Navigation – Plan du site
La naissance de la politique moderne en Espagne (milieu du XVIIIe siècle-milieu du XIXe siècle)

De la Ilustración à la victoire du libéralisme modéré

Considérations pour une histoire de la naissance de la modernité politique en Espagne
De la Ilustración a la victoria del liberalismo moderado. Consideraciones para una historia del nacimiento de la modernidad política en España
From the Ilustraciónto the Victory of Moderate Liberalism. Considerations for a History of the Birth of Political Modernity in Spain
María Victoria López-Cordón Cortezo et Jean-Philippe Luis
p. 15-26

Résumés

Cet article s’inscrit dans le profond renouvellement de l’histoire politique de l’Europe et notamment de l’Espagne. Il en présente les principales approches méthodologiques et les applique à un cas particulier: la naissance de la politique moderne depuis la fin du xviiie siècle jusqu’à la décennie du gouvernement des modérés. L’apparition de nouvelles idées politiques et de nouvelles valeurs, les mouvements populaires, la rupture institutionnelle et juridique constituée par la révolution libérale n’ont pas entraîné l’oubli des pratiques et des représentations politiques de l’Ancien Régime. Un nouveau monde est apparu que nous devons étudier sous l’angle de sa différence et de sa cohérence interne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sirinelli, 1997, p. 436.
  • 2 Fernández Sebastián, 2002 et Vincent, 2003.

1Le renouveau de l’histoire politique, phénomène historiographique majeur en Europe occidentale depuis la fin des années 1980, affecte fortement l’histoire de l’Espagne depuis une dizaine d’années. Cette nouvelle légitimation de l’objet politique est à entendre dans un sens large, la politique étant définie « comme la question de la dévolution et de la répartition de l’autorité et du pouvoir au sein d’un groupe humain donné1 ». Ce mouvement est marqué par la volonté de s’affranchir des grands modèles à vocation universelle, de privilégier l’historicité, le sens que les acteurs donnent réellement à leurs propres activités, le souci de prendre en compte les variations d’échelle temporelle et spatiale. De ce fait, les approches méthodologiques empruntées sont très diverses : histoire sociale, histoire intellectuelle ou histoire culturelle du politique. Le contrepoint de ce dossier, réalisé par Javier Fernández Sebastián, en est un exemple car il montre tout ce que « l’histoire des concepts2 » peut apporter à la compréhension du politique.

  • 3 Ridolfi, 1990 et Pécout, 2001.
  • 4 Pour une mise en perspective historiographique, voir Pécout, 1994 et (La) Politisation des campagne (...)

2La transition entre Ancien Régime et régime libéral (du milieu du xviiie siècle au milieu du xixe siècle) est une période particulièrement riche pour l’histoire politique, sans doute l’une des plus sujettes en Europe à un renouveau historiographique profond. Le débat s’est longtemps polarisé sur la question de la révolution libérale, sur sa nature et son inscription ou non dans des schémas de rupture de l’ordre politique et social d’Ancien Régime. Puis, à la faveur des travaux de Maurice Agulhon et de Roger Chartier, des théories de Jürgen Habermas, des travaux des politologues nord-américains portant sur la France (en particulier ceux d’Eugen Weber ou Suzanne Berger), de ceux plus récents sur l’Italie3, cette transition commence à être appréhendée sous un autre angle : celui de la naissance de la politique moderne. Par politique moderne, on entend le moment où l’on commence à concevoir dans un cadre national que les formes institutionnelles, juridiques et idéologiques du pouvoir en place ne sont pas immuables, ne sont plus de caractère sacré mais sont fondées sur le principe de la souveraineté nationale, qu’elles peuvent alors être contestées et qu’il est légitime de tenter de conquérir légalement ou illégalement le pouvoir. Cette célèbre mutation qui s’opère en Europe à partir de la fin du xviie siècle voit apparaître ce que J. Habermas appela « la sphère publique politique », un monde et une société nouvelle fondés sur l’individu, acteur politique et social autonome, un monde où existe « la publicité » de la vie politique, un monde qui enfanta la démocratie représentative. La période qui nous intéresse ici correspond pour l’Espagne au principal moment fort de cette vaste transition. On sait les réserves qui ont pu être apportées au schéma de J. Habermas, qui comme pour tout modèle type ne correspond qu’imparfaitement, voire même difficilement, aux phénomènes concrets que les historiens tentent de décrire et d’analyser, comme le montrent certains articles de ce dossier. Reste la pertinence d’une grille de lecture qui insiste sur la confrontation entre deux imaginaires politiques et sociaux, celui de l’Ancien Régime qui entre progressivement en compétition avec un imaginaire fondé sur l’individu. Comment ces deux mondes se superposent-ils, s’interpénètrent-ils, l’un, le nouveau, gagnant du terrain sur l’autre, l’ancien, sans le faire pour autant disparaître. Cette démarche renvoie bien sûr pour la France aux travaux pionniers de Maurice Agulhon, puis à ceux de Roger Chartier. Même nuancée, voire contestée, la vigueur du modèle agulhonien a suscité de nombreux travaux, en France, mais aussi en Italie, plus tardivement en Espagne. Dans tous les cas, l’existence de modèles nationaux a été remise en cause, au profit de modèles régionaux de naissance de la politique moderne4.

  • 5 Windler, 1997.

3Ces exemples européens incitent à penser la période en terme non pas de victoire d’un modèle libéral idéal, mais de mise en place de modèles hybrides qui ont leurs propres cohérences. Se limiter à rechercher dans les sociétés d’Ancien Régime les indices de modernité (nouveaux lieux de sociabilité, critique à l’égard des ordres privilégiés, délégitimation de l’autorité monarchique…) peut s’avérer insuffisant si l’on se limite à les analyser uniquement en terme de rupture avec l’Ancien Régime. C’est en effet oublier que le corps social sur lequel ces novations interviennent n’est ni inerte, ni fossilisé. Tout en ayant une structure cohérente, la société d’Ancien Régime est aussi une société en mouvement qui a ses propres voies d’évolution et d’adaptation. En d’autres termes, il est nécessaire de bien connaître les matériaux culturels (représentations, stratégies sociales…) que la société d’Ancien Régime met à la disposition des hommes qui doivent s’adapter en son sein à des situations nouvelles. La prudence s’impose donc dans l’analyse de l’ancien et du nouveau. Ainsi, dans le cas andalou de la fin du xviiie siècle étudié par Christian Windler, il est largement erroné de voir une crispation réactionnaire dans l’offensive seigneuriale visant à accroître les rentrées fiscales des seigneuries. Il s’agit bien davantage d’une réaction à l’égard de l’accroissement de la sphère d’influence de l’État monarchique, réaction qui, elle aussi, utilise des méthodes « modernes » : celles de la rationalisation de l’administration5. Tenter de repérer la politisation qui affecte le corps social durant la période qui nous intéresse impose comme préalable de bien comprendre qui sont les acteurs politiques et quels mécanismes concrets et symboliques de dévolution du pouvoir sont à leur disposition à la fin de l’Ancien Régime. Tel est l’objet de l’article de Jean-Pierre Dedieu qu’on lira dans ce dossier. Rappelons simplement que notre objet d’étude, la société à la fin de l’Ancien Régime, est fondamentalement une société holiste, avant, mais aussi pour une part importante, après la révolution libérale des années 1808-1845. De ce fait, les acteurs politiques/individus ne doivent pas uniquement être perçus comme des individualités poussées par des stratégies personnelles mais aussi bien souvent comme des représentants d’un groupe :

  • 6 Dedieu, 2000, p. 29. Nous renvoyons aussi à l’article fondateur de Guerra, 1990.

4Il est difficile de concéder à l’individu, au moins dans les strates moyennes et supérieures des sociétés d’Ancien Régime un quelconque degré de liberté individuelle au moment de prendre les décisions vitales qui vont déterminer son destin, au moment de choisir son état ou son office6.

  • 7 Cosandey et Descimon, 2002, p. 280.
  • 8 Dedieu, 2000.
  • 9 Par exemple, dans ses Lecciones de Economía civil o del comercio (1779), Bernardo Joaquín Danvilaas (...)

5Les sociétés d’Ancien Régime se pensent comme un grand corps au sein duquel s’imbriquent des corps hiérarchisés auxquels se juxtaposent, ou s’enchevêtrent des groupes, l’Église fournissant une doctrine à cette structure politico-sociale. Dans ce dispositif, le roi était « représentatif du royaume et garant des équilibres et des rapports sociaux7 ». Ainsi, il n’y a pas de distinction entre État et société civile dans le discours politique, de ce fait, le roi a aussi pour fonction d’administrer des relations privées8. Dans le cas espagnol, ce lieu de gestion est la Chambre de Castille. Il n’existe ainsi pas vraiment d’espace autonome du politique, le pouvoir politique pouvant être en grande partie considéré comme un phénomène social. Cette absence d’autonomie du politique se traduit par l’utilisation très rare du mot politique avant la guerre d’Indépendance. Le terme désigne avant tout la gestion locale des municipalités9.

Remise en cause des équilibres traditionnels et naissance de la politique moderne

  • 10 Luis (à paraître).
  • 11 Richet, 1973, p. 77.
  • 12 Fontana Lázaro, 1987.
  • 13 Cosandey et Descimon, 2002, p. 296. Les travaux de Christian Windler montrent que la politique étra (...)

6En Espagne, peut-être plus que dans le reste de l’Europe, c’est la monarchie qui commence à saper au xviiie siècle les fondements du système politico-social en place10. L’absolutisme et le réformisme ilustrado, qui ont tendance à se confondre, ont pour conséquence une dilatation de la sphère d’intervention de l’État dans le but d’augmenter les ressources de ce dernier. « L’absolutisme fut en grande partie enfant de l’impôt » écrivait Denis Richet11, le despotisme éclairé utilise les matériaux culturels de son temps pour poursuivre les mêmes buts12. Ce faisant, ce que la monarchie gagne en efficacité, elle le perd en légitimité : « Ses finalités commençaient à se référer à un utilitarisme dépourvu de dimension transcendante13. »

  • 14 Une solide mise au point bibliographique et un exemple concret dans Franco Rubio (coord.), 2002 («  (...)
  • 15 Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, entrée « Policía », p. 875.
  • 16 Tomás Valeriola, Idea general de la policía, Valence, 1798-1805, cité par Juan Francisco Fuentes, a (...)

7En effet, accroître l’impôt signifiait le répartir sur de nouvelles bases et accroître la production. Ce n’était possible qu’en recourant aux principes rationalisateurs et scientifiques de l’esprit du siècle, aux théories économiques nouvelles. La société étant insuffisamment perméable à ces innovations, l’État encouragea ainsi toutes les initiatives allant dans ce sens (Sociétés économiques des Amis du Pays, tertulias, salons, académies…). Les agents du roi favorisaient ainsi l’apparition ou le développement de nouveaux groupes configurant de nouveaux réseaux, qui attaquaient parfois frontalement les institutions traditionnelles, en particulier l’Église, ainsi que les groupes qui contrôlaient les municipalités. Par ailleurs, ces nouvelles structures sont de nature différente des anciennes. Les liens noués entre leurs membres sont des liens volontaires, personnels, dans de nouveaux espaces publics. La contribution de Gloria A. Franco Rubio dans ce dossier éclaire ce phénomène nouveau. Mais dans ce cas aussi, il est difficile de suivre sans nuance le célèbre schéma de J. Habermas car la différence entre sphère du public et sphère du privé n’est pas fermement établie. En Espagne, ces différentes structures nouvelles sont patronnées directement ou indirectement (par exemple dans les salons protégés par Godoy) par l’État. Par ailleurs, on ne pouvait parler de tout dans ces lieux de débat : il n’était pas question de remettre en cause la légitimité du pouvoir monarchique14. Le noyau dur de ce que la monarchie ouvre au débat public est la « police » au sens ancien, c’est-à-dire les normes d’existence qui ordonnent la vie dans la polis : « Las cosas menudas de la ciudad y el adorno della y limpieza15 », ou dans un sens plus large : « La ciencia de gobernar los hombres, contribuyendo a sus prosperidades, y el arte de llenarles de fidelidad, en cuanto es posible16. » Ceux qui s’aventurèrent hors de cette sphère pour toucher à une remise en cause radicale des institutions traditionnelles voient leur nombre s’accroître à partir des années 1790, mais ils n’ont jamais constitué une vague de fond susceptible avant 1808 de renverser l’ordre politico-social en place.

  • 17 Roura, 1993.

8Malgré les conditions favorables que nous venons de survoler, le cas espagnol est particulier dans l’étude de la naissance de la politique moderne en Europe, car les conditions de l’émergence de la modernité politique ont été largement imposées par l’extérieur, au travers de la guerre. La guerre des Pyrénées a un rôle non négligeable, car elle donne lieu à une véritable mobilisation populaire et à une ouverture de l’espace du débat public, au-delà même du milieu des élites cultivées17.

  • 18 Voir Hocquellet, 2001 a et 2001 b.

9Cependant, la guerre d’Indépendance représente bien sûr la rupture majeure dont Richard Hocquellet analyse avec précision les modalités dans le quatrième article de ce dossier. La guerre d’Indépendance est un traumatisme fondamental : l’absence du roi, la vacance du pouvoir laisse un vide inédit. Il a désormais fallu parler de ce qui était tabou jusqu’alors : le politique au sens actuel, c’est-à-dire pour l’essentiel la question de la dévolution du pouvoir au plus haut niveau. La politique passe de l’échelon local à l’échelon national18.

  • 19 Les travaux sur la guerre d’Indépendance envisagée sous cet angle sont hélas très rares.

10Il ne faut pas oublier que le conflit est aussi une guerre civile qui brise la cohérence des groupes et des corps qui structuraient la société d’Ancien Régime. Ce qui est vrai pour les grands corps de l’État, pour le groupe des ilustrados du règne de Charles IV (Jovellanos, Urquijo…), l’est aussi à la base de la société quand des familles entières se déchirent. Si l’on ajoute à ceci l’absence du roi comme régulateur suprême, on comprend que toute une manière pluriséculaire de faire de la politique est remise en cause, au moins provisoirement19. Le libéralisme et l’idée de souveraineté nationale fournissent de nouveaux outils pour faire de la politique autrement, mais ces nouveaux outils entrent en concurrence avec les anciennes pratiques et conceptions politiques, qui resurgissent clairement avec la restauration de l’absolutisme en 1814.

Quelle victoire du libéralisme ?

  • 20 Pedro Ruiz Torres, Jesús Millán, Isabel Burdiel et María Cruz Romeo Mateo en sont les auteurs les p (...)
  • 21 En particulier La Parra López et Ramírez (éd.), 2003 et Robledo, Castells Oliván et Romeo Mateo (éd (...)

11Avec la victoire du modèle libéral modéré, le milieu des années 1840 voit la fin d’un cycle révolutionnaire entamé en 1808. Cette victoire d’un libéralisme oligarchique qui cherche à réduire la sphère du politique n’est pas le résultat de l’absence de diffusion de la politique moderne dans les années 1808-1845. C’est dans ce domaine que la rénovation historiographique et méthodologique a été la plus marquée depuis une dizaine d’années, en particulier autour des travaux menés à l’Université de Valence20 ou lors de colloques récents21. Nous nous limiterons ici à noter les apports récents qui permettent une mise en perspective du processus de politisation.

  • 22 Millán, 2003.
  • 23 Nous renvoyons à l’abondante bibliographie qui se trouve dans la synthèse de Jordi Canal (Canal, 20 (...)
  • 24 García Rovira, 1998.
  • 25 Millán, 2000, p. 276.
  • 26 Burdiel, 1999, p. 187. Voir aussi Castells Oliván, 1989 et Castells Oliván et Romeo Mateo, 1997, p. (...)

12Contrairement à ce qui a trop longtemps été avancé, la période 1808-1845 n’est pas marquée par une apathie des masses qui ne se seraient éveillées dans certaines zones qu’à partir du moment où leurs droits collectifs étaient mis en péril. On assiste au contraire à une intense mobilisation de toute la société, une forte conflictualité, qui est liée aux importantes tensions sociales de la fin de l’Ancien Régime et à la nécessité qu’ont eue les élites libérales de procéder à la mobilisation populaire pour parvenir à vaincre l’absolutisme et le carlisme qui utilisaient eux aussi les mêmes moyens. Le contexte des années 1808-1845 est favorable à une politisation du conflit social22, créant ainsi une culture politique : nous le savons depuis longtemps pour le carlisme23, pour le libéralisme en milieu urbain24, mais aussi en milieu rural où localement le libéralisme peut imprégner le monde paysan « par sa rhétorique sur la liberté25 ». En d’autres termes, la politique ou plutôt une forme de politique, dont la nature reste à définir avec précision, « descend au village ». Quand elle est libérale, cette adhésion politique n’est pas une doctrine, mais plutôt « un état d’opinion publique » marqué par le refus du despotisme, du carlisme et par le recours à la rhétorique de la liberté26.

  • 27 Des exemples et une bibliographie récente dans deux ouvrages collectifs : Guereña et Bussy-Genevois (...)

13L’éclosion de la presse, des clubs, des sociétés populaires durant les phases de gouvernement libéral a largement contribué à élargir la sphère ouverte au débat politique, même si les périodes absolutistes du règne de Ferdinand VII représentent des coups d’arrêt brutaux. À la suite des travaux pionniers d’Alberto Gil Novales et des débats sur la sociabilité comme matrice de la politisation, les publications récentes27 montrent que le phénomène dépasse très vite les élites pour toucher les classes moyennes, mais aussi les milieux populaires urbains.

  • 28 Burdiel, 1999, pp. 201-202. Voir aussi Pro Ruiz, 2001.

14L’intensité des conflits, les guerres civiles, les exils, la crise économique, la perte des colonies sont autant d’éléments qui dessinent un véritable drame collectif dans lequel il y a des vainqueurs et des vaincus. L’âpreté des luttes indique qu’il n’y a pas de consensus parmi les élites pour reformuler un modèle politico-social. Ainsi, on ne peut plus soutenir que les élites d’Ancien Régime sortent indemnes de la tourmente. La vie politique est un théâtre longtemps tragique dans lequel les hommes sont parfois entraînés malgré eux : on y risque sa fortune, sa renommée et sa vie. De ce fait, l’enjeu de la politisation correspond à un mouvement violent qui a pour effet un renouvellement des élites que l’on a longtemps cru marginal. Isabel Burdiel rappelait le caractère relativement plébéien des hommes politiques espagnols comparés à leurs homologues anglais, allemands et même français28.

  • 29 Castells Oliván et Romeo Mateo, 1997, p. 45.
  • 30 Pérez Ledesma, 1991.
  • 31 Romeo Mateo, 1998.

15La politisation est un processus dynamique comme l’est la révolution libérale ou le libéralisme politique. Le libéralisme se constitue souvent dans la lutte politique29. Ce choix correspond parfois à des réactions de défense à l’égard des mesures prises par l’État : des collectivités paysannes s’opposant à la privatisation de la terre, des employés de l’État scandalisés que le roi ose remettre en cause la stabilité de l’emploi, comme on le verra dans le cinquième article de ce dossier. La crise des années 1834-1839 obligea les libéraux à reformuler leurs positions initiales. L’intense mobilisation populaire nécessaire pour vaincre les absolutistes puis les carlistes est perçue comme une menace pour la liberté. L’idéal néodémocratique de la Constitution de Cadix, fondé en partie sur la vision d’une société méritocratique30 constituée de patriotes vertueux pratiquant la liberté des Anciens, est de plus en plus rejeté et avec lui le droit naturel rationaliste et ses principes abstraits et métaphysiques. La liberté cesse d’être un principe universel pour se trouver limitée à ce que prévoit la loi31. L’origine des droits des individus n’est plus dans le droit naturel, mais dans la loi et dans la société. Peut-être davantage que dans d’autres pays européens, la tension entre « le nombre et la raison » en Espagne s’est traduite par une volonté de réduire la sphère publique politique. Dans son article, Pedro Díaz Marín décrit cette évolution au travers des modifications de la loi électorale pour l’élection aux Cortès.

16Le processus de politisation est à relier à celui de l’intégration nationale et de construction de la nation. En effet, l’apprentissage de la politique moderne correspond aussi au moment où les individus se rendent compte que leurs intérêts immédiats, locaux ont un lien avec les décisions prises à l’échelon national. Les nombreux travaux de la dernière décennie sur la nation (Borja de Riquer, Juan Pablo Fusi…) montrent que la faiblesse de ce processus de nationalisation du royaume est liée en grande partie aux défaillances de l’État. Le fractionnement des classes moyennes urbaines en est aussi responsable. L’importance qu’avait le contrôle du pouvoir local sous l’Ancien Régime s’est accentuée à la faveur de la guerre d’Indépendance et des guerres carlistes. La lutte s’est organisée avant tout à l’échelon local devant la faiblesse ou l’absence des initiatives ou des moyens mis en œuvre par l’État central. Ces classes moyennes qui sont au cœur des processus de construction des États-nations au xixe siècle sont :

  • 32 Burdiel et Romeo Mateo, 1998, p. 67. Voir aussi Zafra Victor, 1996, pp. 103-105.

17Hétérogènes et fermement établies dans leurs sphères locales d’activités. L’État minimal, cher à la tradition libérale, était probablement le meilleur, le moins coûteux et peut-être le moins sujet à controverse au moment de protéger et de promouvoir leurs intérêts32.

  • 33 Romeo Mateo, 2001.

18La politisation se vit donc d’abord à l’échelle locale, y compris après la victoire des modérés, à une époque où l’on semble loin de l’image traditionnelle d’une vie politique atone confisquée par des élites modérées33.

19Au xixe siècle, la réalité sociale vécue fait que, loin du modèle individualiste idéal de Habermas, la vision de l’individu comme être défini par le ou les groupes auxquels il appartient reste très forte. C’est évident pour les conservateurs, mais cela s’avère en grande partie vrai pour les libéraux. L’avant-dernier article de ce dossier, signé par María Cruz Romeo Mateo, montre comment perdurent en plein milieu du xixe siècle des représentations et des pratiques politiques hybrides, y compris dans les rangs progressistes, dans lesquelles la politique est conçue sous l’angle d’un rapport de domination naturel entre notables et peuple, les droits individuels devant s’effacer devant le collectif. Cette dernière idée apparaît d’ailleurs dès l’élaboration de la Constitution de Cadix qui commence par :

  • 34 Portillo Valdés, 2000, p. 389.

20Définir la Nation avant l’individu, tout comme les droits nationaux — indépendance, liberté, souveraineté — de préférence à tous droits individuels34.

21Cette idée est reformulée dans les années 1830, à la faveur de nouvelles sources théoriques, en particulier celle des doctrinaires français, quand le libéralisme rejette l’idée de suffrage universel et justifie l’exclusion du plus grand nombre de la sphère du politique.

22Étudier la naissance de la politique moderne impose donc de partir à la recherche d’un monde marqué par le mélange de pratiques et de représentations hybrides, issues de l’Ancien Régime et du nouvel imaginaire politique de l’Europe occidentale. Dans ce but, la démarche la plus fructueuse consiste à repérer pour chaque objet d’étude (groupe, communauté, individus) comment s’imbriquent conceptions et pratiques nouvelles et anciennes, et comment ces éléments s’articulent entre eux. Pour chacun des acteurs politiques, individus, mais aussi rappelons-le groupes, ce mélange entre ancienne et nouvelle politique forme un « tout », au-delà des contradictions de principes. C’est ce « tout », traduisant l’altérité de notre période, qu’il importe de décrypter.

Haut de page

Bibliographie

Burdiel, Isabel (1999), « Morir de éxito. El péndulo liberal y la revolución española del siglo xix », Historia y política. Ideas, procesos y movimientos sociales, 1, pp. 181-203.

Burdiel, Isabel et Romeo Mateo, María Cruz (2000), « Old and New Liberalism. The Making of the Liberal Revolution (1808-1844) », Bulletin of Hispanic Studies, 75 (5), pp. 65-80.

Canal, Jordi (1995), « La storiografia della sociabilità in Spagna », Passato e presente, 34, pp. 151-163.
(2000), El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid.

Canal, Jordi (coord.) (à paraître), Política y sociabilidad. En torno a Maurice Agulhon. Actes du colloque de la Casa de Velázquez (Madrid, 5-6 février 2001), Madrid.

Castells Oliván, Irene (1989), La utopía insurrecional del liberalismo. Torrijos y las conspiraciones liberales de la década ominosa, Barcelone.

Castells Oliván, Irene et Romeo Mateo, María Cruz (1997), « Liberalismo y revolución en la crisis del Antiguo Régimen europeo : Francia y España », Trienio. Ilustración y liberalismo, 29 (mayo), pp. 27-48.

Covarrubias, Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana o española, Martín de Riquer (éd.), Madrid, 1943 (1e impr. 1611).

Cosandey, Fanny et Descimon, Robert (2002), L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris.

Dedieu, Jean-Pierre (2000), « Procesos y redes. La historia de las instituciones administrativas de la Época Moderna, hoy », dans Juan Luis Castellano Castellano, Jean-Pierre Dedieu et María Victoria López-Cordón Cortezo (éd.), La pluma, la mitra y la espada. Estudios de historia institucional en la Edad Moderna, Madrid, pp. 13-30.

Fernández Sebastián, Javier (2002), « Historia de los conceptos. Nuevas perspectivas para el estudio de los lenguages políticos europeos », Ayer, 48, pp. 331-364.

Fernández Sebastián, Javier et Fuentes, Juan Francisco (dir.) (2002), Diccionario político y social del siglo xix español, Madrid.

Fontana Lázaro, Josep (1987), « El alimento del Estado. Política y Hacienda en el “despotismo ilustrado” », Hacienda Pública Española, 108-109, pp. 157-168.

Franco Rubio, Gloria A. (coord.) (2002), De mentalidades y formas culturales en la Edad Moderna. Anejo I de Cuadernos de Historia Moderna, numéro thématique.

Fuentes, Juan Francisco et Roura, Lluís (éd.) (2001), Sociabilidad y liberalismo en la España del siglo xix. Homenaje al profesor Alberto Gil Novales, Lleida.

García Rovira, Anna María (1998), « Sociedades secretas, facciones y partidos políticos durante la revolución liberal. La Barcelona revolucionaria (1835-1837) », Trienio. Ilustración y liberalismo, 32 (novembre), pp. 67-102.

Guereña, Jean-Louis et Bussy-Genevois, Danièle (éd.) (1999-2000), Fêtes, sociabilités, politique dans l’Espagne contemporaine, numéro thématique de Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne, 30-31 (décembre-juin).

Guerra, François-Xavier (1990), « Pour une nouvelle histoire politique. Acteurs sociaux et acteurs politiques », dans Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines. Au-delà du modèle socio-économique. Actes du colloque international en hommage au professeur François Chevallier (29-30 avril 1988), Paris, pp. 245-260.

Hocquellet, Richard (2001 a), Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne (1808-1812), Paris.
(2001 b), « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la fin de l’Ancien Régime », Siècles. Cahiers du centre d’histoire des entreprises et communautés, 13 (1), numéro thématique « Culture et pouvoir en Espagne (xvie-xxe siècles) », pp. 41-54.

La Parra López, Emilio et Ramírez, Germán (éd.) (2003), El primer liberalismo. España y Europa, una perspectiva comparada. Foro de Debate (Valencia, 25-27 de octubre de 2001), Valence.

Luis, Jean-Philippe (à paraître), « La naissance de la politique moderne en Espagne », dans Jordi Canal (coord.), Política y sociabilidad. En torno a Maurice Agulhon. Actes du colloque de la Casa de Velázquez (Madrid, 5-6février 2001), Madrid.

Millán, Jesús (2000), « La herencia política de la revolución liberal en la sociedad agraria española », dans La politisation des campagnes au xixesiècle. France, Italie, Espagne et Portugal. Actes du colloque international (Rome, 20-22 février 1997), Rome, pp. 259-286.

Millán, Jesús (2003), « Las lecturas sociales del liberalismo y los inicios de la ciudadanía en España », dans Ricardo Robledo, Irene Castells Oliván et María Cruz Romeo Mateo (éd.), Orígenes del liberalismo. Universidad, política, economía. Actas del Congreso Internacional (Universidad de Salamanca, 1-4 de octubre de 2002), Salamanca, pp. 205-220.

Pécout, Gilles (1994), « La politisation des paysans au xixesiècle. Réflexion sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et sociétés rurales, 2, pp.91-124.
(2001), « Politisation et intégration nationale en Italie. Les campagnes toscanes des années 1860 », Revue historique, 617 (janvier-mars), pp.81-106.

Pérez Ledesma, Manuel (1991), « Las Cortes de Cádiz y la sociedad española », Ayer, 1, pp. 167-206.

(La) Politisation des campagnes au xixe siècle. France, Italie, Espagne et Portugal. Actes du colloque international (Rome, 20-22 février 1997), Rome, 2000.

Portillo Valdés, José María (2000), Revolución de nación. Orígenes de la cultura constitucional en España (1780-1812), Madrid.

Pro Ruiz, Juan (2001), « La formación de la clase política en España (1833-1868) », Historia contemporánea, 23, numéro thématique « Nuevos estudios sobre las élites », pp. 445-481.

Richet, Denis (1973), La France moderne, l’esprit des institutions, Paris.

Ridolfi, Maurizio (1990), Il circolo virtuoso. Sociabilità democratica, associazionismo e rappresentanza politica nell’Ottocento, Florence.

Robledo, Ricardo, Castells Oliván, Irene et Romeo Mateo, María Cruz (éd.) (2003), Orígenes del liberalismo. Universidad, política, economía. Actas del Congreso Internacional (Universidad de Salamanca, 1-4 de octubre de 2002), Salamanca.

Romeo Mateo, María Cruz (1998), « Lenguaje y política del nuevo liberalismo. Moderados y progresistas (1834-1845) », Ayer, 29, numéro thématique «La política en el reinado de Isabel II», Isabel Burdiel (éd.), pp.37-62.
(2001), « Tras los escombros de la revolución. El moderantismo y las estrategias políticas y culturales de dominación », dans Juan Francisco Fuentes et Lluís Roura (éd.), Sociabilidad y liberalismo en la España del siglo xix. Homenaje al profesor Alberto Gil Novales, Lleida, pp.239-260.

Roura, Lluís (1993), Guerra gran a la ratlla de França. Catalunya dans la guerra contra la Revolució francesa (1793-1795), Barcelone.

Sirinelli, Jean-François (1997), « Éloge de la complexité », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, pp. 433-442.

Vincent, Julien (2003), « Concepts et contextes de l’histoire intellectuelle britannique. L’“École de Cambridge” à l’épreuve », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50 (2), pp. 187-207.

Windler, Christian (1997), Élites locales, señores, reformistas. Redes clientelares y monarquía hacia finales del Antiguo Régimen, Cordoue-Séville.

Zafra Victor, Manuel (1996), « El marco político y la génesis del caciquismo », dans Antonio Robles Egea (comp.), Política en penumbra. Patronazgo y clientelismo políticos en la España contemporánea, Madrid, pp. 95-116.

Haut de page

Notes

1 Sirinelli, 1997, p. 436.

2 Fernández Sebastián, 2002 et Vincent, 2003.

3 Ridolfi, 1990 et Pécout, 2001.

4 Pour une mise en perspective historiographique, voir Pécout, 1994 et (La) Politisation des campagnes au xixe siècle ainsi que Canal, 1995 et (à paraître).

5 Windler, 1997.

6 Dedieu, 2000, p. 29. Nous renvoyons aussi à l’article fondateur de Guerra, 1990.

7 Cosandey et Descimon, 2002, p. 280.

8 Dedieu, 2000.

9 Par exemple, dans ses Lecciones de Economía civil o del comercio (1779), Bernardo Joaquín Danvilaassimilait la politique à ce qui dans la philosophie pratique correspondait à « ce qui est utile aux villes » (cité par Javier Fernández Sebastián, entrée « Política », dans Fernández Sebastián et Fuentes (dir.), 2002, p. 539).

10 Luis (à paraître).

11 Richet, 1973, p. 77.

12 Fontana Lázaro, 1987.

13 Cosandey et Descimon, 2002, p. 296. Les travaux de Christian Windler montrent que la politique étrangère est elle aussi objet et vecteur de sécularisation comme le montre l’article que l’on trouvera dans la section « Miscellanées » de ce numéro des Mélanges de la Casa de Velázquez, pp. 217-234.

14 Une solide mise au point bibliographique et un exemple concret dans Franco Rubio (coord.), 2002 (« Hacia una reconstrución de la sociabilidad ilustrada. Las Sociedades Gaditanas de Amigos del País », pp. 177-209).

15 Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, entrée « Policía », p. 875.

16 Tomás Valeriola, Idea general de la policía, Valence, 1798-1805, cité par Juan Francisco Fuentes, article « Policía », dans Fernández Sebastián et Fuentes (dir.), 2002, p. 532.

17 Roura, 1993.

18 Voir Hocquellet, 2001 a et 2001 b.

19 Les travaux sur la guerre d’Indépendance envisagée sous cet angle sont hélas très rares.

20 Pedro Ruiz Torres, Jesús Millán, Isabel Burdiel et María Cruz Romeo Mateo en sont les auteurs les plus importants. Sans atteindre la cohérence marquée que l’on constate à Valence, le mouvement touche bien sûr d’autres universités sous la plume, entre autres, d’Irene Castells Oliván, de Juan Francisco Fuentes, d’Anna María García Rovira, ou d’Emilio La Parra López. Cette rénovation historiographique ne doit pas faire oublier le rôle des travaux pionniers, en particulier ceux d’Alberto Gil Novales ou de Lluís Roura, qui ont ouvert sur la question des sociabilités et suscité de nombreuses pistes de recherches.

21 En particulier La Parra López et Ramírez (éd.), 2003 et Robledo, Castells Oliván et Romeo Mateo (éd.), 2003.

22 Millán, 2003.

23 Nous renvoyons à l’abondante bibliographie qui se trouve dans la synthèse de Jordi Canal (Canal, 2000).

24 García Rovira, 1998.

25 Millán, 2000, p. 276.

26 Burdiel, 1999, p. 187. Voir aussi Castells Oliván, 1989 et Castells Oliván et Romeo Mateo, 1997, p. 44-45.

27 Des exemples et une bibliographie récente dans deux ouvrages collectifs : Guereña et Bussy-Genevois (éd.), 1999-2000, et Fuentes et Roura (éd.), 2001.

28 Burdiel, 1999, pp. 201-202. Voir aussi Pro Ruiz, 2001.

29 Castells Oliván et Romeo Mateo, 1997, p. 45.

30 Pérez Ledesma, 1991.

31 Romeo Mateo, 1998.

32 Burdiel et Romeo Mateo, 1998, p. 67. Voir aussi Zafra Victor, 1996, pp. 103-105.

33 Romeo Mateo, 2001.

34 Portillo Valdés, 2000, p. 389.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Victoria López-Cordón Cortezo et Jean-Philippe Luis, « De la Ilustración à la victoire du libéralisme modéré », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-1 | 2005, 15-26.

Référence électronique

María Victoria López-Cordón Cortezo et Jean-Philippe Luis, « De la Ilustración à la victoire du libéralisme modéré », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-1 | 2005, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/1630

Haut de page

Auteurs

María Victoria López-Cordón Cortezo

Universidad Complutense de Madrid

Articles du même auteur

Jean-Philippe Luis

Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org