Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Barrages romains du Portugal

Types et fonctions
Roman Dams in Portugal. Types and Functions
Presas romanas de Portugal. Tipos y funciones
António C. Quintela et José Manuel de Mascarenhas
p. 17-38

Résumés

Depuis les années 1980, plus de quarante barrages romains ont été identifiés sur le territoire portugais. Il s’agit ici de présenter le cadre géographique et topographique de leur implantation et d’exposer les raisons qui ont conduit à leur réalisation. Deux grands types d’ouvrages ont été distingués : les barrages en terre et les barrages en maçonnerie ou en béton (mur simple ou murs multiples à remplissage intérieur). Dans la plupart des cas, les ouvrages de petites ou de moyennes dimensions sont destinés à approvisionner en eau des villae romaines ou encore des unités industrielles et des exploitations minières. Une analyse plus approfondie a été menée autour des villae de Comenda (Setúbal), de Pisões (Beja) et, surtout, de Cerro da Vila (Loulé), particulièrement intéressantes en ce qui concerne l’adduction et la distribution de l’eau en provenance des barrages. Une caractérisation sommaire et récapitulative de l’ensemble des ouvrages est présentée sous forme de tableau.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

  • 1 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, 1995 et 1999.
  • 2 Alfenim, 1992.
  • 3 Cardoso et Gomes, 1993-1994.
  • 4 Cardoso, Norton et Negalha, 1995.
  • 5 Gorges et Rodríguez Martín, 1999.
  • 6 Ponte, 2001.
  • 7 Martins, 2005.
  • 8 Au moment de clore cet article, nous avons appris l’existence d’un nouveau barrage romain. Après la (...)

1Dès les années 1980, nous avons entrepris l’étude approfondie des barrages romains du Portugal, travaux qui se sont traduits déjà par bon nombre de publications1. Parallèlement, d’autres chercheurs se sont également intéressés à ce thème, de façon plus ponctuelle. C’est ainsi qu’il a été traité des barrages d’Aquae Flaviae2, de la Presa dos Mouros3, d’Alfundão4, de Ceto II5, de Chocapalhas6, ou encore d’Outeiro et de Tinhela de Baixo7. En 2006, M. Perdigão, archéologue, a identifié un nouveau monument de ce type, celui de Bota, et nous a fait part de sa découverte8.

2Plus récemment, nous avons nous-mêmes mené une étude des barrages des zones minières de Jales et de Tresminas ainsi que de celui de Ceto I. Les résultats concernant ces derniers sont présentés ici pour la première fois.

3Pour éviter d’alourdir notre propos par des descriptions réitératives, nous avons choisi de présenter, dans un tableau récapitulatif (annexe, pp. 31-35), les principales caractéristiques des barrages romains inventoriés, qu’elles soient relatives à leur localisation, à leurs caractéristiques architecturales, à leurs dimensions, à la superficie de leur bassin versant, à leurs fonctions les plus probables ou encore à la bibliographie fondamentale s’y référant. Ce sont ces données, ultimes résultats de longues investigations, que nous exploiterons pour nous interroger sur le rôle, au moment de leur édification, de ces barrages dans le partage de ressources hydriques généralement limitées.

4Nous nous attacherons particulièrement, dans les pages qui suivent, à présenter une vision générale des différents besoins qui, pour être couverts, imposaient une répartition (pas toujours clairement hiérarchisée) de l’eau de ces retenues monumentales. Nous évoquerons également les ouvrages hydrauliques impliqués dans ce partage.

5Il faut bien voir que, quoique les ouvrages hydrauliques considérés aient souvent été monumentaux, les témoignages archéologiques relatifs aux dispositifs de prise et au partage de l’eau sont finalement fort réduits. Quant aux premiers, seuls les quatre barrages de Cano (Sousel), Pisões (Beja), Muro dos Mouros (Serpa) et Vale Tesnado (Loulé) présentent encore quelques vestiges interprétables, le plus intéressant étant sans nul doute Vale Tesnado. Quant aux seconds, c’est à la villa de Cerro da Vila que subsistent les structures les mieux conservées et pouvant faire l’objet d’une analyse utile. Le modèle de partage de l’eau qu’on y reconstitue s’éloigne sensiblement d’ailleurs de ce que nous disent d’ordinaire les nombreux auteurs de traités d’époque romaine, sans doute parce qu’il s’agit là d’un contexte privé et non public.

Conditions naturelles et distribution géographique

6Seuls quatorze des quarante et un barrages romains inventoriés au Portugal (voir tableau général en annexe) sont situés au nord du Tage (les nos 1 à 13 et 22). Une telle distribution de ces structures hydrauliques particulières, à l’échelle du territoire portugais, n’est pas due au hasard, elle est au contraire étroitement liée à la variation spatiale des précipitations annuelles moyennes.

7Cette interprétation est illustrée par le tableau suivant, qui met en relation le nombre de retenues d’époque romaine du Portugal et les précipitations annuelles moyennes (P, en mm) dans les zones où elles sont situées :

Nombre de barrages

Précipitations moyennes annuelles

18

P ≤ 600

19

600 < P ≤ 800

2

800 < P ≤ 1 000

2

1 000 < P ≤ 1 200

8On observe que les précipitations sont inférieures à 600 mm dans dix-huit cas, qu’elles se situent entre 600 et 800 mm dans dix-neuf autres cas et qu’elles atteignent de 800 à 1 200 mm pour les quatre derniers. Il faut souligner que, à de faibles précipitations moyennes annuelles (entre 600 et 800 mm) correspond au Portugal une valeur basse de l’écoulement annuel moyen (par unité de surface du bassin versant) et, par conséquent, une forte irrégularité du débit des cours d’eau. Cette irrégularité s’accentue encore quand la précipitation annuelle moyenne descend en dessous de 600 mm, situation climatologique constatée dans certaines régions de l’Alentejo et de l’Algarve où, à l’époque considérée, bon nombre de ces installations hydrauliques ont été construites.

9L’exploitation systématique par les Romains de l’eau des cours d’eau du Portugal les a ainsi conduits à la construction de barrages pour en régulariser le débit. La plupart du temps, il s’agissait d’ouvrages de petites dimensions, situés sur des tronçons du réseau hydrographique dont le bassin versant était d’ampleur limitée.

10On remarquera qu’une utilisation continue et souvent planifiée de l’eau a également été facilitée par la mise en place de barrages fonctionnant « au fil de l’eau », établis sur des cours d’eau de faible pente et sur des tronçons drainant des bassins versants plus vastes. Dans ces derniers cas (barrages nos 20, 21 et 41), la régularité du débit ainsi exploité était obtenue grâce à une alimentation par de petits aquifères latéraux.

Caractérisation sommaire des barrages

11La distribution du nombre de barrages en fonction de l’aire du bassin versant A (en km2), et de la hauteur atteinte par l’ouvrage H (en m), est la suivante :

A < 1

08 barrages

H < 2

09 barrages

1 ≤ A < 3

11 barrages

2 ≤ H < 5

17 barrages

3 ≤ A < 15

14 barrages

5 ≤ H < 10

10 barrages

15 ≤ A

08 barrages

10 ≤ H

05 barrages

  • 9 Cette dernière surface a été estimée d’après la localisation du barrage telle qu’elle a été présent (...)

12À titre indicatif, les bassins versants les plus vastes sont ceux des barrages de Ceto I (56,5 km2), Ceto II (50 km2)9 et Vale Tesnado (37,5 km2) : nos 20, 21 et 41. Les digues de retenues présentant les plus grandes hauteurs sont celles de Tinhela de Baixo (16,5 m), Aquae Flaviae(15 m) et Alferrarede (13,5 m) : nos 3, 1 et 13.

  • 10 Recherches entreprises par Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986 et 1995.

13Les relevés topographiques ont été réalisés pour quelques-uns et se sont révélés indispensables pour la compréhension du fonctionnement de ces barrages. Ils ont porté sur treize cas10, tant sur les barrages en question que sur la zone immédiatement environnante et sur l’emplacement des retenues elles-mêmes. On a pu vérifier que parmi celles-ci, celles de plus grande capacité étaient Lameira, Egitânia et Muro (nos 10, 7 et 16), de 840 000 m3, 180 000 m3 et 178 000 m3 respectivement.

14Dans la mesure où l’essentiel de l’information relative à la structure architecturale, au plan et aux dimensions principales de chacun des quarante et un barrages romains répertoriés à ce jour au Portugal a été compilé dans un tableau (voir annexe, pp. 31-35), nous nous limiterons ci-dessous à en présenter les aspects significatifs, tant pour en préciser les caractères que pour améliorer notre compréhension.

  • 11 Alfenim, 1992, pp. 93-95.

15Le barrage d’Aquae Flaviae (no 1), de 15 m de haut, est constitué de six murs à la structure cloisonnée (fig. 1, 2 et 3), les compartiments ainsi formés étant eux-mêmes remblayés11 ; la solution adoptée est analogue à celle du célèbre barrage de Cornalbo, d’ailleurs de même hauteur.

Fig. 1. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue de la digue dans la zone de crête (rive droite)

Fig. 1. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue de la digue dans la zone de crête (rive droite)

[photographie  : Alfenim (1992)].

Fig. 2. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue d’une partie de la structure cloisonnée sur la rive droite

Fig. 2. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue d’une partie de la structure cloisonnée sur la rive droite

(photographie  : Alfenim [1992]).

Fig. 3. — Barrage d’Abobeleira (Chaves). Plan du barrage

Fig. 3. — Barrage d’Abobeleira (Chaves). Plan du barrage

(extrait d’un document du Serviço Regional de Arqueologia da Zona Norte, Instituto Português do Património Cultural, 1989).

  • 12 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, pp. 61-65.

16Le barrage de Muro (no 16), est constitué d’un mur pourvu de contreforts à l’aval ; il présente, malgré sa faible hauteur (4 m), un caractère monumental marqué. Pour mieux s’adapter à la topographie du site, son tracé est polygonal, courant sur 174 m. Le parement aval est constitué de couches de petits blocs de pierre, alternant avec des assises de briques, disposition fréquente dans les constructions romaines. Le sommet de ce barrage présente encore, du côté aval, des restes d’arcs en plein cintre appuyés sur des contreforts (fig. 4), dont la fonction aurait été d’augmenter la stabilité de ce tronçon soumis à une plus grande pression de l’eau12.

17Le barrage de Pego da Moura (no 29) est, lui aussi, doté de contreforts. Il se distingue par deux particularités intéressantes : il a, d’une part, clairement fait l’objet d’une surélévation (et donc d’un accroissement du volume d’eau emmagasiné) ; il comprenait, d’autre part, une salle où était peut-être installée une roue motrice hydraulique horizontale. Par ailleurs, le mur à contreforts du barrage primitif, édifié en opus incertum, et deux murs adjacents situés en amont (l’un, à l’extrémité, lui aussi en opus incertum, et l’autre, intermédiaire, en opus caementicium), avaient pour fonction d’augmenter la résistance structurelle et d’assurer l’étanchéité de l’ensemble.

18Le barrage de Pisões (no 32) est traversé par une conduite voûtée aux murs de briques ; l’orifice de celle-ci, au niveau du sol, devait servir de vidange de fond ou bien encore permettre l’utilisation de l’eau de la retenue (fig. 5 et 6, p. 24).

19Le barrage de Vale Tesnado (no 41) conserve une prise d’eau pourvue de rainures dans lesquelles glissait une vanne verticale : on pouvait ainsi contrôler le débit transporté par le canal d’adduction à Cerro da Vila (fig. 7, p. 25). Il disposait également de deux orifices de vidange, alimentés par la retenue à travers une chambre voûtée, comme nous en verrons les détails plus loin.

20D’une façon générale, les barrages romains du Portugal ne présentent pas de dispositif pour l’évacuation des crues, ce qui a provoqué — notamment dans le cas de ceux qui avaient été édifiés en terre — de graves dommages lors de débordements brutaux. De fait, presque toutes les digues de retenue en terre que nous avons inventoriées présentent des brèches dont on peut penser qu’elles ont été provoquées de la sorte, et par où s’écoulent de nos jours les cours d’eau considérés.

  • 13 Vita-Finzi, 1961.
  • 14 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1995, p. 10.

21Sauf dans de rares exceptions, il n’a pas été retrouvé de vestiges permettant de comprendre le mode de sortie contrôlée de l’eau depuis les retenues jusqu’au lieu d’utilisation. En ce qui concerne les barrages de terre, dont la traversée par des conduites n’offrait pas de sécurité, on ne peut exclure l’hypothèse avancée par C. Vita-Finzi13, selon laquelle l’élévation et l’extraction se faisaient par des roues hydrauliques14.

Diversité des besoins, partage des fonctions

22Dix-huit des quarante et un barrages étudiés ont eu pour finalité, semble-t-il, l’approvisionnement en eau d’habitats ou d’agglomérations d’importance variée (villae, vicus et villes). L’eau devait y être utilisée non seulement pour alimenter des fontaines, publiques et privées, mais aussi à d’autres fins, telle l’alimentation des complexes thermaux.

Fig. 5. — Vue aérienne du barrage et de la villa de Pisões (Beja). Au premier plan la villa avec, à droite, le natatio, et à l’arrière-plan le barrage signalé par une flèche

Fig. 5. — Vue aérienne du barrage et de la villa de Pisões (Beja). Au premier plan la villa avec, à droite, le natatio, et à l’arrière-plan le barrage signalé par une flèche

(photographie : Mascarenhas [1986]).

Fig. 6. — Plan de la villa et du barrage de Pisões [Beja]

Fig. 6. — Plan de la villa et du barrage de Pisões [Beja]

(Serviço Regional de Arqueologia do Sul, Instituto Português do Património Cultural [1980]).

Fig. 7. — Barrage de Vale Tesnado (Loulé). Vue de la prise d’eau de l’aqueduc avec encadrement en pierre doté de rainures pour le glissement de la vanne

Fig. 7. — Barrage de Vale Tesnado (Loulé). Vue de la prise d’eau de l’aqueduc avec encadrement en pierre doté de rainures pour le glissement de la vanne

(photographie  : Quintela [1988]).

23La plupart des barrages romains sont situés au sud du Tage, région de faible pluviométrie. Au-delà de leur fonction de régulation de l’approvisionnement humain, ils servirent vraisemblablement à l’irrigation des zones agricoles, aspect sur lequel nous aurons à revenir, et parfois dans le cadre d’exploitations minières.

  • 15 Martins, 2005, vol. 1, pp. 197-198.
  • 16 Ibid., vol. 1, p. 167.
  • 17 Section rectangulaire (1,2 m de largeur, 1,7 m de hauteur et plafond plat).

24Onze des barrages répertoriés dans le tableau en annexe ont peut-être, pour leur part, surtout servi d’appui à l’exploitation minière qui exigeait de grandes quantités d’eau à des fins variées : lavage du minerai, abattage des terrains par la ruina montium, et même, très probablement, mise en mouvement de pilons pour triturer le minerai15. À l’inverse des précédents, presque tous ces barrages sont situés au nord du Tage. Huit d’entre eux constituent de volumineuses structures en remblai d’où étaient issus des canaux conduisant l’eau jusqu’aux exploitations minières (nos2, 3, 4, 5, 6, 7, 9 et 10). Selon C. Martins16, les vestiges de trois de ces aqueducs sont conservés. L’un d’entre eux, à ciel ouvert et profond d’environ 0,7 m, pénètre ensuite dans le flanc de montagne où il se poursuit en galerie17 ; il dispose de plusieurs puits de ventilation actuellement colmatés et seulement reconnaissables sur le terrain par les monticules de leurs déblais. Des témoignages locaux assurent que cet aqueduc aurait son origine au barrage d’Outeiro (no 2).

25Enfin, ainsi qu’en rend compte le tableau en annexe, quatre barrages servaient d’appui à un tout autre type d’activité industrielle : la salaison de poissons et, en particulier, la production de garum.

  • 18 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1999, p. 214.

26Quant à l’utilisation de l’eau retenue dans les barrages pour produire de l’énergie mécanique, les seuls cas connus sont ceux des barrages de Chocapalhas (no 12) et de Pego da Moura (no 29). Dans le premier, un bassin muni d’une vanne, dans la culée gauche du barrage, serait en rapport avec une roue hydraulique verticale ; dans le second, une chambre voûtée, en briques, où a pu fonctionner en effet une roue horizontale à palettes, se trouve intégrée dans la digue proprement dite. Les caractéristiques de cette construction suggèrent que cette chambre est bien de l’époque de l’édification du mur dans lequel elle est insérée, impression renforcée par le recours à un appareil d’opus signinum18.

27Il faut rappeler, enfin, que certains barrages de petites dimensions, situés en général auprès de villae, ont pu être utilisés tant comme viviers à poissons qu’à des fins d’agrément (fonctions d’ailleurs parfaitement compatibles avec l’irrigation de potagers, de vergers et de jardins associés au même habitat résidentiel).

28Des ouvrages de prise d’eau n’ont pu être identifiés que dans quelques cas seulement. Ils fournissent des indications sur une utilisation qui paraît bien avoir eu des fins multiples. Dans le barrage de Cano (no 23), comme dans celui  de Vale Tesnado (no 41), a été retrouvé dans l’une des culées de la digue de retenue un dispositif d’adduction à un canal. Ce dispositif est, aujourd’hui, pratiquement en ruine et seuls subsistent des lambeaux de couches de mortier fin de couleur rougeâtre (maltha) dont la fonction était d’assurer l’imperméabilisation ; cependant, la bordure convexe typique des joints de beaucoup d’ouvrages hydrauliques romains est encore présente. Ce canal devait conduire l’eau à une villa, en aval. Une installation similaire, mais bien mieux conservée, existait au barrage de Vale Tesnado. On y observe une bordure appareillée présentant des rainures pour faire glisser une vanne (fig. 7, p. 25), puis, à quelques mètres en aval, un bassin de décantation. Cette conduction par aqueduc constituait aussi le principal système d’approvisionnement en eau d’une villa romaine (fig. 8)(site archéologique de Cerro da Vila).

Fig. 8. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Plan de la villa montrant l’arrivée de l’aqueduc provenant du barrage et le réseau hydraulique

Fig. 8. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Plan de la villa montrant l’arrivée de l’aqueduc provenant du barrage et le réseau hydraulique

(d’après un plan de J. L. de Matos).

  • 19 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, p. 88.
  • 20 Par microsonde électronique (TracorII).
  • 21 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1999, pp. 218-223.

29D’autres systèmes de prise d’eau que ceux situés près de l’une des culées du barrage existent : aux barrages de Muro dos Mouros (no 33) et de Vale Tesnado, ont été ainsi retrouvés des tuyaux emboutis dans les murs, qui ont peut-être aussi servi à transporter l’eau vers ses points d’utilisation. Dans le premier cas (Muro dos Mouros), se trouve un tuyau en céramique (à environ 1,5 m au-dessus de l’actuel lit du thalweg), qui devait permettre l’irrigation des parcelles agricoles, ce qui est d’autant plus probable que l’approvisionnement en eau de la villa doit être ici écarté (celle-ci se trouvant à 400 m en amont du barrage lui-même)19. Le deuxième cas (celui de Vale Tesnado) est plus complexe. Une vidange de fond était située dans le barrage ; elle se faisait à travers deux orifices cylindriques, eux-mêmes alimentés par une galerie voûtée. Ces orifices étaient obturés par des bouchons en bois (Pinus sp., d’après l’analyse anthracologique). La datation par Carbone 14 de ces pièces a fourni ca. 197 av. J.-C. comme limite supérieure fiable de la fourchette de datation (avec un niveau de probabilité de 95 %). Une autre analyse20 de ces bouchons a révélé, de plus, qu’ils venaient obturer des tuyaux de plomb21. Dans le système d’évacuation de la grande natatio de la villa de San Cucufate (Vidigueira), il existe une tuyauterie de plomb similaire ; elle irriguait vraisemblablement la zone agricole en aval. À Vale Tesnado, deux tuyaux de ce type (ou du moins l’un des d’eux), ont probablement eu la même finalité, et permettaient d’irriguer potagers et vergers. Utilisation du plomb et recours à des bouchons avaient pour but une meilleure étanchéité du dispositif.

  • 22 Vitruvio, De Architectura.
  • 23 Malissard, 2002, pp. 202, 204 et 260.

30Ce système d’émissaires multiples ne suit pas le modèle préconisé par Vitruve (ca. 20 av. J.-C.22) et d’autres auteurs romains, qui se basait sur un triple bassin pour l’alimentation de trois conduites principales ayant des finalités distinctes. À dire vrai, il faut reconnaître que l’archéologie ne permet pas encore de confirmer que ce modèle ait jamais eu une application concrète, même si on peut y voir les premiers signes d’une époque où la gestion, la rentabilité et l’efficacité des adductions d’eau passèrent au premier rang des préoccupations. Frontin, dont on sait que le traité De aquae ductu urbis Romae fut diffusé à partir de 98 ap. J.-C., fut le principal promoteur de ce mode de gestion23.

  • 24 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, pp. 80-85. Aucun canal n’est aujourd’hui reconnaissable en (...)

31Il faut mentionner, enfin, le barrage de Pisões (no 32) où — comme il nous a été donné de voir —, il existe une vidange de fond relativement bien conservée, maçonnée en appareil de briques, à travers laquelle l’eau pouvait être conduite tant à la natatio de l’établissement qu’aux potagers exploités sur les deux rives du cours d’eau24. Par ailleurs, il est fort probable que l’approvisionnement de la villa elle-même se faisait à partir d’un canal dont la prise était implantée dans la culée droite du barrage (fig. 5 et 6, p. 24).

Prise, adduction, distribution

  • 25 Ibid., pp. 148-150.

32Les mieux préservés des ouvrages d’adduction d’eau depuis les barrages jusqu’aux centres urbains ou industriels se trouvent à Comenda (Setúbal) et à Cerro da Vila (Loulé)25.

33Le barrage de Comenda (no 26), situé sur un affluent de la rivière du même nom, permettait d’alimenter un canal, en opus signinum, qui conduisait l’eau vers un complexe urbano-industriel s’étendant près de l’estuaire du Sado, à un endroit où ont fonctionné un complexe thermal et des bassins de salaisons. Bien que presque tous ces bassins soient actuellement submergés du fait des transgressions marines, leur localisation (ainsi que celle du canal) figure sur un plan de A. M. da Costa de 1905. Ce canal est lui-même jalonné, à intervalles réguliers, de bassins de décantation dont la forme et les dimensions ressemblent fortement à des exemples connus ailleurs dans le monde romain. Certains d’entre eux devaient très probablement posséder des orifices ou des vannes latérales, ainsi qu’il en existe dans des ouvrages similaires de la villa de Cerro da Vila, et qui servaient à irriguer, par inondation contrôlée, les champs adjacents.

  • 26 Cadete, 2004, p. 152.
  • 27 Large de 0,35 m, ses parois étaient édifiées en opus incertum et revêtues de mortier hydraulique ; (...)
  • 28 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, photo 120.
  • 29 Ibid., photo 121.

34Cette dernière villa date du ier siècle ap. J.-C., mais elle dut subir de profonds réaménagements et des agrandissements au iie puis, surtout, au iiie siècle26. Son principal système d’approvisionnement en eau consistait en un canal provenant du barrage de Vale Tesnado27. Ce canal se ramifie, lorsqu’il arrive à la zone urbaine, pour alimenter plusieurs dépendances de la villa, notamment les thermes publics et les thermes privés (fig. 8, p. 27). Quoique la présence de ces « thermes publics » y soit souvent indiquée, nous inclinons plutôt à penser que ces installations étaient réservées au personnel de la villa, tout le système hydraulique étant inséré dans un contexte privé. Il est ainsi probable que le partage de l’eau n’y suivait pas le schéma classique de la triple distribution tel qu’il est déjà mentionné par Agrippa (63-13 av. J.-C.) : l’eau des fontaines publiques, celle destinée aux thermes et aux services de l’État, celle enfin pour les particuliers. De nombreux canaux possèdent des bassins de décantation, que ceux-ci soient disposés axialement ou latéralement par rapport à la conduite (fig. 9, p. 30). Ces bassins sont parfois pourvus d’exutoires latéraux (simples orifices ou vannes) dérivant l’eau pour satisfaire d’autres nécessités, en particulier les besoins hydro-agricoles28. Plusieurs phases de construction par rapport à l’évolution architectonique du site ont été mises en évidence sur ce système hydraulique et certains détails répondent à des solutions technologiques élaborées. Il en est ainsi d’un petit bassin de décantation au fond duquel était placée une crépine en bronze destinée à retenir les détritus29.

Fig. 9. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Vue de canaux et de bassins de décantation du réseau hydraulique de la villa

Fig. 9. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Vue de canaux et de bassins de décantation du réseau hydraulique de la villa

(photographie : Quintela [1988]).

35Cet article se voulait avant tout une synthèse des principales études menées sur les barrages romains du Portugal durant ces dernières décennies ; nous voulions focaliser l’attention sur trois aspects : la distribution territoriale de ces ouvrages, leur typologie architecturale et, au bout du compte, leur fonctionnalité. Nous nous sommes intéressés, en d’autres termes, à leur rôle dans le partage et la gestion d’une ressource par ailleurs fort inégalement répartie à l’échelle de l’ouest de la péninsule Ibérique.

36Il a été constaté que seuls deux barrages, ceux d’Aquae Flaviae (no 1) et d’Olisipo (no 25), ont peut-être été utilisés pour l’approvisionnement public urbain (cette interprétation étant, de plus, encore sujette à caution car, dans le premier cas, le canal d’adduction n’a pas été reconnu et, dans le second, seul a été repéré un court tronçon dont le terminus fait encore l’objet de discussion). Les autres ouvrages, à l’exception de ceux intégrés dans les complexes d’exploitation minière, furent construits et utilisés en contexte privé, principalement pour alimenter les ensembles thermaux des villae. Dans ce partage des responsabilités en matière d’investissement et d’équipement hydraulique,l’État est somme toute fort peu présent et c’est la sphère du privé qui l’emporte, ce qui n’est pas pour surprendre puisqu’elle est aussi le principal bénéficiaire.

37Une attention spéciale a été portée à l’analyse des ouvrages de prise et d’adduction liés aux barrages eux-mêmes, ainsi qu’aux solutions techniques adoptées pour le partage de l’eau. En ce qui concerne les premiers aspects, les cas les mieux étudiés, du fait de l’état de conservation des structures, se situent dans le cadre d’exploitation de grandes villae. Un seul (barrage de Vale Tesnado, appartenant à la villa de Cerro da Vila) nous donne une idée vraiment claire de ces dispositifs de prise et d’adduction ; en plus de la prise d’eau pour l’aqueduc, deux autres orifices de vidange existaient également ; c’est, en tout cas, au travers de bassins de décantation que s’effectuait, souvent, la ramification des canaux et donc le partage de l’eau.

38Bien entendu, les barrages étudiés ici sont loin d’avoir constitué le seul mode d’utilisation des ressources hydriques. Plus fréquents ont été la simple exploitation des affleurements spontanés de l’aquifère (les sources) et le creusement de puits. Ces derniers sont présents dans tous les types d’établissements, y compris les villae. Des exemples monumentaux ont été retrouvés à Tróia (Grândola) et à Castelo da Lousa (Mourão). La source la plus spectaculaire est sans nul doute celle d’Alcabideque, qui alimentait l’aqueduc de Conimbriga, principal système d’approvisionnement de cette ville.

39Une alternative à l’exploitation de l’aquifère est celle des eaux de surface, et c’est là que les barrages étudiés ici ont joué un rôle important de stockage et de régulation de l’eau. À ce propos, la disparité des disponibilités selon les zones géographiques et surtout selon le rythme des saisons est un fait à prendre en compte, et le hasard n’est pour rien dans la distribution spatiale des barrages romains inventoriés : ils se trouvent préférentiellement dans les zones de faible précipitation et où l’irrégularité du débit des cours d’eau est majeure.

Haut de page

Bibliographie

Alfenim, Rafael (1992), « A barragem de Aquae Flaviae », Conimbriga, 31, pp. 85-98.

Almeida, Carlos Alberto Ferreira de (1973), « Aspectos da mineração romana de ouro em Jales e Trêsminas (Trás-os-Montes) », dans Actas del XII Congreso Nacional de Arqueología (Jaén, 6-9 de octubre de 1971), Zaragoza, pp. 553-562.

Almeida, Fernando de (1956), Egitânia. História e Arqueologia, Lisboa

Almeida, Fernando de (1969), « Sobre a barragem romana de “Olisipo” e seu aqueduto », O Arqueologo Português, 3.a série, 3, pp. 179-189.

Almeida, Fernando de et Ferreira, Octávio da Veiga (1956), « Antiguidades de Monsanto da Beira », Revista de Guimarães, 66 (3-4), pp. 407-425.

Cadete, Maria José (2004), « Os complexos termais no contexto da estação arqueológica do Cerro da Vila », Revista do Arquivo Histórico Municipal de Loulé, 10, pp. 113-259.

Cardoso, João Luís et Gomes, Mário Varela (1993-1994), « Presa dos Mouros. Uma barragem romana inédita do Algarve (Lagoa) », Conimbriga, 32-33, pp. 137-144.

Cardoso, João Luís, Norton, José et Negalha, Francisco (1995), « A barragem romana de Alfundão (Ferreira do Alentejo) », Al-Madan, IIa série, 4, pp. 20-22.

Cardoso, João Luís, Quintela, António de Carvalho et Mascarenhas, José Manuel (2004), « Molinos romanos en Portugal », dans Isabel Rodà de Llanza (dir.), Aqua romana : tècnica humana i força divina [Catalogue de l’exposition), Lisboa-Barcelona, pp. 138-145.

Costa, Antonio Carvalho da, Corografia Portuguesa, descripçam topográfica do famoso Reyno de Portugual, Lisboa, 1708.

Costa, A. J. I. Marques da (1905), « Estações prehistoricas dos arredores de Setúbal », O Arqueólogo Português, 10, pp. 185-193.

Félix, José Maria (1969), Vila de Rei eo seu Concelho. Apontamentos para a sua História, Vila de Rei.

Gomes, Mário Varela et Gomes, Rosa Varela (1988), Levantamento Arqueológico e Bibliográfico do Algarve, Faro.

Gorges, Jean-Gérard et Rodriguez Martín, Francisco Germán (1999), « Un exemple de grande hydraulique rurale dans l’Espagne du Bas-Empire. La villa romaine de “Correio Mor” (Elvas, Portugal) », dans Jean-Gérard Gorges et Francisco Germán Rodríguez Martín (éd.), Économie et Territoire en Lusitanie romaine, Madrid, pp. 227-240.

Henriques, Francisco et Caninas, João (1990), « Notícias várias », Alto Tejo, 3.

Henriques, Francisco, Caninas, João et Henriques, António (1985), « Represa da Lameira », Informação Arqueológica, 5, pp. 11-12.

Malissard, Alain (2002), Les Romains et l’eau : fontaines, salles de bains, thermes, égouts, aqueducs, Paris.

Martins, Carla (2005), A exploração mineira romana e a metalurgia do ouro em Portugal (2 vol.), thèse soutenue à la Faculdade de Letras, Universidade do Porto, Porto.

Oleiro, Diogo (1952), « Monumentos Nacionais e de Interesse », dans Carlos de Sousa Machado et João da Costa Ferrinho (éd.), Abrantes : cidade florida, Abrantes, pp. 61-78.

Oliveira, Francisco Xavier d’Ataíde, As Mouras Encantadas e os encantamento do Algarve, Tavira, 1898.

Paço, Afonso do et Farrajota, José (1966), « Subsídios para uma carta arqueológica do concelho de Loulé », Arqueologia e História, 8a série, 12, pp. 65-92.

Ponte, Salete da (2001), « A barragem de Chocapalhas (Tomar) : exploaração dos recursos naturais », O Arqueólogo Portugués, Série IV, 19, pp. 159-186.

Quintela, António de Carvalho, Cardoso, João Luís, et Mascarenhas, José Manuel de (1986), Aproveitamentos hidráulicos romanos a sul do Tejo : contribuição para a sua inventariação e caracterização, Lisboa.

Quintela, António de Carvalho, Mascarenhas, José Manuel de et Cardoso, João Luís (1994), «  Barrages romains en terre – Beira Baixa (Portugal) : reconnaissance et caractérisation préliminaire », Mélanges de la Casa de Velázquez, 30 (1), pp. 87-106.

Quintela, António de Carvalho, Cardoso, João Luís et Mascarenhas, José Manuel de (1995), « Barragens romanas do distrito de Castelo Branco - Barragem de Alferrarede », Conimbriga, 34, pp. 75-127.

Quintela, António de Carvalho, Cardoso, João Luís et Mascarenhas, José Manuel de (1999), « Barrages romains au sud du Tage (Portugal) », dans Jean-Gérard Gorges et Francisco Germán Rodríguez Martín (éd.), Économie et Territoire en Lusitanie romaine, Madrid, pp. 197-226.

Rodrigues, Maria da Conceição Monteiro (1975), Carta arqueológica do concelho de Castelo de Vide, Lisboa.

Saa, Mário (1959), As grandes vias da Lusitânia. O itinerário de António Pio (3 vol.), t. ii : Terceira estrada de Lisboa a Merida (Scallabin). De Lisboa a Braga, de Antonino Pio, Lisboa.

Santos, Maria Luisa Estácio da Veiga Affonso dos (1971-1972), Arqueologia romana do Algarve (2 vol.), Lisboa.

Sarrão, Henrique Fernandes, História do Reino do Algarve (ca. 1600), dans Manuel Viegas Guerreiro et Joaquim Romero Magalhães (éd.), « Duas descrições do Algarve do século xvi », Cadernos da Revista de História Económica e Social, 3, pp. 133-182.

Silva, José Candeias da (1979), « Testemunhos da presença romana na Orca (Funão) », dans Actas dasIas Jornadas Arqueológicas da Beira Interior, Castelo Branco, pp. 118-131.

Vasconcelos, José Leite de (1917), « Por trás os montes », O Archeólogo Portuguez, 22, pp. 15-16.

Veiga, Sebastião Philippes Martins Estácio da (1891), « Antiguidades Monumentaes do Algarve », OArcheólogo Portuguez, 4, p. 72.

Viana, Abel (1947), « Notas históricas, arqueológicas e etnográficas do Baixo Alentejo [VI. Hidráulica agrícola na época romana] », Arquivo de Beja, 4 (1-2), pp. 18-20.

Viana, Abel (1950), « Notas históricas, arqueológicas e etnográficas do Baixo Alentejo [I. Serpa. Represa da época romana] », Arquivo de Beja, 7, pp. 3-40.

Viegas, João Carlos G. et Gonzalez, António Guilherme B. (1996), Aqueduto romano da Amadora, Amadora.

Vita-Finzi, Claudio (1961), « Roman Dams in Tripolitania », Antiquity, 35, pp. 14-20.

Vitrúvio Polião, Marco, De Architectura. Tratado de Arquitectura, Manuel Justino Maciel (éd. et trad.), Lisboa, 2006.

Haut de page

Annexe

Abréviations utilisées dans le tableau ci-après :

Structure

DMC double mur à remplissage intérieur

MC mur à contreforts aval

MDE mur à deux épaisseurs

MR mur à section rectangulaire

MRE mur à remblai aval

RE remblai

SC sextuple mur à structure cloisonnée

TC triple mur à contreforts aval

Plan

C courbe

P polygonal

R rectiligne

Dimensions

e épaisseur

H hauteur maximale visible

L longueur

El écartement entre contreforts

V volume de remblai

Barrages romains du Portugal. Bilan résumé des connaissances

numéro et nom

coordonnees kilometriques gauss

typologie (structure/plan)

dimensions e, h, l, el(m),v(m3)

aire du bassin versant (km2)

utilisation probable

bibliographie

1. Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves)

M = 253,4, P = 532,1

SC/R

H = 15, L = 79, e (crête) = 9, e (base) = 11

17,0

Approvisionnement en eau ou exploitation minière

vasconcelos, 1917 et alfenim, 1992.

2. Outeiro (V. P. Aguiar)

M = 246,5, P = 505,2

RE/R

H = 13, L = 120, e (base) = 40

9,7

Exploitation minière

almeida, 1973 et martins, 2005.

3. Tinhela de Baixo (V. P. Aguiar)

M = 245,9, P = 504,4

RE/C

H = 16,5, L = 137, e (base) = 42

16,4

Exploitation minière

almeida, 1973 et martins, 2005.

4. Lajinha (Penamacor)

M = 285,2, P = 349,2

RE/R

H = 5,5, L = 100, e (base) = 20, V = ?

2,4

Irrigation et/ou exploitation minière

quintela, cardoso et mascarenhas, 1995.

5. Orca (Fundão)

M = 267,3, P = 343,0

RE/R

H = 6, L = 145, V = 8700

7,1

Irrigation et/ou exploitation minière

silva, 1979 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1995.

6. Rochoso (Idanha-a-Nova)

M = 285,7, P = 344,2

RE/R

H = 7,L = 116,V = ?

0,7

Irrigation et/ou exploitation minière

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1995-

7. Egitânia (Idanha-a-Nova)

M = 283,2, P = 337,9

RE/R

H = 11, L = 110, V = 12 000

23,9

Irrigation et alimentation en eau

almeida, 1956 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1995-

8. N. S. de Mércoles (Castelo Branco)

M = 258,3, P = 317,2

DMC/R

H = 2,5,L =6o,e = ?

12,3

Approvisionnement en eau ou exploitation minière

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1995-

9. Monforte (Monforte)

m = 264,4, P = 308,4

RE/R

H = 5, l =130,v = ?

4,8

Exploitation minière

henriques et caninas, 1990 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1995.

10. Lameira

(v. Velha de Ródão)

M = 249,8 ; P = 302,5

RE/R

H = 8,0,L = 38o,V =16000

9,2

Exploitation minière

henriques, caninas et henriques, 1985 ; quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1995.

11. Souto do Penedo (Vila de Rei)

M = 200,3 P = 299,4

DMC/R

= 10,L = ?e = ?

5,3

Exploitation minière

felix, 1969 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1995.

12. Chocapalhas (Tornar)

M = 180,6 P = 293,4

DMC/R

H = 5, L = 24,5,e = 2,0, V = 7 000

1,3

Énergie mécanique, alimentation en eau et irrigation

ponte, 2001 ainsi que cardoso, quintela et mascarenhas, 2004.

13. Alferrarede (Abrantes)

M = 196,4 P = 280,0

DMC (probable) / R

H = 13,5 L = 55 e = ?

39,7

Approvisionnement en eau et irrigation

oleiro, 1952 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1995-

14. Tapada Grande (Castelo de Vide)

M = 259,7 P = 381,3

MRE/R

H = 1,6, L = 76, e = 0,6 Remblai : e (crête) = 0,6 e (base) = 12,6

0,3

Irrigation

rodrigues, 1975 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

15. Almarjão (Crato)

M = 253,0 P = 248,4

MR/R

H = 5,2, L = 55 e = 2,2

5,0

Approvisionnement en eau et irrigation

saa, 1959 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

16. Muro (Campo Maior)

M = 296,7 P = 228,2

MC/P

H = 4,6, L = 174, e = 4,2 Contreforts : e = 1,5, El =3,5

1,7

Approvisionnement en eau et irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

17. Olivã (Campo Maior)

M = 295,6 P = 227,6

MC/R

H = 3,0, L = 45, e = 0,8 Contreforts : e = 1,0 El = 3,0

1,1

Irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

18. Mourinha (Campo Maior)

M = 218,7 P = 224,9

MR/R

H = 1,0, L = 100, e = 0,4

0,04

Irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

19. Moralves (Elvas)

M = 289,0 P = 218,3

MR/R

H = 3,2, L = 161, e = 1,1

6,6

Irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999 ainsi que gorges et rodríguez martín, 1999.

20. Ceto I

M = 288,3 P = 217,4

MDE/R

H = 2,3, L = 14, e (crête) = 1,0, e (base) = 2,6

56,5

Irrigation et vivier

Inédit.

21. Ceto II

M = ? P = ?

DMC/R

H = ?, L = 15, e = 0,5

 = 50

Agrément et vivier

gorges et rodríguez martin, 1999.

22. Carrão (Elvas)

M = 274,3 P = 216,4

MR/R

H = 1,7, L = 117, e = 1,0, Contrefort (1) e = 1,2

1,3

Approvisionnement en eau et irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

23. Cano - Ponte dos Mouros (Sousel)

M = 229,7 P = 224,4

MR/C

H = 3,3, L = 29, e = 1,4

9,8

Approvisionnement en eau et irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1999.

24. Bota (Évora)

M = 218,2 P = 167,4

MR/R

H = 2,0, L = 80, e = 3,0

5,7

Irrigation et vivier

Information fournie par M. Perdigão en 2006.

25. Olisipo (Sintra)

M = 103,5 P = 203,4

MC/R

H = 8,0, L = 53, e = 7 Contreforts (7, estimation) e = 2,5

6,0

Approvisionnement en eau d'Olisipo

almeida, 1969 ainsi que viegas et gonzalez, 1996.

26. Comenda (Setúbal)

M = 130,4 P = 172,5

MC/R

H = 3,7, L = 13, e = 1,6, Contrefort (1)

2,6

Approvisionnement en eau et industrie de salaisons

costa, 1905 ainsi que quintela, cardoso etMASCA-renhas, 1986 et 1999.

27. Alfundão (Ferreira do Alentejo)

M = 207,2 P = 126,3

MR/R

H = 1,1, L = 45, e = 0,85

0,3

Irrigation

cardoso, norton et negalha, 1995.

28. Nossa Senhora da Represa (Cuba)

M = 218,9 P = 140,7

MC/C

H = 1,8, L = 81, e = 1,6 Contreforts (7) e = 1,3, El = 8,0

2,5

Irrigation

VIana, 1947 ainsi que quintela, cardoso etMASCA-renhas, 1986 et 1999.

29. Pego da Moura (Grândola)

M = 161,0 P = 132,1

TC/R

H = 3,3, L = 34, e = 2,9, Contreforts (6) e = 1,5, El = 2,0

2,3

Énergie mécanique et/ou exploitation minière

costa, Corografia Portuguesa et quintela, cardoso et mascarenhas, 1999.

30. Muro da Prega (Beja)

M = 233,2 P = 118,8

MC/R

H = 3,9, L = 62, e = 6,2, Contreforts (7, estimation) e = 2, El = 4,5

3,0

Approvisionnement en eau et irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

31. Hortas de Baleizão (Beja)

M = 236,8 P = 116,0

MR/R

H = 1,1, L = 120, e = 0,9

1,0

Irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

32. Pisões (Beja)

M = 216,2 P = 114,6

MR/R

H = 4,3, L = 58, e = 3,0

18,6

Approvisionnement en eau et irrigation

viana, 1947 ainsi que quintela, cardoso etMASCA-renhas, 1986 et 1999.

33. Muro dos Mouros (Serpa)

M = 253,1 P = 107,1

MC/C

H = 3,0, L = 130, e = 1,5, Contreforts (12) e = 0,5, El = 6,0

0,7

Irrigation

viana, 1950 ainsi que quintela, cardoso etMASCA-renhas, 1986 et 1999.

34. Monte Novo do Castelinho (Almodôvar)

M = 199,0 P = 63,6

RE/R

H = 0,8, L =56, e = 11 (base)

0,3

Approvisionnement en eau et irrigation

quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

35. Álamo (Alcoutim)

M = 261,0 P = 47,1

MC/R

H = 3,0, L = 50, e = 3,0, (base) Contreforts (7), e = 1,5, El = 2,3

0,3

Approvisionnement en eau et irrigation

santos, 1971-1972 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986.

36. Santa Rita (Vila Real de Santo António)

M = 250,5 P = 24,0

DMC/R

H = 2,2, L = 50, e = 3,2, Contreforts (4, estimation) e = 1,0, El = 6,0

0,3

Irrigation

santos, 1971-1972 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

37. Fonte Coberta (Lagos)

M = 150,4 P = 16,3

MR/R

H = 2,6, L = 75, e = 2,6

1,9

Approvisionnement en eau et irrigation

sarrão, História do Reino do Algarve ; santos, 1971-1972 et quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

38. Ponte dos Mouros (Silves / Lagoa)

M = 177,9 P = 16,0

MR/C

H = 6,5, L = 32, e = 3,0

3,2

Industrie du garum et/ou approvisionnement en eau

oliveira, As Mouras Encantadas ; gomes et gomes, 1988 ainsi que quintela, cardoso etMASCAREN has, 1986 et 1999.

39. Espiche (Lagos)

M = 145,7 p = 15,3

MR/R

H = 1,3, L = ?, e = 1,2

1,4

Irrigation et/ou industrie du garum

veiga, 1891 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1999.

40. Presa dos Mouros (Lagoa)

M = 167,9 P = 15,2

MR/R

H = 2,1, L = 5, e = 3,0

1,3

Industrie du garum

cardoso et gomes, 1993-1994.

41. Vale Tesnado (Loulé)

M = 200,4 P = 14,3

MR/R

H = 1,2, L = 220, e = 0,7

37,5

Approvisionnement en eau et irrigation

paco et farrajota, 1966 ; santos, 1971-1972 ainsi que quintela, cardoso et mascarenhas, 1986 et 1999.

Haut de page

Notes

1 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, 1995 et 1999.

2 Alfenim, 1992.

3 Cardoso et Gomes, 1993-1994.

4 Cardoso, Norton et Negalha, 1995.

5 Gorges et Rodríguez Martín, 1999.

6 Ponte, 2001.

7 Martins, 2005.

8 Au moment de clore cet article, nous avons appris l’existence d’un nouveau barrage romain. Après la reconnaissance effectuée par F. Henriques, J. Caninas et J. Gouveia, cet ouvrage aurait finalement été détruit…

9 Cette dernière surface a été estimée d’après la localisation du barrage telle qu’elle a été présentée par Gorges et Rodríguez Martín, 1999, fig. 5. Pour notre part, nous avons constaté que le barrage de Ceto I ne correspond pas tout à fait à ce qu’en présentent ces deux derniers auteurs.

10 Recherches entreprises par Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986 et 1995.

11 Alfenim, 1992, pp. 93-95.

12 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, pp. 61-65.

13 Vita-Finzi, 1961.

14 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1995, p. 10.

15 Martins, 2005, vol. 1, pp. 197-198.

16 Ibid., vol. 1, p. 167.

17 Section rectangulaire (1,2 m de largeur, 1,7 m de hauteur et plafond plat).

18 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1999, p. 214.

19 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, p. 88.

20 Par microsonde électronique (TracorII).

21 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1999, pp. 218-223.

22 Vitruvio, De Architectura.

23 Malissard, 2002, pp. 202, 204 et 260.

24 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, pp. 80-85. Aucun canal n’est aujourd’hui reconnaissable en aval de cette vidange de fond.

25 Ibid., pp. 148-150.

26 Cadete, 2004, p. 152.

27 Large de 0,35 m, ses parois étaient édifiées en opus incertum et revêtues de mortier hydraulique ; il était couvert d’une voûte de briques sur la plus grande partie de son trajet (environ 1 600m).

28 Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, photo 120.

29 Ibid., photo 121.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue de la digue dans la zone de crête (rive droite)
Crédits [photographie  : Alfenim (1992)].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-1.png
Fichier image/png, 266k
Titre Fig. 2. — Barrage d’Aquae Flaviae (Abobeleira, Chaves). Vue d’une partie de la structure cloisonnée sur la rive droite
Crédits (photographie  : Alfenim [1992]).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-2.png
Fichier image/png, 228k
Titre Fig. 3. — Barrage d’Abobeleira (Chaves). Plan du barrage
Crédits (extrait d’un document du Serviço Regional de Arqueologia da Zona Norte, Instituto Português do Património Cultural, 1989).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 4. — Barrage de Muro (Campo Maior). Parement aval avec arc de soutènement
Crédits (Dessin d’après Quintela, Cardoso et Mascarenhas, 1986, p. 63 et photographie : A. C. Quintela).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-4.png
Fichier image/png, 536k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-5.png
Fichier image/png, 269k
Titre Fig. 5. — Vue aérienne du barrage et de la villa de Pisões (Beja). Au premier plan la villa avec, à droite, le natatio, et à l’arrière-plan le barrage signalé par une flèche
Crédits (photographie : Mascarenhas [1986]).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-6.png
Fichier image/png, 313k
Titre Fig. 6. — Plan de la villa et du barrage de Pisões [Beja]
Crédits (Serviço Regional de Arqueologia do Sul, Instituto Português do Património Cultural [1980]).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-7.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 7. — Barrage de Vale Tesnado (Loulé). Vue de la prise d’eau de l’aqueduc avec encadrement en pierre doté de rainures pour le glissement de la vanne
Crédits (photographie  : Quintela [1988]).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-8.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 8. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Plan de la villa montrant l’arrivée de l’aqueduc provenant du barrage et le réseau hydraulique
Crédits (d’après un plan de J. L. de Matos).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 9. — Villa de Cerro da Vila (Loulé). Vue de canaux et de bassins de décantation du réseau hydraulique de la villa
Crédits (photographie : Quintela [1988]).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1874/img-10.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

António C. Quintela et José Manuel de Mascarenhas, « Barrages romains du Portugal », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 17-38.

Référence électronique

António C. Quintela et José Manuel de Mascarenhas, « Barrages romains du Portugal », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1874

Haut de page

Auteurs

António C. Quintela

Instituto Superior Técnico-Universidade Técnica de Lisboa

José Manuel de Mascarenhas

Universidade de Évora

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org