Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Sebastián de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castellana o española

Marc Vitse
p. 243-246
Référence(s) :

Sebastián de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castellana o española, Ignacio Arellano y Rafael Zafra (eds.), Madrid – Frankfurt am Main, Iberoamericana – Vervuert, 2006, 1641 p.

Texte intégral

11605 : Sebastián de Covarrubias commence la rédaction du Tesoro et celle, simultanée, de son Suplemento, qui doit lui servir à la fois pour compléter la première édition de son dictionnaire et pour en rectifier les erreurs éventuelles.

21611 : publication, à Madrid, chez l’imprimeur Luis Sánchez, du Tesoro, dont le titre initial, bientôt abandonné mais fort révélateur de la conception de l’ouvrage, était Etimologías.

31674 : Benito Remigio Noydens prépare une nouvelle édition, en deux parties, de ce premier vrai dictionnaire de la langue espagnole ; ses ajouts (une cinquantaine de pages dans l’édition dont nous rendons compte) figureront dans toutes les éditions ultérieures, quoique disposés de façon très diverse.

41943 : Martín de Riquer réédite de façon (presque) paléographique – car il ne s’agit pas, contrairement à l’opinion commune, d’un facsimilé – l’édition de 1611, dans laquelle il intègre, lorsque c’est le cas, les ajouts de Noydens.

51994 : c’est un texte modernisé que propose au lecteur Felipe C. R. Maldonado, avec une réorganisation des entrées, l’adoption d’un double système de référence (forme ancienne/forme moderne) pour les mots servant de « têtes d’article » et conservés, eux, dans leur graphie ancienne, ainsi qu’une tentative de numérotation des acceptions secondaires des vocables principaux.

62001 : Georgina Dopico et Jacques Lerza publient, de façon indépendante, le texte du Suplemento, resté manuscrit jusqu’alors et donc jamais utilisé par les éditeurs antérieurs du Tesoro.

7Telle est, à grands traits, l’histoire de ce texte, histoire que, dans un « premier prologue », retrace Ignacio Arellano. Il y analyse les qualités, mais aussi les limites et les défauts des éditions qui ont précédé celle qu’il dirige. Et cela lui donne l’occasion de définir ses propres critères dont la justesse et la stricte application le conduiront – lui et son équipe – à l’élaboration de ce qu’il convient, sans ambages ni détours, d’appeler l’édition définitive – enfin ! – du plus renommé des dictionnaires espagnols du Siècle d’or. Rappelons l’essentiel de ces critères : retour à l’édition princeps (Tesoro) et au manuscrit (Suplemento) ; intégration, pour la première fois, du Suplemento, dont les notices sont placées à leur place alphabétique (mots nouveaux) ou, quand il s’agit de corrections ou de compléments, dans le cadre de chaque entrée concernée ; publication (pp. 1563-1612, en appendice en quelque sorte) des ajouts de Noydens ; énoncé des principes présidant au réaménagement et à la modernisation de chacune des entrées, principes souples qui essaient de donner les réponses les plus cohérentes possibles aux « incohérences » sans fin de l’ouvrage : celles d’un texte à la structure, nous est-il dit, « a menudo divagatoria » et dont l’original obéissait « a un mecanismo asociativo que tiene más que ver con lo poético que con lo científico », p. xx), celles, aussi, dues aux scribes et aux ouvriers typographes.

8L’éditeur a donc bien conscience de la difficulté, pour ne pas dire de l’impossibilité, qu’il y a de ramener à un système unique, à un « esquema regular » ce qui est tout à la fois une encyclopédie, une miscellanée, un cabinet de curiosités, une « silva de varia lección » (p. xx). Il assume la responsabilité des choix permanents à quoi oblige l’irrégularité du texte chaotique auquel il s’attaque, et force est de constater que, par-delà les rectifications des erreurs commises par ses prédécesseurs, les solutions retenues – notamment pour la séparation ou non des entrées et de leurs dérivés, pour l’établissement des fragments de latin, de grec et d’hébreu, pour la ponctuation comme élément décisif d’interprétation du sens littéral, pour les conventions typographiques mises au point, etc. –, que les réponses fournies, donc, emportent l’adhésion.

9Mais il ne s’agit là que d’un premier et décisif enrichissement – dans tous les sens du terme – du texte publié en 1611. Contribuent également à l’enrichir les apports de la vingtaine de collaborateurs qui ont participé à l’élaboration de cet opus magnum. Nous ne retiendrons que les deux principaux de ces apports, à savoir le « Second prologue » et l’existence, toute nouvelle, d’illustrations. Le lecteur trouvera dans l’exposé lumineux de Dominique Reyre tout ce dont il a besoin pour pénétrer dans la profuse et inextricable forêt du Tesoro : présentation synthétique de la vie et de l’œuvre de l’auteur ; finalité « patriotique » de son entreprise ; et, surtout, clefs permettant d’ouvrir les portes de cet imposant édifice : clef étymologique, clef exégétique, clef théologique, clef lexicographique et clef encyclopédique. Covarrubias y apparaît, en un portrait brillamment brossé, dans toute la dimension de sa liberté parfois novatrice (de lexicographe hébraïsant) et de son conservatisme idéologique (de « consultor de la Inquisición »), qui expliquent bien des aspects de son anarchisme rédactionnel et de son archaïsme culturel (de producteur de notices).

10Quant à l’insertion des quelque 1 500 illustrations – il n’y en avait guère dans les précédentes éditions du Tesoro –, elles tentent de traduire de façon concrète l’« inclinación visual muy intensa, patente en el Tesoro, muy rico en descripciones de plantas y objetos, alusiones y citas de emblemas, jeroglíficos y empresas, evocaciones de diversos instrumentos y su funcionamiento, etc. » (p. xlii). Elles sont de trois ordres : les unes ont une valeur purement esthétique, tout en servant à évoquer l’environnement culturel de Covarrubias ; d’autres viennent éclairer directement le sens du texte ou du passage auxquels elles sont accolées ; d’autres, enfin, sont puisées dans les recueils d’emblèmes du Siècle d’or, comme ceux composés par Covarrubias lui-même ou bien par son frère, ou encore ceux d’Alciat, de Borja, de Núñez de Cepeda, de Solórzano, de Soto, etc.

11Dernier enrichissement et non des moindres : le DVD – dû à Studiolum – qui accompagne l’édition papier et contient non seulement le texte de cette édition, mais également celui de la princeps et celui du manuscrit du Suplemento. DVD précieux, puisqu’il permet à chaque lecteur de juger de l’exactitude de la transcription des textes et de la pertinence des décisions interprétatives des éditeurs. Et DVD plus précieux encore, car il facilitera l’élaboration des travaux que réclame urgemment ce dictionnaire, qui n’a été vraiment l’objet d’études systématiques que fort récemment, comme le montre la très complète bibliographie recueillie aux pages lx-lxvi.

12On aura compris les raisons de l’enthousiasme suscité, chez le présent recenseur, par cette édition magnifiquement réalisée, avec le soutien de la Real Academia et du Centro para la Edición de Clásicos Españoles, par les maisons d’édition Iberoamericana et Vervuert. Une édition définitive, avons-nous dit, à condition, bien sûr, de rappeler qu’il ne s’agit que d’une première impression, qui devra faire l’objet de quelques corrections mineures, d’ailleurs appelées avec insistance par les éditeurs eux-mêmes : « Solo pedimos, con toda humildad y reconocimiento de nuestro poco saber, que todo aquello que hayamos errado se nos enmienda con caridad y se nos advierta para otra impresión » (p. xi). Apportons donc, pour terminer, une première petite pierre à l’édifice, tout en nous engageant à poursuivre cette œuvre « charitable » par une fréquentation assidue du Tesoro. Quelques « errata » tout d’abord : l’année de parution de l’étude d’Ahumada (p. lvi, note 60) n’est pas la même que celle donnée en Bibliographie (1991 et 1989, p. lxi) ; la date du Tesoro (1611) devient 1616 dans l’intitulé de l’article de Gemmingen (p. lxiii) ; deux des articles de Morreale portent la même date (1988), non différenciée par a ou b (p. lxvi) ; Aristocratia et democratia pour Aristocracia et democracia (p. 210) ; Charlés pour Charles (p. 459) ; « Festina lente » à mettre en gras, p. 1614 ; Fludd pour Flud (p. 1635) ; titres de Gabriele Simeone à inverser pour respecter l’ordre chronologique (p. 1638). Par ailleurs, le très utile Repertorio de ilustraciones (pp. 1613-1632), souffre de quelques insuffisances. Nombre des auteurs des grabados reproduits dans l’ouvrage n’ont pas de correspondant dans les « Referencias bibliográficas de las ilustraciones » (pp. 1633-1639) : c’est le cas, par exemple, de presque toutes les cartes de pays ou de régions (celles, entre autres, de Johannes Bleau, Pieter Bertius, Gabriel Bucelin, Cornelis Clacsz, Joannes Janssonius, Gerardus Mescator, Joseph Roux ou Tejeira ; le cas aussi des représentations gravées signées, pour ne donner que les noms les moins connus, par Heinrich Aldegrever, Karel Allard, Dominique Barrière, Nicolas Beatrizet, Cornelis Bos, Cesare Fantetti, Philippe Galle, Hendrick Goltzius, Maarten van Heemskerck, Wencelas Hollar, Daniel Hopfer, Étienne du Pérac, Bernard Picard, J. B. Probst, Gregor Reisch, Pietro Santi Bartoli, Tomas Stimmer, Antonio Tempesta, Cornelis Visscher, Johannes Wierix et Pierre Woeiriot ; c’est le cas, enfin, de gravures anonymes telles qu’on les trouve, pour en citer quelques-unes, aux mots suivants : Desampara, Dodonea, Entoldar, Escribano, Infantes, Judío, Lesbos, Manuel, Menelao, Mesta (et l’ensemble des escudos reproduits), Naipe, Palio, Pardo, Rafael, Tablado, Toldo, Valencia… On perçoit bien les raisons qui expliquent ces absences : il s’agit presque à chaque fois de gravures isolées et non datées, ce qui aurait obligé à un trop lourd appareil bibliographique. Mais il reste souhaitable, lors d’une seconde impression, que ces raisons soient indiquées explicitement, et qu’une date de production, même approximative, soit donnée, lorsque cela est possible, pour tous les documents utilisés, afin que le lecteur puisse être mieux à même de se replonger, sans crainte d’anachronisme, dans l’époque précise de Covarrubias.

13Ultime remarque : le choix de publier en fin de volume les ajouts de Noydens peut parfaitement se comprendre, puisqu’il est guidé par un louable souci de respecter l’authenticité du projet du lexicographe. Il n’empêche : pour le lecteur d’aujourd’hui, obligé, par de constants renvois, d’interrompre sa lecture pour aller consulter l’Appendice, il eût été sans doute préférable de voir ces ajouts intégrés au fur et à mesure dans le corps du dictionnaire, pace Covarrubias.

14Ce dernier, il est vrai, n’aurait guère prêté attention à ces broutilles. Il aurait été, bien au contraire, pleinement reconnaissant de voir menée à son terme cette édition qui représente très certainement la transposition la plus fidèle de l’esprit de son entreprise. Que l’Université de Navarre, avec tous ses collaborateurs, soit chaleureusement remerciée de nous avoir fourni un instrument qui doit désormais entrer obligatoirement dans la bibliothèque de tout spécialiste du Siècle d’or.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Vitse, « Sebastián de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castellana o española », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 243-246.

Référence électronique

Marc Vitse, « Sebastián de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castellana o española », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1904

Haut de page

Auteur

Marc Vitse

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org