Navigation – Plan du site
Dossier. Cervantès et la France

Présentation

Jean Canavaggio
p. 9-10

Texte intégral

1Avant même que ne s’ouvre l’année 2005, il m’est apparu que notre pays ne pouvait demeurer en marge des manifestations appelées à commémorer la publication, voici quatre cents ans, de la première partie de Don Quichotte. La Casa de Velázquez, de par sa vocation, était le lieu rêvé pour héberger une rencontre dont le sujet serait « Cervantès et la France ». Cette rencontre, qui s’est tenue les 6 et 7 juin 2005, a réuni des spécialistes venus d’Espagne et de France, mais aussi d’Allemagne, des États-Unis, de Grande-Bretagne et d’Italie. Je tiens à exprimer mes remerciements à tous ceux qui en ont permis la réalisation : Gérard Chastagnaret, qui, après en avoir accueilli favorablement l’idée, a retenu le principe d’une publication des actes ; Benoît Pellistrandi, qui s’est chargé de sa préparation technique, avec l’aide de Claude Bussac, de Pierre Moret et d’Yvan Nommick ; et, sur le plan scientifique, tous ceux, collègues et amis, qui ont accepté de participer à ce colloque. Ce numéro des Mélanges de la Casa de Velázquez rassemble sept de leurs contributions.

2Sans doute la France n’a-t-elle pas connu un phénomène comparable à la cervantic manner cultivée par Fielding, Smollett et Sterne, qui a favorisé un véritable renouveau du roman dans l’Angleterre des Lumières. Sans doute revient-il aux romantiques allemands — les frères Schlegel, Schelling, Ludwig Tieck, Henri Heine — d’avoir conféré à l’aventure burlesque de l’ingénieux hidalgo une portée transcendante. Néanmoins, dès 1614, date à laquelle paraît la version de la première partie due à César Oudin, les traductions françaises se sont succédé sans interruption : en témoignent Oudin, Rosset et Filleau de Saint-Martin au xviie siècle, Florian au xviiie, Viardot, Damas-Hinard et Lucien Biart au xixe, Xavier de Cardaillac et Jean Labarthe, Jean Babelon, Jean Cassou, Francis de Miomandre et Aline Schulman au xxe, pour ne rien dire du travail d’équipe récemment coordonné pour la Pléiade. Autant de signes d’un intérêt constant auxquels Albert Bensoussan consacre la première contribution de ce dossier. Un autre indice du succès immédiat qu’a connu Don Quichotte en France, ce sont les adaptations théâtrales jouées aux xviie et xviiie siècles, à l’intention d’un public plus large que celui des seuls lecteurs et sur lesquelles porte l’étude de Christophe Couderc. Quant au roman français, il se détourne de la simple transposition, pratiquée par Charles Sorel avec son Berger extravagant, pour développer, comme le montre Jean-Paul Sermain, une libre et subtile méditation sur la fin de Don Quichotte, dont on retrouve l’écho chez Marivaux, Diderot, Rousseau et Laclos.

3Toutefois, c’est au xixe siècle que l’admiration que suscitent Cervantès et son chef d’œuvre trouve chez Gustave Flaubert l’écho le plus significatif : dans sa Correspondance, mais aussi dans ses romans, comme le fait apparaître Patricia Martínez García, à travers sa relecture de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale. L’apport de l’iconographie ne pouvait être oublié dans ce panorama : les gravures de Jérôme David, les cartons de Coypel et de Natoire, les illustrations de Gustave Doré, les tableaux de Daumier — pour ne citer que ces quelques exemples — font l’objet d’une présentation très complète, commentée par Johannes Hartau. Dans le domaine de l’hispanisme scientifique, Ricardo García Cárcel, au fil de la trajectoire qui nous conduit d’Alfred Morel-Fatio à Pierre Vilar, montre comment la représentation que les historiens français se sont formée de Cervantès a connu une transformation sensible. Enfin, Mariarosa Scaramuzza Vidoni compare l’interprétation proposée par un hispaniste, Louis Combet, à celle de lecteurs venus d’autres horizons — René Girard, Marthe Robert, Michel Foucault — plus attentifs, semble-t-il, à don Quichotte qu’à Don Quichotte, plus attirés par le héros que par le roman auquel il a donné son titre.

4L’ensemble ainsi formé couvre un large éventail de sujets. Il témoigne également de la diversité des démarches mises en œuvre. Il n’en manifeste pas moins une forte cohérence. Celle-ci ne découle pas seulement du thème qui a réuni tous les participants; elle tient aussi à la complémentarité des regards portés sur la réception du chef d’œuvre de Cervantès en France. Je suis heureux d’observer que mon point de vue est partagé dans son contrepoint par José Montero Reguera, fin connaisseur de cette réception au cours des quatre siècles qui nous séparent de sa publication. Et, devant l’écho qu’a rencontré à Paris, il y a quelques mois, l’action menée en faveur des sans-logis par Les enfants de Don Quichotte, je tiens à le remercier d’avoir signalé cette marque insolite de la façon dont notre pays est devenu un exemple paradigmatique du devenir et de la vitalité de ce maître livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Canavaggio, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 9-10.

Référence électronique

Jean Canavaggio, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1639

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org