Navigation – Plan du site
Notices scientifiques

« Les sociétés méditerranéennes devant le risque»

Colloque organisé par la Casa de Velázquez avec l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme et l’UMR TELEMME et le soutien du Ministère délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies (29 septembre-1er octobre 2003)
Gérard Chastagnaret
p. 326-330

Du 29 septembre au 1er octobre derniers, la Casa de Velázquez a accueilli le colloque initial d’un programme commun à l’ensemble des écoles françaises de Méditerranée ainsi qu’à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, sur « Les sociétés méditerranéennes devant le risque ». Ce programme, lancé à l’initiative de la Casa de Velázquez, est coordonné par un comité scientifique auquel participent des représentants de chaque institution ainsi que des spécialistes des divers domaines du risque social.

Pourquoi une réflexion collective sur le risque ?

L’actualité du risque

Catastrophes climatiques, pollutions, épidémies : la proposition de programme, pourtant élaborée avant le 11 septembre 2001, a pris en compte la montée en puissance du risque comme fait social majeur. Ce mouvement, engagé depuis au moins deux décennies, est mis en évidence par deux phénomènes qui d’emblée ont été ressentis comme des ruptures graves : la montée du chômage, avec la crise économique, et la propagation de nouvelles épidémies. Il semble bien que l’on assiste depuis cette date à la fin de trois illusions : la sécurité du travail, l’extension de la protection médicale et l’amélioration constante du cadre de vie.

En raison de ces insécurités nouvelles sont apparues des représentations collectives dominées par le rejet et la dénonciation : les catastrophes de toute nature — chômage, méventes, tempêtes, inondations, accidents, épidémies — sont également perçues comme un scandale dont il faut dénoncer les responsables et auquel il faut chercher une solution collective. Le risque est ainsi devenu inséparable de la faute et d’une conception assurantielle du fonctionnement social ; la puissance publique se retrouve en général comme le coupable désigné ou comme l’instance ayant l’obligation de réparer. Il convient évidemment de replacer ces représentations et les pratiques qui les accompagnent dans un environnement complexe, dont on peut souligner trois caractéristiques essentielles : le contraste entre l’héritage idéologique de la prospérité des Trente Glorieuses et les impuissances ou les renoncements de l’État-providence, les effets d’une mondialisation qui supprime les cloisonnements protecteurs et favorise la diffusion des informations les plus alarmantes et, enfin, la judiciarisation croissante de la société, selon le modèle anglo-saxon.

Retrouver la Méditerranée

Les représentations actuelles du risque sont aux antipodes de l’image traditionnelle de la perception des risques en Méditerranée et des pratiques développées en ce domaine. Depuis l’Antiquité, le fonctionnement social paraît marqué par l’acceptation des fragilités, aussi bien climatiques que commerciales ou politiques. Le risque ouvre même la voie à des jeux sur les aléas, illustrés par l’importance des pratiques spéculatives.

Il faut certes se garder des clichés sous-jacents à une telle présentation : il y a toujours eu une part de scandale dans le risque et la Méditerranée n’a eu le monopole ni du fatalisme ni des pratiques d’aubaine. Il n’empêche que par ses caractéristiques propres — frontière climatique, fragmentation politique et culturelle et communication des espaces — la Méditerranée constitue, en ce domaine comme en d’autres, un laboratoire privilégié pour la mise en évidence, sur la très longue durée, des formes et de la prégnance du risque ainsi que des conceptions et des pratiques développées autour de celui-ci.

Au sein de ce cadre général, les différents espaces présentent tous des modalités particulières d’exposition au risque et de réaction à celui-ci : région de contact entre l’Afrique et l’Europe, la péninsule Ibérique a donné ainsi une visibilité particulière aux problèmes de frontière, ou de glacis, ainsi qu’au choc de fléaux d’origine diverse : sécheresses, sauterelles, épidémies. Les sédimentations et les affrontements culturels favorisent aussi une analyse comparative des pratiques des populations et des différents ordres de pouvoir.

La Méditerranée réunit donc toutes les conditions d’une observation novatrice et efficace : la très longue durée, en rupture avec la myopie relative des regards du présent, la multiplicité et la diversité des situations et des réponses.

Déroulement du programme

Le risque dans son acception la plus large

Ouvert sur la très longue durée, ce programme scientifique vise à étudier la construction sociale du risque. Il s’agira, en partant des interrogations les plus contemporaines, de cerner l’émergence de la notion de risque, ses implications, ex ante et ex post sur les normes et pratiques individuelles et collectives. Le risque est entendu dans une acception large, incluant, au-delà des risques naturels objets de programmes pluridisciplinaires au cours des dernières années, toutes les formes de risque : les risques liés aux aléas des récoltes, les risques démographiques, ceux liés aux mouvements de population, les risques du travail, les risques politiques et sociaux, ainsi que les risques économiques qui illustrent les deux faces du risque : le péril et l’opportunité.

Confronter époques, espaces et disciplines

Ce programme mobilise la plupart des sciences sociales, notamment l’histoire, la géographie, le droit, l’économie, l’anthropologie, pour partager des interrogations et confronter des résultats sur les représentations et pratiques sociales face aux risques de toute nature. La comparaison des espaces et des périodes sous-tend celle des climats, des structures sociales et des cultures : rives européennes et frange sub-saharienne, sociétés-États et organisation tribale, sociétés pré-chrétiennes, mondes chrétien et islamique.

Cette démarche commune doit concourir à la construction d’une anthropologie historique du risque méditerranéen. L’ambition ultime du programme serait de contribuer ainsi à une formulation, partiellement nouvelle, des termes d’analyse du risque contemporain. À la différence d’autres actions scientifiques, ce programme n’a donc aucun objectif opératoire sur le risque lui-même, mais l’enrichissement des connaissances que l’on est en droit d’en attendre peut ouvrir la voie à un nouveau discours sur le risque et peut-être même à de nouvelles approches sociales de celui-ci. La Méditerranée n’a certes pas de leçons à donner, mais l’histoire de l’espace méditerranéen peut encore aider à mieux penser le présent.

Le calendrier

Le déroulement du programme donnera lieu à cinq rencontres :

1. Colloque de lancement du programme (Casa de Velázquez, Madrid, 29 septembre-1er octobre 2003). Cette rencontre avait pour objectifs d’approfondir et de fixer les cadres épistémologiques, disciplinaires et problématiques du programme. Elle a ainsi assuré l’unité de la démarche d’ensemble à travers chacun des colloques thématiques.

Trois rencontres thématiques :

2. Les risques de la frontière (IFAO, Le Caire, printemps 2004 ; responsables scientifiques : D. Lafazani et C. Velud). Le colloque abordera les risques politiques et sociaux liés aux mouvements de population, aux événements militaires (invasions, etc.), aux questions ethniques, et d’étudier la frontière comme une réponse au risque ou une zone à risque.

3. Les risques alimentaires (École française d’Athènes, Athènes, printemps 2005 ; responsables scientifiques : M. Brunet, A. Cohen et B. Marin).

4. Risques, spéculations et économie (École française de Rome, Rome, automne 2005 ; responsables scientifiques : G. Chastagnaret et O. Raveux). Le risque comme opportunité et comme péril dans le cadre de stratégies économiques.

5. Colloque final : Les représentations du risque (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, printemps 2006 ; responsable scientifique : B. Cousin).

La publication des résultats prendra la forme de dossiers dans les revues des Écoles françaises, d’ouvrages collectifs et d’un livre de synthèse reprenant les actes du colloque final, élargis à des contributions spécifiques.

Le colloque inaugural

  • Gérard Chastagnaret Directeur de la Casa de Velázquez
    Présentation du programme et du colloque

  • Brigitte Marin École française de Rome
    Le risque : les mots pour le dire

I. L’espace méditerranéen, espace à risques
Discutant : Christian Velud, IFAO, Le Caire

  • Michel Sivignon Université de Paris X-Nanterre
    La construction du risque en Méditerranée (mi-xviiie- mi-xixe siècle)

  • Maurice Aymard Maison des Sciences de l’Homme, Paris
    Le risque en Méditerranée : spatialité et temporalité

II. L’homme méditerranéen face au risque
Discutant : Pierre Toubert, Collège de France

  • Sami Zubeïda Birkbeck College, University of London
    The Quest for Authenticity and the Risk of ‘Cultural Invasion’

  • Nabil Beyhum École d’architecture de Paris
    Gestion et refoulement des éléments de risque (les nouvelles conjonctures politiques à Beyrouth 1990-2003)

  • Francisco Calvo García-Tornel Universidad de Murcia
    El riesgo como paradoja y como reto

III. L’approche anthropologique
Discutant : Aron Cohen Universidad de Granada

  • Jean-Luc Bonniol MMSH, Aix-en-Provence
    L’anthropologue et le risque

  • Françoise Zonabend EHESS, Paris
    Pour une anthropologie du risque : façons de dire, façons de faire, façons d’être…

IV. Risque et population
Discutant : Dora Lafazani, École française d’Athènes

  • François Héran INED, Paris
    De génération en génération : les populations devant le risque

  • Gérard Delille EHESS, Paris
    Les stratégies familiales face au risque démographique

V. Les perceptions sociales du risque
Discutant : Antoine Lyon-Caen, Université de Paris X-Nanterre

  • Catherine Virlouvet MMSH, Aix-en-Provence
    L’Antiquité

  • Pierre Toubert Collège de France
    L’Occident chrétien

  • Dominique Urvoy Université de Toulouse-Le Mirail
    L’Islam médiéval

  • Armando Alberola Universidad de Alicante
    El mundo rural mediterráneo frente al riesgo natural en la época moderna

VI. Le risque entre péril et chance

A. Le droit et l’assurance
Discutant : Gilbert Buti, MMSH, Aix-en-Provence

  • Antoine Lyon-Caen Université de Paris X-Nanterre
    Le juriste face à la notion de risque

  • Marie-Luce Pavia Université de Montpellier
    Droit et risque

  • Baudoin Dupret CEDEJ
    Contrôler et prévenir. Le droit de la sexualité comme production et gestion du risque

B. Le risque et l’économie
Discutant : Henri Regnault, Université de Pau

  • Jean-Pierre Dupuy École Polytechnique
    L’économie du risque et les risques de l’économie. Une démarche philosophique

Premier bilan

Le colloque de Madrid n’était donc que la première étape de l’entreprise, mais c’en était une étape majeure, puisqu’il s’agissait tout à la fois de vérifier la légitimité scientifique de l’entreprise et de donner aux colloques ultérieurs, sur des domaines spécifiques, un cadre de référence unificateur sans être contraignant, ainsi qu’une méthode de travail. Si son contenu se voulait généraliste, ce n’était nullement pour épuiser l’intérêt de l’entreprise mais, bien au contraire, pour situer les différents domaines dans le cadre d’une entreprise commune.

L’organisation du colloque témoignait d’une volonté forte de faire vivre le dialogue entre les disciplines et les spécialités, chronologiques, thématiques ou géographiques, aussi bien par l’origine des chercheurs invités que par le mode de fonctionnement du colloque : c’est ainsi que chaque session comprenait, outre les intervenants, un discutant relevant toujours d’une discipline autre que celle du thème de la session.

La première rencontre a constitué une validation de la démarche adoptée. À travers l’hétérogénéité des approches, le risque a commencé à se construire comme objet scientifique, différent aussi bien de la probabilité que de la certitude non datée. L’importance de la longue durée est aussi un acquis du colloque. Le risque est à la fois un phénomène permanent et une construction datée, au travers d’évolutions dont plusieurs césures sont déjà apparues — notamment le xviiie siècle, la fin du xixe s. et les dernières décennies —, marquant ainsi le passage du risque sectorisé du Moyen Âge au risque global d’aujourd’hui.

Les acquis thématiques sont réels aussi, depuis les risques climatiques, attendus pour l’espace méditerranéen, et la détermination d’espaces à risques — y compris avec de véritables « couloirs » du risque cumulant tous les périls — jusqu’à l’importance de l’autre dans la négation et surtout dans l’affirmation du risque. Le colloque a aussi fait émerger de multiples interrogations. Les unes portent sur le caractère opératoire de certains couples antithétiques, tel celui d’endogène/exogène. D’autres portent sur le rôle de la mémoire et sur sa relation paradoxale avec ce futur hypothétique que constitue le risque. Le risque échappe-t-il vraiment au phénomène qui affecte tout le champ décisionnel : la projection dans le futur de situations antérieures, c’est-à-dire, au fond, la pratique d’anticipations fort peu imaginatives ? Autre exemple de concept d’un intérêt fort, mais à approfondir : celui de rationalisation, c’est-à-dire d’introduction du risque dans le champ de l’intervention humaine. La liste n’est exhaustive pour aucun des domaines évoqués.

Les chantiers demeurent donc nombreux et féconds. Ils concernent notamment la réflexion sur le temps, qui reste à approfondir, tout comme la réflexion sur l’espace ; il importe de faire mieux ressortir les décalages et inachèvements des processus de laïcisation/socialisation. Il convient aussi d’apprécier le rôle du regard de l’autre dans l’évolution chronologique et spatiale du risque.

Le risque doit être évalué aussi dans son rapport au pouvoir : il peut envahir le champ d’action de celui-ci, mais il peut devenir aussi outil, voire objet de manipulation. Il conviendra à ce propos de réfléchir à une typologie et à une hiérarchie des risques, avec l’idée que la confusion peut être une stratégie de la part des pouvoirs de toute nature.

Ce premier colloque a fait ressortir plusieurs exigences : celles de la vigilance — y compris par le refus de l’innocence devant les discours sur le risque —, celle de la poursuite d’une attitude dynamique dans une réflexion dont chaque colloque devra poursuivre la construction. Il a montré aussi que l’espace méditerranéen présentait de fortes opportunités pour un travail fécond — celui de la très longue durée, de la possibilité de confronter périodes, espaces et disciplines — et, enfin, qu’il constitue un espace d’autant plus riche que le risque n’y est pas seulement péril, mais aussi moteur.

  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org