Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris XII-Val de Marne le 9 octobre 2004 (dirigée par Jean-Marie Moeglin)*
Stéphane Péquignot
p. 320-324

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Françoise Autrand, École normale supérieure de Paris ; Philippe Contamine, I (...)

1En quoi consiste une diplomatie royale vers 1300 ? De quel mode d’exercice du pouvoir relèvent les échanges épistolaires entre rois, l’envoi d’ambassadeurs à l’étranger ou bien encore la tenue de rencontres rassemblant plusieurs monarques ? À l’origine de notre thèse sur la diplomatie menée au nom du roi Jacques II d’Aragon (1291-1327), la formulation de ces questions souhaite refléter une prise de position et exprimer une démarche, mais elle est aussi le fruit d’un choix terminologique qu’il convient d’expliciter. L’expression de « relations internationales » a ainsi été écartée d’emblée, car elle est dorénavant réservée par les historiens à l’analyse de réalités modernes et contemporaines. De même, la notion de « politique extérieure » n’a pas semblé adéquate, car elle implique subrepticement une délimitation nette entre domaines extérieur et intérieur d’exercice du pouvoir politique et renvoie trop souvent à la seule volonté des souverains comme facteur explicatif, deux présupposés devenus largement caducs. En dépit de l’anachronisme d’un terme forgé au xviiie siècle, il s’agit donc ici de l’étude d’une « diplomatie », conçue comme « l’ensemble des activités de dialogue et d’échanges politiques entre les États » (Françoise Autrand) et, plus précisément encore, d’une pratique diplomatique. L’emploi de cette formule présente en effet l’avantage de mettre l’accent de manière pragmatique sur la variété des opérations effectuées par les différents acteurs et sur la marge de manœuvre dont ils disposent, essentielle pour notre propos. Le champ envisagé embrasse donc les activités de représentation et de négociation politiques menées au nom d’un pouvoir auprès de pouvoirs étrangers, il concerne à la fois des méthodes, des hommes, des institutions et des valeurs.

2Cette recherche s’inscrit dans un contexte historiographique en mutation profonde. La diplomatie médiévale a en effet longtemps provoqué la suspicion. D’abord en raison des critiques portées par les Annales à l’encontre de « l’histoire diplomatique en soi » (Lucien Febvre) considérée comme la quintessence de « l’histoire événementielle », ensuite parce que la diplomatie « véritable » commençait pour beaucoup seulement au milieu du xve siècle. Elle naissait pour ainsi dire avec l’apparition progressive des ambassades permanentes. Si la sentence des Annales — à nos yeux largement justifiée — s’est traduite en France par un bannissement malheureux de la diplomatie médiévale du monde de la recherche, la quête obsessionnelle des origines des représentations permanentes a, pour sa part, constitué l’objectif principal de nombreux travaux effectués sur cette pratique politique en Italie et en Allemagne. Un renouveau certain est cependant perceptible depuis une vingtaine d’années dans quatre directions principales et non exclusives : l’approfondissement des problématiques classiques, l’étude de la diplomatie médiévale comme espace d’échanges et d’interactions, les usages de la documentation diplomatique et la mise en lumière des rapports complexes entretenus par une diplomatie avec les institutions et les groupes de pouvoir du régime politique qu’elle représente. Au terme d’un bilan historiographique détaillé, il apparaît nettement que les débats se focalisent sur une période — la fin du xive siècle et le xve siècle — et des espaces restreints. Les terres d’élection de l’his-toire diplomatique demeurent italiennes, anglaises, impériales, bourguignonnes et, parfois, françaises.

3Le choix du règne de Jacques II permet par conséquent de procéder à un triple décentrement du regard porté sur la diplomatie médiévale. Le premier est géographique, car la couronne d’Aragon comme l’ensemble de la péninsule Ibérique demeurent largement en marge du renouveau historiographique précédemment évoqué. Le deuxième décentrement est chronologique. L’examen d’une période « haute » et circonscrite conduit à une remise en perspective de pratiques du xve siècle considérées jusqu’à présent comme novatrices. Troisième déplacement : la nature du pouvoir du manda-taire. À l’exception de l’Angleterre, les diplomaties royales n’ont en effet que peu retenu l’attention. Or, le règne de Jacques II fournit de ce point de vue un observatoire privilégié en raison des très nombreux documents de la pratique diplomatique (lettres de créance, sauf-conduits, pouvoirs, correspondances, traités) et documents financiers (ordres de paiement, quittances, redditions de comptes) conservés aux archives de la couronne d’Aragon, à Barcelone. Cette documentation exceptionnelle pour l’Occident de la période compose l’essentiel du corpus de la thèse. L’étude approfondie des sept registra secreta, soit les registres de la chancellerie royale les plus spécialisés dans les affaires diplomatiques, permet notamment d’extraire un échantillon jugé représentatif : deux cent trente-trois ambassades et trois cent quarante-cinq ambassadeurs regroupés en annexe dans un dictionnaire prosopographique. En mêlant approche sérielle par le recours à l’échantillonnage et études de cas les plus détaillées possible, l’emploi de focales différentes a pour objectif de mieux percevoir les temporalités et les enjeux multiples de la pratique diplomatique pour le pouvoir royal, depuis la rédaction des documents jusqu’à l’élaboration d’une représentation de la maison d’Aragon vis-à-vis de l’étranger. Consi-dérée ici comme un véritable mode d’exercice du pouvoir, la diplomatie menée au nom d’un roi se distingue-t-elle alors de celles, mieux connues, effectuées au nom d’une commune, d’un prince, de l’empereur ou d’un État ? Dans une Couronne marquée par son hétérogénéité — un comté, des royaumes — et durant un règne placé sous le signe de la pacification interne, quels rôles la diplomatie joue- t-elle réellement pour le pouvoir royal ?

4La pratique diplomatique se fonde sur l’utilisation de documents spécialisés et d’informations précises, elle implique de surcroît la mobilisation de fonds (pre-mière partie : « Les outils de l’action diplomatique »). Les documents diplomatiques solennels (lettres de créance, pouvoirs, sauf-conduits) utilisés durant le règne de Jacques II s’avèrent, pour l’essentiel, analogues à ceux produits par les autres chancelleries contemporaines (chap. I). Alors que le recours à l’écriture pratique s’intensifie en Occident, la documentation diplomatique conservée s’accroît et la variété des écrits suscités par l’action diplomatique menée au nom du roi mérite d’être soulignée : instructions aux ambassadeurs, projets de paix, correspondances entre le roi et ses représentants, correspondances parallèles des nuncii avec les conseillers du roi, brouillons de toutes sortes, etc. L’innovation principale du règne en ce domaine se situe néanmoins dans les registres de la chancellerie (chap. II). Les documents diplomatiques relatifs aux affaires les plus importantes sont en effet retranscrits désormais dans des volumes spécialisés, au premier rang desquels figurent les registra secreta. Grâce à ces registres et aux lettres originales reçues avec lesquelles ils peuvent être corrélés, grâce aussi à des instruments perfectionnés de localisation des documents, l’archivium nostrum fonctionne alors comme une mémoire de référence, un instrument de contrôle des ambassadeurs sans cesse revisité et actualisé par le travail des scribes, une réserve d’authenticité susceptible de fournir des arguments utiles pour les tractations avec les pouvoirs étrangers.

5L’action diplomatique menée au nom du roi peut aussi compter sur un véritable « système informatif » (chap. III). Des renseignements de natures multiples (nouvelles publiques, rumeurs, informations secrètes) sont collectés à la fois par les sujets et les représentants de Jacques II envoyés hors des territoires de la Couronne, ainsi que par un réseau d’étrangers attachés au roi par des liens de fidélité personnelle. La transmission de ces informations est assurée par les courriers royaux, mais l’emploi de courriers privés, de marchands ou d’autres individus s’avère souvent nécessaire. Les finances constituent pour leur part le talon d’Achille de la diplomatie menée au nom de Jacques II (chap. IV). Si l’exigence ponctuelle de fonds rapidement disponibles met souvent en difficulté le trésor royal, le recours à d’autres formes de financement est cependant efficace. La diplomatie de Jacques II présente donc de nombreux traits communs avec les autres diplomaties connues du bas Moyen Âge : typologies documentaires, vocabulaire, valeur assignée aux archives, gratification des courriers notamment. La variété, l’abondance documentaire et l’existence d’un système informatif la rapprochent même considérablement des pratiques diplomatiques du xve siècle italien dont la nouveauté est relativisée. La périodisation traditionnelle de l’histoire de la diplomatie fondée sur la seule apparition des ambassades permanentes, déjà critiquée par les historiens modernistes italiens (D. Frigo), est par conséquent à nouveau contestée.

6Affaire technique, pratique politique non institutionnalisée qui modifie de l’intérieur certaines méthodes de travail des institutions royales, la diplomatie menée au nom de Jacques II est aussi un mode singulier d’exercice du pouvoir fondé sur la relation du monarque avec ses représentants, explorée dans la deuxième partie. L’étude porte d’abord sur l’identification des ambassadeurs et leur caractérisation (chap. V-VII). Les chroniques, les miroirs des princes et les documents de la pratique diplomatique convergent : le pouvoir royal cherche des ambassadeurs loyaux, qui fassent preuve de prudentia et de discretio (discernement) tout en assurant une représentation honorable du monarque à l’étranger. Malgré ces exigences, la composition des ambassades ne répond pas à un modèle figé de représentation et est plutôt adaptée selon les circonstances et l’état du trésor, comme en témoigne la proportion importante de missions conduites par un seul homme. L’examen des appartenances sociales, géographiques et culturelles des ambassadeurs de Jacques II, puis de leurs liens avec le roi fait apparaître des individus d’un rang social assez élevé, souvent catalans et qui possèdent de bonnes compétences dans le domaine de l’écrit. Officiers des institutions de la Couronne, membres de la famille royale, familiares ou bien encore conseillers du roi, les ambassadeurs sont proches du pouvoir à des titres fort variés. Une trentaine d’hommes, conseillers et familiares pour l’essentiel, peuvent, dans cet ensemble hétérogène, être véritablement considérés comme des spécialistes de la pratique diplomatique, auxquels l’on confie les missions les plus importantes. Leur présence facilite une réelle continuité dans l’action diplomatique, rapproche une fois encore la diplomatie royale de celles du xve siècle et confirme que la spécialisation des tâches précède celle des institutions.

7Les ambassadeurs sont dans un deuxième temps suivis au cours de leurs missions, l’analyse se focalisant sur leur maniement de règles non écrites en vigueur entre les cours et sur la marge de manœuvre dont ils disposent dans les négociations (chap. VIII-IX). Certaines pratiques des cours étrangères — le respect de l’hospitalité, la révérence faite au souverain, la remise d’un cadeau au monarque ou la prise en charge gracieuse des dépenses pour le retour — forment autant d’obligations tacites qui témoignent de bonnes relations entre les rois. Plutôt que des invariants, elles constituent cependant des instruments de démonstration intentionnels, voire de conviction, et offrent aux différents protagonistes matière à interprétation. Dans ce contexte, l’analyse conduit à mettre au premier plan la notion de « négociation », paradoxalement encore peu prise en compte dans l’historiographie. La marge de manœuvre des représentants du roi à l’étranger se révèle alors fort variable. Adaptée en fonction de l’urgence des circonstances, elle dépend profondément de la proximité de l’ambassadeur avec le pouvoir, ainsi que de son statut social. Elle se situe en partie dans les négociations formelles avec les souverains, mais plus encore dans les tractations et autres sondages informels au cours desquels les représentants de Jacques II s’expriment en leur propre nom. Les ambassadeurs spécialistes conseillent aussi le monarque dans leurs lettres et, pour certaines missions, peuvent même être conduits à infléchir directement l’orientation des négociations sans en référer préalablement à leur mandataire. Au moment où la discretio de l’ambassadeur doit s’exercer avec le plus d’acuité, où l’espace temporaire de la négociation politique à la cour étrangère se dilate au maximum, le pouvoir royal conserve néanmoins un garde-fou essentiel : la conclusion de traités ou de la paix ne peut se faire sans l’apposition de la signature du souverain ou la remise préalable à l’ambassadeur de pouvoirs lui permettant explicitement d’engager la parole royale. Mode singulier d’exercice du pouvoir, domaine privilégié du roi et des hommes qui partagent ses secrets, la diplomatie constitue en effet aussi une pratique politique qui met en jeu le pouvoir et sa nature, aussi bien face aux étrangers que vis-à-vis des sujets de la Couronne.

8Cette proposition est développée dans la troisième partie de la thèse : « Le pouvoir en diplomatie ». La diplomatie royale y apparaît comme un recours fréquent pour les sujets et les pouvoirs urbains et religieux de la Couronne (chap. X). Les subditi reconnaissent lorsqu’ils en appellent au roi pour régler des différends à l’étranger sa capacité à rendre ou à faire rendre justice, tandis que les villes et l’Église de Catalogne ou des royaumes renforcent par leur collaboration avec la diplomatie royale des liens d’interdépendance déjà forts avec le pouvoir. Cette reconnaissance du rôle du roi en forme d’assentiment apparaît plus nettement encore lors des rencontres royales, les vistae ou vistas (chap. XI). Très nombreuses durant la première partie du règne, jugées par les contemporains comme les plus importantes des rencontres politiques avec des étrangers, rassemblant des cours et des rois, elles forment un théâtre de compétition pour le prestige et l’honneur des monarques. Le roi y est mis en présence des différents états de la Couronne dans une configuration qui lui permet à la fois de rappeler solennellement ses regalia et de manifester publiquement l’unité de la Couronne derrière lui.

9Mais le roi n’est pas seul. Durant le règne de Jacques II, héritier d’une grande dynastie unie par les liens du sang à plusieurs familles régnantes et père de nombreux enfants à marier, la diplomatie royale est avant tout une affaire de famille (chap. XII). Cette pratique politique non institutionnalisée permet d’abord de réaffirmer régulièrement l’appartenance de la famille royale aragonaise à la grande famille des rois et des princes d’Occident. Elle rend ensuite visible lors des vistae et de la célébration d’alliances matrimoniales avec des maisons étrangères l’accord qui unit le roi, sa famille et les sujets vivant sur les territoires de la Couronne. Enfin, l’identité et la légitimité dynastiques de la Casa d’Aragó peuvent être revendiquées dans des ambassades mixtes où sont associés des représentants de Jacques II et du roi de Majorque. Le roi d’Aragon, que sa diplomatie tente de présenter comme un roi de paix, est alors dans les échanges diplomatiques la clef de voûte de l’action menée en son nom, non pas pour sa seule voluntas, mais bien plutôt pour les qualités et les vertus dont il est le dépositaire. Son honneur joue dans ce contexte un rôle essentiel. Il constitue une valeur intangible, indiscutable et reconnue de tous, et c’est sa mise en jeu contrôlée par un bon usage des secrets qui doit permettre de retirer du « profit » de l’action diplomatique. En somme, l’action diplomatique royale défend les intérêts de la dynastie, souvent des sujets ou des pouvoirs de la Couronne, parfois des maisons issues de la Casa d’Aragó, mais elle est toujours effectuée au nom du roi, et non pas de la Couronne, ni même de la Maison et encore moins de l’État. Reflétant ainsi le régime politique singulier qui prévaut dans une couronne d’Aragon dont l’unité repose essentiellement sur la famille royale, la pratique diplomatique est donc bien une affaire de famille, mais une famille fortement hiérarchisée pour laquelle la figure du roi-père sert de fondement, de référence et de but à l’essentiel de l’action. Tout en plaidant pour une approche plurielle de l’histoire de la diplomatie (modes de représentations, modalités de négociations, instruments utilisés et valeurs défendues), cette thèse se veut donc aussi une contribution à l’intelligibilité de la nature, des pratiques et des valeurs d’un pouvoir royal autour de 1300.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Françoise Autrand, École normale supérieure de Paris ; Philippe Contamine, Institut de France ; Denis Menjot, Université Lumière-Lyon II ; Manuel Sánchez Martínez, CSIC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Péquignot, « Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 320-324.

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/1450

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org