Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Chronique d’archéologie

Un village islamique de la vallée de l’Èbre (xe-xie siècle) : Las Sillas (Marcén)

Philippe Sénac
p. 335-341

Texte intégral

1Les campagnes de fouilles archéologiques menées en 2004 sur le site de Las Sillas, à Marcén (province de Huesca), ont été dirigées par José Miguel Pesqué Lecina et l’auteur de cette note, avec la collaboration de plusieurs étudiants doctorants des universités de Barcelone, Poitiers et Toulouse-Le Mirail. Les recherches ont bénéficié de l’appui financier et logistique de divers établissements : la Casa de Velázquez, la Diputación General de Aragón, la Comarca de los Monegros et le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. L’étude de ce despoblado aragonais s’inscrit dans le cadre plus général d’une recherche consacrée au peuplement musulman de la Marche supérieure d’al-Andalus, dans la vallée du río Flumen. À l’intérieur de cette zone figurent trois sites castraux majeurs (ḥuṣūn), Piracés, Gabarda et Tubo, et c’est à l’intérieur de l’espace relevant du ḥiṣn de Gabarda que l’enquête s’est développée depuis 1985. Après plusieurs fouilles et sondages menés à Gabarda, La Iglesieta, Alberuela de Tubo, Usón et Fraella, le site de Las Sillas à Marcén a été choisi pour l’abondance des vestiges architecturaux et des céramiques collectées en surface. L’objectif de l’enquête est de fournir une contribution à l’étude du village et des communautés rurales musulmanes au sujet desquelles les sources écrites n’apportent que de maigres informations. On rappellera que le site de Las Sillas occupe le sommet d’une table rocheuse de 120 m de long, culminant à 420 m d’altitude, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Huesca et qu’il est naturellement protégé par un à-pic d’une dizaine de mètres et, à l’est, par un fossé avivé de main d’homme sur une hauteur d’environ 4 m. Les prospections n’ont révélé aucune trace de fortification voisine ou de refuge défensif, en particulier sur le plateau de Mogache (535 m d’altitude)  qui domine le site, mais elles ont permis de localiser la source où les habitants s’approvisionnaient en eau, à près d’une cinquantaine de mètres au-dessus de l’établissement, sur le versant sud d’un petit vallon voué à la culture de l’olivier.

L’apport de la documentation écrite

  • 1  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. no 55 (1093).
  • 2  Ubieto Arteta, 1951, doc. no 116 (1102).
  • 3  Ibid., doc. no 130 (1103).
  • 4  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. no 94 (1105).

2Comme dans l’ensemble de la Marche supérieure d’al-Andalus, les sources arabes ne mentionnent ici que des ḥuṣūn, Piracés, Gabarda et Tubo, dont les premières mentions figurent dans la Description de l’Espagne du géographe Aḥmad al-Rāzī (889-955), puis chez le chroniqueur Aḥmad al-‘Uḏrī (1002-1085), sous les formes Bitrah Silǧ, ‘Abarrada et Nubah. Le toponyme Marcén apparaît pour sa part à plusieurs reprises dans la documentation latine contemporaine de la reconquête aragonaise. En mai 1093, un document y mentionne d’abord une mosquée1. Marcén apparaît ensuite dans une donation faite en novembre 1102 par le roi Pedro Ier au senior Lope Iñiguez, pour édifier des constructions (bonas casas) à Marcén et mettre en valeur les terres environnantes. L’intérêt du document réside dans le fait qu’il précise le nom d’un ancien propriétaire musulman du lieu, Galiet Ibern Zavazala (sans doute Khālid ou Wālid ibn Sāḥib al-Sāla), et qu’il atteste la présence d’un tenente à Marcén après la reconquête, le senior Munio Jiménez2. La disparition précoce de ce personnage dans les textes et l’absence de toute mention postérieure de tenencia à Marcén conduisent à supposer qu’il devait s’agir d’une petite fortification. Il n’en subsiste plus qu’un mur de courtine, à l’est de l’église paroissiale de San Pedro. Marcén apparaît encore en 1103, dans la délimitation d’un territoire castral voisin (La Iglesieta), avec mention d’un casal et d’un four entre Marcén et Gabarda3, puis en 1105, lors de la donation du castrum d’Alcalá (Alcalá del Obispo) à la cathédrale de Huesca et à l’évêque Esteban4.

Les travaux réalisés

3Les travaux réalisés en 2004 visaient à poursuivre le dégagement des constructions du secteur II, en étendant la zone fouillée l’année précédente en direction du nord jusqu’au ravin (fig. 1 et 2).

Fig. 1. — Las Sillas. Vue aérienne du secteur II depuis le nord.

Fig. 1. — Las Sillas. Vue aérienne du secteur II depuis le nord.

4L’aire de fouille ainsi obtenue couvrait une surface de 250 m2, divisée en carrés de 5 m de côté. Une dizaine de constructions ont été mises au jour, dont deux seulement n’ont pu être fouillées de manière exhaustive (UA 20 et 22) par manque de temps. Leur dégagement s’est opéré d’est en ouest, par décapages successifs de couches de 20 cm d’épaisseur sur une largeur d’un mètre. Les travaux ont également inclus plusieurs interventions d’un engin mécanique destinées à dégager le fossé séparant la plate-forme du plateau de Mogache, ainsi que la réalisation de deux séries de photographies aériennes.

Fig. 2. — Las Sillas. Plan du secteur II.

Fig. 2. — Las Sillas. Plan du secteur II.

La stratigraphie

5La stratigraphie rencontrée au cours de la fouille des constructions mises au jour était généralement homogène et comprenait cinq niveaux aisément différenciables sur une hauteur moyenne comprise entre 0,80 m et 1,30 m. Un premier niveau était constitué par l’humus végétal, de 8 à 12 cm d’épaisseur selon les endroits. Il était composé par de la terre meuble, parfois poussiéreuse, incluant des racines, des broussailles et des cailloutis. Le deuxième niveau, ou couche d’abandon, variait de 0,40 à 0,80 m d’épaisseur selon les habitations. Il s’agissait d’une couche de terre compacte, parfois très dure, de couleur jaunâtre, incluant des moellons, des blocs de grès effondrés et des fragments de céramique. Le sol d’occupation, de couleur grisâtre, était formé par une terre compacte, plus légère que la précédente, comprenant de nombreux fragments de céramique, des débris de charbon de bois et des petits morceaux d’argile rouge. Ce sol recouvrait un niveau de comblement de couleur claire déposé par les bâtisseurs du site lors de la construction des lieux. De 10 à 20 cm d’épaisseur, particulièrement dur, ce remblai construit était destiné à combler les cavités de la roche pour rendre la circulation plus aisée au sein de chacune des pièces. Il reposait sur le rocher nivelé, dans lequel on discernait souvent les cavités destinées à recevoir les claies nécessaires à l’extraction des blocs de grès destinés aux parois des habitations, ainsi que, par endroits, des restes des foyers laissés par les bâtisseurs au sein desquels se trouvaient fréquemment des fragments de petits récipients globulaires (pots et orzas) à pâte fine, avec ou sans anse, associés à quelques ossements d’animaux et de fins charbons de bois. Dans plusieurs cas, ces cavités étaient également destinées à recevoir des poteaux soutenant une couverture végétale.

Les constructions du secteur II

6Toutes les constructions fouillées en 2004 s’étageaient le long de la pente depuis l’îlot A jusqu’au ravin, confortant ainsi l’idée que les bâtisseurs cherchèrent à tirer profit de toute la surface disponible de la table rocheuse. Il s’agissait de pièces rectangulaires, dépourvues d’étages, de dimensions variables, dont les parois étaient constituées par le rocher taillé ou par des murs formés, tantôt de gros blocs de grès, tantôt de lits de pierres sommairement équarries et jointes au mortier de terre (46 ou 60 cm de large). Dans ce dernier cas, un bloc de grès vertical venait conforter à intervalles réguliers la maçonnerie, selon un procédé déjà observé dans d’autres régions d’al-Andalus, comme à Vascos. La rareté des tuiles canal, en moyenne une par pièce, laisserait volontiers supposer que ces constructions étaient protégées par une couverture végétale. Ces pièces étaient regroupées en quartiers séparés par des ruelles dans la partie haute du site et par des venelles serpentant entre les habitations aux abords du ravin. À la différence de l’îlot A, qui formait un quartier d’habitations bien individualisé de 140 m2, il est encore impossible de préciser l’organisation spatiale de la zone fouillée en 2004 en déterminant le nombre de pièces que comprenait l’îlot B. L’extension de la fouille vers l’ouest et l’est, projetée pour 2005, devrait fournir une réponse à ce problème, mais on peut déjà noter que des contraintes topographiques obligèrent les bâtisseurs à se plier à l’inclinaison du terrain en édifiant des pièces qui s’étageaient sur plusieurs niveaux, comme dans le cas de la pièce no 14 (6,40 m x 4 m). À l’exception de l’UA 21 (5,90 m x 3,70 m), les autres constructions mises au jour présentaient des dimensions plus modestes, à l’exemple de l’UA 16, d’une largeur de 1,80 m, ou des UA 18 (3,90 m x 2,80 m) et 19 (4,30 m x 2,30 m). Au sein de cet ensemble, une attention particulière a été accordée à la pièce no 15 : à la suite d’un effondrement du mur appareillé qui la délimitait au sud, cette pièce fut condamnée et fermée par des blocs de grès et des moellons. Le réduit ainsi obtenu fut utilisé comme foyer, puis comme dépotoir et rempli sur plus de 1,10 m de hauteur par des pierres, de nombreux fragments de céramique et des ossements d’animaux provenant de déchets de cuisine. Ces huit pièces semblent appartenir à un même ensemble auquel on a provisoirement donné le nom d’îlot B. Les UA 20 et 21 paraissent également appartenir à cet ensemble, ce qui porterait à huit le nombre des pièces de cet îlot (numérotées de 14 à 22), conformément à ce qui a été observé dans l’îlot A. L’extension de la zone fouillée en direction de l’ouest a permis de mettre en évidence la présence d’un troisième quartier séparé du précédent par une vaste habitation entièrement creusée dans le rocher et sur laquelle s’ouvraient plusieurs pièces en partie recouvertes par les bermes du carroyage (UA 24 et 25). Cette construction, désignée sous le nom de UA 23, s’achevait au nord par un large canal d’évacuation des eaux qui menait jusqu’au ravin. Elle était parcourue en son centre par des cavités circulaires d’une quinzaine de centimètres de diamètre. Le mobilier qui y fut collecté était particu-lièrement riche puisqu’il comprenait 1 327 tessons et divers fragments de poutres et de solives, envoyées au laboratoire de C14 et de dendrochronologie d’Archéolabs pour analyse et datation.

Le mobilier

7Par suite de l’extension de la surface fouillée et du nombre de pièces exhumées, le mobilier recueilli au cours des trois campagnes de l’année 2004 s’est avéré riche et varié : il se compose en effet de 4 134 tessons de céramique, d’une vingtaine d’objets métalliques et lithiques — mortier, hache polie — et de fragments de verre. La répartition de ce matériel en fonction des pièces fouillées témoigne de sensibles différences, le mobilier contenu dans l’UA 19 (1 327 tessons) et l’UA 23 (687 tessons) représentant près de la moitié de l’ensemble collecté. De manière très suggestive, on notera également que les constructions les plus élevées de l’îlot B sont beaucoup plus riches (UA 14, 17, 18 et 19), ce qui confirmerait volontiers l’hypothèse selon laquelle elles servaient d’habitation, tandis que les structures taillées dans la roche à proximité du rocher étaient plutôt des espaces de stockage (UA 20, 21 et 22).

8Très abondant, le mobilier céramique se présente toujours sous une forme très fragmentée, ce qui complique la restauration et l’étude des formes. Aussi, dé-laissant momentanément l’analyse de ce matériel d’après des critères fonctionnels, on se limitera à fournir quelques observations provisoires à partir des formes identifiables. Ce matériel des xe-xie siècles révèle une écrasante majorité de tessons non glaçurés (plus de 75 %) appartenant à une vaisselle de cuisine utilisée pour la cuisson ou le stockage des aliments et des produits liquides. Dans ce groupe dominent des marmites globulaires à deux anses et fond convexe, présentant un décor incisé sur le haut de la panse fait de stries et de vaguelettes (fig. 3, p. 340), de grandes cruches à eau (jarras) à pâte claire, recouvertes d’un engobe blanchâtre, et caractérisées par des décors peints à l’oxyde de manganèse sur le col et la partie haute de la panse, tout comme des récipients plus petits appelés jarritas avec leurs couvercles, dont deux ont été retrouvés dans un parfait état de conservation. Le matériel glaçuré, beaucoup moins abondant (25 %), est largement dominé par des ataifores ou grands plats à pied annulaire et lèvres convergentes parmi lesquels trois types ont été distingués. Les plus fréquents sont des plats d’une trentaine de centimètres de diamètre intérieur, décorés de jets courbes peints au brun de manganèse ou à l’oxyde de cuivre sur une glaçure dite melado. Une deuxième série, représentée ici par deux exemplaires, est constituée par des plats à glaçure stannifère de couleur blanchâtre présentant en leur centre un décor de points peints à l’oxyde de cuivre disposés en cercle. Le troisième type d’ataifor observé est un beau fragment décoré au moyen de la technique dite verde manganeso sur fond blanc, avec une bande transversale figurant un décor de tresses. Le reste du mobilier glaçuré est constitué par des fragments de redomas peintes à l’oxyde de manganèse ou de cuivre sur fond de melado et des fragments de petits pots à une anse. On relèvera encore la présence de plusieurs fragments de tinajas, de lampes à huile (candiles), de deux récipients à décor de cuerda seca parcial, ainsi qu’une marmite vernissée à deux anses, lèvres en triangle et fond plat.

Fig. 3. — Las Sillas, îlot B. Marmite globulaire à deux anses.

Fig. 3. — Las Sillas, îlot B. Marmite globulaire à deux anses.

9La détermination des ossements d’animaux contenus dans les foyers n’établit pas de changement significatif dans l’alimentation au cours des xe-xie siècles, même si la nourriture semble avoir été plus variée pendant la période taifale. L’étude menée par le centre de zootechnie de Maisons-Alfort montre, comme dans les autres bâtiments fouillés, que l’essentiel de l’alimentation était constitué par des petits ruminants, chèvres et moutons (86 % des échantillons prélevés dans l’UA 15), le reste du matériel osseux se rapportant surtout à des lapins, des poules et des sangliers ou porcs sauvages.


  

10Il est difficile de formuler des conclusions définitives dans la mesure où les recherches sont encore en cours et qu’une partie seulement de cet établissement rural a été fouillée ; on se limitera donc à trois observations.

11Une première conclusion concerne la date à laquelle l’habitat fut construit. Contrairement à ce que nous avions d’abord supposé, il s’agit d’une fondation islamique, même si la table rocheuse fut peut-être utilisée comme aire d’ensilage pendant l’Antiquité comme le suggèrent plusieurs silos recouverts par les sols de comblement déposés par les bâtisseurs, quatre fragments de céramique sigillée et une monnaie ibérique du ier siècle av. J.-C. Les datations faites au C14 sur les enduits et le bois de la charpente de la mosquée par le laboratoire de l’université de Gröningen ont fixé la fondation des lieux autour de 940 (± 20 ans), c’est-à-dire sous le règne de ‘Abd al-Raḥmān III (912-961). Pour le reste, la documentation latine, la stratigraphie, le mobilier recueilli et la présence d’une monnaie de l’émir al-Muqtadir de Saragosse (1046-1081) montrent que le site fut occupé de manière continue jusqu’à la reconquête aragonaise. L’absence de toute trace de destruction violente ou de combat conduit à admettre que l’abandon s’opéra avant l’arrivée des troupes aragonaises dans la région au début du xiie siècle. Les populatores chrétiens s’établirent ensuite à proximité d’un castillo et de l’église San Pedro, suivant un processus de déperchement de l’habitat fréquent dans la vallée de l’Èbre.

Las Sillas, secteur I. Arc outrepassé de la mosquée.

Las Sillas, secteur I. Arc outrepassé de la mosquée.
  • 5  Ibn ayyān, Al-Muqtabis V, pp. 296-297 ; trad. espagnole Viguera et Corriente, 1981, p. 328.

12Les circonstances dans lesquelles apparut cet établissement demeurent obscures, mais il est permis d’avancer que sa fondation se produisit au cours des premières années du règne du calife ‘Abd al-Raḥmān III, soit dans le cadre de la « reconquête » de la vallée de l’Èbre par le pouvoir cordouan, soit peu après la défaite de Simancas (939), lorsque le souverain décida d’accorder une large autonomie aux grands lignages qui dominaient les marches d’al-Andalus. Selon le chroniqueur Ibn Ḥayyān, le calife divisa alors les régions en lots qu’il confia à des gouverneurs — parmi lesquels figurent les Banū Shabrīt dans la région de Huesca —, et c’est peut-être dans ce contexte que de nouveaux centres de peuplement se mirent en place, comme Alberuela, La Iglesieta ou Marcén, ce qui expliquerait l’absence de vestiges antérieurs à l’époque califale sur tous ces sites5.

13La nature de l’habitat justifie enfin une dernière remarque. Loin de constituer un domaine privé (almunia), Las Sillas apparaît maintenant comme le lieu de résidence d’une communauté rurale (qarya), même si les documents latins signalent à plusieurs reprises l’existence d’une almunia d’un nom très proche de celui du propriétaire cité en 1103, à savoir l’almunia de Abincebala. L’organisation générale de l’habitat montre que sa construction ne fut pas le résultat d’une démarche empirique mais plutôt d’une conception d’ensemble soigneusement planifiée, réalisée en un même moment et par une même communauté rurale.

Haut de page

Bibliographie

Durán Gudiol, Antonio (éd.) (1965), Coleccíon diplomática de la catedral de Huesca, Saragosse.

Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabis V de Ibn Ḥayyān, Pedro Chalmeta, Federico Corriente et Mahmud Subh (éd.), Madrid-Rabat, 1979 ; trad. espagnole notes et index María Jesús Viguera et Federico Corriente (1981), Crónica del califa ‘Abdarraḥmān III an-Nāṣir entre los años 912 y 942 (al-Muqtabis V), Saragosse.

Ubieto Arteta, Antonio (1951), Colección diplomática de Pedro I de Aragón, Saragosse.

Haut de page

Notes

1  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. no 55 (1093).

2  Ubieto Arteta, 1951, doc. no 116 (1102).

3  Ibid., doc. no 130 (1103).

4  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. no 94 (1105).

5  Ibn ayyān, Al-Muqtabis V, pp. 296-297 ; trad. espagnole Viguera et Corriente, 1981, p. 328.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Las Sillas. Vue aérienne du secteur II depuis le nord.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2. — Las Sillas. Plan du secteur II.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 3. — Las Sillas, îlot B. Marmite globulaire à deux anses.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Las Sillas, secteur I. Arc outrepassé de la mosquée.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Sénac, « Un village islamique de la vallée de l’Èbre (xe-xie siècle) : Las Sillas (Marcén) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 335-341.

Référence électronique

Philippe Sénac, « Un village islamique de la vallée de l’Èbre (xe-xie siècle) : Las Sillas (Marcén) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/1405

Haut de page

Auteur

Philippe Sénac

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org