Navigation – Plan du site
Couronne espagnole et magistratures citadines à l’époque moderne

Les offices « populaires » du gouvernement municipal de Naples à l’époque moderne

Premières réflexions
Los oficios «populares» del gobierno municipal de Nápoles en la Época Moderna. Primeras reflexiones
«Popular» Offices of Local Government in Naples in the Modern Age. Initial Considerations
Brigitte Marin et Piero Ventura
p. 115-139

Résumés

À l’époque moderne, le gouvernement local reposait, à Naples, sur une nette distinction entre les nobles et les « populaires ». Or les offices « populaires » restent encore mal connus, d’autant que les archives municipales ont été en grande partie détruites. L’étude s’attache donc à retracer l’organisation des pouvoirs locaux « populaires », caractérisée par un rapport politique étroit avec la Couronne depuis la fin de la période aragonaise. Afin de mieux comprendre cette articulation entre pouvoir monarchique et gouvernement citadin « populaire », l’étude tente de mieux cerner la figure de l’Élu du Peuple, qui exerçait des fonctions de premier plan dans l’administration de la cité, et qui était étroitement lié au vice-roi sous la domination espagnole, puis au roi lui-même sous les Bourbons. Les capitaines des ottine, désignés par les assemblées des chefs de famille des vingt-neuf quartiers, jouaient un rôle essentiel de médiation entre les citadins et le pouvoir municipal ou royal, ainsi que de contrôle social. L’étude analyse l’évolution de cette charge jusqu’à la création d’une police royale en 1780.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2007.

  • 1 Delille, 2003.
  • 2 Chaque seggio désignait un Élu (Eletto) qui le représentait au sein du gouvernement citadin, à l’ex (...)
  • 3 On se reportera en particulier à Visceglia, 1993, Muto, 2003, et à la bibliographie citée en référe (...)
  • 4 Sur le rôle du « peuple » dans les systèmes politiques urbains en Italie à l’époque moderne, voir D (...)
  • 5 Cette inscription territoriale du pouvoir local « populaire » n’était pas sans lien avec l’organisa (...)

1À l’époque moderne, le gouvernement local reposait, à Naples, comme dans d’autres villes de l’Italie méridionale1, sur une nette distinction entre les nobles et les « populaires » ; les charges municipales étaient partagées entre ces deux groupes, chacun ayant sa propre organisation et créant son propre Corps élu. Le conseil municipal, appelé Tribunal de San Lorenzo, était formé de six représentants des seggi de la noblesse et d’un seul officier pour la partie « populaire », l’Élu du Peuple (Eletto del Popolo). Le seggio était à la fois une division de l’espace urbain et une structure fondamentale du pouvoir municipal. Seule la noblesse qui y était inscrite pouvait participer à la vie politique locale et à l’administration citadine. Les familles de la noblesse dite de seggio s’assemblaient donc dans leur quartier — il y en avait cinq au total pour toute la ville2 —, délibéraient de leurs intérêts et désignaient leurs représentants au sein des magistratures du pouvoir local. La noblesse qui n’appartenait pas aux seggi se trouvait exclue de toute représentation politique dans le gouvernement citadin ; elle était dite fuori seggio, ou fuori piazza. L’attention portée par la récente historiographie à la morphologie du groupe nobiliaire et à ses stratifications a conduit à une meilleure connaissance de ces institutions du pouvoir local, les seggi3. Les charges « populaires », en revanche, restent encore assez mal connues4. Même seul face aux six représentants de la noblesse, l’Élu du Peuple était pourtant un personnage important : il exerçait des fonctions de premier plan dans l’administration citadine, notamment dans le domaine des approvisionnements et, sur le plan politique, cet officier était étroitement lié au vice-roi. Par ailleurs, l’organisation politique « populaire » jouait un rôle essentiel d’encadrement de la population et de contrôle social, au niveau des ottine, les vingt-neuf circonscriptions civiles qui formaient sa base territoriale5. Équilibres politiques et paix sociale dépendaient donc largement des rapports de force entre les groupes qui avaient accès aux charges municipales et des liens que tissait le pouvoir central avec ces institutions du pouvoir local.

Les offices « populaires » du gouvernement citadin. De l’Élu du Peuple aux complateari

  • 6 Faraglia, 1898.
  • 7 L’auteur déclare en effet son intention d’approfondir, sur le cas de Naples, un thème qu’il avait d (...)

2L’étude publiée en 1898 par Nunzio Federico Faraglia constitue un point de départ classique et indispensable. L’auteur y analyse les fonctions de l’universitas octinae (réunion des citoyens d’une ottina, à savoir une petite région urbaine formée d’une rue ou d’une place) et de l’universitas popularium (réunion de toutes les ottine), c’est-à-dire l’évolution du reggimento popolare, à Naples, entre le Moyen Âge et le xviiie siècle6. La recherche se proposait de reconstruire, pour la plus importante des villes du Mezzogiorno, les institutions du gouvernement urbain, dans la perspective du débat alors en cours sur l’histoire des libertés municipales en Italie7.

  • 8 Ibid., p. 7. Capasso, 1883, fournit un cadre détaillé, sur la longue durée, des divisions administr (...)
  • 9 Faraglia, 1898, p. 7.
  • 10 Les seggi, ceux des nobles comme celui du Peuple, étaient aussi appelés sedili ou piazze. Pour la p (...)

3La première entité citée par Faraglia, définie comme Seggio del Popolo, était constituée par l’ensemble des ottine, les circonscriptions administratives qui divisaient tout le territoire urbain : vingt-neuf dans la première moitié du xvie siècle8. L’universitas octinae « était l’agrégation des citoyens [cittadini] d’une rue, d’une place9 ». L’ensemble de ces unités composait l’institution du Seggio du Peuple qui formait, avec les cinq seggi nobiliaires (Nido, Capuana, Montagna, Portanova et Porto), l’universitas civitatis Neapolis10.

  • 11 Voir en particulier Imperato, Reformatione di nuovo ainsi que Discorso politico, et Tutini, Dell’or (...)
  • 12 Capasso, 1876-1899. L’ouvrage fut complété par une troisième partie, publiée par Parisi, 1916.

4Faraglia reconstruit le reggimento popolare napolitain sur la base d’une documentation archivistique de première main, ainsi que sur les textes qui en ont fondé la tradition historiographique, entre la fin du xvie siècle et la première moitié du xviie siècle11. Il se réfère en outre à la monumentale recherche de Bartolommeo Capasso sur les archives municipales, publiée en deux parties en 1876 et en 189912, à laquelle doivent beaucoup tous ceux qui, par la suite, se sont intéressés aux institutions citadines napolitaines. Cette étude constitue en effet une source de première importance car elle retrace l’histoire du gouvernement urbain, tant pour les seggi nobiliaires que pour la partie « populaire », à partir d’archives dont la plus grande partie a été détruite dans un incendie en 1946. Cette énorme lacune documentaire rend difficile et incertaine toute étude sur les offices « populaires » du gouvernement municipal, mais elle stimule la recherche d’autres sources sur la question, notamment dans la documentation produite par les institutions centrales dans leurs contacts, hiérarchiques et politiques, avec celles de la capitale.

  • 13 Muto, 1989, vol. 11, p. 279.

5La principale figure du reggimento popolare de Naples était l’Élu du Peuple. Ce personnage était chargé, au sein du Tribunal de San Lorenzo, avec les Élus des cinq seggi nobiliaires, du gouvernement urbain. Les compétences de cet organisme recoupaient, comme l’a remarqué Giovanni Muto, quatre domaines essentiels : représentation politique de la ville (plus importante encore à partir de 1642 lorsque, le Parlement général du Royaume n’étant plus convoqué, ses fonctions furent de fait assumées par le conseil des Élus) ; administration du patrimoine citadin (gabelles, rentes immobilières, droits divers…) ; gestion des approvisionnements publics (achat — par accords conclus avec des marchands — et stockage de grain, distribution et vente des produits alimentaires) ; juridiction civile et criminelle, exercée par ses propres officiers, giustiziere, portulano, baglivo, en matière de police urbaine, de vente au détail, de contrôle du territoire et pour le règlement de contentieux ne dépassant pas la somme de trois ducats13.

  • 14 Petraccone, 1974 et Delille et al., 2000.
  • 15 Bibliothèque nationale de Naples, Ms. XV A 14, ensemble de statuts rassemblés en 1624, intitulé Cap (...)
  • 16 On trouvera dans Villari, 1994 a, pp. 33-58, une analyse approfondie des aspects politiques et soci (...)

6Ces compétences étaient particulièrement lourdes dans une métropole comme Naples, seconde ville européenne, après Paris, par sa taille démographique à la fin du xvie siècle14. Autour des approvisionnements publics, en particulier, se jouaient de délicates questions pour la gestion politique de la ville. L’Élu du Peuple avait d’importantes responsabilités en la matière comme en témoigne, entre autres, le fait que la plupart des métiers sur lesquels il avait juridiction étaient liés à l’annone urbaine15. La grave crise alimentaire de 1585, qui entraîna l’assassinat de l’Élu du Peuple Giovanni Vincenzo Starace16, montre combien la principale charge populaire était associée, dans l’opinion commune, au maintien de l’abondance.

  • 17 On trouvera une description des députations, synthétique mais précise, dans Muto, 1985, p.82.
  • 18 Faraglia, 1898.
  • 19 Muto, 1985, p. 86.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ventura, 1995 et (à paraître).
  • 22 Faraglia, 1898, p. 36.
  • 23 Ibid.
  • 24 Muto, 1985, p. 86.
  • 25 Littéralement, ceux qui habitent la même platea, c’est-à-dire la même rue, la même place, les voisi (...)

7Expression de l’exécutif au sein du Seggio del Popolo, l’Élu était secondé par dix consultori. La participation « populaire » au gouvernement urbain se manifestait aussi au sein des députations (deputazioni) ordinaires et extraordinaires. Parmi les premières, certaines disposaient d’une juridiction comme le Tribunale della fortificazione, acqua e mattonata, le Tribunale della Visione e Revisione dei conti, celui dit de la pecunia et celui de la santé ; les secondes étaient formées pour des questions temporaires et spécifiques qu’avait à régler le gouvernement citadin17. Les capitaines (capitani delle ottine) intervenaient parfois dans les délibérations relatives au « gouvernement populaire », ce qui témoigne de leur importance au sein des magistratures citadines18. Le Seggio del Popolo agissait souvent par leur intermédiaire, même si leurs compétences, sur le plan juridictionnel, n’étaient pas clairement formalisées19. Ils étaient notamment chargés du contrôle de l’ordre public, de la bonne qualité des denrées alimentaires vendues au marché, de délivrer divers certificats20, comme par exemple des attestations de résidence pour ceux qui avaient obtenu la cittadinanza (citoyenneté) par ductio uxoris21. Les ottine formaient aussi les unités de base pour les numérations de la population, comme par exemple en 1591, ou encore pour l’assistance aux pauvres, en accord avec les administrateurs des monts pour la distribution des aumônes22. En 1622, les capitaines des ottine furent chargés de distribuer aux habitants la nouvelle monnaie mise en circulation23. Les capitaines étaient secondés par les capodieci, placés à la tête des décuries, subdivisions de l’ottina24. À cette humble figure du gouvernement populaire ne correspondait pas de définition institutionnelle formalisée. Il en va de même pour les complateari25, parfois cités dans la documentation produite par les capitaines pour le gouvernement de l’ottina, qui jouaient un rôle dans l’administration de leur quartier d’appartenance.

  • 26 Muto, 1985, p. 86.

8Cette capillarité des institutions populaires sur le territoire urbain, au niveau de la rue et des groupes de voisinage explique, au moins partiellement, comme l’a montré Giovanni Muto, l’efficacité du contrôle politique et militaire de Naples par les Espagnols au milieu du xvie siècle26. La base même de l’univers populaire citadin se trouvait impliquée dans l’édifice institutionnel complexe de sa représentation politico-administrative au sein du gouvernement urbain. Giovanni Muto en a mis en évidence les principaux mécanismes, notamment dans le système de désignation de l’Élu du Peuple et des capitaines des ottine. Les capodieci convoquaient, dans chaque ottina, les « populaires » afin de procéder à l’élection du capitaine. Ces capitaines des ottine réunissaient à leur tour les chefs des familles du Peuple pour l’élection de deux procuratori par ottina, qui devaient désigner les dix consultori et former la liste de noms sur laquelle serait choisi, par le vice-roi, l’Élu du Peuple. Le vice-roi choisissait ainsi l’Élu du Peuple, mais aussi les capitaines des ottine au sein de listes formées par les six noms qui avaient rassemblé le plus de voix : la monarchie disposait d’une forte influence dans ces nominations. Par conséquent, la ressource politique la plus significative de l’organisation du Peuple résidait dans le profond enracinement territorial et social de ses mécanismes de fonctionnement. Les ottine étaient dépositaires, en dernière instance, des contenus politiques que la représentation « populaire » manifestait au sein du gouvernement de la ville.

L’Élu du Peuple et ses liens avec le gouvernement central

  • 27 Faraglia, 1898, p. 26.

9L’organisation du Peuple se caractérisait, à Naples, par un rapport politique étroit avec la Couronne, aussi bien à la fin de la période aragonaise que sous la domination espagnole, en particulier au cours du xvie siècle. En 1498, le souverain Frédéric d’Aragon lui accorda une pleine légitimité politique et institutionnelle, en établissant que l’Élu du Peuple siégerait aux côtés des Élus de la noblesse pour administrer la cité27 : un acte de reconnaissance important, qui contribua de façon décisive à la constitution du capital politique des « populaires ».

  • 28 Galasso, 1998, p. 84.
  • 29 Schipa, 1909, p. 296.

10La tradition historiographique fait remonter à l’arrivée de Charles VIII, en 1495, l’amélioration de la représentation politique du Peuple, puisque ce souverain aurait restauré le Seggio del Popolo qu’Alphonse d’Aragon avait précédemment détruit. Des réserves ont été formulées quant à l’absence d’une organisation politique populaire citadine durant la période antérieure à l’intervention du souverain français28. Même dans l’hypothèse d’une continuité de la participation du Peuple à l’administration municipale dans la seconde moitié du xve siècle, les derniers souverains aragonais contribuèrent, par divers actes, à en fortifier le poids politique. La mesure de 1498, en faveur de l’Élu du Peuple, marquait une première étape importante dans un processus inauguré par le soutien accordé à Ferrante II par les « populaires » armés qui, affrontant les troupes de Charles VIII, ouvrirent en juillet 1495 la Porta del Mercato et lui permirent de récupérer le contrôle de Naples29.

  • 30 Imperato, Privilegi, capitoli e gratie, p. 89.
  • 31 Faraglia, 1898, p. 35. La possibilité d’organiser des compagnies armées de « populaires » était déj (...)
  • 32 Ibid., p. 34.
  • 33 Ibid. Villari, 1994 a, p. 48, a aussi mis en évidence le rôle politique des capitaines des ottine q (...)

11L’action des « populaires » en faveur de Ferrante II fut récompensée : ils participeraient désormais à la garde des portes de la ville. Cette compétence, d’une valeur symbolique considérable, fut maintenue par la suite : en 1585, les clefs des portes étaient encore aux mains des capitaines des ottine, à l’exception de celles de la Porta Capuana30. La faculté qu’avaient les capitaines de lever, en cas de danger, des compagnies d’infanterie pour défendre la ville, fut une autre conséquence positive de l’épisode de 1495. Vingt mille « populaires » se trouvèrent ainsi prêts à repousser les incursions turques en 153731. Cette capacité de mobilisation militaire résultait de la capillarité du système d’encadrement de la partie « populaire », et en particulier de la présence, dans les ottine, au plus près des habitants, des capodieci, sous les ordres des vingt-neuf capitaines qui dépendaient à leur tour de la juridiction de l’Élu du Peuple32. L’efficacité du contrôle du territoire urbain aux débuts de la révolte anti-espagnole de 1647 a aussi été expliquée par cette capacité de mobilisation des officiers « populaires »33. C’est du reste par la médiation des capitaines que le duc d’Arcos tenta d’agir pour contenir la rébellion populaire, comme il l’écrivit au roi, le 16 juillet 1647 :

  • 34 Le duc d’Arcos au roi, Naples le 16 juillet 1647, document publié dans Villari, 1994 b, p.153.

Connaissant le risque auquel aurait été exposé le service de Sa Majesté si l’on avait tenté d’assujettir par la force une violence aussi effrénée, il a paru plus à propos d’obtenir cet effet avec habileté, et j’en ai disposé ainsi avec les capitaines des rues de la ville, et avec les hommes les plus influents, pour qu’avec les Métiers, ils s’opposent au tumulte34.

  • 35 Faraglia, 1898, p. 29. Un précédent était attesté en 1496 : l’Élu du Peuple Antonio Sasso avait por (...)

12Enfin, le Peuple obtint des Aragonais une dernière légitimation, dans le domaine des rituels urbains, religieux et civils. Le 18 juin 1499, Frédéric d’Aragon assignait définitivement au Seggio del Popolo le privilège de porter le baldaquin, en compagnie des nobles, lors de la procession du Corpus Domini35.

  • 36 Ibid., pp. 30 sqq.

13Ces événements témoignent de rapports étroits entre l’organisation du Peuple et la Couronne à la fin de la période aragonaise. Ces liens demeurèrent un trait distinctif, et pour ainsi dire fondateur, du rôle politique joué par l’Élu du Peuple sous la domination espagnole. Les prérogatives des « populaires » furent encore renforcées, sur le plan institutionnel, avec les capitoli reconnus par le vice-roi Lannoy en 1522, qui fixèrent le système électif d’accès aux principales charges « populaires ». La veille de la Saint-Jean, les capitaines des ottine convoquaient, grâce aux capodieci, tous les chefs de famille pour l’élection de l’Élu du Peuple et des dix consultori. Chacun pouvait proposer un nom, qui était mis aux voix ; deux procuratori par ottina étaient tirés au sort parmi les six noms qui avaient recueilli le plus grand nombre de voix. Les 58 procuratori proposaient des noms pour la charge d’Élu ; on formait une liste des six noms ayant obtenu le plus de voix, parmi lesquels était tiré au sort l’Élu du Peuple qui restait en charge pendant six mois et ne pouvait être réélu avant trois ans36. Ce système électif sanctionnait une réelle autonomie politique de la Piazza del Popolo, dans le cadre du système des seggi de la capitale.

  • 37 Villari, 1994 a, p. 40. Au cours du vice-règne de don Pedro de Toledo se dessine un nouvel équilibr (...)
  • 38 Ibid.

14Cependant, en 1548, le vice-roi don Pedro de Toledo, après avoir destitué l’Élu du Peuple Francesco di Piatto, se rendit maître de la désignation à cette charge, choisissant l’Élu parmi les six noms proposés par les procuratori des ottine37. Cette intervention, qui réduisit nettement l’autonomie « populaire », fut une conséquence politique de la révolte de 1547 contre l’introduction, à Naples, de l’Inquisition espagnole. Rosario Villari a remarqué que, peu après, les seggi nobiliaires obtenaient la prérogative de constituer la majorité au sein du gouvernement municipal, avec la faculté de délibérer avec quatre voix seulement38.

  • 39 Faraglia, 1898, p. 26.
  • 40 Capasso, 1876-1899, vol. 2, p. 6.

15L’organisation du Peuple perdait ainsi une part de son autonomie par rapport à la Couronne. En outre, dès 1498, Frédéric d’Aragon s’était réservé le droit de nommer les capitaines des ottine39. Leur mandat était annuel, mais ils pouvaient être confirmés dans leur charge par décision du souverain. L’affirmation de ce contrôle monarchique s’est prolongée au-delà de la domination espagnole, sous les Autrichiens et les Bourbons au xviiie siècle, l’Élu du Peuple étant désigné, en dernière instance, par le roi40.

  • 41 « Volemo che li Magnifici Capitanei de le piaze debiano conferirse in lo solito loco del vostro reg (...)
  • 42 Faraglia, 1898, p. 26.

16Ces différentes mesures royales, notamment celle de 1548, révèlent moins un lien de stricte subordination qu’un rapport politique assez complexe entre le vice-roi et l’organisation « populaire ». Le vice-roi, certes, contrôlait ainsi l’accès aux charges « populaires », mais sa désignation conférait aussi à ces offices un plus grand prestige et plus de consistance politique. Un ordre adressé par le vice-roi Pedro de Toledo à l’Élu du Peuple et à ses consultori en juin 1550 témoigne du contrôle exercé par le vice-roi et le Conseil collatéral sur les capitaines des ottine. Parallèlement, on y relève l’intention d’assimiler autant que possible les capitaines des ottine à des officiers royaux41. Le vice-roi se montrait en outre attentif à faire émerger, dans chaque quartier, l’élite « populaire » qui pourrait contribuer au bon gouvernement des ottine. S’exprimait ainsi une certaine continuité politique avec la législation aragonaise de 1498, qui prévoyait la désignation des meilleurs citoyens des ottine pour parvenir à la liste des noms (deux par ottina), d’où seraient extraits les dix consultori de l’Élu du Peuple42.

  • 43 Bibliothèque Zabálburu y Basabe, Madrid, dossier 59, doc. 189 (« inteligencia [que] se tiene siempr (...)

17Ce lien politique privilégié entre le vice-roi et l’Élu du Peuple apparaît explicitement en 1581 dans une lettre du vice-roi Juan de Zúñiga à Philippe II43, où il est question de l’« intelligence [inteligencia] » entre le vice-roi et l’Élu du Peuple. Sans négliger la rhétorique d’un discours destiné à rassurer le souverain sur la fidélité de la capitale, cette lettre révèle une attention et un travail politique avisé du vice-roi et de ses agents de confiance, en direction des Élus, et en particulier de l’Élu du Peuple.

  • 44 Villari, 1994 a, pp. 40-41. Cet éloignement de l’Élu par rapport à sa base « populaire » apparaît c (...)
  • 45 Capasso, 1883, p. 130 et Tutini, Dell’origine e fundatione, p. 180.

18Rosario Villari a perçu dans les réformes menées par le vice-roi Pedro de Toledo au sein du gouvernement citadin une orientation favorisant le détachement de l’Élu du Peuple de la plus large base populaire organisée dans les ottine44. Cet écart progressif entre l’Élu du Peuple et les ottine introduit des éléments d’une certaine complexité politique : l’Élu du Peuple se voyait investi, dans ses rapports avec le vice-roi, d’une plus grande responsabilité politique, tandis que se renforçait l’enracinement des capitaines dans les ottine et leur gouvernement. Ainsi, il est significatif que le pouvoir espagnol ait tenté, sur le plan juridictionnel, de forcer le maillage territorial des ottine. Comme le rappelle Camillo Tutini, de nouvelles circonscriptions territoriales furent en effet introduites au xviie siècle, sous le nom de quartieri, pour le contrôle des étrangers dans la ville ; les ottine étaient ainsi regroupées, en 1635, en huit quartieri, un juge étant désigné dans chacun de ces quartiers pour faire respecter les nouvelles obligations de déclaration des personnes étrangères entrées dans la ville45.

Élus du Peuple (1495-1799)a

Élus du Peuple (1495-1799)a

a Source : Capasso, 1876-1899, vol. 2, pp. 322-342.

  • 46 Capasso, 1876-1899. Ce répertoire, qui complète les données fournies par Summonte, Historia della c (...)

19Le répertoire des Élus du Peuple, de 1495 à 1799, formé par Bartolommeo Capasso grâce aux fonds de l’Archivio Storico Municipale de Naples, aujourd’hui en très grande partie détruits46, permet de formuler quelques remarques sur les contours sociaux de la charge et son évolution.

20Le nombre total d’Élus, sur un arc chronologique allant de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle, est de 186 ; on ne dispose d’indications sur les professions ou le statut social que pour 28 % d’entre eux (52 sur 186). Ces données, même partielles, permettent de mieux cerner le profil de la plus importante des charges « populaires ». Les professions juridiques prévalent : vingt-huit sont docteurs en droit (dottori di leggi), auxquels on peut ajouter six officiers des tribunaux de la capitale, et encore quatre notaires. Sont moins représentées, en revanche, d’autres activités comme l’artisanat ou le commerce, ce qui reflète l’affirmation des togati dans la société napolitaine, sensible également dans les responsabilités politiques assumées au sein de l’organisation du Peuple.

  • 47 Pour les exemples qui suivent voir ibid., vol. 2, pp. 330-340.

21Les notes dont B. Capasso accompagne son répertoire fournissent des éléments utiles pour reconstituer les carrières des Élus du Peuple47. Giovanni Tommaso Vespolo, élu en 1592, artisan du maintien d’un bon équilibre politique dans les rapports avec les Élus nobles devint, par la suite, conseiller royal (Regio Consigliere). Antonio Plastena, immigré calabrais, élu en 1689, avait habilement su tisser les relations sociales qui favorisèrent sa carrière : en 1688, il était devenu l’un des gouverneurs de l’Annunziata, importante institution d’assistance, dans l’administration de laquelle l’organisation « populaire » avait un poids considérable.

22Dans la première moitié du xviiie siècle, on enregistre cinq cas d’Élus du Peuple appartenant à la noblesse. Cette éminente charge pouvait attirer des figures très éloignées du monde des métiers populaires. En 1726, Giuseppe de Angelis, duc de San Donato, fut rappelé sur pression du vice-roi, pour le consensus qu’il avait su former lors de ses deux précédents mandats. En 1732, le vice-roi choisit Niccola Maresca, qui obtint de la Cour de Vienne le titre de duc et l’office de président (non togato) de la Regia Camera della Sommaria, suprême magistrature financière du Royaume. La politique qui consista à renforcer le rôle de l’Élu du Peuple dans le gouvernement de la capitale, récompensant sa fidélité à la Couronne par la concession de titres et d’offices royaux considérables assurant sa promotion sociale, semble s’être encore développée sous la domination autrichienne.

  • 48 Voir par exemple Il Cittadino Fedele. Discorso breve della giusta, generosa e prudente Risolutione (...)

23Aux xvie et xviie siècles, déjà, certains Élus furent confirmés dans leur charge pendant de longues périodes. Giovanni Battista Crispo gouverna le Peuple pendant deux ans pour son premier mandat de 1585, puis pendant trois ans, pour le second mandat de 1589, et deux ans et deux mois encore pour le troisième en 1597. Giuseppe Volturale, élu en 1650, resta en place pendant cinq ans, devenant ensuite président de la Regia Camera della Sommaria. Pietro Emilio Guaschi remplit sa charge, à partir de 1674, pendant plus de cinq ans, grâce au soutien du vice-roi, le marquis de los Velez, et obtint sa nomination comme juge de la Gran Corte della Vicaria, un des tribunaux majeurs du Royaume, avec juridiction civile et criminelle. Ces titres et récompenses, communs dans la carrière d’un Élu du Peuple apprécié du vice-roi, furent dénoncés lors de la révolte de 1647 comme un facteur qui éloignait la principale magistrature « populaire » de sa fonction initiale de défense des prérogatives du Peuple ; les Élus auraient été prêts à se plier à tous les désirs des vice-rois pour devenir Conseiller ou Président48.

24Le premier des graphiques montre que sur 227 élections recensées par B.Capasso entre 1495 et 1799, on compte 41 réélections. Une donnée qui pourrait sembler peu significative sur le plan politique ; un examen plus approfondi de la durée des gouvernements des Élus du Peuple en offre une impression un peu différente.

Élus du Peuple (1495-1799) : durée des gouvernementsa

Élus du Peuple (1495-1799) : durée des gouvernementsa

a Source : Capasso, 1876-1899, vol. 2, pp. 322-342.

25Sur 227 élections au total, 103 présentent une durée supérieure à la norme, c’est-à-dire supérieure à six mois. Dans 76 cas, les mandats des Élus ont été prolongés : 33 pour une durée d’un à deux ans, 29 de deux à trois ans et 14 de trois à quatre ans. La première augmentation significative de la durée des mandats se produit pendant la seconde moitié du xvie siècle. À partir du xviie siècle, le nombre des mandats supérieurs à la norme tend à diminuer, mais la durée de certains mandats se fait plus longue encore que par le passé. Le tableau récapitulatif montre une tendance, de la part du gouvernement vice-royal comme, par la suite, de celui des Bourbons, à la recherche d’une stabilité politique citadine, par la promotion d’une élite populaire de confiance, solide et durable.

Durée des gouvernements des Élus du Peuple supérieurs à la norme

Durée des gouvernements des Élus du Peuple supérieurs à la norme

26Il conviendrait, sur la base de ces premiers résultats, d’approfondir la recherche sur les fonds des magistratures centrales du gouvernement, les correspondances des vice-rois, les sources notariales ou les documents relatifs aux espaces sacrés, dans la gestion desquels l’organisation « populaire » était bien présente. Le Peuple de Naples peut être considéré comme un ensemble de ressources politiques, construit avec le concours du vice-roi, des organes centraux du gouvernement et des élites populaires dont les contours sociaux restent à préciser, doté d’un degré de complexité permettant de jouer sur les équilibres politiques et d’assurer la bonne administration d’une très grande cité. Le rôle des ottine, qui sont à la base de la véritable force du Seggio del Popolo, par leur capacité à exercer des pressions sociopolitiques et à organiser les formes du consensus, en plus de former des compagnies armées, mériterait un supplément d’enquête.

La charge de capitaine de l’ottina  et son évolution au cours du xviiie siècle

27Plusieurs causes portées devant la Camera di Santa Chiara, magistrature suprême du Royaume, peuvent nous aider à mieux saisir l’évolution de la charge de capitaine de l’ottina (également appelé capitano di strada) au xviiie siècle, et ses rapports avec la monarchie des Bourbons. Pour illustrer cette transformation, on retiendra trois étapes fondées sur trois dossiers d’archives (1739, 1760 et 1778) qui permettent également de mieux comprendre les contours de cet office, fondamental pour le maintien de l’ordre public dans la cité.

  • 49 ASN, Bozze di Consulta della Reggia Camera di Santa Chiara, vol. 47, doc.15 : « Piazza del Popolo c (...)
  • 50 « E sottomise il Capitano, come reo di delitto, col mandato in casa, ed ordinata l’informazione di (...)

28Une première affaire oppose la Piazza del Popolo au Tribunal royal de la Gran Corte della Vicaria qui juge en première instance, au civil et au criminel, les Napolitains. Elle intervient à la suite d’un incident survenu entre Fabrizio Caffiero, « capitano della Strada degli Orefici », et les officiers de la Gran Corte49. En effet, en juin 1739, à l’issue d’une querelle survenue dans cette ottina entre Gennaro Di Mase, vendeur d’huile au détail, et un « magasinier » de vin, le capitaine Caffiero fit incarcérer Di Mase. La Vicaria lui nia alors ce droit, fit libérer Gennaro Di Mase et forma un procès pour juridiction usurpée à l’encontre du capitaine50. C’est dans ce contexte que l’avocat Gaspare Di Blasio fit imprimer, pour défendre cette pratique des capitaines, son Ragionamento intorno all’Ufficio de’ Capitani delle Ottine della Fedelissima Città di Napoli, sur la demande de l’Élu du Peuple Gennaro Antonio Brancaccio. L’affaire, portée devant la Camera di Santa Chiara, déboucha en 1741 sur un avis proposant de ne rien changer des usages qui permettaient aux capitaines d’incarcérer les « populaires de leurs ottine », en cas de rixe, avant que n’intervienne la Vicaria, afin de préserver la tranquillité publique.

  • 51 On peut y retrouver notamment des échos de Imperato, Reformatione di nuovo, p. 26, qui décrit l’off (...)
  • 52 Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 6 : « Da nessuno ancora es (...)
  • 53 L’ensemble des nobles élus pour le gouvernement de chaque seggio (six pour Capuana, Montagna, Porta (...)

29Le discours de Gaspare Di Blasio livre d’importantes informations sur les figures et les fonctions des capitaines des ottine, même s’il s’agit d’un point de vue partial, destiné à exalter la dignité de l’office51. Pour son argumentation, l’auteur a rassemblé de nombreuses données sur cette charge, tirées d’ouvrages historiques, bien que, comme il le souligne, jamais la charge de capitaine n’ait été amplement traitée52. On y apprend par exemple comment étaient prises les décisions de la Piazza del Popolo : les capitaines se réunissaient avec les dix consultori et l’Élu du peuple dans le cloître du couvent de San Agostino et représentaient ainsi l’ensemble des « populaires » (popolani). Pour l’approbation d’une mesure, il fallait l’accord de la majorité des capitaines (c’est-à-dire 15 sur29) sans qu’interviennent dans le vote les consultori, qui devaient seulement être convoqués. Le rôle des capitaines apparaît ainsi de grand poids dans le gouvernement de la partie « populaire » de la capitale, puisque, précise l’auteur, ils disposaient des mêmes prérogatives que les Cinque e Sei des seggi nobiliaires53.

30La figure du capitaine apparaît donc comme essentielle. À la base même de l’organisation populaire — chacun représente son ottina et, tous réunis, ils représentent le Peuple tout entier —, c’était un médiateur de premier rang entre les citadins et le pouvoir municipal ou royal.

  • 54 « Fu sempre autorevole questa carica, perciocchè essendo la loro elezione riservata al Principe, fu (...)
  • 55 Voir pp. 135-136 de cet article.

31Un autre point mérite d’être souligné : à partir de 1498, la nomination des capitaines revint au Prince, ce qui conféra à la charge la dignité et l’autorité d’un office royal54. Ce point crucial fut générateur de tensions et de contradictions au xviiie siècle : nul doute que de ce lien direct avec le souverain — puisqu’il s’agissait d’un « ufficio di Regia collazione » — les capitaines pouvaient tirer autorité, prestige et protection. Pour autant, ils n’en demeuraient pas moins les représentants directs des habitants des ottine, choisis par leurs voisins, dépendants, dans leurs rapports avec la base, d’une réputation locale. La fonction se trouvait donc régie par deux exigences : jouir de la considération du peuple et rester fidèle au Prince. Or, au xviiie siècle, la monarchie a tenté, comme on le verra plus bas, de faire des capitaines des ottine un véritable corps de police royale, en renforçant le lien d’allégeance vers le haut, au risque d’affaiblir le consensus social vers le bas ; ces tentatives conduisirent aux réformes de la police de la capitale dans les années 178055.

  • 56 « Li Capitani delle Ottine sono presso la Plebbe, e li loro Complatearj in una grandissima stima, e (...)

32C’est précisément la réputation du capitaine dans son ottina qui en faisait un agent irremplaçable des forces de l’ordre, plus efficace que les officiers subalternes de la Vicaria. Cette idée est exprimée par Di Blasio, comme dans les pièces du procès de la Camera di Santa Chiara : leur autorité était parfaitement reconnue par la « plèbe » et les citoyens de la ville ; cette autorité reposait sur l’estime acquise dans le quartier, au sein du plus étroit voisinage, sur les protections qu’ils accordaient et les sages conseils qu’ils donnaient56 ; aussi pouvaient-ils intervenir utilement dans les plus délicates affaires de famille et éviter ainsi, grâce à la confiance dont ils jouissaient auprès du petit peuple, de graves scandales et autres désordres. Le capitaine était garant de l’honneur des familles, et de leurs secrets :

  • 57 Pour l’original en italien, voir ibid., p. 18.

Jamais ils [les gens du peuple] n’ont eu recours, dans de tels cas, à l’autorité du Magistrat, car ils ont toujours été certains que ce qu’ils avaient confié à leur Capitaine, pour obtenir la paix par son interposition, n’a jamais été répandu ni révélé, et qu’il ne s’en est jamais formé procès ; alors qu’au contraire, ils auraient pensé ne pas être sûrs de l’honneur de leurs familles, et ajouter la honte à leurs maux, en communiquant leurs secrets domestiques à un personnage de cour57.

33La Camera di Santa Chiara ne fondait pas autrement son jugement lorsqu’elle rappelait que les capitaines traitaient de nombreuses affaires d’honneur : alors que les « populaires » n’hésitaient pas à confier leurs soucis au capitaine de leur ottina, certains qu’ils y trouveraient remède, ils n’en usaient pas aussi facilement avec les petits officiers des tribunaux, qui ne faisaient pas preuve de la même réserve.

  • 58 « La Giuridizione bassa è quella, la quale contribuisce solamente, a sedare le picciole liti, le qu (...)
  • 59 « Sono stati sempre in un quasi possesso di tale giurisdizione, e facoltà, passando sempre in simig (...)
  • 60 Ibid., p. 44.

34Sur ces raisons s’appuyait la revendication de la basse juridiction58 des capitaines « cumulativamente, e dipendentemente dalla Gran Corte della Vicaria ». Une juridiction consentie sous l’étroite dépendance du Tribunal royal : les capitaines ne disposaient ni de corps armés ni de prisons propres, n’avaient pas de cour ou tribunal séparés, ne pouvaient former des actes ni émettre des sentences59. Seule cette juridiction mineure pouvait assurer repos et tranquillité dans la capitale, car elle était placée entre les mains de ceux qui connaissaient le mieux les comportements et les humeurs de la plèbe, et pouvaient ainsi en contrôler les mouvements. Pour Gaspare Di Blasio, aucun magistrat n’était en mesure d’assurer la tranquillité d’un quartier comme en était capable un homme du quartier même60, connu et reconnu par ses voisins. La capillarité du contrôle exercé par ces officiers « populaires » sur le territoire était retenue comme un atout, les scrivani fiscali du Tribunal de la Vicaria ne parvenant jamais à intervenir aussi rapidement, ni aussi efficacement.

  • 61 Ibid., p. 45.

35Une dernière information livrée par Gaspare Di Blasio, très significative de l’orientation de la monarchie face aux petits officiers du Peuple, peut servir de fil conducteur pour interpréter les deux autres dossiers d’archives commentés plus bas. Au sujet de la fidélité que les capitaines devaient au Prince, Di Blasio souligne que dès le début de son règne, en 1734, Charles de Bourbon donna l’ordre que les capitaines soient choisis parmi les sujets les plus attachés au service du roi, et qu’il demanda à cet effet, par l’intermédiaire de l’Élu du Peuple, le remplacement de certains de ces officiers par d’autres de son choix61.

36C’est en effet par le lien souverain/Élu du Peuple que le gouvernement central chercha à discipliner le corps des capitaines. Deux dossiers d’archives permettent ainsi d’éclairer, dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’évolution de la charge de capitaine sous la pression d’une monarchie qui tentait de mieux contrôler les offices « populaires ».

37Examinons d’abord un avis de la Camera di Santa Chiara, demandé par le monarque sur un recours de l’Élu du Peuple, en date du 14 avril 1760. Le différend portait sur le capitaine de l’ottina de San Pietro Martire, un dénommé Pennarola. L’Élu du Peuple souhaitait le démettre de sa charge et s’appuyait, pour cela, sur un recours des complateari, trente-sept en tout, qui demandaient l’élection d’un nouveau capitaine. Les motivations en étaient les suivantes : infirmité, absence récurrente de l’ottina, certifiée par le prêtre de San Arcangelo dell’Armieri et par plusieurs maîtres artisans « dell’arte de tiratori d’oro » témoignant que Pennarola était, pour l’exercice de son métier, amené à se rendre quotidiennement dans la rue dite du Lavinaro pour couler des barres d’or. Soixante-deux autres complateari apportaient cependant leur soutien à Pennarola :

  • 62 ASN, Bozze di Consulta, vol. 239, doc. 18.

Pendant de nombreuses années, il l’a exercée [sa charge] avec zèle, charité, vigilance et attention au bien commun […] bien qu’il ait été absent pendant quelques mois de son ottina pour se soigner d’une jambe cassée […], il y est revenu, à peine rétabli, dans la maison de son fils, D. Andrea Pennarola62.

  • 63 Tous ne se sont cependant peut-être pas exprimés.

38Le document nous informe donc, chose rare, sur le profil social d’un capitaine, maître artisan, ainsi que sur la consistance « politique » d’une ottina (62 plus 37, à savoir 99 chefs de famille jouissant du droit de citoyenneté)63 ; enfin, sur une tentative d’affirmation du pouvoir de l’Élu sur les officiers subalternes en tentant de remplacer un capitaine (choisi par ses complateari).

  • 64 ASN, Diplomatica, Camera di S. Chiara XVII, Consulte di Stato, liasse 136.
  • 65 L’argumentaire vaut d’être cité dans son intégralité : « Esponendo che il solito stabilimento di qu (...)

39En 1778, une autre affaire fournit sur cette question des informations complémentaires64. Les complateari de l’ottina de S. Giovanni Maggiore contestaient l’élection d’un capitaine, Raffaele Spasiano. Des explications furent demandées à l’Élu du Peuple qui exposa que l’élection de Raffaele Spasiano était intervenue à la suite de la mort de son prédécesseur, Biagio Pastena, en vertu de sa bonne famille (« uomo ben nato »), de sa conduite irréprochable, de ses talents et d’une honnête fortune. Mais des complateari mécontents de ce choix avaient déposé un recours devant le roi pour s’opposer à cette élection. Leurs raisons se fondaient sur la tradition : un capitaine devait toujours être un chef de famille de l’ottina, instruit, et aisé. Or, cet usage leur semblait remis en question en la personne de Raffaele Spasiano, car au lieu d’élire un homme de la même trempe que le défunt, par exemple un homme d’expérience de sa riche famille, on avait voulu promouvoir à cette charge un jeune boutiquier célibataire, aidé par son frère aîné et, pire encore, ne vivant pas dans l’ottina, alors que parmi les complateari se trouvaient des docteurs en droit et d’opulents marchands qui auraient plus dignement occupé cette charge65.

40À la lecture de ce document, l’organisation « populaire », dans le dernier tiers du xviiie siècle encore, n’apparaît pas en déclin, comme on le lit parfois, et les charges « populaires » étaient bien éloignées d’être privées de dignité sociale ; transparaît en outre un certain usage de la transmission des charges dans une même famille. En dépit des raisons avancées par les complateari, l’Élu du Peuple soutint Spasiano : certes, il était célibataire, mais son prédécesseur l’était aussi ; il était exact qu’il n’habitait pas l’ottina, mais il résidait à deux pas de ses limites et possédait une maison paternelle au cœur du quartier. L’Élu concluait à l’inconsistance des arguments des mécontents et précisait en outre :

[…] que d’autres fois les complateari ont voulu s’opposer à ces élections, animés d’ordinaire par des intérêts privés, et par un faux zèle, et bien qu’ayant opposé des exceptions de quelque moment, comme celle de n’être pas natif de Naples dans le cas de D. Giulio Carrano, capitaine de l’ottina de la Sellaria, Votre Majesté n’a pas prêté l’oreille à ces oppositions et a toujours approuvé l’élection.

41L’avis rendu par la Camera di Santa Chiara concordait avec les raisons avancées par l’Élu du Peuple et proposait la confirmation royale de l’élection de Spasiano.

42Les documents cités laissent penser que le système se transforme quelque peu : de nouveaux capitaines semblent présenter un profil qui ne s’inscrit peut-être plus exactement dans les systèmes traditionnels de valeurs. On ne sait, dans le cas évoqué, pour quelles raisons l’Élu du Peuple soutint un capitaine qui, apparemment, ne jouissait pas d’un large consensus des complateari de l’ottina. Les liens entre l’Élu du Peuple et la Couronne semblent très solides, et sans doute l’Élu cherchait-il à créer un corps de subalternes dont l’autorité, à ses yeux, devait moins reposer sur une réputation dans le voisinage que dans l’indéfectible fidélité au monarque : des officiers bien contrôlés par l’Élu du Peuple, disposés à le servir et, à travers lui, à servir le Prince.

Contrôles monarchiques sous le règne des Bourbons

43Plusieurs témoignages, au cours du xviiie siècle, indiquent une tendance à un plus grand contrôle royal sur les officiers municipaux du Peuple.

  • 66 ASN, Bozze di consulta, vol. 120, doc. 23.
  • 67 L’iter bureaucratique était le suivant : « Havendo la M. V. risoluto di creare il nuovo eletto di q (...)

44Un document de la Camera di Santa Chiara du 2 septembre 174766 qui, au passage, montre clairement que les modalités de désignation de l’Élu du Peuple n’ont pas changé depuis la domination espagnole67, porte à notre connaissance un différend quant à la liberté prise par l’assemblée des procuratori (élus dans le cadre des ottine, deux par ottina, 58 au total) d’élire, en plus des six sujets entre lesquels le roi devait choisir l’Élu du Peuple, les dix consultori. Le document, signé par l’Élu du Peuple Antonio Palomba, dénonce l’« abus de cette faculté qui avait été concédée par leurs ottine aux procuratori respectifs » puisque c’est — nous renseigne le même document — l’Élu lui-même qui, depuis 1726, devait choisir les dix consultori qu’il estimait être « les meilleurs pour le service de Sa Majesté ». Avant d’annuler la procédure d’élection des consultori par les procuratori des ottine, et de les choisir lui-même, l’Élu rendait donc compte de cet « abus » au monarque.

  • 68 « La detta carica ancorche sommamente da’altri desiderata, non lascia di esser popolare, e l’eserci (...)

45Ce document témoigne d’un renforcement des liens entre l’Élu du Peuple et la Couronne, et d’un affaiblissement du pouvoir de désignation de la base de l’organisation populaire ; la compétence de la désignation des consultori était passée au début du xviiie siècle, sous les Autrichiens, entièrement sous l’autorité de l’Élu du Peuple aux dépens des procuratori, qui étaient des représentants directs des ottine. Cette politique, engagée sous la domination autrichienne, fut poursuivie sous les Bourbons. Remarquons aussi que la faculté de désignation, par la base, aux offices populaires était parfois mal perçue par les intéressés eux-mêmes. Ainsi, dans cette affaire, l’avocat Fortunato Villani était amené à protester devant le roi contre son élection comme consultore par les procuratori : les familles de la noblesse fuori piazza, désireuses d’obtenir leur agrégation aux seggi de la capitale, n’avaient garde de se compromettre dans des charges publiques populaires68. Par conséquent, il demandait l’annulation de cette élection, advenue contre son gré, et que plus jamais ni lui ni personne de sa famille ne soit élu à des charges populaires. Comme on le voit, certaines stratégies familiales d’ascension sociale vers la noblesse pouvaient se voir contrariées par les choix populaires. Il y a là une dynamique sociale qu’il faudrait approfondir et l’on peut se demander s’il était devenu plus difficile que par le passé de pourvoir les charges « populaires ».

46Faute, peut-être, de parvenir à mettre en place, à travers les seuls offices « populaires », une police royale totalement dévouée aux intérêts monarchiques, fut instituée, par la pragmatique du 6 janvier 1779, une nouvelle police royale. Cette fois — et l’on se souviendra du différend intervenu entre capitaines des ottine et Tribunal de la Vicaria en 1739 — les magistrats disposaient d’une pleine autorité sur le territoire tandis que les capitaines devenaient leurs agents subalternes.

  • 69 Voir Alessi, 1992.
  • 70 Sur les nouveaux découpages territoriaux liés à la réforme de police, voir Marin, 1993 et 2003.
  • 71 Article 14 de la loi, publiée le 7 janvier 1780, instituant la nouvelle police royale. Gatta, Regal (...)

47En effet, la nouvelle loi de police prévoyait la création de douze quartiers (quartieri), et la désignation de douze juges-commissaires ; le juge avait juridiction dans son quartier, où il devait obligatoirement résider. Chaque juge était assisté, dans son quartier, par quatre deputati, « Docteurs du Quartier », nommés par le roi sur proposition du juge et du régent de la Vicaria69. Les nouveaux quartiers de police ne se présentèrent jamais, non plus que leurs subdivisions, comme des cadres de participation de la population citadine. Totalement imposés et administrés « par le haut », ils furent formés en rupture, précisément, avec les circonscriptions municipales comme les ottine70. La nouvelle loi imposait donc un cadre de contrôle territorial tout à fait différent des pratiques anciennes, libéré des contraintes des pouvoirs locaux que le pouvoir royal cherchait ainsi à subordonner puisque la loi de police précisait que les officiers des ottine (les capitaines désignés par les assemblées de chefs de familles des ottine, et leurs subalternes, les capodieci) passaient sous l’autorité des juges-commissaires des quartiers afin que les juges aient facilement les informations regardant les habitants des quartiers : les capitaines étaient donc toujours considérés comme des agents irremplaçables pour le maintien de l’ordre public, grâce au capital de confiance dont ils jouissaient auprès des habitants de leur ottina71.

  • 72 « Con questa occasione ci siam risoluti di manifestare al Sovrano […] il disordine, che sempre inut (...)
  • 73 Ibid.

48Dans un rapport de février 1798, le capitaine général Francesco Pignatelli, surintendant de la police urbaine, soulignait combien cette collaboration était difficile à obtenir des officiers « populaires », qui dépendaient toujours par ailleurs de l’Élu du Peuple, alors que scrivani et subalternes du Tribunal de la Vicaria ne parvenaient pas à les remplacer utilement dans le recueil de ces informations si nécessaires à la police72. Le ton du surintendant de la police tranche fortement avec celui des documents examinés jusqu’à présent : rien sur la dignité des offices populaires, bien au contraire. La volonté de transformer des officiers municipaux en officiers subordonnés de la nouvelle police royale et de réunir toutes les branches d’administration relatives à l’ordre public sous la directe autorité et compétence de la Gran Corte della Vicaria y est par ailleurs désormais tout à fait explicite, sans aucune considération pour les prérogatives de la Piazza del Popolo73.

  • 74 Rappelons à ce sujet que Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 1 (...)
  • 75 ASN, Police, consulte, 23, fo 735.

49Ce n’est pas là le seul témoignage de cette difficile coexistence entre officiers « populaires » et nouveaux corps de police. Une consulte de police datée du 11 août 1794 dénonçait également les capodieci à propos d’une affaire de passeport74. L’arrestation d’un certain Antonio Cucinella aux frontières du Royaume, voyageant sous le faux nom de Niccola Viscovo, entraîna en effet une enquête sur la façon dont il s’était procuré son passeport. Cette enquête mettait en cause le capodieci qui avait établi le passeport sur la foi d’un prêtre (Giuseppe Santoro) qui le lui avait demandé en prétendant que c’était pour son beau-frère. Pour la police, l’affaire révélait un dysfonctionnement dans le système de concession des passeports plus qu’une fraude intentionnée de l’officier « populaire ». Le texte poursuit : « Les capodieci sont de la classe la plus infime, toujours les pires sujets dans leurs métiers, et plus ignorants qu’on ne peut imaginer » ; leurs activités les éloignent du soin qu’ils devraient prendre à s’informer sur les personnes et, étant misérables, ils n’hésitent pas à monnayer tous leurs services sans souci du bien public75.

50Ce document illustre bien, à la fois, l’écart de statut social entre les juges des quartiers et ces officiers subalternes du Corps de Ville, les difficiles relations des nouveaux agents de la police de la capitale avec les cadres plus anciens du contrôle social, le chemin fait vers l’idée d’une police entendue comme un corps d’officiers rétribués par l’État et directement nommés par le gouvernement central, totalement déliés de l’expression d’une élection par les chefs de familles dans les différents quartiers de la ville. Cette évolution des formes de la police urbaine fut confirmée lors de la première restauration monarchique, après les événements révolutionnaires de 1799, avec la suppression de l’organisation municipale de l’Ancien Régime et le renforcement de l’appareil policier de l’État. Une page était alors définitivement tournée dans l’histoire de l’encadrement social urbain et de l’administration de l’ordre public.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alessi, Giorgia (1992), Giustizia e polizia, I. Il controllo di una capitale, Napoli (1779-1803), Naples.

Capasso, Bartolommeo (1876-1899), Catalogo ragionato dei libri, registri e scritture esistenti nella sezione antica o prima serie dell’Archivio Municipale di Napoli [1387-1806] (2 vol.), Naples.

Capasso, Bartolommeo (1883), «Sulla circoscrizione civile ed ecclesiastica e sulla popolazione della città di Napoli dalla fine del secolo xiii fino al 1809», Atti dell’Accademia Pontaniana, 15, pp. 99-225.

Delille, Gérard (2003), Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle), Paris-Rome.

Delille, Gérard, Marin, Brigitte, Muto, Giovanni et Ventura, Piero (2000), « Naples. Capitale et microcosme », dans Claude Nicolet, Robert Ilbert et Jean-Charles Depaule (éd.), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective. Actes du colloque de Rome (8-11 mai 1996), Paris, pp. 576-598.

Delille, Gérard et Savelli, Aurora (éd.) (2002), Ricerche Storiche, 32 (2-3), numéro thématique « Essere popolo. Prerogative e rituali d’appartenanza nelle città italiane d’antico regime ».

Di Blasio, Gaspare, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine della Fedelissima Città di Napoli, Naples, 1739.

Faraglia, Nunzio Federico (1883), Il Comune nell’Italia meridionale (1100-1806), Naples.

Faraglia, Nunzio Federico (1898), « Le ottine e il reggimento popolare in Napoli », Atti dell’Accademia Pontaniana, 38, pp. 1-38.

Galasso, Giuseppe (1998), Napoli capitale, identità politica e identità cittadina. Studi e ricerche (1266-1860), Naples.

Gatta, Diego, Regali dispacci, nelli quali si contengono le Sovrane Determinazioni de’ Punti Generali, o che servono di norma ad altri simili casi, nel Regno di Napoli (14 vol.), Naples, 1776-1801.

Hernando Sánchez, Carlos José (1994), Castilla y Nápoles en el siglo xvi. El virrey Pedro de Toledo. Linaje, estado y cultura (1532-1553), Salamanque.

Imperato, Francesco, Reformatione di nuovo fatta per lo regimento de le piazze populari de la Città de Napoli. Con un breve discorso intorno all’Officio di Capitanio d’Ottine, fatto per il Dottor Francisco Imperato Napolitano, Naples, 1598.

Imperato, Francesco, Discorso politico intorno al regimento delle piazze della città di Napoli, Naples, 1604.

Imperato, Francesco, Privilegi, capitoli e gratie concesse al fedelissimo populo Napolitano, et alla sua Piazza, Naples, 1624.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Marin, Brigitte (1993), « Découpages de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police à Naples (1779-1815) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 105 (2), pp. 349-374.
DOI : 10.3406/mefr.1993.4281

Marin, Brigitte (2003), « Les polices royales de Madrid et de Naples et les divisions du territoire urbain (fin xviiie-début xixe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50 (1), pp. 81-103.

Muto, Giovanni (1985), « Gestione politica e controllo sociale nella Napoli spagnola », dans Cesare De Seta (éd.), Le città capitali, Rome-Bari, pp. 67-94.

Muto, Giovanni (1989), « Il regno di Napoli sotto la dominazione spagnola », dans Giovanni Cherubini et al. (dir.), Storia della società italiana (25 vol.), Milan, 1981-1991, vol. 11 : La controriforma e il Seicento, pp. 225-316.

Muto, Giovanni (2003), « Interessi cetuali e rappresentanza politica: i “seggi” e il patriziato napoletano nella prima metà del Cinquecento », dans Francesca Cantù et Maria Antonietta Visceglia (éd.), L’Italia di Carlo V. Guerra, religione e politica nel primo Cinquecento. Atti del convegno internazionale di studi (Roma, 5-7 aprile 2001), Rome, pp. 615-637.

Parisi, Raffaele (1916), Catalogo ragionato dei libri, registri e scritture esistenti nella sezione antica o prima serie dell’Archivio municipale di Napoli (1387-1806). Parte : Tribunali e deputazioni ordinarie e straordinarie, Naples.

Petraccone, Claudia (1974), Napoli dal Cinquecento all’Ottocento. Problemi di storia demografica e sociale, Naples.

Schipa, Michelangelo (1909), « Il popolo di Napoli dal 1495 al 1522 », Archivio Storico per le Provincie Napoletane, pp. 292-318, 461-497 et 672-706.

Summonte, Giovanni Antonio, Historia della città e Regno di Napoli (4vol.), Naples, 1601-1643.

Tutini, Camillo, Dell’origine e fundation de seggi di Napoli del tempo in che furono instituiti, e della separation de’ Nobili dal Popolo…, Naples, 1644.

Ventura, Piero (1995), « Le ambiguità di un privilegio. La cittadinanza napoletana tra Cinque e Seicento », Quaderni Storici, 89 (2), pp. 385-416.

Ventura, Piero (à paraître), La capitale dei privilegi. Governo urbano e cittadinanza a Napoli nella seconda metà del Cinquecento, Naples.

Villari, Rosario (1994 a), La rivolta antispagnola a Napoli. Le origini (1585-1647), Rome-Bari (1e éd. 1967).

Villari, Rosario (1994 b), Per il re o per la patria. La fedeltà nel Seicento, Rome-Bari.

Visceglia, Maria Antonietta (1993), « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine (xvie-xviie siècles) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 48 (4), pp.819-851.

Haut de page

Notes

1 Delille, 2003.

2 Chaque seggio désignait un Élu (Eletto) qui le représentait au sein du gouvernement citadin, à l’exception de Montagna qui en élisait deux car il avait incorporé le seggio de Forcella, précédemment indépendant. Les deux représentants de Montagna ne disposaient cependant que d’une seule voix au sein de l’assemblée des Élus.

3 On se reportera en particulier à Visceglia, 1993, Muto, 2003, et à la bibliographie citée en référence dans ces articles.

4 Sur le rôle du « peuple » dans les systèmes politiques urbains en Italie à l’époque moderne, voir Delille et Savelli (éd.),2002.

5 Cette inscription territoriale du pouvoir local « populaire » n’était pas sans lien avec l’organisation nobiliaire, puisque les ottine étaient réparties selon les cinq seggi du patriciat.

6 Faraglia, 1898.

7 L’auteur déclare en effet son intention d’approfondir, sur le cas de Naples, un thème qu’il avait déjà largement traité pour le Mezzogiorno dans son ensemble (ibid., 1883, p. 2).

8 Ibid., p. 7. Capasso, 1883, fournit un cadre détaillé, sur la longue durée, des divisions administratives du territoire napolitain et de leur évolution.

9 Faraglia, 1898, p. 7.

10 Les seggi, ceux des nobles comme celui du Peuple, étaient aussi appelés sedili ou piazze. Pour la partie « populaire », le terme piazza pouvait indiquer l’ensemble des institutionspolitico-administratives, à savoir le Seggio del Popolo, ou bien seulement l’ottina, qui est aussi appelée, dans les documents rédigés en latin comme en italien, platea.

11 Voir en particulier Imperato, Reformatione di nuovo ainsi que Discorso politico, et Tutini, Dell’origine e fundatione.

12 Capasso, 1876-1899. L’ouvrage fut complété par une troisième partie, publiée par Parisi, 1916.

13 Muto, 1989, vol. 11, p. 279.

14 Petraccone, 1974 et Delille et al., 2000.

15 Bibliothèque nationale de Naples, Ms. XV A 14, ensemble de statuts rassemblés en 1624, intitulé Capitolazioni delle Arti Suddite all’Eletto del Popolo raccolte d’ordine del sig. Pietro Antonio Ametrano.

16 On trouvera dans Villari, 1994 a, pp. 33-58, une analyse approfondie des aspects politiques et sociaux de cet épisode. L’auteur a souligné la consistance politique des revendications des « populaires » concernant les questions fiscales, mais aussi certains points de la constitution citadine ; par exemple, la demande répétée de parité entre les voix du Seggio del Popolo et des seggi nobiliaires qui, toutefois, n’aboutit pas.

17 On trouvera une description des députations, synthétique mais précise, dans Muto, 1985, p.82.

18 Faraglia, 1898.

19 Muto, 1985, p. 86.

20 Ibid.

21 Ventura, 1995 et (à paraître).

22 Faraglia, 1898, p. 36.

23 Ibid.

24 Muto, 1985, p. 86.

25 Littéralement, ceux qui habitent la même platea, c’est-à-dire la même rue, la même place, les voisins. Sur leur rôle dans le gouvernement « populaire », notamment pour la désignation des capitaines, voir pp. 132-133 de cet article.

26 Muto, 1985, p. 86.

27 Faraglia, 1898, p. 26.

28 Galasso, 1998, p. 84.

29 Schipa, 1909, p. 296.

30 Imperato, Privilegi, capitoli e gratie, p. 89.

31 Faraglia, 1898, p. 35. La possibilité d’organiser des compagnies armées de « populaires » était déjà prévue dans les concessions de Charles VIII en 1495 (ibid., p. 20), mais la part prise par les « populaires » dans le retour du souverain aragonais donna plus de légitimité encore à cette prérogative.

32 Ibid., p. 34.

33 Ibid. Villari, 1994 a, p. 48, a aussi mis en évidence le rôle politique des capitaines des ottine qui transmettaient au vice-roi les revendications populaires formulées pendant la révolte de 1585.

34 Le duc d’Arcos au roi, Naples le 16 juillet 1647, document publié dans Villari, 1994 b, p.153.

35 Faraglia, 1898, p. 29. Un précédent était attesté en 1496 : l’Élu du Peuple Antonio Sasso avait porté le baldaquin avec les Élus nobles pendant la procession (ibid., p. 24).

36 Ibid., pp. 30 sqq.

37 Villari, 1994 a, p. 40. Au cours du vice-règne de don Pedro de Toledo se dessine un nouvel équilibre politique marqué par le renforcement des institutions royales et du pouvoir central. Sur ce vice-roi, dont le mandat (1532-1553) fut le plus long de l’histoire de la domination espagnole à Naples, voir Hernando Sánchez, 1994.

38 Ibid.

39 Faraglia, 1898, p. 26.

40 Capasso, 1876-1899, vol. 2, p. 6.

41 « Volemo che li Magnifici Capitanei de le piaze debiano conferirse in lo solito loco del vostro regimento et portar con essi quelle persune più vecchie quieti et honorati che li pareranno esser in dicte lloro piaze et con intervento lloro fare la electione come è solita del decto novo electo et consultori per lo semestro futuro, quale siano persune qualificate et apte al bon guberno di questa Magnifica et fidelissima Città per servitio di decta Maestà et universale beneficio che per la presente ve damo ampla potestà et facultà de possere astrengere et fare mandato penale de nostra parte de mille ducati a tucti quelli che per voi saranno chiamati per lo effectuare et concludere de dicta electione accio habbiano da intervenir in quella et assistere con li altri citatini che seranno venuti per tale effecto et cossi lo esequireti et non altramente », Archivio di Stato di Napoli (désormais ASN), Collaterale Curiae, 12, ffos109 r-109 v. Un contrôle fut effectué sur les élections en question, comme le montre un autre document envoyé à l’Élu du Peuple, ASN, Collaterale Curiae, 12, fo13.

42 Faraglia, 1898, p. 26.

43 Bibliothèque Zabálburu y Basabe, Madrid, dossier 59, doc. 189 (« inteligencia [que] se tiene siempre con el Electo del Pueblo »).

44 Villari, 1994 a, pp. 40-41. Cet éloignement de l’Élu par rapport à sa base « populaire » apparaît clairement dans certains textes écrits lors de la révolte de 1647. Ainsi, le Manifesto del Regno che palesa le sue giuste ragioni (manuscrit conservé à la Bibliothèque vaticane, ms. Chigi, G.vii.211, ffos 447 v-468 r) dénonce la soumission de l’Élu du Peuple au vice-roi ; il aurait ainsi cessé de représenter les véritables intérêts « populaires » : « Il capo istesso, l’istesso eletto del Popolo ordiva gli inganni, tradiva la Patria, già che, havendo contro l’antico Napoletano costume i Viceré introdotto di tirare alle Toghe gli eletti et essendo con essi tirannicamente la possenza rimasta di governare et eternar nel governo gli eletti, n’è con manifesta rovina succeduto che il voto loro (nel quale il voto del Popolo unito vedeasi) a dispositione assoluta dai Viceré si dava » (publié dansVillari, 1994 b, p. 75).

45 Capasso, 1883, p. 130 et Tutini, Dell’origine e fundatione, p. 180.

46 Capasso, 1876-1899. Ce répertoire, qui complète les données fournies par Summonte, Historia della città e Regno di Napoli, jusqu’en 1592, est d’autant plus méritoire que les informations sur les magistratures populaires étaient bien plus difficiles à rassembler que celles sur les magistratures citadines dans leur ensemble, la documentation émanant de la Piazza del Popolo étant introuvable : « Tenendo presenti coloro che ci hanno preceduto e correggendo ed ampliando la nota di questi magistrati popolari con i libri e registri del Tribunale di San Lorenzo, non avendo potuto giovarci delle scritture della Piazza Popolare, che tutte, per mala ventura, sono andate perdute ; né, per quante ricerche avessimo potuto fare, abbiamo avuto la fortuna di rinvenirle o almeno averne notizie » (ibid., vol. 2, p. 322).

47 Pour les exemples qui suivent voir ibid., vol. 2, pp. 330-340.

48 Voir par exemple Il Cittadino Fedele. Discorso breve della giusta, generosa e prudente Risolutione del Valoroso, e Fedelissimo Popolo di Napoli per liberarsi dall’insoportabili gravezze impostegli da Spagnuoli, dans Villari, 1994 b, p. 47. Et l’auteur d’une Lettera scritta da un Personaggio Napolitano agli ordini del Regno di Napoli, nella quale dà loro una breve istruttione per formare la nuova Republica, note avec amertume : « Che honore è hoggi restato in Napoli all’ordine Popolare, se non un mero Eletto del Popolo, che più si avvicina alla Nobiltà, che alla Plèbe ? » (ibid., p. 90).

49 ASN, Bozze di Consulta della Reggia Camera di Santa Chiara, vol. 47, doc.15 : « Piazza del Popolo chiede se i capitani di strada possono esercitare atti di giurisdizione col carcerare i popolari delle loro ottine », 1739-1741. Cette affaire est mentionnée par Faraglia, 1898, p.36.

50 « E sottomise il Capitano, come reo di delitto, col mandato in casa, ed ordinata l’informazione di sì fatta pretesa usurpazione, fabricò su di ciò un processo a cui diede il titolo di usurpata giurisdizione[sic.]» (Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 21).

51 On peut y retrouver notamment des échos de Imperato, Reformatione di nuovo, p. 26, qui décrit l’office de capitaine comme « ornato, non solo di dignità, e prerogative, ma potesta e autorità ».

52 Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 6 : « Da nessuno ancora estata largamente trattata ».

53 L’ensemble des nobles élus pour le gouvernement de chaque seggio (six pour Capuana, Montagna, Portanuova et Porto, cinq pour Nido) formait les Cinque e Sei, au nombre de vingt-neuf au total, comme les capitaines des ottine ; « per potersi conchiudere, e stabilire su gli affari della loro Piazza, devono almeno convenire quindeci Capitani, che di essi formano la maggior parte, non riguardandosi al numero de Consultori, quali basta che sieno convocati. […] costoro [capitani], li quali sono dell’istesso numero delli Cinque, e sei delli seggi nobili, hanno le medesime prerogative, che quelli nella loro piazza, ed a molte altre commessioni, e impieghi, in ordine al Popolo, sono soventi volte prescelti » (ibid., p. 12).

54 « Fu sempre autorevole questa carica, perciocchè essendo la loro elezione riservata al Principe, furono sempre, come Ufficiali Regj reputati » (ibid., p. 14).

55 Voir pp. 135-136 de cet article.

56 « Li Capitani delle Ottine sono presso la Plebbe, e li loro Complatearj in una grandissima stima, e venerazione, […] ; la stima, e l’opinione nasce, perche ciascuno di essi suole esser uno de’migliori, e più prudenti Cittadini, che sia nel suo Quartiere, e nelle bisogne di taluno non manca di dare a’complatearj quegli ajuti, che più sono necessari, ed opportuni ; onde tra per li beneficj, e per la venerazione, sono sempre riguardati dalla gente infima, e bassa, come loro Padri, e Protettori, hanno in quelli tutta la confidenza […]. E se mai sia vero, com’è già, che la bassa Plebbe teme il braccio della Corte, non per tanto confida negli subalterni della Vicaria quello, che suol confidare al suo Capitano » (Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 16).

57 Pour l’original en italien, voir ibid., p. 18.

58 « La Giuridizione bassa è quella, la quale contribuisce solamente, a sedare le picciole liti, le quali sogliono accadere fra gli abitanti di qualche luogo » (ibid., p. 24). « E che di quella ne siano stati sempre, da tempo antichissimo, ed immemorabile in una quasi possessione, nella quale, anche attenta la polizia di questa nostra città, devono esser conservati, e mantenuti » (ibid., p. 23).

59 « Sono stati sempre in un quasi possesso di tale giurisdizione, e facoltà, passando sempre in simiglianti cose, tutta la concordia, ed armonia co’Giudici superiori, e specialmente colla Gran Corte della Vicaria, tanto vero, che sempre i subalterni di quel Tribunal hanno ciecamente eseguito quello, che loro è stato da’ Capitani ordinato, e spesso è succeduto, che li Giudici medesimi, per alcune picciole differenze, che passavano tra congionti, o vicini, dove non ci fosse stata effusione di sangue, spesso hanno rimessi tali affari ai Capitani delle Ottine, perche costoro avessero rappatumate si fatte discordie, togliendosi esso loro dall’obligazione di spendere il tempo in cose di lieve momento, e togliersi agli altri affari di maggiore importanza, e così è succeduto che, con sodisfazione maggiore delle parti, laudevolmente si è procurata la quiete de’Cittadini, e la suprema potestà del Principe, per mezzo di tali ordini de’maggiori, e minori suoi Magistrati, si è dispensata a’suoi vassali, colla Giustizia, e l’equità insieme : Ma poicchè le cose non sono sempre nel medesimo loro stato ; la Gran Corte della Vicaria, mutato consiglio, ha stimato ultimamente, che i Capitani delle Ottine non avessero affatto veruna facoltà, o ombra di quella Giuridizione minore, anche da essa dipendente, e con essa cumulativa, che sempre, ed in ogni tempo hanno avuta » (ibid., p. 20).

60 Ibid., p. 44.

61 Ibid., p. 45.

62 ASN, Bozze di Consulta, vol. 239, doc. 18.

63 Tous ne se sont cependant peut-être pas exprimés.

64 ASN, Diplomatica, Camera di S. Chiara XVII, Consulte di Stato, liasse 136.

65 L’argumentaire vaut d’être cité dans son intégralité : « Esponendo che il solito stabilimento di questa fedelissima Città è stato sempre, che li Capitani di Strada di tutte le ottine dovessero essere de’migliori Coabitatori delle Ottine istesse in dottrina, in Natali, e ricchi di beni di fortuna ; capi di famiglia, e domicilianti delle proprie ottine. Dicono, che questo non mai interrotto solito si voglia oggi mutare […] poiche in vece di far cadere l’elezione di Capitano in persona di un Soggitto simile al defunto D. Biagio Pastena, o almeno del suo fratello germano D. Stefano capo di famiglia, benestante, dotto, e di riuscita esperienza, si è voluto per impegno eletto a detta carica il sud[ett]o D. Raffaele Spasiano Mercadante di bottega, che vende pannini, Giovane di primo pelo, non ammogliato, e che viene alimentato dal fratello Primogenito, e quel che è peggio, che abita fuori dell’accennata ottina, quandoche essi ricorrenti i quali rassegnano alla M. V. i loro giusti risentimenti compongono il Ceto magnifico, e maggiore dell’Ottina sudetta fra quali vi sono Dottori di Legge, Mercadanti di ogni sfera assai migliore delle Spasiano, quali uno per uno, van divisando, e che poteano occupare l’anzid[ett]a carica » (ibid.).

66 ASN, Bozze di consulta, vol. 120, doc. 23.

67 L’iter bureaucratique était le suivant : « Havendo la M. V. risoluto di creare il nuovo eletto di questo fedelissimo Popolo, in luogo del passato, che fu Gabriele Burragine, si servi communicare i soliti ordini per la Secretaria di Stato, e della Real Azienda acciò si fosse dalle Ventinove Ottine frà le quali questa Città è divisa proceduto alla Elezzione di due Procuratori per Ciascheduna li quali congregati avessero proceduto alla Elezzione di sei soggetti per poterne la M.V. uno trascegliere. » (ibid.).

68 « La detta carica ancorche sommamente da’altri desiderata, non lascia di esser popolare, e l’esercitarsi dal Suppl[ican]te renderebbe pregiudicato il medesimo, e tutta la sua famiglia nella giusta, e nota causa che tiene di reintegraz[io]ne agl’onori del Sedile di Montagna, come han goduto l’antichi suoi progenitori, la quale stà da gran tempo nel vostro S[acro] R[egio] C[onsiglio] introdotta, e per tale effetto giammai ne esso Suppl[ican]te, ne alcun altro della sua famiglia anno voluto ingerirsi in cariche publiche, e popolare, essendosi contentati di passare gentiluomini fuori Piazza, sicome in occasione di guardie, o altre consimili, sono stati tenuti, tassati, e riguardati » (ibid.).

69 Voir Alessi, 1992.

70 Sur les nouveaux découpages territoriaux liés à la réforme de police, voir Marin, 1993 et 2003.

71 Article 14 de la loi, publiée le 7 janvier 1780, instituant la nouvelle police royale. Gatta, Regali dispacci, t. ii, partie III, pp. 481-492.

72 « Con questa occasione ci siam risoluti di manifestare al Sovrano […] il disordine, che sempre inutilmente la Gran Corte ha detestato, cioè, che i Capodieci delle ottine di tutta Napoli siano destinati al di loro ufficio dall’Eletto del Popolo, e che dalle di lui ordinazioni dipendano. Quale rapporto mai ebbe l’Eletto del Popolo con la giustizia, e con la Polizia della Città. Fratanto i Capodieci con la giustizia han tutta l’influenza, avvegnacche ai Capodieci sono, o debban esser noti i facinorosi dell’ottina. E tutta l’influenza hanno ancora con la pulizia, avvegnacche eglino provveggono le ronde de’testimoni estraguardia ; e poi per corona dell’opera, il grande, ed interessantissimo ramo de’passaporti, che nè punto nè poco han che fare con l’Eletto del Popolo, dai Capodieci comincia, e può dirsi, che a loro finisce. A cotesto disordine preghiamo V.M. di accorrere per modo, che abolito così fatto vizioso sistema, la scelta de’Capodieci sia tutta della disposizione della Gran Corte, e di ciaschedun Giudice nel suo Quartiere, acciocche provveduto questo ufficio di probi maestri di bottega, siano al Giudice del Quartiere di secondo mezzo per la notizia de’ facinorosi », (ASN, Police, consulte, 26, fo25).

73 Ibid.

74 Rappelons à ce sujet que Di Blasio, Ragionamento intorno all’Ufficio de’Capitani delle Ottine, p. 19, note « nemmai si accorda passaporto, per chi vuol uscire dal Regno, se prima da’Capitani delle Ottine, non si sia fatta fede della vita, e costumi di colui, che dal Regno vuol partire ».

75 ASN, Police, consulte, 23, fo 735.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Élus du Peuple (1495-1799)a
Légende a Source : Capasso, 1876-1899, vol. 2, pp. 322-342.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1303/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1303/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Élus du Peuple (1495-1799) : durée des gouvernementsa
Légende a Source : Capasso, 1876-1899, vol. 2, pp. 322-342.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1303/img-3.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Durée des gouvernements des Élus du Peuple supérieurs à la norme
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1303/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Marin et Piero Ventura, « Les offices « populaires » du gouvernement municipal de Naples à l’époque moderne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 115-139.

Référence électronique

Brigitte Marin et Piero Ventura, « Les offices « populaires » du gouvernement municipal de Naples à l’époque moderne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2007, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1303

Haut de page

Auteurs

Brigitte Marin

École française de Rome

Piero Ventura

Università di Napoli – L’Orientale

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org