Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Comptes rendus

Juan Pablo Arias Torres, Manuel C. Feria García y Salvador Peña Martín, Arabismo y traducción

Delfina Serrano Ruano
p. 314-316
Référence(s) :

Juan Pablo Arias Torres, Manuel C. Feria García y Salvador Peña Martín, Arabismo y traducción: entrevistas con J. M. Fórneas, J. Cortés, M. Cruz Hernández, J. Vernet, L. Martínez, P. Martínez Montávez, M. L. Serrano, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2003, 195 pp.

Texte intégral

1Ce livre porte sur l’histoire des études arabes en Espagne, un sujet qui suscite heureusement un intérêt croissant. Il l’aborde du point de vue de la traduction, qui est l’un de ses principaux outils et modes de transmission. La question est présentée sous la forme d’une série d’entretiens avec un groupe d’arabisants composé de José María Fórneas, Julio Cortés, Miguel Cruz Hernández, Juan Vernet, Leonor Martínez, Pedro Martínez Montávez et María Luisa Serrano. Ces auteurs, tous nés avant la guerre civile et ayant fait leurs études après celle-ci, appartiennent à la génération appelée « charnière » entre les maîtres de la première moitié du siècle et les arabisants des récentes générations.

2Cette approche des études arabes à partir du problème de la traduction répond à la volonté des auteurs de réfléchir sur l’histoire d’une activité qui n’a été introduite que récemment dans l’université espagnole en tant que discipline indépendante.

3Les auteurs ont répondu à un questionnaire qui était en principe le même pour tous, mais qui a été ensuite adapté à chaque cas particulier, de telle sorte que les entretiens sont finalement très différents les uns des autres, tout en conservant des éléments communs qui assurent la cohérence interne de l’ouvrage. En dépit de leur indubitable valeur de témoignage, les entretiens de Juan Vernet et de Leonor Martínez sont beaucoup moins vivants, les auteurs ayant répondu par écrit. Toutefois, dans le cas de Juan Vernet, cette particularité importe peu car son itinéraire professionnel, comme celui de Miguel Cruz Hernández, a déjà été abordé dans un numéro monographique de la revue Anthropos. Dans les entretiens directs, comme il est précisé, la conversation a imposé sa propre dynamique, ce qui a encouragé les interlocuteurs à sortir des sentiers battus et a enrichi le résultat final.

4Les points communs à tous les questionnaires portent sur trois éléments principaux : le rôle de la traduction dans la formation des arabisants et, en général, dans les études arabes en Espagne, l’impor-tance des traductions universitaires et des institutions impliquées dans la réception de la culture arabe et islamique en Espagne et, enfin, ce que la traduction nous apprend des relations entre les études arabes et les études africaines.

5La lecture et l’utilisation de l’ouvrage sont facilitées par la présence de plusieurs index : des noms propres, des lieux, des matières et des ouvrages cités.

6Dans la présentation qu’il donne du livre, Bernabé López García passe en revue les activités des personnes interrogées dans le domaine de l’enseignement et de la recherche, et il tire de leur biographie une série d’observations qui, en dépit de leur brièveté, constituent une importante contribution à l’histoire récente des études arabes en Espagne. De leur côté, les auteurs affirment que leur but « n’a pas été de parvenir à des conclusions portant sur l’histoire de la traduction de l’arabe à l’espagnol à partir des déclarations de chacune des personnes interrogées ». Néanmoins, l’« Introduction » (pp. 17-31) peut apparaître comme une synthèse du sujet qui donne son titre à l’ouvrage et dont les principales caractéristiques seraient les suivantes :

1. La prépondérance des traductions liées à la vie universitaire et à l’activité enseignante des personnes interrogées.

2. La conscience d’appartenir à une tradition, les études arabes en Espagne s’adonnant à la traduction depuis fort longtemps.

3. Le respect d’une norme de traduction plus philologique que pragmatique conciliant la fidélité au texte original avec l’élégance et la correction du texte en espagnol.

4. Le respect d’une méthode (ou peut-être faudrait-il parler ici d’une non-méthode) basée sur l’intuition,  sans recourir aux schémas théoriques ou aux études en la matière. Cela ne semble pas avoir affecté la qualité des traductions car, indépendamment de la question méthodologique, les personnes interrogées conjuguent les qualités essentielles d’un bon traducteur : un haut niveau de connaissance de l’arabe classique et dans certains cas de la langue familière, un excellent style en espagnol et une bonne connaissance du sujet sur lequel porte la traduction.

5. L’emploi des arabismes réservé aux termes courants. On remarque que leur usage est décroissant et le cas de Pedro Martínez Montávez constitue ainsi une exception.

6. Les traductions répondent aujourd’hui à des motifs différents qui vont de raisons strictement scientifiques à des facteurs religieux (comme le dialogue entre l’islam et la chrétienté), politiques et sociaux.

7. — Comme le font remarquer les auteurs, la lecture des entretiens montre que les traducteurs travaillent de façon isolée, caractéristique qui pourrait d’ailleurs être étendue à l’ensemble de la recherche universitaire actuelle.

8. — Une autre particularité frappante est la grande autorité exercée par Emilio García Gómez sur les personnes interrogées, même lorsqu’elles n’ont pas suivi directement son enseignement.

7En marge des similitudes constatées dans les parcours personnels, j’aimerais ajouter les observations suivantes :

8J’ai été surprise que J. M. Fórneas ne mentionne pas la traduction de longs passages de Qalā‘id al-‘iqyānde al-Fat b.Jāqān à l’occasion de sa thèse sur la Fahrasa d’Ibn ‘Atiyya. Cette omission ne saurait faire oublier le courage qu’il a fallu pour affronter avec succès une prose aussi difficile que celle d’IbnJāqān. Cela est cependant compréhensible car, comme l’affirme Fórneas lui-même, le sujet de la thèse était « si ennuyeux qu’il ne s’accordait pas du tout avec [s]a façon d’être ». J’ai été également surprise des raisons souvent contingentes ou indirectes que les personnes interrogées ont invoquées pour expliquer leur intérêt, au cours de leurs études, pour l’arabe. En effet, il s’agit rarement de la volonté initiale de se consacrer à la connaissance de la culture arabo-islamique. Il est de même surprenant, voire sympathique, de constater que plusieurs personnes insistent sur l’influence de leur épouse dans leur projet de traduction et dans leur parcours professionnel en général. Ainsi, par exemple, Fórneas précise : « ma femme fut une critique impitoyable » et dans un autre passage il fait référence à la traduction des mémoires de Suzanne Taha Husayn, « que nous fîmes pratiquement à deux, mon épouse et moi ». Julio Cortés affirme quant à lui : « J’ai vécu des années agréables, particulièrement à Damas. Là-bas, Dieu m’a fait don de mon épouse Consuelo » et plus loin, en parlant de sa traduction du Coran, il ajoute : « en réalité ma femme m’a beaucoup aidé, en particulier pour la préparation des notes ». Interrogé sur ses relations avec l’Institut hispano-arabe de la culture, Pedro Martínez Montávez répond : « Actuellement cette relation est inexistante… Peut-être le fait que mon épouse ait pris sa retraite il y a deux ans a-t-il contribué à cela. Comme vous le savez, elle était fonctionnaire à l’Institut, et j’ai soigneusement évité toute interférence qui aurait pu être interprétée comme une connivence ou la volonté d’en tirer un quelconque bénéfice. »

9Les personnes qui mènent l’entretien avec Miguel Cruz Hernández (question 141) affirment qu’« effectivement, il existe toute une école de philosophie et de théologie islamiques en Espagne ». Néanmoins, et bien que les études philosophiques, c’est-à-dire celles qui portent sur la science appelée en arabe falsafa, aient connu une certaine continuité grâce à des chercheurs comme J. Puig, E. Tornero, J. Lomba et R. Ramón Guerrero, cela n’a pas été le cas de la théologie, science que les Arabes appellent kalām. Il manque, en effet, dans notre pays des spécialistes qui poursuivent les travaux d’Asín Palacios, Luciano Rubio et Manuel Alonso.

10Pour terminer, je voudrais remercier les auteurs de cet ouvrage. J’espère que cette initiative sera à l’origine d’autres travaux qui, outre le fait de nous inviter à réfléchir, nous offriront les moyens d’aborder efficacement cette tâche, à la fois difficile et indispensable, qu’est la traduction. Il est clair que nous avons besoin de projets de ce genre. En tout cas, il ne fait aucun doute que des livres comme celui-ci et comme ceux qui pourront être publiés à l’avenir sur le même sujet, permettront de reconnaître au travail de traduction (souvent sous-estimé si ce n’est négligé) la place qui lui revient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delfina Serrano Ruano, « Juan Pablo Arias Torres, Manuel C. Feria García y Salvador Peña Martín, Arabismo y traducción », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 314-316.

Référence électronique

Delfina Serrano Ruano, « Juan Pablo Arias Torres, Manuel C. Feria García y Salvador Peña Martín, Arabismo y traducción », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1443

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org