Navigation – Plan du site
La naissance de la politique moderne en Espagne (milieu du XVIIIe siècle-milieu du XIXe siècle)

Du consensus populi à la volonté générale

La représentation du pouvoir chez les dirigeants patriotes pendant la guerre d’Indépendance
Del consensus populi a la voluntad general. La representación del poder en los dirigentes patriotas durante la Guerra de Independencia
From Consensus Populi to the General Will. The Representation of Power among Patriotic Leaders during the War of Independence
Richard Hocquellet
p. 79-98

Résumés

Le soulèvement patriotique des provinces espagnoles en 1808 se traduit de manière politique par la formation des juntes suprêmes. L’observation, aussi bien de la chronologie que de la composition de ces gouvernements insurrectionnels, montre que la mobilisation s’opère bien plus contre le changement dynastique imposé par Napoléon que contre l’occupation militaire du pays. En ce sens, le mouvement patriotique comporte dès le départ un caractère fondamentalement politique. Les formes que prend la résistance révèlent une culture politique particulière que nous pouvons étudier par le biais de l’analyse de la représentation du pouvoir. Les membres de ces juntes appartiennent à l’élite locale et plus précisément au monde du patriciat. Ils partagent une vision de la représentation du pouvoir qui se fonde sur l’ancienne doctrine pactiste aménagée de notions plus récentes tirées du droit naturel. Le pactisme offre une base traditionnelle pour s’opposer aux abdications de la famille royale. Mais, dans le contexte du début du xixesiècle européen, il est aussi nécessaire de repenser les sources de légitimité de tout gouvernement à l’aide de concepts comme celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, concept révolutionnaire qui a réussi à pénétrer en Espagne. De ces hybridations, commence le processus original qui mène aux Cortès de Cadix et à la révolution libérale.

Haut de page

Texte intégral

1Le patriotisme espagnol, qui se manifeste en 1808 après les abdications de la famille royale à Bayonne, présente une dimension politique avant d’être guerrier. Il se manifeste tout d’abord par le refus du changement dynastique dans les jours qui suivent la connaissance des nouvelles de Bayonne. En effet, le stationnement des troupes françaises a commencé dès l’automne 1807 et dès l’hiver 1808 des citadelles espagnoles sont occupées. Des heurts se produisent entre la population et les soldats impériaux, mais ils ne sont pas l’expression d’un sentiment patriotique contre une occupation militaire du pays.

2Il faut attendre le milieu du mois de mai, c’est-à-dire plusieurs jours après le premier affrontement intervenu à Madrid le 2 mai, pour assister à la mobilisation massive contre la présence française.

3Cette mobilisation se réalise par la conjonction entre la responsabilité des autorités locales et la sensibilisation de la population à l’occupation. Cette responsabilité des autorités consiste en la défense de la monarchie hispanique menacée par la politique de Napoléon. La menace n’est devenue concrète qu’avec l’annonce des abdications et le transfert de la couronne à Joseph Bonaparte.

4Les semaines qui s’écoulent entre l’accession au trône de Ferdinand VII, après l’émeute d’Aranjuez déclenchée par la crainte du départ de la famille royale pour les Amériques, et son voyage à la rencontre de l’Empereur sont un temps d’attente où aucune initiative n’est prise, si l’on excepte la journée du 2mai quand des officiers espagnols et des Madrilènes de toutes origines tentent d’empêcher le départ du dernier infant pour Bayonne. Le ressort de l’action est bien la crainte de la perte de la famille royale (et non pas l’attaque des soldats français qui ont pris possession de la ville depuis la fin du mois de mars).

Une approche de la culture politique des dirigeants patriotes au travers de leur représentation du pouvoir

5Ainsi, le mouvement patriotique correspond à un refus de la modification de l’ordre politique imposée par une puissance étrangère. Il débouche dès les premières heures de son lancement par une prise du pouvoir, en insurrection ou plutôt en rupture avec le gouvernement établi par l’envahisseur. L’affrontement armé est dès lors inévitable, mais il ne précède pas l’organisation politique des patriotes.

  • 1 La présentation la plus synthétique de ces pistes se trouve dans Hocquellet, 2002.

6Parce qu’il est politique et conduit par les autorités, ce mouvement présente dès le début une forte homogénéité. Dans toutes les villes libres de troupes impériales, on assiste à la formation de juntes chargées d’assumer le pouvoir de rupture avec Madrid aux mains des Français. Cette homogénéité pose question : pourquoi les Espagnols s’engagent-ils de manière univoque dans la résistance ? Plusieurs pistes peuvent être suivies pour y répondre et dans d’autres études j’ai proposé différentes approches1. Ici, c’est en s’intéressant à la culture politique des dirigeants patriotes que la particularité du patriotisme espagnol est abordée.

  • 2 Voir Hocquellet, 2000.

7Il est nécessaire d’éclairer tout de suite l’expression « dirigeants patriotes » afin d’identifier les acteurs politiques concernés. Il s’agit des membres des juntes qui organisent la lutte dans les provinces. Ces juntes sont composées de personnes appartenant aux élites de l’Ancien Régime. Tous les historiens l’ont noté, même ceux qui insistent sur le rôle du peuple dans le soulèvement patriotique. Je vais, pour ma part, un peu plus loin, en m’appuyant sur l’analyse détaillée que j’ai faite de ces organes de gouvernement2. C’est le patriciat qui domine parmi eux.

8Cette affirmation peut sembler paradoxale compte tenu des représentations que nous avons de la guerre d’Indépendance espagnole. Et pourtant, qui dirige les patriotes si ce n’est la partie de l’élite qui n’a pas collaboré avec le gouvernement de Joseph Bonaparte? Les juntes provinciales, qui sont les premiers organes à structurer le mouvement de résistance à l’occupation et au changement dynastique, sont composées presque exclusivement de membres du patriciat des villes espagnoles. Ils sont regidores (membres du corps municipal), propriétaires influents du lieu, chanoines, ou encore magistrats, avocats, agents du roi (capitaine général, corregidor, intendant, alcalde mayor) et officiers en retraite de l’armée, qui partagent avec les autres catégories la même origine sociale et surtout une culture politique identique, celle des élites moyennes locales de l’époque.

9De cette donnée découle un schéma identique dans le processus d’institutionnalisation des juntes et de l’exercice de l’autorité. C’est aussi ce qui explique la rapidité avec laquelle elles se mettent en place et l’absence d’autres solutions expérimentées en 1808 de la part des patriotes.

10En partant de la représentation du pouvoir plutôt que de son exercice, nous pouvons tenter de saisir la culture politique de ces Espagnols confrontés à une crise aiguë de la monarchie.

11La représentation du pouvoir est à la fois la manifestation de l’autorité vis-à-vis de ceux sur qui elle s’applique et le procédé de redoublement qui permet à ceux qui l’exercent de fixer ses principes. Par ce double jeu et cette double mission, la représentation du pouvoir révèle un système politique mieux que la série de ses actes. Pour ce faire, nous serons attentifs au discours élaboré par les gouvernants pour les gouvernés, mais aussi, et c’est ce qui me semble le plus intéressant, aux marques extérieures du pouvoir : cérémonial et publicité.

12Avant d’aller plus en avant, il faut garder à l’esprit quelques traits particuliers du contexte politique de la fin du printemps 1808. Les juntes provinciales prennent toutes les mêmes mesures dans les vingt-quatre heures qui suivent leur mise en place : arrêt des relations avec le gouvernement de Madrid dirigé par Murat ; proclamation de Ferdinand VII comme seul souverain légitime ; déclaration de guerre à la France impériale. Leur formation ne provoque pas pour autant de rupture dans la distribution sociale de l’autorité locale. La rupture, car il y a bien rupture, s’opère à deux niveaux différents : premièrement, dans la répartition du pouvoir avec la disparition du pôle central représenté auparavant par le roi et ses agents ; ensuite, dans les modalités de l’action politique entre gouvernants et gouvernés.

13Les tenants de l’autorité restent les mêmes, à condition toutefois qu’ils ne soient pas accusés de collaboration, mais leurs compétences et leur marge de manœuvre se sont modifiées. À l’échelon local, la nouvelle situation peut permettre à ceux qui avaient été tenus à l’écart des gouvernements précédents de prendre l’initiative dans la ville, voire dans la province. Sans impulsion d’en haut, ils organisent le pouvoir selon leurs volontés. Il est frappant que les différentes juntes, dans les différentes provinces, fonctionnent de la même façon ; à peu de choses près, nous y retrouvons les mêmes problématiques, les réponses ne divergent pas si l’on se place d’un point de vue global. La question peut se résumer à celle de l’acéphalie : organiser le pouvoir en l’absence du souverain légitime, qui en a le droit et de quelle manière ?

  • 3 Guerra, 1990, pp. 258-259.

14La deuxième manifestation de la rupture est de plus lourde conséquence. La modification des relations entre gouvernants et gouvernés est la suite logique de la question de fond : d’où provient la légitimité du souverain ? Cette question subsidiaire est le point de départ du processus révolutionnaire qui conduit en Espagne à la proclamation de la souveraineté nationale. Et nous verrons comment, dès 1808, la manière de représenter le pouvoir au sein des juntes ouvre les possibles de ce processus qui enclenche le passage de la politique traditionnelle à la modernité, et qui est fait de mutations à des rythmes différents selon les acteurs et d’hybridation des imaginaires et des modèles culturels3.

15Nous pouvons partir de trois idées qui révèlent la culture politique de ces patriotes : l’attachement à l’unanimité dans le corps social, la réactivation de la doctrine pactiste et la recherche du consensus populi.

L’unanimité, fondement essentiel du gouvernement des peuples

16Le soulèvement patriotique se veut unanime, c’est-à-dire basé sur un mouvement général dont les rares qui s’en tiendraient à l’écart ne sont que des exceptions, vite exclus de la communauté. L’unanimité proclamée dès le lendemain des premières manifestations de foule et de la formation de la junte veut faire croire à la fusion de tous dans ce même élan de résistance aux Français et de reconnaissance de Ferdinand VII. Elle abolit les différences et scelle le destin de chacun à celui de l’ensemble. Il s’agit bien sûr d’une fiction. Disons simplement que c’est la seule voix qui s’exprime dans toutes les villes libres de troupes napoléoniennes.

17Unanimité encore et d’abord dans l’institution des juntes. Pourquoi choisir ce mode de gouvernement au moment du soulèvement, et avec une telle immédiateté ? Les juntes renvoient à l’unanimisme dans le sens où elles rassemblent plusieurs représentants des différents corps qui structurent la ville : regidores des ayuntamientos, chapitre ecclésiastique, agents royaux, parfois des membres des corporations économiques, presque tout le temps la noblesse, des représentants élus de la population qui siègent au conseil municipal (síndicos et procuradores del común), des magistrats, des militaires. De cette manière, tous ceux qui comptent se retrouvent unis dans un même organe. La junte devient la traduction institutionnelle du mouvement patriotique qui a vu la population entière unie derrière le slogan « roi, religion, patrie ». Dans les premiers textes publiés, ainsi que dans les comptes rendus des sessions extraordinaires des municipalités, il n’est fait aucune distinction parmi les personnes qui sont sorties dans les rues pour témoigner de leur attachement à Ferdinand VII et à la défense de leur royaume. Elles sont toutes rassemblées par le vocable pueblo au sens de la communauté toute entière et non pas dans le sens de la partie la plus nombreuse de la population. Communauté qui vient de manifester d’une seule voix ses attentes.

18Les premières adresses des membres de la junte au peuple de la ville, via la publication d’un bando ou d’une proclama, mentionnent ce fait : vos vœux ont été exaucés et toutes les autorités vont prendre en main, ensemble, le sort de la ville. La junte c’est l’inverse de l’esprit de parti, l’assurance qu’il n’y a pas de factions, pas de risque de trahison, pas d’anarchie non plus :

  • 4 ADP-BA, Actas de la Junta Suprema de Extremadura, 31-v-1808.

Lo ocurrido en esta capital el 30 de mayo, en que se proclamó a nuestro Augusto Soberano, el R. D. Fernando VII, conforme a los deseos, que altamente manifestó el Pueblo, dio motivo a que se estableciese una Junta de las tres clases del Estado, Clero, Nobleza y Pueblo, con las Autoridades que anteriormente estaban constituidas4.

  • 5 Hocquellet, 2001 b.

19La junte naît pour satisfaire la population, charge qui incombe aux autorités. La responsabilité des autorités vis-à-vis de la communauté est ainsi assumée. Étudiant les ressorts de l’engagement politique des membres des municipalités juste avant la crise de 1808, j’ai mis en valeur la notion de « bien public » comme un de ses fondements5. Dans le cadre des dernières décennies du xviiie siècle, cette valeur peut sembler toute rhétorique compte tenu de la mise à l’écart des gouvernements locaux par le gouvernement central et des crispations entre regidores perpétuels et familles en ascension sociale souhaitant accéder aux charges publiques.

20Pourtant, à chaque conflit ou à chaque nécessité de justifier une action, c’est au bien public que l’on se référait montrant le caractère opératoire de la notion. Avec le soulèvement patriotique, cette notion prend un sens tout particulier, se modifie dans une certaine mesure qu’il nous faut évaluer. La situation toute particulière d’acéphalie (qui porte en elle le risque de l’anarchie, mal terrible dans l’esprit de l’époque) pousse la réflexion sur les origines mêmes du pouvoir :

  • 6 AHM-MU, Actas Capitulares, 25-v-1808, fo 165.

Ha quedado el Reino en orfandad y por consiguiente ha recaído la Soberanía en el Pueblo representado por los cuerpos municipales que son los ayuntamientos. Siendo esta ciudad capital del Reino de Murcia, declara este consistorio haber recaído en él la autoridad y soberanía sobre todo este Reino6.

  • 7 Cité par Artola, 1968, p. 69.

21La formule exemplaire des membres de la junte de Murcie nous renvoie sans plus de détours dans l’univers pactiste. La doctrine pactiste réactivée par toutes les juntes afin de justifier leur érection est la première modalité de la représentation du pouvoir chez les dirigeants patriotes. Issu de la néoscolastique espagnole, le pactisme part du principe du caractère naturel de l’état social chez l’homme. Le pouvoir vient de Dieu qu’il transmet à l’ensemble de la société. Les hommes s’accordent ensuite sur un chef commun, c’est le moment du pacte. La souveraineté réside originairement dans la communauté. Malgré les années de gouvernement à tendance absolutiste, le pactisme est encore visible dans les institutions à travers le serment mutuel que se prêtent le roi et le royaume à chaque présentation du nouvel héritier. Pour Ferdinand VII, ce fut lors des Cortès de 1789 quand son père Charles IV prit la succession de son propre père. Avec l’abdication forcée de la famille royale, la monarchie se retrouve comme au point de départ du pacte. Ainsi que l’exprime très synthétiquement Álvaro Flórez Estrada, procureur général de la junte des Asturies : « La Junta general del Principado habiendo reasumido la soberanía por hallarse sin gobierno legítimo7. »

22Pour valider cette opération de récupération du pouvoir suprême, il faut justifier que le pacte n’a été rompu ni par le roi, ni par le royaume, mais par un élément extérieur. Extérieur à la monarchie espagnole, Napoléon ne possédait aucun droit d’intervention dans les relations définies par le pacte :

  • 8 Edicto, Séville, 30-v-1808 («Papeles sevillanos», BNE, Colección Gómez Imaz, R 60121).

Con engaños y perfidias se había atraído y llevado al Rey y Señor D. Fernando VII a Francia. Se condujó luego allí a los Reyes padres, y a toda la familia Real. Se les forzó a renuncias o falsas, o cuando sean verdaderas, nulas evidentemente. Se dio el Señorío de España al Emperador de los Franceses Napoleón I, por quien no podía darlo, y a quien no podía recibirlo8.

23Pourtant, Ferdinand VII est toujours considéré comme le seul roi légitime, donc la souveraineté que les patriotes peuvent exercer n’est que temporaire : le temps qu’il revienne sur le trône. Les juntes sont revêtues d’une souveraineté intérimaire pour conserver les droits du souverain empêché de régner.

24Si la logique de l’utilisation du pactisme pouvait relever d’un simple pragmatisme, une justification pratique de façade, on peut aller plus loin pour comprendre ce que la faveur pour cette doctrine révèle d’une culture politique correspondant bien à cette élite locale qui se retrouve au pouvoir suprême.

Pactisme et patriciat

25Comme nous l’avons dit, le pactisme pose comme postulat de départ la nature sociale de l’homme. L’individu, en tant qu’être isolé, n’existe pas. Il appartient nécessairement à un corps. La vision corporatiste fonde la stratification de la société et les personnes qui appartiennent au patriciat se considèrent naturellement, c’est-à-dire du fait de leur naissance, portées à la diriger. Les termes employés dans la tradition se retrouvent de nouveau exprimés : ils sont les « padres de la patria », les « principales de la república », à qui revient la responsabilité de prendre en main la communauté en l’absence du roi. La souveraineté, en retombant au sein de la communauté, ne s’est pas atomisée parmi tous ses membres ; elle est captée par ses représentants traditionnels. Ceci est bien visible dans la composition des juntes, dont soit les regidores, soit les puissants du lieu forment le noyau dur. Les différences s’expliquent par les jeux de rivalités locales mais, dans la logique, les regidores devraient être à chaque fois les gagnants de la récupération de la souveraineté. En tout cas, quand ils ne le sont pas, ils le revendiquent. Nous reviendrons sur ce point plus loin.

  • 9 Voir cet idéal de cité-république dans Dedieu, 1996.

26La junte réalise un mode de gouvernement des sociétés prémodernes où les cités sont des entités quasi autonomes9. Le patriciat, qui monopolise les charges politiques, travaille pour le bien commun dans une relation directe et fondée sur la distinction de naissance avec le reste du peuple. Les références historiques que l’on retrouve dans le discours patriotique, mais aussi dans les pratiques des gouvernants, sont celles d’un « Très Ancien Régime » reconstruit dans les dernières décennies du xviiie siècle par les tenants d’un courant historiciste en Espagne. Ce courant valorise les Constitutions médiévales et s’oppose aux tendances uniformisatrices et centralisatrices des Bourbons.

  • 10 Introduction de José Miguel Caso González à Jovellanos, Memoria en defensa de la Junta Central, pp. (...)
  • 11 Cité par Artola, 1956, p. lxxxii.

27À l’époque, un de ses meilleurs porte-parole est Jovellanos et son meilleur penseur Francisco Martínez Marina, avant que leur évolution idéologique ne les amène à des divergences quant aux conclusions à tirer d’un historicisme national. Face à ce qu’ils perçoivent des dérives du régime, ils cherchent dans l’histoire de l’Espagne les preuves d’un idéal du gouvernement des peuples qu’il serait possible d’actualiser. Jovellanos, dans son discours d’entrée à l’Académie royale d’histoire (1780), proposait d’étudier la législation espagnole en parallèle avec l’histoire du pays. Lui-même présenta un panorama des lois de la monarchie, des Wisigoths jusqu’au xve siècle, pour vanter les chartes de libertés municipales et la constitution des Cortès médiévales, frein au pouvoir du roi et moyen de faire entendre la voix des différents ordres du royaume10. Jusqu’en 1808, il continue de revaloriser l’organisation politique médiévale : « La Constitución de España, aunque imperfecta, era en la Edad Media de las mejores de Europa11. »

  • 12 Coronas González, 1995, p. 187.

28Les autres travaux concernant l’histoire du droit espagnol — ou plus exactement castillan — tendent à restaurer tout autant le patrimoine législatif oublié qu’à rappeler que la monarchie possède des lois fondamentales qui limitent les pouvoirs tant du roi que du royaume. Face à l’affirmation des prérogatives du souverain par les Bourbons, le pacte idéal peut se lire dans les anciens codes de la monarchie y compris dans certaines lois tardives du xviie siècle traitant des négociations fiscales entre les villes et le roi. Ainsi, dès le dernier tiers du xviiie siècle, le progrès des études sur le droit public permet de concevoir une Constitution différente de la monarchie, qui accorde une place prépondérante aux communautés qui la composent12.

  • 13 Varela Suanzes, 1983, p. 49.

29Lu dans le discours patriotique, le constitutionnalisme historique devient une vulgate utilisée comme fil conducteur entre l’histoire de l’Espagne et son présent13. Il permet de revendiquer une tradition à exhumer. Cette tradition historique, positive, réévaluée, renverse la vision d’une Espagne condamnée à subir des régimes despotiques, incapable d’assurer son indépendance politique. Elle est opposée à la décadence des dynasties Habsbourg et Bourbon, mais aussi aux nouveautés proposées comme remède par la France. Un auteur communique au Semanario patriótico une courte étude de l’organisation politique de l’Aragon au Moyen Âge, insistant particulièrement sur les dispositions légales qui permettent à la communauté de contrôler le pouvoir du roi :

  • 14 « Carta sobre la antigua constitución del Reino de Aragón », Semanario patriótico, 10, 3-iii-1808, (...)

Estos son los fundamentos constitucionales del antiguo gobierno de Aragón, a los cuales debió este Reino su libertad en muchos siglos, y la felicidad de tantas y tan nobles empresas14.

30À la fin de l’article, l’auteur, qui signe « un patriota aragonés », avertit que la législation aragonaise médiévale n’est plus applicable. Il espère qu’elle servira d’exemple aux Espagnols pour trouver les moyens d’assurer leur liberté.

31La référence à la législation ancienne, du moins à certaines de ses lois qui sont toujours en vigueur et qui concernent la succession au trône, permet d’argumenter sur des bases légales le refus des abdications de Bayonne. D’après les lois fondamentales du royaume, qui déterminent les conditions d’accession au trône, le transfert de la couronne est nul et non avenu.

  • 15 Ces termes sont aussi des instruments rhétoriques qui marquent l’opposition aux Français et surtout (...)

32En 1808, la faillite du régime est patente et le despotisme ministériel à l’échelon central était déjà combattu. Ce qui est rejeté avec cette crise spécifique est le mode de gouvernement des pueblos, qui les plaçait en relation directe avec la tête. Quand la tête disparaît, le corps devient une aberration alors que dans le système traditionnel (d’avant les nouveautés des Bourbons et même des Habsbourgs), les communautés se dirigeaient elles-mêmes et, par consentement (le pacte), se reconnaissaient un même souverain (le roi). Ce lien créait des obligations qu’en des termes relevant du vocabulaire médiéval les patriotes reprennent à l’envi : loyauté, fidélité, devoirs du vassal15, coutumes, fueros.

  • 16 Discurso en que se prueba la recomendación que tiene por todos los títulos la Junta Central o Supre (...)

33Les membres des juntes ne fonctionnent pas selon un esprit fédéraliste comme certains historiens, péchant par anachronisme, ont cru le déceler, mais selon les fondements de l’ancienne monarchie plurielle hispanique. Fondements idéalisés par les patriotes qui font des parallèles entre les principes du « cabildo abierto » et les assemblées des chefs de famille des temps wisigothiques16. Plus proches dans le temps, les Cortès sont les assemblées où les royaumes dialoguaient avec leur souverain. On rappelle qu’en temps de crise, elles étaient convoquées pour trouver des solutions. Le terme de junte lui-même était utilisé pour nommer la convocation de Cortès que le roi ne présidait pas lui-même. Les juntes provinciales de 1808 pourraient être qualifiées de « Cortès sans le roi ».

  • 17 Il s’agit d’une institution forale représentative de la principauté, qui se réunit tous les trois a (...)
  • 18 «Reino de Galicia», Actas de sesiones, 31-v-1808 (AHN, section Estado, liasse 76-A, no 1).
  • 19 APL, Actas de la Junta de León, 23-vi-1808, fo 75.
  • 20 Voir Martínez de Velasco, 1972.

34Dans ce sens, il n’est pas étonnant de voir la junte de Saragosse procéder à l’élection de députés des Cortès d’Aragon, ou la junte générale des Asturies17, qui par hasard de calendrier était en session au moment des abdications de Bayonne, devenir le gouvernement de la principauté sous le titre de « junte suprême des Asturies ». En Galice, où il n’y avait pas de Cortès, on donne malgré tout ce nom à la junte du royaume composée des représentants des sept villes qui, à tour de rôle, la représentaient aux Cortès de Castille18. En Vieille-Castille, le capitaine général qui a réussi à ne pas être évincé lors du soulèvement de la capitale, Valladolid, décide de former une junte supérieure où se retrouveraient les membres des juntes des villes ayant voix aux Cortès19. C’est encore sur ce dispositif que s’appuie la junte de Murcie quand elle propose la réunion d’une Junte centrale : le gouvernement unitaire des patriotes ne peut être que celui des représentants des villes-capitales d’anciens royaumes qui siègent aux Cortès. Et d’ailleurs, les juntes qui s’intitulent suprêmes sont toutes des juntes de villes prétendant à ce type de qualification. La Junte centrale, installée en septembre 1808, est en effet l’émanation de ces juntes provinciales des capitales des anciens royaumes de la monarchie plurielle, excepté pour l’Estrémadure et les Canaries20. Du coup, on observe une surreprésentation de l’Andalousie et de la partie orientale de la Péninsule au détriment du centre et de l’ouest.

35En regard de la période précédente, celle des règnes des Bourbons particulièrement, la rupture est majeure. On voit de nouveau réactiver des mécanismes politiques et des références que l’on croyait disparus suite au gouvernement à tendance absolutiste. La structuration pyramidale de la monarchie, partant des communautés représentées par ses ayuntamientos, eux-mêmes représentés par les villes de rang supérieur jusqu’à la capitale de l’ancien royaume qui représente l’ensemble face au souverain, réapparaît à l’occasion du soulèvement. À l’intérieur des communautés, la représentation par la tête est également affirmée.

36Cette hiérarchisation très traditionnelle se retrouve au sein des juntes dans les relations entre leurs membres, ce qui n’est pas sans poser de problèmes. La rivalité pour atteindre la dignité suprême de diriger la communauté oppose les municipalités et la junte comme corps. En théorie, l’autorité de la junte est supérieure aux autres autorités établies dans le seul domaine de la lutte patriotique. Dans les faits, de nombreux conflits éclatent entre elles au sujet des prérogatives, des préséances et des transferts de compétences. Car l’unanimité proclamée ne signifie pas l’abandon des hiérarchies. Au contraire, dans cette société basée sur l’inégalité des corps, la junte est un enjeu de pouvoir. Le corps qui est le plus représenté se place dans une position de commandement mais les rapports de force peuvent jouer en faveur d’un groupe plus restreint. Dans les semaines qui suivent la formation des juntes leur composition évolue, signe d’une instabilité congénitale que l’on peut interpréter en observant les modifications intervenues. Globalement, on assiste à des ajouts de personnes qui n’étaient pas des responsables politiques antérieurs, des aristocrates ou des représentants de la population. Les juntes prennent ainsi encore plus l’allure d’assemblées palliant le vide du pouvoir.

37Même si la présence d’experts, comme les militaires chargés d’organiser la lutte, peuvent continuer à en faire des commissions spéciales, la tendance qui se dégage est celle d’une affirmation de leur supériorité sur le reste des instances de pouvoir dans la ville.

  • 21 «Representación del síndico provisor general», 10-i-1810 (AHM-V, Actas Capitulares, livreD.208).

38Les regidores sont les perdants alors qu’ils étaient justement ceux qui correspondaient le plus à l’esprit de l’organisation politique des patriotes. Ils étaient les mieux placés pour réaliser la continuité en terme pactiste. Ils se voient obligés de céder leurs prérogatives à la junte. Ils le dénoncent et le réclament même lorsqu’ils siègent à la junte. À Valence, les avocats de l’ayuntamiento sont sollicités par les regidores afin de demander une meilleure représentation au sein de la junte. Ils exhument des papiers conservés dans les Casas consistoriales, des preuves que la municipalité devrait être à la tête du gouvernement local. Ils mentionnent ainsi que pendant la révolte des Comuneros [sic] (en fait on parlerait plutôt des Agermanados pour Valence en 1520-1521), c’est-à-dire une période où justement le royaume prit l’initiative face au roi accusé de ne pas respecter le pacte, le corps municipal assumait l’autorité suprême21.

39Parfois, le clergé rejoint les regidores pour contester la place que prend la junte dans la vie de la cité, au nom d’un même respect des préséances.

40Le conflit entre le chapitre de la cathédrale d’Oviedo et la junte des Asturies a son origine dans les préparatifs pour les funérailles de son président :

  • 22 ACO, Libros de acuerdos, 1808-1809, 3-i-1809, fo 187.

La Junta Central ni la del Principado, hasta hora, no han promulgado ley que declare que a los presidentes de las juntas se les hagan por los cabildos eclesiásticos mayores sufragios que por los Reyes22.

41Dans l’argumentation des chanoines, la junte de la ville n’a pas le droit d’édicter de nouvelles règles de préséances qui n’auraient pas été préalablement ratifiées par la Junte centrale. Ils lui contestent la souveraineté suffisante pour s’arroger un tel pouvoir. Comme les municipalités, les chapitres se présentent comme les garants de l’ordre immuable des relations de pouvoir dans la ville. Pour eux, le soulèvement n’a pas signifié une modification de la distribution de l’autorité.

  • 23 ACA, Actas de la Junta Superior de Cataluña, caisse 3, liasse 63, 27-ix-1808, fo 115.
  • 24 Ibid., 21-ix-1808, fo 42.

42Des événements secondaires, mais significatifs, montrent également les rivalités d’autorité entre juntes et municipalités. À titre d’exemple, nous pouvons nous arrêter sur deux cas symboliques. À Pals, la municipalité s’oppose à l’installation de la junte à l’hôtel de ville23. Celle de Cervera refuse de donner les clés de ses archives à la junte24. Dans les deux cas, elles veulent se réserver les signes de leur indépendance politique contre ce qu’elles estiment être des empiétements sur leurs prérogatives. L’hôtel de ville (las casas consistoriales) est conçu comme le bâtiment de l’ensemble de la communauté dont le corps municipal en est la tête naturelle. Organe d’autorité né des circonstances, la junte ne peut prétendre à occuper le même lieu. Il en va de même pour les archives, mémoire des droits et des privilèges de la municipalité.

43Pourtant, si l’on en revient aux individus, ceux qui s’affrontent appartiennent au même groupe, tous formés de la même manière et s’accordant tous sur l’utilité de la doctrine pactiste dans les circonstances.

44En se basant sur le droit du peuple de s’accorder sur son chef, le pactisme porte en germe la possibilité d’une interprétation plus moderne : le droit de décider de son mode de gouvernement. Cette interprétation est étrangère à la conception traditionnelle qui prévalait lors de la redécouverte du pactisme mais, dans les mois qui suivent le soulèvement, elle va s’imposer dans le débat.

Représentations duelles : le roi ou le peuple ?

45Au départ, les juntes et leurs membres se placent en substitut de l’autorité souveraine du roi. Tout un ensemble d’instruments culturels et historiques a pu être mobilisé pour justifier l’opération. Dans les pratiques, il nécessite de s’en référer au peuple en permanence puisque c’est lui qui détient les clés de la légitimité. Cette dualité explique les glissements successifs et les altérations au système de représentation du pouvoir que je viens de présenter.

46Si l’on observe leur cérémonial et les marques extérieures de leur autorité, les dirigeants patriotes sont continuellement dans l’ambivalence.

  • 25 L’acte est publié in extenso dans la Gaceta de Madrid, 29-ix-1808.
  • 26 Jovellanos, Memoria en defensa de la Junta Central, vol. 1, p. 149.

47L’acte d’installation de la Junte centrale rend bien compte de cette ambivalence25. Le 25 septembre 1808, les vingt-quatre députés représentant leur junte provinciale se sont mis d’accord quelques semaines plus tôt sur la formation d’un gouvernement unitaire et se retrouvent à Aranjuez dans le palais royal. Le choix de ce lieu montre la volonté de symboliser la royauté et particulièrement Ferdinand VII. Au mois de mars, c’est là qu’il fut acclamé roi par la foule rassemblée par ses partisans et que son père Charles IV renonça au trône. Mais si l’on peut être convaincu de ce choix pour la cérémonie d’installation, le fait que le siège permanent de la junte soit Aranjuez et non pas Madrid, évacuée par Joseph Ier depuis le début du mois d’août, apporte la première ambiguïté à l’événement. L’éloignement de quelques dizaines de kilomètres de la capitale recèle comme une crainte vis-à-vis de la population. La distance renforce par conséquent l’impression de vouloir se présenter comme un parfait remplaçant de la majesté. Le comte de Floridablanca, ancien ministre principal de Charles IV et de cette manière ancien agent de la tendance absolutiste, a pesé de tout son poids dans ce choix. Gaspar Melchor de Jovellanos, député pour les Asturies, avec d’autres représentants des juntes du nord de la Péninsule, était plutôt favorable à une installation dans Madrid, plus conforme à ses yeux à la mission patriotique assignée à la Junte centrale26.

48Dans la chapelle du palais royal, les députés sont appelés à se présenter dans l’ordre alphabétique, aucune distinction d’origine n’est retenue. Ils représentent, à eux tous, le royaume. Le serment qu’ils prêtent précise bien qu’ils ne sont détenteurs de l’autorité suprême que dans le cadre du respect du pacte antérieur et des modes traditionnels d’exercice du pouvoir :

  • 27 «Acta de instalación de la Junta Central», 25-ix-1808 (AHN, section Estado, liasse1-A, no1).

¿ Juráis a Dios y a sus Santos Evangelios y a Jesús Christo crucificado cuya sagrada imagen tenéis presente que en el destino y ejercicio de vocal de la Junta Central Suprema Gubernativa del Reino promoveréis y defenderéis la conservación y aumento de nuestra Santa Religión Católica y Apostólica Romana ; la defensa y fidelidad a nuestro Augusto Soberano Fernando VII, la de sus derechos y soberanía ; la conservación de nuestros derechos, fueros, leyes, costumbres y especialmente las de sucesión en la familia reinante y en las demás señaladas en las mismas leyes ; y finalmente todo lo que conduzca al bien y felicidad general de estos reinos y mejoría de sus costumbres, quedando secretolo que fuese de guardar, apartado de ellos todo mal y persiguiendo a sus enemigos a costa de vuestra misma persona, salud y bienes27 ?

49De cette manière, la junte comme corps porte le nom de Majesté et ses membres ont droit au titre d’excellence utilisé pour les conseillers du roi. Mais le président a droit au traitement d’altesse et aux dignités d’infant. Une fois la messe de Te Deum écoutée et le serment prêté, les membres de la Junte centrale apparaissent au balcon du palais et se font acclamer par la foule amassée. On y acclame Ferdinand VII présent par l’intermédiaire de son portrait. Le besoin de combler symboliquement l’absence du souverain domine la cérémonie.

  • 28 «Sobre traslación de la Suprema Junta» (AHN, section Estado, liasse 4-A, no 1, 12-x-1808). Il ne (...)
  • 29 Le récit de l’entrée est publié par la Gaceta ministerial de Sevilla, 20-xii-1808.

50Conscients de s’être isolés de la capitale, les députés prévoient une visite solennelle à Madrid dans les semaines qui suivent. Le détail du cérémonial reprend différents éléments d’une visite royale : audiences des ambassadeurs et réception des « tribunaux et des autorités admis au baisemain du roi » ; acclamation au balcon du palais royal ; annonce d’allégements fiscaux ; amnistie et distribution de pièces de monnaie28. À travers eux, c’est le roi qui se montre à ses sujets. Même procédure de représentation au cours de l’entrée solennelle de la Junte centrale à Séville où elle s’est réfugiée après la reprise de la Castille par Napoléon en personne. Calquée sur les entrées royales, la cérémonie vise à redonner un éclat terni par les défaites et par l’impression de désordre qui a suivi la fuite d’Aranjuez en décembre 180829.

51Cette volonté affichée par les membres de la Junte centrale de réaliser la fiction d’une équivalence entre eux et le roi apparaît en décalage avec l’esprit qui régnait dans l’érection des juntes, qui n’hésitaient pas à proclamer agir au nom du peuple, de ses vœux. Les quelques traces que nous possédons concernant des cérémonies (autres que des messes) organisées par les juntes provinciales montrent l’importance accordée à la représentation royale. À Valence, pour commémorer le soulèvement en mai 1809, le capitaine général fait installer une colonne qui supporte un buste de Ferdinand VII « à la grecque ». Avant de dévoiler la statue, le capitaine général s’adresse à la foule et lui demande, d’après la relation qu’en fait le rédacteur de la Gaceta de Valencia :

« Pueblo de Valencia, hijos míos, queréis ver a vuestro suspirado Fernando Séptimo ? »
Y respondiendo todos : « Sí, pronto »,
contestó su excellencia : « Aquí le tenéis »,

  • 30 « Función cívica », Gaceta de Valencia, no 107, 23-v-1809.

et chacun de se réjouir de ce que le rédacteur appelle « un real simulacro30 ».

  • 31 Gaceta de la Coruña, no 32, 8-x-1808. Sur l’arc de triomphe fabriqué pour l’occasion on peut lire: (...)

52À Málaga, pour fêter la bataille de Bailén, on utilise encore la figure du roi, comme si c’était lui qui était le vainqueur31. La figure du roi paraît ainsi centrale dans la mobilisation des autorités et comme point de réunion de la population. Et pourtant, plusieurs indices de plus grande portée nous font penser que tout cela relève plutôt de la rhétorique.

53L’engagement, rappelons-le, s’est fait au nom des responsabilités qui incombent à l’élite locale de veiller au bien public. La légitimité ne provient que de l’accord entre ce que recouvre le bien public et ce qu’en attend la population.

54Exposer des portraits du roi, en reproduire les gestes et le trajet qu’il aurait fait dans une ville, se retrouver au pied d’une statue, n’est pas suffisant pour assurer cet accord. Les membres des juntes comme les députés de la Junte centrale utilisent d’autres moyens et le plus efficace est l’adresse au public par voie de presse pour rendre compte des événements. La fréquence des textes publiés par les autorités expliquant la situation, justifiant les modifications, présentant les nouvelles orientations est bien le signe d’un glissement dans les pratiques politiques. Le passage entre la notion de bien public et celle de volonté générale me semble assez facile à saisir. La Junte centrale qui fonctionne, du point de vue cérémoniel, dans le registre du simulacre royal, diffuse en même temps des textes qui placent les Espagnols dans la position de citoyens, non plus des sujets spectateurs de la représentation royale mais des individus acteurs ayant des droits.

  • 32 La Suprema Junta Gubernativa del Reyno a la Nación Española, Aranjuez, 26-x-1808 (BNE, R/39293[8]). (...)

55L’information est certainement le plus visible de ces droits accordés tacitement aux patriotes. Des expressions dans des textes officiels comme la confiance des gouvernés envers le gouvernement dénotent une attention toute particulière envers le public. La Junte centrale, si attentive à l’image royale, se propose de : « Establecer de un modo franco y noble aquellas relaciones de confianza recíproca que son las bases de toda administración justa y prudente32. »

56La junte de Séville, quelques semaines auparavant, insistait sur le même point et posait l’équation entre souveraineté du peuple et légitimité du gouvernement:

  • 33 Manifiesto de la Junta de Sevilla, Séville, 3-viii-1808 (AHN, section Estado, liasse 13-A).

57[A los individuos de las juntas supremas] fió únicamente el pueblo el poder, y en estas personas puso y manifestó enteramente toda su confianza. Qualquiera otra que se eligiese no tendría ni la confianza ni el poder del pueblo33.

58Un an plus tard, la Junte centrale fait publier cet autre manifeste qui prouve la rupture intervenue dans la représentation du pouvoir :

  • 34 Manifiesto a la nación española, Séville, 28-x-1809 (AHN, section Estado, liasse 13, no 10). Texte (...)

Cuando vuestra sabiduría haya establecido las bases y la forma del gobierno más a propósito para la independencia y el bien del Estado, nosotros resignaremos el mando en las manos que vuestra elección señale34.

  • 35 Manifiesto de la junta suprema de Granada a los habitantes de la provincia, Grenade, 1er-x-1809, pu (...)

59Nous pouvons citer en écho un texte de la junte de Grenade qui, à la même époque, affirme : « En todo género de gobierno, los que están a su frente deben presentar una cuenta exacta del poder e intereses que se les confiaron35. »

60En partant de ces quelques exemples, il est possible d’établir un lien avec l’esprit de la modernité issu des Lumières, Lumières qui ont pénétré suffisamment les élites pour qu’elles puissent penser le pactisme de manière moderne. On le retrouve dans cette place centrale accordée à l’individu supposé doué de raison et qui est le destinataire des actes du gouvernement. Les dirigeants ne se satisfont plus d’une prétendue vox populi pour être certains de leur légitimité, mais recherchent une communication directe avec leurs gouvernés. Il ne suffit pas de prétendre incarner le « bien public », il est nécessaire de susciter ce que l’on appelle en langage moderne l’expression de la volonté générale, c’est-à-dire, en fait, tout comme pour le bien public, une construction par le haut à partir des idées dominantes et diffusées principalement par l’intermédiaire de la presse.

61Le pactisme lui-même permet ce passage à la modernité à partir du moment où les événements lui donnent une dimension concrète. Tout se joue comme si ce qui avait été conçu pour rendre compte d’un ordre donné éternel, s’expérimentait sous les yeux de tous, dans le présent de la conjoncture. Des expressions du genre « le moment est venu de renouveler notre pacte vis-à-vis de notre monarque » masquent la réalité du désordre introduit par la crise politico-dynastique. Il ne s’agit pas d’un renouvellement mais d’un nouveau départ : les Espagnols sont comme au premier jour du pacte, juste avant que le consentement soit établi pour tel ou tel souverain. Dès lors, tant que la situation n’est pas stabilisée, il est nécessaire de maintenir le contact le plus étroit avec ceux qui sont mentionnés dans les termes du pacte. Donc, il est nécessaire pour ces responsables des autorités de représenter le peuple au sens le plus large, c’est-à-dire la communauté.

  • 36 Coronas González, 1995, pp. 184-185.

62L’univers de la doctrine pactiste peut en effet renvoyer à ce type d’opérations (représentation du corps en même temps que de l’accord sur son souverain), mais ce serait oublier les mutations culturelles intervenues au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Il ne faudrait pas considérer les élites locales, qui puisent dans un profond misonéisme des arguments discursifs pour s’opposer à la France, sous le seul angle de la réaction qui fonctionnerait encore selon des schémas médiévaux. Ils connaissent les changements introduits dans le gouvernement des peuples lors des révolutions européennes de la fin du xviiie siècle. Ils savent que la philosophie politique a évolué et que la revendication du droit des peuples est même un ressort des relations internationales. Les principes du droit naturel ont fait partie de la formation intellectuelle de ceux qui ont souvent suivi des études juridiques et participer à des académies pratiques de jurisprudence. Ces principes permettent de penser l’individu comme l’élément de base de toute société, un des traits de la modernité36. La plupart sont également membres des Sociétés économiques des Amis du Pays où, jusqu’au début des années 1790, les idées françaises étaient discutées.

  • 37 Domergue, 1984, pp. 17, 91 et 139.
  • 38 Sánchez Agesta, 1953, p. 341.
  • 39 Voir Domergue, 1996.
  • 40 Herr, 1964, pp. 291-292 et 301-303.

63Le courant anti-absolutiste, qui regroupe aussi bien des aristocrates de l’ancienne couronne d’Aragon que des lettrés éclairés, a subi depuis 1792 le silence imposé par la volonté d’endiguer la propagande révolutionnaire française en Espagne. La censure s’est faite plus dure et a touché tous les textes traitant de politique, y compris contre-révolutionnaires, à partir de juin 1793. Les Académies et les Sociétés des Amis du Pays elles-mêmes sont étroitement contrôlées37. En juillet 1794, les chaires de droit public, droit naturel et droit des gens sont supprimées38. Les mesures de répression à l’égard de toute pensée politique ont renvoyé dans la clandestinité les prises de positions dissidentes (projet de Constitution de León de Arroyal, conspiration de Picornell en 1795 et le pamphlet Pan y toros). Pour autant, les livres et les idées ont continué de circuler comme l’a bien montré Lucienne Domergue39. On assiste, après 1795, à un dégel visible par l’édition de textes modernes venant de France, par la réapparition de nouveaux journaux véhiculant les idées des Lumières, pas seulement à Madrid, mais aussi à Murcie, Séville et Barcelone40.

64À travers la convocation de l’histoire nationale, le débat reprend sur les formes du régime comme nous l’avons vu plus haut. Apparaît la critique du despotisme ministériel qui fait le lien entre la défaite des Comuneros de Castille contre Charles Quint et les abus de pouvoir des favoris. La captation, à des fins personnelles, de l’autorité suprême par des individus qui entrent dans l’intimité du roi est contraire à l’esprit du « bien public » revendiqué par ceux qui restent en marge de leur clientèle. En 1808, la chute du dernier d’entre eux, Godoy, ouvre la voie à la formulation synthétique d’une décadence politique qui ne peut qu’amener, selon une vision cyclique des temps historiques, à une régénération :

  • 41 « Política », Semanario Patriótico, no 9, 27-x-1808.

Nuestros padres sucumbieron en la contienda gloriosa que empeñaron para defender sus fueros y libertades ; y nos legaron la arbitrariedad monstruosa, que cimentada por tres siglos de sufrimiento de una parte, y de usurpaciones e injusticias de otra, nos ha traído al punto de estar veinte años aguantando la insolencia de un Godoy, para vernos después en el riesgo de ser presa de un Bonaparte. Así a la peste sucedía el incendio41.

65Cette citation tirée du journal de Quintana, le Semanario Patriótico, est emblématique de la manière de replacer le patriotisme dans le cadre de l’opposition au régime antérieur. L’accent est mis sur la liberté, la justice, l’intérêt général de la nation. La réaction aux abdications et le refus d’un changement imposé de l’extérieur s’appuient aussi sur un imaginaire politique aux connotations plus modernes :

  • 42 Dictamen de la Audiencia de Valencia, Valence, 26-i-1810 (Suárez [éd.], 1967-1974, vol. 2, p. 38).

Asociados bajo un imperio legítimo y justo, se someten los hombres a las ordenes del Soberano que han establecido para su gobierno, con el fin de sostener sus imprescindibles derechos y para contener, con su autoridad y poder, a los pueblos y a los particulares en el debido uso de sus deberes42.

  • 43 Guerra, 1992, pp. 170-171.

66L’adaptation de la doctrine pactiste aux préoccupations du moment se fait aussi par une sorte d’hybridation des termes. Dans l’extrait cité nous voyons les « droits imprescriptibles des hommes » côtoyer la « soumission des peuples ». La revisitation de la doctrine pactiste permet d’incorporer des concepts nouveaux à une pensée traditionaliste. La réciprocité des engagements et des obligations est traduite en langage moderne : les droits et les devoirs. De la même façon, comme pour être en phase avec leur temps, des auteurs, Martínez Marina le premier, emploient l’expression de « pacte social » alors qu’il s’agit strictement d’un pacte politique. Le pactisme espagnol de 1808 cherche à faire la synthèse entre la néoscolastique et la philosophie du droit naturel basée sur les principes du contrat entre des individus. L’imaginaire pactiste ne peut se résumer à l’exhumation pure et simple de vieilles théories, s’y agrègent aussi des réflexions et des problématiques nouvelles43.

  • 44 Les cas de violence sont rares si on les rapporte au nombre de manifestations de foule répertoriées (...)
  • 45 Dictamen de la Junta de Extremadura, Badajoz, 12-xi-1809 (ACD, liasse 10, no 39).

67Ainsi, représenter le peuple ne peut plus se faire selon le mode traditionnel, c’est-à-dire se montrer comme en procession, corps après corps. Il faut informer, expliquer, justifier, inventer un discours qui s’adresse aux personnes plus qu’au groupe et qui, en même temps, recentre le mouvement vers la préservation de l’ordre. Ce qui se produit, et ce qui est lisible tout autant dans les actes que dans les paroles, est la fusion entre une tradition espagnole idéalement présentée comme libérale et la prise en compte, nouvelle, de la population comme acteur de son destin. Population, peuple, les termes ne sont pas univoques et la polysémie est de règle. Pour autant, les dirigeants patriotes entendent bien qu’il n’est pas possible de laisser à l’écart les personnes qui ont manifesté leur attachement à leur souverain et qui n’ont pas transformé les rassemblements de rue lors du soulèvement en émeutes contre les autorités établies44. Ils l’avouent même publiquement : « A sólo el pueblo se debe la libertad nacional45. »

  • 46 Manifestación política sobre las actuales circunstancias, Valence, 10-vi-1808 («Colección de papel (...)

68Reliant le fond historiciste qui soude tout le mouvement patriotique, que ce soit au niveau identitaire ou au niveau juridique, des énoncés valorisant le peuple sont fréquents. Ils témoignent de la recherche d’une légitimation de la prise du pouvoir née de la résistance : « Este bajo pueblo que es la parte constitutiva de los estados y el depósito más seguro de nuestras antiguas virtudes públicas46. »

69Ce faisant, les dirigeants patriotes créent un nouvel espace politique dont ils comptent garder la maîtrise. Mais, pour cela, ils doivent déléguer l’établissement des nouvelles relations entre eux et la population aux rédacteurs des proclamations et des journaux qu’ils financent. Ceux-là raisonnent en terme d’opinion publique qui serait la traduction moderne de la manifestation du consensus populi. Ce glissement est particulièrement visible quand la Junte centrale, au cours de l’année 1809, soutient la publication de journaux comme le Semanario Patriótico (mai-août 1809), El Observador Sevillano et le Voto de la Nación española (octobre 1809-janvier 1810). Crispés sur des positions plus conservatrices, des membres de la Junte vont tenter de limiter l’impact de ces premiers journaux exprimant ouvertement « l’opinion » car ils contrediraient l’esprit unanimiste. D’autres, plus nombreux —ce qui permettra la diffusion de textes essentiels pour l’avancée du processus de révolution libérale—, s’accordent sur l’équation stabilité du pouvoir et représentation de la volonté générale. Ainsi, la convocation des Cortès, dont le nom même renvoie à la tradition monarchique espagnole et paraît de cette manière opérer une synthèse entre le pactisme et les nouvelles exigences du gouvernement du peuple, tourne à l’affirmation d’un primat du peuple comme corps sans distinction interne sur les autorités établies.

  • 47 Hocquellet, 2001 a, pp. 276-283.

70Le travail de ces publicistes, tels que Alberto Lista, José María Blanco ou Isidoro Antillón, pour qui le pactisme compte moins que la modernité qu’ils ont apprise des auteurs français, pousse le processus vers une remise en question des principes antérieurs de gouvernement. Sans pouvoir les citer en raison du contexte patriotique, ils utilisent les arguments des révolutionnaires français de 1789 sous couvert de références aux particularités espagnoles. Les membres des élites locales, qui avaient dû accepter de s’en remettre à eux pour faire passer au sein de la population la rupture, sont dépassés par l’avance doctrinale et la cohérence logique des nouveaux modes de représentation du pouvoir. L’essor de cette presse, qui diffuse les idées réformatrices cantonnées auparavant dans des cercles restreints d’opposants au despotisme, fait basculer le mouvement de résistance vers la révolution. Des individus que l’on pourrait qualifier de « médiateurs de la modernité » prennent en charge le processus47.

  • 48 Ce qui fut le cas lors de la Révolution française (voir Martin, 1998, p. 13).

71Que ce soit à la Junte centrale avec l’action de Quintana et de ses amis en faveur de la convocation de Cortès nationales, ou encore dans les juntes provinciales avec la remise en cause du monopole de représentation des regidores, on observe la supériorité de la nouvelle légitimité accordée par l’invention de la volonté générale sans qu’il y ait eu besoin de procéder à l’exclusion d’une partie du corps social48 et en la mêlant à une rhétorique traditionnelle. C’est aussi une des particularités de cette révolution espagnole qui refuse la table rase mais qui cherche le changement en s’appuyant sur des traits historiques et culturels propres au pays.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
ACA : Archivo de la Corona de Aragón, Barcelone.
ACD : Archivo del Congreso de los Diputados, Madrid.
ACO : Archivo de la Catedral, Oviedo.
ADP-BA : Archivo de la Diputación Provincial, Badajoz.
AHM-MU : Archivo Histórico Municipal, Murcie.
AHM-V : Archivo Histórico Municipal, Valence.
AHN : Archivo Histórico Nacional, Madrid.
APL : Archivo Provincial, León.
BNE : Biblioteca Nacional de España, Madrid.
BNF : Bibliothèque nationale de France, Paris.
SHM : Servicio Histórico Militar, Madrid.

Artola, Miguel (1956), « Vida y pensamiento de Don Gaspar Melchor de Jovellanos », dans Obras públicadas e inéditas de Don Gaspar Melchor de Jovellanos, t. iii, Madrid, pp. v-lxxxvii.

Artola, Miguel (1968), La España de Fernando VII,t. xxxii (1) de la Historia de España Menéndez Pidal, Madrid.

Coronas González, Santos Manuel (1995), « Las Leyes Fundamentales del Antiguo Régimen. Notas sobre la Constitución histórica española », Anuario de Historia del Derecho Español, 65, pp. 127-218.

Dedieu, Jean-Pierre (1996), « Real Hacienda y Haciendas municipales. Siglo xviii. Castilla », dans José Manuel Bernardo Ares et Enrique Martínez Ruiz (éd.), El municipio en la España moderna, Córdoba, pp.171-189.

Domergue, Lucienne (1984), Le livre en Espagne au temps de la Révolution française, Lyon.

Domergue, Lucienne (1996), La censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, Madrid.

García Prado, Justiniano (1953), Historia del alzamiento, guerra y revolución de Asturias (1808-1814), Oviedo.

Guerra, François-Xavier (1990), « Pour une nouvelle histoire politique. Acteurs sociaux et acteurs politiques », dans Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines. Au-delà du modèle socio-économique. Actes du colloque international en hommage au professeur François Chevallier (29-30 avril 1988), Paris, pp. 245-260.

Guerra, François-Xavier (1992), Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Madrid.

Herr, Richard (1964), España y la Revolución del siglo xviii, Madrid.

Hocquellet, Richard (2000), « Los reinos en orfandad, la formación de las juntas supremas de la Península en 1808 », dans Los procesos de independencia en la América española.Actas del I Congreso Internacional (Morelia, 1999), Morelia (Méxique), pp. 237-250.

Hocquellet, Richard (2001 a), Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne (1808-1812), Paris.

Hocquellet, Richard (2001 b), « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la fin de l’Ancien Régime », Siècles. Cahiers du centre d’histoire des entreprises et communautés, 13, numéro thématique « Culture et pouvoir en Espagne (xvie-xxesiècles) », pp. 41-54.

Hocquellet, Richard (2002), « Les Patriotes espagnols en révolution. La convocation des Cortès extraordinaires de Cadix (1808-1810) », Revue historique,623 (juillet-septembre), pp. 657-692.

Jovellanos, Gaspar Melchor de, Memoria en defensa de la Junta Central (2 vol.), José Miguel Caso González (éd.), Oviedo, 1992 (1e éd. 1811).

Martin, Jean-Clément (1998), Contre-Révolution, Révolution et Nation en France (1789-1799), Paris.

Martínez de Velasco, Ángel (1972), La formación de la Junta Central, Pampelune.

Sánchez Agesta, Luis (1953), Historia del constitucionalismo español, Madrid.

Suárez, Federico (ed.) (1967-1974), Cortes de Cádiz (3 vol.), vol. 1 : Informes oficiales sobre Cortes. Baleares (1967), vol. 2 : Informes oficiales sobre Cortes. Valencia y Aragón (1968), vol. 3 : Informes oficiales sobre Cortes. Andalucía y Extremadura (1974), Pampelune.

Varela Suanzes, Joaquín (1983), La teoría del Estado en los orígenes del constitucionalismo hispánico. Las Cortes de Cádiz, Madrid.

Haut de page

Notes

1 La présentation la plus synthétique de ces pistes se trouve dans Hocquellet, 2002.

2 Voir Hocquellet, 2000.

3 Guerra, 1990, pp. 258-259.

4 ADP-BA, Actas de la Junta Suprema de Extremadura, 31-v-1808.

5 Hocquellet, 2001 b.

6 AHM-MU, Actas Capitulares, 25-v-1808, fo 165.

7 Cité par Artola, 1968, p. 69.

8 Edicto, Séville, 30-v-1808 («Papeles sevillanos», BNE, Colección Gómez Imaz, R 60121).

9 Voir cet idéal de cité-république dans Dedieu, 1996.

10 Introduction de José Miguel Caso González à Jovellanos, Memoria en defensa de la Junta Central, pp. xxxiii-xxxv.

11 Cité par Artola, 1956, p. lxxxii.

12 Coronas González, 1995, p. 187.

13 Varela Suanzes, 1983, p. 49.

14 « Carta sobre la antigua constitución del Reino de Aragón », Semanario patriótico, 10, 3-iii-1808, p. 168.

15 Ces termes sont aussi des instruments rhétoriques qui marquent l’opposition aux Français et surtout à Napoléon accusé de félonie, manquant d’esprit chevaleresque…

16 Discurso en que se prueba la recomendación que tiene por todos los títulos la Junta Central o Suprema de Gobierno de estos Reynos de España e Indias, y que es conducente a la causa común que continúen las de capitales de reyno, provincia o partido, por un profesor de Derecho amante de la Patria, Málaga, 1808 (BNE, R/60664).

17 Il s’agit d’une institution forale représentative de la principauté, qui se réunit tous les trois ans le 1er mai sous la présidence de l’auditeur doyen de l’audience (García Prado, 1953, p. 55).

18 «Reino de Galicia», Actas de sesiones, 31-v-1808 (AHN, section Estado, liasse 76-A, no 1).

19 APL, Actas de la Junta de León, 23-vi-1808, fo 75.

20 Voir Martínez de Velasco, 1972.

21 «Representación del síndico provisor general», 10-i-1810 (AHM-V, Actas Capitulares, livreD.208).

22 ACO, Libros de acuerdos, 1808-1809, 3-i-1809, fo 187.

23 ACA, Actas de la Junta Superior de Cataluña, caisse 3, liasse 63, 27-ix-1808, fo 115.

24 Ibid., 21-ix-1808, fo 42.

25 L’acte est publié in extenso dans la Gaceta de Madrid, 29-ix-1808.

26 Jovellanos, Memoria en defensa de la Junta Central, vol. 1, p. 149.

27 «Acta de instalación de la Junta Central», 25-ix-1808 (AHN, section Estado, liasse1-A, no1).

28 «Sobre traslación de la Suprema Junta» (AHN, section Estado, liasse 4-A, no 1, 12-x-1808). Il ne semble pas que ce projet ait été réalisé. Les archives de la Junte ne le mentionnent pas et la Gaceta de Madrid ne le relate pas.

29 Le récit de l’entrée est publié par la Gaceta ministerial de Sevilla, 20-xii-1808.

30 « Función cívica », Gaceta de Valencia, no 107, 23-v-1809.

31 Gaceta de la Coruña, no 32, 8-x-1808. Sur l’arc de triomphe fabriqué pour l’occasion on peut lire: « Viva nuestro amado soberano, el señor don Fernando Séptimo. » Au-dessus est représenté un lion terrassant un aigle.

32 La Suprema Junta Gubernativa del Reyno a la Nación Española, Aranjuez, 26-x-1808 (BNE, R/39293[8]). Le texte est rédigé par Manuel Quintana, en tant que premier officier du secrétariat général, discuté et remanié par les députés de la Junte centrale.

33 Manifiesto de la Junta de Sevilla, Séville, 3-viii-1808 (AHN, section Estado, liasse 13-A).

34 Manifiesto a la nación española, Séville, 28-x-1809 (AHN, section Estado, liasse 13, no 10). Texte rédigé par M. Quintana et approuvé par les députés de la Junte centrale.

35 Manifiesto de la junta suprema de Granada a los habitantes de la provincia, Grenade, 1er-x-1809, publié dans le Diario de Granada(SHM, Colección del Fraile, vol. 57).

36 Coronas González, 1995, pp. 184-185.

37 Domergue, 1984, pp. 17, 91 et 139.

38 Sánchez Agesta, 1953, p. 341.

39 Voir Domergue, 1996.

40 Herr, 1964, pp. 291-292 et 301-303.

41 « Política », Semanario Patriótico, no 9, 27-x-1808.

42 Dictamen de la Audiencia de Valencia, Valence, 26-i-1810 (Suárez [éd.], 1967-1974, vol. 2, p. 38).

43 Guerra, 1992, pp. 170-171.

44 Les cas de violence sont rares si on les rapporte au nombre de manifestations de foule répertoriées entre fin mai et début juin 1808.

45 Dictamen de la Junta de Extremadura, Badajoz, 12-xi-1809 (ACD, liasse 10, no 39).

46 Manifestación política sobre las actuales circunstancias, Valence, 10-vi-1808 («Colección de papeles interesantes sobre las circunstancias presentes», Madrid, 1808 [BNF, OC 841]).

47 Hocquellet, 2001 a, pp. 276-283.

48 Ce qui fut le cas lors de la Révolution française (voir Martin, 1998, p. 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Hocquellet, « Du consensus populi à la volonté générale », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 79-98.

Référence électronique

Richard Hocquellet, « Du consensus populi à la volonté générale », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/1591

Haut de page

Auteur

Richard Hocquellet

UMR 8565, École des hautes études en sciences sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org