Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d'archéologie

Première campagne de fouilles à Ṣabra al-Manṣūriya (Kairouan, Tunisie)

Patrice Cressier et Mourad Rammah
p. 401-409

Texte intégral

1L’Institut national du patrimoine, par la voix de ses directeurs successifs, avait lancé l’alarme depuis plusieurs années sur l’état d’abandon scientifique et de dégradation matérielle du site de ce qui fut la deuxième et la plus fastueuse capitale maghrébine du califat fatimide, Ṣabra al-Manṣūriya, aux portes de Kairouan. C’est ainsi qu’il fut proposé à l’École française de Rome, avec laquelle une coopération active était établie de longue date, de fédérer les intervenants institutionnels français dans un éventuel projet de reprise des fouilles. Une réunion préparatoire dans ce sens eut lieu à Rome en février 2002, suivie d’une mission exploratoire à Tunis et à Kairouan en septembre de la même année, à la suite desquelles un programme d’intervention fut planifié pour cinq ans, programme dont la direction fut confiée aux signataires de ces lignes.

  • 1  On rappellera ainsi la thèse de Christine Mazzoli-Guintard (Villes d’al-Andalus. L’Espagne et le P (...)

2De son côté, suivant une tradition d’intervention dans le domaine de l’archéologie du Maghreb occidental, tradition rétablie au début des années quatre-vingt, la Casa de Velázquez a joué un rôle important dans le développement des recherches sur la ville islamique d’Occident1. Il était donc logique qu’elle intégrât ce projet dans ses propres programmes d’archéologie médiévale, tant dans le cadre d’un renforcement de sa politique scientifique de coopération nord-sud avec ses interlocuteurs maghrébins que dans celui d’une collaboration transversale, avec les autres grandes écoles françaises à l’étranger et avec les UMR du CNRS.

3Interviennent donc conjointement dans cette action franco-tunisiennne qui a reçu, de plus, le soutien de la Commission des fouilles du Ministère des affaires étrangères : l’Institut national du patrimoine (Tunis), l’École française de Rome, la Casa de Velázquez (Madrid), l’UMR 5648 du CNRS (Lyon), l’UMR 6572 du CNRS (Aix-en-Provence) ainsi que l’Université de Paris IV-Sorbonne.

  • 2  Ont participé à l’une ou l’autre de ces deux campagnes : Lotfi et Nabiha Abdeljaouad (INP, Kairoua (...)

4La première campagne a été réalisée durant tout le mois d’avril 2003, suivie d’une brève mission consacrée à la question des ateliers de production céramique et verrière en octobre2. Ce sont quelques considérations relatives à ces travaux que nous souhaiterions présenter ici.

  • 3  Pour une vision plus complète des sources arabes relatives à Ṣabra al-Manṣūriya et une image de la (...)

5Quelques mots tout d’abord sur Ṣabra al-Manṣūriya3. Après avoir, dans un premier temps, occupé Raqqāda, siège du pouvoir aghlabide, le calife al-Qā’im fonda en 915 une première capitale, ouverte sur la mer : Mahdiya. Ce fut son fils, al-Manṣūr, qui, après qu’il eut remporté une victoire définitive sur les rebelles kharidjites d’Abū Yāzid, l’Homme à l’Âne, fit édifier Ṣabra al-Manṣūriya. Ce retour vers Kairouan marquait bien sûr un geste d’apaisement vis-à-vis de l’élite sunnite de la ville mais il était aussi la preuve de la volonté de contrôler étroitement la vieille métropole de l’Ifrīqiya. Al-Manṣūr se limita probablement à construire la muraille de la ville nouvelle et le palais en son centre, ainsi qu’à tracer les grands axes de l’urbanisme, car la mort le surprit en 953. Son successeur, al-Mu‘izz, fut sans doute le principal artisan de la grandeur de la ville. Il en accéléra le développement par la restauration d’un aqueduc aghlabide qui avait capté l’eau de Bi’r al-Adin à une trentaine de kilomètres de là et dont il dévia le trajet pour donner priorité à Ṣabra al-Manṣūriya sur Kairouan, le destinataire primitif. C’est aussi le moment où fut imposé le transfert des souks de celle-ci à Ṣabra. La ville ne fut pas abandonnée lorsque al-Mu‘izz transféra le siège du califat au Caire, en 973, et conserva son rôle de capitale des gouverneurs puis des sultans zirides. Ce fut d’ailleurs un autre al-Mu‘izz, souverain de cette dernière dynastie, qui relia Kairouan à Ṣabra par deux longues murailles parallèles, afin d’exercer un contrôle absolu sur le commerce transitant par les deux cités. L’abandon et la destruction de la ville sont à situer dans la deuxième moitié du xiesiècle, à l’issue des invasions hilaliennes.

6La ville califale, édifiée à un peu plus d’un kilomètre au sud-est de Kairouan, affectait une forme ellipsoïdale, le plus grand et le plus petit axe mesurant respectivement 1 350 m et 1 050 m ; le tracé de la muraille de brique crue a été reconstitué en grande partie par télédétection et a été confirmé par la fouille sur deux tronçons. Plus de la moitié de l’ample surface ainsi définie est aujourd’hui perdue pour la recherche (car recouverte par des constructions modernes) et le reste, en grave péril de subir le même sort, est hélas réduit à la fonction de décharge publique (quoique illégale) [fig. 1, p. 403].

Fig. 1. — Chantier VIII (nord du site).État actuel de conservation d’un sondage pratiqué en 1979.

Fig. 1. — Chantier VIII (nord du site).État actuel de conservation d’un sondage pratiqué en 1979.

7Bien avant nous, le site avait fait l’objet d’une série d’interventions archéologiques dont fort peu de résultats, d’ailleurs, ont été publiés : après une première reconnaissance de G. Marçais dans les années vingt, fut menée une fouille par S. M. Zbiss qui dégagea en 1953 l’ensemble palatin du sud-est ; dans les années soixante-dix, une équipe franco-tunisienne dirigée par B. Chabbouh et M. Terrasse mit en œuvre un projet ambitieux resté inachevé et pratiquement inédit.

8Dès lors, il s’agissait pour nous de dresser le bilan des opérations passées et de relancer les travaux sur le site de Ṣabra al-Manṣūriya, tant pour en mettre en évidence l’importance (et donc la nécessité de sa conservation et protection), auprès des gestionnaires de l’espace urbain — tunisiens en général et kairouanais en particulier — que pour, d’un point de vue scientifique cette fois, faire progresser nos connaissances sur les caractéristiques de la ville califale (urbanisme, architecture palatine et domestique, formes décoratives, culture matérielle, expression du pouvoir, parallèles orientaux et occidentaux, etc.).

  • 4  Voir le programme de recherche coordonné par A. Canto (U. Autónoma de Madrid) et E. Manzano (CSIC, (...)

9Soulignons que cette réflexion sur la ville de commandement en Islam d’Occident est largement entamée en Espagne à propos, en particulier, de la cité califale de Madīnat al-Zahrā’ pour laquelle la comparaison avec Ṣabra al-Manṣūriya est incontournable4.

10Dans la pratique, les travaux menés en 2003 se sont organisés en trois blocs complémentaires :

1. la reprise des documents de fouille des années soixante-dix et du matériel alors dégagé et conservé sur le site lui-même ou au musée d’art islamique de Raqqāda ;

2. une série d’approches prospectives, certaines encore embryonnaires, en géophysique, géomorphologie, analyse architecturale et microtopographie ;

3. la mise en œuvre de plusieurs sondages destinés à se développer en fouille extensive dans les années suivantes, sur des zones jugées significatives.

11Tout ceci en tenant compte des lourds handicaps affectant ce site : des constructions anciennes principalement montées en adobes pauvres en argile mais chargés en sel, caractéristiques entraînant une grande fragilité et la quasi impossibilité de restauration ; une spoliation dès le Moyen Âge sous forme de fosses de récupération des matériaux durs (briques cuites, marbres, etc.) entamant largement les niveaux archéologiques ; un envahissement croissant du site par un habitat spontané et des déblais ; une qualité inégale de la documentation léguée par nos prédécesseurs ainsi que du classement du matériel issu de leurs fouilles. Voyons brièvement les résultats obtenus dans chacun des domaines évoqués.

12C’est pour l’instant sur le palais sud-est que la reprise des archives de la fouille ancienne a été le plus profitable. L’emprise au sol de l’atelier de fabrication de céramique et de verre a pu ainsi être précisée : elle comprend l’ensemble des pièces sud du complexe latéral septentrional. Par ailleurs, des photographies prises après la fouille des pièces sud du complexe latéral méridional, montrant des éléments céramiques tubulaires pris dans le mortier des sols (fig. 2, p. 405) — sans commentaire, hélas, dans les journaux de fouille correspondants —, laissent supposer l’existence d’une ou de plusieurs pièces souterraines dans cette zone (hypothèse nécessitant vérification). Il apparaît ainsi clairement que les phases initiale et finale de l’ensemble palatin demandent toujours à être situées chronologiquement et que la fonction de celui-ci devra être discutée avec de meilleurs arguments. Pour d’autres sondages (en particulier ceux du nord du site : les numéros VII et VIII), en revanche, l’information est pratiquement inutilisable.

Fig. 2. — Palais sud-est. Éléments céramiques tubulaires pris dans le mortier du sol de l’une des pièces.

Fig. 2. — Palais sud-est. Éléments céramiques tubulaires pris dans le mortier du sol de l’une des pièces.
  • 5  Recherche menée préalablement dans le cadre d’une thèse à l’Université d’Aix-en-Provence et poursu (...)

13Beaucoup plus rentable, malgré les nombreux problèmes de classement et de marcage, a été l’étude du matériel contenu dans les réserves. La typologie de la céramique a été maintenant bien établie par S. Gragueb5 même si, là encore, une chronologie doit être définie à l’intérieur de la fourchette que constituent les quelques cent ans de vie de l’établissement ; on attend des résultats tout aussi positifs pour le verre dont D. Foy a pu définir les premières caractéristiques de la production.

14Bien engagée est aussi l’étude du décor architectural de pierre et de stuc, par M. Barrucand. Au-delà de l’omniprésence des remplois et des imprécisions qui persistent encore dans la différenciation entre éléments fatimides et zirides, les pièces étudiées permettent de poser en des termes nouveaux la question de la genèse du répertoire ornemental fatimide — voire celui de sa fonction politique —, répertoire qui ne nous était pratiquement connu jusqu’à présent que par son expression orientale, plus tardive.

15L’étude des fragments de stuc épigraphié, entreprise parallèlement par R. El Oudi, n’en est encore qu’à ses prémices. On espère en obtenir aussi bien une image plus complète de l’épigraphie fatimide d’Ifrīqiya (connue jusqu’à présent avant tout par les inscriptions sur marbre) qu’un outil (à partir de ce que l’on sait par exemple de l’épigraphie funéraire fatimide et ziride) pour la datation des décors associés, voire des architectures.

16Enfin, N. Abdeljaouad a commencé la révision du matériel osseux, hélas souvent assez mal conservé.

17En ce qui concerne les prospections, l’approche géophysique du site, planifiée et mise en œuvre par N. Florsch, a fourni des résultats encourageants, malgré des conditions adverses (présence — en dépit des nettoyages préalables — de ferrailles modernes engendrant de brutales variations du champ magnétique, forte salinité du sol perturbant les mesures électriques) ; l’une et l’autre méthode concordent en effet dans la mise en évidence de deux directions perpendiculaires qui pourraient correspondre aux grands axes de l’urbanisme de la ville. Le sondage 2, implanté à partir de l’information ainsi fournie, est venu confirmer celle-ci sans que l’épaisseur des remblais surmontant les structures concernées ait constitué l’écran total que l’on aurait attendu. D’autres vérifications devront cependant être réalisées pour procéder à une interprétation d’ensemble plausible des cartes d’anomalies ainsi dressées.

18La prospection géomorphologique menée par Ch. Petit a permis de reconnaître à grands traits les éléments constitutifs du paysage naturel proche (divagation de l’oued, importance des phases d’inondation en périphérie du site, etc.). Un sondage dans le palais a permis la localisation topographique et la caractérisation du sol immédiatement antérieur à l’installation urbaine.

19L’analyse architecturale très critique réalisée par E. Galdieri sur le palais sud-est a débouché sur une évaluation précise de l’état de destruction et un diagnostic (très pessimiste) des possibilités de conservation. Certaines des interprétations fonctionnelles acceptées jusqu’à ce jour ont dû être remises en cause (fig. 3, p. 406).

Fig. 3. — Palais sud-est. Hypothèse de restitution par E. Galdieri.

Fig. 3. — Palais sud-est. Hypothèse de restitution par E. Galdieri.

20Enfin, E. Donato a entrepris de réunir en un seul document cartographique « modulable » l’ensemble de l’information topographique, archéologique et architecturale disponible. Ce document qui devra être opérationnel lors de la campagne d’avril 2004 est encore en phase de mise au point définitive (équidistance des courbes de niveau = 1 m ; situation des sondages anciens et des interventions  — fouilles et prospections — de 2003 ; vestiges conservés ; etc.). Un essai d’étude de microtopographie a été tenté également afin de visualiser les éventuels mouvements de terre liés aux fosses de récupération de matériaux. Il devra être étendu pour en confirmer l’efficacité.

21Le troisième volet de notre intervention était la fouille proprement dite.

22Un premier sondage (S 1) a été implanté de part et d’autre du mur de fermeture du palais sud-est (A. Bagnera et A. Nef). Destiné dans un premier temps à appuyer l’analyse architecturale de l’édifice par la mise au jour du contact entre parement mural et sol (intérieur et extérieur) et par la localisation du sol vierge, il est vite apparu qu’il posait plus de questions qu’il n’en résolvait : s’il a bien confirmé le mode de mise en place du sol primitif en chaux sur hérisson de cailloutis calcaire, il a remis en question la chronologie relative des éléments de maçonnerie de pierre et des murs d’adobes. Il s’est avéré, en somme, que la fouille du palais n’était pas achevée…

23Le sondage 2 (A. Bouazizi, S. Gilotte, Ch. Petit, É. Rouger, J.-P. Van Staëvel) a abouti après des débuts difficiles (2,20 m de hauteur de remblais « superficiels ») à la mise au jour de structures maçonnées massives appartenant aux niveaux inférieurs de l’implantation urbaine, les niveaux supérieurs détruits par de vastes fosses de spoliation n’apparaissant plus que sous forme de lambeaux au nord du sondage. L’un de ces murs (ou bases de murs) élevés en maçonnerie de pierre et mortier riche en cendre est épais de 1,80 m, compte non tenu de deux placages extérieurs d’adobes (fig. 4). Les orientations sont cohérentes avec celles décelées par la prospection géophysique. L’extension de la fouille permettra de préciser la fonction de cet ensemble monumental.

Fig. 4. — Sondage 2. Mur massif (M. 2052) doublé de murets d’adobes (M. 2063 et M. 2071).

Fig. 4. — Sondage 2. Mur massif (M. 2052) doublé de murets d’adobes (M. 2063 et M. 2071).

24Le sondage 3 (L. et N. Abdeljaouad, P. Cressier), pourtant distant de 100 m à peine, a fourni des résultats sensiblement différents puisque les vestiges de constructions sont apparus sous cinquante centimètres seulement de terre superficielle.

25Il s’agissait de quatre sols construits successifs, le plus récent en adobes posés sur chant, et les trois précédents en briques cuites sur lit de mortier. L’avant-dernier de ces sols était associé à une citerne (ou silo) en forme de bouteille (hauteur à l’ouverture : 3,18 m ; diamètre 1,90 m).

26Tout cet ensemble était détruit au nord par une fosse de récupération de matériaux. La citerne (ou silo) avait été comblée volontairement par un abondant matériel (briques, céramiques, verres, fragment de colonne sciée longitudinalement, objets de métal [fig. 5]) avant l’effondrement partiel de la voûte.

Fig. 5. — Sondage 3 (UF 3006 b). « Couronne de lumière ».

Fig. 5. — Sondage 3 (UF 3006 b). « Couronne de lumière ».

Les disques de bronze ouvragé de ce type étaient des éléments de suspensions destinés à recevoir de petites lampes à huile. Ils participaient à l’éclairage des mosquées et peut-être des palais.

27On le voit, Ṣabra al-Manṣūriya est un site archéologique maltraité par l’histoire et aujourd’hui sinistré. La reconstitution de son antique splendeur passe par le traitement de données extrêmement fragmentaires, voire disparates. S’il est fort douteux que l’on puisse un jour le restaurer, même partiellement, dans sa matérialité, l’espoir est grand cependant de le faire de manière virtuelle et d’accéder ainsi à un plus haut niveau de compréhension du fonctionnement de la ville califale, de ses spécificités (en particulier à partir du cadre de vie du calife et de ses gens), de la nature de ses productions artisanales. C’est en tout cas la tâche à laquelle nous nous sommes attelés.

28Pour progresser dans cette direction, en maintenant les choix méthodologiques, nous nous fixons pour 2004 les objectifs suivants :

Reprise du matériel issu des fouilles anciennes

29L’étude de la céramique (regroupée sondage par sondage) sera poursuivie par S. Gragueb et J.-Ch. Treglia, tout comme celle du verre (fragments destinés à la fonte, pièces dispersées, vitraux) le sera par D. Foy. On achèvera le traitement des stucs épigraphiés (R. El Oudi) et celle des stucs à décor animalier et anthropomorphe sera initiée (M. Barrucand et M. Rammah).

Prospections

30Il est prévu d’étendre la surface prospectée par la méthode électrique afin de confirmer la trame urbanistique déjà suggérée. L’approche géomorphologique se centrera sur deux questions complémentaires mais très distinctes : le mode de mise en place des remblais tardifs et la nature de l’occupation des espaces avant et après la fondation de la ville (stratigraphie extra muros, recherche des niveaux pré-habitat en diverses zones intra muros, vérification de la nature des dépressions interprétées à ce jour comme bassins, etc.). L’expérience de microtopographie sera poursuivie et un Système d’Information Géographique (SIG) intégrera entre autres informations les indices résultant de l’analyse des clichés aériens anciens et de l’image satellite.

Fouilles

31Des sondages ponctuels seront mis en place sur le palais sud-est afin de répondre de façon définitive aux questions de chronologie relative et de procéder à des prélèvements de matériaux pour analyse ; il faudra aussi confirmer l’existence de pièces souterraines (chantier 1 : A. Bagnera et A. Nef). La zone d’atelier de céramique et de verre fera l’objet d’un nouveau dégagement et une attention particulière sera portée au mode de fonctionnement des structures de cuisson et à l’interprétation des lambeaux des niveaux primitifs encore en place ; la réalisation — ou non — d’un moulage du four à barres dépendra du budget finalement alloué (chantier 1 bis : D. Foy, J. Thiriot). Le sondage 2 (A. Bouazizi, S. Gilotte, É. Rouger, J.-P. Van Staëvel) évoluera ainsi qu’il avait été prévu en fouille en extension ; au vu des résultats obtenus en 2003, il sera procédé au décapage des niveaux supérieurs par pelleteuse. Enfin, le sondage 3 (L. et N. Abdeljaouad, P. Cressier) sera étendu en direction du précédent afin d’aboutir dans les meilleurs délais à une fouille en aire ouverte.

Haut de page

Notes

1  On rappellera ainsi la thèse de Christine Mazzoli-Guintard (Villes d’al-Andalus. L’Espagne et le Portugal à l’époque musulmane (viiie-xve siècles), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 1996), les travaux de Jean Passini sur l’évolution du tissu urbain de Tolède (Toledo a finales de la Edad Media (2 vol.), Delegación de Toledo, Colegio Oficial de Arquitectos de Castilla-La Mancha, 1995-1997, en collaboration avec Jean-Pierre Molénat), le programme de coopération franco-marocaine dirigé par Patrice Cressier et Larbi Erbati sur la Naissance de la ville islamique au Maroc : Nakūr, Aġmāt, Tāmdult, prolongé par un volet sur L’eau, la ville, le territoire : le Ḥawz de Marrakech (programme dont la publication des résultats est en préparation) ou, enfin, la réflexion menée conjointement avec le Département d’études arabes du CSIC (Madrid) dans le cadre de trois tables rondes publiées en deux volumes : Cressier, Patrice et García-Arenal, Mercedes (éd.), Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Casa de Velázquez-CSIC, Madrid, 1998 et Cressier, Patrice, Fierro, Maribel et Van Staëvel, Jean-Pierre (éd.), L’urbanisme dans l’Occident musulman au Moyen Âge. Aspects juridiques, Casa de Velázquez-CSIC, Madrid, 2000. Sur les activités concernant la ville islamique coordonnées par la Casa de Velázquez, voir Cressier, Patrice, « Histoire et archéologie de la ville islamique (al-Andalus–Maroc). Les activités de la Casa de Velázquez (1983-1995) », Madina. Cité du monde, 2, 1996, pp. 104-109

2  Ont participé à l’une ou l’autre de ces deux campagnes : Lotfi et Nabiha Abdeljaouad (INP, Kairouan), Alessandra Bagnera (U. de Trieste), Marianne Barrucand (U. de Paris IV), Alamine Bouazizi (INP, Gafsa), Eugenio Donato (Lamezia Terme), Raja El Oudi (INP, Tunis), Nicolas Florsch (U. de Paris VI), Danielle Foy (UMR 6572-CNRS, Aix-en-Provence), Eugenio Galdieri (ICOMOS, Rome), Sophie Gilotte (U. de Paris IV), Soundes Gragueb (INP-U. d’Aix-en-Provence), Annliese Nef (École française de Rome), Christophe Petit (U. de Dijon), Najla Romdhane (ENIT, Tunis), Éric Rouger (INRAP, Grenoble), Jacques Thiriot (UMR 6572-CNRS, Aix-en-Provence), Jean-Pierre Van Staëvel (U. de Paris IV).

3  Pour une vision plus complète des sources arabes relatives à Ṣabra al-Manṣūriya et une image de la physionomie de la ville médiévale, voir Cressier, Patrice et Rammah, Mourad, « Ṣabra al-Manṣūriya : une autre ville califale », IV Jornadas deMadīnat al-Zahrā’. Madīnat al-Zahrā’: nuevas investigaciones sobre el Califato de Córdoba, Cordoue, 10-12 novembre 2003 (sous presse).

4  Voir le programme de recherche coordonné par A. Canto (U. Autónoma de Madrid) et E. Manzano (CSIC, Madrid), Madīnat al-Zahrā’. Interpretación y proyección del poder califal a través del registro material y textual.

5  Recherche menée préalablement dans le cadre d’une thèse à l’Université d’Aix-en-Provence et poursuivie au sein du projet franco-tunisien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Chantier VIII (nord du site).État actuel de conservation d’un sondage pratiqué en 1979.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2. — Palais sud-est. Éléments céramiques tubulaires pris dans le mortier du sol de l’une des pièces.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. — Palais sud-est. Hypothèse de restitution par E. Galdieri.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4. — Sondage 2. Mur massif (M. 2052) doublé de murets d’adobes (M. 2063 et M. 2071).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5. — Sondage 3 (UF 3006 b). « Couronne de lumière ».
Légende Les disques de bronze ouvragé de ce type étaient des éléments de suspensions destinés à recevoir de petites lampes à huile. Ils participaient à l’éclairage des mosquées et peut-être des palais.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Cressier et Mourad Rammah, « Première campagne de fouilles à Ṣabra al-Manṣūriya (Kairouan, Tunisie) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 401-409.

Référence électronique

Patrice Cressier et Mourad Rammah, « Première campagne de fouilles à Ṣabra al-Manṣūriya (Kairouan, Tunisie) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 25 mai 2016. URL : http://mcv.revues.org/1241

Haut de page

Auteurs

Patrice Cressier

UMR 5648-CNRS, Lyon

Articles du même auteur

Mourad Rammah

INP, Kairouan

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org