Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Claude Rolley (dir.), La tombe princière de Vix

Michael Dietler
p. 362-366
Référence(s) :

Claude Rolley (dir.), La tombe princière de Vix (2 vol.), Paris, Picard et Société des amis du musée du Châtillonais, 2003, vol. 1: 383 pp.; vol. 2: 135 pp.; 245 figures et 155 planches.

Texte intégral

1Cet ouvrage majeur revêt une importance cruciale pour tous les spécialistes qui s’intéressent à l’Âge du Fer en Europe. Paru cinquante ans après la découverte de la remarquable sépulture de Vix, il s’est longtemps fait attendre. Le résultat est un volume impressionnant qui procure une bien meilleure compréhension de ce site célèbre. Claude Rolley peut être félicité pour avoir mené à bien la réalisation de ce livre, qu’il a dirigée. Comme il le reconnaît dans son avant-propos, l’ouvrage ne peut être considéré comme ayant un caractère définitif (si tant est que cela soit possible). Cependant, la remarquable série de nouvelles analyses techniques proposées, la réévaluation méticuleuse des comptes-rendus de fouilles et le réexamen de la tombe à la lumière des recherches archéologiques menées sur le premier Âge du Fer au cours du dernier demi-siècle font beaucoup pour répondre à un grand nombre des questions restées sans réponse dans les comptes-rendus originaux quelque peu incomplets du fouilleur, René Joffroy. Les spécialistes ont enfin accès à un rapport substantiel, détaillé sur le plan technique et largement illustré, qui replace la tombe de Vix dans les discussions sur le monde hallstattien tardif conformément aux normes et aux problématiques de la recherche contemporaine.

2Ce livre devrait être lu en conjonction avec deux autres publications récentes essentielles, qui permettent de mieux contextualiser Vix, tant au sein du paysage archéologique régional que dans le cadre plus large de l’histoire des recherches et des interprétations théoriques sur la période hallstattienne. Le livre remarquable de Bruno Chaume, Vix et son territoire à l’Âge du Fer. Fouilles du mont Lassois et environnement du site princier (2001), présente une nouvelle analyse complète des matériaux archéologiques provenant de l’établissement « princier » du mont Lassois, proche de la tombe, ainsi que des données issues des prospections et des fouilles récentes réalisées dans son arrière-pays, qui modifient profondément notre compréhension du paysage social antique dans lequel s’insérait le tumulus de Vix. L’ouvrage Vix et les éphémères principautés celtiques. Les vie et ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, édité par Patrice Brun et Bruno Chaume (1997), présente une abondance de données comparatives provenant d’autres régions ainsi qu’une réévaluation critique, à partir de différentes perspectives, du modèle des Fürstensitzen qui a eu tendance à dominer les interprétations de l’organisation socio-politique du Hallstatt depuis les années 60 et pour lequel le tumulus de Vix a servi de point de référence majeur. Cet ensemble de trois livres consacrés à Vix marque une étape importante dans les recherches sur l’Âge du Fer, à un moment où de nouveaux paradigmes interprétatifs ont été lancés et où de nouvelles frontières se sont ouvertes pour la recherche.

3La contribution du livre dirigé par C. Rolley à ce renouvellement est considérable. Cet ouvrage offre de nombreuses analyses des objets trouvés dans la tombe et des restes humains eux-mêmes, réalisées par d’éminents spécialistes français et allemands, ainsi que plusieurs chapitres de synthèse traitant de la chronologie (par Jean-François Piningre et Suzanne Plouin) et du contexte socio-historique de la tombe (par Claude Rolley et Pierre-Yves Milcent). Quelques-uns des articles sont des versions condensées de rapports plus détaillés déjà publiés, mais la plupart d’entre eux constituent de nouvelles analyses qui apportent des informations importantes.

4Parmi les découvertes qui susciteront le plus d’intérêt, nous mentionnerons la confirmation (enfin), grâce à des analyses ostéologiques et d’ADN, du sexe féminin du squelette (voir les contributions de Germaine Depierre, Henri Duday, Ludovic Orlando, Aurélie Thenot et Catherine Hänni). Ces analyses ont également révélé d’intéressantes pathologies (congénitales et non congénitales) chez la « Dame de Vix ». Cependant, les auteurs s’écartent de la récente hypothèse provocatrice de C. Knüsel (2002) selon laquelle les disgrâces physiques de cette femme (déformation de la face, coxalgie) auraient joué un rôle dans son accession à un statut privilégié, en dressant un bilan plus mesuré sur la gravitédes malformations et se montrant réticents à spéculer sur les implications potentielles des pathologies dans l’interprétation du rôle social de la défunte. Les analyses des vestiges d’étoffes et de vannerie trouvés dans la tombe (rédigées respectivement par Christophe Moulhérat et Fabienne Médard) méritent également d’être signalées. Les découvertes de restes de vêtements avaient été mentionnées par Joffroy, mais ce volume présente la première étude sérieuse de ces matériaux. L’analyse microscopique de trois traces d’étoffe, toutes préservées sous forme minéralisée, indique la présence de laine et de lin ; les détails techniques de ces échantillons sont replacés dans le contexte d’une discussion plus large sur l’artisanat textile et sa place dans les tombeaux du Hallstatt. L’un de ces morceaux d’étoffe pourrait être originaire de l’Italie du Nord, bien que cela semble loin d’être certain. Les étoffes sont brusquement passées sur le devant de la scène dans les discussions récentes sur les rituels funéraires et l’économie politique du Hallstatt, et des découvertes, ainsi que des nouvelles analyses de matériaux provenant de diverses tombes, en particulier celle de Hochdorf, ont conduit à réévaluer leur importance. L’analyse des étoffes de Vix contribuera opportunément à cette réévaluation. Les découvertes contemporaines de vannerie sont extrêmement rares, ce qui fait que les fragments de vannerie associés aux phiales d’argent et d’or de la tombe de Vix sont également d’un grand intérêt. Une étude comparative très détaillée du fameux torque d’or, effectuée par plusieurs spécialistes (Christiane Éluère, France Drillon, Alain-René Duval, Alfred Haffner, Gérard Nicolini et Barbara Armbruster) montre qu’il s’agit véritablement d’une pièce unique, mais présentant différentes particularités techniques qui trouvent en Espagne leurs parallèles les plus proches. B. Armbruster en conclut que le torque ne peut avoir été fabriqué qu’en Espagne ou par des orfèvres ibériques s’étant rendus en Bourgogne. D’autres analyses similaires traitent du célèbre cratère en bronze (chapitre 5, par Rolley), du char (chapitre 4, par Marcus Egg, Albert France-Lanord, Rolley et Milcent), des bassins de bronze étrusques (chapitre 6, par Anne-Marie Adam), des coupes attiques (chapitre 7, par Jean-Jacques Maffre et Lucien-François Gantès), de la phiale d’argent (chapitre 9, par Dirk Krausse) et de divers petits objets trouvés dans la tombe (chapitre 10, par Jean-François Piningre et Suzanne Plouin). Toutes ces tentatives se caractérisent par une analyse technique extrêmement détaillée des objets ainsi que par une analyse comparative complète prenant en compte des spécimens provenant d’autres contextes dans toute l’Europe. Chaque étude est richement illustrée à l’aide de dessins et de photographies. Tout un chapitre est également consacré aux recherches sur la métallurgie. Il contient des analyses de la composition des métaux et de leurs isotopes ainsi que des études détaillées de la patine et des altérations de la surface (chapitre 11, par Benoît Mille, David Bourgarit, Michel Pernot, Marc Aucoutourier, Ernst Pernicka et Jörg Adam). La portée, la rigueur et l’utilité des résultats sont impressionnantes. Vix est enfin en mesure de rivaliser avec son célèbre cousin allemand, le tumulus plus récemment fouillé de Hochdorf, en termes d’importance et de raffinement des analyses et des publications, et de le rejoindre parmi les principaux sujets de recherches de pointe sur les sociétés hallstattiennes et les rituels funéraires de leur élite.

5Bien entendu, c’est dans le domaine de l’interprétation que le lecteur trouvera le plus de matière à la critique. Cependant, on peut tout à la fois être en désaccord avec une partie des interprétations avancées et trouver cet ouvrage stimulant et immensément utile.

6Par exemple, je continue d’émettre de fortes réserves au sujet du supposé commerce d’étain qui, selon Claude Rolley (chapitre 1), serait la cause de la présence d’objets méditerranéens dans la tombe, comme sur l’hypothèse du caractère systémique des relations entre Vix et les Étrusques ou Massalia (voir à ce propos Dietler, 1989 et Eggert, 1991). Tout d’abord, aucune preuve véritable (telle que des lingots d’étain) ne vient soutenir l’hypothèse du commerce de l’étain, et il existe plusieurs bonnes raisons de douter de l’existence d’un tel phénomène à une date aussi reculée. Entre autres faits, la part la plus ancienne et la plus importante des importations d’origine méditerranéenne trouvées dans les contextes hallstattiens se situe à l’est du corridor Rhône-Saône, et non dans des lieux plus proches des sources d’approvisionnement de l’étain dans le nord-ouest de l’Europe. En outre, les observations effectuées en Angleterre dans la période hallstattienne tardive suggèrent une exploitation minimale des minerais de Cornouailles (Northover, 1984, p. 131), l’objectif principal supposé de la quête méditerranéenne. Cela est incompatible avec l’idée d’un commerce d’exportation intense. De plus, il est difficile d’envisager comment, par exemple, les Grecs auraient identifié le Rhône comme un itinéraire majeur pour l’approvisionnement en étain. Ni l’alliage de cuivre et d’étain sur des sites autres que les centres de production primaires, ni le transport à grande échelle d’étain sous la forme de lingots pour la production du bronze ne semblent s’être produits dans l’Europe du Nord-Ouest au cours du premier Âge du Fer (Northover, 1984, p. 132). De plus, pour démontrer que la présence à Vix d’objets exotiques, dans des quantités qui sont en fin de compte relativement réduites, s’inscrit dans un processus doté de propriétés systémiques telles qu’il constitue un « commerce » avec Massalia ou l’Étrurie (par opposition avec, par exemple, l’acquisition de tributs exceptionnels ou l’échange de cadeaux avec diverses sociétés indigènes qui pourraient avoir été en contact avec des marchands de Massalia ou d’Étrurie), il faudrait pouvoir disposer d’indices substantiels concernant la durée, la régularité et l’importance quantitative d’un tel processus, ce qui n’est démontrable à Vix sur aucun de ces trois aspects.

7De façon similaire, je reste sceptique vis-à-vis de la suggestion d’Anne-Marie Adam (chapitre 6) selon laquelle les récipients importés présents dans la tombe représentent une tentative d’imitation du symposion. L’importation de quelques objets associés en Grèce avec le symposion ne fournit aucune raison de supposer que les pratiques ou les croyances associées à ces objets les ont accompagnés dans le contexte hallstattien de leur utilisation (pas plus que l’importation massive de thé dans l’Angleterre du xixe siècle n’implique une tentative d’imitation des Chinois). Au contraire, comme les études anthropologiques l’ont montré, la consommation interculturelle reste toujours un processus actif d’appropriation créative, de transformation et de manipulation menées par des individus et des groupes sociaux motivés par une large gamme d’intérêts et de stratégies concurrents, et insérés dans des réseaux de relations politiques et de représentations culturelles locales. Cette caractéristique apparaît clairement, à l’échelle régionale, par le fait que plusieurs « tombes princières » hallstattiennes présentent un mélange hétérogène de récipients méditerranéens et de céramiques indigènes, de cornes à boire, de seaux et d’assiettes en métal, de restes de nourriture, etc. Il me semble pour ma part plus raisonnable d’interpréter ces objets importés comme l’incorporation sélective d’objets exotiques dans un répertoire indigène habituel d’objets liés au festin, conformément à la logique culturelle et sociale d’un schéma de symbolisme social diacritique bien établi depuis l’Âge du Bronze (voir Dietler, 1999).

8Ces exemples de divergences d’interprétation n’infirment nullement mon appréciation quant à la compétence et au soin rigoureux avec lesquels les analyses ont été effectuées, ni quant à l’intelligence avec laquelle les arguments de l’interprétation sont agencés. En effet, une des forces de l’ouvrage réside en ce que C. Rolley n’a fait aucune tentative pour imposer une uniformité artificielle aux textes fournis par les différents spécialistes, chacun s’exprimant en son nom propre. Les contradictions qui surgissent ici ou là entre les interprétations des différents auteurs attestent de façon réconfortante que cet ouvrage a su catalyser et construire un débat productif dans le monde à nouveau actif des études sur l’Âge du Fer. Loin d’être un obituaire final permettant à la « Dame de Vix » de reposer définitivement en paix, ce livre est une invitation stimulante à explorer et à repenser le monde de la sépulture de Vix à l’aide d’un impressionnant attirail d’outils empiriques.

Haut de page

Bibliographie

Brun, Patrice et Chaume, Bruno (ed.) (1997), Vix et les éphémères principautés celtiques. Les vie et ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale. Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine (27-29 octobre 1993), Paris.

Chaume, Bruno (2001), Vix et son territoire à l’Âge du Fer. Fouilles du mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac.

Dietler, Michael (1989), « Greeks, Etruscans and Thirsty Barbarians. Early Iron Age Interaction in the Rhône Basin of France », dans T. Champion (ed.), Centre and Periphery. Comparative Studies in Archaeology, Londres, pp. 127-141.

Dietler, Michael (1999), « Rituals of Commensality and the Politics of State Formation in the “ Princely” Societies of Early Iron Age Europe », dans Pascal Ruby (ed.), Les princes de la protohistoire et l’émergence de l’État. Actes de la table ronde internationale (Naples, 27-29 octobre 1994), Naples, pp. 135-152.

Eggert, M. K. H. (1991), « Prestigegüter und Sozialstruktur in der Späthallstattzeit. Eine kulturanthropologische Perspektive », Saeculum, 42, pp. 1-28.

Knüsel, Christopher (2002), « More Circe than Cassandra. The Princess of Vix in Ritualized Social Context », European Journal of Archaeology, 5 (1), pp. 275-308.

Northover, Peter (1984), « Iron Age Bronze Metallurgy in Central Southern England », dans Barry Cunliffe et David Miles (ed.), Aspects of the Iron Age in Central Southern Britain, Oxford, pp. 126-145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Dietler, « Claude Rolley (dir.), La tombe princière de Vix », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 362-366.

Référence électronique

Michael Dietler, « Claude Rolley (dir.), La tombe princière de Vix », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1239

Haut de page

Auteur

Michael Dietler

University of Chicago

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org