Navigation – Plan du site
Actualité de la Recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Prophétisme et opposition politique en Espagne à l’époque de Philippe II. Le cas de la Santa Cruz de la Restauración (1587-1598)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Montpellier III (Paul-Valéry) le 10 décembre 2004 (dirigée par Raphaël Carrasco)*
Julián Durán
p. 324-330

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Anita González-Raymond, Université de Montpellier III (Paul-Valéry) ; Annie (...)

1L’intérêt d’entreprendre une étude sur l’opposition politique dirigée contre Philippe II d’Espagne par le biais du prophétisme nous est apparu à la suite de la lec-ture de l’ouvrage de Richard Kagan, Los sueños de Lucrecia. Política y profecía en la España del siglo xvi. L’historien américain y décrit le procès inquisitorial d’une jeune prophétesse madrilène, Lucrecia de León, arrêtée en mai 1590 par le Saint-Office de Tolède, ainsi que certains de ses suiveurs, sur ordre direct de Philippe II, cas à notre connaissance unique en son genre. Ses juges l’accusaient d’avoir inventé de toutes pièces une série de rêves. À l’initiative de don Alonso de Mendoza, « canónigo magistral » de la prestigieuse cathédrale de Tolède et membre de l’un des lignages les plus illustres de Castille, la jeune femme les lui aurait dictés, ainsi qu’à d’autres hommes (en particulier à un certain fray Lucas de Allende, gardien du couvent franciscain de Madrid), entre octobre 1587 et mai 1590. Selon l’Inquisition, ces rêves contenaient des idées blasphématoires, hérétiques même pour certaines, et surtout — c’est ce qui motiva l’intervention royale — des déclarations séditieuses qui portaient sérieusement préjudice au souverain.

2Certes, comme nombre de prophètes avant elle, Lucrecia affirmait entrevoir la destinée de l’Espagne. Selon ses prévisions, le pays devait être bientôt détruit quasi totalement par une terrible coalition composée de ses pires ennemis. Seule Tolède échapperait aux massacres et servirait de point de ralliement à une armée de Restauration, la Santa Cruz de la Restauración, qui se serait réfugiée dans une grotte connue comme la Sopeña. Contrairement aux nombreux autres prophètes des rues, qui pullulaient dans le Madrid de cette seconde moitié du xvie siècle, brandissant les mêmes menaces alarmistes, la jeune femme se présentait comme une visionnaire singulière. Elle précisait en effet que l’unique responsable de ce désastre ordonné par Dieu n’était autre que Philippe II en raison de ses nombreux torts et de son refus de s’amender suite aux multiples avertissements divins qu’il avait déjà reçus. Tout comme le roi Rodrigue, responsable, selon la légende, de l’invasion des Maures en 711, Philippe II serait lui aussi châtié par la perte de tous ses royaumes, par la mort de son fils, puis finalement par la sienne, anéantissant de ce fait l’illustre lignée de la maison d’Autriche.

3Mais, en plus d’annoncer la mort du souverain et de son héritier pour un avenir très proche, le discours de Lucrecia se doublait d’une dimension politique. Dès les premiers songes, il se présentait aussi comme un vibrant pamphlet dirigé contre la politique désastreuse menée par le Roi Prudent et ses plus proches conseillers. Par le truchement de ce qu’elle disait être des révélations divines, qui lui étaient communiquées ou montrées par trois étranges messagers nocturnes, l’Homme Ordinaire, l’Homme au Lion et le Vieux Pêcheur qui lui apparaissaient chaque nuit, la jeune prophétesse prétendait révéler le vrai visage du monarque de l’Escorial. Ses critiques allaient dans trois grandes directions. En premier lieu, le roi était présenté comme le contraire du bon roi et du bon pasteur. Il était montré, par exemple, sous les traits d’un loup, comme le destructeur de son propre troupeau. Sous d’autres apparences plus ou moins fantastiques, il apparaissait comme un lâche, un menteur, un tyran insensible, un roi aveugle et sourd aux plaintes de son peuple. En second lieu, elle lui reprochait de mener une politique belliqueuse et ruineuse, contraire à la volonté divine et, en somme, de sacrifier son peuple sur l’autel de ses ambitions personnelles démesurées. Enfin, elle accusait le monarque de l’Escorial d’avoir usurpé le pouvoir au détriment d’un nouvel « encubierto » que ses rêves prétendaient révéler au grand jour comme le nouveau roi d’Espagne. Il s’agissait d’un certain Miguel de Piedrola Beaumont, un ex-soldat aux dons surnaturels, qui se trouvait sous les verrous à l’époque des rêves.

4Certainement en raison des contenus les plus sulfureux des songes dont nous venons rapidement d’évoquer quelques aspects, Richard Kagan, dans son étude, émet l’hypothèse d’une utilisation politique de ces rêves par un groupe mal défini, composé de gens du peuple, de nobles et de membres du clergé rassemblés dans une sorte de confrérie appelée la Santa Cruz de la Restauración, dont tous les membres étaient opposés à la politique défendue par le souverain Philippe II. Cependant, abandonnant assez rapidement cette intéressante perspective au profit d’une interprétation plus journalistique, pourrions-nous dire, des faits, le chercheur américain se contente en définitive d’éclairer le parcours atypique de ce jeune prodige de la vision qu’était Lucrecia, ainsi que sa personnalité prétendument fascinante, rehaussée par son jeune âge, ses origines modestes et son sexe. Du reste, dans toutes les études s’étant intéressées directement ou indirectement à cette affaire, avant ou après celle de Kagan, c’est le caractère sensationnel de l’anecdote qui finit par prévaloir et qui est évidemment présenté comme révélateur d’une Espagne « noire », imprégnée de surnaturel. Ces travaux s’appliquent finalement davan-tage à mettre en lumière les dons prophétiques apparemment hors du commun de cette jeune Madrilène qu’à comprendre par qui, comment, et, surtout, pourquoi un tel discours a été produit à un moment précis du règne de Philippe II. Nous en voulons pour preuve la publication en 1996 d’un roman, très largement et très librement inspiré de la vie et des rêves de la jeune visionnaire, au travers de l’étude de Kagan du reste, par un auteur consacré, José María Merino. À force d’être galvaudée, l’histoire des rêves de Lucrecia a fini par n’avoir plus d’autre intérêt que celui éveillé par la personna-lité troublante de sa principale protagoniste, laquelle a relégué à un second plan tout autant les milieux qui s’expriment à travers elle que le fond et la forme du discours qui fut à l’origine des procès inquisitoriaux. Or ce discours, dans sa rhétorique et ses stratégies, loin de représenter un des derniers avatars de la prophétique médiévale, est en réalité très actualisé.

5Intéressé par ces problématiques, cette perspective — ébauchée par les recherches de Richard Kagan mais aussitôt abandonnée — d’une subversion d’un message prophétique à des fins politiques nous sembla d’emblée mériter de plus amples investigations. Dès nos premières recherches dans les fonds d’Inquisition de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid où sont conservés, tant les procès de Lucrecia et des membres les plus actifs de la congrégation dans leur quasi-totalité, que les fameux rêves prophétiques, nous fûmes convaincu que la dimension politique de cette affaire et le contenu séditieux des songes avaient été largement sous-estimés.

6Bien différents du discours prophétique traditionnel à plusieurs égards, ces rêves présentaient, dans certains passages, de troublantes similitudes avec le langage utilisé habituellement dans les mémoriaux, les pamphlets et même dans les traités des arbitristas. Tout le parti qui pouvait être tiré d’une étude suffisamment détaillée, tant du point de vue structurel et stylistique que thématique de ces rêves, s’imposa dès la lecture de plusieurs d’entre eux. Dès le départ, nous imaginâmes qu’en procédant à une telle analyse et en effectuant les recherches contextuelles qui s’imposaient, ces pièces pouvaient s’intégrer de manière encore plus évidente et plus précise dans ce que l’on pourrait appeler « les courants d’opposition politique » de la fin du règne de Philippe II. Ce type de discours résolument nouveau, à la croisée de plusieurs « genres littéraires », méritait que l’on s’y intéresse de très près, d’autant plus qu’il ne pouvait, selon nous, être entièrement l’œuvre d’une prophétesse âgée d’une vingtaine d’années se disant inspirée par Dieu. L’idée qu’un groupe d’opposants liés à l’institution ecclésiale (le chapitre de la cathédrale de Tolède et les franciscains de Madrid entre autres) avait réélaboré ce discours en toute conscience à des fins politiques s’imposa assez rapidement après la consultation des principales pièces du procès.

7Cependant, lorsque nous décidâmes de nous intéresser à nouveau à cette affaire sous ces nouvelles perspectives, notre projet de travail était bien différent. Ayant lu plusieurs travaux d’Alain Milhou, ainsi que ceux d’autres chercheurs, et découvert quelques affaires mineures de prophé-tisme subversif au cours de nos recherches, en particulier à l’Archivo Histórico Nacional, nous pensions d’abord mettre en œuvre une vaste enquête sur le prophé-tisme en Espagne. Un tel travail nous aurait permis de combler le vide relatif laissé par les spécialistes de ces questions, qui se sont essentiellement intéressés (outre les études consacrées au Moyen Âge) au règne des Rois Catholiques puis à ceux des successeurs de Philippe II, laissant dans l’ombre presque un siècle de l’histoire de l’Espagne, traversé lui aussi par les mêmes pulsions messianiques. Pour cette période, les chercheurs avaient davantage fait porter leur attention sur les espoirs messianiques suscités par la découverte puis la colonisation de l’Amérique que sur le prophétisme péninsulaire, pourtant tout aussi intéressant. De plus, nous constations l’absence d’études globales de ces phénomènes au profit de travaux partiels qui n’éclairaient pas suffisamment le prophétisme en tant que courant traversant tout le xvie siècle et capable d’actualisations très concrètes. Mais, ce faisant, nous avons constaté qu’il subsitait beaucoup de lacunes, que trop de sources faisaient en-core défaut pour tenter une synthèse en la matière et, par conséquent, nous avons décidé d’exploiter au mieux ce que nous avions concernant l’extraordinaire his-toire de la Santa Cruz de la Restauración.

8En effet, aussi bien par la qualité des sources s’y rapportant (nous parlons ici des procès mais surtout du corpus des rêves) que par leur singularité tant stylistique que thématique, il nous a semblé indispensable d’en faire l’objet central de notre étude.

9Le côté positif de cette limitation de notre sujet à la seconde partie du règne de Philippe II, et plus particulièrement à l’aube des années 1590, est la perception plus précise que nous proposons de l’une des périodes essentielles du règne du Roi Prudent. En concentrant nos recherches sur ce mouvement prophétique de signe subversif, nous avons donc décidé d’ouvrir à nouveau le dossier, passionnant mais bien mal connu, de l’opposition politique à Philippe II. Plusieurs historiens, ayant déjà travaillé sur ces réalités, font référence à des courants, des attitudes, des marques de dissidence, mais peu d’entre eux ont apporté de nouvelles pièces au dossier autres que celles concernant les deux « clans » qui s’opposaient en une lutte d’influence, les « bellicistes » et les pacifistes, opposés au parti pris guerrier du roi. Là encore, nous sommes convaincus de l’existence d’autres cas de dissidence sous le règne du Roi Prudent, mais les documents qui permettraient de l’attester font jusqu’à ce jour défaut, sauf quelques pièces déjà connues. Rejoignant parfois les critiques de ce milieu, d’autres réactions discordantes sont attestées par les érudits, réactions de type économique, auxquelles s’ajoutent des tensions religieuses et une opposition au Saint-Office, aspects qui ont déjà fait l’objet de nombreuses et intéressantes recherches menées, en particulier, par José Antonio Maravall.

10Notre but n’était pas de minimiser l’importance de ces manifestations d’opposition à la politique de Philippe II, mais d’apporter un autre point de vue qui mette le discours surnaturel à la place qui lui revient et qui est de tout premier plan. Peu de chercheurs ont voulu reconnaître jusqu’à présent que le prophétisme pouvait jouer ce rôle politique, tant on a privilégié des années durant les facteurs économiques, les rapports de production et les approches quantitatives.

11Tout comme José Antonio Maravall et d’autres historiens, nous considérons nous aussi les trois axes qu’il a définis comme fondamentaux pour la compréhension des phénomènes liés à l’opposition politique à l’époque qui nous intéresse. Mais il nous semble cependant qu’ils sont trop restrictifs. Afin d’envisager ceux-ci dans leur véritable dimension, il nous a paru essentiel de prendre en considération l’opposition politique influencée et motivée par le prophétisme. À la suite de plusieurs chercheurs, nous présentons le prophétisme, associé au millénarisme subversif, non seulement comme une réalité encore bien présente dans toutes les sociétés européennes à cette époque mais particulièrement agissante dans l’Espagne du xvie siècle.

12Tous les historiens ayant travaillé sur ces questions signalent que le prophétisme de signe subversif apparaît de manière récurrente tout au long des siècles, surtout à des moments de crise, et très souvent parmi les couches les plus humbles de la société.

13Le prophétisme à l’œuvre dans les rêves de Lucrecia ne faillit pas à cette règle. Son existence est sans aucun doute révélatrice d’une crise et, dans ce cas précis, nous pouvons même affirmer de plusieurs crises. Il s’agit tout d’abord d’un malaise général, celui d’une Espagne à l’apogée de sa puissance internationale qui perçoit les premiers signes du déclin et voit inexorablement la chute se profiler sans avoir pour autant les moyens de l’éviter. Mais il s’agit tout autant d’une crise de confiance troublant les relations entre un peuple et son roi qui imprime à sa politique, dans les dernières années de son règne, un caractère de plus en plus belliqueux, autoritaire et, en dernier lieu, ruineux pour le pays tout entier.

14Nous pouvons cependant nous demander si ce prophétisme est lui aussi de signe populaire. Si Lucrecia fait bien partie des couches moyennes de la société de l’époque, son discours en est-il pour autant le porte-parole ? Assez rapidement nous avons pu déterminer que, contrairement aux autres mouvements prophétiques de signe séditieux, celui engendré par les rêves prophétiques de cette jeune visionnaire madrilène ne pouvait être considéré comme le porte-parole des revendications du peuple. Contrairement à ce que nous imaginions au départ, c’est sans nul doute l’Église qui s’exprime à travers les songes de Lucrecia. Il s’agit là, selon nous, de l’une des dimensions essentielles de cette affaire que toutes les études sur cette question ont pourtant, jusqu’à présent, ignorée.

15Par une analyse détaillée des procès intentés aux différents protagonistes de cette affaire et en retraçant avec précision l’incroyable parcours de Lucrecia, mais également celui de son prédécesseur Miguel de Piedrola Beaumont, le soldat-prophète dont l’épopée encore plus surprenante est moins connue, il nous semble avoir montré que cet épisode est résolument politique et que toutes ces personnes furent arrêtées par le Saint-Office pour sédition avant que de l’être pour hérésie ou blasphèmes. En adoptant le parti de suivre les faits au plus près, nous avons voulu reconstruire un milieu, celui des visionnaires contestataires de la fin du xvie siècle, manipulés par des hommes d’Église mais aussi par des nobles à des fins très précises bien éloignées, en apparence du moins, de l’Apocalypse et du Jugement dernier. Notre étude ne prétend pas, et ce parti pris est essentiel, mettre sur le devant de la scène le phénomène Lucrecia, mais plutôt une coalition de mécontents qui s’est exprimée par l’intermédiaire de cette jeune prophétesse, certes, mais aussi par celui d’autres visionnaires en façonnant un discours politique presque entièrement sous couvert de révélations surna-turelles. Contrairement à ce qu’on a voulu en dire, cette affaire ne révèle pas l’exis-tence et la manipulation d’une seule prophétesse, mais plutôt d’un faisceau de prophètes qui, depuis les années 1580, tentaient, par des biais différents, de dialoguer avec le pouvoir. Celui-ci, qui voulait arborer Philippe II comme un roi élu de Dieu à des fins de propagande, s’attire en retour ce type de désaveu surnaturel.

16Le nouvel éclairage que nous prétendons donner à l’histoire de la Santa Cruz révèle que, dans les dernières années du règne de Philippe II, ce que nous appelons un contre-pouvoir ambitionne de se mettre en place. Il dénonce haut et fort le mauvais gouvernement du pays, et prône son urgente réforme.

17Notre étude prétend également, par l’analyse très détaillée du discours de Lucrecia, tant d’un point de vue thématique que stylistique, rendre compte de l’évolution d’un genre, le genre prophétique, figé depuis les temps les plus anciens dans une formulation et une rhétorique très précises, reprises au fil du temps, de prophète en prophète, sans innovation particulière. Nous avons étudié dans quelle mesure le langage prophétique à l’œuvre dans les rêves de Lucrecia est l’héritier des formes traditionnelles de ce genre de discours et dans quelle mesure il est réélaboré en toute conscience et à quelles fins.

18Il est vrai que le registre des rêves saisi par le Saint-Office, où figurent les quatre cent trente-trois songes de Lucrecia recopiés par ses différents transcripteurs, représente un document très exceptionnel. Bien que l’on conseillât à tout bon chrétien de faire part de ses rêves à son confesseur, il est bien rare de trouver des traces écrites de ces exercices. Une entreprise organisée de transcription semblable à celle mise en place par don Alonso de Mendoza, faisant intervenir plusieurs personnes quotidiennement sur une période aussi longue est, à notre connaissance, un cas unique. Qu’on les considère comme la trace véridique de l’activité visionnaire d’un médium exceptionnel ou comme un discours manipulé et inventé quasiment en totalité, il nous a semblé indispensable d’analyser dans le détail ce « matériau prophétique » afin d’en comprendre le fonctionnement ainsi que les aspects les plus marquants et les plus innovants. En annexes de ce travail, nous avons donc choisi de reproduire l’intégralité du corpus des songes tout d’abord parce qu’il était indispensable à une analyse minutieuse des rêves, mais également afin de rendre compte de ce document original, qui ne manquera pas d’intéresser les chercheurs attentifs à ces questions.

19L’étude précise des rêves démontre en outre qu’il faut y voir une réponse apportée par certains milieux à une surabondance de propagande officielle visant à sacraliser l’image du souverain et à en faire le chef de la chrétienté.

20Par la présentation quasisystématique de symboles ou d’images inversés et une progressive ridiculisation de la majesté et de la toute-puissance royale, c’est un contre-portrait pathétique du Roi Prudent qui s’impose. Loin du discours officiel, le Philippe II des rêves de Lucrecia n’est qu’un homme, non exempt de défauts d’ailleurs, qui dans sa pratique politique se montre autoritaire et machiavélique. Certes il n’a pas hésité à tout sacrifier, mais contrairement à l’image qu’il voulut laisser à la postérité, ce n’est pas pour la défense de la religion catholique qu’il l’a fait, mais pour assouvir sa soif de pouvoir sans limites. Ce discours est le reflet du désaccord d’une certaine partie des Espagnols avec les orientations de la politique du pays vers la fin du règne de Philippe II. Il est également la preuve, avec d’autres, qu’il n’y eut pas d’adhésion massive à cette sacralisation de la figure royale et de la Monarchie Catholique à laquelle le roi et son entourage aspiraient. Cette affaire révèle que, dans les dernières années du xvie siècle, le divorce entre certains secteurs de la société espagnole et leur roi était déjà consommé.

21Les rêves prophétiques de Lucrecia de León qui circulèrent sous forme manuscrite à la cour et qui apparemment étaient connus aussi bien du peuple que des milieux les plus proches du pouvoir, représentent, à ce jour — mis à part le mémorial de Luis Manrique et d’autres manifestations prophétiques mineures —, un des plus vibrants témoignages de la détresse et de la lassitude du peuple espagnol face à l’oppression grandissante exercée par le pouvoir royal. Ils reflètent également les profondes inquiétudes de certains secteurs de la société, une fraction de la noblesse liée vraisemblablement au parti pacifiste mais aussi et surtout l’Église, face à l’autoritarisme et l’interventionnisme grandissants de l’État, aussi bien dans le domaine du prélèvement des richesses que dans celui, plus complexe, de l’idéologie. L’étude de cette affaire révèle au final que l’imposition de la figure du roi idéal, soutenue dans les dernières années du règne par la théorie de la « católica razón de Estado » du père Ribadeneyra (opposée à la vision du prince que défendait Machiavel), fut loin de faire l’unanimité parmi les sujets du Roi Prudent.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Anita González-Raymond, Université de Montpellier III (Paul-Valéry) ; Annie Molinié-Bertrand, Université de Paris IV-Sorbonne ; Rafael Benítez Sánchez-Blanco, Universidad de Valencia ; Raphaël Carrasco, Université de Montpellier III (Paul Valéry).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián Durán, « Prophétisme et opposition politique en Espagne à l’époque de Philippe II. Le cas de la Santa Cruz de la Restauración (1587-1598) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 324-330.

Référence électronique

Julián Durán, « Prophétisme et opposition politique en Espagne à l’époque de Philippe II. Le cas de la Santa Cruz de la Restauración (1587-1598) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/1452

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org