Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Économie et société dans le nord-est du monde ibérique et ses marges (250-25 av. J.-C.)

Thèse soutenue à l’Université de Toulouse-Le Mirail le 9 décembre 2005 (dirigée par Robert Sablayrolles)*
Alexis Gorgues
p. 329-332

Texte intégral

  • *  Composition du Jury : Robert Sablayrolles, Université de Toulouse – Le Mirail ; Pierre Moret, CNRS (...)

1Cette thèse part d’un constat : alors que l’économie des sociétés antiques historiques, celles pour lesquelles nous disposons de sources textuelles (principalement la Grèce et Rome), a fait l’objet d’un travail analytique ancien destiné à en caractériser les spécificités, les sociétés protohistoriques, pour lesquelles nos seules informations textuelles dépendent d’observateurs issus du monde classique, sont décrites comme fondamentalement « anéconomiques ». En effet, jamais la démarche archéologique n’a tenté d’isoler une sphère de l’économique dans ces sociétés en marge du monde classique et, de ce fait, n’a jamais envisagé de la caractériser d’un point de vue théorique.

2Le débat portant sur la nature théorique des économies antiques s’est développé sur plus d’un siècle, depuis la controverse entre Blücher et Meyer jusqu’aux récents travaux de Cl. Nicolet, de J. Andreau ou d’A. Giardina, par exemple. Ces travaux ont oscillé entre deux extrêmes : d’une part, les « primitivistes » qui mettent l’accent sur les spécificités des économies antiques et les éléments structurels qui les différencient des économies industrielles (les historiens les plus importants de cette école sont, sans doute, M. Weber et, plus récemment, M. Finley), et, d’autre part, les « modernistes » qui analysent les économies antiques à la lumière de concepts modernes (le plus célèbre étant, probablement, M. Rostovtzeff). Récemment, ce débat a été dépassé. L’économie antique est traitée, désormais, comme un processus intégré dans le cadre plus large du fonctionnement social et culturel, et caractérisé par des éléments structurels propres, impossibles à réduire à une évaluation qualitative superficielle comme celle qu’induisent les qualificatifs de « primitif » et de « moderne ». Les archéologues ont joué, à partir des années 1960, un rôle important dans l’évolution de ce débat, la fouille de structures de production ou l’étude du commerce par le biais de l’analyse d’amphores ayant apporté d’importants éléments de réflexion.

3C’est sans doute l’absence d’articulation entre débats historiques et problématiques archéologiques qui a empêché le développement de questionnements identiques concernant les sociétés protohistoriques. En effet, l’analyse archéologique, en valorisant les mobiliers « exotiques » ou de provenance lointaine (Grèce et Italie principalement, mais aussi Orient méditerranéen) a mis en avant les activités d’échanges au détriment de celles de production. Dès lors, les processus économiques apparaissent comme des circuits de mise en relation du monde protohistorique et du monde classique : leur étude, en fonction des contextes géographiques, a surtout pour finalité de mettre en exergue les affinités culturelles des populations protohistoriques avec celles de la Méditerranée antique, ou encore l’importance du contrôle des échanges dans l’évolution de leur structure politique.

4Cette thèse se propose de porter sur le terrain de l’archéologie protohistorique le débat qui, pendant plus d’un siècle, a agité les sciences de l’Antiquité, en revalorisant dans l’analyse la part des activités productives. Celles-ci font l’objet d’une typologie définie sur la base du contexte de production et de la diffusion géographique des biens. On les divise en activités domestiques (le cadre de fabrication est alors la maison, l’aire de diffusion le voisinage ou le village), artisanales (le cadre de fabrication est l’atelier – une forme pas toujours bien identifiée en archéologie protohistorique –, la diffusion se fait à l’échelle locale ou régionale) ou manufacturières (le processus de production rationalisé est concentré sur un lieu optimisé pour l’accomplissement rapide de la chaîne opératoire, la diffusion se faisant à l’échelle interrégionale). Les échanges sont analysés à toutes les échelles possibles. La finalité de cette démarche est de définir la « substance » des économies protohistoriques dans la tradition des études impulsées par l’économiste K. Polanyi.

5Le cadre d’étude, défini comme un quadrilatère compris entre la Méditerranée et l’Orb à l’est, le Massif central au nord, l’axe Toulouse – Saragosse à l’ouest et les premiers contreforts du Sistema Ibérico au sud, a été choisi en fonction de sa diversité géographique, mais aussi des affinités culturelles mises en évidence au sein de cet espace par des auteurs comme E. Gailledrat. De plus, les bornes chronologiques choisies (-250 / -25) permettent de reconsidérer l’hypothèse de C. Ebel selon lequel la partie nord-pyrénéenne de notre zone d’étude fut intégrée dès -197 à la province romaine d’Hispanie citérieure, après la victoire romaine dans la deuxième guerre punique, la province de Gaule transalpine n’étant créée que dans les années -70. Choisir cette période d’expansion romaine revient donc à s’interroger également sur l’impact économique de la conquête et, plus largement, sur ses conséquences au sein des sociétés protohistoriques de l’Occident méditerranéen.

6Des remarques méthodologiques visant à fixer le cadre de l’interprétation et de la datation des données archéologiques précèdent l’analyse proprement dite. Il s’agit principalement de montrer que l’analyse « substantiviste » qui est proposée ne peut s’appuyer que sur l’étude de contextes archéologiques reflétant le mieux la réalité des lieux de production ou d’échange antérieure à leur ruine, et de définir des critères de datation homogènes sur un territoire de ce point de vue hétérogène, principalement pour des raisons d’ordre historiographique.

7Une première partie vise à analyser les aspects structurels des économies protohistoriques antérieurement à -250. L’étude des documents épigraphiques (en langue grecque) et des éléments liés à la métrologie (extrêmement rares compte tenu, en particulier, de l’absence de monnaies indigènes) permet de décrire une économie dans laquelle les échanges à moyenne distance sont peu courants et impliquent surtout des colons grecs ou des personnes liées à leurs intérêts. L’intégration économique des espaces indigènes paraît faible. La finalité des activités de production et d’échange semble être l’augmentation du patrimoine et la création de liens d’interdépendance au niveau communautaire, deux processus liés aux structures de pouvoir. La sphère économique est centrée sur la maison (lieu de résidence d’un lignage), cadre de production et de concentration du patrimoine.

8La situation évolue peu après -250, si ce n’est qu’on assiste à un renforcement apparent de la structure lignagère et, surtout, de la domination de quelques lignages sur la communauté. C’est ce que montre l’importance de très grandes maisons se caractérisant par une forte concentration de structures de production, par d’importantes activités de stockage à moyen terme, mais aussi par des éléments ostentatoires (trophées d’armes dans certains cas). Ces grandes maisons abritent l’essentiel des activités de production, exceptées celles qui génèrent des nuisances excessives telle la production de céramique, seule chaîne opératoire se déroulant dans un lieu lui étant exclusivement consacré et donc répondant à notre définition d’une activité artisanale. Cette répartition domestique des structures tend à démontrer que les rapports de production devaient être une extension des rapports domestiques. On propose de qualifier cette organisation de mode de production lignager : la production et l’accumulation de biens se fait au sein du lignage, l’échange unissant différents lignages à l’intérieur d’une même communauté, ou des lignages appartenant à des communautés différentes. De ce point de vue, les processus observés dans la seconde moitié du iiie siècle av. J.-C. semblent n’être qu’un développement des dynamiques antérieures que l’on suppose propres aux structures sociales indigènes et qui semblent homogènes sur toute notre zone d’étude, bien que la partie nord-occidentale reste encore mal connue.

9Les éléments de diversification apparaissent après -200, au moment où les communautés indigènes sont englobées, à différents niveaux, dans des structures politiques plus larges : la république romaine, d’une part, et le peuple gaulois dénommé « Volques Tectosages » par les sources antiques, d’autre part. Au sud, la frappe de monnaies d’argent, qui avait commencé vers -220 sur une base métrologique grecque, va prendre une forte ampleur et se rapprocher de la métrologie du denier romain. Le paiement du tribut à Rome est retenu comme l’explication la plus probable de ce phénomène. Les structures sociales indigènes se maintiennent, mais la pression romaine (qui, outre le tribut, se concrétise aussi par des arbitrages lésant des communautés au profit d’autres) engendre une période de crise caractérisée par une restructuration du tissu de peuplement. Progressivement, une variable s’ajoute à la capacité de production et de mobilisation des produits issus de l’échange dans la compétition interne entre lignages : les liens avec Rome, arbitre de fait des rivalités locales. Au nord des Pyrénées, les processus de monétarisation sont encore inconnus. En revanche, l’intégration économique entre littoral méditerranéen et Languedoc intérieur s’accroît (processus attribuable à l’intégration de communautés, auparavant très éclatées, au sein d’un même ensemble politique) alors même que les affinités ibériques du littoral languedocien perdent de leur force. Le iie siècle av. J.-C. semble donc être une époque de diversification des dynamiques économiques entre populations vivant au nord et au sud des Pyrénées.

10On assiste à la fin du iie siècle av. J.-C. (après -125 et, surtout, jusqu’à -75) à une « re-convergence » entre ces régions : présence massive de monnaies ibériques en Languedoc, développement de frappes monétaires en écriture ibérique de Narbonne à Toulouse, redémarrage des importations ibériques, développement apparent d’une métrologie commune entre Ilergètes et Tolosates… On attribuerait volontiers ce processus, d’une part, à la dissolution vers -106 de l’entité « Tectosage » que l’on peut déduire des sources littéraires et, d’autre part, au regroupement de toute cette zone sous l’autorité romaine, peut-être au sein d’une même province jusqu’à la fin des années 80 av. J.-C. Parallèlement, des productions manufacturières de type italique se développent, d’abord en péninsule Ibérique (ateliers d’amphores, vers -75) puis en Gaule (ateliers de céramique « pré-sigillée », vers -35), annonçant l’externalisation des activités productives par rapport à la sphère domestique propre aux économies ibéro-romaine et gallo-romaine.

11Les principales conclusions de cette thèse sont de deux ordres. Tout d’abord, il est nécessaire de remettre en question une intégration administrative des territoires étudiés dans une même province dès -197, selon l’hypothèse d’Ebel, car les processus de divergence au sein de notre zone sont tels, de -200 à -125, qu’on ne peut imaginer qu’elle se trouvait alors impliquée dans une dynamique historique unique. Ensuite, et surtout, les économies indigènes apparaissent comme une création originale, adaptée au fonctionnement social des communautés locales. Loin d’initier un phénomène de convergence entre monde italique et monde ibérique, l’intervention romaine tend à déstructurer les communautés indigènes, en déstabilisant, entre autres, leur système de production et d’échange. De ce point de vue, se limiter au concept de « romanisation » dans l’analyse de cette période revient sans doute à minimiser excessivement la dimension traumatique de ce processus sur les populations protohistoriques.

Haut de page

Notes

*  Composition du Jury : Robert Sablayrolles, Université de Toulouse – Le Mirail ; Pierre Moret, CNRS, UMR 5608 TRACES, Toulouse ; Patrice Arcelin, CNRS, UMR 6573 Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence (président) ; Michel Bats, CNRS, UMR 5140, Lattes ; Javier de Hoz, Universidad Complutense, Madrid ; Claude Domergue, Université de Toulouse – Le Mirail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Gorgues, « Économie et société dans le nord-est du monde ibérique et ses marges (250-25 av. J.-C.) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 329-332.

Référence électronique

Alexis Gorgues, « Économie et société dans le nord-est du monde ibérique et ses marges (250-25 av. J.-C.) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1146

Haut de page

Auteur

Alexis Gorgues

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org