Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

La psychanalyse dans l’Espagne post-franquiste (1975-1985)

Thèse soutenue à l’Université de Paris IV-Sorbonne, le 25 novembre 2006 (dirigée par Sadi Lakhdari)*
Anne-Cécile Druet
p. 338-340

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Denise Boyer, Université de Paris IV ; Jordi Gracia García Universitat de Ba (...)

1Tout au long de ce travail, nous avons tenté de présenter et d’analyser les éléments pertinents pour une étude de la situation de la psychanalyse en Espagne durant la décennie qui va de 1975 à 1985.

2Le caractère récent des événements, d’une part, et les spécificités de la situation espagnole, de l’autre, obligeaient à réfléchir à une méthodologie adaptée au travail entrepris. D’une façon globale, nous avons pris le parti de centrer notre étude sur le mouvement psychanalytique lui-même. La question de l’implantation du lacanisme en constitue la part la plus importante, et l’existence de l’archive écrite en était la condition principale. L’inclusion du mouvement lacanien dans l’histoire de la psychanalyse en Espagne ne semblait pas s’imposer comme une évidence : la plupart des recherches effectuées sur cette histoire, à moins qu’elles ne proviennent de ce mouvement lui-même, s’arrêtaient au seuil du « retour à Freud » ou le contournaient. Lorsqu’elle était abordée, cette histoire l’était soit pour la situation du lacanisme dans une seule ville, principalement Barcelone, soit de façon globale, dans une perspective de réflexion qui rassemblait peu d’informations précises et qui n’avait pas, ou presque pas, recours aux archives. De même, l’Argentine a produit de nombreuses études partielles sur la question espagnole, en particulier sur le rôle joué par Oscar Masotta, mais en se fondant sur des documents publiés ou sur des témoignages. Dans tous les cas, le principal obstacle résidait dans la difficulté de rassembler les archives existantes, principalement privées et dont personne ne s’était jusqu’ici préoccupé de dresser l’inventaire. Le monde analytique étant divisé, l’historiographie produite au sein des groupes se fait sur la base de l’information recueillie parmi les membres de chacun d’entre eux, souvent en toute ignorance de ce que possède l’autre. Réunies en vue de l’élaboration de ce travail, ces archives permettaient de retracer l’histoire du mouvement à partir d’une grande quantité de traces écrites, de façon documentée, et sans ellipse historique.

3Hasard du calendrier : Oscar Masotta, qui avait été le principal introducteur des théories lacaniennes en Argentine, commence son enseignement à Barcelone le 20 octobre 1975, un mois, jour pour jour, avant la mort de Franco. Le premier événement, et non le second, détermine le choix de l’année 1975 comme date du début de notre étude. Le bouleversement que supposent à la fois l’apparition du personnage de Masotta, son enseignement et les conséquences de celui-ci dans le panorama psychanalytique espagnol semblait imposer tout naturellement ce choix. Celui de l’autre limite chronologique de ce travail prêtait davantage à réflexion. Nous avons finalement retenu l’année 1985, qui est celle du premier séminaire du Champ freudien en Espagne, cette fois encore à Barcelone. L’organisation de ce séminaire représente l’aboutissement d’un processus d’expansion du Champ freudien en Espagne, la fin d’une époque et le début d’une autre, tant du point de vue de la formation des analystes espagnols que de celui du panorama institutionnel qui existait alors.

4Cette thèse se compose de trois parties, la première sur l’histoire de la psychanalyse en Espagne avant 1975, la deuxième sur les mouvements psychanalytiques entre 1975 et 1985, et la troisième sur les liens, dans la même période, entre psychanalyse, culture et société.

5Au sein de la première partie, des divisions de type chronologique et thématique sont établies. La rupture de la guerre civile s’impose et détermine un avant et un après 1936. La première période débute en 1893, au moment de la parution à Barcelone de la traduction de la « Communication préliminaire » de Breuer et Freud, pour se clore à la veille de la guerre civile. Pour la seconde, qui commence au lendemain de celle-ci et va jusqu’en 1975, sont étudiées les données qui nous ont semblé pertinentes pour une compréhension du contexte dans lequel se produit l’institutionnalisation du mouvement psychanalytique espagnol lié à l’International Psychoanalytical Association (IPA).

6La deuxième partie retrace l’histoire des mouvements psychanalytiques de l’Espagne post-franquiste. Après une présentation de l’évolution des groupes existant dans le pays avant cette date, nous nous intéressons à l’une des données clés de cette période, qui est le « détour argentin » des théories lacaniennes. L’importance d’Oscar Masotta dans ce processus nous a conduite à consacrer à celui-ci un long chapitre, en présentant tout d’abord son œuvre en Argentine, puis en Espagne. Toujours dans le sillage d’Oscar Masotta, nous abordons l’histoire de la première institution lacanienne d’Espagne, la Biblioteca Freudiana de Barcelone, fondée en 1977 à l’initiative de l’Argentin. La mort de celui-ci, deux ans plus tard, marque une nouvelle scansion dans cette histoire ; elle signifie l’entrée de la Bibliothèque dans une période de crise et la modification du panorama lacanien catalan qui devient plus morcelé.

7La situation de la psychanalyse à Madrid, durant la même période, est fort différente. Elle fait l’objet d’un chapitre séparé, qui se fonde sur une chronologie distincte de celle de Barcelone. Le rôle des Argentins, dirigeants de la majorité des groupes, y est présenté. L’arrivée, dans la capitale espagnole, en 1983, de la première représentante du Champ freudien marque le principal tournant de l’histoire du lacanisme à Madrid pendant ces années. L’évolution de la situation madrilène qui en résulte est étudiée.

8Dernier point abordé dans cette partie : le Champ freudien en Espagne. La Fondation y acquiert une existence à partir de 1983, lorsqu’elle y organise ses premières Journées et qu’est décidée la création d’un bulletin destiné à faire le lien entre les différents groupes lacaniens du pays. Le processus qui se met en place à partir de ce moment est déterminant pour l’évolution des groupes existant à cette date dans toute l’Espagne, dont une grande majorité finira, sept années plus tard, par se dissoudre pour entrer dans l’École européenne de psychanalyse fondée par Jacques-Alain Miller. Les premières activités du Champ freudien en Espagne, la politique de la Fondation et la position des différents groupes vis-à-vis de celle-ci sont analysées.

9La troisième partie de cette thèse, intitulée « Psychanalyse, culture et société », posait davantage de problèmes quant à la sélection des différents points abordés. Les chapitres dont cette partie aurait pu se composer étaient nombreux, et chacun présentait un intérêt particulier. Le principal critère sur lequel se sont fondés nos choix était celui d’un impact mutuel entre les questions culturelles et sociales étudiées et le mouvement psychanalytique. Plus l’interaction entre les domaines était grande, plus l’inclusion de l’une ou l’autre de ces questions nous apparaissait comme importante. Dans ce cadre, nous avons tout d’abord étudié les revues de psychanalyse, dont l’apparition constitue l’une des innovations les plus remarquables du domaine psychanalytique durant la période de la transition. Un exposé du retentissement culturel et social des changements intervenus dans le panorama psychanalytique de cette période nous semblait également incontournable. Pour ce qui est du domaine social, nous avons choisi de fonder notre analyse sur la presse quotidienne, après avoir constitué un corpus que l’on peut considérer comme représentatif. S’agissant d’étudier la présence de la psychanalyse dans la sphère culturelle, nous avons constitué un nouveau corpus, de revues cette fois, au sein desquelles la pensée lacanienne a une présence suffisamment remarquable pour pouvoir parler de l’apparition d’une thématique et analyser celle-ci. Le dernier chapitre, enfin, qui porte sur l’historiographie de la psychanalyse en Espagne, permet d’identifier les différentes lectures de cette histoire qui sont effectuées et de les mettre en relation avec nos propres conclusions.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Denise Boyer, Université de Paris IV ; Jordi Gracia García Universitat de Barcelona ; Sadi Lakhdari, Université de Paris IV ; José Lázaro Sánchez, Universidad Autónoma de Madrid ; Élisabeth Roudinesco, Université de Paris VII-EPHE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Druet, « La psychanalyse dans l’Espagne post-franquiste (1975-1985) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 338-340.

Référence électronique

Anne-Cécile Druet, « La psychanalyse dans l’Espagne post-franquiste (1975-1985) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1152

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Druet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org