Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jorge Lirola Delgado y José Miguel Puerta Vílchez (dirs.), Enciclopedia de al-Andalus

Pierre Guichard
p. 324-328
Référence(s) :

Jorge Lirola Delgado y José Miguel Puerta Vílchez (dirs.), Enciclopedia de al-Andalus. Diccionario de autores y obras andalusíes (5 vols.), t. i : A-Ibn B, Granada, Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía – Fundación El Legado Andalusí, 2002, 715 pp.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2007.

1La fondation grenadine El Legado Andalusí, bien connue pour la publication de nombreux ouvrages consacrés, comme le proclame son nom, à la diffusion de l’« héritage andalou », et qui nous avait plutôt habitués à des livres abondamment illustrés, intermédiaires entre l’édition scientifique et une diffusion sinon « grand public » du moins orientée vers un secteur relativement large, vient de nous donner le premier tome d’un ouvrage beaucoup plus érudit qui, comme l’indiquent clairement son titre et son sous-titre, se propose de fournir à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à la civilisation d’al-Andalus, mais sans doute principalement aux chercheurs, un instrument de travail leur permettant de s’orienter dans l’abondante production écrite que nous ont laissée les auteurs arabes ayant illustré cette partie du monde musulman médiéval, qu’ils y soient nés ou venus y vivre à une période plus tardive de leur vie, et dans la connaissance de ces auteurs eux-mêmes.

2Compte tenu des rapports étroits qui, surtout après la fin du xie siècle, lient le Maghreb à l’al-Andalus, on trouvera aussi dans cet ouvrage des auteurs dont la carrière se déroule principalement dans la seconde de ces régions, comme le célèbre soufi d’origine sévillane Abū Madyan, mort à Tlemcen en 1197 (Sidi Bou Médine), dont l’exemple et l’enseignement devaient avoir une si grande répercussion au Maghreb. Inversement, des Maghrébins qui eurent l’occasion de séjourner en al-Andalus y figurent en bonne place : ainsi les notices 35 à 38, qui occupent les pages 76-85, concernent-elles des membres de la puissante famille des Banū l-‘Azafī qui gouverne Ceuta pendant une assez longue période durant les xiiie et xive siècles (1250-1328) : plusieurs de ses membres furent en effet contraints d’aller résider à Grenade durant la courte période (1306-1309) où Ceuta passa au pouvoir des Nasrides. Ils jouent alors un rôle notable à la cour des émirs andalous, mais il est certain par ailleurs que l’ambiance littéraire et intellectuelle de cette ville est étroitement liée au contexte andalou. L’ouvrage inclut aussi des notices sur des Maghrébins dont les ouvrages présentent une importance pour l’histoire de l’Occident musulman en général, comme Ibn Abī Zar‘, l’auteur de la chronique dite Rawḍ al-Qirṭās, qui est surtout une histoire dynastique des Mérinides, mais comporte une première partie concernant les époques antérieures et surtout des indications sur les expéditions de guerre sainte menées par la dynastie de Fès en al-Andalus.

3On ne saurait trop féliciter l’entreprise éditoriale et les deux directeurs qui en ont assuré la coordination pour ce remarquable travail, dont on ne peut que souhaiter très vivement qu’il soit dès que possible complété par les tomes suivants (quatre autres seraient prévus) de cette même encyclopédie des auteurs d’al-Andalus. Telles quelles, les 715 pages de ce premier volume apportent déjà un inappréciable instrument d’information et de recherche, dont l’élaboration a sans doute été préparée et facilitée par les nombreuses publications antérieures des historiens et arabisants espagnols (on citera en particulier l’excellente série des Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus ou EOBA publiée depuis de nombreuses années par l’Instituto de Filología du Consejo Superior de Investigaciones Científicas de Madrid), mais qui se présente d’une façon radicalement nouvelle dans sa prétention de fournir sous un volume et un format maniables une telle somme — considérable — d’informations bio-bibliographiques auxquelles on s’accorde, depuis déjà longtemps, à reconnaître une grande importance, mais que l’on n’avait jamais jusqu’à présent tenté de rassembler ainsi dans un seul ouvrage. Une partie de ces notices reprend sans doute des informations que l’on pouvait trouver dans l’Encyclopédie de l’Islam, dont les auteurs se sont évidemment servis, mais la matière est ici bien plus riche et plus ample, plus complète, détaillée et systématique, et souvent très actualisée par rapport à des données bio-bibliographiques rassemblées, pour certaines, à une date déjà ancienne compte tenu des dates de parution des livraisons de cette grande entreprise éditoriale. La perspective andalouse (et, comme on l’a dit également maghrébine) permet un format plus maniable et, sans dispenser d’un recours à un instrument de travail qu’aucun arabisant ou spécialiste de l’histoire de l’Islam ne peut évidemment ignorer, rendra cet ouvrage indispensable à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire « classique » de l’Islam occidental.

4Les 339 notices contenues dans ce premier volume ont été rédigées par quelque 70 auteurs, dont le nombre même et la qualité traduisent la vitalité de l’arabisme espagnol. Elles concernent environ 300 auteurs arabes, classés normalement, comme dans l’Encyclopédie de l’Islam, sous leur s̱ẖuhra ou nom sous lequel ils sont généralement connus (un rappel des caractéristiques du système onomastique arabe figure aux pages 15-16 de l’introduction), selon l’ordre alphabétique latin. Les hasards de ce dernier font que figurent, par exemple, dans ce premier volume plusieurs des auteurs des grands dictionnaires bio-bibliographiques dont sont tirées bon nombre des informations figurant dans les notices (Ibn Bas̱ẖkuwāl et sa ila, Al-Ḍabbī et son Bughyatal-multamis, Ibn al-Abbār et sa Takmila, auxquels vient s’ajouter Ibn ‘Abd al-Malik al-Marrākus̱ẖī, bien qu’il soit maghrébin et n’ait que très peu séjourné en al-Andalus, en raison des très nombreuses biographies de savants et lettrés andalous que comporte son ayl wa-l-Takmila).

5Il est bien impossible de rendre compte, dans le cadre étroit d’une recension, de la richesse et de la densité des informations contenues dans les monographies figurant dans l’ouvrage. Beaucoup d’entre elles correspondent à plusieurs pages de texte assez serré. On citera, à titre d’exemple et pour en donner une idée, celle d’Ibn al-‘Arabī, le grand juriste malikite sévillan de la fin des taifas et du début de l’époque almoravide, qui occupe les pages 457 à 468. Trois pages proprement biographiques concernant la carrière de ce personnage : ses origines sévillanes et son milieu, son éducation, le détail très précis des phases et des étapes du célèbre voyage en Orient d’où il rapporta la reconnaissance par le califat abbasside des titres souverains des Almoravides, sa carrière de juriste puis de cadi dans sa ville natale, sa participation aux campagnes almoravides, les oppositions que suscitèrent sa sévérité comme juge aussi bien que sa personnalité intellectuelle et peut-être sa proximité avec le pouvoir, enfin son ultime voyage à Marrakech pour y faire allégeance au nouveau pouvoir almohade qui venait de s’y imposer, voyage au cours duquel il mourut en 1147 ou 1148. Cet exposé biographique est suivi (pp. 460-467) de la liste de 120 brèves notices concernant ses œuvres conservées et perdues, les unes et les autres distinguées — comme dans tout l’ouvrage — par un signe conventionnel ; les manuscrits existants sont indiqués, de même que les éditions et études. À la fin de la notice, sont indiquées les références précises (pagination) à une vingtaine de sources arabes traitant de l’auteur, et une quinzaine d’ouvrages et articles modernes.

6La production écrite et savante d’Ibn al-‘Arabī est très connue et d’une grande importance. Mais pour d’autres personnages, beaucoup moins connus — ou presque inconnus — et dont les ouvrages sont en grande partie ou en totalité perdus, on trouvera des notices dont le contenu historique est éventuellement très riche. Ainsi, par exemple, celle consacrée à un assez obscur faqīh (docteur de la loi) à peu près contemporain du grand cadi sévillan, Abū l-Ḥasan b. Aḍḥà, qui accéda pendant quelques mois au gouvernement de Grenade durant la période troublée qui sépare la chute du gouvernement almoravide de l’extension du pouvoir almohade à al-Andalus. Ce personnage descendait d’une importante famille arabe établie depuis la conquête du viiie siècle dans les environs de Grenade. De sa production poétique, qui aurait été notable, on n’a conservé que quelques vers cités par les biographes et les anthologues ; par ailleurs, on ne connaît de lui que le titre d’un ouvrage perdu sur les vertus du Prophète et les prières surérogatoires. Dans la notice importante (pp. 408-412) consacrée à ce personnage, auquel l’histoire politique n’accorde en général qu’une ou deux lignes, on trouvera, outre une véritable « monographie familiale » — et une généalogie — de son lignage, sa biographie détaillée, aussi bien dans sa carrière de faqīh que dans sa brève activité politique. Mais on pourrait prendre bien d’autres exemples, en particulier les notices concernant des docteurs en sciences juridico-religieuses dont les carrières et la vie intellectuelle sont soigneusement reconstituées à partir des dictionnaires bio-bibliographiques évoqués plus haut (voir par exemple aux pp. 415-420 celle du faqīh du xe et du début du xie siècleAbū ‘Umar b. ‘Afīf).

7Traitant des auteurs arabes en général, et non pas des seuls « juristes » — mais on ne doit pas oublier que le droit constitue à cette époque la base de toute culture —, l’ouvrage inclut évidemment les auteurs d’œuvres « littéraires » (par exemple celui du ‘Iqd al-farīd, Abū ‘Umar Ibn ‘Abd al-Rabbihi, auquel est consacré une longue notice qui occupe les pp. 306-313) et historico-littéraires (comme Ibn Bassām al-Shantarīnī, l’auteur de la Dakhīra, aux pp. 595-597), des philosophes commeIbn Bādjdja (objet d’une mise au point particulièrement consistante, l’une des plus longues sinon la plus longue contenue dans l’ouvrage, rédigée par l’un des meilleurs spécialistes de cet auteur, Joaquín Lomba Fuentes, et par José Miguel Puerta Vílchez, aux pp. 624-663), des hommes de science, qui peuvent être très connus comme le botaniste et pharmacologue Ibn al-Bayṭār (pp. 619-624), ou bien plus obscurs (on citera, entre autres, unAbū Dja‘far Ibn ‘Arrād, agronome et vétérinaire, qui vécut probablement au xie siècle, et ne nous est connu que par quelques mentions qu’en font des auteurs plus connus comme al-ighnarī etIbn Luyūn [p. 481]). Cette encyclopédie contient par ailleurs des notices sur les œuvres anonymes, parmi lesquelles on peut citer, en raison de l’ordre alphabétique qui la fait apparaître dans ce premier volume, la chronique célèbre et discutée connue sous le titre d’Aḵbār maḏjmū‘a. Une bonne et claire mise au point, qui explique bien les différentes positions adoptées à propos de ce texte et a été rédigée par Dolores Oliver Pérez, qui lui a déjà consacré plusieurs travaux, occupe les pp. 53-59. Mais on trouvera aussi d’autres notices sur des textes du même genre, parmi lesquels les chroniques anonymes dites « de ‘Abd al-Raḥmān III » et « des royaumes de taifas », l’ouvrage historique dit ulal al-Maws̱ẖiyya, et plusieurs autres.

8Je ne doute pas de l’intérêt de cet ouvrage pour tous ceux qui travaillent sur les aspects les plus divers de la civilisation andalouse ; droit, littérature, sciences. Il me paraît peut-être tout particulièrement précieux pour les chercheurs qui n’ont pas à leur disposition une bibliothèque spécialisée en ouvrages sur l’histoire et la civilisation andalouses. Historien, j’insisterai particulièrement sur l’intérêt proprement « historique » que présentent de nombreuses notices, qui fournissent des informations de tous ordres, dont le rassemblement, à partir de sources et d’une bibliographie très dispersées, souvent d’obtention difficile, nécessite toujours une somme d’efforts considérable. Ainsi, une notice comme celle que Jorge Lirola Delgado consacre au soufi d’Almería Abū l-‘Abbās Ibn al-‘Arīf, qui participa aux mouvements d’opposition mystique aux Almoravides et mourut emprisonné à Marrakech en 1141, rassemble en quelques pages (469-476) une somme impressionnante de données sur un grand nombre d’aspects de la vie de ce personnage, qu’il n’était pas si facile de réunir dans un espace aussi restreint. Elles touchent à l’histoire sociale, par exemple son origine berbère maghrébine et le métier de son père qui, venu de Tanger, était ‘arīf ou officier en garnison dans la qaaba d’Almería à la fin de la dynastie des Banū umādi, indication tout à fait intéressante sur la composition des forces militaires de l’une des plus « arabes » des taifas andalouses, ainsi qu’à l’histoire économique ; le fait que, dans le grand centre d’industrie textile qu’était Almería, son père aurait voulu lui faire apprendre le métier de tisserand en le plaçant en apprentissage chez un artisan, ce à quoi le jeune garçon aurait résisté en refusant de se consacrer à autre chose qu’à l’étude des sciences religieuses… Tout cela n’étant qu’un aspect marginal d’une biographie surtout remplie d’indications sur la carrière intellectuelle et religieuse d’un personnage par ailleurs très célèbre (15 sources arabes et 17 références bibliographiques sont fournies à la fin de l’article, où sont données des informations très denses sur ses quatre œuvres connues, dont deux conservées — en particulier son célèbre Maḥāsin al-maḏjālis).

9On n’a pu, dans ce qui précède, donner qu’une idée très sommaire de la richesse de cet ouvrage. Il est probable que tout spécialiste pourra, à l’examen attentif de tel ou tel aspect, y trouver quelques lacunes, insuffisances ou défauts ; il me paraît cependant incontestable qu’à un premier examen, c’est d’abord l’importance du nouvel instrument de travail qui nous est fourni qui se manifeste avec évidence. Du point de vue du chercheur, il faut souligner le grand souci qu’ont eu les coordinateurs de l’ouvrage de réaliser un instrument de travail très lisible et très maniable, dans sa mise en pages, les graphies et symboles adoptés, l’indication systématique des dates chrétiennes à côté de celles de l’hégire, la traduction, systématique aussi, des titres d’ouvrages arabes. À la fin de l’ouvrage, des index très bien faits également contiennent, en premier lieu, les auteurs figurant dans les notices, classés non plus pars̱ẖuhramais en fonction de leur ism (et avec leur nom complet) ; puis parnisbaet les titres des œuvres mentionnées à propos de chaque auteur. Ce dernier index comprend 18 pages, qui doivent contenir près d’un millier de titres, sur lesquels on trouvera, à la notice d’une œuvre anonyme dans quelques cas, ou le plus souvent dans la liste des œuvres numérotées attribuées à chaque auteur (on a vu par exemple qu’on en comptait 120 pourIbn al-‘Arabī), une notice plus ou moins développée permettant au moins de se faire une idée de la nature de l’ouvrage. Dans les deux derniers index figurent les matières et activités (Adab, Adivinanzas, Agrimensura, Agronomía, etc.), et les toponymes. Le premier des deux permettra d’accéder facilement, et avec une grande économie de temps, à une somme considérable d’informations sur tel ou tel aspect de la vie intellectuelle andalouse (par exemple l’arithmétique, ou l’ophtalmologie…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guichard, « Jorge Lirola Delgado y José Miguel Puerta Vílchez (dirs.), Enciclopedia de al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 324-328.

Référence électronique

Pierre Guichard, « Jorge Lirola Delgado y José Miguel Puerta Vílchez (dirs.), Enciclopedia de al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2007, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1378

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

Université Lumière - Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org