Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Comptes rendus

Antonio Mestre Sanchis, Apología y crítica de España en el siglo xviii

Françoise Étienvre
p. 293-296
Référence(s) :

Antonio Mestre Sanchis, Apología y crítica de España en el siglo xviii, Madrid, Marcial Pons Historia, 2003, 372 pp.

Texte intégral

1Le livre récemment publié par Antonio Mestre est un recueil de douze études, dont trois inédites, les neuf autres ayant été publiées dans des revues espagnoles ou étrangères, entre 1984 et 2000. Il faut souligner que la plus longue d’entre elles, intitulée « Los austracistas : proyectos culturales y crítica política », est un texte totalement inédit, destiné à renforcer la dimension politique d’un livre consacré principalement à l’histoire culturelle. Ces études sont divisées en deux ensembles : « España en su historia », « España en Europa », division qui n’a rien d’absolu tant les rapports des Espagnols à l’Europe constituent un thème récurrent dans l’ouvrage. Quelques pages de présentation, très éclairantes, ouvrent le recueil. Elles précèdent une substantielle introduction (30 pp.), véritable essai qui offre une réflexion générale sur la portée des différents points abordés dans les pages qui suivent.

2L’objet principal du livre, bien résumé dans le titre, est de montrer comment, dès l’époque des novatores et tout au long du xviiie siècle, il existe, au sein d’une élite intellectuelle, une prise de conscience des déficiences de l’Espagne, prise de conscience qui entraîne des réactions aussi bien critiques qu’apologétiques, a priori opposées, mais pouvant très bien se mêler. A. Mestre n’omet pas de souligner, avec raison, l’importance du regard des nations étrangères dans l’éclosion de ces attitudes contraires.

3D’étude en étude, il est très bien montré comment la critique historique, dont Mayans est un des plus fervents partisans, prend naissance dans l’Espagne de la seconde moitié du xvie siècle, lorsque l’érudition prend le pas sur l’humanisme, avant de se développer au siècle suivant, sans pouvoir empêcher que triomphent dans le même temps les fausses chroniques (los falsos cronicones). À la fin du xviie siècle, conscients de la décadence de la culture espagnole, une poignée de novatores (parmi lesquels Mondéjar, Nicolás Antonio, Juan Lucás Cortés, Tomás de León) s’efforce de réagir. Pour ce faire, ils regardent en direction de l’Europe et, sans tomber dans le piège de la fascination paralysante, ils cherchent à connaître les nouvelles données du savoir pour s’en inspirer. Par ailleurs, ils se tournent vers le passé glorieux de leur nation, non pas pour s’y absorber dans une contemplation béate, mais afin d’y trouver des raisons d’espérer et y puiser l’énergie pour aller de l’avant. C’est de ce double mouvement que naît l’alliance de vision critique et d’apologie, celle-ci étant fondée uniquement sur des faits avérés. Pour ces hommes, la recherche et l’exacte interprétation de documents authentiques sont fondamentales. Du reste, ils n’hésitent pas à communiquer, au besoin, ces documents à des érudits étrangers, ce qui leur permet de donner une image plus exacte de l’Espagne et de se montrer prêts à intégrer un mouvement européen, désireux de promouvoir une autre façon d’écrire l’histoire. Se trouve ainsi lancée une démarche, reprise et amplifiée ensuite par Martí, Mayans et tant d’autres encore, dans leur sillage.

4Cette recherche de la vérité historique connaît cependant des limites. A. Mestre n’omet pas de rappeler que bon nombre de ces érudits répugnent à appliquer jusqu’au bout la pratique de l’argument négatif, recommandée par Mabillon. Cela est particulièrement net pour tout ce qui a trait à la présence de saint Jacques en Espagne (la fameuse tradición jacobea). Mondéjar, tout comme Feijoo, qui luttent pourtant contre les fausses chroniques, ou encore le P. Flórez dans son España sagrada, refusent de se prononcer à l’encontre de cette pieuse tradition, trop profondément ancrée dans la conscience collective, préférant s’exposer aux observations de leurs correspondants étrangers plutôt qu’aux foudres de leurs compatriotes. Martí et Mayans sont les seuls, pense A. Mestre, à avoir osé déclarer qu’ils considéraient cette tradition comme une fable, et encore Mayans ne l’a-t-il fait que dans sa correspondance privée, s’opposant à toute diffusion de son opinion. Le lecteur souscrit volontiers à l’explication que donne A. Mestre d’une attitude aussi timorée : les érudits se seraient pliés au souhait de l’autorité politique, désireuse de maintenir une tradition qui est un ferment d’unité nationale et qui, par ailleurs, lui permet de consolider la notion d’Église nationale, indispensable dans la perspective du développement des droits régaliens.

5Mayans se retrouve également isolé dans un tout autre débat, provoqué, à la fois de l’intérieur et de l’extérieur, par la supposée cruauté des Espagnols envers les Indiens d’Amérique. En privé, là aussi, Mayans reconnaît l’existence de ces abus, mais il ne va pas plus loin. Feijoo, en revanche, avec sa coutumière habileté, ne nie pas de possibles excès, mais il établit une ligne de défense qui sera reprise, en particulier, par Campomanes et Cadalso. Elle consiste, d’abord, à rappeler aux autres nations leurs erreurs dans le même domaine, puis à donner l’avantage à l’Espagne qui, elle, a eu le courage de révéler ses fautes. Dans cette défense de la nation, la subtilité de la dialectique importe plus que l’érudition. Celle-ci retrouve cependant tous ses droits lorsque Charles III décide de répondre aux critiques en lançant le projet d’une Historia del Nuevo Mundo, fondée sur des bases documentaires solides, cherchant à allier vérité historique et intention politique. La rédaction de cette histoire (arrêtée au premier volume) fut confiée à Juan Bautista Muñoz, dont la carrière est retracée dans un article de ce livre.

6L’attitude de Feijoo en la circonstance est, aux yeux d’A. Mestre, un exemple parmi d’autres des raisons qui ont valu au bénédictin de jouir, à la Cour, d’une destinée totalement opposée à celle de Mayans. En acceptant de privilégier, dans bien des cas, l’exigence politique à celle de la vérité historique ou de l’esprit critique, Feijoo aurait bénéficié, de la part du pouvoir, d’un appui exceptionnel par sa continuité. Dans le même temps, le Valencien essuyait vexations et rebuffades. Au-delà des différences de nature et de choix intellectuel entre les deux hommes, A. Mestre est persuadé que l’appartenance de Mayans à une famille partisane déclarée de l’archiduc d’Autriche a joué un grand rôle dans une telle différence de traitement. Cet antécédent ainsi que des relations épistolaires suivies avec plusieurs exilés austracistas à Vienne expliqueraient l’inimitié personnelle que Patiño, toujours selon A. Mestre, aurait vouée à l’érudit, l’obligeant à publier certaines œuvres à l’étranger. Toujours sur le plan politique, un article consacré au rôle du monarque dans le renouveau culturel espagnol incite à relativiser, en particulier, l’action de Philippe V. Après d’autres historiens et en apportant des exemples précis, A. Mestre rappelle l’influence des jésuites dans ce domaine et il estime que, dans cette monarchie absolue de droit divin, il n’existait pas de véritable politique culturelle, mais des directives, suivies d’applications étroitement contrôlées, entraînant tous les jeux de pouvoir et les dérives que l’on peut imaginer.

7Plusieurs pages du livre sont consacrées aux Valenciens qui, dans la seconde moitié du xviiie siècle, font une percée remarquable à la Cour, Pérez Bayer en étant le plus bel exemple. Autour de lui se forme un groupe d’intellectuels très actifs : Blasco, Muñoz, Magí, Cerdá y Rico (quelque peu marginalisé), sans oublier Cavanilles, qui va savoir tirer le meilleur parti, scientifique et personnel, de son expérience parisienne. Il semble loin le temps où les représentants de l’ancienne couronne d’Aragon inspiraient aisément la défiance. Pourtant, A. Mestre se laisse aller, brièvement, à imaginer ce qu’aurait pu être le visage de Valence, si ne s’était pas produit ce qu’il appelle une fuite de cerveaux vers Madrid. Sans vouloir s’attarder à des rêves stériles, il n’en regrette pas moins qu’après avoir été, pendant un demi-siècle, à la pointe du renouveau intellectuel espagnol, grâce à Martí et Mayans, cette ville retombe alors dans la torpeur.

8Mayans est encore présent, lorsque A. Mestre évoque l’influence que Van Espen ou Vico ont pu avoir en Espagne. Mais c’est surtout le rôle du Valencien dans la promotion d’ouvrages hispaniques, au sein de plusieurs pays européens, qui retient l’attention. Avec beaucoup de précision est retracée la façon dont Mayans, depuis Oliva, tisse un réseau de correspondants d’une ampleur étonnante, principalement grâce aux relations que lui permettent d’établir des libraires et imprimeurs français, suisses et allemands. La correspondance avec Voltaire est à mettre à part, dans la mesure où elle est due à un besoin ponctuel d’information de l’écrivain français et où elle se limite à l’échange de quelques feuilles. On n’en sait pas moins gré à A. Mestre d’avoir réuni ces pages, majoritairement écrites en latin, et de les avoir traduites. Beaucoup plus importants, dans tous les sens du terme, sont les contacts épistolaires réguliers, parfois doublés de rencontres personnelles, avec des érudits allemands, hollandais, danois, soucieux de connaître les publications espagnoles nouvelles, l’amitié de l’ambassadeur anglais Keene pour Mayans étant sans doute plus connue. De part et d’autre, on retrouve autant de curiosité que de générosité intellectuelle. Le Valencien ne ménage pas sa peine pour réunir les livres que souhaitent se procurer ses correspondants, leur signalant en outre ceux qu’il juge dignes d’intérêt. En échange, il obtient de faire éditer, ou réimprimer, quelques textes de son choix, et aussi de publier un début de chronique littéraire espagnole dans les prestigieuses Acta eruditorum de Leipzig.

9Tels sont les principaux thèmes abordés dans le livre d’Antonio Mestre, digne héritier des novatores par son esprit critique, toujours en éveil, et par un souci constant de ne jamais émettre de jugement qui ne soit fondé sur des documents de première main. On ne peut que le remercier d’avoir ainsi réuni — et approfondi — des travaux qui ont trait à un aspect fondamental de la Ilustración. Les dix-huitiémistes français savent bien, au demeurant, ce qu’ils lui doivent ; et ils n’ont pas manqué de lui rendre hommage, récemment, à l’occasion d’un colloque organisé à la Casa de Velázquez, à l’initiative de Pablo Fernández Albala-dejo (Fénix de España. Modernidad y cultura propia en la España del siglo xviii, 15-17 novembre 2004), en compagnie de leurs collègues espagnols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Étienvre, « Antonio Mestre Sanchis, Apología y crítica de España en el siglo xviii », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 293-296.

Référence électronique

Françoise Étienvre, « Antonio Mestre Sanchis, Apología y crítica de España en el siglo xviii », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1428

Haut de page

Auteur

Françoise Étienvre

Université de la Sorbonne-Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org