Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Présentation

Patrice Cressier et Fabienne Wateau
p. 9-15

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Sans doute est-il embarrassant, au moins de prime abord, de constater que le partage peut à la fois séparer et réunir, diviser et rassembler, désunir et souder. Le partage est en effet, d’une part, un processus de division qui consiste à prélever par découpage et à distribuer par répartition. Chacun reçoit une partie du tout. Plus est grand le nombre de parts, plus celles-ci sont petites. Ce qui est donné à l’un ne peut l’être en même temps à l’autre. Ce partage concurrentiel de type division — en reprenant pas à pas l’exposition du philosophe Roger-Pol Droit (2004) — s’applique particulièrement bien aux ressources, aux bénéfices, aux matières premières, à l’énergie, ou encore au gâteau et à ses tranches plus ou moins régulières convoitées par le gourmand. D’autre part, le partage est un processus de mise en commun, de réunion, de rapprochement. Et c’est à l’idée, à l’information ou encore aux connaissances que ce volet-ci renvoie. Ce qui est su peut être transmis sans être amoindri. Ce que l’un reçoit l’autre n’en est pas démuni. L’idée ou la conviction qui peuvent être diffusées, multipliées, répétées, dupliquées, transmises d’innombrables fois, ne sont jamais ni divisées ni fragilisées. Au contraire, elles peuvent tendre à se renforcer, à se consolider, à additionner au lieu de soustraire. Ainsi partage-t-on un sentiment, une responsabilité, une obligation, une espérance.

2Bien que se situant très nettement et a priori dans la première catégorie de la division, l’eau appartient pourtant aux univers mêlés de la séparation et de la réunion. La gestion de l’eau se trouve précisément à cette articulation du partage. Entre le conflit et l’obligation de consensus. Entre la séparation, qui peut se traduire par l’éloignement physique pour aller irriguer son champ, et la réunion, quand l’heure de nettoyer les rigoles a sonné ou que les travaux collectifs obligent à se rassembler. Entre le désunir violent, manifeste dans les guerres de l’eau et les conflits géopolitiques déchirants, et le soudé construit, visible dans les nouvelles actions de concertation ou les gestions transfrontalières par bassin versant devenues courantes et nécessitant l’entente, la décision commune, l’adhésion. Partager l’eau combine les deux volets antinomiques de la notion. Le partage de l’eau se trouve au confluent de ses propres contradictions. Conflits et consensus vont forcément de pair et deviennent des alliés. L’eau, qui est un merveilleux prétexte à l’entente et à la désunion, sert tout autant à relier qu’à délier. C’est dans cette combinaison des positions qu’a été édifié notre présent dossier sur le partage de l’eau.

3L’été 2005 fut pour l’Espagne et le Portugal celui de la sécheresse la plus sévère de ces soixante dernières années. Presse et instituts spécialisés ont largement commenté l’état de fait, à la fois récurrent et naturel, et les impuissances humaines, les abus et les excès, rappelant encore l’importance d’une bonne gestion de l’eau aux échelles locales et nationales, mais aussi et désormais péninsulaire et internationale. Le nombre croissant des usagers de l’eau est un des points du débat qui ressurgit de façon saisonnière. L’agriculture irriguée, la plus grande consommatrice d’eau de la Péninsule, avec plus de 80% de consommation annuelle de la ressource disponible, est alors comparée dans ses dépenses et ses rentabilités aux bénéfices privés des terrains de golf, de l’hôtellerie et de la restauration touristique, ou encore aux besoins plus modernes de remplissage des piscines des particuliers. La mise en compétition pour la ressource concerne aussi le secteur industriel, les institutions publiques, l’approvisionnement des villes. Les usagers, de plus en plus demandeurs dans un contexte de politique de l’offre qui invite à consommer, sont désormais habitués à revendiquer à une autre échelle un partage plus équitable. À la question des quantités est aussi, et immanquablement, liée celle de la qualité de l’eau. Que l’abondance, relative, soit combinée à une pollution, et l’eau vient à manquer. Que la retenue, trop forte, durant trop longtemps, soit mal mesurée, et la salinisation remonte dangereusement les rivières. Ce n’est pas tant l’eau que l’eau douce — on l’aura compris — qui pose problème. Et les politiques de transfert, de désalinisation des eaux de mer, de privatisation des réseaux, de recours à la solution du pollueur-payeur, qui ne cessent d’être recherchées et essayées, apparaissent dès lors et sans conteste comme un des axes de recherche majeurs pour le xxie siècle. C’est le partage sous sa forme « idée » et non plus « part de gâteau » qui est aussi expérimenté, sans pourtant et jamais que le second volet ne disparaisse totalement des enjeux pour le pouvoir si subtilement pensé dans le premier. Après les usagers et les risques, vient la question géopolitique. Il est difficile de parler d’eau, et plus encore de politiques de l’eau en Espagne et au Portugal, sans mentionner, au moins pour l’époque contemporaine, le géographe Michel Drain (2003) qui s’est intéressé de près à la gestion partagée des fleuves et rivières de la Péninsule. La question géopolitique, en matière d’eau, est particulièrement sensible et détonnante. Au Portugal, le premier institut national de l’eau ne date que de 1993, créé plus par nécessité d’avoir à gérer des eaux internationales « partagées » avec l’Espagne que par véritable besoin national. Sans doute en est-il un peu de même avec le nouveau barrage portugais d’Alqueva, destiné avant tout à constituer une « réserve stratégique d’eau » face à une Espagne en position de pays d’amont et à la fois mieux organisée et plus grande consommatrice et pollueuse d’eau. Il n’est plus seulement question de partager une ressource mais sa gestion, de partager l’eau mais aussi l’aménagement d’un bassin, de trouver ensemble les moyens et les solutions pour préserver et pérenniser le cours des grands fleuves internationaux. La situation se répète en bien d’autres endroits du monde, et de la Méditerranée notamment, où les enjeux du partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie (pour ne pas parler d’Israël et de la Palestine) relèvent d’une même approche des jeux de pouvoir et de la négociation (Daoudy, 2005). Des « histoires d’une eau partagée », en d’autres termes, qui impliquent aussi une bonne connaissance des législations et du droit sur les eaux (Aubriot et Jolly, 2002).

4Le Maroc, lui, ne dépend pas de ses voisins frontaliers pour la gestion de ses eaux, mais c’est à un autre type de conflit, interne, qu’il est confronté. Alors que toutes ses provinces, déjà aux limites de la pénurie, doivent dorénavant répondre à des besoins nouveaux, liés à la modernisation à grands pas et au développement du pays, l’organisation sociale de l’immense majorité de la population des campagnes — voire, il y a quelques décennies encore, de capitales historiques comme Fès ou Marrakech — était étroitement liée à l’usage et au partage de l’eau. Comment résoudre, sans briser la structure même de la société rurale, l’antagonisme alors inévitable, bien défini dès les années 1980 (Bouderbalaet al., 1984 ; Popp, 1984), entre une petite hydraulique qui était encore le ciment des communautés paysannes et tribales, et la grande hydraulique mise en place par l’État ? Comment passer d’un partage géré par les acteurs à un partage imposé par le pouvoir central ? Les transferts d’un bassin à un autre, éléments de la nouvelle politique d’aménagement de l’État marocain, même s’ils sont de moindre envergure que dans la péninsule Ibérique (plutôt intra régionaux qu’interrégionaux), ne se font pas sans heurts, là non plus. Il n’est pas inintéressant de constater que l’une au moins des régions concernées, le Hawz de Marrakech, fut très tôt choisie comme laboratoire de la gestion hydraulique de l’espace promue par les dynasties successives : les premiers programmes de transport de l’eau à grande échelle, projets inaboutis des Almoravides (xie siècle), y furent finalement l’œuvre de leurs successeurs almohades (xiie siècle).

5Voilà qui nous incite à relever deux faits trop souvent négligés dans la réflexion actuelle sur la gestion des ressources hydriques mondiales (dans laquelle la dimension historique est fréquemment absente quand elle n’est pas manipulée) : d’une part, l’ampleur du temps de gestation des sociétés hydrauliques, telles que nous les connaissons aujourd’hui, et donc des modes de partage — génériques ou singuliers — dont elles se sont dotées ; d’autre part, et à l’inverse, le fait que ces processus menés sur la longue durée n’aient en rien exclu les points d’inflexion, voire les discontinuités. Dans l’espace méditerranéen occidental, cadre géographique de notre dossier, il y a d’ailleurs un avant et un après : la conquête arabo-musulmane (fin du viie siècle – début du viiie siècle selon les zones). Au Maghreb occidental comme en péninsule Ibérique, c’est seulement après celle-ci qu’il est possible de parler d’une véritable culture de l’eau. Ces deux observations devraient inviter à la réflexion les gestionnaires et les politiques qui, ici ou là, ont trop volontiers recours à une histoire figée ou caricaturée pour établir des légitimités nationales ou régionales parmi lesquelles celle du contrôle de l’eau. Saragosse, capitale d’une région autonome située au cœur du débat, qui organise l’exposition universelle de 2008 sur le thème « Eau et développement durable », aura à répondre à cette double interrogation.

6Les huit contributions de ce dossier font volontairement appel à des disciplines aussi variées que l’agronomie, l’anthropologie, l’archéologie, la géographie ou l’histoire ; elles offrent, réunies, une contribution pluriscalaire (dans l’espace et dans le temps) à l’étude de l’eau en Espagne, au Portugal, au Maroc et, par le contrepoint de Frédéric Lasserre, au-delà même de l’espace méditerranéen. Les auteurs y abordent le partage sous des angles différents : son aspect physique, sa dimension sociale, son envergure géopolitique, mais aussi son épaisseur historique, à travers la genèse de ses pratiques.

7António C. Quintela et José Manuel de Mascarenhas nous offrent une vision somme toute inhabituelle du monde romain provincial, en l’occurrence l’extrême ouest de la péninsule Ibérique. Loin de la grande hydraulique civile, dont on considère pourtant qu’elle est un signe distinctif de cette civilisation, ils se penchent sur des ouvrages architecturalement parlant beaucoup plus modestes, bâtis sur des cours d’eau non pérennes : pas de partage au sens strict à ce niveau (il s’agit de l’appropriation unilatérale d’une ressource secondaire, relevant de l’initiative privée), mais une répartition entre des fonctions nettement différenciées où l’agriculture est loin d’être prioritaire et d’où la ville est pratiquement absente. À ce « partage » fonctionnel, se superpose à une échelle plus fine celui, rigoureux, de la distribution de l’eau dans les zones d’utilisation, où se retrouve alors la capacité technique et conceptuelle que l’on attendait, en effet, des meilleurs hydrauliciens du moment.

8Tariq Madani reconstitue, à partir de sources documentaires variées et complémentaires, le long processus d’élaboration des pratiques hydrauliques d’une oasis du Maroc oriental. La complexité du résultat de cette élaboration est la conséquence d’une stratigraphie du peuplement tout aussi complexe, Figuig ayant accueilli au cours des siècles des vagues successives de populations appartenant à plusieurs des principales grandes confédérations berbères. Dans un environnement à l’équilibre écologique vulnérable, la stricte séparation entre la propriété du sol et celle de l’eau a généré, comme ailleurs en milieu oasien, une répartition inégalitaire, d’un individu à l’autre et d’un groupe à l’autre. Si la capitalisation de l’eau peut faire de celle-ci, selon l’expression aujourd’hui consacrée, « l’amie du puissant », le groupe tribal en tant que tel — pour reprendre les termes de l’auteur — dispose de garde-fous légaux pour éviter toute dérive du contrôle vers l’extérieur. Il y a tout lieu de penser que l’introduction de techniques nouvelles et la multiplication des besoins vont, à court terme, dynamiter l’ordre hydraulique et social si patiemment établi.

9Que le paysage soit « un palimpseste de l’histoire » n’est pas loin de constituer aujourd’hui un cliché. Mais de quelle histoire s’agit-il ? Pas de l’histoire événementielle ou politique (ou alors par contrecoup), mais plutôt de l’histoire sociale, de celle de la culture matérielle et de l’équilibre relationnel entre l’homme et son environnement. Et si, au moins autant que les seules pratiques agricoles, le partage de l’eau avait lui aussi contribué à modeler les paysages tels que nous les percevons aujourd’hui ? Ce sont les marques laissées par celui-là, que Patrice Cressier s’attache alors à retrouver au Maroc et en Andalousie orientale, et dont il assure que l’information qu’elles fournissent concerne, bien au-delà  des seules formes paysagères, les rouages mêmes des sociétés passées.

10À l’époque dont traite Guy Lemeunier, le royaume de Murcie a été reconquis de longue date : les systèmes hydrauliques mis en place au Moyen Âge — et plus encore leur mode de gestion — ont eu le temps de subir de profondes transformations. Sans négliger les inévitables nuances spatiales, force est de constater que contrôle et propriété de l’eau sont aux mains de quelques-uns seulement. Par une série de processus cumulatifs, le nombre de ces privilégiés se réduira avec le temps, tandis que le pouvoir de cette élite de l’eau ira, lui, en augmentant. La croissance de ce pouvoir et des gains, parallèle à celle des réseaux et à celle des capacités technologiques, n’en débouchera pas moins sur une situation de blocage dès le début du xixe siècle, quand tente de s’implanter sous l’impulsion de l’État une véritable grande hydraulique.

11Fabienne Wateau aborde la question du partage par l’étude de la transmission des droits d’eau dans une vallée arrosée du nord-ouest du Portugal. Mêlant approche historique et méthodologie anthropologique, elle propose de dégager les logiques qui président à la transmission des biens, en suivant pas à pas les héritiers de l’eau au fil des générations. Du temps des majorats à l’ère du partage égalitaire, nous sommes invités, à partir d’une généalogie de famille reconstituée sur quatorze générations, à reconnaître les successeurs favorisés et à distinguer les hommes des femmes parmi les utilisateurs et bénéficiaires de l’eau aujourd’hui. À l’articulation entre deux systèmes de dévolution des biens, soit au passage d’un héritier unique à une myriade d’ayants droit, le lecteur est plongé au cœur des histoires d’une grande « famille à renommée », qui protège ses préférés et tente aussi de gérer, par une tactique d’alliances, les tensions générées autour du partage.

12Leandro del Moral et Rocío Silva Pérez, quant à eux, ont choisi le bassin du Guadalquivir pour traiter de la question du partage de l’eau et expliquer la situation actuelle des grandes zones irriguées de l’Espagne. En mettant au jour la vulnérabilité de son système socio-productif, c’est la pertinence de l’agriculture irriguée qui est ici soulevée, autrefois vendue au nom de la « régénération physique et morale du pays » mais aujourd’hui souffrant de trop fortes inerties. L’analyse minutieuse du contexte historique dans lequel s’est installé ce « paradigme hydraulique », puis celle concrète des coûts et de la productivité du secteur irrigué choisi, conduisent les auteurs à présenter le débat actuel en faveur d’une nouvelle culture de l’eau, qui préconise aussi une nouvelle répartition spatiale et temporelle des ressources disponibles.

13En rappelant la nature polysémique du terme de partage, Sylvie Clarimont propose une lecture des relations identitaires entre l’Aragon et la Catalogne, exacerbées par le projet de répartition des eaux de l’Èbre avancé dès les années 1970 par l’État espagnol. Appréhendant le sujet à partir de la presse régionale et partisane aragonaise, elle montre comment les médias ont contribué à l’éveil d’une conscience régionale, définitivement opposée au partage et au transfert de l’eau, et ont fait de ce bassin de l’Èbre un territoire de la contestation à la fois support et enjeu du conflit. La question des transferts entre bassins versants, particulièrement d’actualité, est ici replacée à l’échelle des régions et des interlocuteurs en présence, prêts à se trouver un ennemi commun (« l’État espagnol, jacobin, capitaliste et antidémocratique »), pour défendre un projet régionaliste à la fois réactif contre le transfert d’eau et proactif pour une nouvelle forme de valorisation de la ressource.

14Enfin le contrepoint de Frédéric Lasserre vient clore le dossier en élargissant le champ de la réflexion sur les enjeux et les perspectives relatives à la « ressource eau » à l’échelle internationale. Il brosse un panorama général, soulevant les questions de l’accès à l’eau potable pour tous, du développement démographique constant et des demandes en eau qui lui sont liées, ainsi que celles des limites de l’agriculture irriguée et de la politique des grands barrages, du jeu délicat des équilibres politiques et de l’impératif de concertation internationale pour une meilleure gestion de la ressource ; il conforte aussi l’idée que les conflits sont avant tout du construit social. Il vérifie et ajoute, à propos des futures « guerre de l’eau », telles qu’elles nous sont prédites, que si le difficile partage de la ressource peut être un catalyseur puissant du conflit, il n’en a jamais été la seule raison d’être.

15Dix auteurs confrontent donc dans ces pages leur perception de la notion de « partage de l’eau » ; ils invitent de la sorte leurs lecteurs à un autre partage, celui de leur réflexion, de leurs explications et de leur doutes relatifs à un thème plus que jamais d’actualité.

Haut de page

Bibliographie

Aubriot, Olivia et Jolly, Geneviève (éd.) (2002), Histoire d’une eau partagée. Irrigation et droits d’eau du Moyen Âge à nos jours. Provence, Alpes, Pyrénées, Aix-en-Provence.

Bouderbala, Négib, Chiche, Jeanne, Herzenni, Abdallah et Pascon, Paul (1984), La question hydraulique. 1. Petite et moyenne hydraulique au Maroc, Rabat.

Daoudy, Marwa (2005), Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie. Négociation, sécurité et asymétrie des pouvoirs, Paris.

Drain, Michel (2003), « Les eaux partagées avec le Portugal », dans Michel Drain (dir.), Politiques de l’eau en milieu méditerranéen. Le cas de la péninsule Ibérique, Madrid - Alicante, pp. 219-227.

Droit, Roger-Pol (2004), « L’idée et le gâteau », dans Françoise Barret-Ducrocq (dir.), Le partage. Actes duForum international sur le partage (Maison de l’Unesco, 25 et 26 novembre 2003), Paris, pp. 21-27.

Popp, Herbert (1984), La question hydraulique. 2. Effets socio-géographiques de la politique des barrages au Maroc, Rabat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Cressier et Fabienne Wateau, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 9-15.

Référence électronique

Patrice Cressier et Fabienne Wateau, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1783

Haut de page

Auteurs

Patrice Cressier

Articles du même auteur

Fabienne Wateau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org