Navegação – Mapa do site
Miscellanées

Dire la guerre et les violences : femmes et récits pendant la guerre d’Espagne

Talking war and violence: women and narratives during the Spanish Civil War
Decir la guerra y las violencias: mujeres y narraciones durante la guerra de España
Maud Joly
p. 199-220

Resumos

Revalorisant les écritures « de » guerre et « sur » la guerre comme sources pour saisir des composantes d’une culture de guerre singulière au cœur d’un xxe siècle belliqueux, cet article propose une réflexion sur le traitement des violences sexuées de la guerre d’Espagne (1936-1939) dans les récits produits durant le conflit. Au cœur de la narration de la guerre, de la dénonciation de ses horreurs et de l’énonciation de l’ennemi, les violences perpétrées contre les femmes apparaissent comme un motif omniprésent qui révèle, en creux, à la fois l’existence de violences significatives contre la population féminine et l’exploitation propagandiste des agissements de l’ennemi. Ainsi, l’étude de ces sources permet de mettre en lumière l’apparition de la figure de la victime civile comme symbole de la nature d’une guerre qui devient totale. Par ailleurs, il est possible de traiter le phénomène de l’énonciation des atrocités de l’ennemi et de saisir les usages politiques de cette rhétorique de guerre. Enfin, le cas des tontes invite à une réflexion ponctuelle sur la place de cette violence hautement sexuée dans les narrations pro-républicaines.

This article reappraises writings «from» and «on» war as sources for an understanding of the components of a singular culture of war at the heart of a bellicose 20th century; on that basis it discusses the treatment of sexual violence in the Spanish Civil War (1936-1939) in narratives produced during the conflict. At the heart of the narration of the war, of the denunciation of its horrors and the accusations against the enemy, the violence perpetrated against women is an omnipresent theme which implicitly reveals at once the existence of significant violence against the female population and the exploitation of the enemy’s misdeeds for propaganda purposes. An examination of these sources, then, allows us to shed some light on the emergence of the figure of the civilian victim as symbolising the nature of what was then becoming total war. They can further be used to analyse the phenomenon of the proclamation of the enemy’s atrocities and to understand the political uses of this wartime rhetoric. And finally, the phenomenon of hair-cropping prompts a brief discussion of the place of such sexually-charged violence in pro-republican accounts.

Topo da página

Texto integral

11 Outubro 2010.

  • 1 Farge, 1997, p. 67.

Si l’on s’entend sur une des définitions récemment données par le philosophe Jacques Rancière à propos des hommes, ces « êtres qui engagent sur des mots un destin collectif », on peut poser quelques questions à la relation qu’entretient l’histoire avec les mots des hommes1.

  • 2 Godicheau, 2006.
  • 3 Mosse, 1999, en particulier, l’introduction, p. 16.
  • 4 Nous choisissons de retenir la définition de « l’événement » proposée par Capdevila, 2006, pp. 14-1 (...)
  • 5 Rodrigo, 2006.
  • 6 Certaines réflexions développées par Javier Rodrigo peuvent apporter des éléments de compréhension (...)
  • 7 Núñez Seixas, 2006, p. 14  : « reiteración y difusión social de esos relatos de sangre y sufrimient (...)

1Les mots de la guerre d’Espagne ont une longue histoire2. Une histoire sensible, vivante et singulière. Sensible, car chacun d’eux appartient à un temps du récit ; récit empreint d’idéologie où chaque mot fait sens. Vivante, car le canevas tissé par ces mots — en perpétuelle (re)-construction — participe d’une écriture continue de cette guerre. Singulière, enfin, car dans un xxe siècle qui a fait l’expérience de la transcendance de la guerre et de la mort3, la guerre d’Espagne constitue un « événement4 » qui a conduit des hommes et des femmes — de part et d’autre des frontières — à prendre la plume et qui a introduit une nouvelle grammaire de l’écriture. Ces mots ont tantôt défini la guerre elle-même, tantôt ses acteurs. Ils ont aussi formulé des communautés de destins, des aspirations, des passions, des souffrances. Aujourd’hui, ils convoquent les mémoires autour de la question des « victimes » dans un processus inédit de cristallisation mémorielle5. Les violences de guerre sont donc érigées sur l’autel de la Mémoire ; au cœur d’enjeux politiques et sociaux définis par l’urgence de la « récupération de la mémoire historique ». Longtemps passées sous silence, leur remémoration participe de cette quête effrénée d’écriture du passé6. Cette hypertrophie de la mémoire axée sur les violences constitue alors un des récents chaînons de cette longue histoire7.

  • 8 González Calleja, 2005, p. 23.

2En sondant les écritures « en guerre » et « sur la guerre », il est possible d’interroger le rapport entre ces auteurs et les violences de guerre dont ils ont été témoins, acteurs, victimes ou dénonciateurs. Mais, surtout, le sens donné à celles-ci au cœur d’un affrontement où les mots participent à la fois au combat, à la dénonciation des atrocités, à la construction de la figure de l’ennemi, à la résistance, à l’offensive par la dissémination de symboles et de mythes8 qui contribuent à la définition de chaque « camp ». La prise de parole en elle-même est porteuse de sens pour comprendre les enjeux qui sous-tendent une guerre qui déchire un peuple mais aussi une opinion internationale alarmée, parfois divisée quant à l’interprétation du conflit.

  • 9 En 2003, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine intitulait une exposition: « (...)
  • 10 Selon la définition qu’Annette Becker propose par exemple dans Becker et Audoin-Rouzeau, 2000, p. 4 (...)
  • 11 Núñez Seixas, 2006.

3Au cœur d’un premier xxe siècle guerrier singularisé par une écriture réaliste des épreuves de la guerre, se trouve la guerre d’Espagne. Une guerre qui produit non seulement un véritable « déluge de feu et d’images9 », mais aussi un impressionnant « déluge de mots et d’écritures ». Un conflit marqué lui aussi par une culture de guerre10, peu interrogée jusqu’à présent pour le contexte espagnol11, dont la saisie s’inscrit dans les chantiers d’une histoire visant à questionner le rapport entre guerre et écriture dans des situations paroxystiques.

  • 12 Cette notion suppose que l’on applique à l’histoire une problématique sexuée, qui est la traduction (...)

4Les violences sexuées12 de guerre, leur place et leur traitement dans les récits immédiats constituent le point nodal de cette réflexion. Nouveau paradigme pour l’interprétation historique du conflit, le prisme sexué permet d’interroger la nature de cette guerre, les modalités de représentations des atteintes portées aux femmes ainsi que le sens donné aux gestes violents de l’ennemi dans un conflit qui brouille les frontières politiques et sexuelles.

  • 13 Le corpus immense des écrits de guerre reflète l’importance du phénomène de l’écriture dans le cadr (...)
  • 14 L’hétérogénéité intrinsèque du corpus impose une réflexion sur la représentativité de ces écritures (...)
  • 15 Núñez Seixas, 2006, p. 23.

5Nous avons retenu plusieurs documents dans la considérable bibliographie des écrits de guerre13. Ils sont datés de 1936 à 1940 et reflètent les voix plurielles de deux « camps » qui proposent deux visions inconciliables de la tragédie. Ces voix s’élèvent de l’étranger ou d’Espagne, voix féminines et masculines, aux consciences politiques et intellectuelles affirmées ou aisément perceptibles. Les récits écrits in situ ou au-delà des frontières se caractérisent tous par une écriture marquée du sceau de l’engagement. L’échantillon est hétéroclite14 (chronique pseudo historique, témoignage à vif et accusateur, reportage de type journalistique), mais traversé par des schémas d’écriture proches. En effet, les deux camps emploient des patrons discursifs, des icônes et des symboles pour une même fin : édifier la réalité de la guerre et discréditer radicalement l’ennemi15. En synchronie avec la lutte armée, une guerre de propagande se met en place dès 1936.

6Quelques pistes se dégagent de cette plongée au cœur des mots : pour dire la guerre, quelle place est accordée à la violence contre les femmes, quels en sont les enjeux et les singularités ? Quels sont les types de violences convoqués dans les récits pour signifier à la fois l’ennemi et les horreurs de la guerre ?

  • 16 Sémelin, 2005.

7L’analyse des textes permet de saisir les modalités de la fabrication, de la perception et des « usages16 » propagandistes des événements violents touchant la population féminine.

Écrire les violences de guerre : les victimes au cœur de l’affrontement

  • 17 Martin, 2002, p. 27.

8Évoquer ou taire les violences, c’est d’abord interpréter la guerre. Jean-Clément Martin, dans une étude sur les « mots de la violence », invite à saisir les représentations des violences de guerre en ces termes : « si l’on admet que chaque guerre réinvente la violence et en renouvelle les formes, même si le xxe siècle s’est révélé particulièrement inventif en ce domaine, il resterait à en articuler l’horreur constatée avec celles que l’histoire et la mémoire rappellent17 ». La guerre d’Espagne n’échappe pas à ce questionnement.

  • 18 Lignac, 1937, en particulier l’introduction, p. 5.
  • 19 Lumen, 1938, pp. 5-6.

[C]eci n’est pas un livre. C’est un reflet. Un reflet des drames, des horreurs vécues par un journaliste qui — comme tant d’autres — « y était ». Y étant, j’ai vu. Voyant, j’ai souffert. Il y a eu des heures atroces et des images horribles18.
[E]sposa de un escritor comunista, no podía permanecer insensible al martirio del pueblo español. Y ha vertido su amargura de mujer antifascista en estas páginas hondamente sinceras y veraces. […] Nelly de Lumen, modesta mujer mexicana que nunca pensó escribir para el público, ha hecho, quizás sin proponérselo, una obra que divulga, con emotividad y ternura, episodios conmovedores de la terrible contienda que anega en sangre a un gran pueblo19.

  • 20 Les citations choisies illustrent l’opposition des écritures entre les deux camps, mais il faut rap (...)
  • 21 Capdevila, 2003.
  • 22 Rappelons une citation de George Orwell : « Estoy convencido de que parte de la fascinación que la (...)
  • 23 Ce processus a touché toute l’Espagne, voir González Calleja, 2005, p. 25.

9Entre motif esthétique, mission régénératrice et tableau tragique noirci par les victimes, les déclinaisons écrites à l’étranger du conflit espagnol accordent une importance et un sens différenciés aux scènes d’horreurs20. Mais, phénomène singulier, les victimes civiles et leur expérience brutale apparaissent visiblement et majoritairement dans la narration de l’affrontement. Cette présence et cette mise en scène peuvent être historicisées. La représentation victimaire caractéristique des récits des anciens combattants de la Grande Guerre semble être réemployée dans les narrations de la guerre d’Espagne. Montrer avec acuité la violence du côté des victimes serait-ce le résultat d’un processus de transmission « d’une guerre à l’autre21 » ? L’accent mis sur les victimes de guerre n’est-il pas le reflet de la volonté de transcrire, parfois avec le souvenir de la première, une nouvelle guerre totale22 sous-tendue par l’idée du combat entre fascisme et anti-fascisme caractéristique de la période de l’entre-deux-guerres23.

  • 24 Alted Vigil, 1996.

10Ainsi, la guerre d’Espagne s’invite devant l’opinion internationale dès le début de l’affrontement. Au cœur de cette mobilisation, la dénonciation des violences véhicule, par son contenu émotionnel, des combats idéologiques plus larges et des représentations nouvelles de la guerre. L’écriture de la guerre se politise. Déclinée en termes de résistance, de peuple en lutte, de justice / injustice, elle place la population civile au cœur de la scène. Les victimes deviennent les martyrs d’une nouvelle conflagration qui ne concerne pas que les Espagnols. Dessiné sous forme d’estampes, l’arrière acquiert, de façon inédite, une place centrale. L’expérience du front passe au second plan, voire disparaît totalement. Prédominent les scènes de bombardements, de faim, d’exode, d’humiliation et de répression. Et les victimes en sont généralement les femmes et les enfants24, représentations par excellence de la « victime » et figures symboliques particulièrement convoquées pour synthétiser les horreurs de la guerre. Les femmes violentées, figures singulièrement visibles de cette guerre écrite loin de l’Espagne, constituent un motif dans la réélaboration quasi-immédiate de « l’événement ».

  • 25 Juliá, 1998, p. 30.

11Dans les écrits espagnols — publiés en Espagne et rédigés par des Espagnols —, la présence des violences de guerre constitue également une caractéristique de l’écriture. Ce conflit politique à grande échelle se joue sur la cristallisation de deux projets antinomiques en lien étroit avec l’idée d’un « devenir » pour l’Espagne. Dès les premiers mois du conflit se mettent en place deux discours nationaux en accord avec les objectifs stratégiques de la guerre et la construction d’identités affrontées25. Certains récits, du côté nationaliste, évoquant la mission régénératrice de la violence, élaborent presque une esthétisation de la guerre de laquelle toute souffrance est évacuée. La question des victimes est éludée, déréalisée. Néanmoins, un constat s’opère : guerre civile, brouillant la frontière figée entre le front et l’arrière, la narration se concentre sur les brutalités subies par la population espagnole. Est privilégiée l’idée d’une nation en souffrance, dont la femme constitue la métaphore par excellence. Innocentes par principe, les femmes de chaque camp et leurs expériences violentes du conflit résument alors l’horreur de la guerre. Ce qui frappe dans les écrits de l’expérience guerrière de l’Espagne, et qui constitue sans doute la singularité de cette écriture d’entre-deux-guerres, est cette place centrale accordée aux femmes violentées à l’arrière (par les bombardements, les actions punitives, la faim…). Ce constat invite à s’interroger sur la notion même de victime dans le cadre de cette guerre civile au cœur d’un xxe siècle marqué par les deux guerres mondiales.

  • 26 Núñez Seixas, 2006.
  • 27 Rieber, 1991, p. 4.

12Au-delà des différences de facture et des variations d’intention autour de l’énonciation des violences, une dialectique traverse toutes les narrations, celle qui lie violences de guerre et figure de l’ennemi. Au cœur d’un conflit interprété, dans les deux camps, comme une « guerre de libération nationale » contre un envahisseur étranger (marxiste ou fasciste)26, les victimes sont placées sur le devant de la scène pour illustrer aussi le danger pénétrant la société espagnole et surtout pour désigner l’ennemi à travers les violences perpétrées, supposées illustrer par leur nature, leur intensité et leur radicalité, la monstruosité de l’agresseur. Pré-requis de la guerre27, le processus de fabrication de la figure de l’ennemi dit clairement le caractère total de la mobilisation idéologique à l’œuvre dans cet affrontement.

Formuler les violences de guerre, construire l’ennemi

  • 28 Certains récits ne censurent pas cette évocation, justifiant l’emploi de la violence par la nécessi (...)

13Évoquer les violences de guerre, c’est parler de l’ennemi et de ses agissements. C’est traduire les souffrances de son groupe. Les gestes violents commis par soi-même ou par les siens sont rarement énoncés28. Les violences se situent au cœur de la confrontation entre « nous et eux », comme point nodal de différenciation des pratiques de la guerre. Dans les récits, la dénonciation de la nature et de l’intensité des violences est étroitement liée au processus de construction de la figure de l’ennemi. Xosé Manoel Núñez Seixas rappelle justement que :

  • 29 Núñez Seixas, 2006, pp. 11-12.

Toda confrontación armada y duradera entre dos colectivos humanos crea fronteras socio-psicológicas inmediatas entre ellos, y contribuye decisivamente a delinear una diferenciación en trazos gruesos y sin matices entre « ellos » y « nosotros », en primer lugar mediante la construcción de una imagen estereotipada del otro29.

  • 30 Voir González Calleja, 2005, p. 31 ; Pérez Bowie, 1988 et Casanova, 2004, p. 118.
  • 31 González Calleja, 2005, p. 35.

14La création stéréotypée de l’ennemi en temps de guerre constitue un lieu commun qui traverse périodes et aires géographiques. Guerre, construction de l’ennemi et construction de soi sont liées d’un point de vue phénoménologique. Mais il est intéressant de tenter de caractériser les mythes, les symboles ainsi que les référents culturels univoques et manichéens retenus dans les lexiques employés par chaque camp durant la guerre civile espagnole, et cela en lien avec les énonciations des violences commises. La période de la Seconde République se singularise par une radicalisation du langage, une crispation des positionnements politiques qui se reflète dans une configuration binaire, opposant déjà l’« Espagne » à l’« anti-Espagne »30, dans un processus d’exclusion mutuelle à l’œuvre dans le débat public. Durant la guerre, l’imagerie de la confrontation31 prend une dimension et des formes nouvelles. Elle s’inscrit dans une continuité des pratiques politique et idéologique, tout en les exacerbant.

  • 32 Voir Núñez Seixas, 2006 et Godicheau, 2006.
  • 33 Le recours à l’anthropologie criminelle pour qualifier l’ennemi et pour interpréter ses agissements (...)
  • 34 Balfour, 2003.

15Une étrange similitude dans le vocabulaire employé dans chaque camp pour dire l’ennemi brutal se dégage à la lecture des ouvrages. Le registre de l’animalité traverse tous les récits. Cet « autre » violent, considéré comme étranger32 personnifie l’arsenal répressif mis en œuvre par le camp adverse. Les descriptions des auteurs de violences convoquent un lexique commun — « hordes infernales », « bêtes féroces », « instincts criminels » — en faisant appel parfois à l’anthropologie criminelle de César Lombroso33. Le ton est particulièrement féroce du côté franquiste, Sebastian Balfour rappelant notamment l’influence jouée par l’expérience de la guerre coloniale du Maroc sur le processus de construction de la figure de l’ennemi républicain34.

  • 35 Gay y Forner, 1937, p. 9.

[A]lto, lector,
mi pecho está lleno de santa cólera.
Tenga presente el que leyere, que he escrito estas páginas inspirado por mis creencias arraigadas, plenas de fe, de adoración a la Patria y sus tradiciones, y ante el siniestro espectáculo de la guerra que libramos, los que piensan como yo, contra unos hombres, sin Dios y sin ley, que han retrocedido al canibalismo, impolutos de todo sentimiento humanitario, y que practican el nihilismo destructor de las obras de la civilización35.

  • 36 Virgili, 2000. Pour la déclinaison des thèses de César Lombroso au sujet des femmes, voir Gay y For (...)

16Les femmes n’échappent pas à cette construction discursive. Cette rhétorique qui stigmatise d’un côté les femmes dites « républicaines » et de l’autre les « nationalistes » se repère particulièrement dans les écrits espagnols. Dans cette guerre civile, la frontière idéologique croise celle des sexes36. Les femmes, dans ce contexte, sont considérées comme politisées, le plus souvent en raison de leur lien de parenté avec des hommes engagés (femmes, filles ou sœurs de communistes, d’anarchistes…). Ainsi, la guerre civile engendre des topiques qui ne rendent jamais compte de la complexité des frontières identitaires. Pointer les perversions des femmes du camp opposé, c’est effectuer un transfert de la dichotomie « eux / nous » vers « les nôtres / les leurs ». La violence est toujours du côté de l’adversaire, un adversaire exclu, dans cette guerre, de l’humanité.

  • 37 Moreno González, 1938, p. 117.

[Q]uizás el espectáculo más deprimente para el espectador en la zona gubernamental (= roja) sea las mujeres. […] por su crueldad, por la refinada actitud ante el sufrimiento ajeno […] se ha distinguido extraordinariamente […]. Los autores de la salvajada eran mujeres, siempre mujeres. […] los insultos más soeces, las blasfemias más ultrajantes, los comentarios más crueles eran hechos por mujeres. Bandas interminables recorrían los lugares donde acostumbraban a asesinar […] como bestias feroces oteando la sangre fresca37.

  • 38 Ruiz, 1937, p. 14.

[L]as Margaritas increpaban, escupían, apedreaban y colgaban escapularios al cuello de los que iban a fusilar los sayones carlistas y de Falange. En Logroño el día de la caída de Málaga, se paseaban por la calle del brazo de moros borrachos y fueron a la cárcel a exigir que se les entregasen los presos para matarlos38.

  • 39 Ici encore la question du rapport entre femmes et violence est discernable (voir Dauphin et Farge, (...)
  • 40 Le stigmate de la femme « rouge » participe longtemps à la marginalisation des femmes dites républi (...)

17Des deux côtés, les femmes de l’autre camp s’illustrent par leur violence déchaînée, démesurée, irrationnelle et souvent présentée comme supérieure à celle des hommes39. Au-delà des ressemblances, une distinction entre les deux discours s’impose. Dans les écrits « pro-nationalistes », la « rouge » est dépeinte à travers un langage bien plus violent et incisif. Empruntant à l’imagerie simiesque, aux biotypes, aux déviances sexuelles, ils constituent un prélude à la stigmatisation de la femme républicaine à l’œuvre dans les années d’après-guerre au travers de la formalisation d’un discours hautement sexué40.

  • 41 Martin, 1997, <http://clio.revues.org/document410.html> [Consulté : 17-vii-2007], évoque de vieux s (...)

18Dans la guerre civile, les mots, qu’ils soient écrits ou lancés sur les ondes radiophoniques, ont formulé rapidement et radicalement un lexique pour dire l’ennemi(e). Force est de constater des effets de « résonance », ce qui incite à inscrire l’épisode espagnol dans un cadre chronologique et spatial plus large. On retrouve, en effet, dans la qualification de la femme pendant la guerre des « référents communs » à l’œuvre dans d’autres conflits et pour d’autres périodes. Par exemple, Jean-Clément Martin montre que durant la guerre civile en Vendée (1793-1796), les rôles des femmes sont fortement stéréotypés et mis en opposition et que la littérature fait appel aux thématiques pornographiques et scatologiques pour dire la femme, ennemie et violente41. La guerre d’Espagne réemploie donc des rapports masculin / féminin à l’épreuve dans d’autres conflits guerriers.

  • 42 Ce processus s’était d’ailleurs déjà produit, dans un autre registre, lors de la guerre coloniale d (...)
  • 43 Sémelin, 2005, p. 71.

19Ces considérations conduisent à amorcer une inversion du propos et à penser l’interaction entre violence et langage à partir de l’existence d’une construction discursive de la figure ennemie. Celle-ci ouvre une réflexion sur la question de la justification de la violence par la construction du discours42. Les récits de guerre constitueraient un reflet des mécanismes à l’œuvre dans les processus de répression. La déshumanisation de l’adversaire aide au passage à l’acte meurtrier. Elle permet de mettre en œuvre une contre-violence. Fonctionnant comme des armes, les mots alimentent l’exclusion de l’adversaire, justifient son anéantissement autant qu’ils façonnent des identités irréconciliables. La représentation de cet « autre total », totalement ennemi, rejoint alors celle de l’essentialisation de sa différence43. La guerre civile se joue aussi dans cette rhétorique de guerre.

  • 44 Capdevila et Voldman, 2005, pp. 68-69 : « Pendant la guerre civile espagnole, les franquistes dével (...)

20Une réflexion sur les violences de guerre — parfois radicales — ne peut faire l’impasse sur cette culture de la mort et de l’exclusion44. Il convient donc de relever dans l’écriture de guerre la fonctionnalité des violences paroxystiques ainsi que le sens qui leur est donné.

Paroxysmes et écritures : des usages des « atrocités de l’ennemi »

  • 45 Cette réflexion s’inspire des pistes ouvertes pour la première guerre mondiale par Horne, 1994.

21Explorer le lien entre univers culturel, politique et violences de guerre transcrit dans l’écriture conduit à traiter le phénomène — commun aux deux camps — de l’énonciation des « atrocités de l’ennemi45 ». La description des gestes violents extrêmes participe à la barbarisation de l’ennemi, processus ancré dans un imaginaire collectif nourri par les expériences brutales du passé, mais également à la formulation de l’expérience paroxystique de l’affrontement. Deux motifs illustrent cette rhétorique de la guerre : la question du viol et celle des mutilations. Les mutilations ne concernent pas que les victimes féminines. Dans les scènes représentant « l’arrière », les cadavres mutilés décrits sont masculins et féminins, l’anéantissement dépassant la frontière des sexes.

  • 46 Un dessin de Alfonso Daniel Rodríguez Castelao représente un homme aux poignets tranchés à la hache (...)

22Ainsi, dans les récits des deux côtés, les atteintes au corps — parfois au-delà de la mort — s’inscrivent dans un arsenal plus large de violences et de terreur de guerre atteignant les civils. Dans les narrations de la guerre, égorgements, poignets coupés46, oreilles sectionnées, dents arrachées rappellent l’inhumanité de « l’autre », barbare et sauvage.

  • 47 Gay y Forner, 1937, p. 9.

[T]raicionada mi patria por los que la han querido convertir en esclava de Moscú, robado el tesoro nacional, […], provocando así la catástrofe de nuestros valores monetarios, destruidos nuestros monumentos, incendiados los templos y profanadas las tumbas, quemazón sacrílega de imágenes sagradas ; ultrajadas las mujeres y torturados los hombres, combatientes o no, sólo por no ser partidarios de los rojos ; sacrificados los niños y saqueados los hogares… Luto y desolación en las tierras donde ha imperado el dominio de las hordas rojas. Familiares y amigos asesinados ; desfile de muertos y cadáveres amontonados en las líneas de fuego. Mutilaciones peores que las hechas por caníbales, porque éstos, al fin y al cabo, sólo tienen hambre de carne y no de dolor ajeno47.

  • 48 Ruiz Vilaplana, 1938, p. 68.

[—] Monsieur le juge, nous n’avons pas encore terminé. Il nous reste encore un « poisson » qui a été trouvé ce matin dans le fleuve, près du pont de Frandosvinez. […] Le sergent de ville retourna le corps inanimé et recula plein d’effroi. L’homme gisait, le visage taché de sang et de boue, les orbites vides ; le spectacle était effrayant48.

23Dans les récits « pro-républicains » notamment, certaines mutilations ne concernent que les femmes et sont évoquées en ce sens : les ventres ouverts et les seins coupés. Châtiments sexués, ils sont souvent imputés aux Maures présentés comme les « troupes de choc » employées par l’armée adverse.

  • 49 Solano Palacio, 1938, pp. 144-145.

[L]os mercenarios cometieron toda clase de atropellos con las mujeres, especialmente con las de los carabineros. […] Unas muchachas de Irún, testigos de todos aquellos horrores, me aseguraron que las llevaban por delante en los combates, por ver si sus compañeros no hacían fuego, tirándolas luego al río Bidasoa, después de maltratarlas arrancándoles las ropas. […] Estas mismas muchachas me aseguraron que su sadismo llegó a tal extremo, que en Rentería cortaron las mamas a algunas mujeres e hicieron otros escarnios de menor cuantía, como cortarles el cabello al cero49.

  • 50 Madariaga, 1988, pp. 576 et 584.
  • 51 L’insurrection minière dans les Asturies fut matée par la Légion espagnole et les soldats marocains (...)
  • 52 Valdés, ca. 1934, pp. 344 et 346. Les récits sur la guerre coloniale ou l’insurrection des Asturies (...)
  • 53 Becker et Audoin-Rouzeau, 2000, p. 43.

24Cette construction de la figure du Maure « sauvage et criminel » doit être replacée dans le contexte espagnol. María Rosa de Madariaga rappelle que le Maure évoque, dans la mémoire collective espagnole, le couteau et la mort50. Ces référents mémoriels fort anciens ont été réactivés par la guerre coloniale du Maroc (1907-1927) et par les événements d’octobre 1934 dans les Asturies51. Une « brutalisation » des comportements des soldats semble se produire dans la guerre coloniale, exportée en Espagne par le transfert des acteurs de l’armée africaine. Caractéristiques de cette « culture de la violence », les mutilations ont marqué les esprits et les mémoires. On les retrouve d’ailleurs dans les témoignages écrits relatant la répression de l’insurrection minière52. La guerre civile constituerait donc une sorte de paroxysme des violences physiques touchant tout le territoire espagnol. Images déformées ? Déformantes ? Dans les processus d’écriture, il s’avère ardu pour l’historien de saisir comment « mythe et réalité se dédoublent à l’infini, se renforçant mutuellement dans les circonstances dramatiques d’une guerre vécue […] dans la peur et la haine de l’autre53 ».

25Les mutilations des corps, durant le conflit de 1936-1939, ont constitué un des éléments des deux arsenaux répressifs. Cependant, il est extrêmement difficile d’accéder au « réel » à partir de ces récits qui mêlent résurgences mémorielles, imaginaires et idéologisation. Ils nous renseignent surtout sur le climat de guerre, sur la diabolisation de l’ennemi. Là, plus qu’ailleurs, la question du « témoignage » et de son exploitation s’avère particulièrement délicate.

26Dans les récits dits « républicains » transparaît l’exacerbation des rumeurs et des peurs autour de ces violences de guerre. Les Maures, troupes d’occupation, personnifient le pillage, les mutilations mais aussi les viols. Dans l’énonciation de ces atrocités, il reste difficile de définir si les peurs populaires précèdent le processus propagandiste ou si la propagande attise les peurs. Rappelons que ces hommes ont été exploités par l’armée franquiste comme arme psychologique et comme outil de mise en œuvre de la terreur à l’arrière.

  • 54 Tharaud, 1937, p. 170.

[L]a colonne Yaguë avait mis 20 jours pour franchir les 400 km qui séparent Algésiras de Badajoz. Il lui fallut un mois pour franchir la même distance de Badajoz à Tolède. […] Et régulièrement il arrivait ceci : sitôt que les Rouges les voyaient arriver, sur toute la ligne c’était un grand cri : « Los Moros ! Vienen los Moros ! Les Maures ! Voici les Maures ! ». Et ce cri qu’on avait entendu si souvent dans ces mêmes parages, douze siècles plus tôt, étaient immédiatement suivis d’une retraite précipitée54.

[O]rgia mora.

  • 55 Negri, 1937, pp. 17-18.

Tremendo pánico cundió en San Roque aquella noche trágica de la llegada de los moros. De aspecto repulsivo, embriagados y azuzados por los fascistas, se lanzaron por las calles, enloquecidos por tanta promesa […] dando aullidos de fieras en celo […] Entraron en todas las casas ; atropellándolo todo violaban a las mocitas… obligaban a ceder a sus lujurias a las casadas jóvenes… Después desaparecían entre risas e insultos, llevándose las ropas, los muebles, las gallinas, los cerdos…55.

  • 56 Voir Vigarello, 1998, p. 22 et Nahoum-Grappe, 1997.
  • 57 Audoin-Rouzeau, 1995.

27Dans ces récits, l’équation Maures = viols domine les évocations des violences contre les femmes du camp républicain. Le viol, arme de guerre et acte systématique accompagnant jusqu’au symbole la possession d’un territoire56, singularise la menace qui pèse sur ce collectif sexué. Les viols commis par les troupes africaines se lisent dans certains récits au travers de l’évocation de « l’enfant de l’ennemi57 ».

  • 58 Ruiz, 1937, pp. 12-13.

[E]n Toledo, los moros degollaron a catorce enfermeras al pie de las camas de los heridos y vendían chicas de quince años en pública subasta. Las mujeres de Vitoria han parido una multitud de niños negros, hijos de eritreos, de somalíes y otros patriotas tan castizos como éstos58.

28S’ils ne sont pas les seuls responsables des violences sexuelles, la sursignification des Maures dénote leur impact singulier dans les représentations des violences de la guerre civile. Ce peut être aussi le reflet d’une brutalité particulière propre à ces bandes, excitées par les promesses de butin (femmes, argent…). L’imagerie autour du maure s’entremêle aux faits violents symptomatiques des phases d’occupation de territoires auxquelles ont largement participé ces hommes.

  • 59 Quijano, 1938 [?], p. 98.

29Un autre groupe est dénoncé dans la perpétration des viols : les phalangistes. Figures de la répression à l’arrière, ils sont dépeints comme les « agents » de la terreur et comme des menaces pour les femmes. Une représentation graphique signée Castelao représente un homme exécuté, attaché à un arbre, et une femme tuée, la position de son corps à terre rappelant le viol subi. Ce dessin signifie ainsi l’existence d’un dimorphisme sexué des violences durant le conflit (homme exécuté, femme violée59).

  • 60 Ripa, 1997.
  • 61 Richards, 1999, pp. 207-209.

30Les viols ne sont pas absents des écritures « pro-nationalistes ». Dans les deux camps, les viols ont constitué une atteinte contre « les nôtres », avec néanmoins une connotation plus radicale du côté franquiste60, dans la mesure où ils sont considérés comme une véritable arme politique61.

31Ainsi, les narrations immédiates sur la guerre — des deux côtés — ne font aucunement l’impasse sur les violences perpétrées contre les femmes. Loin de l’écriture intime, ces récits reflètent à la fois l’urgence de dénoncer les agissements de l’ennemi et l’existence d’une forte mobilisation propagandiste.

  • 62 Retranscrite le lendemain dans ABC (Séville), 30-viii-1936.
  • 63 Bahamonde y Sánchez de Castro, 1938, pp. 140-142.
  • 64 L’auteur emploie « limpieza de la retaguardia ».

32Au cœur de ces considérations se dégagent la question des liens complexes entre écritures, propagandes et « atrocités » en temps de guerre et celle, concomitante, des interactions entre représentations, réalités et répression au moment même des événements. L’énonciation / dénonciation des atrocités de l’ennemi — dans ses dimensions parfois fantasmagoriques — permet aussi la justification de mesures répressives anticipant ou punissant des actes dits « barbares ». Ce constat fonctionne parfaitement dans le camp franquiste, comme l’illustre le cas des « causeries » radiophoniques du général Queipo de Llano sur « Radio Sevilla » durant les premiers jours de la guerre. Dans une allocution datée de la soirée du 29 août 1936 (retranscrite le lendemain dans la presse locale62), il défend le recours à des mesures répressives brutales contre l’ennemi en raison des « atrocités » commises qu’il décline : seins coupés, viols, yeux arrachés, membres coupés, corps brûlés vifs… En écho, dans son témoignage d’« ex-nationaliste », Francisco Bahamonde y Sánchez de Castro63 (ancien délégué de la presse et de la propagande sous les ordres de Queipo de Llano) rapporte qu’il était incité à colporter les « crimes marxistes » et il montre les manipulations à l’œuvre dans le camp franquiste visant à alimenter les rumeurs, les peurs et à justifier ensuite le « nettoyage64 » des rouges.

  • 65 Nelken, 193[?].

33Du côté républicain, le « thème » des atrocités semble être davantage convoqué pour mobiliser une opinion étrangère. Un seul exemple : une lettre publiée par Margarita Nelken accompagnée d’un rapport rédigé par des avocats du barreau de Madrid où il est aussi question des viols perpétrés par les Maures, des seins coupés… Images insoutenables, elles sont retenues pour signifier les « horreurs » de la guerre65.

34Ainsi, dans les écritures des deux camps, inscrites dans des processus et subordonnées à des intentions différenciées, se manifestent les usages politiques des « atrocités ». Usages politiques qui s’enracinent dans un substrat culturel et historique ravivé par la guerre.

35Cependant, un cas de violence radicale ne se trouve présent que dans un des deux camps : celui de la tonte des femmes républicaines. Humiliation sexuée autant que stigmatisation de l’ennemie, la tonte singularise l’écriture du côté républicain.

La tonte et l’écriture « républicaine » : une violence sexuée caractérisant la « terreur franquiste »

  • 66 Ripa, 1995, <http://www.clio.revues.org/document523.html> [Consulté : 17-vii-2007].

Les femmes tondues appartiennent au paysage de la guerre civile espagnole ; images récurrentes des romans qui mettent en scène cette période, elles sont absentes de l’histoire officielle du temps du franquisme et ombres inconsistantes de l’historiographie espagnole actuelle66.

36Yannick Ripa a analysé dans une étude pionnière la tonte des femmes de l’ennemi par le camp franquiste. Les mémoires et les romans ont constitué des agents révélateurs de ce phénomène.

37Les écritures immédiates de la guerre nous offrent une source pour saisir cette violence, son apparition dans la narration des expériences répressives et sa représentation au cœur des rapports entre femmes et violences de guerre. Les récits « de » guerre et « sur » la guerre se singularisent par l’insertion « d’images » transcrivant personnages et scènes violentes.

  • 67 García, 1940 et Zapirain, 1940. On retrouve le dessin de la femme tondue signé Castelao dans d’autr (...)
  • 68 Voir la couverture de l’ouvrage de García, 1940.
  • 69 Dans le cadre des occupations de villes ou de villages, une fois le lieu conquis, les drapeaux et l (...)

38La « tondue » apparaît telle une « figure » dans les dessins qui illustrent parfois le propos. Deux récits, édités en 1940 depuis les terres d’exil et aux titres suggestifs (La barbarie franquista, Terror sobre España67), reproduisent en couverture une femme tondue, marquée sur le front et partiellement dénudée. Ce dessin, signé Castelao (fig. 1 et 2), est à notre connaissance l’unique représentation graphique de la tondue « républicaine ». La choisir pour illustrer les horreurs de la guerre s’inscrit dans l’intentionnalité dénonciatrice propre à ces récits qui, pour dire la guerre, déclinent les violences. En couverture, visible, colorée, elle symbolise l’archétype de la femme républicaine violentée durant le conflit. Elle résume la monstruosité de l’ennemi. Elle met en lumière, de façon évidente, l’existence de gestes violents différenciés durant la guerre (femme humiliée, homme exécuté, enfants orphelins68). Loin d’être marginales et marginalisées, les références aux tontes scandent les récits « républicains » datés de 1936 à 1940. La visibilité de ces représentations d’une violence singulière, sexuée, radicale, prouve que durant les années de la guerre, le silence ne s’est pas fait sur ces événements tragiques. Image choquante, elle est convoquée pour signifier la « barbarie » du camp franquiste. L’ennemi est identifié implicitement par la reproduction d’insignes sur le corps, rappelant qu’au cœur de cette guerre la prise de possession des territoires (matériels et corporels) passe par le marquage des symboles69. La stigmatisation de la victime par le tatouage en est la manifestation la plus illustrative. Les dessins représentant la tondue sont, de ce point de vue, suggestifs. En effet, le marquage U.H.P. (Unión de Hermanos Proletarios) imprimé sur le front des femmes correspond à l’appellation qui identifiait le mouvement insurrectionnel des Asturies de 1934. Par ce geste, le corps, « territoire ennemi » vaincu, est ridiculisé par le rappel de l’identité de l’ennemi(e). La dimension politique de l’affrontement et de la violence se retrouve ici visiblement mise en scène. La femme violentée symbolise alors le camp politique ennemi, le corps féminin devenant ainsi le miroir de l’anéantissement physique et idéologique du groupe désigné. Certaines descriptions de la tonte évoquent parfois le marquage de la croix sur le front des victimes. Dans ce cas, il s’agit davantage de signifier la réappropriation idéologique et morale de l’« autre », déviante et mauvaise Espagnole, faisant écho à la laïcisation dénoncée de la période républicaine. Ainsi, l’identification des victimes républicaines doit alors se penser dans une chronologie espagnole précédent la date même du début de la guerre.

Fig. 1. — Couverture de l’ouvrage de García, 1940

Fig. 1. — Couverture de l’ouvrage de García, 1940

(Biblioteca Pública Arús, Barcelone).

Fig. 2. — Couverture de l’ouvrage de Zapirain, 1940

Fig. 2. — Couverture de l’ouvrage de Zapirain, 1940

(Biblioteca Pública Arús, Barcelone).

39Il est intéressant de constater que, dans l’écriture, plus que la « figure » de la tondue, c’est le « geste » violent qui est décrit et dénoncé à la fois pour dire l’horreur de la guerre et la barbarie de ses auteurs.

  • 70 Ruiz, 1937, p. 12 (c’est moi qui souligne).

[A] las mujeres antifascistas se las ha rapado, dejándolas sólo un mechón de pelo para atar a él una cintita con los colores monárquicos. Se les dio a beber el ricino a litros y luego se las paseaba por la calle, para que el populacho se riese viendo como se ensuciaban en las medias70.

  • 71 Quijano, 1938 [?], p. 84 (c’est moi qui souligne).

[C]on las mujeres caracterizadas de antifascistas o simplemente madres, hijas o esposas de hombres de izquierdas, se han cometido vejaciones inauditas. El cortarles el cabello a trasquilones, como se hace en toda la España nacionalista, ha sido un castigo que han impuesto en Galicia a millares de mujeres. Pero, además les prohibían, so penas de graves daños, taparse la cabeza para disimular la afrenta de que habían sido víctimas. Por burla o irrisión les ponían en la cabeza pelada un lacito con los colores de la bandera de la monarquía y en el frente les pintaban con tinta como INRI las letras U.H.P. obligándolas a pasear así por toda la ciudad para diversión de los señoritos71.

  • 72 Abad Buil, 2004.

40L’épisode des tontes se présente généralement comme une « scène répressive » constituée par plusieurs éléments associés : la purge à l’huile de ricin, le ruban dans les cheveux et les humiliations publiques comme le défilé dans les rues ou les travaux de nettoyage (casernes, toilettes, locaux de la phalange). C’est donc l’action violente qui est rapportée, dans sa dimension codifiée, ritualisée et hautement symbolique. Cet épisode se répète sur tout le territoire espagnol. L’identification du collectif féminin atteint manque généralement de précision, présentant ainsi cet élément de l’arsenal répressif franquiste comme une menace planant sur toute femme arbitrairement rattachée au camp « républicain ». L’expression mille fois employée de « femme, fille ou sœur de72 » rappelle implicitement qu’au travers de ce geste sexué, c’est le marquage du corps politisé des femmes qui produit l’humiliation symbolique du camp adverse. Ainsi, au cœur d’une écriture qui s’attache à décrire les souffrances des civiles, les témoignages traduisent clairement le recours à des gestes distinctifs contre les femmes. Une vraie conscience de la dimension sexuée de la guerre est perceptible dans les écritures immédiates. Au cœur du conflit, le traitement réservé aux femmes semble constituer un sujet central qui résume à la fois les horreurs de la guerre, les violences paroxystiques, la nature de l’affrontement et la « sauvagerie » de l’ennemi.

  • 73 Ferrandiz Alborz, 1951, p. 211.

[E]n su espíritu servil de imitación, los falangistas han recogido toda la miseria moral del nacifascismo. El aceite de ricino, el garrote, las duchas de agua caliente y fría a temperaturas inaguantables. Pero lo que se destaca en ellos es la galantería con el bello sexo. Además de forzarlas a hacer los más sucios trabajos, les cortan el pelo al rape y las obligan a exhibirse en público73.

  • 74 Ce procédé répressif ne concerne pas exclusivement les femmes. En effet, nombreux sont les hommes à (...)
  • 75 Dans les récits postérieurs, l’association apparaît plus clairement.

41Ce passage souligne à nouveau la comparaison avec les fascismes européens et l’inscription du conflit et de ses pratiques répressives dans un contexte extranational. Les purges à l’huile de ricin74 symbolisent le lien entre fascisme et phalangisme. En ce qui concerne les tontes, cette association existe mais elle s’avère moins systématique durant le conflit75. Au-delà des interprétations idéologico-politiques de ces gestes brutaux, ce qui demeure intéressant pour l’histoire des violences sexuées de guerre est le fait que ces deux procédés répressifs, uniquement employés dans le camp franquiste, apparaissent très visiblement dans ces écrits pour dire la « républicaine » martyrisée. Loin du silence qui s’est fait postérieurement autour de ces épisodes, la question de la tonte des femmes est mise sur le devant de la scène et pensée dans le cadre d’une écriture qui traduit la guerre autour de la question des victimes (en considérant les identités sexuées) et des violences paradigmatiques de la brutalité du conflit.

42La narration fonctionne donc comme interprétation de l’événement ainsi que comme mise en texte immédiate d’une mémoire en devenir. Dans le cadre du processus mémoriel de la guerre civile espagnole, ces écritures « de » guerre et « sur » la guerre constituent un des premiers jalons d’interprétation du conflit.

43L’analyse de la convocation des violences sexuées dans ces sources constitue un paradigme nouveau pour interpréter la guerre d’Espagne, entre lecture politique et culturelle du conflit. La dénonciation des gestes violents dirigés contre les femmes rend ainsi visible les arsenaux répressifs sexués à l’œuvre dans cette conflagration. Ces récits offrent la possibilité d’appliquer différentes échelles de lecture, à la frontière entre réalités et représentations des violences sexuées. La guerre d’Espagne questionne les rapports masculin / féminin ainsi que la place de la femme dans la guerre, entre victime, héroïne ou ennemie.

  • 76 Audoin-Rouzeau, 2006, p. 281 : « Toute expérience de guerre est, avant tout, expérience du corps. À (...)

44Au cœur de l’articulation entre récits de guerre et violences sexuées, se singularise la figure du corps dans la guerre, du corps des civiles happé par la totalisation de l’affrontement. L’histoire de la guerre, c’est aussi l’histoire du corps76, un corps politisé sur lequel se projette et s’inscrit l’affrontement. Derrière le corps menacé, le corps humilié, le corps mutilé, c’est la souffrance physique et psychique qui est évoquée ainsi que le rapport de force entre deux camps.

45Reste une question difficile à saisir pour l’historien : celle de la diffusion, de la réception et de l’adhésion aux stéréotypes et aux interprétations de l’affrontement dans le cadre d’une confrontation qui divise les camps et les acteurs. Quid de la majorité de la population impliquée (parfois arbitrairement et inconsciemment) dans cette guerre ? Au contraire des chroniques journalistiques — genre davantage adapté à la situation de guerre —, ces récits ne sont pas d’accès aisé et il s’avère extrêmement ardu d’évaluer leur visibilité durant la période.

46Une certitude demeure : les violences sexuées ont marqué profondément les consciences des contemporains de la guerre d’Espagne et ont constitué un motif central dans une guerre de propagande qui s’est employée à faire usage des « atrocités » pour dire la guerre brutale.

Topo da página

Bibliografia

Abad Buil, Irene (2004), « Las mujeres de presos republicanos : movilización política nacida de la represión franquista », dans Documento de trabajo de la Fundación Primero de Mayo, 2.

Alted Vigil, Alicia (1996), « Las consecuencias de la guerra civil española en los niños de la República : de la dispersión al exilio », Espacio, tiempo y forma, 9, pp. 207-221.

Audoin-Rouzeau, Stéphane (1995), L’enfant de l’ennemi (1914-1918) : viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guerre, Paris.

Audoin-Rouzeau, Stéphane (2006), « Massacres. Le corps et la guerre », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps (3 vol.), t. iii : Les mutations du regard, le xxsiècle, Paris, pp. 281-320.

Bahamonde y Sánchez de Castro, Antonio (1938), Un año con Queipo. Memoria de un nacionalista, Buenos Aires.

Balfour, Sebastian (2002), Abrazo mortal : de la guerra colonial a la Guerra Civil en España y Marruecos (1909-1939), Barcelone.

Balfour, Sebastian (2003), « El otro moro en la guerra colonial y la Guerra Civil », dans José AntonioGonzález Alcantud (coord.), Marroquíes en la Guerra Civil española : campos equívocos, Grenade, pp. 95-110.

Becker, Annette et Audoin-Rouzeau, Stéphane (2000), « Le corps dans la Première Guerre Mondiale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 55 (1), pp. 43-45.

Bertrand de Muñoz, Maryse (2001), Guerra y novela : la guerra española de 1936-1939, Séville.

Capdevila, Luc (2003), « Mémoire de guerre », La Mémoire. Le Temps des savoirs. Revue interdisciplinaire de l’Institut universitaire de France, 6, pp. 69-91.

Capdevila, Luc (2006), « Genre et événement : sources, écritures, individus », dans Luc Capdevila et Marc Bergère (dir.), Genre et événement. Du masculin et du féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, pp. 13-17.

Capdevila, Luc et Voldman, Danièle (2005), « Les dépouilles de l’ennemi entre hommage et outrage », Quasimodo, 2 (9), numéro thématique « Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions », pp. 53-73.

Casanova, Julián (2004), « Europea en guerra : 1914-1945 », Ayer, 55, pp. 107-126.

Dauphin, Cécile et Farge, Arlette (dir.) (1997), De la violence et des femmes, Paris.

Drigeard, Gabrielle et Rouquet, Fernand (1994), « Violence, répression et différence des sexes (1870-1962) », Bulletin de l’institut d’histoire du temps présent, 56, pp. 19-23.

Farge, Arlette (1997), Des lieux pour l’histoire, Paris.

Farrère, Claude (1937), Visite aux Espagnols (hiver 1937), Paris.

Ferrándiz Alborz, Francisco (1951), La bestia contra España : reportaje de los últimos días de la guerra española y los primeros de la bestia triunfante, Montevideo.

García, Antón (1940), La barbarie franquista (memorias de un preso), La Havane.

Gay, Vicente (1937), Estampas rojas y caballeros blancos, Burgos.

Godicheau, François (2006), « Guerra civil, guerra incivil : la pacificación por el nombre », dans François Godicheau et Julio Aróstegui Sánchez (éd.), Guerra Civil : mito y Memoria, Madrid, pp. 137-166.

González Calleja, Eduardo (2005), « The Symbolism of Violence during the Second Republic in Spain, 1931-1936 », dans Chris Ealham et Michael Richards (éd.), The Splintering of Spain : Cultural History and the Spanish Civil War, 1936-1939, Cambridge, pp. 23-44.

Horne, John (1994), « Les mains coupées : “atrocités allemandes” et opinion française en 1914 », dans Jean-Jacques Becker, Jay M. Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau (dir.), Guerre et cultures. 1914-1918, Paris, pp. 133-146.

Juliá, Santos (1998), « Discursos de la guerra civil española », dans Manuel Requena Gallego, La guerra civil española y las brigadas internacionales, Cuenca, pp. 29-46.

Lignac, René (1937), On se tue en Espagne, Bordeaux.

Lumen, Nelly de(1938), Dolor y esperanza (lo que ví en España), México.

Madariaga, María Rosa de (1988), « Imagen del moro en la memoria colectiva del pueblo español y retorno del moro en la Guerra Civil de 1936 », Revista internacional de sociología, 4, pp. 575-599.

Magnien, Brigitte (1993), « Le roman contemporain de l’action : épopée et roman d’aventure », dans Carlos Serrano et Serge Salaün, Autour de la guerre d’Espagne 1936-1939. Actes du colloque (Sorbonne, 7-8 novembre 1986), Paris, pp. 97-106.

Martin, Jean-Clément (1997), « Femmes et guerre civile, l’exemple de la Vendée, 1793-1796 », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 5 <http://clio.revues.org/document410.html> [Consulté : 27-vi-2007].

Martin, Jean-Clément (2002), « Les mots de la violence : les guerres révolutionnaires », dans Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Christian Ingrao et Henri Rousso (dir.), La violence de guerre. 1914-1945, Paris, pp. 27-42.

Martín Corrales, Eloy (2002), La imagen del magrebí en España : una perspectiva histórica, siglos xvi-xx, Barcelone.

Moreno González, Remigio (1938), Yo acuso (ciento treinta y tres días al servicio del Gobierno de Madrid), Tanger.

Mosse, George Lachmann (1999), De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris.

Nahoum-Grappe, Véronique (1997), « La purification ethnique et les viols systématiques. Ex-Yougoslavie, 1991-1995 », Clio, Histoire, femmes et sociétés, 5, <http://clio.revues.org/document416.html> [Consulté : 17-vii-2007].

Negri, Ceide de (1937), Tragedias de la retaguardia : estampas vivas del dolor de España, Madrid.

Nelken, Margarita (193[?]), Les hordes fascistes de Franco persécutent et outragent les femmes d’une façon acharnée, dans Appel des intellectuels espagnols, Bruxelles.

Núñez Seixas, Xosé Manoel (2006), ¡ Fuera el invasor ! Nacionalismo y movilización bélica durante la Guerra Civil española (1936-1939), Madrid.

Pérez Bowie, José Antonio (1988), « Retoricismo y estereotipación, rasgos definidores de un discurso ideologizado : El discurso de la derecha durante la Guerra Civil », dans Julio Aróstegui Sánchez (coord.), Historia y memoria de la Guerra Civil. Actas del encuentro en Castilla y Léon [Salamanca, 24-27 de septiembre de 1986] (3 vol.), Valladolid, pp. 353-374.

Quijano, Hernán (1938 [?]), Galicia Mártir. Episodios del terror blanco en las provincias gallegas, Buenos Aires.

Richards, Michael (1999), « Guerra Civil, violencia y la construcción del franquismo », dans Paul Preston (éd.), La República asediada : hostilidad internacional y conflictos internos durante la Guerra Civil, Barcelone, pp. 201-238.

Rieber, Robert W. (ed.) (1991), The Psychology of War and Peace : the Image of the Enemy, New York.

Ripa, Yannick (1995), « À propos des tondues durant la guerre civile espagnole », Clio. Histoire, femmes et sociétés <http://clio.revues.org/document523.html> [Consulté : 17-vii-2007].

Ripa, Yannick (1997), « Armes d’hommes contre femmes désarmées : de la dimension sexuée de la violence dans la guerre civile espagnole », dans Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, pp. 133-136.

Rodrigo, Javier (2006), « Las victimas de la guerra civil en el espacio público. De la invisibilidad a la omnipresencia », Seminario « Franquismo y anti-franquismo » del Centro de Investigaciones Históricas de la Democracia Española (marzo), <http://www.cihde.org/seminario.htm> [Consulté : 17-vii-2007].

Ruiz, Luzbel (1937), España crucificada : los crímenes del Fascismo, Barcelone.

Ruiz Vilaplana, Antonio (1938), Sous la foi du serment, une année en Espagne nationaliste, Paris.

Sémelin, Jacques (2005), Purifier et détruire : usages politiques des massacres et génocides, Paris.

Solano Palacio, Fernando (1938), La tragedia del Norte (Asturias la mártir), Barcelone.

Tharaud, Jérôme et Jean (1937), Jérôme et Jean Tharaud. Cruelle Espagne, Paris.

Valdés, Alejandro (ca. 1934), ¡¡ Asturias !! (relato vivido de la insurrección de Octubre), Valence.

Vallejo-Nágera, Antonio et Martínez, Eduardo M. (1939), « Psiquismo del fanatismo marxista. Investigaciones psicológicas en marxistas femeninos delincuentes », Revista española de medicina y cirugía de guerra, 9, pp. 398-413.

Vigarello, Georges (1998), Histoire du viol, xvie-xxe siècle, Paris.

Virgili, Fabrice (2000), La France « virile » : des femmes tondues à la Libération, Paris.

Zapirain, Luis (1940), Terror sobre España, México.

Topo da página

Notas

1 Farge, 1997, p. 67.

2 Godicheau, 2006.

3 Mosse, 1999, en particulier, l’introduction, p. 16.

4 Nous choisissons de retenir la définition de « l’événement » proposée par Capdevila, 2006, pp. 14-15  : « Tout ce qui advient est événement. Mais l’événement historique présente des caractéristiques discriminantes par rapport à la masse des petits faits : sa dimension inédite et non répétable, sa résonance modulée selon les communautés de sens, son impact sur le présent, sa capacité créatrice à terme en font un fragment de temps singulier qui marque les contemporains et participe de la dynamique des civilisations. »

5 Rodrigo, 2006.

6 Certaines réflexions développées par Javier Rodrigo peuvent apporter des éléments de compréhension notamment sur la question de la manipulation « présentiste » du passé, sur le thème du souvenir de la mémoire traumatique singulière en Espagne, sur le phénomène de « demande de mémoire vaincue », sur le lien entre processus mémoriel de la guerre civile et socialisation politique des nouvelles générations, etc. (Rodrigo, 2006, <http://www.cihde.org/seminario.htm> [Consulté : 17-vii-2007]).

7 Núñez Seixas, 2006, p. 14  : « reiteración y difusión social de esos relatos de sangre y sufrimiento que se transforman en memoria social, de constructos discursivos y simbólicos, socializados además entre amplias capas de la población mediante una política conmemorativa ».

8 González Calleja, 2005, p. 23.

9 En 2003, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine intitulait une exposition: « La guerre d’Espagne : un déluge de feu et d’images. »

10 Selon la définition qu’Annette Becker propose par exemple dans Becker et Audoin-Rouzeau, 2000, p. 44 : « la manière dont les contemporains du conflit ont représenté et se sont représenté la guerre, comme l’ensemble des pratiques, des attitudes, des attentes, des créations artistiques et littéraires ».

11 Núñez Seixas, 2006.

12 Cette notion suppose que l’on applique à l’histoire une problématique sexuée, qui est la traduction d’une intention : celle d’une lecture et d’une analyse historiques où le masculin et le féminin sont des déterminants historiques. De ce fait, nous considérons que l’appartenance de sexe joue comme déterminant dans la violence subie. Nous reprenons ici les pistes de réflexion proposées par le groupe de recherche de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) dans Drigeard et Rouquet, 1994.

13 Le corpus immense des écrits de guerre reflète l’importance du phénomène de l’écriture dans le cadre de ce conflit. Celui-ci a été jusqu’ici peu exploité dans les travaux historiques. Les romans ont été exclus dans la mesure où ils nécessitent une lecture distincte et devraient faire l’objet d’une analyse particulière. Sur ce thème, voir Bertrand de Muñoz, 2001 et Magnien, 1993.

14 L’hétérogénéité intrinsèque du corpus impose une réflexion sur la représentativité de ces écritures, des conditions de la prise de parole, de la complexité de leurs implications, des modalités et finalités de leur diffusion.

15 Núñez Seixas, 2006, p. 23.

16 Sémelin, 2005.

17 Martin, 2002, p. 27.

18 Lignac, 1937, en particulier l’introduction, p. 5.

19 Lumen, 1938, pp. 5-6.

20 Les citations choisies illustrent l’opposition des écritures entre les deux camps, mais il faut rappeler que celle-ci n’est pas figée et que les schémas discursifs sont parfois transversaux, illustrant des similarités entre les deux écritures d’appartenance. Par ailleurs, il est important de considérer le lien entre date et type d’écriture afin de cerner en creux l’interaction entre évolution du conflit et évocation des violences de guerre.

21 Capdevila, 2003.

22 Rappelons une citation de George Orwell : « Estoy convencido de que parte de la fascinación que la Guerra Civil española ejerció en la gente de mi edad se debió a lo mucho que se pareció a la Gran Guerra », cité dans Casanova, 2004, p. 107.

23 Ce processus a touché toute l’Espagne, voir González Calleja, 2005, p. 25.

24 Alted Vigil, 1996.

25 Juliá, 1998, p. 30.

26 Núñez Seixas, 2006.

27 Rieber, 1991, p. 4.

28 Certains récits ne censurent pas cette évocation, justifiant l’emploi de la violence par la nécessité de neutraliser un ennemi dangereux et nuisible pour la nation et pour le projet de reconstruction politique.

29 Núñez Seixas, 2006, pp. 11-12.

30 Voir González Calleja, 2005, p. 31 ; Pérez Bowie, 1988 et Casanova, 2004, p. 118.

31 González Calleja, 2005, p. 35.

32 Voir Núñez Seixas, 2006 et Godicheau, 2006.

33 Le recours à l’anthropologie criminelle pour qualifier l’ennemi et pour interpréter ses agissements n’est pas le fait unique du camp franquiste, même s’il transparaît davantage dans celui-ci.

34 Balfour, 2003.

35 Gay y Forner, 1937, p. 9.

36 Virgili, 2000. Pour la déclinaison des thèses de César Lombroso au sujet des femmes, voir Gay y Forner, 1937.

37 Moreno González, 1938, p. 117.

38 Ruiz, 1937, p. 14.

39 Ici encore la question du rapport entre femmes et violence est discernable (voir Dauphin et Farge, 1997).

40 Le stigmate de la femme « rouge » participe longtemps à la marginalisation des femmes dites républicaines durant la période de l’après-guerre. Le modèle de la femme espagnole qui s’impose alors est celui d’une femme clairement asexuée et spirituelle, qui représente une sorte de modèle angélique prétendant transformer le corps féminin en quelque chose d’éthéré, vidé de toute fonction sexuelle qui ne soit pas reproductrice. Pour saisir cette dialectique dans les écritures entre dénonciations des déviances et énonciation des modèles : « En la zona de Franco las mujeres son respetadas […] dan un ejemplo maravilloso de ayuda, no a la parte bélica sino a las desgraciadas consecuencias de la lucha. Atienden heridos, enfermos, huérfanos. […] gracias a ellas se mantendrá la unidad de nuestras costumbres, de nuestras tradiciones, de nuestras creencias, de nuestra educación. […] las mujeres en la zona de Franco sólo las destinan a fines de su condición de hembras » (Moreno González, 1938, p. 128).

41 Martin, 1997, <http://clio.revues.org/document410.html> [Consulté : 17-vii-2007], évoque de vieux schémas indémodables lorsqu’il fait référence aux pratiques violentes contre les femmes durant la période considérée dans son travail. Pendant la Commune de Paris, se construit aussi la figure de la « femme furie ». Le psychiatre officiel du gouvernement franquiste, dans une étude effectuée dans la prison féminine de Malaga, fait référence à Louise Michel pour dépeindre les miliciennes républicaines durant la guerre civile (voir Vallejo-Nágera et Martínez, 1939, p. 398). Dans les deux camps, durant la guerre, le camp adverse est souvent qualifié de « lupanar ». La terminologie sexuelle sature les formulations, construisant l’ennemi autant que le vocabulaire pathologique. Un écrit français sur la guerre civile espagnole illustre parfaitement l’universalité de ce type de discours sur les femmes : « Dans les troubles d’Espagne comme dans beaucoup d’autres, des femmes sans nombre se sont toujours mêlées aux hommes, dès qu’il s’agit de tuer, de pétroler et de torturer. Les pires horreurs ont été perpétrées par les femmes. La femme est probablement, comme des moralistes l’ont affirmé, ce qu’il y a dans l’humanité de meilleur et de pire. Et quand il s’agit de perdre tout sang-froid, d’oublier toute dignité et de se ravaler à l’état le plus bestial, les femmes précèdent les hommes et de loin. Mais laissons les monstres et venons aux hommes » (Farrère, 1937, p. 35).

42 Ce processus s’était d’ailleurs déjà produit, dans un autre registre, lors de la guerre coloniale du Maroc (1907-1927).

43 Sémelin, 2005, p. 71.

44 Capdevila et Voldman, 2005, pp. 68-69 : « Pendant la guerre civile espagnole, les franquistes développèrent une véritable culture de la mort. La régénération de la nation passait à leurs yeux par l’extermination des “ Rouges ”, massacrés pour l’expiation des péchés de l’Espagne. »

45 Cette réflexion s’inspire des pistes ouvertes pour la première guerre mondiale par Horne, 1994.

46 Un dessin de Alfonso Daniel Rodríguez Castelao représente un homme aux poignets tranchés à la hache par des gardes civils dans Quijano, 1938 [?], pp. 48-49. Dessinateur, caricaturiste et écrivain galicien (il fonde en 1920 la revue Nós), Castelao s’est évertué jusqu’en 1950 à défendre, sur le terrain politique et intellectuel, la culture et l’autonomie de la Galice. Républicain engagé, il dénonce les horreurs de la guerre civile et représente une figure importante de l’exil républicain durant la période franquiste. Il a écrit et illustré trois albums de guerre, Galicia Mártir, Atila en Galicia et 13 estampas de la traición (1937), en collaboration avec un autre artiste, Luis Seoane. L’esthétique de ces albums révèle une influence évidente des dessins de Goya.

47 Gay y Forner, 1937, p. 9.

48 Ruiz Vilaplana, 1938, p. 68.

49 Solano Palacio, 1938, pp. 144-145.

50 Madariaga, 1988, pp. 576 et 584.

51 L’insurrection minière dans les Asturies fut matée par la Légion espagnole et les soldats marocains furent transférés du terrain colonial au terrain espagnol, emportant avec eux une véritable « culture de guerre » brutale (voir Balfour, 2002). Martín Corrales, 2002, pp. 139-141, fait référence aux décapitations des ennemis durant la guerre coloniale, décapitations diffusées dans la presse par le biais d’images et de photographies.

52 Valdés, ca. 1934, pp. 344 et 346. Les récits sur la guerre coloniale ou l’insurrection des Asturies font très largement référence aux mutilations des corps, parfois érigées en trophée de guerre. L’auteur établit le lien avec la guerre coloniale lorsqu’il décrit les violences perpétrées (ibid., p. 282).

53 Becker et Audoin-Rouzeau, 2000, p. 43.

54 Tharaud, 1937, p. 170.

55 Negri, 1937, pp. 17-18.

56 Voir Vigarello, 1998, p. 22 et Nahoum-Grappe, 1997.

57 Audoin-Rouzeau, 1995.

58 Ruiz, 1937, pp. 12-13.

59 Quijano, 1938 [?], p. 98.

60 Ripa, 1997.

61 Richards, 1999, pp. 207-209.

62 Retranscrite le lendemain dans ABC (Séville), 30-viii-1936.

63 Bahamonde y Sánchez de Castro, 1938, pp. 140-142.

64 L’auteur emploie « limpieza de la retaguardia ».

65 Nelken, 193[?].

66 Ripa, 1995, <http://www.clio.revues.org/document523.html> [Consulté : 17-vii-2007].

67 García, 1940 et Zapirain, 1940. On retrouve le dessin de la femme tondue signé Castelao dans d’autres ouvrages comme ceux de Bahamonde y Sánchez de Castro, 1938 (en fin de livre) et Negri, 1937, p. 40.

68 Voir la couverture de l’ouvrage de García, 1940.

69 Dans le cadre des occupations de villes ou de villages, une fois le lieu conquis, les drapeaux et les inscriptions murales sont détruits et remplacés par ceux du camp dominant.

70 Ruiz, 1937, p. 12 (c’est moi qui souligne).

71 Quijano, 1938 [?], p. 84 (c’est moi qui souligne).

72 Abad Buil, 2004.

73 Ferrandiz Alborz, 1951, p. 211.

74 Ce procédé répressif ne concerne pas exclusivement les femmes. En effet, nombreux sont les hommes à l’avoir subi. La spécificité sexuée de la purge réside dans son association avec d’autres violences hautement symboliques, comme la tonte.

75 Dans les récits postérieurs, l’association apparaît plus clairement.

76 Audoin-Rouzeau, 2006, p. 281 : « Toute expérience de guerre est, avant tout, expérience du corps. À la guerre, ce sont les corps qui infligent la violence, c’est aux corps que la violence est infligée. Cette corporéité de la guerre se confond si étroitement avec le phénomène guerrier lui-même qu’il n’est pas aisé de séparer “ l’histoire de la guerre ” d’une anthropologie historique des expériences corporelles induites par l’activité guerrière. »

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Fig. 1. — Couverture de l’ouvrage de García, 1940
Créditos (Biblioteca Pública Arús, Barcelone).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Ficheiro image/jpeg, 84k
Título Fig. 2. — Couverture de l’ouvrage de Zapirain, 1940
Créditos (Biblioteca Pública Arús, Barcelone).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1854/img-2.jpg
Ficheiro image/jpeg, 95k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Maud Joly, « Dire la guerre et les violences : femmes et récits pendant la guerre d’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 199-220.

Referência eletrónica

Maud Joly, « Dire la guerre et les violences : femmes et récits pendant la guerre d’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 37-2 | 2007, posto online no dia 11 Outubro 2010, consultado o 30 Outubro 2014. URL : http://mcv.revues.org/1854

Topo da página

Autor

Maud Joly

Institut d’études politiques de Paris

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Casa de Velázquez

Topo da página
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org