Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Comptes rendus

Julio Mangas y María del Mar Myro (eds.), Medio físico y recursos naturales de la Península Ibérica en la Antigüedad

Pierre Moret
p. 287-289
Référence(s) :

Julio Mangas y María del Mar Myro (eds.), Medio físico y recursos naturales de la Península Ibérica en la Antigüedad, Madrid, Fundación El Monte-Editorial Complutense (col. Testimonia Hispaniae Antiqua, III), 2003, 683 pp.

Texte intégral

1Ce volume est la quatrième livraison des Testimonia Hispaniae Antiqua (THA), œuvre collective d’une nombreuse équipe de philologues et d’historiens, coordonnés par Julio Mangas et Domingo Plácido, qui se sont proposé de réunir l’ensemble des textes anciens concernant la péninsule Ibérique. Avec vingt tomes prévus, les THA ambitionnent de remplacer les vénérables Fontes Hispaniae Antiquae d’Adolf Schulten et de Pere Bosch Gimpera, publiés à Barcelone entre 1922 et 1987. Les défauts de ce premier recueil de sources ont été soulignés à maintes reprises. À la présentation des sources, depuis longtemps complètement dépassée, tant du point de vue de la critique textuelle que de l’exégèse historique, s’ajoutait l’encom-brante personnalité d’Adolf Schulten qui, sous couvert de commentaires érudits, ne cessa de distiller au fil des volumes des Fontes sa propre vision de l’Ibérie antique.

2Le projet des THA corrige opportunément les lacunes et les principaux défauts des Fontes. Ce n’est plus l’œuvre discutable d’un seul homme, mais le résultat d’une recherche authentiquement collective. Pas moins de cinquante chercheurs, tous espagnols, ont pris part à l’élaboration du volume dont nous rendons compte ; leur travail a été coordonné par les éditeurs cités en titre, mais chaque contribution — que ce soit une notice biographique, un commentaire ou une traduction — est identifiée par les initiales de son auteur. D’autre part, à quelques exceptions près, les textes sont publiés d’après l’édition récente la plus autorisée et, progrès absolument décisif, un apparat critique est systématiquement fourni, ce qui permet au lecteur de repérer les variantes des manuscrits ainsi que les corrections ou les conjectures introduites par les éditeurs modernes. Enfin, les moyens modernes de recherche documentaire ont permis un balayage quasi exhaustif de l’ensemble de la littérature ancienne, grâce à quoi quelques trésors insoupçonnés, restés hors de la portée de Schulten, ont été exhumés et sont livrés pour la première fois à la curiosité des chercheurs.

3Ces mérites suffisent à faire de cette publication un outil absolument indispensable à quiconque travaille sur l’Hispanie antique, et l’on doit féliciter chaleureusement ses auteurs d’avoir su mener à bien, ne serait-ce que jusqu’à ce stade, une entreprise exigeante et complexe. Malheureusement, la présentation des résultats et, en particulier, certains choix qui concernent l’architecture même de la série ne permettent pas d’en tirer tout le profit qu’on pouvait espérer.

4Les deux premiers volumes reprenaient, de façon très classique, l’idée initiale de Schulten, en regroupant les témoignages les plus anciens qui nous sont parvenus. Ainsi, le premier est consacré à Aviénus (THA I. Avieno, Madrid, 1994), et le deuxième aux auteurs grecs jusqu’à Platon inclus (THA II A. La Península Ibérica en los autores griegos : de Homero a Platón, Madrid, 1998). Or, de façon déconcertante, le volume suivant (THAII B. La Península Ibérica prerro-mana, de Éforo a Eustacio, Madrid, 1999) marque un changement de cap. Le critère de classement n’est plus désormais la date de l’œuvre, mais la date des faits relatés. Les textes réunis sont ceux des auteurs postérieurs à Platon, grecs ou latins, qui se réfèrent à des faits antérieurs à la conquête romaine. Ce parti pris oblige à des choix discutables, en particulier quand les témoignages sont de nature mythographique, géographique ou ethnographique, auxquels cas le critère strictement chronologique (préromain/romain) s’avère bien souvent dépourvu de pertinence.

5Le troisième tome accentue encore les défauts de conception du précédent, au point que son maniement devient d’une complexité déroutante. Le critère de classement des textes change une nouvelle fois, et de façon plus radicale encore : il devient thématique. Comme l’indique une brève introduction, sont ici réunis tous les témoignages relatifs aux « condiciones físicas y recursos naturales de Hispania ». Une première partie recense les textes qui se réfèrent au milieu naturel, en cinq chapitres : généralités, topographie, phénomènes naturels, vents. La deuxième partie est consacrée à l’exploitation des ressources naturelles, en six chapitres : généralités, mines et métallurgie, agriculture et élevage, chasse, pêche. La troisième partie regroupe des « textes complémentaires ». Cette dernière, soit dit en passant, est restée pour nous un mystère insoluble. Les textes qu’elle réunit concernent l’armement, la tactique militaire, les vêtements, l’artisanat et diverses coutumes des Ibères. Tout cela n’a strictement rien à voir avec le titre et la thématique affichée en introduction. De quoi ces textes sont-ils complémentaires ? Aucune explication n’est fournie.

6Mais revenons aux deux premières parties. L’obligation de maintenir le nombre de pages dans des limites raisonnables et le souci compréhensible de ne pas répéter des passages déjà publiés dans les volumes précédents ont conduit les éditeurs à prendre deux partis qui s’avèrent, à l’usage, regrettables. D’une part, la totalité des œuvres de Strabon, Pline l’Ancien, Pomponius Mela et Isidore de Séville est écartée ; des volumes monographiques sont prévus à l’avenir pour chacun d’eux. Cette mutilation volontaire appauvrit singulièrement le volume, car les informations qu’ils fournissent sont infiniment plus riches que celles de tous les autres auteurs réunis.

7D’autre part, il n’est fourni pour les textes déjà publiés dans les volumes précédents que de très brefs renvois, regroupés en début de chapitre et limités au nom d’auteur abrégé, à la référence du passage et à une série de mots-clés thématiques. En l’absence d’un index des abréviations, seuls les hellénistes familiers du dictionnaire de Liddel, Scott et Jones sauront que l’auteur dissimulé derrière un « A » singulièrement opaque n’est autre qu’Eschyle. Quant aux mots-clés, sans doute ceux de la base de données servant à gérer l’ensemble des THA, ils se révèlent mal adaptés au contenu de ce volume, à tel point qu’ils n’ont souvent aucun rapport avec les thèmes des chapitres. Enfin, et c’est sans doute le choix le plus déconcertant, les textes sont classés à l’intérieur de chaque chapitre par ordre alphabétique des auteurs, ce qui ne permet ni une lecture suivie, ni même une vision tant soit peu synthétique de leur potentiel d’information. Il aurait été bien préférable d’aller au bout de la logique du plan thématique, en classant les textes par matières, analytiquement, à l’intérieur de chaque chapitre, et en regroupant au début ou à la fin du volume les notices biographiques des auteurs.

8En fait, on ne peut se servir utilement de ce livre qu’à partir des index, qui sont fort heureusement complets et très détaillés. Il y en a pour les mots latins, les mots grecs, les auteurs anciens et leurs œuvres, les anthroponymes, les toponymes et les matières, soit en tout plus de 130 pages. C’est en parcourant ces listes que l’on mesure à quel point l’énorme potentiel heuristique des THA a été bridé par un manque de cohérence dans la planification des volumes successifs.

9Ces observations, dont je ne voudrais pas qu’elles paraissent trop négatives, amènent en fin de compte à poser une question plus générale : à quoi sert, à notre époque, de publier en volumes une collection de sources aussi immense ? Il est évident qu’il serait beaucoup moins coûteux et plus rapide pour les éditeurs, et infiniment plus pratique et plus efficient pour les utilisateurs, de disposer d’un CD-Rom que l’on pourrait interroger à sa guise en fonction des besoins de chacun : consultation de la biographie des auteurs, recherche de l’ensemble des références d’un même auteur concernant l’Hispanie, utilisation optimale des mots-clés thématiques, recherche automatisée de mots grecs ou latins seuls ou associés à d’autres mots, etc.

10L’avenir appartient sans nul doute, dans ce domaine bien particulier, aux publications à support numérique, quel que soit d’ailleurs leur mode de diffusion. Ces suggestions ne doivent pas nous empêcher, bien au contraire, de souhaiter que l’entreprise des THA se poursuive et parvienne à bon port.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Moret, « Julio Mangas y María del Mar Myro (eds.), Medio físico y recursos naturales de la Península Ibérica en la Antigüedad », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 287-289.

Référence électronique

Pierre Moret, « Julio Mangas y María del Mar Myro (eds.), Medio físico y recursos naturales de la Península Ibérica en la Antigüedad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1420

Haut de page

Auteur

Pierre Moret

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org