Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Dynamiques économiques, sociales et culturelles d’al-Andalus à partir d’une étude de la céramique de cuerda seca (seconde moitié du xe siècle–première moitié du xiiie siècle)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Toulouse–Le Mirail le 2 décembre 2006 (sous la direction de Christophe Picard)*
Claire Déléry
p. 335-338

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Philippe Sénac, Université de Toulouse-Le Mirail ; Christophe Picard, Univer (...)

1Cette thèse de doctorat propose d’utiliser un objet archéologique, la céramique à décor de cuerda seca, comme source de l’histoire de la production artisanale, des techniques, des échanges d’objets et de savoir-faire, et des usages de la culture matérielle en al-Andalus entre la seconde moitié du xe siècle et la première moitié du xiiie siècle. Il s’agit d’une étude pluridisciplinaire où sont associées les techniques propres à la recherche archéologique, historique et physico-chimique. Un cadre chronologique large a été choisi afin de mettre en évidence les caractéristiques de chaque période envisagée (califat omeyyade, Taifas, gouvernorat almoravide, époque post-almoravide et califat almohade) et les évolutions de chacun des thèmes abordés. L’ensemble de l’espace géographique d’al-Andalus est pris en compte de façon à ce que les informations recueillies puissent être utilisées dans le cadre de son histoire générale. L’avancée des recherches archéologiques en Espagne et au Portugal dans les trente dernières années rend en effet possible l’élaboration de synthèses concernant la culture matérielle pour l’ensemble de ce territoire.

2Plusieurs éléments ont constitué la base de cette étude. Les comptes rendus de fouilles archéologiques publiés, les ouvrages monographiques et les thèses de doctorat relatifs au matériel découvert dans un site ou une région ont permis d’identifier les lieux où ont été mises au jour des céramiques à décor de cuerda seca. Dans la mesure du possible, les pièces inédites ont été examinées et dessinées. L’ensemble de ce matériel a permis de construire un catalogue général, une typologie des formes et des motifs ainsi qu’un essai de caractérisation des céramiques à décor de cuerda seca pour chaque période étudiée. Nous avons accordé une importance particulière à leur attribution chronologique car c’est de la finesse de celle-ci que dépend la pertinence de l’interprétation historique proposée. Une sélection d’échantillons a été l’objet d’analyses physico-chimiques dont les résultats, complétés par ceux obtenus par d’autres chercheurs, ont servi de base à l’identification des caractéristiques techniques propres au décor de cuerda seca et à une mise en évidence d’évolutions des « recettes » de fabrication des glaçures et des modes de cuisson. Bien que le nombre d’échantillons étudié et la nature de leur site de découverte ne permettent pas d’obtenir une vision détaillée de ces évolutions, des tendances ont pu être observées et une série de réflexions méthodologiques sont proposées.

3L’ensemble des pièces disponibles ayant été présenté et classé, un deuxième temps est consacré à l’utilisation de ce matériel en tant que source de l’histoire d’al-Andalus. Un état des lieux historiographique rend compte de la place occupée par la céramique à décor de cuerda seca dans les recherches relatives à l’identification des techniques utilisées en al-Andalus, leur contexte d’apparition et leur développement. On remarque combien l’identité des sites et les méthodes de fouille ont influencé l’interprétation des premières découvertes et ont parfois conduit les chercheurs à une série d’erreurs relatives à la date d’apparition des différentes variantes techniques de ce mode décoratif, à la diffusion des savoir-faire et à la « valeur » des pièces.

4Des fiches-type des ateliers identifiés ayant fabriqué des céramiques à décor de cuerda seca sont proposées. Elles rassemblent les données disponibles relatives à la production (fours, outils), aux formes et aux motifs des cuerda seca produites. Cette base de donnée permet de mesurer, dans la limite des informations disponibles, l’existence de similitudes et de différences entre les productions d’ateliers contemporains. De façon diachronique, pour l’ensemble des périodes, des permanences et des innovations dans le domaine des formes et des motifs peuvent être observées. Il s’agit alors de connaître les facteurs ayant pu les déterminer, telle la transmission de savoir-faire et l’existence de « modèles » imposés ou non de l’extérieur.

5Cette base de données permet d’établir des cartes de la localisation des ateliers producteurs identifiés pour les quatre grandes périodes abordées. Si l’on observe ces cartes, on remarque, au-delà de la permanence de certains sites, de nettes évolutions. Nous avons essayé de comprendre ce qui a pu les conditionner : dynamiques urbaines, volonté politique de promouvoir certaines productions matérielles porteuses d’une grammaire ornementale utilisée comme véhicule d’expression identitaire, etc. L’ensemble des pièces étudiées permet d’identifier les formes associées à ce type décoratif et, dans certains cas, leurs usages, ainsi que d’observer des évolutions au cours du temps qui peuvent être liées à la valeur ornementale accordée à ce type décoratif et aux changements intervenus dans certaines pratiques domestiques et religieuses. Dans le cas des céramiques à décor de cuerda seca, les pièces fermées ont un usage intimement lié à l’eau et les pièces ouvertes ont pu être utilisées pour le service, être « montrées ».

6Lorsque les pièces produites par les ateliers connus sont mises en regard avec celles découvertes dans d’autres types de sites, en particulier d’habitat, il est parfois possible d’observer des points communs formels ou stylistiques. Si plusieurs pièces apparentées ont été découvertes, leur localisation géographique peut témoigner de la dispersion des productions de l’atelier de potier où elles ont été fabriquées. Lorsque celui-ci peut être identifié, on obtient alors des indices concernant les modalités de diffusion d’une production particulière, à une époque donnée. À partir de ces observations, il a été possible de mettre en évidence des modalités de diffusion différentes des pièces d’ateliers contemporains, et de comprendre ce qui a pu les conditionner. La localisation des ateliers, leur possibilité de connexion à des réseaux de distribution, le degré d’interaction entre les sites urbains de destination et les « arrière-pays » (modalités de redistribution) et le contexte géopolitique semblent intervenir de façon décisive. Une évolution des voies et des modalités de diffusion de ces pièces est mise en évidence entre la seconde moitié du xe siècle et la première moitié du xiiie siècle. L’étude montre que les changements observés dans la localisation des ateliers ne sont pas les seuls éléments déterminants.

7Bien qu’il soit la plupart du temps difficile de connaître l’identité des habitants des sites fouillés, leur statut social et la nature de leurs ressources économiques, les données disponibles dans ce domaine sont prises en compte dans le cadre d’une évaluation de la « valeur » des céramiques à décor de cuerda seca au cours des quatre périodes étudiées. À l’idée, largement présente dans les études précédentes, selon laquelle la céramique à décor de cuerda seca est une céramique « de luxe », nous opposons une approche plurielle de leur « valeur », qui tient compte non seulement de la nature des sites où on en a découvert, mais aussi de leurs usages, leurs motifs, et les liens pouvant exister entre eux, la facture des pièces et leur fréquence au sein du mobilier utilisé.

8Les informations recueillies s’inscrivent dans des domaines aussi divers que l’histoire économique, sociale, politique et culturelle d’al-Andalus.

9En prenant en compte conjointement les évolutions observables dans les systèmes de production d’un type d’objet, la localisation des ateliers, les voies et les modes d’échanges, c’est un processus d’ensemble, un phénomène économique « intégré » que nous avons essayé d’identifier et de comprendre. La mise en évidence à une même période de modalités de production similaires ou distinctes fait l’objet d’une interprétation en termes de transmission et de fluidité des savoir-faire. Les différences observées dans l’expression géographique de la diffusion des pièces produites par des ateliers contemporains ouvrent la voie à une vision contrastée de la réalité économique de chaque période.

10Aussi bien du point de vue de son incidence dans le domaine urbanistique, qu’économique et culturel, le monde politique n’est pas écarté de l’étude des productions. L’étude des céramiques glaçurées polychromes, parmi lesquelles la céramique à décor de cuerda seca, permet l’élaboration d’hypothèses sur la nature des liens entre les sphères politique et culturelle et sur les modalités d’expression du politique. Ces hypothèses font suite aux travaux de plusieurs chercheurs qui ont mis en évidence des indices issus de l’étude de textes et de pièces permettant de penser que les gouvernants sont intervenus dans le choix des techniques et des motifs utilisés dans le domaine de l’art ornemental.

11Au-delà des résultats partiels proposés à partir du matériel de cuerda seca, la thèse ici résumée met en évidence une série de problèmes méthodologiques relatifs à l’étude du mobilier céramique comme source historique. Les spécificités de la production artisanale en al-Andalus marquée dans le domaine des céramiques par la faiblesse des productions « à l’identique » résultant de la combinaison de multiples variables (formes, motifs…) y ont une place importante, mais les résultats obtenus ne prendront véritablement sens qu’une fois mis en perspective avec les informations relatives à d’autres objets de la culture matérielle.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Philippe Sénac, Université de Toulouse-Le Mirail ; Christophe Picard, Université de Paris I ; Rémy Chapoulie, Université de Bordeaux III ; Sophie Makariou, Musée du Louvre ; Manuel Acién Almansa, Universidad de Málaga ; Bernard Doumerc, Université de Toulouse-Le Mirail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Déléry, « Dynamiques économiques, sociales et culturelles d’al-Andalus à partir d’une étude de la céramique de cuerda seca (seconde moitié du xe siècle–première moitié du xiiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 335-338.

Référence électronique

Claire Déléry, « Dynamiques économiques, sociales et culturelles d’al-Andalus à partir d’une étude de la céramique de cuerda seca (seconde moitié du xe siècle–première moitié du xiiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1150

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org