Navigation – Plan du site
Miscellanées

Histoire contemporaine et engagements politiques

Historia contemporánea y compromisos políticos
Contemporary History and Political Commitment
Maurice Agulhon
p. 273-291

Résumés

L’auteur regrette le caractère partiel et récent de sa connaissance de l’Espagne. Il récuse comme trop simpliste le titre d’« historien de la République ». Son œuvre ne traduit pas un projet cohérent, mais a subi au contraire plus d’un infléchissement contingent, à cause soit de par rencontres de hasard, soit de commandes éditoriales. Des thèmes assez différents de celui de « la République » y sont apparus, pour être parfois abandonnés (« la sociabilité ») ou bien élargis à d’autres secteurs (« la symbolique »). Il s’explique ensuite sur sa rencontre avec des grands thèmes d’interprétation de l’histoire (Karl Marx, Michel Foucault, François Furet) dont il faut savoir saluer l’apport philosophique et discuter l’influence dans l’historiographie. La complexité du réel s’accommode mal des constructions abstraites, même dérivées des plus géniales intuitions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • *  Cette conférence a été prononcée à la Casa de Velázquez le 5 février 2001 en ouverture à la rencon (...)

1Je dois avant tout remercier la Casa de Velázquez pour son invitation*. Je la remercie en particulier pour avoir donné comme programme à cette rencontre mon travail personnel, comme si, dans la réflexion et les débats annoncés, je devais figurer en objet en même temps qu’en participant actif. C’est me faire beaucoup d’honneur ! J’en suis confus d’abord — c’est flatteur, trop flatteur — mais, je pourrais aussi en être inquiet — n’est-ce pas anticiper une future et pas trop lointaine notice nécrologique… ?

  • 1 Je n’oublie pas mon amical voisinage professionnel à Aix-en-Provence avec Émile Témime, dont j’ai f (...)

2Mais laissons cela ! Une autre source de confusion vient de ce que ce modeste hommage m’est décerné en Espagne, pays que je connais peu (même comme touriste) et dont j’ignore la langue. Avant de faire la connaissance des collègues français hispanisants, puis des historiens espagnols travaillant volontiers à Paris, au premier rang desquels Jordi Canal, je n’ai eu avec l’Espagne et l’hispanisme que deux liens bien indirects et bien discrets, mais il me plaît de les rappeler, d’abord, parce que vous les ignorez probablement1.

  • 2 Agulhon, 1978, vol. 1, pp. 51-62.

3Le premier lien s’appelle — s’appelait — André Joucla-Ruau, camarade d’École normale pendant deux ans, puis collègue dans les lycées de Marseille et enfin à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence, camarade aussi en un autre sens du mot, et ami personnel. Décédé prématurément en 1970, homme extraordinaire, d’une science, d’un brillant et d’une séduction rares. C’est par attachement admiratif pour sa mémoire que je me suis risqué à écrire pour les « Mélanges » qui lui ont été décernés un petit essai d’histoire comparée intitulé « Le début du “Mouvement” dans les petites villes » (Provence de décembre 1851, Andalousie de juillet 1936)2.

4Le second lien, le second intermédiaire, n’est autre que S. M. le roi Juan Carlos. J’étais en effet professeur à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) lorsque l’assemblée dirigeante de cet établissement a décerné le titre de Docteur honoris causa au digne et libéral souverain de votre pays. Certes je n’ai pas eu l’honneur de lui être présenté, non plus qu’à la reine Sophie : ayant toujours négligé de m’acheter une toge, je ne pouvais pas figurer dans les premiers rangs de l’amphithéâtre, et j’ai siégé, en tenue de ville, au milieu du public ordinaire. Mais j’ai écouté et applaudi le discours de remerciement du monarque, lu dans un français impeccable et exprimant un respect de bon aloi pour les principes de l’État contemporain. Le « bon républicain » que je suis censé être ne s’est pas senti gêné de contribuer, à son modeste rang, à la fête d’une « tête couronnée ».

5Cet aveu m’offre une transition commode pour passer des préliminaires anecdotiques à la réflexion sérieuse.

6Je viens de dire « républicain ».

7J’ai souvent disserté sur « République » et « républicanisme », et soutenu que, pour un Français républicain, la distinction entre le bien et le mal n’opposait pas les États pourvus d’un chef d’État élu aux États avec monarque héréditaire ; mais qu’elle séparait les États régis par le droit, la démocratie et la liberté des États (fussent-ils désignés comme « Républiques ») gouvernés arbitrairement par des dictateurs. Les États politiquement honorables peuvent être des monarchies constitutionnelles ou des républiques, nous avons plus de respect pour le roi d’Espagne que pour le président du Gabon, etc. Ce que je viens de dire est banal.

8Mais, quand on est historien, on dérive assez naturellement de la réflexion civique sur la politique qu’il convient de mener dans le monde actuel (plutôt être solidaire des monarchies toutes libérales de l’Europe du Nord-Ouest que des républiques dites populaires du Tiers-Monde) à la réflexion historique sur les causes de cette complexité. Pourquoi l’État moderne (l’État de droit, la démocratie libérale) revêt-il la forme de monarchie constitutionnelle en Angleterre, Belgique, Suède, etc… et la forme de république en France ou en Italie ? En d’autres termes, pourquoi la monarchie constitutionnelle en France a-t-elle échoué avec constance, en 1830 avec les Bourbons, en 1848 avec les Orléans, en 1870 avec Napoléon III ?

9Le thème de la république comme liée au destin français s’énonce généralement par l’expression devenue triviale d’« exception française » ! C’est un thème pour les débats politiques, vous savez combien l’exploitent les adversaires de la construction européenne. Mais c’est un thème aussi pour l’historien dès le moment où il veut prolonger les descriptions par les explications.

10Que ce préambule hispano-monarchique serve du moins à cette première maxime : réfléchissons, essayons de comprendre et pas seulement de raconter.

11Et de nous comprendre nous-mêmes, puisque c’est ce que vous avez souhaité en personnalisant quelque peu la rencontre.

  • 3 Marrou, 1956.

12J’appartiens à la génération qui a lu dès sa parution l’ouvrage d’Henri Marrou intitulé De la connaissance historique3. Marrou ne prônait certes pas la subjectivité dans le travail ; il ne contestait pas que l’on doive être « objectif », appliquer les règles du métier d’érudit codifiées depuis quelques générations. Mais il est naïf de nier sa subjectivité et, pour n’en être pas dupe, il vaut mieux en prendre conscience, l’assumer et le reconnaître. Il est naïf de dire que le bon historien n’est « d’aucun temps ni d’aucun pays ». Il a son conditionnement, puisqu’il a été formé dans une aire culturelle, un milieu, une éducation. Il ne dépend pas de nous d’être chrétien ou agnostique, d’être de droite ou de gauche, d’être « social » ou élitiste. Connaître nos préférences spontanées peut aider à les relativiser ou à les contrôler.

13Cela aide d’abord à comprendre le choix de nos domaines d’études, et celui de nos curiosités.

14Chacun comprend bien que, pour passer toute sa vie dans un même champ de recherche, il faut que ce que l’on y rencontre ne vous déplaise pas trop. Il faut être chrétien pour avoir envie de se consacrer tout entier à l’histoire religieuse, au contact de documents, de personnages, d’atmosphères dont l’athée serait rebuté. Il faut avoir quelque culture socialiste, communiste ou syndicaliste pour retracer avec le détail qu’elle mérite « l’histoire du mouvement ouvrier » sans la trouver fastidieuse. Dans un cas comme dans l’autre nos « sensibilités » aident à notre travail en nous encourageant ou en nous maintenant à l’approche lorsque les exigences professionnelles austères et abstraites de l’exhaustivité et de l’analyse n’y suffiraient pas.

15La subjectivité de nos formations originelles d’éducation peut certes entraîner aussi des dérives partisanes. Mais c’est alors qu’il faut se souvenir de l’éthique « Langlois-Seignobos ». Il est exact qu’il faut donc, aussi, être sévère et rigoureux. L’éducation historienne, selon Marrou, ne reniait nullement l’éducation « positiviste » traditionnelle, elle ne visait qu’à la prolonger en la raffinant intelligemment.

16Un mot encore sur ce chapitre de déontologie générale.

  • 4 J’y reviendrai dans la dernière partie de cet exposé (Rencontres en pensée, pp. 283-289).

17Il est exact que l’historien prend d’autant plus de risque de dérive partisane que son objet se rapproche du présent. C’est vrai, mais que faire ? Là encore les idées de nos maîtres ont un peu changé. Naguère il était admis que l’histoire récente est très proche de la politique, donc qu’elle ne peut pas être sereine, mais que la sérénité vient avec le « recul » ; que, donc, il ne faut pas faire d’histoire trop proche (ou alors lui donner un autre nom). Cependant l’expérience prouve que le recul n’apporte pas, par lui-même, la sérénité. Nous l’avons bien vu il y a dix ou quinze ans avec la gigantesque expérience intellectuelle du bicentenaire de la Révolution. Force a été de constater que la Révolution était aussi détestée en 1989 qu’elle l’avait été en 1889…4.

18L’historien d’aujourd’hui accepte donc de s’attaquer à des périodes proches pour pouvoir tirer les avantages de la proximité. Car il y en a : si les archives d’événements trop récents sont encore fermées, en revanche, les chances de trouver des acteurs et témoins vivants sont encore grandes. Nous travaillons donc, désormais très consciemment, par étapes. Schématisons : aujourd’hui, témoins vivants, mais archives fermées. C’est l’heure de l’« histoire immédiate », dite parfois (à cause de l’importance des interviews) « histoire orale ». Ses récits sont à la fois irremplaçables et provisoires. Demain les témoins seront morts, mais les archives seront ouvertes. Alors on pourra faire, nouvelle étape, une nouvelle et plus complète synthèse.

19Il est temps d’en venir à ma subjectivité à moi, puisque vous m’avez fait l’honneur de m’y inviter.

  • 5 Agulhon, 1987, pp. 9-60.

20À vrai dire, je peux être très bref sur le conditionnement originel puisque, grâce à Pierre Nora, ce très grand et très efficace inspirateur et organisateur de notre conscience historique nationale, j’ai eu ma place, à côté de sept autres vedettes (c’était bien moi le moins « vedette » de ce plateau…) dans les Essais d’ego-histoire5.

  • 6 Compléter les Essais d’ego-histoire par mon article plus récent, Agulhon,2001 b.

21Mes parents étaient un ménage d’instituteurs publics, combinant l’hérédité protestante cévenole de l’un avec l’influence familiale catholique mais archéo-républicaine et laïque de l’autre ; tous deux élevés au sortir de la Grande Guerre dans le pacifisme, donc plus proches du parti socialiste que du vieux parti radical. J’ai donc poussé dans un terrain de gauche si typique qu’il en est presque caricaturalement siegfriedien. Un certain conditionnement familial plus intime, plus particulier par sa haute teneur en puritanisme, a sans doute contribué, au sortir de la deuxième guerre mondiale, à me lancer, avec une foule de jeunes gens de ma génération, dans l’aventure du communisme. J’ai été un membre zélé du PCF de 1946 à 19606.

22Je suis, aujourd’hui encore, partagé à cet égard entre deux sentiments contradictoires : le regret d’avoir cru, répété, écrit, parfois exécuté, un certain nombre de sottises et le profit, à la fois humain et même professionnel (historique), d’avoir rencontré des réalités passionnantes et compris bien des processus, tant sociologiques qu’idéologiques.

23J’ai trouvé, comme la plupart de mes congénères, mais un peu plus tard que les plus brillants, mon chemin de Damas. Mais je suis resté (conditionnement principal oblige) dans la mouvance de la gauche modérée ; en gros, le socialisme démocratique. Ceci n’est pas une révélation puisque j’ai figuré en 1995 dans la longue et brillante liste du Comité national qui soutenait la candidature présidentielle de Lionel Jospin. Cela me donne une réputation d’« homme de gauche », que j’accepte. Et aussi d’« historien de gauche », que je discuterais un peu, à divers niveaux.

24Je récuserais d’abord l’étiquette et la notion d’historien « engagé ». Historien déterminé, conditionné, oui, tout ce que je viens de dire je l’accepte. Mais le mot « d’engagé » possède une connotation militante, presque militaire, partisane en tous cas, que je récuse.

25Je n’ai pas fait une histoire à finalité militante ni (moins encore) à tares partisanes. La carrière universitaire que je suis en train d’achever n’aurait d’ailleurs pas été possible si je n’avais pas eu des amis, des approbateurs, des juges, des électeurs provenant de sensibilités et d’opinions bien diverses.

26Il me faut donc maintenant donner plus de précisions, à commencer par les plus triviales. Ai-je eu vraiment un parcours rectiligne ? Ou au contraire un parcours en zigzag ? Et s’il y eut des virages et des carrefours, à quelle sorte de rencontres les attribuer ? Aux aléas de la vie collective ? Ou à ceux de la réflexion pure ?

27Commençons par les premiers.

Circonstances de la vie

28Je suis, me dit-on, reconnu comme l’« historien de la République ». La République serait à l’horizon de tout ce que j’ai écrit. Et d’énumérer.

29La « sociabilité » pour expliquer les conditions structurelles du succès de la démocratie là plutôt qu’ailleurs. La République au village pour en montrer les premières luttes. Les récits de la Deuxième République, puis des suivantes. « Marianne » pour en montrer l’accompagnement folklorique. Voire De Gaulle, en dernier lieu, pour attirer sa mémoire vers le panthéon de la Gauche. Cet excès de logique, qui fait tout tourner autour de l’entité République française, est une reconstruction postérieure, et que je ne reconnais pas. Je suis bien placé — mieux placé que quiconque — pour savoir ce qu’il y a de rencontres extérieures fortuites, d’influences et de commandes, bref de contingences, dans une carrière de quelque longueur.

  • 7 Agulhon, 1988-1996.

30Comme chacun peut savoir, j’ai proposé d’appeler Histoire vagabonde7 le recueil en trois volumes de mes articles dispersés, et l’éditeur sollicité, Pierre Nora, qui me connaît bien, a trouvé l’épithète judicieuse, même si elle sacrifie à l’autocritique autant qu’au pittoresque. Car le vagabondage n’a pas que des charmes, il peut avoir ses inconvénients. Ce qui est esprit de recherche inventive pour les amis peut être qualifié de digression fantaisiste par ceux qui vous aiment moins.

31Je laisse de côté la question de savoir s’il est bon ou mauvais de changer de temps en temps de programme. Le fait est que j’ai toujours été plus séduit par les changements d’itinéraire — de diverse nature ou de diverse occasion, comme on verra — que par la fidélité à un projet permanent.

32J’ai raconté dans les Essais d’ego-histoire que le fait contingent de mon domicile provençal (j’ai été professeur de lycée à Toulon puis à Marseille) et le déterminisme facile de ma conviction communiste d’alors se combinaient pour me faire choisir un sujet de thèse (naturellement dirigée par Ernest Labrousse) sur les évolutions économiques, sociales, politiques, « ouvrières » au plus près de l’actualité, donc, pour l’époque, au temps de la Troisième République — en Provence. Il s’est trouvé que ces chantiers étaient déjà occupés, et que j’ai dû me laisser repousser en arrière vers le Var antérieur à 1851.

  • 8 L’ouvrier de Barjols, insurgé actif, célèbre pour avoir été « fusillé deux fois ». Abattu d’un coup (...)
  • 9 Édité chez Plon en 1970, repris ensuite par le Seuil en 1979, l’ouvrage raconte la partie rurale de (...)

33C’est donc sans l’avoir vraiment choisi que, refoulé vers la politique démocratique la plus archaïque, je me suis trouvé l’historien de la première politisation du petit peuple provençal plutôt que de son déploiement triomphaliste. Martin Bidoure8 plutôt que Clemenceau, en quelque sorte… Le succès de ma République au village9 devait plus tard m’en consoler, mais je n’avais pas vraiment choisi cet aspect du problème.

  • 10 Benoît, 1949.

34Étudiant la facilité avec laquelle les pauvres paysans du Var, paysans mais presque citadins, vivant en gros villages serrés où ils côtoyaient des groupes sociaux complexes (artisans, bourgeois, etc.), étaient devenus républicains, j’ai rencontré l’hypothèse, émise dans un livre un peu antérieur par l’archéologue et folkloriste Fernand Benoît10, de la sociabilité. L’originalité de la Provence tiendrait à quelques conditions géographiques et sociologiques, génératrices d’un « caractère provençal » dont le trait principal serait la sociabilité. Je n’ai jamais dissimulé ma dette à l’égard de l’auteur de cette intuition, ou plutôt de cette ouverture de piste de recherche. Mon mérite a été d’aller plus loin, de mettre la sociabilité en rapport avec des conditions de vie objectives plus encore qu’avec un assez vague « tempérament », et de suggérer enfin que la sociabilité pouvait être une catégorie utile de la sociologie historique et de l’histoire sociale, alors trop absorbées par les analyses d’origine économique.

  • 11 Agulhon,1966.
  • 12 Dans la collection « L’histoire sans frontières », alors dirigée par François Furet et Denis Richet (...)

35Cette « sociabilité méridionale » ayant donné lieu à une thèse de troisième cycle, celle-ci put être publiée dès 1966 à Aix-en-Provence, en édition multigraphiée11, et en 1968 à Paris, en livre12, donc avant la thèse principale, soutenue en 1969 et éditée en 1970. J’ai donc été repéré comme l’« inventeur de la sociabilité » avant d’être « l’historien de la République ».

36Il pouvait y avoir là l’occasion d’une véritable bifurcation de curiosité et de spécialité.

  • 13 Chez Armand Colin, dans la collection « Cahiers des Annales » (Agulhon, 1977).

37« Ma » sociabilité a abouti, grâce à ma nomination à Paris en 1972, à des études d’extension nationale, et notamment à un livre que je juge important, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabilité, et qui a d’ailleurs été publié par une maison prestigieuse13.

38Cette mutation (le phénomène moderne du Cercle, ou du Café-Cercle, s’imposant peu à peu au voisinage de l’institution ancienne du Salon et quasiment en contraste avec elle) était bien l’objet central et spécifique de l’étude. Très loin et de la Provence, et des paysans, et de la République. C’était un autre chantier, dont j’annonçais hardiment qu’il serait étendu, d’abord à une étude de la sociabilité populaire au cours du même demi-siècle, puis à une étude de la diversification de la vie associative en général dans la suite du xixe siècle. J’aurais pu devenir à partir de là le maître, ou l’un des maîtres, de deux grands domaines de l’histoire sociale française du xixe siècle qui se constituaient alors, l’historien des associations volontaires (la sociabilité organisée, « du club de boules au parti politique ») et l’histoire des mœurs (coutumes, vie privée, famille, folklore, toutes choses imbibées de sociabilité informelle).

Du social au politique

39Comme on sait, les deux livres promis n’ont pas été écrits, et la vocation ou le magistère qui s’esquissaient pour moi n’ont pas été accomplis.

40Pourquoi cela ? L’infidèle serait-il revenu à la République comme au drapeau qu’il aurait déserté ? Non, je ne trouve rien de tel dans ma mémoire.

  • 14 L’homme et l’œuvre sont trop célèbres pour être présentés ici. J’ai insisté sur son rôle d’animateu (...)
  • 15 Pierre Guiral, historien des idées, de la presse et de la liberté (thèse sur Prévost-Paradol, contr (...)
  • 16 En 1972.
  • 17 Agulhon, 1973.

41J’y rencontre en revanche le souvenir d’un grand savant doublé d’un homme d’influence, récemment disparu mais non oublié, Georges Duby14. C’est encore pour moi une circonstance contingente — disons, plus simplement, une chance — que d’avoir été, en 1957, recruté par Pierre Guiral15 comme assistant d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des Lettres d’Aix-en-Provence où Georges Duby occupait la chaire d’histoire médiévale. Le nombre d’historiens était alors restreint dans les « sections » d’histoire des facultés provinciales. Duby pouvait donc me connaître, et me connaissait en fait, malgré les deux barrières qui pouvaient nous séparer (entre médiévistes et contemporanéistes, entre professeurs et assistants — sans compter encore la barrière de la diversité politique, également présente). Duby, quoique tout provincial encore, était déjà une sorte de spécialiste des entreprises d’édition d’ouvrages de synthèse à la fois savants et « grand public », et inspirés par les nouvelles tendances historiques (en gros, l’école des Annales). Alors que je n’avais encore publié que des articles d’érudition locale, il me fit l’honneur de me recruter pour sa première histoire de France collective, celle de Larousse16, intitulée simplement Histoire de la France. J’y reçus en partage la Deuxième République. Ce premier succès fut à l’origine d’un autre : le Seuil me confia à son tour le volume sur la Deuxième République de sa « Nouvelle histoire de la France contemporaine » (coll. « Points Histoire », au format de poche)17. Ce devait être le plus lu et le plus répandu de mes ouvrages, constamment réédité depuis trente ans. Mais c’était alors, et surtout pour moi, le passage de l’échelon provincial à l’échelon national, donc de l’érudition façon thèse de doctorat à la synthèse faite de seconde main, donc, encore par la force des choses, du passage à la réflexion générale à dominante politique. Je cessais d’être provençal, ruraliste et expert en analyses de spécificités sociales pour devenir l’un des deux ou trois spécialistes majeurs de la République de 1848 à 1852. L’occupation, encouragée de l’extérieur comme je viens de le dire, d’un créneau éditorial et commercial disponible a donc plus d’importance dans l’explication bio-bibliographique, que je dois esquisser ici, que l’appel du drapeau de la République.

42Je dirai plus loin l’importance intellectuelle de ma nouvelle vocation pour cette période envisagée à cette échelle.

43Arrivé en division nationale, comme disent les sportifs, par l’entremise de Duby, par celle des maisons d’édition novatrices et par le fait d’un créneau chronologique assez peu disputé, j’y suis longtemps resté, puis j’ai été amené, toujours en fabricant de synthèses, en généraliste réflexif, à glisser vers le xxe siècle. C’est ce qu’il faudra expliquer un peu plus loin.

  • 18 Agulhon, 1981, pp. 81-109.
  • 19 Agulhon, 1992.

44Bien entendu je suis resté institutionnellement, dans le microcosme universitaire, homme de 1848, et j’ai longtemps animé de mon mieux ce qui se faisait au cœur du xixe siècle. Et, à titre personnel, comme analyste précis et chercheur de première main, j’ai écrit deux articles originaux auxquels, à tort ou à raison, je tiens beaucoup, l’un sur les origines politico-sociales d’un problème inattendu, la protection des animaux18, l’autre sur l’irruption en province d’un type d’homme nouveau, le politicien de chef-lieu de canton19.

45Cela dit, et malgré l’intérêt possible de ce qui précède, qu’est-ce qui pouvait amener un dix-neuvièmiste à se mettre à écrire sur le xxe siècle ?

Du xixe au xxe siècle

46L’écoulement du temps d’abord, qui fait peu à peu entrer dans l’histoire ce qui était auparavant de l’actualité politique. Dans les classes d’âge qui ont, de peu, précédé la mienne, tels historiens renommés ont fait des thèses sur le début du xixe siècle avant de se retrouver pour toute une longue seconde carrière de chercheurs et de maîtres dans le xxe siècle. On aura reconnu le regretté Jean-Baptiste Duroselle, ou René Rémond.

47On peut aussi s’intéresser au xxe siècle parce que l’on voit s’y développer les problèmes que l’on a repérés dans le siècle précédent. Ainsi, pensant cette fois à mon propre exemple, je pourrais dire que l’essentiel du projet politique de la République de Jules Ferry, l’École, était le corollaire de la franche déception politique des quarante-huitards : le suffrage universel à ses débuts s’était tourné contre la démocratie républicaine, donc le suffrage universel n’était pas la panacée. La panacée, ce serait le suffrage universel complété par l’instruction publique laïque qui républicaniserait le citoyen. Sur ce point important, la Deuxième République a bien été une mère dont la Troisième fut la fille, parfois ingrate, pour d’autres raisons.

48Mais là encore il y eut pour moi la contingence des appels éditoriaux. « On » m’a appelé à écrire sur le xxe siècle, et je m’en suis laissé convaincre, et parfois avec plus d’hésitation que d’empressement. « On », ce fut d’abord André Nouschi, pour les manuels de la maison Nathan, puis à nouveau Georges Duby, pour la grande histoire de France illustrée et publiée par Hachette.

49Duby, associé à parité avec Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, cherchait un quatrième. Les trois grands, déjà vedettes, me faisaient l’amitié de penser à moi, qui l’étais un peu moins. J’acceptai le principe, remerciai et suggérai que je pourrais faire le xixe siècle, « mon » domaine, et laisser à Furet le xxe siècle dont, étant plus parisien que moi, il connaissait plus d’un acteur vivant. Il refusa, voulant, non sans raison, traiter le xixe siècle comme prolongement de sa lecture de la Révolution. Je devrais donc faire le xxe siècle, ou rien ! J’ai donc accepté la prestigieuse commande, et puis j’y ai pris goût… Il est vrai aussi que mon passé politique jouait dans le même sens.

  • 20 AgulhonetBarrat, 1971.
  • 21 Agulhon, 1976.

50Dès 1970, par exception donc, à cette date, j’avais été amené par un ami à écrire une monographie, fondée sur une enquête d’érudition authentique, sur la journée marseillaise du 12 novembre 1947 (celle qui vit des compagnies de CRS à encadrement communiste en position délicate devant l’émeute de leurs camarades)20. Livre de peu de succès dans le public, mais jugé méritoire par les experts : un récit honnête, aussi éloigné de l’apologie que de la dénonciation furibonde, et capable de suggérer l’existence dans le PC de flottements et de complexités, au lieu du monolithisme attendu. C’était rare à l’époque, et c’est évidemment cela qui m’avait valu en 1974 d’être désigné par Henri Michel pour présenter, au colloque organisé par le CNRS à l’occasion du trentenaire de la Libération, un rapport sur le PCF21.

51Avec ces précédents, et avec le temps écoulé, je devais finir par penser que, le communisme — que j’avais bien connu de l’intérieur entre 1946 et 1960 — étant entré dans l’histoire, j’étais un historien assez bien armé pour intégrer son analyse dans ses récits. C’est une des raisons qui m’avaient fait finalement accepter la proposition de Georges Duby et François Furet.

  • 22 Agulhon, 1997 a.
  • 23 Agulhon, 2000 [réédité en 2001 chezHachette Littératures, coll. « Pluriel »].

52Le communisme a encore contribué à mon œuvre par une autre voie, celle qui mène à De Gaulle. J’étais encore militant en 1958 lorsque nous appelions à résister au 13 mai du général en y voyant une récidive du 2 décembre de Badinguet. J’avais, en bon militant, proféré et diffusé ces discours bien approximatifs. Or j’étais devenu par la suite, comme historien patenté, l’un des experts reconnus du 2 décembre 1851. J’étais donc l’homme de France le mieux placé pour connaître l’énormité de la différence entre la réalité de terreur blanche qui était celle de décembre 1851 - janvier 1852 et le climat de campagne électorale libre et débonnaire de mai-septembre 1958. Le dire était donc un double devoir où la compétence et l’honnêteté cumulaient leurs exigences. C’est l’origine du Coup d’État et République22, en attendant le De Gaulle, histoire, symbole, mythe23.

53Ce dernier ouvrage, où « symbole » et « mythe » tiennent les places majeures, est aussi, par ailleurs, le produit du dernier de mes grands infléchissements de carrière — après le passage au généraliste politique et le passage au xxe siècle —, le passage à l’histoire de la symbolique en images.

Du « réel » au symbole

  • 24 Agulhon, 1979, 1989 et 2001 a.

54Je serai plus bref sur ce chapitre, aujourd’hui mieux connu. Je veux seulement refuser une nouvelle fois l’idée complaisante et trop logique d’après laquelle j’aurais mené avec constance un grand projet de somme sur la République française : après l’avoir étudiée dans ses œuvres politiques et institutionnelles, et pendant que d’autres l’étudiaient mieux que je n’aurais su le faire dans ses doctrines, j’aurais décidé d’étudier ses représentations visuelles, « Marianne » en un mot24.

55Or les choses ne se sont pas passées ainsi et j’ai rencontré le sujet, et l’intérêt du sujet, sur le terrain de l’érudition locale — un peu comme j’avais naguère rencontré la sociabilité — bien avant d’y voir un prolongement logique possible de la thématique nationale. C’est dans le Var, avec son insurrection de décembre 1851 (La République au village), que j’ai découvert la curieuse tendance des foules révolutionnaires à privilégier la (rare) femme militante pour jouer la « déesse » et porter le drapeau. Et c’est dans le Var, en allant d’un village à l’autre pour consulter les archives, que j’ai découvert sur beaucoup de places publiques que la République triomphante des années 1880 avait juché ses effigies jusque sur les fontaines.

56J’ai commencé à collectionner ces « femmes » comme une curiosité mineure, un hobby de vacances, varois puis provençal, source d’une possible étude marginale de folklore méridional, avant de réaliser qu’à Paris aussi il y avait des statues et des déesses Raison, et que la femme était aussi sur les timbres-poste, et que Marianne… Bref, que l’allégorie féminine de la République était un grand sujet possible. C’est devenu l’un de mes chantiers, puis le chantier principal, enfin, désormais, le chantier presque unique et probablement ultime.

57Telles sont les rencontres du premier type, celles de la contingence biographique, éditoriale, professionnelle, et celle des révélations que vous offrent, inépuisablement novatrices et surprenantes, archives et bibliothèques.

58Restent, pour la pensée et pour le prolongement d’écriture, les rencontres d’idées.

Rencontres en pensée

Karl Marx

59Étant communiste à l’époque, j’étais officiellement marxiste-léniniste.

60Mon « patron » Labrousse pouvait lui aussi être considéré comme un marxiste. Ne serait-ce que par respect pour lui, je ne dirai jamais de mal de Karl Marx. Du reste, même sans le recours sentimental à cet intermédiaire, je pense toujours que Karl Marx est respectable. Jeune homme de bourgeoisie aisée, fils d’un fonctionnaire juif converti au protestantisme pour assurer sa position dans une monarchie prussienne en cours de modernisation vaguement libérale, il avait une bonne base de départ. Il était bien doué pour le travail intellectuel. Tout le destinait à une confortable carrière dans le service public ou l’université. Par conviction, il a sacrifié ces perspectives en devenant un publiciste subversif, agitateur, militant, exilé, expatrié ; dépendant largement des subsides de l’ami Frédéric Engels, par chance héritier d’une usine… Exemple classique de sacrifice d’une carrière à des convictions.

61Quelles convictions ? Dire que le capitalisme fait des profits aux dépens de ses ouvriers qui vendent leur force de travail dans des conditions forcément inéquitables ; dire qu’il y a là les bases d’un conflit des classes qui, avec la prise de conscience, se transporterait un jour ou l’autre sur le plan syndical puis politique ; dire que cela est important et, par généralisation, que la succession des systèmes économiques constitue l’un des moteurs de l’évolution humaine  — c’est bien vrai, grosso modo, et cela n’avait guère été dit avant lui avec la même force, et cela méritait de l’être. Honneur donc à Karl Marx comme personne, à Karl Marx comme théoricien, et à la classe ouvrière, un peu moins méprisée grâce à lui. Je pense toujours cela. Et j’ai donné pour ma part quelques contributions, certes très fragmentaires, à cette histoire, en relatant les débuts du « mouvement ouvrier » à l’arsenal de Toulon comme dans l’industrie des bouchons de liège dans le massif des Maures. Sans compter les luttes plus ou moins équivalentes des paysans pauvres de la même région, pour lesquels Marx n’offrait pas de modèle.

62Où est le problème alors ? Je veux dire, mon problème avec le marxisme ?

63Il survient lorsque je suis appelé, comme je l’ai relaté, à l’histoire générale de la Deuxième République. Il fallait d’abord la relater entière, dans toute sa durée. Non, la nuit n’est pas tombée sur la République à la fin de juin 1848, avec la répression de l’insurrection ouvrière par le gouvernement Cavaignac. C’était bien de la lutte des classes (comment l’appeler autrement ?) et, dans cette lutte, l’événement de juin formait la clôture d’un épisode, la fin d’un malheureux chapitre. Mais la lutte des républicains pour fonder un droit politique nouveau (deuxième semestre 1848) puis pour le défendre (pacifiquement de janvier 1849 à novembre 1851, militairement en décembre 1851) a continué. Ces quelques années ont prouvé que « la République bourgeoise » n’était donc pas composée seulement de « bourgeois » qui voulaient battre les ouvriers, mais aussi de « républicains » qui défendaient le nouveau droit démocratique et libéral ; pour les meilleurs d’entre eux, c’est la même énergie qui leur avait fait repousser le spectre d’une dictature blanquiste en juin 1848 et qui leur ferait résister à la dictature bonapartiste en décembre 1851.

64Un Cavaignac ne se réduit donc pas à son rôle répressif en lutte des classes, il est resté républicain, et il le prouvera. Dire cela, l’écrire même… pouvait passer pour une sorte de réhabilitation de Cavaignac dont l’image, à gauche, aujourd’hui reste mauvaise, et cela a fait ici ou là froncer le sourcil. Mais quoi — magis amica veritas

65Mon idée, que je crois juste, en termes généraux est bien celle-ci : oui, la lutte des classes existe, c’est l’apport méritoire et enrichissant de Karl Marx à nos études, mais elle n’a pas supprimé pour autant les autres luttes et les autres problèmes. Après tout, pour qui connaît même sommairement le xixe siècle français, il est évident que les notables de gauche et de droite (partisans des principes de 1789 contre tenants de la Contre-Révolution) ont passé beaucoup plus de temps et déployé beaucoup plus de forces pour se battre entre eux que pour battre la classe ouvrière.

66L’histoire réelle, celle que doivent retracer les historiens sérieux, est celle de l’ensemble : raconter et tenter d’expliquer la politique française réelle, c’est chercher à montrer comment ont interféré la lutte des classes issue de la société économique et « la guerre de religion » engagée en 1789 entre le camp du progrès global et celui de la réaction.

  • 25 Agulhon, 1999.

67Car c’est bien quand on a cette vue d’ensemble qu’on peut le mieux comprendre les énigmes particulières sur lesquelles butent les auteurs simplificateurs. « Énigme » est en effet le mot qu’a naguère employé l’auteur d’un riche et sympathique récit de la Commune de Paris (Georges Soria, publiciste communiste, donc marxiste orthodoxe) pour qualifier la nomination de Cluseret à la tête de l’ébauche d’armée communarde25. Cluseret était un militaire de formation et il avait, dans les années 1860, couru le monde pour se battre partout où l’on se battait, Sicile, Irlande, États-Unis… Pour Soria, Cluseret était donc un « aventurier ». Il suffisait pourtant de savoir que Cluseret, à l’instar d’un Garibaldi, avait partout pris part à des batailles nationales-bourgeoises et chaque fois dans le camp considéré comme « bon » par les esprits libéraux et républicains. Et cette aspiration de « République universelle » était une valeur, dans l’esprit des communards, tout autant que la justice sociale.

  • 26 Rougerie, 1964.

68Jacques Rougerie avait déjà écrit, dès 196426, que les communards avaient plus de haine contre les prêtres que contre les patrons, ce qui les rendait bien davantage républicains classiques qu’anticipateurs de socialisme. La Commune relevait de la lutte des classes pour son recrutement et son implantation mais non par ses motivations ; elle se pensait surtout comme un mouvement républicain résolu à faire barrage à un retour jugé imminent de la Monarchie.

69L’avenir les démentira, puisque la République sera finalement fondée dès les années suivantes grâce au ralliement de Thiers, grâce à l’accord imprévisible mais décisif de l’opportunisme de Thiers avec l’opportunisme de Gambetta. Mais cela, sur le moment, au printemps de 1871, les communards ne le savaient pas et ne pouvaient guère le deviner. Capricieuse et impitoyable, l’histoire a rendu leur lutte dérisoire, sinon absurde.

70Mais nous, qui « connaissons la suite », sommes bien placés pour comprendre les sentiments que pouvait inspirer le Thiers des années 1830-1870, distinct qu’il était du Thiers de 1872-1877. Et nous comprenons ces choses d’autant mieux si nous avons dans la tête non seulement la mémoire des faits bruts mais encore la pluralité des déterminations qui orientent leur groupement. Il faut être complet, il faut être anti-simplificateur, dût-on s’opposer parfois aux amis bien intentionnés sentimentalement mais dont l’esprit pèche par dogmatisation.

Michel Foucault

71Il m’est arrivé d’aboutir à des conclusions un peu comparables en discutant l’apport à l’histoire d’un autre grand philosophe, Michel Foucault (1926-1984). Il ne s’agit pas, avec lui, d’un personnage historique connu par les bibliothèques et les cours de la Sorbonne, mais d’un proche voisin.

  • 27 Voir le débat Agulhon-Foucault dans Perrot, 1980, pp. 313-317.

72Entrés à l’École normale supérieure (Ulm) dans la même promotion (1946), nous nous sommes lus réciproquement et nous avons pu avoir des conversations et des débats en petit comité. C’est moi qui ai le plus activement contribué à organiser la confrontation entre l’auteur de Surveiller et punir et les historiens spécialistes des problèmes sociaux du cœur du xixe siècle. Il en reste des traces écrites (L’impossible prison), qui attestent à la fois beaucoup de considération et quelques irréductibles désaccords27.

  • 28 Voir l’excellente biographie de Michel Foucault due à Eribon, 1989.

73Foucault est un grand et puissant esprit, un philosophe d’exceptionnelle envergure, reconnu par ses pairs dès sa thèse de doctorat28.

74Au départ de son œuvre, une puissante intuition sur les dangers de la raison. La raison (critique), c’est ce qui opère des distinctions, des classements. La raison pratique, moderne, appliquée à la société, c’est ce qui incite à matérialiser ces classements. Isoler les délinquants des honnêtes gens, c’est poser le principe de l’emprisonnement. Isoler les malades, c’est créer l’hôpital. Isoler les fous, c’est créer l’asile. Au bout de la logique de la raison, il y a — voici le maître mot — « l’enfermement ». Telle est la justification nouvelle de la sensibilité anarchiste récurrente pour qui l’État moderne est dangereux.

75Appliquée à l’histoire du premier xixe siècle, cette inspiration aboutit à suggérer une image bien noire du régime libéral, issu de 1830, qui a sans doute le plus innové dans son époque pour l’humanité et pour la liberté.

76Dans la haine banalisée contre Louis-Philippe et la bourgeoisie prudhommesque, l’anarchisme intellectuel de Foucault relaie l’ouvriérisme issu de Marx. Pour Marx, et ses continuateurs jusqu’au communisme contemporain, l’État était détestable parce qu’il était « au service du Capital ». Pour Foucault, et ses continuateurs libertaires d’aujourd’hui, l’État est détestable intrinsèquement, étant l’État, donc la raison organisatrice.

77Dans cette détestation de l’État bourgeois, libéral, moderne, État vraiment affirmé comme tel en 1830 et épanoui sous la Troisième République, où est l’erreur ?

78Nous aimerions suggérer, comme tout à l’heure avec Karl Marx, que l’erreur n’est pas dans l’analyse novatrice (l’intuition initiale qui relie la raison classificatrice à « l’enfermement »), mais dans la vision exclusive de cette innovation. Prenons un exemple.

79Une des cibles favorites de Foucault et des libertaires jusqu’à nos jours, c’est la loi de 1838 qui a créé les asiles d’aliénés (aujourd’hui hôpitaux psychiatriques, un par département en principe). Loi « d’enfermement » typique et dangereuse, au regard d’aujourd’hui, parce que l’internement était parfois trop facilement décidé. De nos jours, on le discute et on l’amende.

80Mais si vous, historien ordinaire, non spécialisé en psychiatrie, mais consacré au xixe siècle français, examinez la question sous la forme suivante : « Comment traitait-on les malades mentaux avant la loi de 1838 ? », que trouvez-vous ? Schématiquement ceci : il existait des maisons de santé médicalisées, mais privées, payantes, donc inaccessibles aux familles des classes pauvres. Chez les pauvres, ou bien les fous restaient dans leur famille, s’ils étaient à peu près tolérables, mais c’était le calvaire pour la famille ; ou bien, solitaires, ils glissaient à la déchéance et à la clochardisation, « l’idiot du village », personnage typique ; ou enfin, s’ils étaient vraiment trop dangereux pour être laissés en liberté, ils étaient enfermés, n’importe où, là où on pouvait, en hospice de vieillards, ou en prison, calvaire cette fois pour les compagnons d’infortune, vieillards ou prisonniers non fous… Et tout cela sans soins médicaux appropriés.

81Lorsqu’on fait ce tour complet des situations sociales réelles, on est bien obligé de convenir que la loi de 1838 a été philanthropique et libérale, non pas par antiphrase, mais tout simplement.

82L’histoire doit apprécier les faits et les effets à partir d’un regard global et non pas du coup de projecteur à la fois fulgurant et partiel du spécialiste.

François Furet

83Je prendrai volontiers un dernier exemple de ce banal précepte à propos d’un autre grand historien, François Furet (1928-1997). Comme Foucault, il est de ma génération. Plus que Foucault il a été un ami personnel — le lien de nos jeunesses, dans son cas, n’étant pas constitué par la rue d’Ulm mais par le militantisme politique au quartier latin. Amis et associés dans des aventures éditoriales diverses — je les ai relatées plus haut —, nous avons été dans des camps différents à l’époque du bicentenaire de la Révolution. L’antagonisme a été public, notoire, mais il a beaucoup moins qu’on ne pourrait croire affecté nos sentiments réciproques. Peu importe, au reste ! Je veux seulement dire qu’il n’y a — comme pour Foucault — aucune indécence de ma part à poursuivre une discussion après le décès du partenaire, parce que je l’avais commencée de son vivant, là encore par la plume et en tête-à-tête. Et il n’y a de ma part aucun abus de situation à poursuivre ce débat avec un disparu, parce que les thèses de ce disparu se portent bien ; elles sont majoritaires dans le petit monde universitaire et médiatique, et c’est moi qui aujourd’hui encore m’y sens accusé, suspect de crypto stalinisme ou de républicanisme attardé, ou bien d’un vague mélange de deux tares.

84Furet et moi, également détachés du stalinisme juvénile d’antan, étions également attachés à la liberté politique. La question est de savoir qui, dans l’histoire, la défend, et qui l’attaque.

85Furet pense que l’héritage de la Révolution française a été dangereux pour la liberté, générateur de tendances liberticides, et que l’on avait donc tort de procéder à cette fameuse célébration du bicentenaire. Je pense au contraire (comme pensaient tous les républicains jadis) que l’héritage de la Révolution a été essentiellement libérateur, et que le bicentenaire était donc toujours de bonne et utile pédagogie civique.

  • 29 Agulhon, 1998.

86Je ne reprendrai pas ici mes écrits sur ce thème, renvoyant seulement au principal, au plus clair et au plus précis d’entre eux, celui qui figure en tête du numéro « La liberté » de la revue Pouvoirs29. Je m’en tiendrai, dans l’esprit de la réunion d’aujourd’hui, au signalement méthodologique du débat. Comme dans les cas précédents, plus anciens et plus illustres (Marx, Foucault), je crois qu’il faut pointer à la fois la force d’une idée (louable) et l’hypertrophie de sa valeur explicative (contestable).

87L’idée du grand spécialiste d’histoire des idées qu’était devenu Furet (cent fois plus compétent que moi sur ce terrain) consistait à mettre en évidence les virtualités antilibérales de la pensée de Jean-Jacques Rousseau et de retrouver leur influence néfaste dans certaines théories constitutionnelles majeures (Sieyès), dans certaines théories sommaires suivies d’effets (la Terreur), dans la tradition jacobine et ses velléités d’explosion dictatoriale au xixe siècle (le blanquisme), et enfin dans la facilité avec laquelle le terrain a été ainsi préparé au stalinisme (le Comité de salut public étant un précédent national et réputé honorable à la dictature du prolétariat).

88Contre cette hydre jacobine, grandie au cœur même de la Révolution, la défensive libérale, toujours fragile jusqu’au xxe siècle, ne pouvait venir que de penseurs libéraux marginaux et méritants : Benjamin Constant, Tocqueville. Jacobinisme (issu de la Révolution) et libéralisme (né contre elle) sont les antagonistes abstraits de ce grand duel péniblement gagné par le second contre le premier.

89Mon objection est que ce duel est un peu trop détaché de la complexité de l’histoire réelle pour être utile à sa compréhension.

90Il faut rappeler que pendant longtemps les acteurs principaux de l’histoire politique française post-révolutionnaire n’ont pas été les frères ennemis libéral et jacobin, mais un énorme camp contre-révolutionnaire, parti de l’ordre, cléricalisme, monarchisme, tradition et autorité sous toutes ses formes. Parti toujours menaçant parce que majoritaire dans le pays jusqu’aux environs de 1880, et face auquel, malgré leurs logiques intimes, libéraux et jacobins ont été bien souvent contraints d’unir leurs forces. Dussent les libéraux à la française se jacobiniser un peu dans cette fréquentation historique et — réciproquement — les jacobins à la française apprendre les procédures de la liberté, bref se muer en républicains. Mais tout cela s’est passé en luttes complexes, confuses si l’on veut, dans lesquelles les doctrines comptaient moins que les passions et les conjonctures.

91Si l’on considère l’évolution globale de notre pays de haut, d’aussi haut qu’il le faut pour déceler les grandes masses et les grands courants, force est de reconnaître que toutes les libertés démocratiques dont nous jouissons ont été établies par les régimes qui se sont réclamés expressément de la Révolution (Monarchie de Juillet, Deuxième et Troisième Républiques), et que, par une véritable confirmation a contrario, chaque fois qu’un pouvoir politique a professé l’hostilité à la Révolution, les libertés des citoyens ont été menacées (fin de la Restauration, Second Empire dans sa période autoritaire, « Ordre Moral », Vichy enfin).

92Dans notre histoire globalement considérée, force est bien de reconnaître que le lien entre culture de la Révolution et instauration des libertés est positif, et non pas négatif. Aucune considération sur le jacobinisme comme ferment d’autoritarisme latent ne peut prévaloir contre cette évidence.

93Il faut tout voir. Pour prendre un exemple souvent employé par François Furet, voici le phénomène, fâcheux, de la puissance du communisme stalinien en France de 1934-1935 à 1956. Que cette puissance ait été facilitée par l’habitude qu’avait la gauche de respecter la Révolution, dictature robespierriste comprise (voir l’œuvre d’Albert Mathiez), on ne le niera pas. Mais il faut bien voir aussi que, à côté, la même culture républicaine, si diverse, a fourni à l’expansion du stalinisme en France ses freinages les plus efficaces. Pour contrer les staliniens dans le mouvement ouvrier et dans les microcosmes intellectuels et universitaires, la tradition républicaine, version socialiste démocratique, n’a eu qu’à reprendre et à transposer la vieille et efficace panoplie de l’anti cléricalisme forgée par un siècle de polémiques populaires : vous êtes le parti de l’étranger (Rome) — le parti de la discipline bête et sans critique —, le parti de l’esprit de sérieux, réfractaire à l’honneur gaulois.

94En termes de mentalités collectives — voilà bien un aspect essentiel de la réalité globale pour laquelle nous plaidons —, l’anti communisme doit au moins autant à la tradition républicaine que ne lui devait le communisme ! Outre que le communisme en France n’a réussi à avoir une présence importante que dans la période (postérieure au virage de 1934) où il avait cessé de prôner le pouvoir des Soviets pour accepter le vieux cadre de l’électoralisme républicain.

95Là encore, il me semble que l’on a raison de préférer un regard de généraliste exhaustif aux raisonnements d’un spécialiste à système. Si précieux que soient les systèmes dans leurs apports particuliers, il faut les intégrer. Ce n’est d’ailleurs pas facile, et il restera indéfiniment à débattre sur la qualité des constructions synthétiques proposées, puisqu’elles sont multiples.

96Tel est l’état présent du bilan de réflexions et de préceptes (en fin de carrière, en fin de vie, on a bien le droit de prêcher un peu…) que vous m’avez fait l’amitié de me demander.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon, Maurice (1966), La sociabilité méridionale. Confréries et associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du xviiie siècle (2 vol.), Aix-en-Provence.

Agulhon, Maurice (1968), Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris.

Agulhon, Maurice (1970), La République au village, Paris (2e éd. 1979).

Agulhon, Maurice (1972), « La IIe République (1848-1852) », dans Georges Duby (éd.), Histoire de la France (3 t.), Paris, t. ii: Dynasties et révolutions (de 1348 à 1852), pp. 393-421.

Agulhon, Maurice (1973), 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1852), t. viii de la Nouvelle histoire de la France contemporaine, Paris.

Agulhon, Maurice (1976), « Les communistes et la libération de la France », dans La libération de la France. Actes du colloque international (Paris, 28-31 octobre 1974), Paris, pp. 67-90.

Agulhon, Maurice (1977), Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabilité, Paris.

Agulhon, Maurice (1978),« Le début du “Mouvement” dans les petites villes », dans Mélanges à la mémoire d’André Joucla-Ruau (2 vol.), Aix-en-Provence, vol. 1, pp. 51-62.

Agulhon, Maurice (1979), Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris.

Agulhon, Maurice (1981), « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme. Revue du xixe siècle, 31, pp. 81-109 [republié sous le même titre dans Maurice Agulhon, Histoire vagabonde (3 vol.), vol. 1 : Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, 1988, pp. 243-282].

Agulhon, Maurice (1987), « Vu des coulisses », dans Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, pp. 9-60.

Agulhon, Maurice (1988-1996), Histoire vagabonde (3 vol.), vol. 1 : Ethnologie et politique dans la France contemporaine ; vol. 2 : Idéologie et politique dans la France du xixe siècle ; vol. 3 : La politique en France d’hier à aujourd’hui,Paris.

Agulhon, Maurice (1989), Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris.

Agulhon, Maurice (1992), « Madame Bovary, une lecture historique », Études normandes, 1, pp. 7-20 [republié sous le titre « Monsieur Homais, ou le militantisme », dans Maurice Agulhon, Histoire vagabonde (3 vol.), vol. 3 : La politique en France d’hier à aujourd’hui, Paris, 1996, pp. 43-60].

Agulhon, Maurice (1997 a), Coup d’État et République, Paris.

Agulhon, Maurice (1997 b), « Georges Duby, 1919-1996 », Universalia, pp. 466-467.

Agulhon, Maurice (1998), « La conquête de la liberté », Pouvoirs,84, numéro thématique« La liberté », pp. 5-13.

Agulhon, Maurice (1999), « La tradition politique du peuple de Paris de Waterloo à la Commune », dans Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky (dir.), Paris le peuple (xviiie-xxesiècles), pp. 131-146.

Agulhon, Maurice (2000), De Gaulle, histoire, symbole, mythe, Paris (rééd.2001).

Agulhon, Maurice (2001 a), Les métamorphoses de Marianne. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours, Paris.

Agulhon, Maurice (2001 b), « Sur la culture communiste dans les années 50 », dans Daniel Cefai (dir.), Cultures politiques, Paris, pp. 273-298.

Agulhon, Maurice etBarrat, Fernand (1971), CRS à Marseille. La police au service du peuple (1944-1947), Paris.

Benoît, Fernand (1949), La Provence et le Comtat Venaissin, Paris (3e éd.).

Broder, Albert, Chastagnaret, Gérard et Témime, Émile (1979), Histoire de l’Espagne contemporaine (de 1808 à nos jours), Paris.

Eribon, Didier (1989), Michel Foucault (1926-1984), Paris.

Gili, Jean-Antoine et Schor, Ralph (dir.) (1988), Hommes, idées, journaux. Mélanges en l’honneur de Pierre Guiral, Paris.

Marrou, Henri-Irénée (1956), De la connaissance historique, Paris (1re éd.).

Perrot, Michelle (dir.) (1980), L’impossible prison, Paris.

Rougerie, Jacques (1964), Procès des communards, Paris.

Haut de page

Notes

*  Cette conférence a été prononcée à la Casa de Velázquez le 5 février 2001 en ouverture à la rencontre « Política y sociabilidad. En torno a Maurice Agulhon ». Les actes de ce colloque seront prochainement publiés par Jordi Canal et Benoît Pellistrandi.

1 Je n’oublie pas mon amical voisinage professionnel à Aix-en-Provence avec Émile Témime, dont j’ai fait éditer par la suite, chez Aubier-Montaigne, l’Histoire de l’Espagne contemporaine (de 1808 à nos jours), écrite en collaboration avec Albert Broder et Gérard Chastagnaret (1979).

2 Agulhon, 1978, vol. 1, pp. 51-62.

3 Marrou, 1956.

4 J’y reviendrai dans la dernière partie de cet exposé (Rencontres en pensée, pp. 283-289).

5 Agulhon, 1987, pp. 9-60.

6 Compléter les Essais d’ego-histoire par mon article plus récent, Agulhon,2001 b.

7 Agulhon, 1988-1996.

8 L’ouvrier de Barjols, insurgé actif, célèbre pour avoir été « fusillé deux fois ». Abattu d’un coup de feu par les soldats, laissé pour mort dans un fossé, hébergé et soigné par des paysans, puis dénoncé et livré et, cette fois, fusillé à mort.

9 Édité chez Plon en 1970, repris ensuite par le Seuil en 1979, l’ouvrage raconte la partie rurale de ma thèse sur le Var.

10 Benoît, 1949.

11 Agulhon,1966.

12 Dans la collection « L’histoire sans frontières », alors dirigée par François Furet et Denis Richet (Agulhon,1968).

13 Chez Armand Colin, dans la collection « Cahiers des Annales » (Agulhon, 1977).

14 L’homme et l’œuvre sont trop célèbres pour être présentés ici. J’ai insisté sur son rôle d’animateur d’édition dans la notice que j’ai été chargé d’écrire sur lui (Agulhon, 1997 b, pp.466-467).

15 Pierre Guiral, historien des idées, de la presse et de la liberté (thèse sur Prévost-Paradol, contribution à l’histoire générale de la presse française), voir à son sujet le volume de Mélanges qui lui a été consacré : Gili et Schor (dir.), 1988.

16 En 1972.

17 Agulhon, 1973.

18 Agulhon, 1981, pp. 81-109.

19 Agulhon, 1992.

20 AgulhonetBarrat, 1971.

21 Agulhon, 1976.

22 Agulhon, 1997 a.

23 Agulhon, 2000 [réédité en 2001 chezHachette Littératures, coll. « Pluriel »].

24 Agulhon, 1979, 1989 et 2001 a.

25 Agulhon, 1999.

26 Rougerie, 1964.

27 Voir le débat Agulhon-Foucault dans Perrot, 1980, pp. 313-317.

28 Voir l’excellente biographie de Michel Foucault due à Eribon, 1989.

29 Agulhon, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Agulhon, « Histoire contemporaine et engagements politiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 273-291.

Référence électronique

Maurice Agulhon, « Histoire contemporaine et engagements politiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1204

Haut de page

Auteur

Maurice Agulhon

Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org