Navigation – Plan du site
Le temps des saints

La fabrique des saints

Causes espagnoles et procédures romaines d’Urbain VIII à Benoît XIV (xviie-xviiie siècles)
La fábrica de santos. Causas españolas y procesos romanos de Urbano VIII a Bonifacio XIV (siglos xvii-xviii)
The Making of Saints. Spanish Cases and Roman Procedures from Urban VIII to Benedict XIV (17th-18th centuries)
Jean-Robert Armogathe
p. 15-31

Résumés

En 1622, Isidore le Laboureur, Ignace de Loyola, François Xavier et Térèse d’Avila sont proclamés saints (en même temps que Philippe Neri). Le présent article propose d’étudier la procédure de canonisation pour quelques exemples de saints espagnols : l’importance sociale et politique des modèles de sainteté aux xviie et xviiie siècles conduit à réfléchir sur les mesures normatives mises en place par Urbain VIII. L’éclat reconnu de la sainteté est rendu possible par des procédures complexes, qui mettent à contribution des juristes civils, des canonistes, des théologiens et des médecins. L’Église catholique essaie de retenir son autonomie de décision et sa liberté de jugement en face des facteurs extérieurs qui poussent à exploiter des causes nationales. Le De servorum Dei beatificatione du pape Lambertini (Benoît XIV, mort en 1758) permet de prendre la mesure et les enjeux de la fabrique des saints à l’époque moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Turchini, 1984.

1Nous empruntons à Angelo Turchini1 la première partie de notre titre : fabriquer des saints représente en effet une grande activité de l’Église catholique à l’âge moderne. Les attaques critiques des Réformes avaient entraîné au xvie siècle une prise de conscience qui conduisit l’Église catholique à maintenir la doctrine des saints comme modèles et intercesseurs, tout en réglementant, si j’ose dire, leur statut et leurs activités. À des canonisations spontanées, surgissant de la fama sanctitatis, le Saint-Siège va substituer le contrôle par les autorités épiscopales et romaines.

  • 2 Augustin, Gesta conlationis carthaginiensis…, III, XIII, p. 25 (P. L. 43, 628).
  • 3 González Tellez, 1766.
  • 4 L’intéressé, le roi Éric de Suède, était en état d’ivresse lorsqu’il fut tué le 18 mai 1161, ce qui (...)

2Il n’est pas étonnant que beaucoup de communications de ce dossier portent sur une période particulièrement féconde, le Siècle d’or de la sainteté espagnole : une sainteté vécue, expérimentale sans doute, mais surtout une sainteté reconnue, mise en forme, enregistrée, une sainteté canonisée. Sur vingt-quatre saints canonisés par les papes au xviie siècle, la moitié sont des saints ibériques. Sainteté reconnue et contrôlée, sainteté récupérée aussi, par des approbations de cultes immémoriaux, qui constituent autant de remises en ordre. Les évêques (ou parfois seulement les primats et patriarches2) ont pendant longtemps proposé à la dévotion publique des martyrs ou des confesseurs. Ce culte restait local, pour un diocèse ou une province. Une confusion générale a longtemps régné en la matière, et les pontifes romains ont constamment essayé de contrôler et de régler la reconnaissance de la sainteté, en se réservant la seule autorité pour proposer un culte universel pour toute l’Église ou en gagnant du terrain sur l’autorité des évêques diocésains. Les canonistes romains développèrent une doctrine de la « réserve pontificale », dans le sens de ce contrôle central pour toute action concernant l’Église universelle et en particulier pour proposer des modèles de sainteté3. Ils procédèrent en deux étapes : vers la fin du xie siècle, les papes parvinrent à imposer la pratique d’une reconnaissance par des conciles, surtout des conciles généraux. Une décrétale d’Alexandre III, prenant prétexte d’une canonisation rapide et erronée4, imposait « l’autorité de l’Église romaine » pour tout culte, même en cas de miracles. La « réserve pontificale » a mis longtemps à s’imposer, et elle a plus souvent joué un rôle de contrôle de la religion populaire, de frein aux ambitions des ordres et congrégations ou d’interdiction de pratiques qualifiées de « superstitieuses » que de stimulant pour proposer des modèles de vie parfaite. Un élément qui a certainement joué pour reculer la mise en place d’un tel contrôle fut une légende qualifiée d’anilis fabula par les auteurs graves, qui voulait qu’un pape fût appelé au ciel dans l’année suivant toute canonisation.

3Les choses prennent un tour nouveau avec la réorganisation curiale post-tridentine. Parmi les congrégations de cardinaux mises en place par le pape Sixte Quint Peretti le 22 janvier 1587, la cinquième, celle des Rites, se voit attribuer les canonisations et le calendrier des célébrations, activités que le pape confiait jusqu’alors à des experts désignés, habituellement des auditeurs de Rote. La mise en place du nouveau contrôle ne fut ni simple ni immédiate. C’est un saint espagnol qui fut un des tout premiers à en bénéficier, le bienheureux Diego (Didacus), un frère franciscain mort à Alcalá le 12 novembre 1463. Sa cause avait été introduite sous Pie IV de Médicis (pape de 1559 à 1565) et Pie V Ghislieri (r. 1566-1572), mais elle fut menée à bien sous Sixte Quint le 2 juillet 1588, soit un an et demi après la mise en place des réformes. Le cas de saint Diego est exemplaire, il est à ce titre longuement étudié par Prosper Lambertini (le pape Benoît XIV) dans son grand ouvrage sur les causes des saints. Le pape Sixte Quint ne suivit pas en effet les règles qu’il venait d’établir et ne recourut pas à la Congrégation : il imagina une via media entre l’ancien mode et le nouveau : comme avant sa réforme, la cause fut confiée à des auditeurs de Rote, qui firent un rapport. Mais tandis qu’auparavant le rapport était confié à trois cardinaux (un de chaque « ordre », cardinaux-évêques, cardinaux-prêtres et cardinaux-diacres), il fut cette fois-ci présenté avant le consistoire général à une commission de huit cardinaux nommés, assistés de théologiens et de canonistes. La première canonisation formelle (intervenue le 17 avril 1594) fut faite par Clément VIII Aldobrandini pour le dominicain polonais Hyacinthe Odrowacz (1185-1257). La seconde intervint pour Raymond de Peñafort (1175-1275), le grand canoniste qui fut dominicain, puis mercédaire, et qui avait bénéficié en 1542 d’une béatification « par équipollence » : il fut canonisé par le même pape le 29 avril 1600.

  • 5 Gotor, 2000, p. 280.
  • 6 Ibid.
  • 7 « Santità ed economia processuale. L’esperienza giuridica da Urbano VIII a Benedetto XIV », dans Da (...)
  • 8 Bellarmin l’aurait autorisé, voir « An liceat circa imagines eorum qui habentur pro sanctis » dans (...)

4Le xviie siècle est d’abord le siècle de la sainteté sous contrôle. Les mesures mises en place ont pour objet non seulement de contrôler, mais aussi de restreindre les formes modernes de sainteté, pour insister sur les saints anciens aux vertus éprouvées. L’écart va donc se creuser entre des pratiques populaires de dévotion et une hagiographie officielle, entre ce qui est dénoncé comme des « superstitions » et une proposition solennelle, rare et centralisée par la Curie romaine sous le contrôle des inquisitions5. La mise en place des procédures de béatification et de canonisation entre, ici encore, dans un cadre plus ample, celui du Disziplinierung, de la remise en ordre générale entreprise et imposée par les Églises, dans ce cas par l’Église catholique. Désormais, ne fait pas des saints qui veut ; des mesures contraignantes, renforcées par les inquisitions locales là où il s’en trouve, vont contrôler comme une marque déposée l’appellation « saint » ou « bienheureux ». Il s’agissait, pour reprendre une forte expression de Bellarmin en juillet 1621, d’empêcher que s’ouvrit une grande porte pour laisser chacun avoir son saint : « L’apertura di una gran porta che facesse sì che ognuno volesse beatiƒicare il suo6. » La mise en place ne fut ni facile ni immédiate ; un double contrôle devait s’exercer, sur les individus et sur les institutions. De très nombreux dossiers, conservés dans les archives du Saint-Office, contiennent les procès pour « sainteté prétendue » contre des béates (car il s’agit surtout de femmes) exhibant des phénomènes mystiques7. L’interdiction de la santità pittorica (les auréoles), même en culte privé, reste l’objet de vifs débats8. Mais le combat le plus dur fut mené à l’encontre d’institutions, de congrégations et d’ordres tendant à encourager le culte (le pèlerinage et donc les offrandes) de tel ou tel de leurs membres.

5Les efforts de réglementation rencontrèrent donc une vive opposition et durent être répétés à plusieurs reprises. Urbain VIII Barberini entreprit une remise en ordre systématique des causes, et les « décrets d’Urbain VIII » sont en général considérés comme le terminus a quo de toute enquête sur les conditions modernes de sanctification canonique. Il fallut poser comme préalable à l’ouverture de toute cause l’établissement de non-culte public. Une première mesure autoritaire, portée par l’inquisition romaine (le 13 mars 1625), interdisant tout culte public ou privé sans l’autorisation du Siège apostolique, dut être atténuée par un décret pris le 2 octobre de la même année (les dons et toutes les marques de vénération pouvaient être conservés, mais in secreto).

  • 9 ACDF, SO, Decreta, 1631, fo 177 v. Voir Castellini, Tractatus de certitudine…, pp. 110-111.

6L’application conduisit à d’étonnantes décisions : ainsi, en 1631, le Saint-Office ordonna de retirer les plaques apposées dans la basilique Sainte-Marie Majeure sur la tombe de ce pape Pie V Ghislieri et une enquête fut ordonnée sur la messe de la Trinité célébrée par les dominicains chaque année le 1er mai, jour anniversaire de la mort de ce pape9. Or la Congrégation des Rites avait ouvert en 1624 la cause du procès apostolique et avait accordé le 1er février 1625 la permission de célébrer cette messe, à laquelle de nombreux porporati romains avaient pris part, dont le cardinal de l’Inquisition Desiderio Scaglia. La non-observation répétée de la mesure entraîna un nouveau verrou, pris à un niveau plus élevé : le pape publiait en 1634 le bref Coelestis Hierusalem Cives, qui imposa le procès de non cultu en préalable à l’ouverture de toute nouvelle cause : l’Inquisition intervenait alors en amont de la Congrégation des Rites, pour donner un nihil obstat à l’ouverture d’une cause. Il s’agit bien d’un dispositif de contrôle, renforcé en 1634 par l’appel au bras séculier : les princes laïques pouvaient être appelés à emprisonner les contrevenants. Contrôle procédural centralisé, mais aussi lutte contre les « superstitions ».

  • 10 Il s’agit en fait de mesures prises par le Saint-Office, mais l’expression a été retenue en raison (...)

7La pièce essentielle du dispositif de contrôle mis en place par les « décrets d’Urbain VIII10 » est un procès préalable de non cultu : il faut établir, pour pouvoir ouvrir le procès apostolique, qu’il n’y a jamais eu de culte public. Sagement, Urbain VIII exceptait les saints les plus anciens, qui jouissaient d’une fama sanctitatis ab immemorabili (bref Coelestis Hierusalem Cives, 1634). Une procédure per uiam cultus était alors instituée pour les personnages morts avant 1534, aboutissant à une conƒirmatio cultus. Pour les causes récentes, le constat de non-culte était obligatoire. Urbain VIII demandait ensuite que l’évêque du diocèse où était ouverte la cause rassemble tous les écrits du candidat pour les soumettre à la Congrégation des Rites (c’était l’occasion du procès informatif, ou ordinaire). Le procès curial (ou apostolique) pouvait alors commencer avec l’examen de la vie, des vertus et des miracles, mais un délai de cinquante ans était prévu entre la mort du candidat et l’ouverture du procès apostolique.

  • 11 Urbain VIII, Pontiƒicis optimi maximi decreta…
  • 12 Folz, 1992.

8Les mesures d’Urbain VIII, définitivement promulguées dans un livret publié en 164211, qui reviennent pour l’essentiel à écarter les proclamations incontrôlées de sainteté en fixant l’enquête de non-culte comme condition préalable à l’ouverture de toute cause, sont l’aboutissement de préoccupations déjà exprimées par Clément VIII en 1602 : la Réforme catholique avait entraîné des propositions de cultes publics anticipant toute décision pontificale (ainsi pour Philippe Neri, pour Ignace de Loyola, pour Charles Borromée). Il fallait mettre de l’ordre dans tout cela : un cas exemplaire est celui d’Isabelle d’Aragon, morte en 133612. Au xvie siècle, en 1516, Léon X prend en considération la demande du roi Manuel Ier et la réputation d’Isabelle. Il accorde qu’un office puisse être écrit en l’honneur de la « bienheureuse Isabelle ». Mais cette reconnaissance est assortie de clauses restrictives temporelles (une seule fois par an, au jour anniversaire de la mort de la reine) et géographiques (au seul diocèse de Coimbra). Une enquête ouverte en 1612 permit la canonisation par Urbain VIII en 1625.

  • 13 Acta Canonizationis S. Caroli, p. 96, cité par Lambertini, De servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 1 (...)

9Autre institution rendue obligatoire par Urbain VIII, le promotor ƒidei a pour fonction de soulever des objections sur la sainteté envisagée : c’est l’« avocat du diable ». Avant les décrets d’Urbain VIII, il pouvait se borner à reconnaître qu’il n’avait rien à déclarer : il en fut ainsi pour la cause de Charles Borromée, en 1610. Le promoteur, Jean-Baptiste Spada, se borna à déclarer se nihil habere, quod posset praedictis argumentis opponere13. Mais après les décrets, on ne trouve pas d’exemple où le promoteur n’ait pas soulevé des difficultés sur les points majeurs des causes examinées, sur les vertus, le martyre ou les miracles. Il pouvait ne s’agir que de remarques mineures, mais elles devaient être conservées par écrit.

10Procédurière et centralisée, la « fabrique des saints » n’allait pas sans contradiction dans les pouvoirs concernés (Saint-Office et Congrégation des Rites) et dans le concept même (souci du non-culte mais obligation de la fama sanctitatis). La conséquence fut une activité de canonisation très réduite :

xviie siècle

xviiie siècle

xixe siècle

Béatifications

75

39

65

Canonisations

25

29

80

Confirmations de culte

33

894

397

  • 14 Renoux, 1995, pp. 116-120 et 164 ; Suire, 2001, p. 369, note 51.

11Deux cent soixante-seize causes furent au total ouvertes au xviie siècle, dont cent trente-sept italiennes, soixante espagnoles et (seulement) neuf françaises. La moitié des saints du xviie siècle, nous l’avons déjà dit, sont d’origine ibérique14. Le premier constat est que dans cette activité réduite, sur vingt-cinq canonisations, l’Espagne est représentée par treize causes. Nous donnons en annexe (pp. 26-29) une liste des saints et bienheureux ibériques classés par siècles (nous avons inclus le Portugais Jean de Dieu). Un examen attentif permet de repérer trois périodes privilégiées, correspondant à trois pontificats, celui de Grégoire XV Ludovisi (1621-1623), celui de Clément X Altieri (1670-1676) et celui d’Alexandre VIII Ottoboni (1689-1691). Il y a une coïncidence entre l’aboutissement des causes espagnoles et les sympathies des pontifes : sur quatorze canonisations espagnoles, ces trois papes en ont fait onze (les deux derniers sont des hommes d’Urbain VIII Barberini). Un second constat porte sur les choix des canonisations : Grégoire XV canonise à la fois des fondateurs d’ordres, actifs dans les réformes catholiques (Ignace de Loyola et son compagnon François Xavier, Thérèse de Jésus, Philippe Neri) et Isidore le Laboureur, patron de Madrid. Considérons les quatre modèles espagnols de sainteté élevés sur les autels le 1er mars 1622, dans la basilique Saint-Pierre achevée, et proposés pour un culte public :

    • 15 MSHI, Scripta di S. Ignazio, vol. 2.

    Ignace de Loyola15, fondateur de la Compagnie de Jésus : dès 1569, des miracles furent attribués à un de ses portraits, à Sienne. Baronius tenta de favoriser son culte public à Rome en 1600, mais la béatification intervint en 1609 (In Sede Principis de Paul V), et la canonisation en 1622 par Grégoire XV (la bulle Rationi congruit ne fut expédiée que par Urbain VIII en 1623).

  1. François Xavier, un des premiers et plus illustres compagnons du précédant, mort en 1552 : Jean III, roi du Portugal, chargea dès 1556 le vice-roi de Goa de recueillir les témoignages en vue de l’ouverture d’un procès informatif. Mais la mort du roi (1557) entraîne une série de retards, souvent dus au scepticisme des visiteurs jésuites à l’égard des prétendus miracles ; il fallait aussi attendre les progrès de la cause d’Ignace. Il fallut attendre le début du xviie siècle pour que le procès de François Xavier reprenne (le cardinal Pamphili est nommé promoteur de la cause en 1610). Paul V le proclame bienheureux en 1619 (bref In sede principis), tandis que Grégoire XV le proclame saint en 1622.

    • 16 Les tomes xviii à xx de la Biblioteca Mística Carmelitana (Burgos) publient les pièces des deux pro (...)

    Thérèse de Jésus meurt en 1582. Sa renommée se répand dans toute la Péninsule, elle est béatifiée dès 1614 et, dans une déclaration (30 novembre 1617), les Cortès l’associent à saint Jacques comme patronne de l’Espagne16. Son compagnon de réformes et d’épreuves, Jean de la Croix, connut un moins rapide succès : il mourut en 1591 à Úbeda, en Andalousie, mais son corps fut transporté en secret à Ségovie et fit l’objet de diverses amputations. La restitution ordonnée par Clément VIII en 1596 ne fut pas complètement observée, d’autant que le culte des reliques devient très vite appuyé par des miracles et des apparitions. Dès 1603, les supérieurs ordonnent une enquête historique, puis les procès informatifs se déroulent (entre autres à Valladolid, en 1615). La déclaration de l’héroïcité des vertus, obtenue en 1662 et 1667, ne fut pas rendue publique, mais Clément X procéda à la béatification (1675). Les controverses autour de la mystique (quiétisme) retardèrent d’autant la canonisation, qui n’intervint qu’en 1726.

    • 17 Diácono, Vida y milagros del glorioso san Isidoro el Labrador…

    Isidro Labrador (Isidore le Laboureur)17 : né vers 1080, mort vers 1130, il mena une vie de paysan, promu intendant par son maître madrilène Juan de Vargas. Réfugié à Torrelaguna pendant l’occupation de Madrid par les Almoravides, il y avait épousé Maria de la Cabeza, dont il eut un fils. Patron de Madrid, sa vie est édifiante par le double souci d’accomplir son devoir d’état et de se consacrer à la prière. Cela est pleinement signifié par l’épisode des anges maniant la charrue tandis qu’Isidore reste en prière. Son culte fut approuvé par Paul V le 14 juin 1610 et la canonisation prononcée par Grégoire XV le 12 mars 1622. Le corps de Maria, sa femme, fut retrouvé en 1596, et le procès de béatification fut instruit en 1615.

Prolongeons cette galerie par deux autres saints du Siglo de Oro :

  1. Thomas de Villanova, religieux augustin, né près de Ciudad Real (1486), mort en 1655 archevêque de Valence, béatifié en 1618 et canonisé par Alexandre VII (1658).

  2. Le Portugais Jean de Dieu (1495-1550) : les procès, entre 1622 et 1626, entraînèrent l’audition de 460 témoins. Il fut béatifié par Urbain VIII (21 septembre 1638) et canonisé par Alexandre VIII (16 octobre 1690).

  • 18 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 1, chap. XXXIX, p. 8.
  • 19 Ibid., livre 2, chap. LIV, p. 612.

12Il faut faire une place à part à la sainteté du Nouveau monde, avec quatre Espagnols : le dominicain Luis Bertrán, o. p., (1526-1581) en Nouvelle-Grenade (l’actuelle Colombie), béatifié le 29 juillet 1608 et canonisé le 12 avril 1671 ; Rosa de Santa María, née à Lima (1586-1617), qui fut béatifiée par Clément IX en 1668 et canonisée en 1672 par Clément X ; le franciscain Francisco Solano (1549-mort à Lima en 1610), qui fut béatifié le 25 janvier 1675 et canonisé le 27 décembre 1726 ; et l’évêque des Andes, Toribio Alonso de Mogrovejo, né dans le León vers 1538, mort au Pérou en 1606, béatifié par Innocent XI en 1679 et canonisé par Benoît XIII en 1726. Les dates sont ici très significatives : la béatification des trois derniers serviteurs de Dieu en Amérique intervint sur un intervalle de onze années, avec de nombreuses dispenses : le procès de Rosa de Santa María fut ouvert avant les cinquante ans prescrits (entre le décès et l’ouverture), et Clément X autorisa immédiatement le culte public des deux bienheureux18, en imposant Rose comme patronne de Lima et du royaume du Pérou (alors que les textes prévoient que la béatification est seulement une « permission de culte », et non pas une obligation) et en lui accordant une messe universelle. Enfin, il canonisa Rosa en dispensant la cause de l’intervalle entre les deux degrés. Ces privilèges étaient dus aux fruits spirituels qu’on pouvait espérer pour le Nouveau Monde19. La décision de donner des « patrons » à des villes ou à des royaumes revient à les intégrer dans un processus d’antique christianisation, afin qu’ils aient des saints protecteurs comme les cités et royaumes d’Europe.

13Une mention spéciale doit être faite de Fernand III (1198-1252), le seul monarque espagnol élevé sur les autels, qui fut très tôt l’objet d’un culte à Séville. Le procès de canonisation commença en 1629, le roi fut canonisé par Clément X (4 février 1671).

  • 20 Bascapé, De vita et rebus gestis Caroli, p. 871. Sur les difficultés rencontrées par cette biograph (...)
  • 21 Étudiées par Huerga, 1988 et, dans la même livraison, voir la note critique de González Novalin.

14Il convient de souligner qu’à côté de ces saints, espagnols ou portugais, d’autres figures étaient vénérées dans la Péninsule. Un seul exemple, celui de Charles Borromée, l’actif archevêque de Milan, canonisé le 1er novembre 1610 : Philippe II conservait son portrait avec dévotion, comme le raconte dès 1592 le premier biographe du cardinal20. Plusieurs études récentes ont mis l’accent sur l’importance du modèle borroméen dans l’Espagne du xviie siècle, et les nombreuses Vies castillanes de Charles Borromée en portent le témoignage21. Francisco de Quevedo (1580-1645), qui vante le stoïcisme chrétien du cardinal, le rapproche de Thérèse de Jésus comme une de ces personnes dont l’histoire procure plus de lumière que d’autres pour la conduite de la vie :

  • 22 Quevedo, Obras completas en prosa, t. i, p. 1612 ; le passage est cité par Huerga, 1988, qui cite a (...)

Hay ciertas historias que nos dan más luz que otras para conducir nuestra vida, como la de la bienaventurada madre Teresa […] y la del bienaventurado cardenal Borromeo22.

  • 23 Voir Guérin et Giry, Les petits Bollandistes…, t. v, 13 mai.
  • 24 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 2, chap. II, p. 11.

15Ce fut au nom du Roi Catholique que le cardinal Taverna postula la canonisation de Charles Borromée, au cours de la séance solennelle devant le souverain pontife. Il convient aussi de parler de ceux qui rencontrèrent des difficultés pour accéder aux autels : ainsi le trinitaire Simón de Rojas (1552-1624). Ses liens étroits avec Philippe III et Philippe IV (il fut conseiller du père et précepteur du fils) lui valurent une réputation de sainteté et l’appui de la couronne d’Espagne. Mais le juridisme croissant en la matière retarda son élévation. En effet, les nonces apostoliques en Espagne s’étaient arrogé le droit de soutenir des causes, pour Ignace de Loyola et François Borgia, et surtout pour Isidore le Laboureur23. La croissance des exigences romaines en matière de juridiction a contribué à retarder les causes, et celle de Simón de Rojas, proposée par le nonce à Madrid, fut écartée pour vice de forme en 171824. Pour Ramón Nonato, mercédaire de la fin du xiiie siècle, les difficultés étaient d’un autre ordre : il avait été canonisé par Benoît XIII, l’Aragonais Pedro de Luna, qui fut déchu de la papauté par le concile de Constance en 1414. Sa sainteté fut donc confirmée pour l’Ordre par une bulle d’Urbain VIII (5 novembre 1625), et il fut inscrit au Martyrologe romain en 1657, sa fête étant étendue à toute l’Église le 10 mars 1681.

  • 25 Cappellus, Acta canonizationis…
  • 26 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 2, chap. XIX, p. 12.

16Le contrôle s’exerce de manière intéressante dans le cas de Pierre d’Alcántara, ofm/ofm ref (1499-1562). À sa mort, Thérèse d’Ávila l’avait vu monter au ciel et son témoignage fut retenu dans les pièces du procès. Le 3 juin 1616, le pape Paul V Borghese avait nommé trois auditeurs de Rote pour examiner le cas. La canonisation de la réformatrice du Carmel, que le saint religieux avait tant aidée, le 1er mars 1622, fut suivie de sa propre béatification, quatre jours plus tard, le 5 mars. La canonisation fut postulée en séance publique au nom du Roi Catholique par le cardinal Giulio Rospigliosi, qui devait procéder à la canonisation le 28 avril 1669 en tant que pape Clément IX25. Néanmoins, comme Lambertini le souligne26, le témoignage de Thérèse n’aurait pas suffi pour décider la cause, mais cela appuyait la reconnaissance des vertus. Du reste, le traité de Lambertini cite souvent les deux procès à la suite, et il est clair qu’ils sont liés dans son esprit.

17La présence de l’Espagne serait incomplète si on négligeait d’examiner les reconnaissances de cultes « immémoriaux » pour certains ordres religieux (pour les cisterciens, Raimundo de Fitero [mort en 1163] en 1702, approbation étendue à toute l’Espagne en 1719, ou encore Bernardo Calvó [1180-1243], approuvé pour les cisterciens en 1702). Celui de saint Olegario fut approuvé le 18 mai 1675. Benoît XIV Lambertini (1740-1758) fit un effort particulier pour remettre aux normes des saints anciens qui n’auraient pas pu faire l’objet de véritables procès : la clause de culte immémorial fut invoquée pour Pedro González (San Telmo ; 1180-1246), dont le culte fut approuvé en 1742 et pour saint Gilles (Gil de Casayo ; né dans le Bierzo au xiie siècle), approuvé indirectement pour culte immémorial le 11 mars 1746.

18Que faut-il retenir de cette longue liste de saints et bienheureux ? Le contrôle exercé par le siège romain profita certainement aux Espagnols en raison de leur forte présence dans la curie romaine, qui leur donnait une compétence et une aisance plus grandes à l’égard des nouvelles procédures.

L’héroïcité des vertus et les miracles

19Les règles romaines, formulées dans l’ensemble connu comme « les décrets d’Urbain VIII », ont en effet été précisées par une jurisprudence qui n’a pas nécessairement été rendue publique, et il fallait des connaissances personnelles autant que de l’expérience pour faire avancer une cause dans la phase curiale. Ce procès romain portait sur l’examen des vertus et celui des miracles attribués à l’intercession du serviteur (ou de la servante) de Dieu.

  • 27 « Per continuatos actus, data occasione, exercitos supra communem operandi modum aliorum proborum v (...)

20On sait que pour le procès apostolique, l’enquête de fama sanctitatis porte sur l’examen des vertus : les trois vertus théologales (foi, espérance et charité), les quatre vertus cardinales (prudence, justice, force et tempérance) et d’autres vertus morales (celles des vœux pour les religieux, et souvent la mortification et l’humilité). Lambertini précise bien que ces vertus doivent avoir été pratiquées « par des actes continuels et d’une manière dépassant celle des honnêtes gens27 ».

  • 28 Scacchi, De cultu et veneratione…, section 3, chap. I, p. 178.

21La difficulté de cette partie processuelle réside dans la diversité des conditions et des situations. On peut aisément juger de la vertu de foi des serviteurs de Dieu qui ont écrit des traités. Mais comment juger la profession de foi de ceux qui n’ont rien écrit sur les matières de religion, comme Isidore le Laboureur ? Fortunato Scacchi28 a fermement soutenu que les bonnes actions devaient suffire pour prouver la qualité de la foi formata et viva et vera, et l’argument a beaucoup servi pour les saints espagnols : les trois exemples retenus par Lambertini sont Thérèse, Pierre d’Alcántara et Pascal Baylon.

22Nous ne nous étendrons pas sur les miracles, qui méritent un traitement à part. Nous nous contenterons de souligner combien le point de vue romain a évolué en profondeur dans ce domaine. Au témoignage des juristes, le jugement des historiens se substitue peu à peu, au cours du xviie siècle, pour être supplanté au siècle suivant par le regard des médecins. Le juriste, l’historien, le médecin : trois étapes, du xvie au xviiie siècle, trois moments de l’organisation interne pour fabriquer des saints. Les miracles de Pierre d’Alcántara foisonnent : il a rendu la vue à des aveugles et fait entendre des sourds, il a guéri de la hernie et de l’érésipèle, il a fait surgir une source du sol, il a traversé des rivières et marché au milieu des flammes. Dès l’enfance, des signes prophétiques se sont manifestés, et son cadavre émettait un parfum délicieux. Les causes du xviiie siècle sont plus discrètes en matière de merveilleux et surtout la préoccupation de la science médicale est première.

  • 29 Sa bibliothèque, déposée à la Bibliothèque universitaire de Bologne, a été étudiée par Frati, 1908, (...)

23Le traité de Lambertini fixe des procédures de compromis : il étend, de façon réglementaire, le domaine des cas exceptés (quand un culte immémorial, la notoriété, l’importance des miracles permettent de ne pas suivre l’iter ordinaire), distingue fortement entre la béatification, permission de dévotion accordée à titre local et transitoire, et la canonisation, universelle et définitive. Il accepte une interprétation des décrets d’Urbain VIII qui rend licite une qualification de sainteté sur les mœurs et la doctrine, tant qu’il ne s’agit pas de la personne ; il distingue, pour l’enquête de non-culte, entre culte privé et culte public. Cet ensemble de demi-mesures permet habilement de concilier la diffusion de modèles de sainteté, sa validation et son contrôle par l’auctoritas pontificale. En effet, dans tous les cas l’enjeu véritable est l’octroi de cette autorité qui va s’imposer et se répandre de façon populaire par le contrôle et la proclamation des causes : le pape, et lui seul, fait les saints. Pour être efficace, cette activité doit rester crédible : le regard que Lambertini jette sur les saints est celui d’un homme des Lumières29. En 1744, il annonce à son ami Francesco Peggi, un chanoine de Bologne, la réédition de son grand traité :

  • 30 Briefe Benedicts XIV…

Si è rimpiazzato di varie addizioni notabili ed importanti, il che non era possibile fare in Bologna per mancanza di libri buoni30.

  • 31 Voir la thèse de médecine de Gorce, 1915.

24Lambertini insiste sur la recherche et l’élimination des causes naturelles dans l’examen des miracles. Ses erreurs sont celles de la médecine de son temps, et le regard médical de son traité est extrêmement important31. Sa culture médicale est tout à la fois classique et profonde. Il reste débiteur du grand archiatre pontifical du xviie siècle Paolo Zacchia (1584-1659), dont les Quaestiones medico-legales sont remarquablement modernes par leur refus de la sorcellerie et leur souci des maladies mentales et « nerveuses » (de « Imaginatione »). Il cite aussi Plempius (1601-1671), Guillaume Ader (mort en 1638) et le médecin marseillais Nicolas Chesnau (Observationes… Paris, 1672). Mais il est surtout assisté par deux grands médecins de Bologne, Ipolito Francesco Albertini (1662-1746) et Gian Giacinto Vogli (1697-1762). Au cœur de sa préoccupation, les périls de l’imagination : elle peut provoquer des guérisons instantanées, mais le risque de récidive ou de métastases demeure. Il est donc essentiel de se prémunir, dans le jugement médical, contre une hâte excessive, prudence qui s’étend aux apparitions et à tous les phénomènes posthumes sur les cadavres des serviteurs de Dieu (incorruptibilité, odor sanctitatis, flexibilité…). Mais cette réflexion sur les miracles constitue un autre chapitre que nous ne voulons pas aborder ici.

25Il est temps en effet, après ce trop long — mais peut-être nécessaire — exposé historique, de passer à une problématique plus générale sur les causes espagnoles à l’époque moderne. Elles entrent, bien sûr, dans la politique générale du Saint-Siège en la matière, mais leur importance numérique permet une démonstration qui n’aurait pas de valeur probatoire sur un corpus plus réduit. Bienheureux ou saints, portés sur les autels par un procès ordinaire, par équipollence ou ab immemorabili, ces dizaines de personnages ont quelques traits communs, qui permettent de tracer une typologie de la sainteté officielle. La maîtrise romaine sur la sainteté voulait proposer des modèles, un modèle de société et un modèle d’individu dans la société. Il s’agit de l’exacte mise en œuvre des programmes réformateurs tridentins, entre doctrine et discipline. Ce double objectif est aisément repérable dans le choix des saints et bienheureux.

26Il s’agit d’abord d’une image de l’homme, exemple des vertus et des comportements. Chaque saint, chaque bienheureux représente une pièce dans le puzzle de la Réforme catholique en Espagne et dans le reste du monde. Un franciscain, Pascal Baylon (béatifié en 1618, canonisé en 1690), encourage le culte eucharistique, comme l’augustin Jean de Sahagún (1430-1479), béatifié le 19 juin 1601, canonisé le 16 octobre 1696. Avec l’humble frère franciscain, berger et cordonnier Salvator de Horta (1520-1567), béatifié le 15 février 1606 (canonisé en 1938 seulement), l’espoir des guérisons est ravivé (il aurait guéri jusqu’à deux mille pèlerins en un seul jour dans sa cellule de Horta). Les saints modernes sont ceux de la modernité : ils ont moins de visions, les phénomènes surnaturels sont estompés au profit d’une vie ascétique, sans rigueur excessive, de la prédication doctrinale et missionnaire et surtout de l’obéissance à l’Église. Les saints modernes sont des saints de la docilité, de l’exemplarité dans l’obéissance, avec moins de mystique et plus de vertus (même dans le cas de Thérèse de Jésus).

27Cette image est insérée dans un encadrement social : les ordres religieux sont privilégiés, mais en particulier ceux qui se sont créés après Trente ou qui ont entrepris de se réformer sur le modèle religieux conciliaire : Ignace et Jean de Dieu dès le xviie siècle, et Joseph Calasansz, fondateur des piaristes, béatifié et canonisé au xviiie siècle, mais aussi Thérèse et Pierre d’Alcántara et Pierre Regalado (1390-1456), tous deux réformateurs des franciscains. Cisterciens, augustins, et surtout mercédaires (avec Pierre Nolasque et Raymond de Peñafort, Ramon Nonato, Maria del Soccorro de Cervellón, Pedro Pascual) obtiennent la confirmation de leurs saints particuliers. Cette remise en ordre passe par la reconnaissance des saints populaires (Olegario, Gilles, Telme et surtout Isidore le Laboureur et son épouse). Le monde catholique est missionnaire : six martyrs franciscains espagnols (morts au Japon en 1597) sont béatifiés en 1627 (ils seront canonisés en 1862 seulement) et Juan de Prado (martyr du Maroc, 1636), béatifié en 1728. Les Indes orientales et occidentales ne sont pas oubliées, avec François Xavier et les saints américains. Avec Isabelle d’Aragon et Fernand III, ce sont les souverains catholiques qui sont présents, au côté des missionnaires et des prédicateurs. Nouveaux ordres religieux, réformes des anciens, « rencontre » de l’Amérique, fidélité de la piété personnelle, sécurité doctrinale, l’institution fabrique des saints pour proposer des modèles individuels et sociaux : l’Espagne religieuse moderne est au miroir de ses saints.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
ACDF, SO : Archives de la Congrégation pour la défense de la foi, Saint-Office.
MSHI : Monumenta historica societatis Jesu.

Augustin, saint, Gesta conlationis carthaginiensis anno 411 accedit sancti Augustini brevicculus conllationis cum donatistis, S. Lancel (éd.), Turnholti, 1974.

Bascapé, Giovanni Francesco (en religion Carlo), De Vita et rebus gestis Caroli, Ingolsadt, 1592 (rééd. Milan, 1965).

Bellarmin, Robert, Auctarium Bellarminium, supplément aux œuvres du Cardinal Bellarmin, Xavier-Marie Le Bachelet (éd.), Paris, 1913.

Briefe Benedicts XIV an den Canonicus Pier Francesco Peggi in Bologna (1729-1758) nebst Benedicts Diarium des Conclaves von 1740,Franz Xaver Kraus (éd.), Fribourg, 1888 (1re éd., Fribourg et Tübingen, 1884).

Cappellus, Dominicus, Acta canonizationis SS. Petri de Alcantara et Magdalenae de Pazzis, Rome, 1669.

Castellini, Luca, Tractatus de certitudine gloriae sanctorum canonizatorum, Rome, 1628.

Dalla Torre, Giuseppe (1999), Santità e diritto. Sondaggi nella storia del diritto canonico, Turin.

Diácono, Juan, Vida y milagros del glorioso san Isidoro el Labrador… con adiciones por padre Presentado fray Iayme Bleda… de la orden de Predicadores… : va a la ƒin un tratado de la vida y milagros de la sierua de Dios Maria de la Cabeça…, Madrid, 1622.

Folz, Robert (1992), Les saintes reines du Moyen Âge en Occident (vie-xiiie siècles), Bruxelles.

Frati, Lodovico (1908), « Indice dei codici latini conservati nella R. Biblioteca Universitaria di Bologna », Studi Italiani di Filologia Classica, 16, pp. 103-482.

González Novalín, José Luis (1988), « San Carlos Borromeo y su relación con España », Hispania Sacra, 40, pp. 193-204.

González Tellez,Emanuel, Commentaria perpetua in singulos textus quinque librorum decretalium Gregorii IX, Venise, 1766 (1re éd. Lyon, 1673).

Gorce, Jean-Denys (1915), L’œuvre médicale de Prospero Lambertini (pape Benoît XIV), 1675-1758, Bordeaux.

Gotor, Miguel (2000), « La riforma dei processi di canonizzazione dalle carte del Sant’Uffizio (1588-1642) », dans L’Inquisizione e gli storici : un cantiere aperto, Tavola rotonda nell’ambito della conferenza annuale della ricerca (24-25 giugno 1999), Rome, pp. 279-288.

Guérin, Paul et Giry, François, Les petits Bollandistes, vies des saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des martyrs, des pères, des auteurs sacrés et ecclésiastiques… d’après le père Giry… les grands Bollandistes… et les travaux, soit archéológiques, soit hagiographiques les plus récents… (17 vol. ), Bar-Le-Duc, 1874 (7e éd. révisée).

Huerga, Álvaro (1988), « La irradiacion de san Carlos Borromeo en España a principios del siglo xvii », Hispania Sacra, 40, pp. 179-191.

Lambertini, Prosper (pape Benoît XIV), De Servorum Dei Beatiƒicatione et Beatorum Canonizatione, t. i-vi des Opera Omnia, Prato, 1839-1846.

Mellano, M. F. et Molinari, F. (1982), « La “Vita di S. Carlo” del Bascapé : vicende della pubblicazione », Ricerche di Storia Sociale e Religiosa, 21-22, pp. 125-189.

Quevedo, Francisco de, Obras completas en prosa (2 vol. ), Madrid, 1961 (5e éd.).

Renoux, Christian (1995), Sainteté et mystique féminine à l’âge baroque. Naissance et évolution d’un modèle en France et en Italie, thèse soutenue à l’université de Paris-I.

Scacchi, Fortunato, De cultu et veneratione servorum Dei…, Rome, 1639.

Suire, Éric (2001), La sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècles) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation,Pessac.

Turchini, Angelo (1984), La fabbrica di un santo : il processo di canonizzazione di Carlo Borromeo e la Controriforma, Casale di Monferrato.

Urbain VIII, Pontiƒicis optimi maximi decreta seruanda in canonizatione et beatiƒicatione sanctorum accedunt instructiones et declarationes, Rome, 1642.

Haut de page

Annexe

I. Les saints ibériques canonisés aux xviie et xviiie siècles

Morts au xiie siècle
Olegario : approbation du culte immémorial le 18 mai 1675.
Isidro Labrador (1080-1130) : canonisé le 12 mars 1622.
Martín Cid (mort en 1152) : approbation du culte en 1701.
Raimundo de Fitero (mort en 1163) : approbation pour les cisterciens en 1702, pour toute l’Espagne en 1719.

Morts au xiiie siècle
Bernardo Calvó (1180-1243) : culte approuvé pour les cisterciens en 1702.
Pedro Nolasco (vers 1180-1249) : culte confirmé par la Congrégation des Rites en 1628, étendu à toute l’Église en 1664.
Ramón de Penyafort (1185-1275) : béatification équipollente en 1542, canonisé le 29 avril 1600 (la deuxième canonisation formelle, après celle du dominicain polonais Hyacinthe Odrowacz le 17 avril 1594).
Fernando III (1198-1252) : le seul monarque espagnol élevé sur les autels, qui fut très tôt l’objet d’un culte à Séville. Le procès de canonisation commença en 1629, le roi fut canonisé par Clément X (4 février 1671).
Pedro Pascual (vers 1225-1300) : approuvé pour culte immémorial le 14 août 1670.
María del Socorro de Cervellón (1230-1290) : culte confirmé le 15 février 1690.
Gil de Casayo (né dans le Bierzo au xiie siècle) : approuvé indirectement pour culte immémorial (11 mars 1746).

Morts au xive siècle
Isabel de Portugal (vers 1270-1336) : canonisée le 25 mai 1625.
Ramón Nonato, mercédaire (fin du xiiie siècle) : difficulté venant de sa canonisation par Benoît XIII (déchu de la papauté par le concile de Constance en 1414), confirmé pour l’Ordre par bulle d’Urbain VIII le 5 novembre 1625, inscrit au Martyrologe romain en 1657, fête étendue à toute l’Église le 10 mars 1681.

Morts au xve siècle
Pedro Regalado, ofm (1390-1456) : béatification le 11 mars 1684, canonisé le 29 juin 1746.
Juan de Sahagún, osa (1430-1479) : béatification le 19 juin 1601, canonisé le 16 octobre 1696.

Morts au xvie siècle
Tomás de Villanueva, osa (vers 1486-1555) : béatification le 7 octobre 1618, canonisé le 1er novembre 1658.
Ignace de Loyola, sj (1491-1556) : béatification en 1609, canonisé le 12 mars 1622.
Juan de Dios (1495-1550) : béatification en 1630, canonisé le 16 octobre 1690.
Pedro de Alcántara, ofm/ofm ref (1496-1562) : béatification le 5 mars 1622, canonisé le 28 avril 1669.
Francisco Javier, sj (1506-1552) : béatification le 25 octobre 1619, canonisé le 12 mars 1622.
Francisco de Borja, sj (1510-1572) : béatification le 23 novembre 1624, canonisé le 12 avril 1671.
Teresa de Jesús (1515-1582) : béatification le 24 avril 1614, canonisée le 12 mars 1622.
Salvador de Horta, ofm (1520-1567) : béatification le 15 février 1606 (canonisé en 1938 seulement).
Luis Bertrán, op (1526-1581) : béatification le 29 juillet 160, canonisé le 12 avril 1671.
Toribio de Mogrovejo (1538-1606) : béatification le 21 juin 1679, canonisé le 10 décembre 1726.
Pascual Bailón, ofm (1540-1592) : béatification le 29 octobre 1618, canonisé le 16 octobre 1690.
Juan de la Cruz (1542-1591) : béatification le 25 janvier 1675, canonisé le 26 décembre 1726.
Martyrs franciscains du Japon (morts en 1597) : béatification en 1627, canonisés en 1862 seulement (ils sont six).

Morts au xviie siècle
Francisco Solano, ofm (1549-mort à Lima en 1610) : béatification le 25 janvier 1675, canonisé le 27 décembre 1726.
José de Calasanz (1558-1648) : béatification en 1748, canonisé le 16 juillet 1767.
Rosa de Lima (1586-1617) : béatification le 15 avril 1668, canonisée le 12 avril 1671.

II. Les bienheureux

Mort au xiiie siècle
Pedro González [San Telmo] (1180-1246) : culte immémorial approuvé en 1742.

Morts au xive siècle
Dalmacio Moner (1291-1341) : culte immémorial approuvé en 1721.
Juan Lorenzo de Cetina (mort en 1397) : culte immémorial approuvé en 1731.

Mort au xve siècle
Álvaro de Córdoba (mort en 1420) : approbation du culte en 1741.

Mort au xviie siècle
Juan de Prado, martyr (1563-1631) : béatification en 1728.

Haut de page

Notes

1 Turchini, 1984.

2 Augustin, Gesta conlationis carthaginiensis…, III, XIII, p. 25 (P. L. 43, 628).

3 González Tellez, 1766.

4 L’intéressé, le roi Éric de Suède, était en état d’ivresse lorsqu’il fut tué le 18 mai 1161, ce qui n’empêche pas qu’il reste vénérable aujourd’hui encore dans l’Église luthérienne suédoise.

5 Gotor, 2000, p. 280.

6 Ibid.

7 « Santità ed economia processuale. L’esperienza giuridica da Urbano VIII a Benedetto XIV », dans Dalla Torre, 1999, pp. 57-87.

8 Bellarmin l’aurait autorisé, voir « An liceat circa imagines eorum qui habentur pro sanctis » dans Bellarmin, Auctarium Bellarminianum…, pp. 470-472.

9 ACDF, SO, Decreta, 1631, fo 177 v. Voir Castellini, Tractatus de certitudine…, pp. 110-111.

10 Il s’agit en fait de mesures prises par le Saint-Office, mais l’expression a été retenue en raison du plus grand prestige donné à ces mesures mises en place sous le long pontificat barberinien.

11 Urbain VIII, Pontiƒicis optimi maximi decreta…

12 Folz, 1992.

13 Acta Canonizationis S. Caroli, p. 96, cité par Lambertini, De servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 1, chap. XVIII, p. 111.

14 Renoux, 1995, pp. 116-120 et 164 ; Suire, 2001, p. 369, note 51.

15 MSHI, Scripta di S. Ignazio, vol. 2.

16 Les tomes xviii à xx de la Biblioteca Mística Carmelitana (Burgos) publient les pièces des deux procès.

17 Diácono, Vida y milagros del glorioso san Isidoro el Labrador…

18 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 1, chap. XXXIX, p. 8.

19 Ibid., livre 2, chap. LIV, p. 612.

20 Bascapé, De vita et rebus gestis Caroli, p. 871. Sur les difficultés rencontrées par cette biographie, voir Mellano et Molinari, 1982.

21 Étudiées par Huerga, 1988 et, dans la même livraison, voir la note critique de González Novalin.

22 Quevedo, Obras completas en prosa, t. i, p. 1612 ; le passage est cité par Huerga, 1988, qui cite aussi celui relatif au stoïcisme, dans le même volume des Obras de Quevedo, p. 978.

23 Voir Guérin et Giry, Les petits Bollandistes…, t. v, 13 mai.

24 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 2, chap. II, p. 11.

25 Cappellus, Acta canonizationis…

26 Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 2, chap. XIX, p. 12.

27 « Per continuatos actus, data occasione, exercitos supra communem operandi modum aliorum proborum virorum aut mulierum » (Lambertini, De Servorum Dei Beatiƒicatione…, livre 2, chap. XXXIX, p. 7).

28 Scacchi, De cultu et veneratione…, section 3, chap. I, p. 178.

29 Sa bibliothèque, déposée à la Bibliothèque universitaire de Bologne, a été étudiée par Frati, 1908, pp. 103-142.

30 Briefe Benedicts XIV…

31 Voir la thèse de médecine de Gorce, 1915.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Armogathe, « La fabrique des saints », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 15-31.

Référence électronique

Jean-Robert Armogathe, « La fabrique des saints », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/158

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Armogathe

École pratique des hautes études

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org