Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

La diffusion iconographique des mythes fondateurs de Rome dans l’Occident romain

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris IV le 26 novembre 2005 (dirigée par Jean-Charles Balty)*
Alexandra Dardenay
p. 332-335

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • *  Composition du jury : Agnès Rouveret, Université de Paris X (présidente) ; Jean-Charles Balty, Uni (...)

1Cette thèse porte sur la formation, la diffusion et l’interprétation d’un corpus iconographique au sein de la civilisation romaine occidentale de la fin de l’époque républicaine et de l’époque impériale. Pourquoi avoir choisi comme objet d’étude l’iconographie des primordia Urbis ? Les motivations sont multiples. Elles reposent essentiellement sur l’adéquation de ce corpus à la problématique envisagée, qui porte sur les modalités de la transmission des images entre la sphère publique et la sphère privée dans la société romaine. En effet, les images des origines de Rome présentent la particularité d’avoir fait l’objet d’une utilisation de caractère politique par les acteurs du pouvoir, mais également d’une diffusion dans un contexte funéraire et domestique. L’image des primordia Urbis se prêtait d’autant mieux à une telle analyse qu’elle était chargée d’une puissante symbolique polysémique et concernait la perception que se faisaient les Romains de leur propre histoire, ou plutôt de leur propre origine.

2L’étude de la diffusion iconographique des mythes fondateurs de Rome dans l’Occident romain donne ici matière à une analyse typologique, chrono- logique et thématique. L’iconographie des mythes fondateurs de Rome était d’emploi, somme toute, assez rare, aussi bien en contexte officiel que dans l’espace funéraire ou domestique. Cette constatation nous amène à soulever le problème du « profil type » de l’utilisateur. Si tous les empereurs n’ont pas fait usage de l’image des primordia Urbis dans le cadre de leur propagande iconographique, qu’est-ce qui singularise ceux qui l’ont fait ? La question se pose de même chez les particuliers – citoyens et indigènes – qui ont fait usage de ces images.

3Un autre type d’interrogation, qui découle directement des précédentes, est lié à la signification et à l’interprétation des thèmes selon les périodes et les contextes. En effet, une image n’a probablement pas le même sens selon qu’elle apparaît sur un relief officiel ou un décor privé ; par ailleurs, l’étude portant sur toute l’époque romaine, elle permet d’identifier des divergences de sens selon les règnes et les espaces géographiques.

4Le corpus iconographique des primordia Urbis était donc un objet d’étude idéal, en raison de sa forte connotation politique, culturelle et littéraire. Une autre de ses qualités réside dans la diversité des types d’images attestés : cycles narratifs, scènes figurées et motifs schématiques.

5On constate une importante fixation des thèmes sur certains schémas iconographiques : celui du profugus pour la légende d’Énée, celui de la louve romaine pour la légende de Romulus. Dans une moindre mesure, les schémas iconographiques mettant en scène Romulus tropaiophoros et Mars et Rhéa Silvia étaient employés de façon récurrente, bien que dans des proportions bien moins importantes que les deux précédents. Parallèlement, les documents consacrés à d’autres épisodes de la légende des origines de Rome sont d’emploi marginal et apparaissent essentiellement au sein de cycles iconographiques.

6Une telle situation est sans doute le fruit de l’emploi privilégié de quelques images dans la sphère publique, de leur intense répétition entraînant une inéluctable immuabilité, voire une certaine simplification des schémas iconographiques. Celle-ci justifie l’emploi d’une typologie pour l’interprétation des images les plus fréquentes : la fuite d’Énée, la louve romaine, et Mars et Rhéa Silvia.

7Par ailleurs, on observe une spécialisation des types iconographiques en fonction des supports, ainsi qu’une évolution de la typologie et des modes ponctuelles pour certains schémas iconographiques. De telles conclusions permettent à cette typologie de servir d’auxiliaire à la datation, en conservant, bien entendu, toutes les précautions que justifie le caractère aléatoire de la méthode. Enfin, un des principaux intérêts de l’établissement d’une typologie iconographique réside dans la meilleure connaissance qu’elle procure du travail des différents ateliers : les influences réciproques, les groupes de matériels cohérents sont mis en évidence.

8L’analyse typologique du matériel est suivie d’un questionnement problématique envisageant, globalement, l’étude de l’emploi des thèmes iconographiques dans la sphère publique, puis dans la sphère privée. Cet ordre de présentation est apparu évident, dans la mesure où l’iconographie des primordia Urbis dans la sphère privée ne peut être appréhendée sans une juste évaluation de son processus d’assimilation dans la sphère publique. Il s’agit, bien entendu, d’un parti pris qui présente le défaut de donner une image dichotomique de la société romaine. On a tenté de nuancer une telle vision en rappelant que, dans l’Antiquité romaine, les sphères publique et privée n’étaient pas deux ensembles clos, et que, bien au contraire, elles faisaient l’objet d’échanges permanents.

9Par ailleurs, la question des motivations de l’emploi de l’image des primordia Urbis de la part d’un homme politique, comme d’un simple particulier, fait partie des points clés que cette thèse contribue à éclairer.

10Quand Jules César revendique sa filiation avec Énée et Vénus, il ne fait rien d’autre que clamer plus haut et plus fort des prétentions généalogiques qu’il partageait avec d’autres gentes. Nous avons alors montré comment le dictateur s’accaparait un procédé de légitimation généralement dévolu aux familles d’origine plébéienne soucieuses de reconnaissance de la part des gentes patriciennes. Il est, en effet, apparu que, dès le iie siècle av. J.-C. l’usage de la filiation mythologique s’avérait être un « expédient » destiné à ceux qui ne pouvaient se vanter de compter un des grands hommes de la République parmi leurs ancêtres. À la suite de son père adoptif, Auguste sut tirer parti d’un « prétexte » qui permettait de justifier la transmission héréditaire du pouvoir et, par là même, l’instauration d’une dynastie.

11Dès lors, tout au long de l’époque impériale, l’image des primordia Urbis connaît une faveur inégale chez les empereurs successifs. L’analyse révèle très clairement que ces brèves acmés sont liées à l’avènement d’une nouvelle dynastie ou, du moins, aux prétentions d’un homme à fonder une dynastie. C’est alors que le prétendant fait appel à tous les arguments autorisant, en toute légitimité, la transmission héréditaire du pouvoir : le processus est très clair chez les Flaviens, en particulier pour le règne de Domitien. D’autres privilégient la légitimité par la transmission des symboles anciens du pouvoir : c’est le cas des Antonins et, surtout, d’Hadrien. Toutefois, c’est à l’occasion des perturbations politiques des iiie et ive siècles que la pratique offre toute sa mesure : les primordia Urbis font alors l’objet de nombreuses frappes monétaires à l’initiative d’usurpateurs qui espèrent apparaître comme de nouveaux Romulus et tentent de tirer parti de l’aura entourant l’âge d’or des origines ; la propagande de Carausius, notamment, en est un exemple des plus éclatants.

12Conséquence de ces observations, l’analyse du corpus est ensuite envisagée sous l’angle thématique de la perception et de l’interprétation des images par des particuliers. Cette approche a été l’occasion de mettre en valeur l’importance de l’écho que connaissaient les programmes iconographiques impériaux dans l’ornementation de l’espace public de la cité, et jusqu’au sein de la sphère privée. Or, dans un tel contexte, l’emploi de l’image des fondateurs de Rome – à l’instar du phénomène observé au centre du pouvoir – s’avère avoir été utilisé comme un argument et un instrument de légitimation par des familles soucieuses de gravir les échelons de la hiérarchie sociale.

13Autrement dit, les témoignages parvenus à notre connaissance s’accordent à montrer que, bien souvent, la pratique qui consistait à se réclamer d’une ascendance avec Romulus ou avec Énée, ou, du moins, à proclamer sa croyance en l’origine divine du peuple romain, au moyen de telles images, était le fait d’individus qu’on qualifierait de nos jours de « parvenus ». Il est, en effet, intéressant de constater une forme d’imitatio des puissants en la matière : tout se passe comme si les particuliers avaient décrypté les circonstances de l’utilisation politique de ces images et en faisaient une utilisation comparable, en l’adaptant à leur situation personnelle.

14De nombreux éléments viennent étayer cette hypothèse. En particulier, les clients et les commanditaires d’artefacts et de monuments – quand on a pu les identifier – sont le plus souvent, à Rome, des affranchis et, en province, de tout nouveaux citoyens, fiers d’afficher leur statut social.

15Toutefois, on ne sous-estimera pas le poids de la répétition de ces images dans la sphère publique, en particulier celle de la louve romaine, comme facteur permettant d’expliquer l’utilisation d’un tel motif sur de simples artefacts domestiques. Il est bien évident que l’image de la louve romaine pouvait figurer tout simplement comme emblème de romanité, et parfois même comme simple motif animalier.

16Un point, enfin, mis en valeur au cours du développement est celui de l’inégale faveur que rencontrent ces thèmes selon les zones géographiques. Ainsi, c’est manifestement en Hispanie que les élites locales ont fait preuve du plus de dynamisme dans la diffusion de la légende des origines de Rome. Cet aspect s’illustre, notamment, à travers la place dévolue à l’image des primordia Urbis dans le décor de la maison : les mosaïques figurant la lupa Romana ou la découverte du Lupercal sont monnaie courante en Espagne. Par ailleurs, cette implication des notables s’observe également dans l’ornementation de l’espace de la cité. L’Hispanie pouvait s’enorgueillir de compter dans ses capitales une, voire deux répliques du Forum Augustum : à Mérida, et peut-être également à Cordoue. La péninsule Ibérique « s’illustre », d’autre part, pour avoir livré le plus grand nombre de bases de statues de la louve romaine ou de la truie lavinate, dédiées le plus souvent par des magistrats locaux, acteurs du culte impérial ou nouveaux citoyens, sur le forum de leur cité.

17En revanche, si pour l’implication des élites locales dans l’exploitation de ces images, l’Afrique du Nord talonne de peu l’Hispanie, la Gaule, elle, étonne par le caractère sporadique des témoignages attestés. Ni base de statue, ni mosaïque, ni peinture murale évoquant la légende des origines de Rome n’ont été mises au jour au nord des Pyrénées : ce type de « monument » émanant généralement des élites locales, force est de constater le peu de goût des notables gallo-romains pour l’image des fondateurs de l’Urbs.

18C’est également en Espagne que rayonne, toujours à partir de Mérida, une production de lampes figurant la fuite d’Énée à l’image du groupe statuaire ornant le forum de la capitale de Lusitanie. Ainsi, le dynamisme observé dans les couches supérieures de la société hispano-romaine se trouvait d’une certaine façon relayé au sein du peuple. En Gaule, rien de tel : le motif de la louve romaine apparaît bien sur la sigillée de La Graufesenque, tout comme il est attesté, par ailleurs, dans la sigillée hispanique, mais il s’agit là d’un élément secondaire du décor.

19À la pauvreté du corpus gallo-romain, il n’existe pas d’explication univoque. Toutefois, des éléments d’interprétation peuvent être apportés par l’analyse du corpus hispanique. Il nous semble, en effet, que les raisons d’un tel contraste entre les deux provinces relèvent essentiellement du niveau d’implication des élites locales dans la diffusion de la légende des origines de Rome. À cet égard, la thèse de R. Étienne sur le culte impérial dans la péninsule Ibérique peut apporter un éclaircissement sur ce qu’on n’hésitera pas à qualifier de « spécificité » hispano-romaine.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Agnès Rouveret, Université de Paris X (présidente) ; Jean-Charles Balty, Université de Paris IV ; Dominique Briquel, Université de Paris IV ; Henri Lavagne, École pratique des hautes études ; Gilles Sauron, Université de Paris IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Dardenay, « La diffusion iconographique des mythes fondateurs de Rome dans l’Occident romain », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 332-335.

Référence électronique

Alexandra Dardenay, « La diffusion iconographique des mythes fondateurs de Rome dans l’Occident romain », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 01 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/1148

Haut de page

Auteur

Alexandra Dardenay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org