Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Regards croisés

Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne

Michel Banniard
p. 277-281
Référence(s) :

Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne [ixe-xiie siècle](2 vol.), Madrid, Casa de Velázquez, 2003, 1403 pp.

Texte intégral

1La construction de la culture médiévale européenne a toujours constitué un sujet de prédilection pour les historiens, souvent embarqués dans la difficile poursuite des méandres par lesquels la culture de l’Antiquité tardive s’est transmise et transformée pendant le très haut Moyen Âge avant de connaître métamorphoses et expansion dans le Moyen Âge féodal. Le terme de culture est suffisamment polysémique pour autoriser des enquêtes multiformes, depuis les savoirs proprement intellectuels jusqu’aux savoir-faire artisanaux en passant par des techniques fondamentales comme la connaissance et la maîtrise de la langue écrite traditionnelle, le latin. La période et le territoire qu’a choisi de scruter Michel Zimmermann délimitent un cadre à la fois significatif et privilégié pour ce type d’interrogation. Il est significatif parce que la fourchette séculaire traitée est celle où apparaît à la surface de l’histoire une nouvelle entité européenne, la Catalogne ; il est privilégié parce que la documentation disponible pour suivre cette émergence est exceptionnellement riche dans le cadre de la thématique choisie. La Catalogne fait figure de carrefour à plus d’un titre : chronologiquement, entre la tradition wisigothique et l’innovation franque ; géographiquement entre l’espace islamisé d’al-Andalus et les royaumes chrétiens du Nord hispanique et de l’Est français ; linguistiquement, entre l’Ouest castillanophone et l’Est occitanophone.

2Comme toujours, dès qu’est abordé le thème des savoirs et des pouvoirs de la société altimédiévale, s’est posée la question commune à toute l’histoire de l’Europe issue directement ou indirectement de l’ancien Empire, du fonctionnement de la communication écrite et de son rapport à la communication orale. La première repose entièrement sur la maîtrise, artificielle par définition (même au temps de la latinophonie), de la langue écrite, autrement dit le latin, sous toutes ses formes ; la seconde dépend du statut de la parole naturelle de la collectivité des locuteurs. Or, la disparition de l’Empire romain, entre autres multiples conséquences, a mis en question tant la latinité (écrite) que la latinophonie (parlée) dans un long âge de transition. Regarder la Catalogne après 800 permet de tracer un état des lieux au terme de ces fluctuations, au moment où se cristallise un monde différent, sous la forme non pas évidemment de ruptures complètes, mais de différenciations suffisamment profondes pour constituer de nouveaux systèmes humains. Parmi ces réorganisations figure en bonne place la métamorphose finale du latin parlé tardif en protoroman, avec toutes les conséquences que cela a impliqué dans les relations du pouvoir et du savoir au sein de la société. C’est de ce point de vue communicationnel qu’est parti M. Zimmermann pour interroger les chartes et les manuscrits dont la Catalogne médiévale est riche dans un long face-à-face personnel avec une documentation protéiforme qu’il a parcourue en tous sens (en émaillant ce long parcours de nombreuses publications préliminaires).

3Sa quête terminée, il a soutenu en 1992 une thèse de doctorat d’État qui a fait date et qui n’a été lisible que dans sa version dactylographiée avant de paraître enfin en 2003 sous la forme d’un beau livre en deux volumes qui en reprend l’intégralité. L’auteur a réussi à extraire de la masse documentaire une œuvre qui unit de nombreuses et précieuses citations originales à un long commentaire personnel, le tout étant organisé à l’intérieur d’un plan soigneux, qui donne l’impression (agréable, quoique illusoire) d’un ordonnancement non pas conquis, mais donné.

4Quatre grandes parties rythment l’ouvrage. Les deux premières concernent les fondements de cette histoire, autrement dit la question de la langue. La première, « Le choix de l’écriture » (pp. 9-170), étudie en ce sens les aspects institutionnels et formels de la rédaction de textes vitaux comme « Le testament » (pp. 25-38), « Le serment » (pp. 38-58), se penche sur « La fierté d’écrire » (pp. 81-112), ou scrute les stades de « La genèse de l’écriture » (pp. 113-170).

5La seconde, « Mouvements et pulsions de l’écriture » (pp. 173-462), engage une étude fine et nuancée sur les rapports fluctuants qu’entretient cette écriture juridique et notariale avec les contraintes de la norme écrite traditionnelle latine et les innovations irrésistibles de la parole réelle. M. Zimmermann n’a pas reculé devant l’étude minutieuse de la question, difficile entre toutes, du statut culturel, social et langagier de cette langue. Il s’interroge sur « Les mésaventures de l’écriture savante » (pp. 175-206), constate la capacité des scribes à pratiquer « l’émancipation créatrice » (pp. 246-284) et souligne la « Vitalité des formulaires » (pp. 251-263). À partir de ces conclusions formelles, il commence à « sonder les reins et les cœurs » des rédacteurs en donnant à voir leur représentation du monde, tant grâce au « Temps apprivoisé » (pp. 327-348) qu’à « L’écriture du salut » (pp. 348-423), où se profile en arrière-plan tout l’horizon affectif et religieux de ces gestes comptables. Ces pages culminent en un dernier chapitre attendu sur « Les contraintes de l’oralité et le surgissement de la langue vernaculaire » (pp. 425-466) qui permet de suivre in vivo l’élaboration d’une écriture qui consacre la nouvelle langue romane.

6Cette histoire langagière ouvre logiquement la voie à des questions plus traditionnelles en historiographie sur ce que nous appellerions la culture au sens spécifique de connaissances livresques. C’est l’objet de la troisième partie, « Livres et lectures » (pp. 465-613) qui, faisant appel à toutes les sources disponibles, depuis les allusions épistolaires jusqu’aux inventaires des collections en passant par les énumérations privées (testaments) ou institutionnelles (dotations), dessine une histoire des moyens alors disponibles pour l’exercice de la culture savante. C’est ici que le livre ajoute son apport à la problématique tant traitée du statut de la culture écrite dans le haut Moyen Âge, la fameuse literacy / Schriftlichkeit. L’enquête de M. Zimmermann permet de rattacher résolument la Catalogne altimédiévale à la continuité de la culture écrite, même si les modalités de sa transmission ont été souvent aléatoires et les niveaux de ses détenteurs bien contrastés. Le côté matériel du livre en tant qu’objet est abordé en premier : scriptoria, prix, valeur… (pp. 467 sqq). Puis l’auteur dénombre les détenteurs de livres : laïcs (peu !), moines, abbés, prêtres, évêques… (pp. 498 sqq), ce qui permet de vérifier une nouvelle fois combien ce savoir est largement devenu le propre des lieux ecclésiaux et monastiques. Précisant ensuite l’outillage matériel, l’enquête commence par « l’équipement de base des églises rurales » (pp. 523-535), se poursuit par les livres possédés par les abbayes (pp. 551-588), avant de dresser un catalogue détaillé de la Bibliothèque capitulaire de Vic et de la Bibliothèque épiscopale d’Urgell (pp. 589-607).

7La quatrième et dernière partie couronne l’ouvrage sous le titre bienvenu de « Genèse culturelle » (pp. 619-1013). L’auteur y aborde des questions plus spéculatives, comme le rôle de la Catalogne comme « conservatoire wisigothique » (pp. 620-674), avec évidemment Isidore, bien présent, et « les manuscrits de la loi gothique » (pp. 660-668), sans négliger quelques regards sur la « culture du peuple » (pp. 668-674). Un nouveau chapitre traite de « la transmission des classiques et [de] l’accès à la culture grecque » (pp. 674-723), soulignant la connaissance de Virgile, d’Horace, des Pères de l’Église (essentiellement Augustin et Grégoire), tout en détectant les éléments d’une connaissance (élémentaire) du grec. Puis M. Zimmermann dresse un état des apports externes dans leur déroulement chronologique (pp. 752-822), empreinte carolingienne, Cluny, pays d’oc, etc. Plongeant plus profondément dans la réalité de cette interaction culturelle, l’œuvre étudie ensuite « la Bible des Catalans » (pp. 833-870), tant sous sa forme matérielle (quels manuscrits étaient disponibles) que communicationnelle (comment les sermonnaires et les hymnaires la mettaient en acte oral collectif). Toute cette documentation écrite latine supposait un savoir grammatical dont un nouveau chapitre s’efforce de déterminer les fins et les moyens, « maîtres et écoles, livres et manuels, méthodes et programmes » (pp. 870-922). Parcourant les degrés du savoir, l’auteur aborde enfin le niveau le plus élevé pour l’époque avec un chapitre étonnamment intitulé « La tentation du savoir », autour de la figure emblématique de Gerbert d’Aurillac (pp. 949-982). La réflexion se clôt avec une méditation sur « La mesure du monde et l’invention de l’histoire » (pp. 982-1013) où M. Zimmermann trace les contours de l’émergence de la Catalogne à la conscience historique, entre la mémoire gothique, la marche franque, le désastre de 985, le dialogue avec l’espace occitan.

8Ces premières mille pages sont complétées par plus de deux cent cinquante autres qui offrent une documentation exceptionnelle (pp. 1023-1260). Bien entendu, viennent d’abord la liste des sources (pp. 1023-1046) puis la bibliographie (pp. 1047-1095), toujours précieuses. Sont procurées ensuite des annexes qui présentent des documents à la fois instructifs et émouvants pour le chercheur : parmi ceux-ci, des « préambules du xiie siècle » (pp. 1099-1101) ; « Ne pas savoir écrire : l’aveu d’une infirmité » (pp. 1107-1111) ; la carrière d’un rédacteur hors normes, « Poncius, scriptor comitis », avec la liste de ses actes (pp. 1116-1119) ; le « Serment prononcé par les Juifs à Barcelone » (p. 1139) ; « Livres et lecteurs en Catalogne » (pp. 1145-1181) ; la « Dotation en livres des églises rurales en Catalogne » (pp. 1183-1189). Des cartes guident le lecteur en historicisant cette géographie (pp. 1242-1247). Enfin, un dossier iconographique commenté reproduit un certain nombre de manuscrits (pp. 1250-1260).

9Le livre de Michel Zimmermann s’offre à la fois comme une somme de connaissances acquises et comme une banque de données richissime pour de nouvelles recherches. Si l’on se place en effet d’abord dans la perspective d’une histoire de la culture européenne depuis les origines impériales, ce livre vient inscrire dans un vaste ensemble de travaux issus de tous les pays de l’Occident un faisceau d’enseignements et de confirmations de première grandeur.

101. La Catalogne, comme les autres régions issues de l’ancien Empire, quels qu’aient pu être les chocs, les déplacements, les destructions au fil des siècles, est une civilisation de l’écrit. Cela, à au moins deux titres. Objectivement parce que, même au niveau des relations privées (testaments, serments, dons…), les milliers d’actes préservés montrent que l’écriture (sous la forme du savoir notarial) demeure la clef de voûte du droit, tant au niveau de la réalité contraignante (le texte oblige) qu’au niveau symbolique (l’écriture est le signe d’une validité supérieure à l’oralité). Subjectivement, parce que même si la proportion d’individus qui savent lire et surtout écrire demeure infime, toute la société (même chez les esprits indisciplinés) se réfère à la literacy comme à une valeur majeure dont le manque est ressenti comme une infirmité et la maîtrise comme un sujet de fierté. L’irrigation des mentalités se fait ainsi, même indirectement, par référence spéculaire à un savoir technique immémorial.

112. Les institutions ecclésiales au sens large ont constitué, là comme dans toute l’Europe, les sauvetés principales de la culture plus élaborée héritée de la chrétienté impériale. Les bibliothèques paroissiales, épiscopales et monastiques ont préservé le minimum vital avant de s’engager dans le redécollage intellectuel du xe siècle dont le mouvement est allé en accélération quasi continue. Depuis les textes fondamentaux de l’Écriture jusqu’aux ouvrages plus savants de grammaire ou d’astronomie, puis de mathématiques, en passant par les grands outils cultuels comme les lectionnaires et les psautiers, M. Zimmermann, en une série de fouilles quasi archéologiques, dessine la carte attendue de cette vie, finalement intense. Au passage, il montre comment se conservent ou se redécouvrent Virgile, Horace, Augustin, Grégoire le Grand. Il nous donne même les moyens de vérifier comment les intellectuels se colletaient à ces textes par l’intermédiaire de gloses, d’annotations, de découpages…

123. La position originale de la Catalogne a contraint ses élites à être au cœur de flux d’actions et de réactions complexes, notamment entre la tradition « nationale » gothique et la « restauration » innovante franque, l’une et l’autre formant un flux endogène qui constituait une sorte de réactif face aux apports de l’Ouest, lui-même déroulant de multiples influences, musulmane, mozarabe et juive. Sans pouvoir percer les secrets de l’alchimie catalane, le livre donne à voir comment l’espace et l’histoire catalanes sont parcourus de multiples fils originaux dont la somme permet de tisser une trame culturelle spécifique.

134. Un des sujets majeurs de l’ouvrage est précisément la genèse de la langue catalane. Les quatre cent cinquante premières pages du livre traitent de ce sujet passionnant et difficile. Depuis la date de soutenance de la thèse, de nombreux travaux sont venus enrichir notablement tant nos méthodes que nos connaissances sur cette question. De ce fait, M. Zimmermann s’est appuyé sur des modèles descriptifs anciens pour affronter l’étrange latinité des chartes. La masse de documents et d’analyses qu’il offre serait justiciable d’une discussion intégrale qui requerrait en fait un autre livre… L’essentiel est que lorsque l’historien résiste aux catégories heuristiques passées (bon latin, norme, latin classique…), plutôt inadaptées pour aborder ce champ purement linguistique, afin de se fier à ses intuitions, il trouve les formules justes : « Le latin des documents est une langue vivante, soumise aux besoins d’une société en formation, et une langue pratique, attachée à convertir en écriture des réalités matérielles et des situations relationnelles en mouvement ; ce qui aux yeux du philologue est incorrection est bien souvent un procédé d’écriture » (p. 176). Ces lignes donnent la clef de tous les problèmes à condition d’aller jusqu’au bout de cette modélisation. C’est-à-dire qu’il faut admettre que la langue de ces chartes n’est en fait plus du latin, mais du roman (donc du catalan), souvent pur, mais qui continue à être écrit en graphie latinisante. En d’autres termes, l’emploi des cas (qui fait si souvent sursauter M. Zimmermann) ne correspond plus à une fonction grammaticale efficace mais n’est qu’un trompe-l’œil qui sert à légitimer symboliquement le geste d’écrire. L’oralité effaçait ces scories, d’autant plus aisément que la lecture à haute voix se faisait avec un pur accent catalan (médiéval, évidemment). De temps en temps, la prononciation réelle est notée (voir les belles listes des pages 451 sqq.). En fait, l’écriture des chartes note un phrasé purement roman, en attendant qu’une scripta proprement catalane n’accepte la perte symbolique de la graphie latine pour faire place à la phonie réelle. Ce pas final sera fait avec les Homélies d’Organya (qui doivent sans doute beaucoup à la réforme grégorienne). Ces chapitres nous donnent à lire du catalan médiéval au niveau d’un acrolecte, tant par le niveau formulaire qui relève du savoir juridique que par le niveau graphique qui pare la parole romane des habits latins.

14L’annexe IX, p. 1127, en donne un splendide exemple du xe siècle que l’on comparera avec la belle reproduction en fac-similé de la p. 1260 (annexe XXVIII) : le phrasé des deux documents se superpose aisément, mais dans le second l’oralité est représentée même au niveau de sa phonie. La scripta est proprement catalane, conforme à celle des Homélies (sans doute contemporaines).

155. Enfin, on ne saurait quitter cet ouvrage sans insister sur la part importante qu’il apporte aux débats récemment surgis sur la légitimité des méthodes historiographiques développées notamment par l’école des médiévistes français. L’histoire des mots révèle l’histoire des choses, car, comme l’a écrit justement l’auteur : « Le champ des obligations nouvelles pesant sur la paysannerie est évoqué dans les termes où les paysans les dénoncent eux-mêmes ; c’est tout naturellement que la langue des chartes les répercute et que les contraintes formelles pesant sur les paysans sont définies avec les mots de ceux qui les combattent » (p. 442). Ni un notaire, ni un romancier, ni un poète n’auraient su inventer ces changements langagiers : ils ne peuvent venir que des locuteurs contemporains des faits, autrement dit du cœur de l’Histoire elle-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Banniard, « Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 277-281.

Référence électronique

Michel Banniard, « Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1415

Haut de page

Auteur

Michel Banniard

École pratique des hautes études (IVe section), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org