Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Comptes rendus

Belén Molina Huete, La trama del ramillete

Samuel Fasquel
p. 291-293
Référence(s) :

Belén Molina Huete, La trama del ramillete. Construcción y sentido de las «Flores de poetas ilustres» de Pedro Espinosa, Sevilla, Fundación José Manuel Lara, 2003, 396 pp.

Texte intégral

1Belén Molina Huete, actuellement professeur associée à l’Université de Málaga, a soutenu une thèse dirigée par José Lara Garrido, dont La trama del ramillete. Construcción y sentido de las « Flores de poetas ilustres » de Pedro Espinosa est la version remaniée. Cet ouvrage lui a valu le prix Manuel Alvar de Estudios Humanísticos 2003. Elle signe là un travail dont la richesse et la grande rigueur scientifique emportent l’adhésion du lecteur. Les recueils poétiques collectifs du xviie siècle constituent un champ d’étude relativement peu exploré, malgré les travaux de J. Lara Garrido sur le Cancionero Antequerano (1988), de P. Villar Amador sur les Flores de poetas ilustres (1994), ou ceux plus récents qu’I. Osuna a consacrés à la Poética Silva (2000). La lecture de La trama del ramillete permet de situer le recueil d’Espinosa dans l’histoire de l’anthologie et de mener une réflexion sur ce que Belén Molina considère comme un genre à part entière.

2Ses recherches lui permettent de dévoiler l’influence de ce florilège et de commenter ses éditions postérieures (chap. I : « Hacia una historia crítica de la recepción de las Flores de poetas ilustres de Pedro Espinosa »). Elle rend justice à l’auteur en jetant un jour nouveau sur la dispositio des compositions qu’il recueille dans ce qu’elle considère comme le plus important florilège du siècle (chap II : « Para una hermenéutica del proceso y la conformación de la antología »), dont elle étudie la facture maniériste dans le troisième et dernier chapitre de son ouvrage (« Las Flores de poetas ilustres como modelo de antología manierista »).

3Belén Molina mène une étude critique des éditions postérieures du recueil de 1605, notamment celle de Juan Quirós de los Ríos et Francisco Rodríguez Marín (1896). Elle retrace les vicissitudes de cette édition à travers les relations épistolaires qu’entretenaient Rodríguez Marín et Menéndez y Pelayo, qui rendent compte, en particulier, du découragement du premier alors que Quirós de los Ríos vient de mourir et qu’il doit poursuivre seul la tâche entreprise. Belén Molina analyse la lecture des Flores réalisée par les érudits espagnols du xixe siècle en s’interrogeant sur la conception du travail philologique qui y transparaît. Elle déplore que « le positivisme espagnol brille par son absence » dans des études où règnent « un romantisme infructueux et un dilettantisme archivistique » (p. 79).

4L’auteur s’oppose d’emblée (pp. 12-13) à la thèse défendue par Rodríguez Marín lorsqu’il affirmait qu’Espinosa « n’eut aucune sorte de préférence dans la disposition de cette anthologie », thèse reprise par Pablo Villar Amador en 1994 (Estudio de las « Flores de poetas ilustres de España» de Pedro Espinosa, Grenade, p. 59). Les séquences internes qu’elle met en évidence lui permettent de démontrer qu’au rebours de ce qu’affirmaient ces critiques, l’organisation du recueil, loin d’être le fruit du hasard ou l’effet de circonstances biographiques, a été mûrement réfléchie par Espinosa. Cette nouvelle perspective la conduit à relever l’importance fonctionnelle des compositions satiriques ou burlesques de Quevedo et de Baltasar del Alcázar, qui servent, non seulement à réaliser des pauses humoristiques (« establecer los quiebros en los que se producen cambios de tono hacia el humor », p. 156), mais encore, parfois, à matérialiser le passage d’une séquence à l’autre (p. 268). Cette « lecture syntagmatique » accompagne une « lecture paradigmatique des auteurs, thèmes, genres et formes » du florilège, qui met en avant les dominantes et les innovations du recueil, considéré depuis plusieurs années comme un manifeste poétique. L’auteur lit dans les Flores « une irruption — et une rupture — dans la tradition poétique la plus immédiate » (p. 12). En effet, Espinosa refuse l’unité métrique ainsi que l’anonymat commun dans les nombreuses éditions du Romancero et privilégie les formes italiennes, notamment le sonnet. Il consacre en outre le triomphe de Góngora et de ses imitateurs, tels que Martín de la Plaza, poète qui compte le plus grand nombre de compositions après le maître cordouan. La fréquence des madrigaux est une autre singularité soulignée par Belén Molina, qui remarque également que pour la première fois des compositions de Quevedo sont regroupées dans un ouvrage imprimé. C’est un autre mérite de l’auteur que de rendre compte de la présence, aux côtés de poètes connus et étudiés comme Góngora, Quevedo, Lope, ou Lupercio de Argensola, d’auteurs moins familiers tels Agustín de Tejada y Páez, ou Hipólita et Luciana de Narváez, dont certains, comme Juan de Morales, n’ont laissé d’autres traces dans la littérature que celles recueillies en 1605.

5En se fondant notamment sur les caractéristiques du maniérisme énoncées par J. Lara Garrido, Belén Molina remarque que plusieurs de ses traits sont également propres aux Flores de poetas ilustres, qu’elle qualifie d’« authentique modèle d’anthologie maniériste » (p. 391). Elle cherche les modèles possibles d’Espi-nosa parmi les anthologies italiennes et les œuvres antiques, notamment les Odes d’Horace, et discute la pertinence de certains rapprochements. Ses recherches lui permettent également de contester le titre donné par J. Quirós de los Ríos et Rodríguez Marín à un manuscrit de 1611, connu depuis lors comme Segunda parte de las Flores de poetas ilustres. La disparition de Góngora, la présence de Quevedo dans sa veine grave uniquement et, surtout, une organisation interne fondée sur l’identité des auteurs et non sur la création de séquences internes sont autant de facteurs permettant de rejeter la filiation directe entre les deux ouvrages. À travers une réflexion sur les enjeux de la varia brevitas et de la dispositio adoptés par Espinosa, elle met en avant les caractéristiques qui fondent la singularité esthétique du recueil parmi les florilèges imprimés et manuscrits du xviie siècle. Elle parvient ainsi à situer le recueil dans l’histoire des anthologies poétiques collectives espagnoles.

6Ce brillant ouvrage offre au lecteur un fil d’Ariane qui l’oriente à travers la trame labyrinthique tissée par Espinosa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Fasquel, « Belén Molina Huete, La trama del ramillete », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 291-293.

Référence électronique

Samuel Fasquel, « Belén Molina Huete, La trama del ramillete », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1426

Haut de page

Auteur

Samuel Fasquel

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org