Navigation – Plan du site
Miscellanées

Explication argumentative de l’« antinomie » proverbiale

Si A quien madruga Dios le ayuda, pourquoi No por mucho madrugar amanece más temprano?
Explicación argumentativa de la «antonimia» proverbial. ¿Si «A quien madruga Dios le ayuda», por qué«No por mucho madrugar amanece más temprano»?
An Argumentative Explanation of the Proverbial «Antonymy». If A quien madruga Dios le ayuda, why No por mucho madrugar amanece más temprano?
Sonia Gómez-Jordana Ferary
p. 313-332

Résumés

Nous voulons, dans cet article, proposer une solution à la question de l’« antinomie proverbiale ». Les proverbes sont souvent décrits comme des vérités générales, ce qui pose un problème lorsque nous nous trouvons face à un proverbe « vrai » et à son antonyme. Nous partons d’une théorie linguistique argumentative qui nous permet de contredire l’idée d’une antinomie proverbiale. Les proverbes, de même que le langage en général, ne peuvent être décrits en termes de « vrai » / « faux ».

Haut de page

Texte intégral

Proverbe ne peut mentir,
A. Rey et S. Chantreau, Dictionnaire des expressions et locutions (1988).

No hay refrán que no sea verdadero,
G. Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales (2000).

1Les locutions qui ont pour vocation d’introduire les proverbes en discours soulignent, parfois, leur valeur de vérité générale. Des formules telles que Le proverbe dit vrai ; il est vrai + Proverbe ; es verdad + Proverbio induisent le locuteur — et le linguiste — à penser qu’effectivement il se trouve face à une vérité de bon sens. Voici quelques occurrences de ces locutions « véridiques » que nous mettons en italique :

  • 1 Il s’agit à notre avis d’une subversion de la phrase du Christ : « Qui veut sauver sa vie la perdra (...)
  • 2 Thomas, 1994, p. 60.

Ma faiblesse idiote avec des femmes telles que Gabrielle, Marie-Françoise, qui acceptent tout et ne donnent rien. Le séjour sur l’île est bon en ce qu’il me déshabitue des dîners aux Ministères, précédés des « à six heures et demie au Lipp ». Il y a des manières de perdre le temps qui sont bonnes comme le travail, à côté de celles-là. Car il est vrai que qui veut sauver son temps le perdra1, et qui le perd — de la bonne manière — le rendra vraiment vivant2.

Un sou est un sou.
C’est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur… Mais il y contribue. Depuis 50 ans Leclerc se bat pour vendre moins cher tous les jours. Aujourd’hui il invente les courses qui vous rapportent de l’argent. (Publicité des supermarchés Leclerc, avril 2000).

  • 3 Cela, 1983, p. 179.

A Moncho Preguizas le podaron una pata en tierra de moros,la verdad es que en todas partes cuecen habas. ¿A ti que te parecen los moros?
¡Qué quieres que te diga! A mí no me trataron bien pero tampoco me parecen peores que los cristianos3.

  • 4 Anscombre, 2000, p. 9.

2Nous soulignerons l’importance de ne pas confondre langue et métalangue. Si le sujet parlant ressent qu’il y a une certaine vérité sous l’énonciation d’un proverbe, le linguiste en revanche ne peut pas se contenter de cette intuition. C’est justement à ce niveau que se posent les plus grandes difficultés pour le linguiste. Comme le signale J.-C. Anscombre, l’origine du problème est que « les mots de la langue ne sont pas des concepts scientifiques, i. e. aptes à l’édification d’une théorie cohérente…4 ». L’intuition du sujet parlant qui énonce « C’est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur… » consiste à voir « l’argent ne fait pas le bonheur » comme vrai. Cependant, le linguiste ne peut pas affirmer que ce qui suit l’adjectif « vrai » corresponde au concept linguistique VRAI. Il devra forger un concept linguistique VRAI, caractérisé par un certain nombre de propriétés et, à partir de cette notion, il pourra dire si oui ou non un terme donné correspond au concept métalinguistique VRAI. Notre but ici n’est pas de définir ce concept. Nous voulons seulement souligner l’importance de ne pas confondre langue et métalangue.

3L’idée de vérité est attribuée aux proverbes par la plupart des linguistes et parémiologues. À titre d’exemple, nous apportons quelques citations qui corroborent la vision du proverbe comme un énoncé disant le vrai. C’est nous qui soulignons en caractères gras.

  • 5 Parémie est un terme générique qui est souvent employé dans les écrits scientifiques sur les prover (...)
  • 6 Rodegem, 1984, p. 123.

Son rôle (de la parémie)5 consiste à illustrer le discours, par un fait d’expérience, une évidence ou une vérité de bon sens6.

  • 7 Kleiber, 1999 b, p. 526.

Nul besoin toutefois de renoncer à une des propriétés qu’on leur [aux proverbes] reconnaît généralement, celle d’exprimer une vérité générale, « permanente »7.

  • 8 Arnaud, 1991, p. 10.

Le proverbe énonce en outre une constatation, un précepte, de valeur de vérité générale, donc restant vrais en dehors de la situation à laquelle ils réfèrent8.

  • 9 Cité dans Schapira, 1999, p. 56.

Il [le proverbe] énonce ce qui est apparemment une vérité fondamentale…9.

  • 10 Cité dans Kleiber, 1999 a, p. 187.

4Nous avons vu, d’une part, quelques introducteurs proverbiaux qui présentent la parémie comme étant vraie. D’autre part, nous venons de citer des travaux scientifiques qui ne mettent nullement en doute cette valeur proverbiale. De ce point de vue-là, il devient très gênant de constater qu’il existe dans notre bagage linguistique aussi bien un proverbe, énonçant donc une vérité générale, que le proverbe contraire. Nous comprenons alors le mépris d’Alfred de Musset envers les parémies : « J’aime assez peu les proverbes en général, parce que ce sont des selles à tous chevaux ; il n’en est pas un qui n’ait son contraire10. » En effet, comment pouvons-nous rendre compte du fait qu’aussi bien A quien madruga Dios le ayuda que No por mucho madrugar amanece más temprano soient des proverbes et donc des vérités générales ?

5Nous nous attacherons à démontrer que, si nous partons d’une théorie linguistique de type argumentatif, le proverbe n’a pas à être décrit en termes de « vrai » / « faux ». La notion d’antinomie devient alors incompatible avec le proverbe.

Le cadre théorique

  • 11 Pour résumer ces théories linguistiques, nous nous basons principalement sur les séminaires d’O. Du (...)

6Il est important, pour la suite de cet article, de situer notre travail dans une théorie linguistique. Le point de vue adopté au moment de décrire un phénomène linguistique influe en grande mesure sur ce dernier. Nous voudrions donc établir, ou plutôt rappeler, la différence entre une théorie de type descriptiviste ou référentialiste et une théorie plutôt ascriptiviste ou non référentialiste11.

7Les tenants d’une théorie descriptiviste ou référentialiste défendent, grosso modo, que le sens d’un mot consiste en la donation de son référent, c’est-à-dire que le sens d’un mot équivaut à la désignation de l’objet auquel il correspond dans le monde réel. Ceci veut dire qu’énoncer le mot table, par exemple, a pour fonction principale de référer à l’objet du monde réel dénommé table. La fonction principale de la langue est informative et le langage que nous employons est décrit par rapport à sa référence dans le monde extra-linguistique. De ce point de vue, la sémantique, à savoir l’étude du sens, est tournée vers la réalité. Les expressions linguistiques servent à renvoyer à l’extérieur de la langue, c’est-à-dire à des entités du monde réel. Dans ce sens-là, la langue peut être décrite en termes de vérité. Un énoncé comme J’ai bu un peu de vin est vrai, d’après les tenants du référentialisme, s’il vérifie les conditions de vérité qui permettent d’affirmer que la quantité de vin bue correspond à « un peu ».

8En revanche, pour les défenseurs d’une théorie non descriptive, comme par exemple la théorie de l’argumentation dans la langue ou la théorie des stéréotypes, le sens d’un mot n’est pas la donation de son référent. Dans ce sens, si un locuteur emploie le mot table, peu importe — pour notre travail de linguiste — que l’objet se trouvant en face de nous soit une table du monde réel. Ce qui importe, pour le linguiste, c’est le fonctionnement en langue du mot table. Qui plus est, ce qui s’avère fondamental dans une théorie argumentative, ce sont les enchaînements en discours que permettra le mot table, par exemple une suite comme : C’est une table mais tu peux t’asseoir dessus. Si nous prenons l’énoncé présenté un peu plus haut : J’ai bu un peu de vin, contrairement aux analyses descriptivistes, celui-ci ne sera pas décrit d’après ses conditions de vérité mais selon ses possibles continuations argumentatives. Ceci va permettre de différencier les locutions un peu de x et peu de x qui, dans le monde réel, peuvent désigner la même quantité de x, mais qui ont, en discours, des orientations argumentatives opposées. Supposons que Paul ait bu trois verres de vin rouge. On pourra énoncer aussi bien (1) que (2) :

(1) Paul a bu un peu de vin.
(2) Paul a bu peu de vin.

9Les deux énoncés peuvent faire référence à la même quantité de vin. Or, les continuations argumentatives de ces deux énoncés sont opposées :

  • 12 L’astérisque (*) symbolise dans les travaux linguistiques l’agrammaticalité de la phrase, c’est-à-d (...)

(1’) Paul a bu un peu de vin, il ne pourra pas prendre la voiture.
(1’’) Paul a bu un peu de vin, *il pourra prendre la voiture12.
(2’) Paul a bu peu de vin, il pourra prendre la voiture.
(2’’) Paul a bu peu de vin, * il ne pourra pas prendre la voiture.

10L’énoncé (1’) tend vers une conclusion que nous appellerons r et qui équivaut à : Paul ne peut pas prendre la voiture. En revanche, (2’) tend vers la conclusion opposée non-r, qui équivaut à : Paul peut prendre la voiture. Nous voyons dans ces exemples que la quantité de vin dans le monde réel ne joue pas sur le fonctionnement en langue des termes peu et un peu. Ce qui est important pour la description linguistique de ces lexèmes se réduit à leur valeur argumentative. Nous citerons Anscombre, qui résume fort justement l’objet principal de la théorie argumentative :

  • 13 Anscombre et Zaccaria, 1990, p. 146.

Au niveau profond, celui de la signification théorique que le linguiste tente de construire pour rendre compte du sens observé des énoncés, la langue ne décrit ni objets, ni propriétés, ni attitudes. Objets, propriétés, attitudes sont construits et présentés comme tels par et dans le discours. Que nous puissions utiliser la langue comme prise sur le réel n’implique nullement qu’elle en soit une description13.

  • 14 Ces deux morphèmes sont étudiés dans Ducrot, 1970.

11Une théorie linguistique de type argumentatif ne décrira donc pas le sens d’un mot d’après ses conditions de vérité. Les lexèmes peu et un peu ne peuvent pas être décrits d’après la quantité de x (de vin, par exemple). Dans les énoncés que nous avons présentés, Paul a bu la même quantité de vin que l’on dise Paul a bu un peu de vin ou Paul a bu peu de vin. Ce qui permet d’établir la différence sémantique entre peu et un peu, ce sont leurs possibles continuations discursives14.

12L’étude des proverbes « antinomiques » que nous proposons part d’une théorie linguistique de type argumentatif. Nous nous inscrivons, plus précisément, dans la théorie de l’argumentation dans la langue développée par O. Ducrot et J. Cl. Anscombre à partir des années soixante-dix. Partant de l’étude de connecteurs comme mais et même, les deux linguistes postulent que le sens des mots n’est pas tourné vers le monde réel mais est sui-référentiel. En d’autres termes, le sens d’un mot fait référence à d’autres mots et non pas à un objet du monde extra-linguistique. Le sens d’un mot comme prudent fait appel à un discours comme :

(3) Paul est prudent mais il ne met pas la ceinture de sécurité.
(4) *Paul est prudent donc il ne met pas la ceinture de sécurité.

13Énoncés qui permettent de voir qu’à un terme comme prudent est attaché un discours tel que: Les gens prudents mettent la ceinture de sécurité. Nous décrirons donc le sens d’un proverbe d’après ses possibles continuations discursives et non pas d’après ses conditions de vérité.

Définitions et état de la question

La notion d’antonyme

14Nous observerons tout d’abord les définitions de l’antinomie proposées par les dictionnaires et grammaires. Le Nouveau Petit Robert (1993) apporte la suivante définition du terme antonyme : « Mot, syntagme, qui, par le sens, s’oppose directement à un autre ». Quant à l’antinomie il s’agit de la « Contradiction réelle ou apparente entre deux lois, deux principes », de « l’opposition » de sens entre antonymes. Grevisse, dans Le bon usage (1993, p. 262), signale que « les antonymes ou contraires sont des mots qui, appartenant à la même classe grammaticale, s’opposent l’un à l’autre par le sens : riche, pauvre ; loin, près ». Moliner (1998) soutient que l’antonyme « se aplica con respecto a una palabra o expresión, a otra que expresa lo contrario. » Ces définitions nous semblent quelque peu sommaires étant donné qu’elles ne présentent que l’opposition entre deux termes. La question doit être approfondie car l’opposition n’est pas la même entre des termes tels que riche / pauvre et homme / femme.

15Nombreux sont les linguistes qui se sont penchés sur la question de l’antinomie. Nous résumerons ci-dessous ce qu’entendent certains d’entre eux par antonyme.

16Les antonymes peuvent être divisés en deux sous-classes : celle des termes contradictoires et celle des termes contraires. Les mots employés pour dénommer ces deux classes divergent parfois parmi les linguistes. Ainsi, ce que Martin (1976) appelle contradictoire est qualifié par Moeschler (1994) de complémentaire. Il s’agit de l’opposition existant entre des termes comme mâle/ femelle, où il n’y a pas de place pour un autre terme ; ou bien on est mâle ou bien on est femelle (par exemple, dans le cas des animaux). Martin parle alors de disjonction exclusive : deux termes ne peuvent être ni vrais ni faux à la fois. Ainsi, un chien ne peut être à la fois mâle et femelle, mais il doit vérifier une des deux propriétés. Nous ne pourrions pas dire qu’il n’est ni mâle ni femelle. En d’autres termes, dans la disjonction exclusive p et non-p ne peuvent être ni vraies ni fausses en même temps. D’un autre côté, nous trouvons les termes contraires. Il s’agit des mots ou phrases qui ne peuvent êtres vrais à la fois, pouvant être faux simultanément. Les deux adjectifs bon / mauvais ne peuvent pas qualifier le même examen. Cependant, nous pourrions dire à propos de celui-ci qu’il n’est ni bon ni mauvais étant médiocre, par exemple. Des adjectifs comme froid / chaud ; belle / moche correspondent à cette sous-classe d’antonymes.

  • 15 Ducrot et Schaeffer, 1995, p. 235.
  • 16 Les logiciens appellent « carré d’Aristote » le schéma ci-dessus, qu’il soit carré ou rectangulaire (...)

17Ducrot et Schaeffer rappellent les propositions qu’Aristote situait dans son « carré »15. Par exemple, la phrase A : Tous les hommes sont mortels est contradictoire par rapport à la phrase O : Quelques hommes ne sont pas mortels. A et O ne peuvent être ni vraies ni fausses à la fois. Nous nous trouvons donc face à une situation de disjonction exclusive. De la même façon, les propositions
E : Aucun homme n’est mortel et I : Quelques hommes sont mortels sont contradictoires. En revanche, A et E sont contraires. Ainsi, nous ne pouvons dire à la fois : Tous les hommes sont mortels et Aucun homme n’est mortel. Cependant, ces deux phrases peuvent être fausses en même temps. Nous pouvons imaginer une situation dans laquelle l’énoncé Tous les hommes sont mortels est faux et Aucun homme n’est mortel est également faux. Nous nous trouverions dans une situation où certains hommes seraient mortels et d’autres ne le seraient pas. Nous proposons ci-dessous le « carré16 » d’Aristote :

18Les définitions et explications que nous venons de proposer appartiennent au domaine de la logique et des théories descriptivistes. En effet, nous n’avons parlé pour le moment qu’en termes de « vrai » et de « faux ». Comme nous l’avons déjà souligné, nous ne partirons pas de théories logiques ou descriptivistes. Cependant, nous pensons qu’il n’était pas dépourvu d’intérêt de rappeler l’état de la question sur la notion de l’antinomie.

Une notion linguistique [PROVERBE]?

19Notre intention est d’arriver à définir le concept ou la notion linguistique PROVERBE et non pas le mot de la langue « proverbe ». Pour parvenir à une définition satisfaisante de cette éventuelle notion linguistique, il nous faut rendre compte de certaines propriétés linguistiques qui nous permettront de décider que telle ou telle forme correspond à un PROVERBE, alors que telle autre n’appartient pas à cette classe. Nous pouvons déjà dire, par exemple, que toute forme qui commence par un verbe à l’infinitif étant susceptible d’être conjugué ne pourra être considérée comme PROVERBE. Ainsi, prendre le taureau par les cornes est une expression — ou une frase hecha (d’après la terminologie de Correas) — et non pas un proverbe puisqu’elle commence par un verbe à l’infinitif qui, en discours, apparaîtra conjugué : Paul a pris le taureau par les cornes et a demandé une augmentation de salaire. En revanche, la forme espagnole Al freír el reír, al pagar el llorar est un proverbe étant donné que le verbe à l’infinitif freír maintient le mode infinitif en discours.

  • 17 Par exemple Anscombre, 1994 ou Kleiber, 1994.
  • 18 Kleiber et Lazzaro, 1987, p. 75.

20Comme autres propriétés linguistiques du proverbe, nous pouvons signaler, après bien d’autres17, sa valeur générique. En effet, le proverbe possède beaucoup de similitudes avec les phrases génériques, se présentant comme un lieu commun partagé par tout locuteur d’une même communauté linguistique. À l’appui du trait générique du proverbe, nous pouvons apporter quelques critères linguistiques. Kleiber démontre que la question formulée par Lequel ? peut être posée sur des énoncés spécifiques mais non sur des énoncés génériques18 :

— Les tableaux de Velázquez sont magnifiques (valeur spécifique)
— Lesquels ?
Las Meninas et Las Hilanderas.

— Les tableaux de Velázquez sont magnifiques (valeur générique)
— *Lesquels ?

21De même que les phrases génériques, les proverbes ne peuvent être interrogés par Lesquels ?

— Chien qui aboie ne mord pas.
— *Lequel ?

Gato con guantes no caza.
— *¿Cuál?

22De plus, le proverbe se caractérise par son côté poétique, reflété notamment par la métaphore qu’il véhicule, Piedra movediza nunca de moho se cobija, et par son rythme : A Dios rogando (cinq syllabes) y con el mazo dando (sept syllabes), structure typique de la seguidilla. Cuando el grajo vuela bajo, hace un frío del carajo (rime en -ajo et répétition des voyelles a / o).

  • 19 Remarquons que la version française, Pierre qui roule n’amasse pas mousse, au lieu d’induire au voy (...)
  • 20 Nous ne pouvons pas entrer dans les détails étant donné qu’il ne s’agit pas du but de cet article. (...)

23Le proverbe a aussi un côté hybride. En effet, nous considérons que sous tout proverbe il existe deux formules. D’un côté la formule compositionnelle, c’est-à-dire celle dont le sens dépend de la combinaison des mots qui apparaissent en surface : Piedra-movediza-nunca-de-moho-se-cobija par exemple. Et d’autre part, la glose du proverbe, à savoir hay que moverse19. D’après nous, le proverbe en discours se défait de son sens compositionnel ou littéral et n’acquiert que le sens de sa glose. En effet, nous soutenons que le proverbe en contexte ne possède plus son sens littéral, n’ayant qu’un sens « instructionnel » dont la principale valeur est de concéder plus de force à un énoncé non proverbial20.

24Nous ne nous attarderons pas ici à définir le PROVERBE. Nous signalerons seulement que nous devons encore trouver d’autres critères et propriétés linguistiques qui nous permettront d’arriver à un concept linguistique PROVERBE.

Un bref état de la question

  • 21 Kleiber, 1999 a, p. 194.
  • 22 Théorie attribuant des valeurs de vérité aux énoncés.
  • 23 Kleiber, 1999 a, p. 204.

25Un même locuteur peut accepter deux proverbes contraires bien que ceux-ci soient considérés comme des vérités générales. À partir de cette constatation, Kleiber essaie de proposer une solution maintenant, d’une part, le côté de vérité du proverbe et, d’autre part, la compatibilité entre un proverbe et son antonyme. D’après lui, « les proverbes ont le trait de vérité quasi universelle grâce à leur statut de dénomination21 ». Ceci veut dire que le proverbe consiste, toujours d’après Kleiber, en une phrase figée qui réfère à une situation générique du monde réel. Force nous est de signaler que Georges Kleiber appartient à une école vériconditionnaliste22 et référentialiste, voyant le sens d’un mot comme la donation de son référent. Nous comprenons donc qu’il voie, dans le proverbe, une phrase qui réfère à une situation du monde extra-
linguistique. Par ailleurs, il constate que deux proverbes comme Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu ne se contredisent pas de façon p / non-p. Il affirme que la plupart des proverbes antagonistes s’opposent au niveau de leurs conséquences, affirmation que nous maintiendrons ici. Cependant, le problème de l’antonymie est loin d’être résolu puisque la question logique de la coexistence de deux vérités générales, dont les conséquences s’opposent, est toujours en vigueur. La solution proposée alors par le linguiste est de voir, sous les proverbes, une structure sous-jacente en beaucoup de, souvent et non pas en généralement. Ainsi, au lieu de voir sous Qui ne risque rien n’a rien une structure en : Généralement qui ne risque rien n’a rien, Kleiber propose de lire : Souvent, Dans beaucoup de cas, Qui ne risque rien n’a rien23, dont la conséquence pourrait être formulée comme : Dans beaucoup de cas, souvent il faut risquer. De la même façon, sous Prudence est mère de sûreté il y aurait une structure sous-jacente en : Souvent, dans beaucoup de cas Prudence est mère de sûreté. D’où l’on déduit : Souvent, dans beaucoup de cas, il faut être prudent. Les deux conséquences dans beaucoup de cas il faut risquer mais aussi dans beaucoup de cas il faut être prudent ne seraient pas contradictoires.

  • 24 Nous résumerons l’approche d’Anscombre, 1994 et 2001 b qui s’intéresse également à l’antinomie prov (...)

26Cette proposition nous semble digne d’intérêt et permet d’adoucir le paradoxe qu’entraîne l’existence de deux proverbes antinomiques. Cependant, la solution proposée par Kleiber maintient la présence de l’antinomie proverbiale. En effet, les proverbes Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu sont toujours décrits comme antagonistes, même si cette opposition semble être réduite sous des structures sous-jacentes en « beaucoup de / souvent »24.

27Notre but, en revanche, est de nous attacher à démontrer que l’antinomie proverbiale n’existe pas. Comme nous l’avons déjà signalé, nous partirons d’une théorie de type argumentatif pour expliquer l’absence de contradiction entre deux proverbes comme A quien madruga Dios le ayuda et No por mucho madrugar amanece más temprano, ou comme Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu.

L’illusion de l’antinomie. Vers une solution argumentative

28Premièrement, nous proposerons une liste de couples proverbiaux souvent présentés comme « antinomiques », liste à partir de laquelle nous travaillerons. Les couples français proviennent d’une liste proposée dans Kleiber (1999 a). Nous y ajoutons des parémies espagnoles :

L’argent ne fait pas le bonheur
Abondance de biens ne nuit pas

Une hirondelle ne fait pas le printemps
Il n’y a pas de fumée sans feu

Una golondrina no hace verano
Cuando el río suena es que agua lleva

À chaque jour suffit sa peine
Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même

Les extrêmes se rejoignent
Qui se ressemble s’assemble

Los polos opuestos se atraen
Dios los cría y ellos se juntan

Qui ne risque rien n’a rien
Prudence est mère de sûreté / On risque de tout perdre à vouloir trop gagner

A quien madruga Dios le ayuda
No por mucho madrugar amanece más temprano

29Ces couples de proverbes sont présentés dans la littérature parémiologique comme antinomiques. Nous essaierons de démontrer que, si nous faisons une analyse sémantico-argumentative de ceux-ci, aussi bien hors contexte qu’en contexte, il n’est plus nécessaire de parler d’antinomie pour ces formules.

Étude de quelques proverbes « antinomiques » hors contexte

30Nous considérons que les proverbes hors contexte, c’est-à-dire en dehors de toute situation de discours, ne se contredisent nullement. Nous citerons saint Thomas qui, pour résoudre les oppositions, disait Non sunt adversi sed diversi. En effet, les proverbes que nous présentons ici ne sont pas antinomiques, contraires ou contradictoires mais tout simplement différents.

  • 25 La définition de phrase-signification / énoncé-sens provient de Ducrot, 1984, p. 180.

31Prenons, par exemple, les deux formules espagnoles A quien madruga Dios le ayuda et No por mucho madrugar amanece más temprano. Signalons tout d’abord que nous considérons le proverbe hors contexte comme une phrase pourvue d’une signification. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une entité abstraite de la langue dont la signification consiste en un ensemble d’instructions qui signalent la façon dont nous devrons assigner un sens à l’énoncé. L’énoncé est l’occurrence en discours de la phrase. Il est pourvu d’un sens25. Il n’y a qu’une seule phrase A quien madruga Dios le ayuda, mais il y a une multiplicité d’énoncés A quien madruga Dios le ayuda. En effet il y a autant d’énoncés que d’occurrences en discours du proverbe.

  • 26 Nous disons simplement que le proverbe « peut » tendre vers la conclusion r : se lever, étant donné (...)

32En définitive, les deux proverbes ci-dessus ne s’opposent pas mais sont simplement différents. En effet, la signification de A quien madruga Dios le ayuda pourrait être schématisée en : Si x se lève tôt, x pourra profiter de la journée. Quant à celle de No por mucho madrugar amanece más temprano elle consiste en : Se lever trop tôt ne nous aide pas outre mesure. Le deuxième proverbe ne dit pas que si x se lève tôt, x ne pourra pas profiter de la journée, mais qu’il n’est pas nécessaire que x se lève excessivement tôt. En revanche, d’après le contexte où se trouvent ces formules, il se peut que les conclusions vers lesquelles elles tendent s’opposent. En effet, A quien madruga Dios le ayuda peut tendre vers une conclusion r : se lever tôt, alors que No por mucho madrugar amanece más temprano peut26 tendre vers la conclusion opposée non-r : ne pas se lever tôt. Nous pouvons imaginer une situation où deux locuteurs énoncent les deux proverbes pour tendre vers des conclusions contraires:

Una madre a su hijo : Venga, levántate ya, que A quien madruga Dios le ayuda.
El hijo: Déjame dormir. ¿No sabes que No por mucho madrugar amanece más temprano?

33Dans ce cas, le premier proverbe, énoncé dans ce contexte, tend vers une conclusion r : levantarse (se lever). En revanche, la réplique du fils tend vers la conclusion contraire non-r : no-levantarse.

34Observons maintenant le couple « antinomique » formé par Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu. Les deux proverbes sont souvent cités comme contraires. Or, nous pensons qu’il s’agit simplement de deux proverbes différents. La signification du proverbe Une hirondelle ne fait pas le printemps vient à l’appui d’un argument comme : Le signe d’un événement x n’annonce pas forcément la future réalisation de l’événement x. Ce proverbe est appliqué normalement à des événements futurs et non passés. Quant au deuxième proverbe, Il n’y a pas de fumée sans feu, il pourrait être expliqué de la sorte : Le signe d’un événement x signale que l’événement x s’est bel et bien produit. La fumée indique le feu s’étant déjà produit. Cette fois-ci le proverbe s’applique à des situations passées et non futures. Si le premier aborde les événements à venir, estimant que les signes de x ne sont pas forcément annonciateurs de x, le deuxième ne concerne que les événements ayant, soi-disant, eu lieu. L’antinomie n’apparaît donc pas dans la signification des proverbes hors contexte.

Étude de quelques proverbes « antinomiques » en contexte

35Nous postulons que les proverbes hors contexte ne s’opposent pas, étant tout simplement différents, possédant des significations différentes. Qu’en est-il alors du proverbe en contexte ? En effet, il arrive que nous trouvions dans un échange un proverbe et son « contraire ». Un locuteur défend un point de vue et son interlocuteur présente un point de vue qui semble opposé, le tout par le biais de deux proverbes. Nous venons de voir comment un locuteur peut énoncer A quien madruga Dios le ayuda, alors que son interlocuteur se défend par le proverbe No por mucho madrugar amanece más temprano.

36La situation peut sembler plus surprenante lorsqu’il s’agit d’un même locuteur qui énonce, dans une même situation de discours, deux proverbes contraires. Ceci devrait s’avérer paradoxal, car comment expliquer qu’un même locuteur puisse défendre, dans la même situation, un point de vue et le point de vue contraire ? Or, nous avons trouvé un exemple en contexte où le même locuteur énonce deux proverbes qui sont souvent présentés dans la littérature parémiologique comme étant des antonymes : Il ne faut pas remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même et À chaque jour suffit sa peine. Le fragment que nous présentons ci-dessous provient d’un film du réalisateur Robert Guédiguian (L’argent fait le bonheur, 1992). La scène se déroule dans une pièce où un père, cordonnier, ressemelle bruyamment des chaussures face à sa fille. Celle-ci se plaint du bruit que fait son père. Face à la plainte de sa fille, le père répond de la sorte :

Le père : Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même.
La fille : Alors pourquoi tu ne l’as pas fait hier ?! (ton agacé)
Le père : À chaque jour suffit sa peine.
La fille : Eh bien ! On est servi avec toi ! (elle part dans la cuisine)

37Nous voyons que le cordonnier se défend en présentant les deux proverbes Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même et À chaque jour suffit sa peine. Il s’agit là d’un des couples antinomiques que Kleiber (1999 a) présente dans sa liste de parémies contraires. Comment expliquer alors qu’un même locuteur, à savoir le cordonnier, pour une même situation de discours, la réponse à la plainte de sa fille, puisse présenter deux formules contraires ? Notre exemple devrait être paradoxal. Cependant, si nous analysons rigoureusement cet extrait nous remarquerons qu’il ne se produit aucune contradiction entre les deux proverbes énoncés par le cordonnier. Lorsque le père répond à la plainte de sa fille par le biais du proverbe Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même, il dit quelque chose comme : Si tu peux travailler au moment x tu dois travailler au moment x. La conclusion vers laquelle tend ici le proverbe équivaut à r : Je dois travailler aujourd’hui. La fille lui demande alors la raison pour laquelle il n’a pas fini son travail la veille. Le cordonnier répond À chaque jour suffit sa peine, qui pourrait être glosé par : Il faut travailler chaque jour les heures nécessaires et pas plus. Le proverbe tend ici vers la conclusion r : Je dois travailler aujourd’hui. Nous voyons que dans ce contexte précis les deux proverbes Il ne faut pas remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même et À chaque jour suffit sa peine non seulement ne s’opposent pas mais, en plus, ils sont co-orientés. Par le biais des deux parémies, le cordonnier défend la conclusion r : Je dois travailler aujourd’hui. La fille, vaincue discursivement, part de la pièce en disant : « Eh bien ! On est servi avec toi ! ».

38Un autre couple, qui est souvent présenté comme antinomique, est celui formé par les proverbes Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu. Nous avons déjà vu que ces formules ne s’opposent pas hors contexte, l’une s’appliquant à des situations possibles futures, l’autre à des rumeurs sur des événements passés. Observons maintenant leur fonctionnement en contexte. Nous présenterons un extrait de Port-Royal de H. de Montherlant où nous avons trouvé une occurrence de Il n’y a pas de fumée sans feu. Un archevêque et une abbesse discutent à propos des rumeurs d’hérésie qui courent sur celle-ci :

  • 27 Montherlant, 1954, p. 1019 deFrantext.

L’archevêque : Je ne dis pas que vous êtes hérétiques, et même, s’il n’en fallait juger que par ce que nous avons vu à Port-Royal, je dirais que cela n’est pas. Mais, par toute la France, tout le monde le croit et le dit. Et vous connaissez le proverbe, qu’Il n’y a pas de fumée sans feu.
L’abbesse : Hélas, Monseigneur, le proverbe est des plus faux. Il y a de la fumée sans feu ; il suffit que quelques méchants le veuillent. Quand les scribes, les prêtres, les pharisiens et le peuple entier disaient à Notre-Seigneur qu’il était un samaritain, c’est-à-dire un hérétique, les fallait-il croire, encore que tout le monde le dît, et que ce fût la voix publique27 ?

39L’archevêque accuse l’abbesse d’hérésie par le biais du proverbe Il n’y a pas de fumée sans feu. En effet, l’archevêque dit que s’il y a de la fumée, c’est qu’il y a eu du feu. Si donc on dit qu’elle est hérétique c’est qu’il y a une part de vrai. La formule Il n’y a pas de fumée sans feu est appliquée dans ce contexte à des rumeurs (« par toute la France tout le monde le croit et le dit ») sur des événements passés, qui induisent à croire que l’abbesse est hérétique. Le proverbe tend ici vers une conclusion que nous appellerons r : hérésie.

40L’abbesse se défend en énonçant : « Le proverbe est des plus faux. Il y a de la fumée sans feu ». Le locuteur subvertit le proverbe originel sous sa forme affirmative. Il y a de la fumée sans feu tend ici vers une conclusion non-r : non-hérésie. La fonction que joue ici Il y a de la fumée sans feu est celle d’un antonyme du proverbe originel Il n’y a pas de fumée sans feu. L’abbesse a choisi de faire une subversion du proverbe pour exprimer l’argument contraire, mais elle aurait tout aussi bien pu dire : Les rumeurs sont souvent non fondées, qui aurait tendu vers la même conclusion non-r : non-hérésie.

41Si un proverbe comme Une hirondelle ne fait pas le printemps était un antonyme de Il n’y a pas de fumée sans feu, il pourrait venir à la place de l’argument que l’abbesse présente comme contraire, à savoir Il y a de la fumée sans feu. Or, nous pouvons voir que cette manipulation s’avère infructueuse :

L’archevêque : Mais, par toute la France, tout le monde le croit et le dit. Et vous connaissez le proverbe, qu’Il n’y a pas de fumée sans feu.
L’abbesse : Hélas, Monseigneur, le proverbe est des plus faux. *Une hirondelle ne fait pas le printemps…

42La formule Une hirondelle ne fait pas le printemps ne peut pas venir à la place de l’antonyme de Il n’y a pas de fumée sans feu. Comme nous l’avons déjà signalé, ces deux proverbes ne sont pas antinomiques ou contraires mais tout simplement différents. L’un étant utilisé dans des contextes où il est question de possibles événements futurs qui auront du mal à se réaliser (Une hirondelle ne fait pas le printemps), l’autre étant appliqué à des situations où l’on parle de rumeurs sur un événement s’étant produit (Il n’y a pas de fumée sans feu).

43Remarquons que les deux formules Il n’y a pas de fumée sans feu et sa subversion Il y a de la fumée sans feu réagissent de la même façon que les antonymes face à la réfutation, dans des échanges comme les suivants :

— Ce café est froid.
— Non, ce café est chaud.

— La personne qui va s’occuper de nous est un homme.
— Non, la personne qui va s’occuper de nous est une femme.

— Mais, par toute la France, tout le monde le croit et le dit. Et vous connaissez le proverbe, qu’Il n’y a pas de fumée sans feu.
— L’abbesse : Non, Monseigneur, Il y a de la fumée sans feu.

44En revanche, les deux proverbes Une hirondelle ne fait pas le printemps et Il n’y a pas de fumée sans feu, contrairement aux vrais antonymes, n’acceptent pas un dialogue de type réfutatif :

— Mais, par toute la France, tout le monde le croit et le dit. Et vous connaissez le proverbe, qu’Il n’y a pas de fumée sans feu.
— Non, Monseigneur, *Une hirondelle ne fait pas le printemps…

45Nous avons vu un cas où les deux proverbes Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même et À chaque jour suffit sa peine, présentés généralement dans la littérature parémiologique comme antinomiques, ne s’opposent nullement en contexte. Notre exemple montre même une co-orientation entre les deux formules. Deuxièmement, nous avons présenté un contexte où le proverbe Une hirondelle ne fait pas le printemps ne peut pas apparaître comme un antonyme de Il n’y a pas de fumée sans feu.

46Nous analyserons maintenant deux cas de proverbes espagnols en contexte. Les deux extraits proviennent de concours télévisés où deux locuteurs s’affrontent par le biais de deux proverbes « antinomiques ». En effet, on pourrait croire que les deux proverbes s’opposent. Cependant, nous postulons qu’il s’agit d’une illusion du langage que de considérer qu’il se produit une antinomie. En fait, deux locuteurs utilisent deux formules de leur bagage linguistique, chacune étant dirigée, dans ce contexte précis, vers deux conclusions opposées. Le dialogue se déroule entre un participant et le présentateur du concours :

Concursante : No sé si plantarme y Más vale pájaro en mano que ciento volando.
Presentador : Estamos de refranes y hay uno que dice Para pescar peces hay que mojarse el culo. (tve 1, 50 por 15, avril 2002.)

  • 28 Voici une possible traduction des deux proverbes espagnols ; Más vale pájaro en mano que ciento vol (...)

47Le premier locuteur, à savoir le participant, veut quitter le jeu. C’est pourquoi il énonce : « No sé si plantarme » (je ne sais pas si je devrais abandonner), énoncé qui tend vers une conclusion r : abandon. À l’appui de cette conclusion, le locuteur énonce le proverbe Más vale pájaro en mano que ciento volando28. La parémie concède plus de force argumentative à la conclusion r. Celle-ci se voit renforcée par une formule qui n’appartient pas au locuteur mais qui provient d’un ON métalinguistique, suivant la terminologie de Berrendonner (1981), c’est-à-dire de l’ensemble de la communauté linguistique. Le deuxième locuteur va répondre simplement par un autre proverbe qui vient à l’appui de la conclusion contraire. Par le biais de Para pescar peces hay que mojarse el culo, le présentateur appuie la conclusion non-r : non-abandon. Ici, le deuxième locuteur, à savoir le présentateur, concède le premier argument et le proverbe présentés par le premier locuteur. En effet, la stratégie discursive du présentateur pourrait être schématisée de la sorte :

48Concession de l’argument du premier locuteur: Más vale pájaro en mano que ciento volando, segment p, qui tend vers une conclusion r : abandon. Mais, présentation de l’argument du locuteur-présentateur du concours : Para pescar peces hay que mojarse el culo, segment q, qui tend vers non-r. Le deuxième segment possède une plus grande force argumentative en faveur de non-r, que p en faveur de r. C’est pourquoi, bien que le présentateur concède l’argument du participant, il tend en réalité vers la conclusion non-r : non-abandon.

  • 29 Par exemple dans Anscombre et Ducrot, 1977.

49Il s’agit là de la stratégie de la concession que Ducrot et Anscombre ont décrite à de nombreuses reprises29. Nous rappelons en effet que dans une suite de type : p mais q (par exemple, j’ai faim mais je ne veux pas grossir), le segment p — j’ai faim — qui précède le connecteur mais tend vers une conclusion r, dans ce cas : Je vais manger. Le segment q tend en revanche vers la conclusion opposée non-r avec plus de force que ne le fait p envers r. Le locuteur de p mais q, même s’il concède le segment p, qui tend vers la conclusion r, argumente pour la conclusion non-r : Je ne vais pas manger. Le présentateur du concours concède l’argument du participant : No sé si plantarme y Más vale pájaro en mano que ciento volando, qui tend vers r : abandon. Mais en énonçant q, à savoir Para pescar peces hay que mojarse el culo, il argumente en réalité pour non-r : non abandon. Remarquons d’ailleurs que le présentateur aurait pu énoncer un « sí, pero » qui aurait reflété sa stratégie concessive. Nous voulons dire que, même si le présentateur ne dit pas « sí, pero », cette combinaison peut apparaître parfaitement en début de réplique. Nous pensons même qu’elle est sous-jacente à l’énonciation du deuxième locuteur :

Concursante : No sé si plantarme y Más vale pájaro en mano que ciento volando.
Presentador : Sí, pero Para pescar peces hay que mojarse el culo.

50Nous avons ici l’énonciation de deux formules stéréotypiques, Más vale pájaro en mano que ciento volando et Para pescar peces hay que mojarse el culo, que chacun des locuteurs emploie dans un contexte précis pour appuyer deux conclusions opposées r et non-r. Les deux proverbes ne sont pas antinomiques. Ils sont simplement présentés, dans ce contexte précis, pour étayer deux conclusions opposées, r et non-r. Nous dirons que, dans ce contexte, les deux proverbes sont anti-orientés.

51Nous avons un cas similaire qui se déroule également lors d’un concours télévisé. Face à un participant qui désire quitter le jeu, le présentateur du concours énonce :

Presentador : Pero como dicen que La avaricia rompe el saco…
Concursante : Más vale pájaro en mano que ciento volando. (Tele 5, Mars 2001).

52Le premier locuteur, par le biais du proverbe La avaricia rompe el saco, que nous appellerons p, tend vers une conclusion r : risquer-continuer à jouer. Le deuxième locuteur, à savoir le participant au concours, énonce la formule Más vale pájaro en mano que ciento volando, segment q qui tend cette fois vers la conclusion opposée non-r : ne pas risquer-ne pas continuer à jouer. Comme dans l’exemple précédent, le deuxième locuteur aurait pu commencer son énoncé par un « Sí, pero » qui montrerait la concession de l’argument de son adversaire, mais qui présenterait un deuxième argument tendant, avec plus de force, vers la conclusion opposée :

Como dicen que la avaricia rompe el saco.
Sí, pero Más vale pájaro en mano que ciento volando.

  • 30 Ducrot et Vogt, 1979, p. 337.

53Suivant en cela Pascal, Ducrot et Vogt nous rappellent que « la rhétorique de la persuasion (cf. Pascal, fragment 9 de l’éd. Brunschvicg) montre combien il est avantageux de “donner raison” à l’autre afin de mieux le mettre dans son tort30. » En effet, dans les deux derniers exemples que nous venons de citer, le deuxième locuteur se sert d’une stratégie concessive, grâce à laquelle il se montre comme un locuteur ouvert qui accepte les idées de son adversaire, ce qui lui permet de tendre avec plus de force vers la conclusion qu’il veut viser, à savoir non-r.

  • 31 Ce critère nous a été suggéré par A. Rodríguez Somolinos.

54Nous profitons de ce détour dans la concession pour présenter un critère linguistique démontrant que les proverbes, décrits comme antinomiques par Kleiber (1999 a), ne le sont guère. En effet, les vrais antonymes n’acceptent pas d’apparaître dans une stratégie concessive. Étant incompatibles, ils ne peuvent pas faire partie d’une concession. En revanche, les proverbes « antinomiques » ne connaissent aucune incompatibilité, ce qui leur permet d’apparaître dans une stratégie concessive31. Observons les exemples suivants :

Une hirondelle ne fait pas le printemps mais il est vrai aussi qu’Il n’y a pas de fumée sans feu. Si on m’a parlé de ce poste c’est que je vais peut-être l’obtenir.

Prudence est mère de sûreté mais en même temps Qui ne risque rien n’a rien. Allez, je continue à jouer.

Certes L’argent ne fait pas le bonheur mais il est vrai aussi qu’Abondance de biens ne nuit pas. Tant qu’à faire j’aimerais bien être riche !

No por mucho madrugar amanece más temprano pero también es cierto que A quien madruga Dios le ayuda, con lo cual será preferible levantarse temprano para disfrutar de todas las actividades del centro.

Para pescar peces hay que mojarse el culo pero también es cierto que Más vale pájaro en mano que ciento volando, así que prefiero plantarme e irme con el dinero ganado.

55Si les proverbes acceptent la concession, il n’en est pas de même pour les vrais antonymes :

*Este perro es macho pero es hembra.
*Este café está frío pero también está caliente.
*Es de noche pero es de día.
*Cet examen est bon mais cet examen est mauvais.
*Cette feuille est blanche mais cette feuille est noire.
*Todos los hombres son mortales pero algunos hombres no son mortales.
*Todos los hombres son mortales pero ningún hombre es mortal.

56Nous voyons que ces derniers énoncés n’admettent pas d’être séparés par le connecteur adversatif « mais ». En effet, il s’agit là de vrais antonymes qui sont incompatibles. En revanche, les proverbes ne sont pas incompatibles ou antinomiques. Dans les exemples que nous venons de présenter ci-dessus les proverbes sont anti-orientés, le premier tendant vers une conclusion r et le deuxième vers une conclusion non-r.

57Le but de notre article était de démontrer que, partant d’une théorie linguistique de type argumentatif et non descriptif, il est possible d’apporter une solution au paradoxe de l’antinomie proverbiale. En effet, nous considérons qu’il s’agit d’une illusion du langage que de vouloir parler pour le proverbe en termes de « vrai », « faux ». Les parémies ne peuvent être qualifiées ni de vraies ni de fausses : elles n’ont pas pour fonction de référer à un élément ou à une situation du monde extra-linguistique. Partant de ce postulat, il est donc impossible de parler en termes antinomiques pour les couples proverbiaux car ils sont alors considérés comme des vérités générales.

58La proposition que nous faisons ici est de décrire les proverbes d’après leurs possibilités argumentatives. Nous devons définir le proverbe d’après son fonctionnement en langue, et en discours, et non d’après sa référence dans le monde réel. À partir d’une théorie de type ascriptiviste, comme la théorie de l’argumentation dans la langue, nous pouvons décrire les proverbes d’après leurs orientations argumentatives. Ainsi, nous avons vu un exemple où les deux proverbes — À chaque jour suffit sa peine et Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même — loin de s’opposer, se présentent comme étant co-orientés. L’énonciation d’un proverbe pourra être co-orientée, ou anti-orientée avec celle d’un autre proverbe, d’après la situation d’énonciation et la conclusion que veuille viser le locuteur. Dans le film de R. Guédiguian, le cordonnier veut appuyer la conclusion : je dois travailler aujourd’hui et se sert pour cela des deux proverbes cités ci-dessus.

59Suivant la théorie des stéréotypes, développée par exemple dans Anscombre (1995, 2001 a et b), nous dirons que le proverbe est un stéréotype de notre bagage linguistique. Le locuteur choisira d’énoncer celui qui lui convient le mieux pour chaque situation. Le locuteur se sert de ce type de stéréotypes « collectifs », puisqu’ils sont admis par tous les sujets parlants d’une même communauté linguistique, pour étayer un énoncé individuel. C’est pourquoi le participant au concours appuie son énoncé individuel « No sé si plantarme » par la formule « collective » : « Más vale pájaro en mano que ciento volando ». Ce proverbe, dans le contexte précis où se trouve le locuteur, est anti-orienté avec celui qu’énonce le deuxième locuteur — Para pescar peces hay que mojarse el culo. Les deux proverbes ne sont pas des antonymes, comme nous pouvons le vérifier moyennant le critère linguistique de la stratégie concessive. Contrairement aux antonymes, les deux parémies peuvent apparaître séparées par le connecteur adversatif mais. Les proverbes présentés ici ne nous semblent donc pas contraires, ils véhiculent d’après nous des points de vue différents. Comme disait le poète espagnol R. de Campoamor :

En este mundo traidor
nada es verdad ni es mentira
;
todo es según el color
del cristal con que se mira.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, Jean-Claude (1994), « Proverbes et formes proverbiales. Valeur évidentielle et argumentative », Langue française, 102, pp. 95-107.

Anscombre, Jean-Claude (dir.) (1995), Théorie des topoï, Paris.

Anscombre, Jean-Claude (1998), « Regards sur la sémantique française contemporaine », Langages, 129, pp. 37-51.

Anscombre, Jean-Claude (2000), La parole proverbiale [numéro 139 de Langages], Paris.

Anscombre, Jean-Claude (2001 a), « Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux », Cahiers de praxématique, 36, pp. 43-72.

Anscombre, Jean-Claude (2001 b), « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages, 142, pp. 57-76.

Anscombre, Jean-Claude et Ducrot, Oswald (1977), « Deux mais en français ? », Lingua, 43, pp. 23-40.

Anscombre, Jean-Claude et Ducrot, Oswald (1983), L’argumentation dans la langue, Liège.

Anscombre, Jean-Claude et Zaccaria, Gino (éd.) (1990), Fonctionnalisme et pragmatisme à propos de la notion de thème, Milan.

Arnaud, Pierre J. L. (1991), « Réflexion sur le proverbe », Cahiers de lexicologie, 59 (2), pp. 6-27.

Benveniste, Émile (1966), Problèmes de linguistique générale (2 t.), Paris.

Berrendonner, Alain (1981), Éléments de pragmatique linguistique, Paris.

Campos, Juana G. y Barella, Ana (1993), Diccionario de refranes, Madrid.

Cela, Camilo-José (1983), Mazurca para dos muertos, Barcelona.

Correas, Gonzalo, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Louis Combet (éd.), Robert Jammes et Maïté Mir-Andreu (rév.), Madrid, 2000.

Dournon, Jean-Yves (1986), Le dictionnaire des proverbes et dictons de France, Paris.

Ducrot, Oswald (1970), « “Peu” et “un peu” », Cahiers de lexicologie, 16 (1), pp. 21-52.

Ducrot, Oswald (1984), Le dire et le dit, Paris.

Ducrot, Oswald et Schaeffer, Jean-Marie (1995), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris.

Ducrot, Oswald et Vogt, Carlos (1979), « De magis à mais. Une hypothèse sémantique », Revue de linguistique romane, 52, pp. 317-341.

Gómez-Jordana Ferary, Sonia (2002), « Le proverbe. Un cas de délocutivité formulaire », dans M. Carme Figuerola, Montserrat Parra et Pere Solà (ed.), La lingüística francesa en el nuevo milenio, Lérida, pp. 303-312.

Grevisse, Maurice (1993), Le bon usage. Grammaire française, Paris (13e éd.).

Kleiber, Georges (1994), « Sur la définition du proverbe », dans Georges Kleiber, Nominales. Essai de sémantique référentielle, Paris, pp. 207-224.

Kleiber, Georges (1999 a), « Les proverbes antinomiques. Une grosse pierre “logique” dans le jardin toujours “universel” des proverbes », Bulletin de la société de linguistique de Paris, 94 (1), pp. 185-208.

Kleiber, Georges (1999 b), « Proverbe, sens et dénomination. Le proverbe, un pro…nom ? », Nouveaux cahiers d’allemand, 3, pp. 515-531.

Kleiber, Georges et Lazzaro, H. (1987), « Qu’est-ce qu’un syntagme nominal générique ? Ou les carottes qui poussent ici sont plus grosses que les autres », dans Georges Kleiber (éd.), Rencontre(s) avec la généricité,Metz, pp. 73-111.

Martin, Robert (1976), Inférence, antonymie et paraphrase. Éléments pour une théorie sémantique, Paris.

Moeschler, Jacques et Reboul, Anne (1994), Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris.

Moliner, María (1998), Diccionario de uso del español, Madrid (2e éd.).

Montherlant, Henri de (1954), Port-Royal, Paris (Frantext, Base de données de textes littéraires, CNRS, http://atilf.atilf.fr/frantext.htm).

(Le) Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1996.

Rey, Alain et Chantreau, Sophie (1988), Dictionnaire des expressions et locutions, Paris (nouvelle édition revue et augmentée).

Rodegem, François (1984), « La parole proverbiale », dans François Suard et Claude Buridant (éd.), Richesse du proverbe. Actes du colloque de parémiologie [Lille, 6-8 mars 1981] (2 vol.),Lille, vol. 2: Typologie et fonctions, pp. 121-135.

Schapira, Charlotte (1999), Les stéréotypes en français. Proverbes et autres formules, Paris.

Thomas, Henri (1994), La défeuillée, Paris.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit à notre avis d’une subversion de la phrase du Christ : « Qui veut sauver sa vie la perdra », que l’auteur présente ici comme un proverbe.

2 Thomas, 1994, p. 60.

3 Cela, 1983, p. 179.

4 Anscombre, 2000, p. 9.

5 Parémie est un terme générique qui est souvent employé dans les écrits scientifiques sur les proverbes. Il englobe tous les énoncés sentencieux : proverbe, dicton, sentence, maxime, aphorisme sont des parémies. Nous pourrions dire que parémie est un hyperonyme de chaque énoncé sentencieux.

6 Rodegem, 1984, p. 123.

7 Kleiber, 1999 b, p. 526.

8 Arnaud, 1991, p. 10.

9 Cité dans Schapira, 1999, p. 56.

10 Cité dans Kleiber, 1999 a, p. 187.

11 Pour résumer ces théories linguistiques, nous nous basons principalement sur les séminaires d’O. Ducrot, J.-Cl. Anscombre et M. Carel de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, ainsi que sur des travaux comme Anscombre et Ducrot, 1983, Anscombre et Zaccaria, 1990 ou Anscombre, 1998.

12 L’astérisque (*) symbolise dans les travaux linguistiques l’agrammaticalité de la phrase, c’est-à-dire une certaine bizarrerie.

13 Anscombre et Zaccaria, 1990, p. 146.

14 Ces deux morphèmes sont étudiés dans Ducrot, 1970.

15 Ducrot et Schaeffer, 1995, p. 235.

16 Les logiciens appellent « carré d’Aristote » le schéma ci-dessus, qu’il soit carré ou rectangulaire, qui représente les quatre propositions A, E, I, O.

17 Par exemple Anscombre, 1994 ou Kleiber, 1994.

18 Kleiber et Lazzaro, 1987, p. 75.

19 Remarquons que la version française, Pierre qui roule n’amasse pas mousse, au lieu d’induire au voyage conseille plutôt la stabilité.

20 Nous ne pouvons pas entrer dans les détails étant donné qu’il ne s’agit pas du but de cet article. Nous expliquons ce phénomène de dédoublement du sens par le biais de la délocutivité, notion avancée par Benveniste (1966) et que O. Ducrot et J.-C. Anscombre ont approfondie. Nous développons notre thèse d’un proverbe délocutif dans Gómez-Jordana Ferary, 2002.

21 Kleiber, 1999 a, p. 194.

22 Théorie attribuant des valeurs de vérité aux énoncés.

23 Kleiber, 1999 a, p. 204.

24 Nous résumerons l’approche d’Anscombre, 1994 et 2001 b qui s’intéresse également à l’antinomie proverbiale mais qui lui accorde moins d’importance que Kleiber, 1999 a. Anscombre postule que le proverbe est un stéréotype et que du moment où il est considéré comme une phrase (entité abstraite de la langue) et non pas comme un énoncé (occurrence en discours d’une phrase), il est tout à fait normal que nous possédions dans notre stock de stéréotypes (et donc de phrases) un stéréotype et son contraire. Sa vision de la question nous semble digne d’intérêt mais elle maintient, elle aussi, la notion d’antinomie proverbiale.

25 La définition de phrase-signification / énoncé-sens provient de Ducrot, 1984, p. 180.

26 Nous disons simplement que le proverbe « peut » tendre vers la conclusion r : se lever, étant donné que nous pouvons trouver des contextes où celui-ci soit dirigé vers une conclusion différente.

27 Montherlant, 1954, p. 1019 deFrantext.

28 Voici une possible traduction des deux proverbes espagnols ; Más vale pájaro en mano que ciento volando : Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ; Par pescar peces hay que mojarse el culo : Qui ne risque rien n’a rien.

29 Par exemple dans Anscombre et Ducrot, 1977.

30 Ducrot et Vogt, 1979, p. 337.

31 Ce critère nous a été suggéré par A. Rodríguez Somolinos.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Gómez-Jordana Ferary, « Explication argumentative de l’« antinomie » proverbiale », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 313-332.

Référence électronique

Sonia Gómez-Jordana Ferary, « Explication argumentative de l’« antinomie » proverbiale », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/1220

Haut de page

Auteur

Sonia Gómez-Jordana Ferary

École des hautes études hispaniques

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org