Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille (xiiie-xve siècle)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris I -Panthéon-Sorbonne le 15 décembre 2003 (dirigée par Claude Gauvard et José Manuel Nieto Soria)*
François Foronda
p. 346-348

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Isabel Alfonso, CSIC ; Jean-Philippe Genet, Université Paris I – Panthéon-So (...)

1Au plus près du roi, gouvernant parfois à sa place, disposant d’une clientèle qui lui permet d’investir les rouages du pouvoir, le privado tient, dans l’histoire du royaume de Castille de la fin du Moyen Âge, une place considérable. Don Lope Díaz de Haro, don Juan de Alburquerque, don Ruy López Dávalos, don Álvaro de Luna, don Juan Pacheco ou don Beltrán de la Cueva, pour ne prendre que les figures les plus importantes, ont tous en commun d’avoir pu compter, plus ou moins longtemps et à des degrés divers, sur la faveur de leur roi, au travers de la privanza. Pourtant, quand on aborde l’historiographie, l’objet « privanza » ne semble pas avoir d’existence propre. Il demeure, le plus souvent, comme en retrait des études engagées, ou bien confiné dans les prolégomènes du valimiento (ministériat) de l’époque baroque. De fait, la principale difficulté reste l’impossibilité à déterminer une forme institutionnalisée de cette relation de proximité. Aussi, bien qu’habituelle dans les travaux abordant l’histoire politique du bas Moyen Âge castillan, la figure du privado n’a-t-elle pas donné lieu, pour autant, à une histoire de la privanza. C’est ce manque que cette thèse tente de combler.

2La privanza émerge comme formule de gouvernementalité en même temps que la formulation de nouvelles ambitions monarchiques et de prétentions aristocratiques, en même temps également que la naissance et la régulation d’un dialogue politique qui passe désormais par la réunion régulière d’assemblées représentatives. Par rapport à cette voie « communautaire », la privanza signale un écart, comme un détournement conversationnel qui profite seulement à quelques rares élus, en rupture avec un mode idéalisé d’exercice du pouvoir, celui d’un conseil ouvert et d’une participation large. En parallèle, l’émergence de cette formule de gouvernementalité est indissociable des progrès de l’État monarchique qui, de manière paradoxale, rapprochent le prince de ses administrés, en même temps qu’ils l’installent derrière l’épaisseur grandissante d’une toile institutionnelle et administrative. Cette situation est également observable, à partir du xiiie siècle, dans d’autres domaines du pouvoir souverain en Europe occidentale, où la conversation du roi suscite, autour de sa personne, un groupe de pouvoir. En quelque sorte, la distanciation progressive du rapport gouvernant-gouverné donne lieu à une médiatisation du roi au profit des hommes — le plus souvent membres de la noblesse ou s’y intégrant par le sommet grâce à la faveur du prince — qui détiennent un privilège d’accès à sa personne. Cette médiatisation débouche sur un progressif détournement gouvernemental dont le résultat est la séparation entre le titulariat du pouvoir souverain et son exercice réel.

3Bien entendu, la construction d’une telle formule reste indissociable des circonstances politiques dont elle prend acte et auxquelles elle tente de répondre. Ces circonstances sont dominées par ce que l’historiographie désigne traditionnellement comme le conflit noblesse-monarchie et qu’il convient de considérer comme un processus dialectique de renforcement conjoint de l’autorité monarchique et du privilège aristocratique. Ce renforcement se fait dans la crise, par confrontation et par compromis, et tend à se confondre en Castille avec la genèse de l’État moderne. La privanza est au cœur de cette dialectique de renforcement conjoint. Pour le prince, c’est une manière de réassurer son autorité en usant de ses privados pour rompre, depuis l’intérieur, les fronts aristocratiques dont l’activisme est croissant au cours du xiiie-xve siècle. Pour la noblesse, la privanza est un mode de participation aux affaires, qui l’attache à l’État et la transforme en son premier bénéficiaire, dans le sillage d’un privado capable de rassembler la majorité de ses membres dans un parti royal. En somme, par la privanza, la monarchie s’implante comme institution, engage les élites dans sa construction, et les associe à l’autorité souveraine, en leur confiant son exercice.

4Pour construire l’histoire de cette formule de gouvernementalité, le corpus retenu est de nature essentiellement discursive. Il retient les dits qui, à partir du xiiie siècle, s’échappent de la chambre royale ou de l’atelier étant donné leur énonciation conjointe lors du règne d’Alphonse X (1252-1284), et tendent par la suite à s’en émanciper. Il s’agit du dit doctrinal, du dit légal et du dit historiographique. Grâce à cette matière, il est possible de savoir ce que le roi avoue de la privanza, puis ce qu’en disent les autres au fur et à mesure qu’ils s’approprient ces dits du pouvoir. Cette appropriation concourt à assurer la notoriété de la privanza qui, partant, peut être mieux définie et appréhendée. C’est à ce moment seulement que peut intervenir, en relation avec les dits précédents, une dernière catégorie qu’il faudrait appeler le dit en acte, soit une sorte de traduction plus immédiate de l’échange (lettres, manifestes, procès, contrats d’alliance, suppliques…). Ces quatre dits constituent la matière vive d’une thèse dont l’objet est certes la privanza, mais aussi, à travers elle, le gouvernement, la manière dont il est pensé, exercé et vécu dans la Castille du xiiie-xve siècle.

5L’emploi de ces quatre dits surdétermine une approche essentiellement politique et idéologique, narrative également étant donné leur mise en intrigue à partir d’un écart entre deux situations antagonistes : le roi en chambre et le roi en audience. Pour autant, cette approche n’est pas surplombante, mais plutôt interstitielle, et destinée à créer du lien entre des voies déjà largement explorées (prosopographie, constitution des patrimoines, émergence des corps de l’État…). Dans cette perspective, deux moments sont retenus. Le premier, du milieu du xiiie siècle à la fin du xive siècle, marqué par l’aveu progressif de la privanza par les dits royaux et sa constitution comme formule de gouvernementalité. Le second, du début du xve siècle aux années 1470, caractérisé par l’exacerbation de cette formule, puis par l’échec des tentatives visant à la stabiliser dans un cadre contractuel et, ainsi, à l’instituer durablement.

6L’échec de cette institutionnalisation, au terme de la guerre civile de 1465-1468 et de la mise au pas entreprise par les Rois Catholiques, entraîne la liquidation de la privanza comme système gouvernemental au profit d’un nouveau régime de faveur, plus administratif, que porte l’activation de la vía de cámara. Partant, cette thèse tente de proposer une histoire de la genèse de la Chambre de Castille, mais en dehors de l’institution, ou plutôt en deçà, c’est-à-dire avant la constitution d’une série archivistique (les memoriales de la Cámara de Castilla conservés à l’Archivo General de Simancas) qui témoigne de l’apaisement de l’échange politique à partir de la fin des années 1470. Cet apaisement signale l’acceptation d’une monarchie de type absolu, mais absolument soumise à l’impératif de performance gouvernementale, ainsi que le dépassement de la compagnie royale en un corps politique désormais institué. Dans le détail de ce travail, une attention plus particulière est portée à la propagande monarchique et à l’opinion publique, à la diffamation et à ses stéréotypes, aux scènes du politique, tant textuelles que palatiales et urbaines (Ségovie et Séville notamment), aux procédures de règlement du conflit politique, en particulier la pratique du coup d’État et la contractualisation gouvernementale. Ces sous-thèmes permettent d’approcher la tension essentielle entre le privé et le public à partir de laquelle la privanza tend à absorber le dialogue politique au cours du xiiie-xve siècle. Par là, cette thèse tente également d’approcher la constitution, la maturation et le fonctionnement d’une société politique à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Isabel Alfonso, CSIC ; Jean-Philippe Genet, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne ; Georges Martin, École normale supérieure des Lettres et Sciences humaines de Lyon ; Denis Menjot, Université Lumière – Lyon II.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Foronda, « La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille (xiiie-xve siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 346-348.

Référence électronique

François Foronda, « La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille (xiiie-xve siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1364

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org