Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Bartolomé Yun Casalilla, Marte contra Minerva

Jean-Pierre Dedieu
p. 332-335
Référence(s) :

Bartolomé Yun Casalilla, Marte contra Minerva. El precio del Imperio español (c. 1450-1600), Barcelona, Crítica, 2004, 623 pp.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2007.

1L’histoire économique de l’Espagne a fait couler beaucoup d’encre. À toutes les époques, et à propos de toutes les époques. Pas toujours à bon escient. Le premier mérite du livre de Bartolomé Yun est la convaincante démolition des poncifs dont la recherche récente a fait justice, sans que les non-spécialistes en soient trop informés. Une hausse des prix met l’Espagne en position de faiblesse dans la compétition internationale, malédiction due à l’augmentation de la masse monétaire et/ou à la hausse de la demande ? Voire, mais aussi à l’augmentation de la vitesse de circulation, qui reflète une croissante division du travail, donc une modernisation poussée. Déséquilibres induits par l’afflux des trésors d’Amérique ? Pas avant la fin du xvie siècle, au mieux, étant donné leur masse, et l’on ne sait empiriquement rien des effets qu’ils ont eus sur la circulation monétaire en Espagne. Hausse des salaires dans la seconde moitié du siècle, qui tue la capacité concurrentielle de l’industrie espagnole ? On sait depuis un certain temps que les salaires réels, pour autant qu’on puisse les connaître, ont baissé de moitié entre 1500 et 1600, ici comme dans le reste de l’Europe. Économie périphérique, ouverte aux quatre vents de la concurrence internationale et de l’exploitation mercantile ? L’économie castillane ne présente au xvie siècle aucun des traits caractéristiques d’une économie périphérique (développement préférentiel des périphéries côtières, absence de réseau urbain et de réseau de communication structuré, notamment); tout au contraire. Incapacité congénitale de l’homme espagnol à exercer une activité économique ? Comment expliquer alors la très réelle croissance de la production, les signes d’une croissante division du travail, les progrès de la productivité que l’on constate durant tout le xve siècle et presque tout le xvie siècle ? Une économie assassinée par un prélèvement fiscal excessif ? Il suffit de regarder les courbes défalquées du prélèvement d’État pour comprendre l’inanité de cette explication, au moins sous cette formulation simpliste. Crise malthusienne ? Certes, mais on sait qu’un écart croissant entre ressources et population n’a rien de mécanique, et qu’il peut être contrebalancé par l’organisation humaine.

2Bartolomé Yun est reconnu comme l’un des meilleurs historiens de l’économie espagnole. Il connaît magnifiquement la bibliographie nationale, foisonnante, et les grandes synthèses internationales, anglo-saxonnes surtout. Il parle intelligemment de la France, de l’Angleterre et des Pays-Bas, et insère l’Espagne dans cet ensemble, ce qu’il est pratiquement le premier à faire à ce niveau de généralité. Il est surtout très au courant de l’histoire sociale et politique, de l’énorme somme de connaissances accumulée dans ce domaine au cours des dernières années, ce qui lui permet d’intégrer les observations proprement économiques dans un contexte plus large et de présenter ainsi une explication très convaincante de l’évolution de l’économie espagnole au xvie siècle — la première en tout cas qui ne soit pas contradictoire avec l’expérience qu’a l’auteur de ces lignes de quelques aspects de l’histoire de ces contrées. La logique proprement économique est largement prise en compte, mais dans le cadre d’une société et d’une organisation politique précise, qui en conditionnent le fonctionnement. La méthode est remarquable.

3Constat : croissance de la production et de la productivité du travail dès le xve siècle, au moins jusqu’au milieu du xvie siècle. C’est un développement endogène et multipolaire, fondé sur une meilleure combinaison des facteurs : terre, travail, capital. Les économies paysannes complètent les travaux agricoles de base par de multiples activités industrielles, de transport, des cultures spéculatives… Des mouvements migratoires de grande ampleur — comment a-t-on pu si longtemps faire semblant d’ignorer l’importance de ce glissement de la population espagnole vers le Sud ? — permettent la mise en valeur de terres nouvelles. La force croissante des gouvernements urbains, qui dominent les campagnes, leur permet de mener de véritables actions d’aménagement du territoire qui maximalisent les ressources locales. Des élites nouvelles, en marche vers la noblesse, surgissent dans les villes ; elles investissent massivement pour se créer de véritables patrimoines dans le commerce, l’élevage ou l’agriculture, tant l’agriculture de subsistance que l’agriculture commerciale. Elles organisent depuis les villes les complémentarités régionales. L’État enfin joue un rôle essentiel. Car ce dynamisme crée des tensions, qui ont été sur le point de bloquer le processus dans la seconde moitié du xve siècle. La monarchie les résout, au profit de tous et au sien propre. Elle stabilise la société, en Castille surtout, à vrai dire. Elle utilise l’impôt pour financer les familles nobles, facteurs de trouble, en leur rétrocédant une part importante des contributions publiques, au prix de leur soumission. Elle utilise les guerres extérieures, qu’elle légitime au nom de la religion — la conscience d’une mission religieuse de l’Espagne n’est pas un donné éternel, mais une construction de propagande du xvie siècle —, pour justifier les impôts qui, à leur tour, financent la paix civile, laquelle permet le développement économique. Autrement dit, dans un environnement économique globalement favorable — importance des ressources disponibles facilement mobilisables, environnement international stimulant sans être écrasant —, l’État crée les conditions dans lesquelles une société fluide peut s’organiser pour optimiser la création de richesse. Du grand art.

4Le système grippe à la fin du xvie siècle. Progressivement, très progressivement. L’auteur insiste sur la capacité de l’économie castillane à surmonter les premières alertes, sur le fait que rien n’est joué avant le premier tiers du xviie siècle. Mais il y a blocage, inégal selon les régions. Toutes sont atteintes, toutes ne meurent pas. Les pays de la Couronne d’Aragon, les régions côtières, les périphéries s’adaptent plus ou moins heureusement. La Castille s’effondre. Pourquoi ?

5Les conditions internationales changent. Toutes les économies européennes, qui avaient connu un développement semblable sur des bases similaires au xvie siècle, traversent une crise. Pour certaines, l’Angleterre, les Pays-Bas, c’est l’occasion de rebondir sur d’autres bases, en profitant d’ailleurs largement de la manne financière que représentent les dépenses militaires espagnoles en « Flandres » — encore un élément essentiel que l’on oublie trop souvent. Pour d’autres, celles du Sud, c’est alors, et alors seulement, la réduction progressive à l’état de « périphérie ».

6Si l’on refuse l’explication téléologique de l’incapacité économique congénitale des contrées méridionales, l’explication réside dans l’apparition de facteurs nouveaux, qui nécessairement dérivent de facteurs plus anciens. L’environnement international se dégrade, sa polarisation exacerbe la concurrence. Le rapport population/terres disponibles n’est plus aussi évidemment favorable. Or, dans ce contexte plus difficile, l’économie castillane s’est ankylosée parce que la société s’est ankylosée. Le système de stabilisation des élites par la monarchie s’est retourné contre elle. Outre le financement direct par les impôts, il comporte la distribution massive de places et de prébendes. La création d’un empire, rapidement centré sur la Castille, s’inscrit dans ce contexte. Il est un gigantesque réservoir de ressources pour satisfaire les élites. Mais il exige d’être défendu. D’où les dépenses militaires et ce gigantesque transfert de ressources vers le Nord, qui déséquilibre l’économie européenne. D’où la mise à contribution des riches, des élites mêmes qui sont les principales bénéficiaires du système, que l’on mobilise pour la défense de l’empire, mais à qui il faut bien donner une compensation équivalente en pouvoir politique et en stabilité économique. En d’autres termes, en leur permettant de se payer sur la bête, sur le contribuable de base. L’État leur offre donc le majorat, la mise des terres en mainmorte, une sclérose invraisemblable des économies familiales nobiliaires, qui ne trouvent leur salut que dans l’emprunt et la faveur du roi ; c’est l’abandon entre les mains d’une petite élite sociale des gouvernements urbains ; c’est la multiplication des cités autonomes, pour faire place à chacun, quitte à casser les synergies locales. C’est une pression fiscale croissante, dont on abandonne la perception aux municipalités, et qu’elles dévient vers les artisans, accroissant terriblement leurs coûts et les mettant en position de faiblesse face à une concurrence internationale qui devient maintenant d’autant plus sérieuse que la mise en valeur de l’Amérique, pour et par l’empire, attire le commerce étranger, comme le miel les mouches, à Séville et à Madrid. Bref, c’est une multitude de facteurs convergents, logiquement liés, mais dont d’aucun on ne peut dire qu’il a été décisif, qui progressivement corsètent l’économie castillane.

7Nous ne rendons qu’imparfaitement compte de ce travail, dont l’auteur dit à juste titre qu’il ne cherche pas à expliquer l’histoire par l’économie, mais l’économie par l’histoire. On aura compris son importance, entre autres aspects, pour l’étude de l’État. Celui-ci apparaît comme un acteur capital de l’économie, non tant parce qu’il est le premier consommateur, ni par le poids des impôts, ni parce qu’il impose des règles légales efficaces ; mais par le poids qu’il a dans la vie, et d’abord dans la vie extra-économique, des principaux acteurs de l’économie. Son rôle est déterminant, mais en grande partie indirect.

8Arrêtons là ! Nous regretterons, chose fréquente dans les synthèses de cette ampleur, une irritante inattention au détail, qui pourrait être facilement corrigée : le nombre des galères en service dans la Marine espagnole n’est nullement un indicateur des disponibilités en navires de commerce dans l’Atlantique (pp. 406 et 523) ; on attendrait des explications sur l’élaboration de certains indicateurs (p. 32, les ressources de la Couronne en Castille, important pour la démonstration) ; on est gêné par l’absence d’une table des graphiques et tableaux…

9Mais, d’un autre côté, que de plaisir dans cet ouvrage hautement stimulant et remarquablement informé, qui réenracine l’histoire économique de l’Espagne dans la chronologie — jamais ne se laisser emporter par ce que l’on sait du futur ! — et les réalités matérielles sans la réduire à un simple catalogue de « faits » ! Que de pistes ouvertes ! B. Yun n’aime pas la microéconomie. Je constate avec surprise l’absence dans sa bibliographie de travaux comme ceux de Grenier (et, plus généralement, des productions récentes les plus stimulantes de l’historiographie française…). Il donne en revanche un cadre qui devrait permettre l’élaboration d’études de cas précis, approfondissant les mécanismes qui articulent le social, le politique et l’économique au niveau des acteurs, des hommes, à la gloire de qui ce livre d’histoire macroéconomique a paradoxalement été écrit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dedieu, « Bartolomé Yun Casalilla, Marte contra Minerva », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-2 | 2004, 332-335.

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Bartolomé Yun Casalilla, Marte contra Minerva », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-2 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2007, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1388

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org