Navigation – Plan du site
Couronne espagnole et magistratures citadines à l’époque moderne

La noblesse de la municipalité havanaise (1763-1838)

La nobleza de la municipalidad habanera (1763-1838)
The Nobility in the Municipality of Havana (1763-1838)
Dominique Goncalvès
p. 185-205

Résumés

La très forte relation entre élites et municipalité (Cabildo) qui est depuis longtemps établie pour la société d’Ancien Régime espagnole, qu’elle soit coloniale ou péninsulaire, prend une dimension particulière à La Havane, en raison de la très forte teinte aristocratique qui y prédominait. Après avoir rappelé les homologies entre les charges municipales et les titres de Castille, la réflexion se centre sur la prépondérance en termes numériques des élites aristocratiques, maîtresses des plantations de canne à sucre, dans la composition du Cabildo. Un travail de dénombrement et d’identification des alcaldes ordinarios, comme des familles possédant une charge de regidor, révèle en effet la force de la relation entre aristocratie et municipalité qui, du reste, se produit au détriment d’une élite de commerçants. Ce lien si marqué entraîne un jeu de pouvoirs complexe entre l’aristocratie municipale et la Couronne espagnole. Car cette dernière doit limiter l’appétit de pouvoir de sa noblesse absolutiste tout en s’appuyant sur celle-ci pour affermir son trône face aux menaces indépendantistes et libérales. C’est alors l’idée de symbiose qui domine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est seulement pour une raison pratique que cette réflexion trouve comme seconde limite l’année 18 (...)

1Monarchie, noblesse et municipalité ont en commun de représenter, à des degrés divers et à des titres différents, la supériorité politique et sociale. Le roi est à la tête de l’État, la noblesse constitue l’élite sociale dominante, et la municipalité regroupe les personnes les plus influentes pour le gouvernement d’une ville et de sa région attenante, tout en étant souvent un tribunal de première instance. Bien que ces trois acteurs ne puissent être placés sur un pied d’égalité, ne serait-ce que parce que le roi imprime sa marque à la noblesse et que des rouages administratifs lui permettent de contrôler et d’intervenir dans la gestion des municipalités, les rapports qui les régissent ne sont pas empreints d’une seule verticalité hiérarchique. La monarchie, la noblesse et la municipalité entretiennent au contraire des liens fort complexes où les valeurs d’identité, la tradition, les intérêts économiques personnels et collectifs sont les moteurs d’une intense dynamique marquée par la recherche d’un équilibre et d’une complémentarité. Cela est d’autant plus vrai lorsque la municipalité se pare d’atours aristocratiques. Tel est le cas de la municipalité havanaise — nous dirons le Cabildo— durant une partie de son histoire. L’accentuation du caractère aristocratique du patriciat créole commença en 1763, au lendemain de la restitution par l’Angleterre de La Havane, dont elle s’était emparée au cours de la guerre de Sept Ans1. L’Espagne avait cruellement ressenti la perte de ce port, que sa position et sa configuration convertissaient en un point géostratégique majeur de l’Empire. Durant les onze mois de l’occupation anglaise, une petite partie des membres du Cabildo avait activement collaboré avec l’envahisseur, tandis que la majorité afficha une passivité particulièrement profitable pour ses affaires sucrières. Pour la monarchie, la reprise en main et la conservation sur la longue durée de ce verrou militaire qu’elle était incapable de défendre seule nécessita donc la mise en place d’une politique bien spécifique envers les élites. L’objectif qui fut alors défini consista à transformer les élites qui contrôlaient le Cabildo en une véritable force totalement dévouée au service du roi. Cela revenait à « aristocratiser » ces élites. Dès lors, le Cabildo put développer ce caractère de grande noblesse qu’il portait en germe. Ce sont les teintes aristocratiques soutenues de cette municipalité tropicale qui, forçant des nuances que l’on retrouve dans d’autres cabildos, tant en Amérique que dans la Péninsule, permettent à l’œil de mieux percevoir les liens sociaux, institutionnels et politiques entretenus entre le roi, les aristocrates et la municipalité.

2Pour tenter de comprendre ces interrelations et ces interactions, une première réflexion doit aborder les points communs, tant au niveau des valeurs partagées que des similitudes des lois régissant la municipalité et l’aristocratie. Ce cadre général, éclairé par l’exemple havanais, pourra ensuite être recentré autour d’une étude prosopographique consacrée aux maires et aux échevins — dont nous conserverons ici l’appellation originale de regidores et alcaldes ordinarios— afin de tenter de mesurer l’influence de la noblesse titrée au sein du premier organisme de pouvoir créole. Ces points définis, nous serons en mesure d’évaluer la solidité des liens qui unissaient le premier port cubain au roi d’Espagne.

Charges municipales et valeurs nobiliaires

3Il n’est plus à démontrer combien l’aristocratie et la monarchie sont étroitement liées. En revanche, les rapprochements qui peuvent être faits entre l’aristocratie et la municipalité sont moins évidents. Pourtant, à bien y regarder, les similitudes sont nombreuses, augurant une complémentarité particulièrement susceptible de fortifier une élite locale.

Des valeurs communes

4La société d’Ancien Régime avait fait de l’honneur une de ses principales fondations. En Amérique coloniale, cela prit encore plus d’importance du fait de la geste de la conquête et du côtoiement de populations indigènes ou esclaves, puisque la première magnifiait l’idéal de chevalerie tandis que l’autre exacerbait l’idéal de pureté de sang. Chevalerie et bonne généalogie constituaient les premiers échelons de l’honneur et donc de la noblesse des individus et des familles. À tel point que cette noblesse et cet honneur devaient être immédiatement perceptibles et, à cette fin, obéir à une série de codes reconnus par tous. Les préséances, le traitement réservé et l’apparat étaient les premiers de ces indicateurs qui positionnaient les hommes dans la société.

  • 2 AGI, section Títulos, liasse 12 a, dossier Conde de Vallellano.

5Le Cabildo partageait avec la noblesse ce souci de rendre sa prééminence immédiatement visible grâce à certains attributs. Aux privilèges nobiliaires de porter l’épée ou de timbrer d’une couronne son blason répondaient les beaux uniformes du Cabildo et l’usage de bâtons à pommeaux dorés. Il convient à ce propos de rappeler la forte symbolique de la tenue vestimentaire du Cabildo havanais : elle était bleue, avec une doublure intérieure couleur canne à sucre. Elle faisait référence à l’origine de la fortune des membres du Cabildo et distinguait celui qui la portait. On pourrait même penser, à lire la créole Josefa Ambulodi y Arriola, que l’apparence comptait autant que le pouvoir réel. Car, le 28 janvier 17852, elle prit la plume pour demander au roi, au nom de son fils, qui venait d’être fait comte de Vallellano, une charge de regidor en exercice « avec droit d’utiliser le bâton à pommeau doré, et les prérogatives des autres, ajoutant en plus de pouvoir entrer dans le Cabildo en portant l’épée à la ceinture ». Elle précisait aussi que si le roi ne conférait qu’un titre de regidor honorario, autrement dit une charge de gouvernement sans exercice, il fallait pour le moins qu’il conservât à son fils le droit d’entrer au Cabildo son épée au côté.

  • 3 Ibid., section Ultramar, liasse 89.

6En raison de la stricte étiquette qu’elles comportent, les cérémonies privées ou officielles sont un autre indicateur fondamental des hiérarchies. Dans celle des honneurs, le Cabildo havanais prend place juste après le gouverneur et capitaine général, représentant du roi. Une description de la procession solennelle du 22 juillet 1808 au cours de laquelle la population havanaise, peu après avoir appris le soulèvement de Madrid et l’abdication de Bayonne, jura fidélité à Ferdinand VII, est éloquente à ce sujet. On apprend ainsi que c’est sur le balcon de la municipalité, richement décoré d’un tissu damasquiné — et non pas celui du capitaine général — que furent exposés aux yeux de tous la bannière royale et le portrait du monarque. Au début de la cérémonie, se rassembla sous ce balcon, en grande tenue et montée sur des chevaux superbement harnachés, une partie des membres du Cabildo accompagnés du second du capitaine général. Puis ce dernier vint les rejoindre, escorté de l’autre partie du Cabildo, eux aussi tous élégamment montés. Le regidor alferez real du Cabildo remit la bannière royale au capitaine général, qui l’amena aux portes de la cathédrale, où l’évêque l’attendait pour la bénir. Le long du trajet, la première autorité de l’île était placée au centre du cortège, les alcaldes et regidores le suivaient répartis en deux colonnes, tandis que les huissiers les précédaient, richement vêtus de velours cramoisi, sonnant du clairon et portant les sceptres, symboles de l’autorité de cette administration. Cet aperçu du décorum médiéval montrait aux yeux de la population rassemblée l’importance sociale et politique de la vingtaine de créoles qui composaient la municipalité. Ceux-ci étaient bien sûr très vexés de tout manquement à l’étiquette. Ainsi, lors de la cérémonie d’obsèques de la reine Marie Amélie Josèphe de Saxe, en 1829, le capitaine général décida d’interposer, entre la première place qu’il occupait et celles qui revenaient de droit juste après lui au Cabildo, deux sièges destinés à des consejeros honorarios de guerra. Le Cabildo sur le moment s’inclina mais, piqué au vif, envoya une lettre de protestation à Ferdinand VII, qui lui donna raison3.

7D’autres rapprochements encore peuvent être établis entre municipalité et noblesse. La marque de la supériorité sociale devait se voir dans les palais, la nombreuse domesticité, les riches attelages, mais aussi dans les dons faits aux pauvres et par les fêtes données lors d’événements importants et auxquelles on conviait le peuple. En retour, cette libéralité conférait respect, pouvoir et crédit aux aristocrates. Ces trois attributs étaient un moyen précieux pour faire fructifier leurs plantations de canne à sucre.

8Il en allait de même avec les charges du Cabildo qui contraignaient leurs titulaires à certaines dépenses. Ainsi le regidor alguacil mayor, qui dans un curieux amalgame assurait l’administration de la prison et de l’abattoir, devait payer les frais de transports des animaux qu’on lui amenait depuis les champs et prenait à sa charge l’entretien de ces deux centres. Le regidor alcalde mayor provincial de la Santa Hermandad, qui coiffait ce que l’on pourrait comparer à un corps de police, n’hésitait pas, pour donner plus de lustre à sa fonction et à ses hommes, à prendre sur ses deniers pour leur donner de plus beaux uniformes. D’une façon plus générale, faire partie de la municipalité était forcément une source de dépenses, parce que toute appartenance à un groupe prestigieux amène à faire preuve de largesse, ne serait-ce que parce qu’il faut pouvoir faire des présents pour être accepté.

9En retour, les membres recouvraient des taxes s’apparentant fort à des droits seigneuriaux : le regidor alguacil mayor percevait une taxe appelée derecho de puñalada, d’un montant de trois réaux pour chaque bovidé abattu. Il avait droit de visite dans toutes les boutiques et sur tous les navires de libre commerce qui entraient au port ; sans auncun doute, il en retirait quelques profits.

  • 4 Ibid., section Títulos, liasse 9, dossier San Lorenzo.

10Lorsqu’en 1824 le fils du comte de Casa Barreto se plaignit auprès du roi de la suppression des émoluments attachés à sa charge de regidor alcalde mayor provincial de la Santa Hermandad, il déplorait une perte sèche de 7 000 pesos par an4. Le Cabildo dans son ensemble ne manquait pas de faire preuve de générosité, même avec l’argent des autres, distribuant lors des cérémonies religieuses des aumônes aux pauvres, ou du vin lors des réjouissances populaires. La cité, toujours avide de spectacles et prompte à faire la fête, reconnaissait immédiatement lors de ces événements la puissance des donateurs, ce qui l’incitait à développer un sentiment de prudent respect.

11Honneur et libéralité étaient des valeurs partagées conjointement par la municipalité et la noblesse havanaises. Cela définissait un solide socle commun, sur lequel se dressaient des constructions parallèles : les charges municipales et les titres nobiliaires. C’est non plus à l’aune des valeurs mais selon le droit qu’il faut maintenant tenter de comparer ces deux éléments.

Les similitudes institutionnelles des titres de Castille et de la charge des regidores

12Bien qu’il semble au premier abord difficile de comparer d’un point de vue institutionnel les titres, qui sont avant tout une sorte de dignité prestigieuse dont le nombre n’obéit pas à un contingent fixé, avec les quelques charges de regidores qui, hormis celles purement honorifiques, impliquent des fonctions de gouvernement aux compétences bien définies, des similitudes flagrantes apparaissent dans leur mode d’acquisition ou de transmission.

13La première ressemblance concernait leur mode d’acquisition. Pour intégrer l’aristocratie comme la municipalité, il fallait en faire la demande expresse au monarque, par l’intermédiaire de la Chambre de Castille. Cette demande s’accompagnait d’une procédure consistant essentiellement à prouver son hidalguía, ses mérites personnels ou ceux de sa famille, ainsi que sa fortune. En ce qui concerne les titres, ces trois conditions furent définies par la cédule royale du 13 novembre 1790 qui, cependant, ne fit que légaliser ce que la coutume demandait depuis fort longtemps. Dans les deux cas également, lorsque le monarque consentait à la demande, le nouveau bénéficiaire devait, pour jouir pleinement de son titre ou de sa charge, verser une contribution dans les caisses royales appelée media anata.

  • 5 Ibid., section Ultramar, liasse 26, dossier 9.

14Mais, plus importante encore que ces trois conditions, ou se fondant parfois dans la première, était l’acceptation préalable du groupe que l’on voulait intégrer. Parce qu’il pensa pouvoir s’en passer, José Cayetano Pichardo y Zereceda connut une bien triste aventure. En 1804, ce réfugié de Saint-Domingue demanda une charge de regidor avec exercice à Charles IV, en dédommagement de celle qu’il avait perdue à Santiago de los Caballeros5. Ce maître de plantation avait dû s’enfuir précipitamment de l’île révoltée quelques années plus tôt, emmenant avec lui ses onze enfants et trois autres neveux. Là-bas, il était riche et considéré, mais à La Havane il se disait réduit à l’indigence. Aussi avait-il bien précisé dans sa sollicitation qu’il ne demandait la charge que pour pouvoir se constituer un revenu grâce à sa revente, non pour l’exercer directement. Le roi accéda à sa requête sans consulter le Cabildo et sans se douter qu’il prolongerait et accentuerait ainsi les ennuis de Pichardo. Car, sitôt nanti de la précieuse charge, Pichardo courut à la nouvelle Audience de Puerto Príncipe, à Cuba, pour terminer la procédure d’enregistrement et la mettre en vente. Mais l’Audience entraîna Pichardo dans un labyrinthe administratif, réclamant papiers et certificats toujours manquants, l’obligeant à de fréquentes allées et venues entre La Havane et Puerto Príncipe, qui l’appauvrirent davantage. Cette complexité administrative n’était qu’un prétexte car l’Audience faisait traîner l’affaire à la demande du Cabildo et du capitaine général : ce dernier, parce qu’il était par principe opposé à tout élargissement numérique du Cabildo, puisque cela renforçait le pouvoir de cette institution au détriment du sien ; et le Cabildo, parce que s’il cherchait en effet à s’élargir, ne voulait pas pour autant accepter n’importe qui dans ses rangs. Comme la grâce royale ne portait pas clairement inscrite la possibilité de revente, et que même dans ce cas quelques commerçants auraient pu tenter de la racheter, le Cabildo fit toujours bloc pour qu’elle ne soit jamais définitivement accordée à Pichardo. La guerre d’Indépendance paralysa encore la procédure et en 1816 Pichardo, complètement ruiné, se résolut à demander une place d’officier dans l’administration plutôt que ce poste de regidor qu’il ne parvenait pas à faire valider.

  • 6 Ibid., section Títulos, liasse 7 b, dossier Conde del Real Servicio, et section Santo Domingo, lias (...)

15Une aventure similaire arriva à Gerónimo del Pozo y Miranda, éleveur de bétail très fortuné de Guanabacoa, petite localité voisine de La Havane, lorsqu’il sollicita un titre de Castille6. La loi l’autorisait à choisir la titulature exacte, et il proposa celui de comte du Real Servicio, qui faisait référence au service qu’il avait rendu à la monarchie en ravitaillant en viande, à très bas prix, le corps expéditionnaire parti reconquérir la Floride quelques années plus tôt. La procédure était bien engagée en sa faveur lorsque le capitaine général fit parvenir à la Chambre de Castille, qui instruisait le dossier, une plainte signée par les chefs des principales familles de La Havane s’opposant vigoureusement à la sollicitation de Pozo. Les accusations lancées contre lui étaient nombreuses mais pouvaient se résumer en un mot : l’étiquette de « matador » que voulait lui coller l’aristocratie du sucre havanaise. Il est probable que Pozo y Miranda avait de l’argent, mais il n’avait pas de plantation de canne à sucre, mais presque exclusivement des têtes de bétail ; et, de plus, il ne comptait aucun parent, même lointain, parmi les prestigieuses familles havanaises. C’étaient pourtant les conditions fondamentales, celles-là mêmes qui permettaient l’entrée au Cabildo. Il fut alors facile à ces familles de se grouper contre lui et de stopper net et définitivement une procédure que, dès le départ, Pozo n’avait pas accompagnée de témoignages favorables provenant de personnes à la prééminence sociale établie.

  • 7 Ibid., section Santo Domingo, liasse 1976.

16Les transmissions présentent plus de points communs encore que les créations. En effet, les charges de regidor, de même que les titres, étaient héréditaires et pouvaient être inclus dans des majorats (c’était une obligation pour les seconds), et les nouveaux possesseurs devaient, avant d’en jouir, payer la media anata. Lors des formalités de succession, en attendant d’avoir le certificat de l’enregistrement officiel expédié depuis Madrid, les héritiers pouvaient solliciter du capitaine général une lettre provisoire pour exercer la charge ou porter le titre. Les deux pouvaient se vendre sous certaines conditions, la première consistant pour l’acheteur à prouver son hidalguía. Cependant, l’une et l’autre étaient jalousement conservées au sein des familles, avec plus de soin encore pour les titres, dont le prestige et les avantages qu’ils procuraient étaient incomparables. Pour la période qui nous occupe, aucun aristocrate havanais ne se défit du sien, mais on a pu observer quelques ventes de charges, le plus souvent par nécessité. En 1791, Antonio José Veitia y Castro, deuxième marquis du Real Socorro, bien qu’il appartînt à l’une des familles les plus riches de Cuba et qu’il eût des enfants pour lui succéder, céda sa charge de regidor depositario general à José Armenteros y Zaldivar. Peut-être ne pouvait-il attendre l’héritage de son père pour vivre dans l’opulence, ou préférait-il les affaires à la politique, ce qui justifierait également le prix très élevé qu’il en demanda : 40 000 pesos, plus une hacienda de bétail et une grande maison à La Havane7. Ce prix élevé s’expliquait aussi par le fait que le roi créait peu de charges, comme nous le verrons.

  • 8 Ibid., liasse 1192.
  • 9 Ibid., section Títulos, liasse 2, dossier Casa Calvo.
  • 10 AOHCH, section Actas capitulares, livre 48.
  • 11 Ibid., livre 51.

17Un avantage que la loi conférait aux charges par rapport aux titres est qu’elle permettait aux regidores de déléguer leur pouvoir ou, comme l’on disait, de nommer un lieutenant, « nombrar un teniente ». Certes, le propriétaire ne pouvait imposer un candidat à l’assemblée et devait au contraire toujours obtenir l’assentiment de cette dernière sur la personne qu’il voulait introduire. Il n’en reste pas moins que, lorsque cet accord était donné, il y avait là un bon moyen de se constituer une clientèle de gens obligés, tous reconnaissants de participer à la prestigieuse assemblée et, pour certains, d’y avoir fait leur entrée. Lorsqu’en novembre 1781 Francisco Calvo de la Puerta y O’Farrill hérita de son père à la fois le titre de comte de Buenavista et la charge de regidor alguacil mayor8, il nomma peu de temps après son frère Nicolás9comme son suppléant, puis Miguel Cárdenas y Santa Cruz10, et enfin le marquis de Prado Ameno11. Or, quoi de plus naturel pour la noblesse que de se constituer des pyramides de fidélités ?

18Il existe ainsi, dans le droit comme dans la pratique, bien des ressemblances entre charges municipales et titres de noblesse. À tel point que l’on pourrait se demander si le Cabildo ne serait pas une antichambre de la noblesse titrée.

L’entrée au Cabildo, un premier pas utile pour obtenir un titre ?

19Au-delà de la similitude entre les charges de regidores et les titres de Castille, d’autres dispositions légales associaient le pouvoir municipal et la noblesse. Tout d’abord, c’est devant cette assemblée des échevins qu’étaient produites d’une manière officielle les preuves d’hidalguía expédiées par la Chancellerie de Valladolid, ou les certificaciones de armas, et c’est devant elle également qu’il était donné lecture des titres de noblesse conférés à des personnes de la colonie. Par ailleurs, lorsque la Chambre de Castille désirait compléter ses informations à propos d’un prétendant à un titre, elle pouvait charger un membre de la municipalité, le sindico procurador general, d’aller recueillir l’avis de quelques témoins dont elle lui laissait le choix. Enfin, et surtout, on ne pouvait prétendre à une charge de regidor, et à plus forte raison d’alcalde ordinario, si l’on ne jouissait pas au moins du privilège de hidalguía.

20C’est donc tout naturellement que certains aspirants à un titre de Castille incluaient dans leur requête les informations sur leur éventuelle participation à la municipalité havanaise, soit comme titulaire d’une charge, soit comme teniente de regidor, soit comme alcalde ordinario. Mais encore fallait-il savoir utiliser judicieusement cet atout. Ainsi, en 1819 Francisco de Peñalver y Cárdenas fut débouté de sa demande d’un titre de comte, car il avait compté comme des services personnellement rendus son bilan positif comme regidor et ses fonctions de commissaire annuel de La Havane. La Monarchie considéra qu’avoir fait correctement son travail était insuffisant et que sa participation au sein de la prestigieuse assemblée ne confirmait que sa noblesse, ce qui était du reste inutile puisque son appartenance à l’une des principales familles patriciennes était notoire.

  • 12 AGI, section Títulos, liasse 2, dossier 7.

21Pour ceux dont l’hidalguía était plus difficile à prouver, la participation au Cabildo pouvait sembler présenter un avantage. C’était, de fait, la principale institution nobiliaire en l’absence de maestranzas, et d’un prestige bien supérieur à celui des régiments de milices ; d’où le prix exorbitant que certains étaient prêts à payer pour se procurer une charge. C’est en tout cas ce que semble indiquer la démarche de José Armenteros y Zaldivar, que nous venons d’évoquer. Cinq ans après avoir acheté au marquis du Real Socorro sa charge de regidor depositario general selon les conditions définies, il demanda officiellement à pouvoir s’appeler marquis de Casa Armenteros. Pour appuyer sa requête, il faisait valoir une fortune évaluée à plus de 500 000 pesos, des dons de caisses de sucre comme service pour la Monarchie durant la dernière guerre contre la France et la construction à ses frais de deux ponts provisoires près de La Havane pour remplacer ceux qu’une tempête tropicale avait emportés. Sa noblesse, enfin, était attestée par toute une série de pièces dont la principale était cette charge de regidor. Or, à Madrid, l’examen minutieux du dossier réduisit à peu de chose les services avancés et surtout, en débrouillant la généalogie passablement compliquée que présentait Armenteros, on s’aperçut qu’un de ses ancêtres aurait eu deux mères12 ! Au vu de cela, la Monarchie décida en 1797 de ne pas accéder à sa demande, mettant fin à une ambition qu’il avait essayé de réaliser six années plus tôt en achetant cette charge de regidor, qu’il s’était à tort imaginé être une sorte de « savonnette à vilain ».

22Cependant, la loi était une chose et la coutume une autre. Car, entre 1763 et 1838, sur les quarante-quatre personnes que le roi distingua par un titre de Castille, une grandesse d’Espagne (effective ou honorifique), vingt-trois avaient occupé au préalable une fonction importante au sein de la municipalité havanaise. C’est là une proportion qui peut laisser supposer qu’avoir été alcalde ordinario était un élément de poids pour obtenir un titre. Cette constatation ne peut qu’inciter à affiner l’analyse de la composition sociale exacte du Cabildo pour se rendre compte de la portée des influences aristocratiques et du poids des traditions.

L’influence de la strate nobiliaire dans la composition du Cabildo

Méthode d’approche

23La plupart des études sur l’île de Cuba au xviiie siècle mettent à juste titre en avant, au vu de noms qui reviennent fréquemment dans l’histoire politique et économique de l’île, le rôle prépondérant d’un noyau assez réduit de créoles maîtres des grandes plantations de canne à sucre dont la fortune leur assurait la direction effective de la Colonie, raison pour laquelle on les a qualifiés de « saccharocrates ».

24Or, jusqu’à présent, aucun travail n’a permis ni de dresser la liste exhaustive des membres de ce groupe ni de mesurer son degré de contrôle sur les organismes de pouvoir, au premier rang desquels figure donc le Cabildo. Réfléchir sur la composition exacte du Cabildo peut constituer une approche importante de cette « saccharocratie », qui doit nécessairement être complétée par un recensement de tous les possesseurs havanais de titres de Castille ainsi que par l’étude prosopographique d’un autre organisme de pouvoir chargé de promouvoir les intérêts économiques des planteurs et des commerçants : le Consulat royal. Nous pouvons donner ici un aperçu de la tâche à accomplir en analysant le résultat des élections annuelles d’alcaldes ordinarios, qui sont les plus importants mandats électifs pour la période considérée, et en étudiant la conservation ou la transmission des charges héréditaires de regidores.

  • 13 La composition du Cabildo est écrite sur les registres officiels le 1er janvier de chaque année, lo (...)
  • 14 Elle comprend à l’heure actuelle quelque 240 000 fiches dont chacune concerne un événement particul (...)
  • 15 Comme Fichoz, régie par les mêmes dispositions, elle a été créée par Jean-Pierre Dedieu et comprend (...)
  • 16 C’est un travail dont nous avons pu vérifier, après sondages ponctuels dans les archives, l’extrême (...)

25Pour déterminer avec précision qui occupait ces postes et pour connaître l’environnement social et familial des alcaldes ordinarios et regidores, il a fallu procéder en deux étapes. La première a bien évidemment consisté à identifier avec précision tous les alcaldes ordinarios et regidores qui se sont succédé durant la période de référence13. Par son ampleur, le traitement des données recueillies a nécessité une gestion informatique. Ces noms ont été rentrés, quand ils n’y figuraient pas déjà, dans deux grandes bases de données nommées Fichoz et Hérédis. La première, qui fonctionne sous le logiciel FileMaker Pro, permet, entre autres, de reconstituer des biographies à partir de sources les plus diverses14. La base Hérédis15, qui fonctionne sous le logiciel du même nom, reconstitue les liens familiaux. Pour le domaine havanais, cette base a été complétée presque totalement à partir de la grande enquête généalogique réalisée sous la direction du comte de San Juan de Jaruco y Santa Cruz de Mopox16.

Comte et alcalde ordinario

26Deux alcaldes ordinarios exerçaient chaque année un mandat de six mois chacun. Entre 1763 et 1838, nous avons retenu 148 mandats, excluant les alcaldes ordinarios élus lors des périodes constitutionnelles de 1812 à 1814 et de 1820 à 1823. Car, durant ces moments, les modes d’élection traditionnels ont été bouleversés, ce qui fausse l’analyse. Ces 148 mandats ont été exercés par 133 personnes puisque certaines ont été réélues une ou deux fois et que d’autres ont assuré un intérim. Sur ces 133 personnes, il n’y en a que 16 pour lesquelles nous ignorons tout de leur origine sociale comme de leurs alliances matrimoniales, ce qui permet d’affirmer avec certitude qu’ils n’avaient aucun lien familial, proche ou lointain, avec les grands clans patriciens que d’autres recherches ont permis de saisir dans leur globalité. Ce petit groupe exclu, restent 117 alcaldes ordinarios de La Havane (soit plus de 87 % du total), qui constituent notre objet d’étude.

27Considérant maintenant ce groupe de 117 personnes connues, nous pouvons affirmer que 25 seulement n’avaient au moment de leur accession à la plus haute magistrature créole aucun parent qui les avait précédés comme membre du Cabildo. Cette dernière soustraction délimite un groupe de 92 alcaldes ordinarios sur 133 ayant eu un parent qui, avant eux, avait exercé une charge de regidor, été élu alcalde ordinario, ou occupé un autre poste au sein du Cabildo. Nous sommes donc certain que plus de 69 % du total des alcaldes ordinarios avaient été précédés par un parent au sein du Cabildo. Ce chiffre élevé montre déjà combien le premier pouvoir créole était concentré entre quelques familles.

28Il est possible d’affiner le résultat en précisant le degré de parenté qui liait l’alcalde ordinario et le membre de sa famille ou de sa belle-famille qui l’avait précédé au Cabildo. Par souci de clarté, pour chaque alcalde ordinario, nous n’avons cherché à vérifier que l’éventuelle présence au Cabildo du père, du beau-père, ou d’un oncle paternel et d’un frère. En cas de cumul, nous n’avons retenu que le lien que nous considérons le plus fort : le frère s’efface devant le beau-père, qui s’éclipse devant le père. Ceci nous permet de dresser le tableau suivant :

Relations de parenté entre les alcaldes ordinarios de La Havane et les membres de leurs familles qui les ont précédés au Cabildo, et fonction de ces derniers

Fonction/
degré de parenté

Père ou frère

Beau-père

Oncle paternel

Total

Alcalde ordinario

48

15

8

71

Regidor

8

5

1

14

Autre poste dans le Cabildo

4

3

0

7

Total

60

23

9

92

29Ce classement montre à quel point l’influence du père dans l’élection d’un nouvel alcalde ordinario était fondamentale, puisque plus de la moitié des 92alcaldes ordinarios provenant de familles patriciennes étaient eux-mêmes fils d’alcaldes ordinarios. Si l’on étend l’analyse aux 133 personnes qui forment l’ensemble du groupe, on remarque que plus du tiers (36 %), étaient fils d’un alcalde ordinario, et que, pour 45 % de ce même groupe, le père avait occupé un poste ou une charge au Cabildo. L’influence du beau-père se place immédiatement après celle du père biologique : 17 % de tous les alcaldes ordinarios de La Havane avaient comme plus proche parent à un poste ou à un autre du Cabildo leur beau-père.

30Si l’on considère maintenant les postes occupés par ces prédécesseurs, on remarque sans surprise la nette prépondérance de celui d’alcalde ordinario. Plus de 53 % des alcaldes ordinarios avaient eu un père, un beau-père, un frère ou un oncle qui les avait précédés dans cette fonction. Il existe même des lignées d’alcaldes ordinarios. On aurait pu affiner encore ces chiffres en prenant en considération les cousins ou les oncles maternels, mais cela n’aurait que renforcé le rôle fondamental de la proche famille pour accéder à la première magistrature créole de l’île. L’élection de 25 personnes — auxquelles il faut ajouter les 16 inconnus — qui ne faisaient pas partie de ce sérail biologique montre cependant que si le système était bien contrôlé, il n’était pas fermé pour autant. Ces 41 personnes sont pour la plupart d’anciens hauts fonctionnaires péninsulaires, ou quelques aristocrates métropolitains en voie d’enracinement à Cuba. Les amitiés qu’ils avaient entretenues au cours de leur carrière, les possibilités qu’offraient les réseaux de relations provenant de leur position sociale en faisaient des alcaldes de choix. Une fois intégrés, ils perpétuaient et défendaient avec toute la force des néophytes les valeurs traditionnelles de la « saccharocratie ».

31Cette intense cooptation, au sein d’un nombre réduit de familles, permet de mesurer avec une certaine précision leur capacité d’influence. Un autre indicateur plus direct est fourni par le statut social des 133 alcaldes ordinarios recensés : 18 d’entre eux portaient, au moment où ils exerçaient leur fonction, un titre de Castille. De plus, bon nombre des alcaldes ordinarios non titrés étaient, comme l’on s’en doute, fils ou gendre de titrés. Or, avant 1838 il n’y eut jamais plus d’une cinquantaine de titres de Castille parmi les familles créoles : c’est dire encore une fois la domination qu’exerçait la haute aristocratie sur la municipalité havanaise. Cette concentration du pouvoir prend un autre relief encore si l’on se penche sur les titulaires d’une charge de regidor.

La conservation des postes de regidor au sein des mêmes familles

  • 17  Il semble qu’à La Havane il n’y ait eu que deux catégories en vigueur contre trois dans d’autres v (...)

32Sans prétendre à une étude institutionnelle complète, il n’est pas inutile de mentionner, même brièvement, les attributions particulières de quelques charges de regidores afin d’imaginer la puissance sociale et politique qu’elles conféraient à leurs détenteurs. Le regidor alferez real proclamait l’avènement du nouveau monarque. Nous avons vu que le regidor alcalde mayor provincial de la Santa Hermandad était une sorte de chef de police, ses compétences s’étendaient à la poursuite des esclaves marrons jusque dans les campagnes environnantes. Le regidor depositario general intervenait dans les affaires compliquées de succession, gardant les héritages avant que la justice ne se prononce, et mettait aux enchères publiques les biens de certains condamnés. Le regidor fiel ejecutor contrôlait la qualité des denrées alimentaires vendues sur les marchés. Le regidor receptor de penas de cámara gérait les amendes infligées par la municipalité. À ces charges aux contours définis, qui subirent quelques modifications durant la période étudiée, s’en ajoutaient quelques autres sans attributions particulières, afin peut-être d’achever de couvrir les principaux domaines de la sphère publique. On comptait en 1838 un total de 17 charges de regidor, qu’elles soient de plein exercice (dites de vara y voto), ou plus simplement de honores17. Il est inutile et de toute façon impossible d’établir une classification de l’ascendance des regidores semblable à celle qui vient d’être réalisée pour les alcaldes ordinarios ; impossible, à cause de l’imprécision des sources, puisque dans les registres municipaux règne la confusion entre les regidores en titre et leurs suppléants ; inutile, car le faible nombre de charges de regidor et leur mode de transmission héréditaire incitent davantage à prendre en compte la famille que l’individu. C’est pourquoi le tableau suivant présente en parallèle le nombre de titres de Castille qu’obtinrent certaines familles entre 1763 et 1838 et le nombre de charges de regidor ou de teniente de regidor qu’elles occupèrent à la même période. À titre de comparaison, nous avons ajouté le nombre de mandats d’alcalde ordinario qu’accomplirent ces mêmes familles.

La concentration du pouvoir municipal dans les mains de quelques familles (1763-1848)

Noms des familles

Nombre de charges (regidor ou teniente) occupées

Nombre de titres obtenus

Mandats d’alcaldeordinario accomplis

Peñalver

13

5

12

Cárdenas

9

3

9

Herrera

7

3

7

Arango

6

1

4

Calvo Puerta

5

2

3

Montalvo

3

2

4

Valdes

3

1

5

Recio

3

1

4

  • 18 Goncalvès, 2003.

33On le voit, l’ensemble justifie parfaitement cette impression souvent ressentie du contrôle de la municipalité havanaise par quelques familles aristocratiques, mais en les désignant nommément. Ce que ce tableau ne montre pas, mais qu’un autre examen révèle, c’est la permanence de l’influence de ces familles tout au long de la période. L’intégration dans ces rangs prestigieux que réussit José Armenteros y Zaldivar par l’achat d’une charge ne constitua qu’une exception. Une approche similaire effectuée sur l’autre grand organisme de pouvoir créole, le Consulat royal, rejoint cette même conclusion18.

  • 19 Moreno Fraginals, 2001, pp. 89-90.

34Pourtant, ce Consulat, qui était chargé de défendre et de promouvoir des intérêts des planteurs et des commerçants semblait avoir été originalement conçu pour représenter à proportion égale ces deux piliers de l’économie. L’influence des planteurs aristocrates l’emportait toutefois sur celle des bourgeois commerçants dont la séparation, pour stéréotypée et convenue qu’elle puisse paraître, n’en était pas moins une réalité fondamentale de la société havanaise19. Une preuve éclatante en est l’absence presque totale de mariage entre les enfants des deux groupes de familles puissantes, aux économies complémentaires, et qui se côtoyaient au moins chaque semaine au sein du Consulat royal. Et il est certain que ce n’était pas les niveaux de fortune qui les séparaient, mais plutôt le sentiment d’appartenir à deux mondes aux valeurs opposées.

35Cette domination de La Havane par quelques familles aristocratiques pouvait se révéler pour le roi un avantage, étant exercée par une catégorie de personnes qui avaient fait de la fidélité au souverain un des fondements de leur identité, mais pouvait également représenter un danger à cause justement de cette trop grande cohésion. Aussi faut-il s’intéresser maintenant aux relations entre la Monarchie et la plus haute institution politique havanaise.

Le roi et le Cabildo havanais

36L’étude des relations entre le roi et le Cabildo havanais est d’autant plus instructive qu’elle dépasse le simple lien entre une ville et une administration centrale pour englober aussi celui qui unit une région coloniale stratégique à une métropole, ainsi qu’une élite aristocratique à la Monarchie. La noblesse municipale devait en effet défendre ses privilèges face au pouvoir royal centralisateur des Bourbons, tandis que le roi d’Espagne nécessitait une noblesse à la fois docile et forte pour conserver l’ordre social. Par ailleurs, les aristocrates créoles souhaitaient pouvoir acheter à l’extérieur tout ce qui était nécessaire à la production de sucre, et vendre celle-ci comme ils l’entendaient. Cette ambition s’opposait diamétralement au rôle pour lequel avaient été créées les colonies. Mais, au cours de la période, les nombreuses menaces qui affectèrent Cuba, ou le pouvoir royal, permirent aux planteurs de montrer à la Monarchie toute l’utilité de leur soutien. De ces intérêts contradictoires et communs émerge un jeu subtil — dont un des terrains est le Cabildo, entre le roi, qui est à la fois acteur et arbitre, et les planteurs, prêts à aider le juge souverain, surtout lorsque leurs intérêts les y incitent.

Le roi gardien de la composition du Cabildo

37Le roi d’Espagne était chaque semaine physiquement présent au sein de l’oligarchie havanaise par l’intermédiaire du capitaine général, qui le représentait et présidait en son nom le Cabildo. C’est cette présence qui peut-être avait rendu inutile la nomination d’un corregidor. Le contrôle n’en demeurait pas moins efficace, d’autant plus que les Bourbons depuis leur accession au trône d’Espagne n’eurent de cesse, dans un effort centralisateur, de limiter les pouvoirs du Cabildo.

38Dès 1715, un décret lui retira la faculté de pouvoir nommer parmi ses membres un capitaine général par intérim, pour confier automatiquement l’emploi au plus haut fonctionnaire présent, donc un péninsulaire. En 1729 furent abrogées les lois de Cáceres, promulguées en 1574, qui avaient reconnu au Cabildo le droit de répartir la terre. Toutefois, cela fut plus ressenti comme une vexation que comme une atteinte aux fondements économiques, puisqu’à cette date les meilleures terres avaient été distribuées depuis longtemps. En 1759, la Monarchie nomma pour la première fois un intendant de marine à La Havane, responsable du port et de l’arsenal : c’était retirer au Cabildo une partie de son influence en ce domaine.

  • 20 Fornet Gil, 2000.
  • 21 Kuethe, 1986.
  • 22 AGI, section Santo Domingo, liasse 1192.
  • 23 Fichoz, AHN, section Consejos, livre 627.

39Face à ces contraintes, la principale réponse de la municipalité fut d’essayer d’augmenter le nombre de ses membres, pensant à juste titre qu’une importance numérique croissante donnerait plus de poids à la défense de ses intérêts. D’autres facteurs étayaient cette volonté : l’attrait du pouvoir — ou de ses apparences —, le désir d’ascension sociale, mais aussi la nécessité de gérer au mieux une ville à la démographie galopante, passant de 45 000 habitants en 1778 à 112 000 en 182720. La création de quelques charges de regidor entrait également dans cette stratégie politique, consistant à fortifier une élite capable de défendre Cuba contre des invasions étrangères21. Domingo de Lizundia Odria y Echevarria fut le premier bénéficiaire de cette nouvelle orientation. Pour récompense de ses services et de son action lors de l’invasion anglaise, le roi créa pour lui la quatorzième charge de regidor perpetuo22 et lui conféra en 1765 le titre de marquis du Real Agrado23. Cependant, cette politique d’ouverture fut très limitée dans le temps, se terminant à la fin des années 1780 (la charge créée pour Pichardo en 1804 n’était qu’un dédommagement pour un réfugié). Entre 1765 et 1789, trois autres charges de plein exercice furent concédées, ainsi que deux autres purement honorifiques. Cela semble peu mais c’est un résultat d’autant plus méritoire pour l’oligarchie que, par un décret du 20 décembre 1775, le roi avait formellement interdit toute nouvelle création de poste. Il revint donc cinq fois sur sa décision pour satisfaire l’élite aristocratique havanaise.

  • 24 AGI, section Santo Domingo, liasse 1142.

40La solution intermédiaire pour contenter l’aristocratie tout en limitant son influence, qui aurait été de ne créer que des charges honorifiques, se révéla rapidement être une mauvaise option. En effet, il s’avéra que leur demande n’était qu’une première démarche pour obtenir peu après la jouissance du pouvoir effectif. Lorsqu’en 1785 Juan José de Zequeira y Palma Beloso obtint du roi le droit de se parer des attributs du pouvoir, il ne termina pas la procédure administrative nécessaire, refusant de verser les 1 000 pesos obligatoires pour l’enregistrement de la grâce, et proposa de tripler la somme pour obtenir les pouvoirs effectifs. Un tel procédé ne pouvait qu’échouer et même compromettre les démarches ultérieures similaires entreprises par d’autres personnes. En 1789, Miguel García-Menocal y Pérez-Velazco fut le dernier à obtenir les honneurs d’une charge de regidor, malgré l’opposition du capitaine général, lequel arguait que cette requête n’était qu’une première étape vers l’obtention complète des pouvoirs24. C’est pourquoi, en 1838, la salle capitulaire ne comprenait que dix-sept regidores de plein exercice.

  • 25 Le marquis de San Felipe y Santiago reçut deux grâces : un titre de Castille (comte del Castillo) e (...)

41La meilleure solution pour contenter et contrôler les appétits des puissantes familles havanaises fut la distribution massive de titres de noblesse. De 1763 à 1838, si la Monarchie n’augmenta le nombre total de regidores que de six, elle concéda en parallèle quarante et un titres de Castille, trois grandesses et un honneur de grandesse25. Les aristocrates havanais furent de plus intégrés massivement dans les ordres militaires et purent bénéficier de nombreuses autres décorations pour orner leur poitrine. Par cette vague d’anoblissement, bénéficiant à une élite régionale d’une ampleur unique dans l’histoire d’Espagne, le roi reconnaissait la prééminence sociale des grands planteurs havanais tout en freinant la croissance de leur pouvoir politique. Cependant, le timide élargissement du Cabildo, eu égard à la croissance démographique exponentielle de la ville et à la fortification de la strate aristocratique, montre bien la limite du crédit que le roi accordait à l’oligarchie havanaise. Avec seize regidores en exercice à partir de 1789, on était encore loin des vingt-quatre que comptaient la majorité des villes espagnoles. Pour autant, méfiance n’était pas défiance et, bien souvent, le roi savait se montrer particulièrement compréhensif et protecteur envers le petit groupe d’aristocrates qui gouvernait La Havane.

Bienveillance et protection royales

42Au risque d’exposer ici une collection d’anecdotes, il semble impossible de mettre en évidence la marque de la protection royale sur le Cabildo sans présenter des interventions ponctuelles que les souverains firent tout au long de la période et dans les domaines les plus divers. La bienveillance royale se remarque aussi bien dans ses jugements et les instructions de gouvernement qui étaient donnés aux chefs métropolitains en poste à Cuba, que dans les fréquents appels à la protection ou à la justice du monarque, demandés à divers titres par les membres de la municipalité.

  • 26 AHN, section Consejos, liasse 20911.
  • 27 Ibid.

43La bienveillance se remarque d’abord au fil des pages des juicios de residencias, ces rapports qui, à Madrid, passaient au crible la gestion de tout l’organigramme cubain dès qu’un capitaine général était relevé de ses fonctions. L’examen effectué alors était particulièrement minutieux et tout manquement aux lois dûment rappelé. Pourtant, les alcaldes ordinarios ou les regidores havanais fautifs bénéficiaient d’une grande indulgence. Par exemple, en 1781, on reprocha à l’alcalde ordinario Miguel de Peñalver d’avoir condamné un voleur de bétail à huit années de travaux forcés en Floride sans avoir écouté la défense de l’accusé26. Bien qu’il ne pût justifier son arbitraire, Peñalver fut purement et simplement absous. La même enquête prouva que Pablo Armenteros, alcalde de la Santa Hermandad en 1783, avait escroqué quelqu’un de 50 pesos. Armenteros fut simplement condamné à une amende de la même somme et à l’interdiction de ne pouvoir réoccuper cette fonction durant les cinq prochaines années27. On comprend la valeur purement symbolique de cette sanction lorsque l’on sait que dans la pratique il était très rare qu’une même personne soit réélue à cette fonction annuelle, et surtout cinq années seulement après la fin de ce premier mandat.

  • 28 AGI, section Santo Domingo, liasse 1603.

44Ces bonnes dispositions contribuaient à faire apparaître le roi comme un protecteur naturel aux yeux des membres du Cabildo. C’est le sentiment que donne l’alcalde de la Santa Hermandad Pedro Julián de Morales qui, victime de l’arbitraire du capitaine général, en appela à la justice royale. En effet, la première autorité de l’île, jugeant que le nombre d’esclaves en fuite augmentait dangereusement, décida d’équiper et de diriger lui-même une très grande milice pour les arrêter. Morales protesta contre cette décision qui, selon lui, empiétait sur ses prérogatives et humiliait les hidalgos car le capitaine général, dans un souci d’efficacité, donna à ces gens de « lignage obscur » les mêmes privilèges dont jouissaient jusqu’alors exclusivement les hidalgos qui peuplaient les milices. Le ton monta et le capitaine général finit par mettre aux arrêts l’alcalde pour insubordination. Morales trouva un appui timide dans le Cabildo en général, mais plus ferme chez quelques regidores en particulier, et en appela à la justice royale. Celle-ci lui donna raison, ordonnant la dissolution des nouvelles milices, mais ne désavoua pas le capitaine général, préférant reporter la faute sur un de ses conseillers28.

  • 29 Ibid., section Ultramar, liasse 38, dossier 17.

45Un autre différend entre un regidor et le capitaine général fut également réglé à Madrid en 1824. Au cours d’une discussion qui portait sur l’augmentation du nombre de regidores, le capitaine général Dionisio Vives, agacé par l’insistante plaidoirie du comte de Casa Ponce de Léon, lui intima l’ordre de se taire d’une manière fort peu courtoise29. Le comte obtempéra mais écrivit au roi pour dénoncer l’affront, arguant que l’insulte qui lui avait été faite flétrissait tout le Cabildo et qu’en conséquence le capitaine général devait être destitué. Ses collègues, il est vrai, ne l’entendirent certainement pas ainsi car ils ne relayèrent pas sa plainte. Et même si le fiscal décida de la classer, estimant que Vives avait eu un mouvement d’humeur excusable et qu’il fallait éviter d’encourager des querelles, la démarche du comte est éclairante sur la perception que l’oligarchie havanaise pouvait se faire du roi d’Espagne.

  • 30 Ibid., liasse 86.

46La protection réclamée du monarque dépassa quelques fois le cadre individuel pour prendre l’allure d’une supplique collective. Ainsi, en janvier 1817, le Cabildo demanda d’une seule voix à la Monarchie d’interdire aux journaux madrilènes de parler des événements d’Hispaniola30. Car, en ouvrant leur journal provenant de Madrid, les oligarques s’aperçurent qu’avait été reproduite une gazette de Londres décrivant l’organisation politique et militaire des Noirs libres de cette île voisine. La crainte que la population de couleur cubaine ne s’en inspirât pour se soulever justifiait la demande. Pour les membres du Cabildo, une grande révolte d’esclaves, qui aurait détruit leurs plantations, aurait signifié la fin de tout.

47À travers ces quelques exemples, on voit que le roi aimait à se comporter en bon père avec la noblesse sucrière, qui le reconnaissait comme tel. L’oligarchie lui témoignait confiance et gratitude, et le prouva lorsque la Monarchie traversa des moments difficiles.

Le Cabildo avait lié son sort à la monarchie absolue

48La transformation du planteur en aristocrate chef de milices fut un succès total. Car la capacité de résistance de la région havanaise contre une agression extérieure ne fut jamais mise en doute. Certes, la construction de forteresses explique dans une large mesure que jamais aucune puissance étrangère ne tenta de renouveler l’exploit anglais de 1762, mais l’efficacité des milices créoles, démontrée lors de la reconquête de la Floride, et leur capacité à se mobiliser y sont pour beaucoup également.

  • 31 Ibid., section Títulos, liasse 2, dossier Conde Fernandina.
  • 32 Ibid., liasse 7 a, dossier Peñalver.
  • 33 Ibid.

49Et quand il n’était pas envisagé d’engagement militaire, la municipalité prit ardemment parti pour l’envoi d’aides financières à la Péninsule. Ainsi, en 1793, lors du déclenchement du conflit entre la France et l’Espagne, le Cabildo havanais, sous l’impulsion du regidor José Armenteros y Zaldivar, décida de contribuer avec 112 caisses de sucre annuelles à l’effort de guerre jusqu’à la fin des hostilités. L’ancien alcalde ordinario Miguel de Cárdenas y Santa Cruz ajouta même 500 pesos, aux mêmes conditions, et bien d’autres membres contribuèrent de diverses manières. Mais c’est pendant la guerre d’Indépendance, après que le Cabildo eut juré d’une seule voix fidélité au roi et montré à la foule le chemin à suivre par la cérémonie que nous avons décrite plus haut, que la municipalité se montra bien sûr la plus généreuse. Il est impossible de chiffrer le montant total de l’aide, mais les indications parcellaires dont nous disposons laissent entrevoir de grosses sommes. Nombre de regidores et d’alcaldes ordinarios prirent par exemple à leur compte le salaire de plusieurs soldats pendant toute la durée de la guerre, à l’instar de Gonzalo José de Herrera y Santa Cruz31 qui en entretint dix, ou encore du marquis de Casa Peñalver qui en équipa et nourrit une quinzaine32. La générosité des membres de la municipalité ne prit pas fin avec le retour du roi ; plusieurs, à l’instar du regidor Juan Crisostomo Peñalver33, financèrent la lutte contre les soulèvements indépendantistes qui affectèrent le Continent.

  • 34 Ibid., section Ultramar, liasse 86, dossier 50.

50Cette dernière attitude s’inscrivait dans une politique d’aide à la monarchie absolue, plus résolue encore que les dons financiers ne le montraient. On sait que dans bien des territoires d’Amérique latine, la création de juntas à l’imitation de celles de la Péninsule fut le prélude à leur émancipation. À La Havane, la majorité du Cabildo se prononça résolument contre l’émergence d’un tel organisme, pourtant prôné par l’un de ses membres, Francisco de Arango y Parreño. À la fin du mois de juillet 1808, l’oligarchie havanaise se prononça fermement pour une restauration du pouvoir royal dans sa forme originelle, et ne dévia jamais de cette position. Cet engagement valut aux vieilles familles, lors des périodes constitutionnelles de 1812-1814 et 1820-1823, de perdre leur place au Cabildo suite à des élections plus démocratiques. En effet, l’élite aristocratique de planteurs fut remplacée par une élite bourgeoise et libérale de commerçants. L’entrée des commerçants fut massive parce que les portes du Cabildo leur avaient été fermées depuis toujours. Le rapport de force entre planteurs et négociants était tel, déjà en 1812, qu’il était impossible aux vieilles familles aristocratiques de reconquérir seules le pouvoir à La Havane. La récupération de leur position ne fut chaque fois que la conséquence du rétablissement de l’absolutisme en Espagne, qui fit immédiatement retrouver leur siège du Cabildo aux vieilles familles havanaises. La sincérité des vibrants témoignages de fidélité34 que les aristocrates adressèrent alors à leur monarque pour le féliciter de ces décisions ne peut être mise en doute.

  • 35 Ibid., liasse 26, dossier 1.
  • 36 Ibid., liasse 32, dossier 23.
  • 37 Ibid., liasse 24, dossier 10.

51Cependant, la communauté d’intérêts politiques ou économiques n’était pas le seul ciment entre l’oligarchie havanaise et la monarchie. Le caractère sincèrement aristocratique de la première en faisait par essence un des piliers principaux sur lequel s’appuyait la seconde. Et les crises internationales, les événements politiques internes à l’Espagne ou à Cuba, de même que la réalité particulière de l’île, ne firent que renforcer ce lien envers le monarque absolu. À telle enseigne que deux membres du Cabildo choisirent le nom de leur titulature expressément en référence à Ferdinand VII: l’un fut le comte de Fernandina, l’autre le comte de San Fernando Peñalver. Ces démarches ne furent pas isolées : dès le 28 juillet 1815 le Cabildo avait proposé à la monarchie que l’île de Cuba retrouvât son nom originel de Fernandina, qui lui avait été initialement donné en l’honneur du roi Ferdinand d’Aragon35. Cette requête ne fut pas acceptée, car l’île était trop connue, de même que la demande de conférer l’ordre d’Isabelle la Catholique au corps municipal fut rejetée36 (car il s’agissait d’une décoration personnelle), mais en compensation le Cabildo eut le droit d’orner son blason de la devise « Siempre fiel »37. C’est cette fidélité et cette force, tout comme la défiance envers les libéraux créoles après les indépendances américaines, qui expliquent qu’en 1834, lorsque le parti libéral reprit de nouveau le pouvoir en Espagne avec l’intention déclarée d’en finir enfin avec des structures politiques archaïques, il décida de faire une exception pour Cuba et d’y laisser en vigueur les lois de l’Ancien Régime. Même s’il y fut nommé un capitaine général énergique en la personne du maréchal Tacón, qui afficha un profond dédain pour les vieilles familles aristocratiques, le pouvoir de ces dernières au Cabildo fut entièrement maintenu. Car de cela dépendait en grande partie la paix civile à Cuba, et par voie de conséquence sa fidélité à la métropole.

Conclusion

52Le renforcement du caractère nobiliaire de la municipalité havanaise, mis en place pour des raisons géostratégiques par la Monarchie en 1763, fut un succès au-delà, peut-être, de toute espérance. Les similitudes institutionnelles entre les charges de regidor et les titres de noblesse avaient, il est vrai, facilité la tâche. Le Cabildo, depuis longtemps contrôlé par quelques familles, devint une institution aristocratique. La société noble havanaise y trouvait un organe de pouvoir et de décision, autant qu’un théâtre de choix pour la représentation qu’elle aimait donner de sa puissance. Le corps était fermé à toute autre influence, en particulier celle du patriciat marchand — péninsulaire aussi bien que créole —, bien que celui-ci prît une importance sans cesse croissante dans l’économie de Cuba au cours de la période. Le rang aristocratique et l’appartenance à de puissantes familles de planteurs, étaient le ciment du groupe, assez solide pour qu’aucun grand marchand ne se risquât à l’ébrécher en demandant une charge de regidor au roi. C’étaient ces familles qui, au contraire, se répartissaient en bonne harmonie les charges de gouvernement. Jamais, en effet, il n’y eut de luttes de factions. Si la violence urbaine fut toujours une triste réalité havanaise, en revanche jamais l’anarchie ne régna, sauf peut-être lors des périodes constitutionnelles pendant lesquelles l’oligarchie perdit le contrôle du Cabildo. C’est dire la puissance de l’institution et des familles qui ordinairement la composaient. Le roi, qui avait contribué à la consolidation de cette force, dut en tenir compte. Par ailleurs, comme ces familles nécessitaient un arbitre pour consacrer les hiérarchies, comme le Cabildo avait besoin d’un protecteur contre les éventuels abus du capitaine général et, plus généralement, parce que l’aristocratie, pour pouvoir se considérer comme telle, avait besoin d’un roi, il se créa une relation privilégiée entre les souverains espagnols et la municipalité havanaise. Celle-ci disposait d’une large autonomie, mais le roi, malgré une certaine confiance, chercha toujours à limiter la force politique du Cabildo, préférant donner des titres de noblesse plutôt que des charges de regidor. Cette autonomie, qui s’amplifia au cours de la période dans le domaine économique — le roi retirant des bénéfices financiers dérivés des exploitations sucrières d’autant plus grands que ses réglementations étaient légères —, et cet anoblissement des familles patriciennes et de l’institution contribuèrent à lier d’une manière indissoluble l’oligarchie havanaise de planteurs à la monarchie absolue. C’est un autre élément d’explication de l’attachement tardif de Cuba à l’Espagne.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
AGI : Archivo General de Indias, Sevilla.
AHN : Archivo Histórico Nacional, Madrid.
AOHCH : Archivo de la Oficina del Historiador de la Ciudad de la Habana (archives municipales).

Dedieu, Jean-Pierre (2003), «Une nouvelle approche de l’histoire sociale. Les grandes bases de données», Sciences de l’homme et de la société, 66, numéro spécial «Vie de laboratoires», pp. 35-58.

Fornet Gil, Pablo (2000), « Habana y su Puerto : una ciudad, dos orillas », dans Agustín Guimerá et Fernando Monge(coord.), La Habana, puerto colonial (siglos xviii-xix), Madrid, pp. 71-93.

Goncalvès, Dominique (2003), « Los doce primeros años de la Junta Económica y de Gobierno del Real Consulado de La Habana », dans Bernd Hausberger et Antonio Ibarra (éd.), Comercio y poder en América colonial. Los consulados de comerciantes (siglos xvii-xix), Madrid, pp.171-198.

Kuethe, Allan J. (1986), Cuba (1753-1815). Crown, Military and Society, Knoxville.

Moreno Fraginals, Manuel (2001), El ingenio. Complejo económico social cubano del azúcar, Barcelona.

Santa Cruz y Mallen, Francisco Xavier de [Conde de San Juan Jaruco y Santa Cruz Mopox] (1940), Historia de familias cubanas (6 vol.), La Havane.

Haut de page

Notes

1 C’est seulement pour une raison pratique que cette réflexion trouve comme seconde limite l’année 1838 car elle s’inscrit dans le cadre plus général de ma thèse de doctorat qui, préparée sous la direction du professeur Michel Bertrand, adopte ce cadre chronologique concernant les relations entretenues entre les élites havanaises et la Couronne espagnole. En 1838, l’aristocratie havanaise parvient à obtenir le rappel en métropole du capitaine général en titre avec lequel elle était en conflit, ce qui illustre la permanence de sa puissance à une époque tardive.

2 AGI, section Títulos, liasse 12 a, dossier Conde de Vallellano.

3 Ibid., section Ultramar, liasse 89.

4 Ibid., section Títulos, liasse 9, dossier San Lorenzo.

5 Ibid., section Ultramar, liasse 26, dossier 9.

6 Ibid., section Títulos, liasse 7 b, dossier Conde del Real Servicio, et section Santo Domingo, liasse 1142.

7 Ibid., section Santo Domingo, liasse 1976.

8 Ibid., liasse 1192.

9 Ibid., section Títulos, liasse 2, dossier Casa Calvo.

10 AOHCH, section Actas capitulares, livre 48.

11 Ibid., livre 51.

12 AGI, section Títulos, liasse 2, dossier 7.

13 La composition du Cabildo est écrite sur les registres officiels le 1er janvier de chaque année, lorsque les élus prennent leurs fonctions, mais les distinctions ne sont pas toujours aisées à faire entre les nombreux homonymes (AOHCH, section Actas capitulares, livres 32-125).

14 Elle comprend à l’heure actuelle quelque 240 000 fiches dont chacune concerne un événement particulier pour une seule personne, avec marquage chronologique, indication de lieu et mention des sources. L’originalité du système réside dans sa souplesse : on peut lancer une recherche aussi bien sur un événement, une personne, un poste administratif, une ville ou une source, et ces différents critères peuvent se combiner. Créée initialement par Jean-Pierre Dedieu, directeur de recherche de l’Unité Temiber-MPI de Pessac, les droits d’exploitation de cette base appartiennent au CNRS. Les références archivistiques ici utilisées sont précédées de la mention « Fichoz ». Voir Dedieu, 2003.

15 Comme Fichoz, régie par les mêmes dispositions, elle a été créée par Jean-Pierre Dedieu et comprend à l’heure actuelle environ 50 000 personnes.

16 C’est un travail dont nous avons pu vérifier, après sondages ponctuels dans les archives, l’extrême fiabilité en ce qui concerne les données relatives aux naissances, mariages et décès. Hérédis permet donc d’aborder l’histoire des familles d’une manière plus pratique que par la consultation des six volumes de l’ouvrage (Santa Cruz y Mallen, 1940).

17  Il semble qu’à La Havane il n’y ait eu que deux catégories en vigueur contre trois dans d’autres villes : honneur, ou voix au chapitre et vote, mais non pas seulement vote.

18 Goncalvès, 2003.

19 Moreno Fraginals, 2001, pp. 89-90.

20 Fornet Gil, 2000.

21 Kuethe, 1986.

22 AGI, section Santo Domingo, liasse 1192.

23 Fichoz, AHN, section Consejos, livre 627.

24 AGI, section Santo Domingo, liasse 1142.

25 Le marquis de San Felipe y Santiago reçut deux grâces : un titre de Castille (comte del Castillo) et la grandesse d’Espagne ; c’est pourquoi il y a quarante-quatre personnes distinguées.

26 AHN, section Consejos, liasse 20911.

27 Ibid.

28 AGI, section Santo Domingo, liasse 1603.

29 Ibid., section Ultramar, liasse 38, dossier 17.

30 Ibid., liasse 86.

31 Ibid., section Títulos, liasse 2, dossier Conde Fernandina.

32 Ibid., liasse 7 a, dossier Peñalver.

33 Ibid.

34 Ibid., section Ultramar, liasse 86, dossier 50.

35 Ibid., liasse 26, dossier 1.

36 Ibid., liasse 32, dossier 23.

37 Ibid., liasse 24, dossier 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Goncalvès, « La noblesse de la municipalité havanaise (1763-1838) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 185-205.

Référence électronique

Dominique Goncalvès, « La noblesse de la municipalité havanaise (1763-1838) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1327

Haut de page

Auteur

Dominique Goncalvès

Université de Toulouse II - Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org