste l’œuvre d’historiens professionnels. Mais considérer l’époque contemporaine comme la plus rapprochée sur la ligne du temps ne résout pas la question, puisque c’est l’histoire d’un temps qui s’annule au moment où il a lieu. Sachant que quiconque prend la plume projette dans ses propos les préoccupations de son siècle, l’historien a fini par souhaiter éclairer la dimension obscure du passé ou par vouloir interpréter les symboles légués pour leur redonner la signification qu’ils avaient jadis. Cette tâche, qui a pu sembler illusoire, permet de remettre les discours en perspective dans le cas, par exemple, de l’histoire des concepts. Vaincre la méfiance des érudits à l’endroit de l’histoire récente n’est cependant pas qu’une question de méthode.

7Lorsqu’il propose une nouvelle approche de la contemporanéité, Julio Aróstegui part du présent et non de l’aboutissement de la représentation linéaire du temps. En dotant d’une épaisseur l’histoire contemporaine, conçue comme temps d’une écriture, Benedetto Croce faisait en sorte que le passé redevienne contemporain. C’est sur des bases semblables que Marc Bloch fondait la contemporanéité en soulignant qu’il n’y a pas de rupture entre passé et présent. Cette façon d’envisager l’inscription du passé dans le présent (comme on peut le faire en matière d’histoire institutionnelle à la lumière de Durkheim) induit une dépendance qui va au-delà de la simple exigence méthodologique car elle renvoie à l’historicisme.

8Or, Aróstegui, inversant la perspective, situe ce présent dans le passé et souhaite l’étudier avec la rigueur et la méthode que l’on réserve à l’étude du passé, sans oublier de s’interroger sur le poids des nouvelles technologies. Certes, il n’est pas indifférent aux phénomènes de seuil et il ne craint pas d’aborder, avec les précautions scientifiques nécessaires, la question des rapports entre histoire et mémoire : il n’y a pas d’histoire sans mémoire, mais la mémoire est accumulative, partisane ou lacunaire. Il est sans doute exagéré de faire de cette dernière la « matrice de l’histoire », à moins qu’elle soit capable d’adopter les divers points de vue du groupe afin de revendiquer une fonction sociale, qui ne coïncide pas toujours avec l’Histoire, car cette interrogation de l’immédiat peut déboucher sur une politique.

9Au terme d’une analyse que l’auteur prétend provisoire mais qui se fonde sur des réflexions amplement mûries, quelques conclusions se dégagent :

1.— Il doit être possible de doter le présent d’épaisseur en faisant l’histoire de l’expérience ; c’est-à-dire, au-delà de la collecte d’informations, d’expliquer notre temps. Pour cela il faut revenir, d’une part, à l’étude de l’événement et, d’autre part, à l’analyse du présent comme laps de temps socialement construit.

2.— Ce retour de l’événement rapproche l’historien du journaliste dans la mesure où il s’interroge sur la façon dont changent la culture et la société.

3.— Il invite au dialogue avec le sociologue, même si l’histoire immédiate ne cherche pas a priori à dégager des lois historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aubert, « Julio Aróstegui, La historia vivida », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 324-327.

Référence électronique

Paul Aubert, « Julio Aróstegui, La historia vivida », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1139

Haut de page

Auteur

Paul Aubert

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org