Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexandra Kennedy (éd.), Arte de la Real Audiencia de Quito (siglos xvii-xix)

Chantal Caillavet
p. 293-295
Référence(s) :

Alexandra Kennedy (éd.), Arte de la Real Audiencia de Quito (siglos xvii-xix). Patronos, corporaciones y comunidades, Madrid, Nerea, 2002, 250 pp.

Texte intégral

1Alexandra Kennedy, historienne de l’art, poursuit depuis une vingtaine d’années, avec talent et ténacité, des recherches pertinentes sur l’art colonial de l’audience de Quito, dont elle dresse un inventaire minutieux. Ses publications régulières et toujours novatrices culminent avec la parution d’un superbe ouvrage qui rassemble les essais de divers spécialistes de l’histoire, de l’art et de l’architecture de l’Équateur (Nancy P. Morán Proaño, Alfonso Ortiz Crespo, Jesús Paniagua Pérez, Pilar Ponce Leiva et Susan Verdi Webster).

2Malgré l’œuvre des précurseurs que furent au milieu du xxe siècle l’historien équatorien José Gabriel Navarro et le Dominicain José María Vargas, une histoire globale et une présentation systématique de la richesse de l’art colonial restaient à faire. Le sous-titre de l’ouvrage, « Patrons, corporations et communautés », indique les orientations poursuivies par les différents auteurs et nous introduit dans une œuvre qui associe harmonieusement esthétique et histoire sociale et décloisonne des disciplines complémentaires. L’art colonial de l’Équateur commence à être raisonnablement connu hors du pays grâce à de belles expositions aux États-Unis, aux Pays-Bas, en France et l’engouement actuel pour l’art baroque trouve ici matière à se satisfaire pleinement.

3A. Kennedy s’est appliquée dans ce livre splendidement illustré à rendre justice à la diversité et à la profusion de l’art colonial. Certes, dans le domaine de la sculpture, l’« École de Quito » est déjà appréciée de longue date par les amateurs d’art et a été excellemment étudiée par Gabriella Palmer (Sculpture in the Kingdom of Quito, University of Mexico Press, 1987). Les extraordinaires églises et monastères du vieux Quito, qui ont si bien traversé les siècles, sont également renommés, mais la riche palette des autres arts était en général méconnue. Cet ouvrage y remédie en nous révélant des œuvres d’art et d’architecture d’intérieur rarement accessibles au visiteur : la foisonnante décoration des églises et sacristies qui rivalisent de retables, colonnes, plafonds ouvragés où l’or des Indes est généreusement employé. De l’espace clos des couvents, de l’intimité des riches maisons, surgissent des peintures sur toile, des fresques murales de grande ampleur (qui portent des scènes religieuses, bucoliques, domestiques), une très riche orfèvrerie (ostensoirs, reliquaires, autels portables…), des meubles peints et dorés, des crèches baroques habitées par une multitude de santons au goût de Quito (anges et archanges, lamas et mules chargés d’offrandes, belles dames et gamins des rues) : une avalanche d’objets décoratifs des plus variés qui mêlent à la perfection profane et sacré dans une vie quotidienne qui ne se soucie guère de les distinguer. La meilleure expression de cette étroite familiarité s’incarne dans ces impressionnantes « poupées-nonnes », statuettes en porcelaine, articulées et portant l’habit des divers ordres monastiques, émaciées, stigmatisées, dont on ne sait qui « jouait » avec : les fillettes élevées au couvent ? les novices et professes pour qui ces images édifiantes et terribles représentaient l’idéal à poursuivre ?

4En explorant patiemment l’ensemble géographique de l’Audience, l’auteur a mis au jour un échantillonnage d’objets provenant en particulier de tous les monastères féminins qui depuis cinq siècles ont su conserver à merveille bonne part de leurs trésors. Hors de Quito, les couvents des religieuses de la Conception, qui ont essaimé à Riobamba, Cuenca, Loja, ont enrichi le répertoire connu jusqu’ici des expressions artistiques coloniales.

5Les différentes contributions se penchent sur les aspects sociaux de la production artistique, ce qui affine notre compréhension des enjeux invisibles hors la seule contemplation des manifestations artistiques. Je relèverai quelques-uns des thèmes analysés : ainsi, la demande était de toute évidence importante si l’on en juge par le nombre élevé de corporations des métiers d’art (l’Église et les confréries se révélant les principaux commanditaires). De ces nombreux artisans, certains connaissaient de leur vivant une grande notoriété et étaient très sollicités, même si la postérité n’a reconnu que quelques noms, et les auteurs mettent en garde contre l’attribution facile et abusive de toute œuvre aux mêmes célèbres artisans. Les modèles stylistiques et les schèmes mentaux, bien qu’importés d’Europe et imposés, apparaissent partiellement réinterprétés selon le goût populaire, lieu de tous les métissages culturels. Enfin, la production artisanale de nombreuses jeunes Indiennes encadrées dans les ateliers monastiques (qui outre des denrées périssables : confiserie et pâtisserie, travaillent la broderie, la dentelle, les émaux, tissent de fils précieux des scapulaires, fabriquent maints petits objets décoratifs) alimente le marché colonial à l’échelle continentale. Dans cet artisanat spécialisé et la création d’objets d’art, d’un volume économique considérable, A. Kennedy décèle l’expression d’un imaginaire et de dévotions spécifiquement féminins.

6Ce très beau livre d’histoire sociale, culturelle et artistique de l’Équateur colonial est désormais un ouvrage indispensable de référence bibliographique. Il est le fruit réussi d’un travail patient et exigeant et le plaisir qu’il donne à ses lecteurs en est une preuve indéniable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Caillavet, « Alexandra Kennedy (éd.), Arte de la Real Audiencia de Quito (siglos xvii-xix) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 293-295.

Référence électronique

Chantal Caillavet, « Alexandra Kennedy (éd.), Arte de la Real Audiencia de Quito (siglos xvii-xix) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/184

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org