Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

La psychanalyse en Espagne : un bilan historiographique

El psicoanálisis en España: un balance historiográfico
Psychoanalysis in Spain: a historiographic review
Anne-Cécile Druet
p. 223-241

Résumés

Cet article propose un bilan des travaux contemporains sur l’histoire de la psychanalyse en Espagne. Ces travaux, qui commencent à paraître de façon régulière durant la période de la transition, constituent aujourd’hui un corpus important, notamment grâce à l’apport des historiens de la psychiatrie et de la psychologie, et des psychanalystes eux-mêmes. L’analyse des études les plus marquantes parues sur le sujet permet de dégager les caractéristiques de chacune et de s’interroger sur les points communs et les divergences des différentes approches. On peut ainsi identifier plusieurs courants historiographiques, parmi lesquels ceux qui voient le jour au sein du mouvement psychanalytique lui-même présentent un intérêt particulier puisqu’ils sont révélateurs de la façon dont les différents groupes écrivent leur histoire. De la même façon, il est possible de dresser le bilan des questions ou des périodes de l’histoire qui ont fait l’objet d’une étude approfondie, et de celles qui pourraient, demain, constituer un nouvel apport à l’historiographie de la psychanalyse en Espagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corcés Pando, 2005, pp. 30-33.
  • 2 Moulines, 1972.
  • 3 Rof Carballo, 1954 et Bofill, 1958.
  • 4 Pour l’établissement d’une bibliographie historique de la psychanalyse en Espagne durant la transit (...)
  • 5 Roudinesco, 1994, vol. 2 : 1925-1985, p. 698.

1La bibliographie historique de la psychanalyse en Espagne qui n’a, à notre connaissance, jamais fait l’objet d’un recensement exhaustif, compte à l’heure actuelle un nombre de travaux, tous formats confondus, supérieur à la centaine. Dès les années 1930 paraissent plusieurs études historiques qui, de façon globale, soulignent l’extrême pauvreté de l’apport espagnol au développement des théories psychanalytiques1. Durant la dictature, Ulisses Moulines publie une très brève histoire de la psychanalyse en Espagne, centrée sur les analystes catalans membres de l’International Psychoanalytical Association (IPA)2. Quelques rares écrits de type historique voient le jour, souvent motivés par un événement précis comme la mort de l’analyste Margarete Steinbach dans le cas de la nécrologie signée par Juan Rof Carballo en 1954, ou l’organisation du Congrès international de psychothérapie de Barcelone dans celui du panorama psychanalytique espagnol présenté par Pere Bofill quatre ans plus tard3. Ce n’est cependant qu’à partir de 1975 que les travaux de type historique sur la psychanalyse en Espagne commencent à paraître de façon régulière4 ; leur nombre est très réduit jusqu’en 1981, date à laquelle ils se multiplient et ouvrent ainsi véritablement ce chantier historique. Cette chronologie est similaire au cas français puisque Élisabeth Roudinesco situe le commencement de l’historiographie psychanalytique entre 1975 et 19805. L’historiographie de la psychanalyse produite à partir de la transition démocratique fait apparaître, dans sa diversité, une volonté de retracer le parcours des théories freudiennes en Espagne, au sein du mouvement psychanalytique lui-même et dans d’autres disciplines, la psychiatrie bien entendu, mais aussi les sciences humaines, la culture ou l’histoire sociale. Sans prétendre offrir un commentaire exhaustif de ces publications, cet article présente les principaux travaux sur la question et il s’interroge sur les différentes approches de l’histoire de la psychanalyse en Espagne.

L’approche des historiens de la psychiatrie et de la psychologie

  • 6 Carles Egea, 1983 ; Bermejo Frígola, 1993b et Corcés Pando, 1992.
  • 7 Corcés Pando, 2005, pp. 30-40.

2Plusieurs auteurs ont abordé la question de l’historiographie de la psychanalyse en Espagne en élaborant un état de la question à la date de rédaction de leurs propres travaux. On trouve ainsi un commentaire des principales publications sur le sujet dans trois thèses de doctorat : celles de Francisco Carles, Vicent Bermejo Frígola et Valentín Corcés6. Ce dernier a, en outre, repris ce point dans son dernier ouvrage consacré à la psychanalyse dans la culture espagnole du premier tiers du xxe siècle7. Dans cet essai, Corcés identifie certains groupes ou certains noyaux producteurs d’études historiques et, sans se donner pour objectif une analyse exhaustive de ces publications, il propose un panorama critique global fondé sur les éléments méthodologiques ou idéologiques communs à celles-ci. Corcés fait ainsi référence, successivement, à la production historiographique des historiens de la psychologie espagnole regroupés autour d’Helio Carpintero, aux travaux de l’historien des sciences américains Thomas Glick, aux études élaborées au sein des groupes lacaniens de Barcelone, aux travaux universitaires dirigés par Pedro Marset à Murcie et, enfin, à l’historiographie « officielle » produite par les membres des sociétés espagnoles de l’IPA qui retracent leur propre histoire. Ce paysage historiographique dessiné par Corcés offre un point de départ pertinent pour aborder la question de façon plus détaillée.

  • 8 Castilla del Pino, 1977 et González Duro, 1978.
  • 9 Pour une tout autre lecture de l’histoire de la psychiatrie sous le franquisme, voir l’ouvrage de B (...)

3Toutefois, dans une perspective globale et non plus seulement dans celle qui fait l’objet principal du commentaire de Corcés, à savoir l’introduction de la psychanalyse en Espagne avant la Guerre civile, d’autres écrits prennent une importance qu’il semble nécessaire de relever ici. Parmi ceux-ci figurent, tout d’abord, deux des premiers apports à l’historiographie psychanalytique postérieure à 1975 : les travaux de Carlos Castilla del Pino et d’Enrique González Duro, qui traitent tous deux de l’histoire de la psychiatrie sous le franquisme et paraissent dans la seconde moitié des années 19708. L’essai rédigé par Castilla del Pino pour l’ouvrage collectif dirigé par J. M. Castellet reste probablement celui qui a connu le plus large retentissement social en raison du prestige dont jouit son auteur et de la diffusion de l’œuvre dans laquelle il est présenté. Cette contribution marque le point de départ d’une lecture de l’histoire de la psychanalyse pendant cette période et elle constitue ainsi une référence incontournable pour les travaux postérieurs sur ce thème. En outre, sa présence dans une anthologie de textes regroupés sous le titre « culture » est également révélatrice d’un intérêt qui dépasse les frontières de l’histoire de la médecine : Castilla del Pino, au-delà de la reconnaissance professionnelle enfin atteinte après des années de marginalisation, bénéficie du statut d’intellectuel et ses écrits occupent de plein droit une place dans l’histoire culturelle. L’un et l’autre très virulents, Castilla et González Duro rédigent l’histoire d’une époque qu’ils ont vécue dans une totale opposition idéologique à la psychiatrie officielle dont les deux médecins dressent un panorama d’une noirceur presque absolue. Bien que la ligne idéologique de ces auteurs ne soit pas la seule existante dans l’historiographie psychiatrique postérieure à 1975, elle est largement dominante et constitue, à juste titre, un point de repère incontournable dans l’histoire de la discipline9. Castilla del Pino et González Duro traitent tous deux la question du rejet dont la psychanalyse fut l’objet sous la dictature, rejet qui constitue l’une des caractéristiques théoriques et idéologiques de la psychiatrie franquiste. Les auteurs documentent cette position grâce à de nombreuses citations des leaders de la discipline et présentent ainsi une sorte d’anthologie de l’anti-freudisme qui avait cours à cette époque. Dans un paragraphe intitulé : « La “teoría” psiquiátrica dominante en el período franquista », Castilla del Pino écrit :

  • 10 Castilla del Pino, 1977, pp. 97-98.

La concepción oficialista de la Psiquiatría se autolimitaba hasta marginarse de cualquier tendencia psiquiátrica de la época. Me refiero a la posible asunción de la psicología y psicopatología procedentes de la orientación psicoanalítica. La obra de Freud estuvo prohibida hasta 1949. Luego, se reimprimieron sus obras. Pero como señala López Ibor en el comentario a esta reimpresión : « a Freud no hay que aceptarlo, pero hay que conocerlo ». De hecho, cualquier alusión a cualquier corriente psicoanalítica con carácter positivo ha sido suficiente para la descalificación de un opositor. Por este motivo, la Psiquiatría oficial se ha visto obligada a renunciar a una psicopatología de la motivación, puesto que era inevitable, en este caso, toparse con lo que de positivo existe en las tesis freudianas. Puede afirmarse que así como la resistencia al psicoanálisis en la Psiquiatría de la preguerra civil estaba fundamentada en un cientificismo proveniente de la investigación positiva, en la postguerra la resistencia anida en los prejuicios religiosos y políticos, o, mejor, en los religiosos puestos al servicio de los políticos. Así, se da el caso de que cuando en Francia, Bélgica, Austria o Suiza existe una poderosa corriente dentro del catolicismo que acepta buena parte de los principios psicoanalíticos […], el catolicismo franquista, el nacional-catolicismo, lo proscribe acudiendo en sustitución a una « psicoterapia » de consuelo, rezo y predicación moralista10.

4Dans le même ordre d’idées, Enrique González Duro parle de « la repulsa del psicoanálisis » :

Se partía de lo que a la larga se habría de manifestar como un considerable hándicap : el antifreudismo militante. Todo lo que derivase de las teorías y técnicas de Freud será por muchos años sistemáticamente rechazado y combatido, frontal o colateralmente, por todos los psiquíatras [sic] españoles, salvo escasas y poco significativas excepciones. Fue casi una proscripción oficializada, la misma que antes había sido hecha por la psiquiatría académica alemana. Prejuicios ideológicos de todo tipo (políticos, sociales, religiosos, morales y hasta racistas) determinaron esta tenaz resistencia y negación acrítica del psicoanálisis […].

Ciertamente había quien reconocía en aquellos tiempos de postguerra  que el psicoanálisis ortodoxo podría ser valioso y operativo para los enfermos, pero únicamente dentro del « círculo judío » […]. El supuesto semitismo del psicoanálisis fue alegado durante muchos años, en su contra, como algo negativo que invalidaba su práctica […]. Aún en 1966, el catedrático Sarró […] resaltaba la estrecha vinculación entre la teoría freudiana y el semitismo, lo que invalidaría su posible valor científico y universal […].

  • 11 González Duro, 1978, pp. 69-71.

Naturalmente, las impresiones de Sarró se referían a lo sucedido en otros países […], pero en ningún modo a España, donde los « insobornables » Pirineos y las vigilantes cátedras y sociedades de psiquiatría han impedido, hasta ahora, la penetración y el « contagio » psicoanalítico11.

  • 12 Pour la suspension de l’importation de l’édition argentine du Moïse voir Expediente n° 773-46, Arch (...)

5Ces travaux contiennent un exposé globalement incontestable de ce que fut la position de la psychiatrie franquiste sur la psychanalyse. Outre l’analyse théorique, ils ont recours à des sources qui permettent de documenter les motifs idéologiques du rejet du freudisme, notamment l’antisémitisme. Cela étant, l’expression de ce rejet par des termes tels qu’interdiction, bannissement ou censure fausse une réalité plus complexe que celle qui ressort de ces textes. Non seulement le dépouillement de la presse spécialisée de l’époque et le témoignage des analystes eux-mêmes démontrent la présence fréquente de ces derniers dans les rencontres officielles de la discipline psychiatrique et — au moins en Catalogne — à l’université, mais en outre la consultation des archives de l’administration franquiste permet de penser que l’ensemble de l’œuvre freudienne n’a pas fait l’objet de censure ; seul L’homme Moïse et la religion monothéiste, dont l’édition argentine de Losada était importée, fut interdit en 1946, quelques mois avant que l’éditeur de Biblioteca Nueva entame avec cette même censure une correspondance qui aboutirait à un avis favorable à la réédition des œuvres complètes de Freud, moyennant un prologue invitant à une interprétation chrétienne de la psychanalyse12. Sans remettre en question la fondamentale opposition idéologique de la psychiatrie franquiste à la psychanalyse, d’autres études et témoignages permettront, par la suite, d’apporter quelques nuances aux premiers travaux consacrés à cette question.

  • 13 Une version abrégée de ces thèses a été publiée dans Carles Egea et al., 2000.

6Dans les années 1980 apparaissent les différentes lignes historiographiques identifiées, comme nous l’avons vu plus haut, par Valentín Corcés. Dans le domaine de l’histoire de la médecine, Pedro Marset Campos dirige à l’Université de Murcie plusieurs thèses de doctorat, dont celles de Francisco Carles Egea et d’Isabel Muñoz González, qui toutes deux étudient l’histoire de la psychanalyse en Espagne avant la Guerre civile, dans la période 1893-1922 pour la première, et 1923-1936 pour la seconde13. La thèse de Carles offre un panorama très complet de la réception initiale de la psychanalyse, en particulier dans le domaine psychiatrique, en distinguant une aventure externe, des premières références à Freud jusqu’à la parution des œuvres complètes de celui-ci, et une aventure interne, comprise comme le parcours et la progressive assimilation des concepts psychanalytiques dans les textes psychiatriques. Après avoir identifié les différentes étapes de la réception espagnole du freudisme et les obstacles à l’implantation de celui-ci dans le pays, Carles conclut :

  • 14 Carles Egea, 1983, pp. 694-695.

Pese a la labor de los introductores del Psicoanálisis en España, o más bien, a causa de dicha labor, no hubo hasta 1922 ninguna afiliación española a la causa psicoanalítica así como tampoco una práctica ortodoxa del Psicoanálisis. España no estuvo dentro del movimiento psicoanalítico. Recibió su impacto pero elaboró sus propios mecanismos de defensa, que hicieron posible la circulación de una información sobre el Psicoanálisis sin establecer ninguna relación de compromiso con el mismo14.

7Les recherches menées par Isabel Muñoz pour la période postérieure à la publication des œuvres complètes de Freud en Espagne conduisent à une évaluation similaire de la situation :

  • 15 Carles Egea et al., 2000, pp. 222-223.

Concluiremos afirmando que tiene lugar un proceso circular que se inicia con un rechazo apriorístico de las concepciones teóricas freudianas acerca de la génesis de las neurosis […].Esto conlleva una valoración parcial del método que se acepta en su aspecto de investigación, lo cual da lugar, a su vez, a un manejo silvestre de las técnicas, desligadas de su marco teórico y sin una preparación adecuada, desvirtuando así su sentido. Finalmente se llega a una confirmación de los supuestos previos, pero ya con la seguridad que da la propia experiencia de haber practicado el método. Esta es la única diferencia con respecto al período precedente a la publicación de las Obras completas, porque los planteamientos teóricos no habían variado sustancialmente. Por ello, sólo la presencia de Garma hubiera sido capaz de modificar la situación, y dudamos que su mensaje hubiera afectado a la psiquiatría establecida — demasiado condicionada por su formación para variar radicalmente sus creencias15.

  • 16 Glick, 1981. Ces Journées, intitulées: « Historia de la Psicología, la Psiquiatría y el Psicoanális (...)

8Ces conclusions concernant la période précédant la Guerre civile sont bien distinctes de celles auxquelles arrive un autre universitaire, Américain celui-là, qui devient, au début des années 1980, l’un des principaux producteurs de travaux sur l’histoire de la psychanalyse en Espagne. L’historien des sciences Thomas Glick participe, avec Carles, aux Journées de l’Asociación Española de Neuropsiquiatría (AEN) organisées en 1981 autour de ce thème. Cette rencontre donne lieu, par la suite, à l’une de ses principales publications sur le sujet16. Glick aboutit, pour sa part, à la conclusion que la psychanalyse a pénétré avec facilité en Espagne, sans y rencontrer d’obstacle de taille :

  • 17 Glick 1982, p. 536.

The reception of Freudian psychology in Spain [écrit le professeur américain] was marked by ease and rapidity of permeation, among physicians before Spanish translations were available and in the educated public afterwards, and by rapid integration of Freudian psychology within the general body of medical and psychological theory17.

  • 18 Glick, 1981, p. 10, écrit, par exemple : « Pero si no había freudianos en sentido estricto, fácilme (...)

9La différence fondamentale entre les évaluations du degré de pénétration du freudisme en Espagne avancées par Glick et par Carles et Muñoz trouve son origine dans deux conceptions distinctes de l’idée de réception de la psychanalyse. Alors que les Espagnols insistent sur la manipulation peu rigoureuse des concepts et l’hétérodoxie des premières pratiques, qui les amènent à établir une distinction entre « psychanalyse », « psychanalyse sauvage », « éclectisme » etc., l’Américain, de son côté, ne prend pas l’orthodoxie comme paradigme de son analyse et inclut explicitement dans son idée de réception favorable des théories psychanalytiques ce qui n’est parfois qu’une acceptation partielle de celles-ci18.

10La question de la nécessité d’un positionnement épistémologique préalable est l’une de celles que défend avec le plus d’ardeur Valentín Corcés dans son commentaire historiographique. Le psychiatre adresse cette critique méthodologique à l’ensemble des travaux consacrés à l’histoire de la psychanalyse en Espagne, tout en proposant pour sa part une terminologie qui permettrait de rendre compte des différentes étapes de l’introduction du freudisme :

  • 19 Corcés Pando, 2005, p. 34.

Llama la atención que ninguno de estos trabajo[s], a mi juicio, ofrece una visión precisa de las características del desarrollo, es decir de las condiciones y posibles rupturas teóricas, en que surge el conocimiento y valoración del psicoanálisis. Una de las razones de esta distorsión, es la […] carencia de una idea precisa sobre el estatuto de la disciplina psicoanalítica. A esta razón, debe añadirse la ausencia de una terminología precisa, que de cuenta de los diversos momentos por los que atraviesa el desarrollo psicoanalítico en nuestro país. […] Establezco la diferencia entre tres nociones operativas, necesarias para entender este período del primer tercio del siglo xx. Llamo « noticia de una determinada disciplina », a los primeros datos que sobre la misma […] llegan a una formación social en un determinado momento. Por su parte, « Recepción de una disciplina » alude al conjunto de actividades […] necesarias para que esta materia tome carta de naturaleza, en un determinado ámbito socio-cultural, o en un paradigma concreto del mismo. Finalmente, entendemos por « Institucionalización de una disciplina » el conjunto de normas, pautas y actividades que se articulan alrededor de unos objetivos complejos que, a su vez, engloban valores y funciones concretas, entre ellos el objetivo de reproducción de su propio saber19.

11Spécialiste, de la période antérieure à la Guerre civile, Valentín Corcés avance en outre une hypothèse pour l’analyse du développement des idées psychanalytiques dans l’Espagne du début du siècle :

  • 20 Ibid., p. 33.

Las líneas centrales de [mi] trabajo, se articulan alrededor de la hipótesis siguiente : carencia de un discurso psicoanalítico, en sentido estricto, que permita su correspondiente institucionalización, de forma similar a como ocurre en otros países europeos […]. Por el contrario, en España, se sustituye esta carencia por un discurso, amplio y no necesariamente profundo, que recorre diversas disciplinas — Derecho, Educación, Pensamiento Cultural, etc. — alrededor del psicoanálisis […]. En realidad, en mi opinión, este aspecto de un discurso alrededor del psicoanálisis, es uno de los puntos a resolver — afirmando o negándolo — en la historiografía española sobre este tema20.

  • 21 Carpintero et Mestre, 1984.
  • 22 Glick, 1986 et Corcés Pando, 2005, p. 35.
  • 23 Thomas Glick relève l’inclusion erronée de Mira i López parmi les premiers psychanalystes espagnols (...)
  • 24 Corcés Pando, 2005, p. 34.

12Consacrée, elle aussi, à la période de l’introduction du freudisme, la première monographie sur l’histoire de la psychanalyse en Espagne voit le jour en 198421. Signé par Helio Carpintero et María Vicenta Mestre, l’ouvrage est issu de la thèse de doctorat de cette dernière qui inaugure les recherches sur la psychanalyse dans le domaine de l’histoire de la psychologie espagnole, discipline dont Helio Carpintero est le principal initiateur. Cet essai, critiqué sans ménagement par Thomas Glick dans un compte rendu — qui, quelques années plus tard, fait à son tour l’objet du commentaire de Valentín Corcés —, présente une série de caractéristiques pour le moins contestables22. Structuré en chapitres ayant chacun pour objet la réception des théories freudiennes chez un auteur étudié indépendamment des autres, l’ouvrage n’offre pas de perspective analytique globale. Il s’apparente à une anthologie d’auteurs regroupés selon des critères tantôt pertinents, tantôt étranges ou simplement erronés23, sans que soit établi un lien qui permettrait de saisir de façon cohérente ce que fut ce « chapitre de l’histoire de la psychologie en Espagne ». Cette étude se clôt avec l’affirmation, en des termes très généraux et, comme le souligne Valentín Corcés, sur la base de conclusions hâtives24, de la similitude entre la réception espagnole du freudisme et celle qui eut lieu dans d’autres pays d’Europe. Cela étant, il faut reconnaître à la thèse de María Vicenta Mestre le mérite du travail pionnier, du dépassement du cadre médical et d’une mise au jour de textes historiques qui n’avaient pas été exploités jusque-là.

  • 25 Bermejo Frígola, 1992et 1993 a.
  • 26 Bermejo Frígola, 1993 b.

13Les recherches des historiens de la psychologie se poursuivent dans les années suivantes et on leur doit, notamment, d’avoir nuancé les affirmations déjà citées concernant la psychanalyse en Espagne dans l’après-guerre civile25. En outre, toujours pour la période postérieure à 1939, une autre thèse de doctorat, également dirigée par Helio Carpintero et consacrée au mouvement psychanalytique espagnol lié à l’IPA, reste une référence incontournable dans le domaine de l’histoire institutionnelle26. En effet, l’étude de Vicent Bermejo Frígola sur cette question repose sur une très scrupuleuse recherche d’informations, à laquelle s’ajoutent des témoignages oraux de grand intérêt. Le principal apport de sa thèse tient, d’une part, aux éléments qui concernent la présence de la psychanalyse dans le domaine psychologique et, de l’autre, à la mise au jour de documents inédits, principalement épistolaires, auxquels l’auteur a eu accès grâce à la collaboration directe des membres historiques du mouvement ipéiste espagnol. La méticulosité de Bermejo dans la collecte des sources ne s’accompagne toutefois pas du recul souhaitable dans leur interprétation. Certes, les documents sont abondamment cités, mais le commentaire qui les suit est souvent davantage un résumé qu’une analyse. Cette prudence extrême de l’interprétation, associée à l’absence de consultation de sources moins favorables aux acteurs de l’histoire qu’il relate, ne laisse guère de place à une lecture critique de celle-ci. C’est donc dans le domaine de la documentation que cette thèse qui est, sur ce point, d’une très grande valeur, apporte le plus.

  • 27 Carles Egea et al., 2000, pp. 227-295.

14Pour cette même question de la constitution des cercles ipéistes, une autre thèse de doctorat, dirigée cette fois par Pedro Marset, aborde de façon plus directe et avec davantage de distance critique les aspects plus polémiques de l’histoire27. L’auteur de ce travail, Carmen Llor, adopte un point de vue qui lui permet d’avoir recours à un plus ample éventail de sources, notamment psychiatriques, et d’étudier également l’essor de la psychanalyse en dehors de l’orthodoxie ipéiste.

Le mouvement psychanalytique espagnol et son histoire

  • 28 Bofill, 1987.

15L’histoire des sociétés espagnoles de l’IPA est également relatée par les membres de celles-ci, qui élaborent ainsi une historiographie « officielle » au sein du mouvement psychanalytique. Dès 1978, le leader historique du groupe ipéiste catalan, Pere Bofill, présente un travail sur ce sujet lors des Journées de l’AEN. Publiée quelques années plus tard, cette communication analyse les rapports entre la psychiatrie espagnole et le mouvement psychanalytique lié à l’IPA tels qu’ils furent vécus par l’auteur28. Bofill distingue deux types de difficultés auxquelles la psychanalyse a été confrontée en Espagne : celles qui tiennent aux motifs inconscients du rejet connu par le freudisme en tout lieu, et celles qui découlent de la situation spécifique du pays sous la dictature. Cette situation est décrite par l’auteur en termes beaucoup plus modérés que ceux utilisés dans les mêmes années par Castilla del Pino ou González Duro, ce qui permet notamment à Bofill de relever les incohérences et l’ambivalence des positions des élites de la psychiatrie franquiste vis-à-vis de la psychanalyse. En retraçant l’histoire des rapports entre psychiatrie et psychanalyse, l’auteur met en outre en avant les faits rendant compte de la présence de cette dernière à l’époque, entre autres à l’université :

  • 29 Ibid., pp. 104-105.

[En] Barcelona, entre el año 56 y el 62 organizamos en la cátedra de psiquiatría seminarios semanales regulares de introducción al psicoanálisis […]. Algunos de los que hoy son psicoanalistas experimentados iniciaron sus contactos con el psicoanálisis en estos seminarios. En las sesiones clínicas expusimos nuestros puntos de vista psicoanalíticos. Tareas semejantes se realizaron en otros centros asistenciales. Aunque la actitud general era de ataque y rechazo, como indica González Duro (1978), al menos en nuestra presencia pudo establecerse un cierto diálogo respetuoso29.

16Pere Bofill aborde également la question — objet, dans les années suivantes, de la très mordante critique des lacaniens — de la politique adoptée par les analystes pour bénéficier de cette tolérance. Il définit cette politique en termes de prudence mais non de concessions fondamentales, tout en reconnaissant les limites que cette attitude impliquait et en exposant les objectifs ainsi poursuivis :

  • 30 Ibid., p. 105.

En los contactos con los colegas de todo el mundo, muchos nos preguntaban cómo podíamos iniciar nuestro trabajo y, más aún, cómo podíamos iniciar nuestra organización en un régimen de doble dictadura, política y moral. Creo que esta situación nos influenció en bastantes situaciones : tuvimos algunos fallos, fue limitada nuestra actividad exterior, fue limitado y lento el crecimiento interno, realizábamos muy escasas publicaciones… Pero los escasos psicoanalistas existentes no hicimos especiales esfuerzos ni concesiones para ser aceptados e integrados, sino que fuimos conquistando parcelas de presencia y de libertad, con prudencia, sin provocaciones innecesarias, pero con seriedad y firmeza, centrándonos en lo esencial, sin ceder en lo que considerábamos fundamental del psicoanálisis. Siempre que había una posibilidad, exponíamos nuestros conceptos y posiciones, tanto en el plano teórico como en el clínico […]. Con nuestra actividad intentábamos lograr que en el futuro existiera en España un núcleo de psicoanalistas, formados lo más sólidamente posible primero y que pudieran aportar más tarde una contribución a los cambios que deseamos en la psiquiatría y en la sociedad española30.

  • 31 Pérez-Sánchez, 1984.
  • 32 Ibid., p. 246.

17Les différents aspects de cette position vis-à-vis de l’histoire de la psychanalyse sous la dictature se retrouvent dans d’autres textes rédigés par des membres du mouvement ipéiste, dont l’objectif est de retracer de façon plus précise l’histoire des institutions. En 1984, Manuel Pérez-Sánchez reprend, dans son article « Inicis del moviment psicoanalític a Catalunya », de nombreux points développés par Bofill31. L’article relate, dans une perspective institutionnelle, l’histoire du mouvement psychanalytique barcelonais de la fin des années 1940 jusqu’à la date de rédaction du texte, en insistant sur ses débuts, conformément à ce qui est annoncé dans le titre. Alors que Bofill se fondait explicitement sur l’expérience vécue pour dresser un panorama général de la situation, Pérez-Sánchez s’appuie pour sa part sur des sources primaires telles que divers documents internes de la Sociedad Española de Psicoanálisis (SEP) et de l’IPA, ainsi que des archives épistolaires ; il poursuit, selon ses propres termes, le but d’apporter une série de données objectives à partir desquelles d’autres travaux pourront voir le jour32.

  • 33 Muñoz, 1989.

18Pérez-Sánchez offre ainsi un répertoire de faits documentés et il décrit les différentes étapes de l’évolution de l’institution, certains événements, tels que les scissions, étant enregistrés sans commentaires. L’histoire du groupe madrilène a fait, quelques années plus tard, l’objet d’une reconstitution de caractéristiques semblables33. Produite au sein de l’institution dont l’histoire est retracée, cette historiographie officielle est aussi révélatrice par ce qu’elle dit que par ce qu’elle tait ; il n’en reste pas moins que la grande quantité d’informations historiques qu’elle rassemble en fait, sur ce plan, un apport de grande valeur.

  • 34 Gutiérrez Terrazas, 1984.

19Les travaux en provenance des cercles ipéistes ont également en commun un recours à la théorie psychanalytique pour comprendre l’histoire et les résistances à la doctrine freudienne. Un exemple de l’utilisation de cette théorie dans l’historiographie psychanalytique est donné par José Gutiérrez Terrazas, membre de la société composante de l’IPA madrilène, qui tente ainsi de proposer une explication de la situation espagnole de la psychanalyse34.

  • 35 Ibid., p. 217.

En primer lugar, tendríamos — puesto que la aportación fundamental del descubrimiento psicoanalítico no está tanto, aunque en parte también lo esté, en sacar a la luz unos objetos de conocimiento ignorados o desconocidos por la ciencia hasta ese momento, cuanto en poner de relieve la radical división interna del sujeto humano respecto a él mismo — como una cierta imposibilidad cultural de recoger, de hacerse cargo de algo que remueve el ser social español tan secularmente dividido, es más, fundado, en su nacer unitario bajo la monarquía castellana, sobre la expulsión de algunos de sus componentes, como eran los judíos. Es decir, se trataría aquí de un aspecto que funciona como un punto ciego, que empuja inconscientemente a su vez a dividir, a escindir, por ejemplo, entre psicoanálisis y freudismo, entre la teoría y la práctica psicoanalíticas35.

20De la même façon :

  • 36 Ibid., p. 218.

Hemos encontrado una postura que hemos llamado de denegación, es decir, una postura altanera que no se deja cuestionar, característica de un país como el español que fue escenario por excelencia de la Contrarreforma […]. Postura señalada ya, de algún modo, por el mismo Ortega y Gasset, en su artículo acerca del psicoanálisis, al diagnosticar a España de « paradójico enfermo », o sea, de enfermo que no se reconoce como tal, sino que pasa directamente a interpretar al otro o a aconsejar altivamente. Por eso no es extraño que, en su relación con el psicoanálisis la cultura española haya adoptado con tanta frecuencia esa posición de reconvertir, de revisar el discurso psicoanalítico con el objetivo de hacer desaparecer, de negar ese objeto incómodo promovido por el psicoanálisis, que es el hecho de la realidad psíquica inconsciente, a la vez familiar y extraña a todo sujeto36.

21Ce type d’interprétation caractérise une partie de l’historiographie produite au sein du mouvement psychanalytique espagnol : celle-ci cherche le sens de l’histoire dans les principes de ses propres théories et a recours, pour ce faire, à une méthodologie fondée sur l’utilisation plus ou moins exclusive des instruments herméneutiques forgés par la psychanalyse elle-même.

  • 37 Druet, 2006, p. 207.

22Avec la naissance d’un mouvement lacanien en Espagne et l’apparition, à partir de 1981, des premières publications périodiques éditées par des groupes qui en font partie, surgit à l’intérieur du domaine psychanalytique une nouvelle école historiographique ; celle-ci, d’une part, élargit le spectre des thématiques abordées en incluant l’histoire du lacanisme et, d’autre part, propose une nouvelle lecture de l’histoire du freudisme en Espagne depuis ses origines. Plusieurs éléments caractérisent cette école et la distinguent clairement de tous les noyaux producteurs d’études historiques présentés jusqu’ici. On remarque, tout d’abord, la précocité de l’apparition d’écrits de type historique qui voient le jour quelques années à peine après les débuts du mouvement. L’abondance de cette production retient aussi l’attention puisque l’histoire du lacanisme représente, dans la période de la transition démocratique, 15 % de la totalité des travaux consacrés à l’histoire de la psychanalyse en Espagne37. La quantité de textes produits au sein des cercles lacaniens est donc très supérieure au nombre d’études qui émanent des groupes liés à l’IPA, alors que ces derniers ont une histoire bien plus longue. On remarque également que les auteurs des travaux consacrés au lacanisme en Espagne font, ou ont fait, à de rarissimes exceptions près, partie de ce mouvement. L’histoire immédiate est donc une histoire racontée par ses acteurs, ce qui explique qu’elle adopte souvent la forme du témoignage ou présente d’évidentes caractéristiques de subjectivité et de militantisme. Enfin, toujours de façon générale, cette historiographie est composée, dans la très grande majorité des cas, d’articles consacrés soit à l’histoire du lacanisme dans un endroit précis, le plus souvent Barcelone, soit dans l’Espagne entière sous forme, dans ce cas, de panoramas généraux, dans une perspective de réflexion qui rassemble peu d’informations précises. L’absence d’initiative visant à retracer l’histoire du lacanisme de façon globale et détaillée trouve sans doute une explication dans la structure morcelée du panorama lacanien espagnol actuel, qui rend difficile le recensement et la consultation des archives existantes, principalement privées. La communication difficile ou inexistante entre certains groupes contraint ces derniers à relater leur histoire en toute ignorance des informations données par les archives d’un autre cercle, ce qui freine les tentatives de reconstitution globale et documentée de l’histoire.

  • 38 Voir, notamment, Izaguirre (dir.), 1999.
  • 39 L’une de ces exceptions est celle de Germán García qui cite, entre autres, Valentín Corcés (García, (...)
  • 40 En 1984 Elvira Guilanyà cite, comme références contemporaines sur le mouvement psychanalytique en E (...)
  • 41 García, 1981 et 1983.
  • 42 « Jusqu’en 1936, la curiosité pour l’œuvre de Freud se maintient, mais elle ne sert qu’à alimenter (...)

23En Argentine, en particulier dans l’entourage de Germán García, de nombreuses études partielles ont été publiées et continuent de l’être sur la question espagnole, principalement sur le rôle joué par Oscar Masotta durant son exil barcelonais38. C’est à ces travaux que l’on doit, notamment, la plupart des informations sur la Biblioteca Freudiana de Barcelone, première institution lacanienne du pays, et sur les activités menées par Masotta dans les dernières années de sa vie. Germán García lui-même est, au début des années 1980, l’un des principaux producteurs de littérature historiographique sur la psychanalyse en Espagne. À la même période, c’est aussi au sein du groupe rassemblé autour de lui à Barcelone que voient le jour nombre des premiers textes historiques des lacaniens. Ces études constituent un ensemble historiographique autonome, non seulement en raison de la perspective qu’elles adoptent, qui est celle de la rupture, mais aussi d’un point de vue méthodologique parce qu’elles ne font appel, sauf exception, à aucune source secondaire ne provenant pas du milieu psychanalytique39. Au sein des cercles lacaniens domine de la sorte une lecture univoque, étrangère aux débats sur la question qui sont, à l’époque, engagés ailleurs40. Cette lecture, le plus souvent inscrite dans une perspective qui est celle de l’histoire des idées, n’inclut que rarement le rôle des premiers médecins introducteurs des théories freudiennes dans le domaine psychiatrique ou les mentionne, comme le fait Germán García, en raison de leur participation à la vie culturelle, notamment leur collaboration à la Revista de Occidente41. Ce biais conduit à certaines affirmations excessives ou erronées concernant le silence autour de l’œuvre de Freud à une époque où la réception de celle-ci se produisait surtout dans le milieu médical42. De façon schématique, on voit alors apparaître une histoire de la psychanalyse en Espagne qui commence avec Ortega y Gasset, se concentre ensuite sur le rejet dont elle a été victime, pour des raisons idéologiques, sous la dictature, puis aboutit à la récupération du freudisme par l’intermédiaire d’Oscar Masotta. Lorsqu’elle est abordée, la question de l’institutionnalisation et de l’activité des cercles ipéistes donne lieu à des critiques d’une extrême virulence fondées, entre autres, sur les rapports des analystes avec la psychiatrie franquiste et leur absence de visibilité sociale. Aux caractéristiques de la production historiographique initiale du milieu lacanien vient donc s’ajouter un ton fortement polémique.

24L’un des textes les plus connus de ce courant est celui d’Elvira Guilanyà, qui paraît quelque temps après l’article de Pérez-Sánchez cité plus haut. L’auteur engage, dès les premières lignes, une violente controverse avec ce dernier :

  • 43 Guilanyà, 1984, pp. 88-89.

Hacer historia, hacer cada uno su historia, parece ser el objetivo de todo recuerdo, pero para hacer cada uno de las suyas es necesario explicar un cuento que guste, ignorar algunos nombres, desvalorizar otros y finalmente ensalzar los que quedan. Érase una vez que era… un grupo que luchó contra la dictadura franquista — contra la psiquiatría oficial — contra la mediocridad de la universidad… lucha que hizo necesario un largo período de laborioso silencio, de clandestinidad, hasta que se dieron a conocer en 1959, con permiso gubernativo, como asociación (Sociedad luso-española de psicoanálisis), e individualmente […] enseñando en la cátedra de psiquiatría… enseñando en la universidad43.

25Reprochant à l’article de Pérez-Sánchez de ne prendre en compte que le mouvement ipéiste sans mentionner l’apport des lacaniens, elle ajoute :

  • 44 Sínthoma et les revues énumérées ensuite sont des publications périodiques issues des groupes lacan (...)
  • 45 Guilanyà, 1984, p. 89.

En el n 1 de la « Revista Catalana de Psicoanàlisi », se publica el artículo « Inicis del moviment psicoanalític a Barcelona » en el que se explica una historia como si tan sólo existiera un determinado grupo que hubiera trabajado por el desarrollo del movimiento psicoanalítico en España. En Barcelona la primera publicación estríctamente [sic] psicoanalítica de venta al público, se remonta a 1981, Sinthoma[…] A Sinthoma le siguen Tyché[…], Serie psicoanalítica[…], Otium Diagonal[…], Entorno[44][…]. Pero parece ser que toda esta producción, no silenciosa, no clandestina, es ignorada. El silencio enmascara la angustia, pero se dice que alguien comentó : « nos obligaron ». La escritura es un síntoma, se publica porque otros publican pero esos no se nombran.Basarse, como lo hace el autor del citado artículo en el análisis personal y en la creación de una organización que impulse la formación de analistas, para limitar la historia […], es querer referir la historia del movimiento psicoanalítico a un solo Movimiento. Ahora bien, si la organización tiene por objeto : « assegurar la responsabilitat professional dels qui practiquen la psicoanàlisi per a defensar els interessos dels pacients », esta defensa de los pacientes por parte de los más interesados en tenerlos, sí que impone unos límites
Basar el silencio en un exceso de trabajo también marca otros […].
La pregunta surge : ¿ qué ha ocurrido en el 84 para que se produzca literatura ? ¿ La liberación de Barcelona por parte de las tropas republicanas45 ?

26Au-delà de la critique directe de l’article de Pérez-Sánchez, les extraits cités mettent en lumière la perception qu’ont les auteurs de l’histoire du groupe catalan membre de l’IPA et de ses principaux représentants. Cette lecture, élargie à la totalité de l’activité autour de la psychanalyse sous le franquisme, en dessine un panorama d’une médiocrité uniforme. Lorsqu’ils décrivent la situation de la psychanalyse dans l’Espagne des années 1960 et 1970, C. Gallano et J. Salinas écrivent :

  • 46 Gallano-Petit et Salinas Rosés, 1982, pp. 185-186.

Les « psy » se réfugient dans l’antipsychiatrie et l’idéologie anti-institutionnelle, dédaignant la psychanalyse (la collaboration des premiers analystes espagnols avec les positions politiques de la droite n’est pas étrangère à cette réaction).
Ce qui pénètre alors de la psychanalyse en Espagne ? Les sous-produits du post-freudisme […].
Déjà, dans les années 50, il y avait eu la création à Madrid d’un Institut (Peña Retama) dont l’ésotérisme jungien ne mettait pas en danger la suprématie de l’âme sur l’inconscient. Il s’agissait de promouvoir une psychanalyse compatible avec le national-catholicisme.
Plus tard, le SEP API (affilié à l’IPA) regroupe l’Institut de Barcelone et le groupe IPA de Madrid […].
Ces instituts apparaissent comme des sectes élitistes dans l’Espagne des années 60-70. Les rituels initiatiques de la psychanalyse didactique, fidèles aux normes de l’IPA, ne réussissent à fabriquer qu’un nombre restreint d’analystes. Et au plan théorique cela donne à peine un souffle kleinien dans les publications de psychologie46.

27Cette vision de l’histoire de la psychanalyse durant la dictature franquiste implique également une mise en valeur particulière du rôle fondateur attribué à O. Masotta, principal introducteur du lacanisme en Espagne ; plus on insiste sur l’insignifiance de ce qui s’est produit dans le domaine de la psychanalyse avant l’arrivée de l’Argentin, plus la rupture qu’il représente apparaît comme radicale.

  • 47 Guilanyà, 1984, p. 95. L’article de Miquel Bassols auquel il est fait allusion est inédit.

Miquel Bassols en su artículo, « Emili Mira. L’instant de la mirada en psicoanàlisi », se pregunta por el encuentro fallido entre la medicina humanista catalana y el psicoanálisis. La respuesta no es fácil, pero el limitar la duración del fracaso sí : hasta la llegada de Oscar Masotta, es más, hasta la fundación de la Biblioteca freudiana de Barcelona47.

28À mesure que le mouvement lacanien croît en Espagne, l’intérêt pour l’histoire immédiate perdure et donne lieu à de nombreux travaux dont la thématique s’élargit en prenant de nouveaux objets d’étude, comme l’essor du lacanisme dans d’autres villes, notamment Madrid, ou la constitution des groupes, leurs rapports avec le Champ freudien français, leurs scissions, etc. Bien qu’elle se détache progressivement de l’observation critique de l’essor des cercles ipéistes, la lecture globale de l’histoire de la psychanalyse en Espagne, apparue dans les premières années du mouvement, ne s’en trouve toutefois pas modifiée, et les principaux apports postérieurs à l’historiographie psychanalytique concernent l’évolution du mouvement lacanien lui-même.

29L’analyse des principales publications sur l’histoire de la psychanalyse en Espagne parues depuis 1975 met en lumière les caractéristiques les plus marquantes des différentes approches adoptées. Le regroupement de ces travaux en fonction des noyaux de production identifiés par Valentín Corcés est, de toute évidence, pertinent pour dessiner un panorama historiographique global, fondé sur une série d’éléments méthodologiques ou idéologiques communs. Au sein de ces ensembles, une étude plus détaillée permet de présenter les principaux apports de chacun, de mettre en parallèle leurs conclusions et de retracer ainsi l’évolution des travaux sur le sujet. Parmi ceux-ci, certains prennent individuellement une importance particulière, soit en raison de l’ampleur des recherches dont ils rendent compte, comme c’est le cas des thèses de doctorat citées, soit parce qu’ils bénéficient d’une large diffusion et introduisent le débat, d’habitude très spécialisé, dans la sphère culturelle soit, enfin, parce qu’ils font école. Dans ce dernier cas, les premières études qui émanent du domaine psychanalytique lui-même, en particulier des cercles lacaniens qui manifestent très tôt un intérêt marqué pour l’histoire, fondent une tradition qui reflète la lecture que chaque groupe fait de ses origines.

30Du point de vue de l’état de la question, la période qui a donné lieu aux études les plus nombreuses et les plus fouillées est celle qui précède la Guerre civile. Grâce aux recherches universitaires menées sur ce sujet et à la mise au jour de très nombreuses sources primaires, l’introduction de la psychanalyse dans le domaine psychiatrique a été retracée et analysée en profondeur. Les premières traductions de Freud en castillan et la présence de la psychanalyse dans la culture espagnole du début du xxe siècle, ainsi que l’inclusion du freudisme dans les débats sociaux, ont également fait l’objet de recherches importantes. Le recours des auteurs à différents outils méthodologiques et herméneutiques pour établir et expliquer la situation spécifique de la psychanalyse en Espagne enrichit un débat qui reste ouvert, et dont l’un des prolongements les plus intéressants serait sans doute, à l’heure actuelle, l’histoire comparée entre les réceptions du freudisme telles qu’elles se produisirent dans différents pays.

31L’essor de la psychanalyse sous la dictature avec, d’une part, l’attitude de la psychiatrie franquiste vis-à-vis des théories freudiennes et, de l’autre, la naissance, l’institutionnalisation et l’évolution des groupes liés à l’IPA a, lui aussi, fait l’objet de travaux importants. Dans ce dernier domaine, toutefois, les auteurs se heurtent à une histoire « officielle » élaborée par écrit ou sous forme de témoignages oraux par les analystes eux-mêmes et, bien qu’elle soit parfois envisagée avec la distance critique requise, cette histoire garde encore ses zones d’ombre. Du point de vue du contexte politique et des positions de la psychiatrie franquiste, il semblerait également intéressant d’inclure l’Espagne dans une histoire comparée du freudisme sous les régimes dictatoriaux ce qui, à notre connaissance, n’a pas encore été fait.

32Enfin, pour ce qui concerne l’histoire de la psychanalyse des trois dernières décennies, il existe une quantité importante de travaux signés, pour une immense majorité d’entre eux, par les acteurs de cette histoire. La naissance du mouvement lacanien donne lieu à une nouvelle lecture globale de la situation du freudisme en Espagne, fondée sur la radicalité de la rupture représentée par Oscar Masotta. Le caractère très récent des faits explique sans doute que ceux-ci n’aient pas encore attiré l’attention des historiens, ce qui laisse entrevoir de nombreux et vastes champs de recherche à explorer : d’une biographie fouillée de Masotta lui-même à une réflexion sur le rôle de la mémoire et de l’oubli en relation avec la question psychanalytique pendant la transition démocratique, en passant par les liens entre psychanalyse, culture et société à l’époque.

33L’un des points sur lesquels l’examen du corpus analysé ici retient le plus l’attention est l’absence d’ouvrages de référence bénéficiant d’une importante diffusion au-delà des milieux spécialisés et portant sur l’ensemble de l’histoire de la psychanalyse en Espagne. Le pays ne dispose, en effet, d’aucune étude comparable aux travaux consacrés, par exemple, à l’histoire de la psychanalyse en France par Élisabeth Roudinesco. Il est sans doute illusoire de croire en la possibilité d’une étude fédératrice et dépassionnée de l’histoire du freudisme en Espagne depuis ses origines, mais la tâche n’en reste pas moins à entreprendre.

Haut de page

Bibliographie

Barcia Salorio, Demetrio (1996), Historia de la psiquiatría española, Madrid.

Bermejo Frígola, Vicent (1992), « Freud y el psicoanálisis en la Revista de Psicología General y Aplicada (RPGA) en los años cuarenta », Revista de Historia de la Psicología, 13 (2-3), pp. 173-182.

Bermejo Frígola, Vicent (1993 a), « Freud y el psicoanálisis en la psicología española de los años cincuenta », Revista de Historia de la Psicología, 14 (3-4), pp. 255-269.

Bermejo Frígola, Vicent (1993 b), La institucionalización del psicoanálisis en España en el marco de la API (2 vol.), thèse de doctorat soutenue à l’Université de Valence.

Bofill, Pere (1958), « Psicoanálisis », Revista de Psiquiatría y Psicología Médica de Europa y América Latinas, 3 (7), pp. 609-610.

Bofill, Pere (1987), « Aspectos históricos de la relación entre el psicoanálisis y la psiquiatría en España hasta 1978 », Informaciones Psiquiátricas, 108, pp. 99-108.

Carles Egea, Francisco (1983), La introducción del psicoanálisis en España [1893-1922] (2 vol.), thèse de doctorat soutenue à l’Université de Murcie.

Carles Egea, Francisco, Muñoz González, Isabel, Llor Moreno Carmen et Marset, Pedro (2000), Psicoanálisis en España (1893-1968), Madrid.

Carpintero, Heliodoro et Mestre, María Vicenta (1984), Freud en España. Un capítulo de la historia de la psicología en España, Valence.

Castilla del Pino, Carlos (1977), « La psiquiatría española (1939-1975) », dans Carlos Castilla del Pinoet al., La cultura bajo el franquismo, Barcelone, pp. 79-102.

Corcés Pando, Valentín (1992), La recepción del psicoanálisis en España. Estudio de su prehistoria [1893-1936] (2 vol.), thèse de doctorat soutenue à l’Université Complutense de Madrid.

Corcés Pando, Valentín (2005), Freud ante Cervantes. El psicoanálisis y la cultura española en el primer tercio del siglo xx, Valence.

Druet, Anne-Cécile (2006), « Historiografía del psicoanálisis en España (1975-1985) », Archivos de Psiquiatría, 69 (3), pp. 197-217.

Gallano-Petit, Carmen et Salinas Rosés, Joan (1982), « La psychanalyse en Espagne », Ornicar ?, 25, pp. 184-188.

García, Germán (1980), Oscar Masotta y el psicoanálisis del castellano, Barcelone.

García, Germán (1981), « Psicoanálisis : ¡Fuera de España! », El Viejo Topo, 62, pp. 52-53.

García, Germán (1983), Psicoanálisis dicho de otra manera, Valence.

Glick, Thomas F. (1981), « Psicoanálisis, reforma sexual y política en la España de entre-guerras », Estudios de Historia Social, 16-17, numéro thématique « Freud en España », pp. 7-25.

Glick, Thomas F. (1982), « The Naked Science : Psychoanalysis in Spain, 1914-1948 », Comparative Studies in Society and History, 24, pp. 533-571.

Glick, Thomas F. (1986), Compte rendu de l’ouvrage de Carpintero, Helio et Mestre, María Vicenta, Freud en España. Un capítulo de la Historia de las ideas en España, Valence, 1984, dans la Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, 6 (16), pp. 145-146.

González Duro, Enrique (1978), Psiquiatría y sociedad autoritaria, España 1939-1975, Madrid.

Guilanyà, Elvira (1984), « Datos para una historia », Otium Diagonal, 7, pp. 88-102.

Gutiérrez Terrazas, José (1984), « Apuntes para un estudio sobre la historia del psicoanálisis en España », Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, 10 (mayo-agosto), pp. 207-221.

Izaguirre, Marcelo (dir.) (1999), Oscar Masotta. El revés de la trama, Buenos Aires.

Moulines, Ulisses (1972), « El psicoanálisis en España y Latinoamérica », dans Jean Dierkens, Freud. Antología sistemática, Barcelone, pp. 227-229.

Muñoz, María Luisa (1989), « Contribución a la historia del movimiento psicoanalítico en España : formación de la Asociación Psicoanalítica de Madrid », Revista de Psicoanálisis de Madrid, no extra (mayo-noviembre), pp. 121-152.

Pérez-Sánchez, Manuel (1984), « Inicis del moviment psicoanalític a Barcelona », Revista Catalana de Psicoanàlisi, 1 (1), pp. 229-246.

Rof Carballo, Juan (1954), « Margarita Steinbach », Actas Luso-españolas de Neurología y Psiquiatría, 13 (2), p. 161 [Nécrologie.]

Roudinesco, Élisabeth (1994), Histoire de la psychanalyse en France (2 vol.), Paris.

Sáez Pons, Alejandro (1981), « Apertura para una historia », Síntoma, 1, pp. 116-122.

Haut de page

Notes

1 Corcés Pando, 2005, pp. 30-33.

2 Moulines, 1972.

3 Rof Carballo, 1954 et Bofill, 1958.

4 Pour l’établissement d’une bibliographie historique de la psychanalyse en Espagne durant la transition démocratique, ainsi que pour toutes les données de type statistique, voir Druet, 2006. Pour le commentaire des textes parus entre 1975 et 1985, cet article reprend certaines conclusions exposées par l’auteur à cette occasion.

5 Roudinesco, 1994, vol. 2 : 1925-1985, p. 698.

6 Carles Egea, 1983 ; Bermejo Frígola, 1993b et Corcés Pando, 1992.

7 Corcés Pando, 2005, pp. 30-40.

8 Castilla del Pino, 1977 et González Duro, 1978.

9 Pour une tout autre lecture de l’histoire de la psychiatrie sous le franquisme, voir l’ouvrage de Barcia Salorio, 1996. Cet auteur écrit, par exemple, p. 195 : « La aportación de la Psiquiatría española de los fundadores y la primera generación de las Cátedras creemos que en muchos aspectos es brillante, aunque muchas veces por haber sido publicada en español no ha tenido la repercusión y consideración mundial que creemos, por su valor, debiera haber tenido. »

10 Castilla del Pino, 1977, pp. 97-98.

11 González Duro, 1978, pp. 69-71.

12 Pour la suspension de l’importation de l’édition argentine du Moïse voir Expediente n° 773-46, Archivo General de la Administración, (1)50 21/7784. Pour ce qui est de la réédition des œuvres complètes de Freud, le dossier ouvert par la censure contient une première demande d’autorisation datée de 1947, qui porte l’indication de l’attente d’une préface, puis une seconde, de 1948, à laquelle est joint le prologue dactylographié et qui reçoit l’accord attendu (Expediente n° 4834-47, Archivo General de la Administración, 3(50) 21/8097).

13 Une version abrégée de ces thèses a été publiée dans Carles Egea et al., 2000.

14 Carles Egea, 1983, pp. 694-695.

15 Carles Egea et al., 2000, pp. 222-223.

16 Glick, 1981. Ces Journées, intitulées: « Historia de la Psicología, la Psiquiatría y el Psicoanálisis en España en el primer tercio del siglo xx », eurent lieu les 3 et 4 avril 1981 à Madrid.

17 Glick 1982, p. 536.

18 Glick, 1981, p. 10, écrit, par exemple : « Pero si no había freudianos en sentido estricto, fácilmente podemos identificar un círculo de discurso freudiano. En este contexto más limitado creo que se puede calificar de “freudianos” a personas que aceptaron los conceptos de la sexualidad infantil y de la etiología sexual de las neurosis. »

19 Corcés Pando, 2005, p. 34.

20 Ibid., p. 33.

21 Carpintero et Mestre, 1984.

22 Glick, 1986 et Corcés Pando, 2005, p. 35.

23 Thomas Glick relève l’inclusion erronée de Mira i López parmi les premiers psychanalystes espagnols (Glick, 1986, p. 146).

24 Corcés Pando, 2005, p. 34.

25 Bermejo Frígola, 1992et 1993 a.

26 Bermejo Frígola, 1993 b.

27 Carles Egea et al., 2000, pp. 227-295.

28 Bofill, 1987.

29 Ibid., pp. 104-105.

30 Ibid., p. 105.

31 Pérez-Sánchez, 1984.

32 Ibid., p. 246.

33 Muñoz, 1989.

34 Gutiérrez Terrazas, 1984.

35 Ibid., p. 217.

36 Ibid., p. 218.

37 Druet, 2006, p. 207.

38 Voir, notamment, Izaguirre (dir.), 1999.

39 L’une de ces exceptions est celle de Germán García qui cite, entre autres, Valentín Corcés (García, 1980, p. 130).

40 En 1984 Elvira Guilanyà cite, comme références contemporaines sur le mouvement psychanalytique en Espagne, Germán García, Alejandro Sáez, Carmen Gallano et Joan Salinas, et Christian Delacampagne (Guilanyà, 1984, p. 90).

41 García, 1981 et 1983.

42 « Jusqu’en 1936, la curiosité pour l’œuvre de Freud se maintient, mais elle ne sert qu’à alimenter les spéculations philosophiques de quelques médecins » (Gallano-Petit et Salinas Rosés, 1982, p. 185) ; « De 1911 a 1922 reina el más absoluto silencio [écrit Sáez Pons, qui se contredit aussitôt], un silencio roto únicamente por la aparición de artículos aislados » (Sáez Pons, 1981, p. 116).

43 Guilanyà, 1984, pp. 88-89.

44 Sínthoma et les revues énumérées ensuite sont des publications périodiques issues des groupes lacaniens de Barcelone et de Madrid, apparues avant 1984, date à laquelle sort le premier numéro d’une revue d’une société membre de l’IPA en Espagne, la Revista Catalana de Psicoanàlisi citée. L’article de Pérez-Sánchez ne fait aucune mention des premières.

45 Guilanyà, 1984, p. 89.

46 Gallano-Petit et Salinas Rosés, 1982, pp. 185-186.

47 Guilanyà, 1984, p. 95. L’article de Miquel Bassols auquel il est fait allusion est inédit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Druet, « La psychanalyse en Espagne : un bilan historiographique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 223-241.

Référence électronique

Anne-Cécile Druet, « La psychanalyse en Espagne : un bilan historiographique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1891

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Druet

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org