Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Comptes rendus

Ricardo Robledo, Irene Castells Oliván y María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo

Rafael Serrano García
p. 296-299
Référence(s) :

Ricardo Robledo, Irene Castells Oliván y María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo. Universidad, política, economía, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca-Junta de Castilla y León, 2003, 477 pp.

Texte intégral

1Ce volume, très soigneusement édité, recueille les contributions (en version intégrale ou abrégée) du Congrès international tenu sous ce nom à Salamanque en octobre 2002. Le choix de cette ville et le fait que l’événement ait été organisé par son université l’année où Salamanque était officiellement ville européenne de la culture ne sont pas un hasard : le libéralisme hispanique, en effet, a une profonde dette envers cette ancienne institution universitaire.

2Par ailleurs, ce congrès a été l’occasion de clarifier la pluralité des significations contradictoires du terme « libéralisme », en analysant l’émergence et la construction historique de la tradition libérale. De même, loin des préjugés du conservatisme libéral de la fin du xixe siècle, il a permis d’examiner les premières manifestations — révolutionnaires — de ce courant politique en Espagne.

3Le fait que, au cours des dernières années, on ait assisté à la publication de mémoires et à la tenue de colloques sur la révolution libérale en Espagne (dont, parmi les plus récents, celui qui fut organisé par A. Gil Novales, J. F. Fuentes et L. Roura) confirme l’intérêt de l’ambitieux congrès réuni sous la direction du professeur Ricardo Robledo. Ce dernier a également assuré l’édition du présent ouvrage en collaboration avec Irene Castells et María Cruz Romeo, spécialistes de ces questions.

4L’ouvrage se divise en quatre parties de taille inégale correspondant aux conférences, aux tables rondes, aux contributions des professeurs invités et aux synthèses des communications présentées. La première section, qui contient les conférences prononcées au congrès, est la plus substantielle et reflète la volonté des organisateurs d’illustrer la dimension internationale de cette idéologie cosmopolite, plurielle et variable que fut le libéralisme. À cet égard, les textes de Dieter Langewiesche sur le cas allemand ou de Lucien Jaume sur la France et l’Angleterre remplissent parfaitement leur fonction. Aussi bien L. Jaume que D. Langewiesche étudient les relations complexes entre libéralisme et révolution (« ce qui rend difficile de le présenter comme un phénomène unitaire ») et considèrent que le libéralisme, tout en présentant souvent une tendance conservatrice, est porteur de modernité. Les deux auteurs décrivent la société civile bourgeoise à partir de laquelle naissent des élans révolutionnaires. Au demeurant, il est fort instructif de comparer ces expériences libérales avec l’expérience espagnole.

5Ce congrès, volontairement et explicitement interdisciplinaire, a tenté de présenter les principales manifestations du premier libéralisme. Il a abordé, par exemple, l’étroite relation entre cette idéologie et les milieux universitaires que le réformisme éclairé tout autant que le libéralisme se sont proposé de moderniser et de contrôler. À cette époque, l’université de Salamanque s’est trouvée à l’avant-garde parce qu’elle avait été placée par le pouvoir central à la tête des réformes (pensons au Plan Caballero de 1807) et parce que le renouvellement des sciences et l’épanouissement d’une pensée critique de nature religieuse et civile — jansénisme et libéralisme — avaient trouvé un excellent accueil dans les réseaux informels mêlant étudiants et professeurs épris de modernité.

6Ricardo Robledo examine attentivement ces questions, tandis que Mariano Peset traite de la réception de la Constitution de Cadix dans le monde universitaire, des projets de réforme de l’éducation mis en œuvre par les libéraux — le rapport Quintana, le règlement général relatif à l’instruction publique de 1821 — ainsi que par les Américains durant le processus de rupture avec la métropole. Il est regrettable que le travail du professeur Peset sur l’accueil de la Constitution en Amérique n’ait pas pu être complété par la conférence initialement prévue de François-Xavier Guerra, disparu prématurément et qui était sans doute le meilleur spécialiste de la culture politique libérale à l’époque postcoloniale.

7Une conférence sur les relations entre économie politique et libéralisme ne pouvait manquer. Elle devait être initialement donnée par Ernest Lluch, assassiné par l’ETA à la fin de l’année 2000 ; c’est finalement Salvador Almenar qui l’a présentée en son nom. Celui-ci souligne d’emblée la difficulté du sujet, en raison de la nature fragmentaire et de la diversité du libéralisme (il préfère d’ailleurs parler des libéralismes) suivant, en cela, l’historiographie récente, qui conteste la conception linéaire et progressive, dominante jusqu’à présent, de la formation de la pensée économique libérale. Cette révision historiographique met également en évidence l’indépendance relative de ces libéralismes économiques vis-à-vis d’autres conceptions de la liberté et de l’égalité politiques, tout comme de l’ordre social. Ce sont là quelques-unes des thèses qui sous-tendent cette analyse de la pensée économique libérale en Espagne, depuis les Lumières jusqu’à la Révolution glorieuse de 1868.

8Cette présentation rigoureuse et riche en nuances du premier libéralisme est complétée par les travaux de Florence Gauthier et d’Isabel Morant, qui analysent, d’une part, la relation entre les Lumières et la philosophie du droit naturel moderne et, d’autre part, le rôle des hommes et des femmes lors du passage des Lumières au libéralisme. F. Gauthier adopte une approche résolument archéologique afin de déceler les premières formulations (largement influencées par l’école de Salamanque) du droit naturel moderne, qui énoncent le principe d’une justice conforme à la définition d’une humanité indivise, née libre et ayant des droits. Cette nouvelle conception impliquait à son tour la réciprocité ou l’universalité du droit. L’auteur consacre une grande partie de sa conférence à étudier l’application de ces nouvelles conceptions philosophiques dans le contexte politique de la Révolution française. De son côté, Isabel Morant, dans un texte intéressant quoique un peu fragmen-taire, se propose, à partir du débat au sein de la Société économique de Madrid sur l’admission des femmes, de présenter les idées des Lumières et du premier libéralisme sur la différence des sexes, supposée naturelle, et sur les relations que les hommes et les femmes devaient entretenir au sein de la société et de la vie politique. L’auteur propose un parcours fort stimulant des textes d’intellectuels espagnols des Lumières et des premiers libéraux — Cabarrús, Jovellanos, Josefa Amar (défenseur de la compétence des femmes), Alcalá Galiano — et elle examine l’influence exercée sur ce débat par des auteurs tels que J.-J. Rousseau ou S. Maréchal, ainsi que les échos des premières femmes écrivains féministes comme Mary Wollstonecraft.

9Pedro Ruiz Torres et Jesús Millán abordent respectivement les modèles et les lectures sociales du libéralisme espagnol dans deux conférences ambitieuses et éclairantes. La remarquable contribution de P. Ruiz approfondit une recherche entreprise par l’auteur lors de travaux antérieurs. Il réexamine la nécessité de la révolution libérale en rapport avec les profondes transformations capitalistes de l’époque et avec l’attribution contestable de la direction de ce processus à la bourgeoisie, problème que l’on ne résout pas entièrement en associant la révolution à l’action de certaines élites. Cela dit, il est difficile de rendre compte d’un texte aussi riche et nuancé. Jesús Millán, de son côté, propose une lecture du libéralisme espagnol qui le présente davantage comme une rupture et comme un courant disposant d’un soutien social plus large qu’on ne le dit habituellement (compte tenu, surtout, de l’image rétrospective apparue dans l’Espagne de Cánovas). Cette rupture néanmoins ne fut pas accompagnée de mouvements insurrectionnels de grande ampleur. L’auteur procède à cette relecture à partir des nombreux conflits juridiques qui ont opposé les villages aux seigneurs depuis les réformes des Lumières, ou prenant en considération l’opposition des élites locales au libéralisme et à l’ascension de la bourgeoisie d’affaires. Même si, en Espagne, le passage d’un libéralisme de rupture à un libéralisme mobilisateur, cherchant à conquérir l’opinion publique, a été à la fois tardif et source de frustrations et de perversions, cela n’exclut pas, selon l’auteur, que des secteurs majoritaires de la société aient pu à l’origine se reconnaître dans le libéralisme.

10Il n’est pas possible ici de rendre compte en détail des autres sections de ce livre ; nous mentionnerons seulement les thèmes abordés, pour la plupart fort intéressants. Ajoutons également que les participants aux tables rondes, les conférenciers invités, les rapporteurs et les auteurs des communications comptent parmi les représentants les plus éminents de l’historiographie des origines du libéralisme. En outre, sont traitées ici des questions qui n’ont pas été abordées dans la première section et qui se trouvent au cœur de notre problématique. C’est le cas, par exemple, de la table ronde présidée par Alberto Gil Novales sur le sujet « Guerre, révolution et libéralisme aux origines de l’Espagne contemporaine », où l’on as-siste à de brèves mais pertinentes mises au point de la part du président lui-même, comme de J.-R. Aymes, A. Moliner, E. La Parra, L. Roura et Cl. Morange. Il convient de citer également la table ronde « La construction de l’Espagne. État et nation pendant le libéralisme du xixe siècle », présidée par Anna María García Rovira, avec la participation de J. Fernández Sebastián, M. Esteban, J. M. Fradera et X. M. Núñez Seixas. Cette section est complétée par deux autres tables rondes : « Constitutionnalisme et apparition des nouveaux États en Amérique latine », présidée par Julio Sánchez (avec la participation de J. G. Garavaglia, R. Dobado, M. Izard et R. Breña) et « Croissance économique pendant le premier tiers du xixe siècle », animée par Ricardo Robledo (avec la participation de E. Llopis, V. Pérez Moreda, J. R. Moreno, J. Torras et F. Comín). Il s’agit, comme on peut le constater, de grands spécialistes de l’historiographie des débuts de l’Espagne libérale, de ses divers aspects et problèmes. Leurs textes, très synthétiques, sont aussi utiles pour ceux qui étudient cette période que pour les enseignants.

11La dernière section reprend quelques-uns de ces sujets. Ils apparaissent dans les synthèses des communications présentées par des historiens tout aussi renommés : C. García Monerris (« Nationalisme et politique »), V. Llombart (« Pensée économique »), M. Á. Perfecto et L. E. Rodríguez-San Pedro (« Université et libéralisme à Salamanque »), I. Castells et M. C. Romeo (« Le libéralisme politique. Imaginer une nouvelle société »), M. González de Molina (« Questions d’histoire rurale »), M. Pérez Ledesma (« Pratique de la culture politique et consolidation de l’État libéral »), et J. C. Garavaglia (« Le libéralisme espagnol et les libéraux américains »). Cette section, nécessairement plus réduite (le texte intégral est disponible sur le CD-Rom édité à l’occasion du congrès de 2002), est toutefois l’une des plus intéressantes puisqu’elle offre une vision des perspectives et de l’évolution de la recherche actuelle.

12On mentionnera également une section beaucoup plus courte qui contient les « Collaborations des professeurs invités », avec des textes de J. Varela Suanzes-Carpegna (« Libéralisme et démocratie. Le cas espagnol ») et de J.-L. Guereña (« Réglementer ou réprimer la prostitution ? Les projets du Trienio libéral »), préfigurant son livre paru en 2003 sur la prostitution dans l’Espagne contemporaine.

13L’ensemble de ces différents travaux, dont nous avons tenté de rendre compte, renvoie dans une large mesure à une con-ception de la culture politique libérale, comprise comme un ensemble de représentations et d’identifications qui a cons-titué, d’après les éditeurs de l’ouvrage, le cœur des débats du congrès de Salamanque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Serrano García, « Ricardo Robledo, Irene Castells Oliván y María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 296-299.

Référence électronique

Rafael Serrano García, « Ricardo Robledo, Irene Castells Oliván y María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/1431

Haut de page

Auteur

Rafael Serrano García

Instituto Universitario de Historia, Simancas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org