Navigation – Plan du site
Regards croisés

Jean Nicolas, La rébellion française

Raymond Huard
p. 310-314
Référence(s) :

Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Éditions du Seuil, 2002, 610 pp.

Texte intégral

  • 1  Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale (xvie-xixe siècles). Actes du coll (...)

1La connaissance des mouvements populaires dans la France de l’Ancien Régime a pris une nouvelle dimension avec cet ouvrage de Jean Nicolas. Sans doute des travaux antérieurs avaient-ils défriché la voie. Le recensement de ces mouvements, leur description, leur caractérisation avaient intéressé nombre de chercheurs, au plan local ou national. Des études synthétiques stimulantes, celles de Roland Mousnier, de Boris Porchnev, de C. Tilly, d’Éric Hobsbawn, d’Yves-Marie Bercé ou de G. Rudé, avaient proposé des interprétations ou des typologies. Dans un colloque organisé sur ce thème à l’université de Paris-VII en 19841, Jean Nicolas avait rassemblé de nombreux spécialistes de ces questions et ouvert très largement le champ des problématiques. Cette nouvelle étude opère cependant un progrès considérable. D’abord parce qu’elle repose sur une enquête de terrain menée sur l’ensemble du territoire, non seulement par l’auteur lui-même mais aussi par une soixantaine de collaborateurs bénévoles, enquête qui a permis une quantification beaucoup plus poussée qu’auparavant. Plus de 8 500 cas ont pu ainsi être analysés et traités informatiquement, ce qui donne aux tendances d’ensemble observées une pertinence incontestable. En outre, La rébellion française traite d’une période particulièrement longue s’étendant sur plus d’un siècle, de 1661 à 1789. Il y avait quelque audace d’ailleurs à traiter de la France rébellionnaire pour une période jugée en général plus calme que la précédente, celle du premier xviie siècle, qui avait assez naturellement suscité d’abord l’attention. Le résultat obtenu justifie pleinement cette démarche et en renforce même les conclusions puisque la tendance à la rébellion de nos ancêtres apparaît ainsi moins dépendante de facteurs plus conjoncturels (troubles politiques ou grands conflits religieux). Enfin, la variété des mouvements étudiés est très grande et, peu ou prou, toutes les formes de contestation populaires sont évoquées, depuis celles qui ont longtemps attiré l’attention des chercheurs (les luttes antifiscales ou les troubles agraires, par exemple), jusqu’à celles qui concernent ce qu’on appellerait aujourd’hui des faits de société, la jeunesse frondeuse par exemple.

2Ajoutons que la progression suivie par l’auteur permet d’aborder la question sous des approches croisées. La première (chapitre I) est quantitative pour établir une typologie et constater le niveau et ainsi que les fluctuations de la poussée rébellionnaire en fonction des différentes parties du territoire et dans le temps. La seconde (chapitres II et III), plus anthropologique, décrit les mécanismes de la rébellion, « l’entrelacs des solidarités », et situe des « groupes à risques ». La troisième, enfin, la plus étoffée (chapitres IV à XII), passe en revue les différents types de mouvements classés en huit rubriques. La plupart sont attendues : les luttes contre les fermes générales et la taille, les mouvements antiseigneuriaux, les troubles frumentaires, les conflits du travail. On retiendra que Jean Nicolas y ajoute les rébellions qui ont pour motif la défense de la liberté et de la dignité des individus, les frondes de la jeunesse, et enfin les troubles d’origine religieuse, qu’on relit ainsi sous une autre approche. Le terme de rébellion choisi pour le titre du livre n’a pas été retenu seulement à cause de sa consonance évocatrice. C’est bien le terme que privilégient de façon très nette les rapports officiels, à côté d’autres comme attroupement, émotion, sédition, tumulte, etc. En présentant cet apport de façon trop sèche, on ne rend pas compte de ce qui fait aussi le charme de ce livre en dehors de sa richesse documentaire exceptionnelle, c’est-à-dire le sentiment de vie, intense, qui se dégage de la lecture grâce à l’insertion très savante des événements dans leur contexte, la production de textes savoureux, une écriture à la fois élégante, nerveuse et colorée et, enfin, la sympathie visible que Jean Nicolas éprouve pour ces groupes populaires qui savent concilier l’usage de la force avec la ruse ou la rouerie et dont les réactions reflètent des sentiments élémentaires mais profondément humains.

3Mouvements populaires ? Oui, assurément, mais on découvrira aussi l’étendue de la complicité des hommes d’église, des nobles et notables, et la participation des militaires, importante en particulier aux frontières ou aux abords des régions productrices de sel. Les femmes et les enfants — mais ceci est plus connu — sont de la partie et jouent parfois un rôle essentiel. Plus neuf est le repérage de groupes à risques, forestiers, vignerons, verriers et carriers, bouchers, cabaretiers. Quant à la description des mouvements en eux-mêmes, elle nous fournit un bréviaire du petit rébellionnaire et montre que la tâche des agents de l’autorité, que ce soit le fisc ou les forces de l’ordre, était souvent très risquée.

  • 2  Bretagne, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Bourbonnais, Nivernais, Lyonnais-Forez-Beaujolais, (...)

4Au-delà de cette fresque foisonnante de vie, qui se lit comme un roman, revenons sur quelques apports fondamentaux de ce livre et d’abord sur les résultats de l’étude quantitative. Celle-ci confirme que la rébellion est d’abord un fait urbain, puisque les villes rassemblent 40 % des cas enregistrés alors qu’elles ne comprennent que 15 % de la population française. Elle concerne tout l’espace français, mais inégalement puisque l’indice rébellionnaire dépasse cinquante rébellions pour 100 000 habitants dans six régions d’enquête (Paris-Île-de-France, Artois-Picardie, Bas-Languedoc-Gévaudan, Velay-Vivarais, Roussillon, Corse), et trente dans neuf autres2, alors que vingt-deux autres régions sont au-dessous de ce chiffre, notamment dans la moitié ouest de la France. Cette inégalité géographique elle-même n’est pas toujours aisément explicable, même si l’on peut mettre en évidence pour la Corse ou le Roussillon les difficultés d’intégration au royaume ; pour le Bas-Languedoc, le poids des dissidences religieuses ; pour le Maine et l’Anjou, la proximité des régions salinières ; pour Paris, les aléas liés à l’existence d’une grande capitale très peuplée. La part respective des différentes catégories de mouvements est également très suggestive puisque figure très nettement en tête (près de 40 % des mouvements) la motivation contre la fiscalité ou la parafiscalité étatique et si on y ajoute les mouvements contre l’appareil judiciaire, policier ou militaire (14,1 %), on atteint ainsi bien plus de la moitié des mouvements. On retiendra ensuite (ce qui ne surprend pas) l’importance des conflits liés aux subsistances (17,1 %), et la part à peu près égale des mouvements dirigés contre la seigneurie et de ceux qui résultent des conflits du travail (5,1 % et 5,2 %). En revanche, l’affirmation du particularisme régional n’occupe qu’une faible place dans la hiérarchie des rébellions (1,1 %). Enfin, la découverte la plus intéressante est sans doute la progression bien visible de ces mouvements à partir du début des années 1760 pour atteindre un pic entre 1785 et 1789, progression qui naturellement suscite une interrogation majeure : bien au-delà de faits conjoncturels ou de la « permanence d’un carnaval contestataire », n’assiste-t-on pas à un éveil de la conscience sociale qui préfigure les événements révolutionnaires qui suivront ? Citons Jean Nicolas : « La répétition des faits et la poussée des comportements contestataires s’expliquent mal si l’on n’y reconnaît pas l’émergence d’une prise de conscience qui englobe le social et préfigure le politique » (p. 539). Quelle prise de conscience ? Pour l’auteur, il s’agit avant tout d’une « exigence de reconnaissance de soi, d’honneur et de dignité ». Sans doute ne méconnaît-il pas l’autre aspect de la réalité : l’enrichissement du pays, l’amélioration des conditions de la vie matérielle, la force, au moins en façade, de l’état monarchique. Mais il n’en est pas moins vrai que la puissance croissante des contestations est le signe profond d’un malaise, de ce que F. Braudel appelait « un immense drame de la société » auquel les élites répondent surtout par la crispation. Jean Nicolas va encore un peu plus loin in fine et ouvre une nouvelle piste : « L’attitude rébellionnaire traverse les épisodes et les séquences, inclut le xviiie siècle finissant et le xixe siècle prolongé pour constituer un mode qui a fait du heurt et de la rupture le principe du changement dans l’espace français » (p. 541).

5L’histoire sociale était un peu passée à l’arrière-plan ces derniers temps par suite de la vogue de l’histoire des mentalités ou de celle du politique, « intellectuelle » ou non. Elle fait avec ce livre un retour en force éclatant dont il faut se féliciter. En même temps, dès qu’on aborde des questions aussi importantes, les questions foisonnent. On n’en retiendra que quelques-unes. La première interroge le principe même de l’enquête : est-il légitime de prendre tous ces mouvements contestataires comme un bloc ? Jean Nicolas ne tend-il pas à considérer toute rébellion comme uniformément positive en ce qu’elle exprime des aspirations populaires avec lesquelles il sympathise ? Or, comme il le reconnaît lui-même, certains de ces mouvements sont simplement des résistances à une évolution pourtant souhaitable — comme dans le cas du déplacement des cimetières hors des villes — ou représentent, comme les charivaris, une forme d’oppression des individus par la collectivité. Entre les divers types de rébellions, n’existe-t-il pas des contradictions ? Si certains de ces mouvements poussent à des réformes souhaitables (la liberté de conscience pour les protestants, par exemple), d’autres mettent en cause les structures de l’Ancien Régime de façon beaucoup plus vague et leur diversité est telle qu’on aurait du mal à donner une cohérence aux changements espérés. Certes, l’auteur décèle au fond de nombre d’entre eux de grandes valeurs : la liberté, qu’elle soit locale et personnelle, la dignité, l’aspiration à un bien-être minimal. Mais si ces aspirations vagues pouvaient être fédératrices, des divergences ne surgiraient-elles pas quand on aborderait les solutions concrètes ? Enfin, ces attentes ne pouvaient-elles rester en l’état et s’enliser, comme on le constate aujourd’hui dans nombre de pays ?

6D’autre part, cette rébellion est-elle essentiellement « française » ? N’est-elle pas surtout populaire, indépendamment du pays considéré ? Si l’on avoue manquer de points de comparaison, l’Angleterre, avec sa riche histoire des mouvements populaires paysans, ouvriers, religieux, et peut-être aussi l’Italie ne présentent-elles pas des phénomènes de ce type ? Enfin, pour la France, s’il est vrai que de 1789 à 1871 la vie politique a été marquée par une succession d’interventions populaires déstabilisatrice des régimes successifs, la question se pose d’en connaître les raisons. S’agit-il d’une aptitude rébellionnaire de la population ? Ou bien la Révolution française avait-elle à la fois suscité au sein des classes dirigeantes des contradictions profondes, propres à empêcher durablement la consolidation du régime, et montré — nouveauté profonde par rapport aux mouvements populaires antérieurs — qu’il était possible d’atteindre à sa tête le pouvoir politique ?

7Cette vaste synthèse nous amène enfin à réfléchir, en plus longue durée encore, sur la destinée des mouvements populaires en France depuis le xviiie siècle. Nous savons déjà assez bien comment, au xixe siècle, ils ont persisté (pour les troubles frumentaires ou agraires, par exemple) ou se sont transformés (avec la construction progressive du mouvement ouvrier). Qu’en est-il aujourd’hui ? En lisant l’ouvrage de Jean Nicolas dans la France d’aujourd’hui, on est frappé — peut-être sans qu’il l’ait voulu — par les similitudes qu’on observe avec la situation qu’il décrit : existence d’un malaise social et d’attentes vagues, floraison de mouvements populaires divers, crispation des élites, épuisement relatif des formes politiques consacrées ; mais la prégnance des pratiques politiques et sociales démocratiques, qu’elles prennent la forme du vote ou du mouvement syndical, semble encore suffisante pour canaliser les contestations.

Haut de page

Notes

1  Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale (xvie-xixe siècles). Actes du colloque de Paris (24-26 mai 1984), Paris, Maloine, 1985, 773 pp.

2  Bretagne, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Bourbonnais, Nivernais, Lyonnais-Forez-Beaujolais, Auvergne, duché de Savoie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Huard, « Jean Nicolas, La rébellion française », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 310-314.

Référence électronique

Raymond Huard, « Jean Nicolas, La rébellion française », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/171

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Université Paul-Valéry Montpellier-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org