Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas

René Andioc
p. 243-246
Référence(s) :

Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas, Madrid, Castalia, 2006, 398 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 11 octobre 2010.

1Cet ouvrage, encore sans équivalent en Espagne, affirme l’auteur, vient en quelque sorte couronner, en les développant au terme d’une longue recherche, une série d’études sur la République des Lettres qu’il a publiées durant la dernière décennie.

2J. Álvarez Barrientos s’attache d’abord, en manière d’introduction, à décrire l’histoire de cet « État supranational » et de ses citoyens, que la lente socialisation de leur activité va peu à peu tirer de leur relatif isolement d’écrivains « privés » ou d’érudits pour leur donner leur visage, moderne, d’intellectuels tournés vers un public de plus en plus nombreux tandis que, d’autre part, le latin perd son statut de langue culturelle unique et que se modifient par là même les rapports entre la production littéraire (au sens encore large du terme) et les lecteurs auxquels elle est destinée.

3Le corps de l’ouvrage proprement dit comprend quatre grandes sections : « El escritor y la sociedad » ; « Representación del escritor » ; « Las economías del escritor », et « Política cultural y hombres de letras : instituciones y proyectos », chacune d’entre elles étant subdivisée en chapitres ou « apartados », également pourvus de leur titre respectif et qui souvent peuvent se suffire à eux-mêmes, avec en outre cette particularité, assez rare à un tel degré, que toutes sont précédées d’une ou de plusieurs épigraphes fort judicieusement choisies, empruntées, pour la plupart, certes, à des auteurs espagnols, mais aussi à quelques étrangers parmi les plus représentatifs de l’époque.

4L’auteur examine en premier lieu la terminologie variée qui permet alors de désigner les diverses facettes de l’activité littéraire, le choix des mots et l’apparition de néologismes témoignant de prises de position parfois divergentes face aux valeurs établies en ce domaine et à la diffusion du savoir. Il n’est pas rare de voir des écrivains présenter leurs œuvres comme une occupation secondaire en regard de leur profession officielle, étant donné le discrédit qui frappe ceux d’entre eux qui s’efforcent déjà de vivre de leur seule plume ; quant aux femmes, celles des classes supérieures s’entend, leur faible nombre témoignerait, si besoin était, de la domination sociale de l’homme.

5L’élargissement des frontières de la connaissance, et la plus grande divulgation de celle-ci au moyen de dictionnaires, de précis, d’articles de presse (et de livres de format plus maniable) font apparaître une nouvelle manière d’appréhender, de comprendre la culture, et d’en faire publiquement état ainsi que d’en débattre, notamment dans les salons, les « tertulias », les cafés, ce que les partisans d’une certaine continuité auront du mal à admettre : de là l’accusation de « charlatanería », que l’on retrouve chez Forner traducteur de Mencke, voire dans Los eruditos a la violeta, de Cadalso, une attitude sur laquelle Quintana écrira plus tard quelques lignes d’une grande lucidité. À ce propos, cependant, J. Álvarez Barrientos consacre plusieurs pages à montrer, de manière assez convaincante, que le « violeto » présenté sous un jour burlesque par Cadalso, et partant mal identifié de nos jours – comme tendrait à le confirmer une comparaison avec Los literatos en Cuaresma, d’Iriarte – est, à peu de chose près, le « bel esprit », disons : le nouvel intellectuel, pragmatique, brillant, désireux de s’intégrer à la société, et par conséquent, de se donner une possibilité d’agir sur elle, une « aristocratie » de l’intelligence ne se sentant nullement inférieure à la noblesse de sang, par ailleurs décriée, à quelques exceptions près, pour son inculture et son indifférence.

6La « difficile cœxistence », le « mariage impossible », entre cette noblesse et sa clientèle d’écrivains, mais aussi la rivalité entre les écrivains eux-mêmes soucieux de trouver un appui auprès des puissants ou auprès des hommes politiques du moment, jamais à l’abri d’une disgrâce, donnent lieu à quelques pages éclairantes. Restait le recours au mécénat d’État par le biais d’une prébende, d’un emploi administratif, ou de l’appartenance à une Académie, ce qui supposait en retour l’acquiescement à une certaine orthodoxie, en littérature le « bon goût », chez l’intellectuel ainsi « intégré ».

7« Representación del escritor » étudie les différentes images que donnent, mais aussi que veulent donner d’eux-mêmes, les écrivains en un temps où leur activité ne jouissait pas d’un grand prestige, et où le seul moyen de vivre, modestement, de sa plume était de prendre part aux nombreuses querelles littéraires, de contribuer à la prolifération de publications satiriques, de libelles (il n’était de pire ennemi de l’écrivain que son confrère), ou de fournir aux troupes théâtrales des œuvres particulièrement prisées du public. L’auteur consacre quelques pages à diverses gravures du temps, reproduites en appendice, dont certaines constituent l’expression graphique de l’idée qu’ils se faisaient de leur nouveau rôle dans la société, telles autres, au contraire, prenant le contre-pied parodique de cette iconographie orthodoxe ; ainsi, la série de l’« Academia asnal », vraisemblablement connue de Goya. À ces représentations canoniques ou burlesques, s’ajoute le portrait de l’homme de lettres, dont l’usage plus fréquent atteste à la fois le désir de donner plus de publicité aux œuvres et à leur auteur, et l’aspiration à une certaine reconnaissance par la postérité, à une certaine « sacralisation » de l’individu, parallèle à sa promotion sociale.

8C’est d’une intention analogue que témoignent, selon J. Álvarez Barrientos, ces portraits écrits que sont les biographies, les mémoires et les éloges, un genre dont il détaille les règles immuables et les lieux communs.

9Avant d’entreprendre l’étude de « Las economías del escritor », l’historien utilise une base de données établie par une équipe de l’Université de Bordeaux à partir de la Bibliografía de autores españoles del siglo xviii, de F. Aguilar Piñal, et se livre à un examen statistique des coordonnées socio-professionnelles des quelques 7 500 espagnols recensés dans l’ouvrage cité, malgré la difficulté que l’on éprouve parfois à déterminer l’occupation de nombreux laïcs. On reprend ici et on développe l’étude sur les diverses possibilités qui s’offraient aux écrivains tenus de concilier leur activité littéraire et leur sécurité économique ; à l’aide d’exemples précis, sont évoqués, en haut de l’échelle, pourrait-on dire, ceux que le système du mécénat ou la fonction administrative libérait de tout souci matériel, et au bas de celle-ci, les producteurs de littérature populaire, de colportage, que l’on a comparés à des artisans salariés des libraires et des marchands, et dont certains s’assuraient d’ailleurs d’enviables revenus. D’autres choisissaient le préceptorat, qui plaçait l’employé sous l’autorité de son employeur, mais pouvait en retour le faire bénéficier des privilèges économiques, sociaux et culturels de celui-ci (on évoque notamment Juan de Iriarte, Clemencín, ou bien encore, au-delà des frontières, les jésuites espagnols bannis, Kant, Hegel ou Schelling). La création d’institutions culturelles, comme les académies royales ou la « Real Biblioteca », dont les emplois étaient bien rémunérés, contribua à entretenir l’image traditionnelle de l’homme de lettres face à celle, en voie de formation et partant encore appréhendée sous un angle essentiellement satirique, du « vendeur » de littérature inséré dans le circuit commercial production-consommation, mais on allait, lentement et inexorablement, vers ce que l’on nomme « industrialisation de la culture ». Une note permet de se faire une idée du pouvoir d’achat d’un fonctionnaire de la Bibliothèque royale grâce à la liste des prix de produits de première nécessité et des salaires de certains artisans.

10Le ministère disposait d’un certain volant de pensions, civiles ou ecclésiastiques, et, à tout le moins, d’aides ponctuelles, pour répondre aux sollicitations de nombreux candidats à l’aisance matérielle excipant, à tort ou à raison, de leur « utilité » sociale ou culturelle, car il n’était pas possible, d’une manière générale, de vivre des seuls revenus de ses publications. Cependant, J. Álvarez Barrientos n’omet pas de consacrer quelques lignes à une occupation « plus lucrative pour les auteurs » – pour quelques-uns d’entre eux, faudrait-il dire –, à savoir le théâtre, lequel disposait d’un barème des prix applicable aux divers genres en usage à cette époque ; un dramaturge populaire pouvait percevoir 1 500 réaux pour une « comedia de teatro », c’est-à-dire à grand spectacle, mais il semblerait que le plus important d’entre eux, Comella, en dépit de sa fécondité, ait plusieurs fois crié famine, non sans raison. Le fait est que son adversaire, Moratín, auteur de La comedia nueva, une pièce dans laquelle ses pareils sont présentés sous un angle satirique, nous dépeint, en grossissant les effets, l’application du système mercantile à ce type de littérature, sous les traits d’un nouveau venu qui, loin d’être un poète privilégié par les Muses, est un « pauvre diable » (le terme est de Voltaire) dont la pratique du théâtre, véritable lutte pour la subsistance, se réduit à appliquer la loi de l’offre et de la demande et de la compétitivité en plagiant ce qui se fait de plus rentable et en revoyant à la baisse les tarifs de sa propre production, dans l’espoir d’une chimérique ascension sociale.

11Faute de droits d’auteur, dont il ne sera vraiment question qu’en 1813, l’écrivain, après examen et approbation de son ouvrage par les censures religieuse et civile, vendait les droits d’impression de cet ouvrage à l’imprimeur, de sorte que le bénéfice de la vente en revenait à ce dernier ou au libraire ayant éventuellement acquis ces droits, à moins que ledit écrivain n’assumât lui même les frais de l’impression, ce qui lui permettait de traiter directement avec le libraire. Un tirage dont la moyenne était de 1 500 exemplaires mettait de longues années à s’écouler. Un Martín Sarmiento calcula, nous dit-on, qu’il était plus lucratif de prêter à intérêt 2 000 ducats que de consacrer la même somme à publier un livre.

12Malgré toutes ces difficultés, constate J. Álvarez Barrientos, le nombre des écrivains ne cessa de s’accroître au xviiie siècle, à la fois en raison du développement de la liberté de l’individu et de l’apparition de ce nouveau moyen d’expression qu’était la presse, au point que certains regrettèrent que les Lettres soient devenues « lettres de change ». Cependant, la ligne de partage entre ceux qui appartiennent aux Académies et ceux qui écrivent dans les journaux n’est pas aussi nette qu’il semblerait, car un bon nombre des premiers peut utiliser la presse pour publier des textes d’un type différent de ceux qu’il destine au Parnasse et atteindre une autre catégorie de public plus large, ce qui suppose l’adoption d’une autre forme d’expression. Il est significatif, conclut l’historien espagnol, que dans l’ensemble des lois concernant le monde des livres jusqu’en 1813, dont le décret du 10 juin se réfère non plus aux « privilèges » mais au « droit de propriété littéraire », l’auteur ait été le dernier concerné – si l’on excepte un premier pas dans cette voie en 1764 –, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’il se trouvait seul pour assurer la défense de ses intérêts, face aux puissantes corporations regroupant les différents acteurs de l’industrie du livre.

13La dernière partie, relative aux institutions et aux projets, dont certains restèrent, comme on dit, dans les cartons, insiste sur la Bibliothèque royale, « première institution de la République des Lettres », dirigée par le confesseur du roi, et dont la création, avec celle des académies, s’inscrivait dans le cadre d’une série d’initiatives tendant à affirmer l’unité nationale. Elle fut à l’origine de la création du Diario de los Literatos de España, et, quelques décennies plus tard, d’une édition du Don Quichotte ; dès 1716 fut mis en œuvre ce que nous appellerions le dépôt légal. Quant à l’« impossible Académie des sciences », dont l’édification fut régulièrement reportée à une date ultérieure, son absence regrettable fut en quelque sorte, affirme l’auteur, compensée par la mise sur pied de divers centres d’envergure plus modeste.

14Ce bref compte-rendu ne peut donner qu’une faible idée de l’ampleur de l’information – disons le mot : de l’érudition – de l’ouvrage, qui tente de mieux faire comprendre l’originalité de la province espagnole de la République des Lettres, son avance ou ses retards par rapport aux pays voisins, en se référant de manière constante aux mesures, aux propositions, aux critiques et aux progrès qu’il convient de mettre à l’actif de ces derniers dans ce domaine. Quelques redites, parfois, inévitables (qui oserait jeter la première pierre ?). Un ouvrage qui ne dissimule pas les lacunes restant encore à combler, mais qui, d’autre part, fait bien plus qu’ouvrir une voie.

15En appendice, on l’a dit, un ensemble d’illustrations, mais aussi des notes biographiques sur les principaux acteurs, espagnols et étrangers, du monde des Lettres, au sens large du terme incluant les Sciences, un tableau chronologique et synoptique (politique, culture, littérature), de la fin du xviie siècle jusqu’en 1855, date du couronnement du poète Quintana. Une riche bibliographie des sources, manuscrites et imprimées, et des études utilisées. Enfin, un index des noms et des titres, comme il se doit, certes, mais dont aucune étude d’une certaine importance ne saurait se dispenser de nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Andioc, « Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 243-246.

Référence électronique

René Andioc, « Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/1902

Haut de page

Auteur

René Andioc

Professeur émérite, Université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org