Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Francisco Luis Díaz Torrejón, Guerrilla, contraguerrilla y delincuencia en la Andalucía Napoleónica [1810-1812]

Emilio La Parra López
p. 256-258
Référence(s) :

Francisco Luis Díaz Torrejón, Guerrilla, contraguerrilla y delincuencia en la Andalucía Napoleónica [1810-1812] (3 vols.), Lucena, Fundación para el Desarrollo de los Pueblos de la Ruta del Tempranillo, 2004-2005, 367, 274 y 314 p.

Texte intégral

1F. L. Díaz Torrejón est l’un des historiens qui a le plus contribué à la connaissance de l’Andalousie durant la guerre d’Indépendance comme en témoigne, parmi d’autres publications, sa monographie exemplaire Osuna napoleónica [1810-1812] (Séville, 2001). Cet auteur se distingue par la précision avec laquelle il expose les faits et par la prudence de ses interprétations. On retrouve ces deux qualités dans le présent ouvrage, le plus complet à ce jour sur la guérilla en Andalousie.

2Cette étude comporte deux parties : la première consiste en une réflexion d’ordre général ; la seconde expose en détail les vicissitudes que connurent les différents groupes de la guérilla andalouse. L’ensemble offre, en un millier de pages, une information exhaustive sur la guérilla, ses différentes composantes, ses activités et les effets induits sur le territoire. Les données sont, en grande partie, inédites. Elles rectifient souvent, ou du moins nuancent, les informations apportées par d’autres auteurs qui n’avaient pas eu aussi systématiquement recours à des sources primaires.

3L’objectif de cette publication est ambitieux parce qu’elle tente de répondre aux questions fondamentales que pose le phénomène de la guérilla. L’auteur est conscient de la difficulté de ce défi. En premier lieu, parce qu’il est difficile d’obtenir des informations incontestables sur les guérillas. Celles-ci n’ont pas toujours laissé de traces documentaires, soit parce qu’il y a eu volonté délibérée de garder le secret, soit parce que ces formes de résistance sont fréquemment l’objet de mythes et d’hagiographies ou, à l’inverse, de disqualifications et de sous-estimations. Les difficultés sont également d’ordre conceptuel et méthodologique. Bien que les études soient nombreuses, le débat reste ouvert, notamment sur la nature des guérillas, leurs actions et leurs objectifs. Il suffit de considérer, pour ne citer que deux des monographies les plus récentes, les positions défendues d’un côté par Antonio Moliner et, de l’autre, par Charles J. Esdaile.

4La première difficulté, le recueil des informations, est très bien résolue par Díaz Torrejón. L’auteur, dont le souci d’étayer chaque donnée est presque obsessionnel, a mené ses recherches dans les principales archives nationales, andalouses, et même paroissiales, sans oublier les fonds du château de Vincennes. Son attachement aux sources est tel que, lorsqu’elles ne sont pas à ses yeux en nombre suffisant, il n’hésite pas à en informer le lecteur et à renoncer à toute spéculation. F. L. Díaz Torrejón, qui réunit pourtant une quantité considérable d’informations et démontre l’importance de la guérilla en Andalousie, n’exclut pas que le phénomène ait été plus important encore que ce qu’il est parvenu à documenter. En d’autres termes, la guérilla en Andalousie aurait peut-être atteint des proportions encore plus étendues que ne le montre cette étude. Quoi qu’il en soit, comme le souligne Gil Novales dans la préface, l’ouvrage établit clairement qu’en Andalousie, la guérilla a eu une importance comparable à d’autres régions espagnoles.

5Ce qui précède suffirait à attester la qualité de cette étude, mais son intérêt va au-delà et il faut insister sur ses apports conceptuels et méthodologiques. En premier lieu, la définition même de guérilla qu’elle propose ouvre des perspectives intéressantes. Selon Díaz Torrejón, la guérilla est un phénomène hétérogène dont le seul dénominateur commun est l’opposition à Napoléon. La thèse est donc qu’il s’agirait d’un mouvement insurrectionnel contre l’occupant étranger, apparu dans un contexte particulier et qu’on ne saurait partant étendre à d’autres périodes de l’histoire, même si le mot de guérilla a, par la suite, désigné d’autres mouvements de résistance armée. Pendant la guerre d’Indépendance, les guérillas sont des groupes de natures différentes, composés d’un petit nombre d’hommes et agissant de manière autonome. « Les unités de partisans [dit Díaz Torrejón, t. i, p. 131] préfèrent l’insoumission à l’obéissance et l’anarchie à la méthode, elles jouissent ainsi de l’indépendance, au sens de la liberté d’action. En somme, les guérillas refusent tout règlement et tout code de conduite, parce qu’elles les considèrent comme un corset rigide qui exclut les activités irrégulières, voire délictueuses ». De ce point de vue, on comprend que les tentatives pour encadrer l’action des guérillas soient restées sans effets. Cette conception conduit à un autre constat : la guérilla ne poursuivait pas des fins politiques, elle avait pour simple objectif de lutter contre l’envahisseur. En d’autres termes, les partisans n’ont pas pris les armes pour ou contre une idéologie, pas plus, bien sûr, que les guérillas n’ont été créées par les autorités pour préserver l’Ancien Régime), mais pour délivrer de la domination étrangère le territoire, local ou national, les différences entre les groupes étant, à cet égard, importantes. Ainsi, il faut se garder d’établir des correspondances systématiques entre les guérillas de 1808-1814 et d’autres mouvements armés comme, par exemple, la « guérilla royaliste » du Trienio Liberal qui ne visait pas à repousser l’envahisseur (au contraire, elle a collaboré avec lui), mais à transformer le système politique conformément à des consignes provenant de l’entourage de Ferdinand VII.

6Cette lecture de la guérilla ouvre un débat historiographique intéressant et justifie la méthode employée par Díaz Torrejón. Son analyse repose sur trois prémisses : l’étude des guérillas doit tenir compte des réactions populaires antérieures à la domination napoléonienne ; la conduite des guérilleros est ambiguë et oscille, sans différenciation claire, entre héroïsme et banditisme ; enfin, l’étude de la guérilla doit être complétée par celle de la contre-guérilla napoléonienne, c’est-à-dire, par celle des opérations visant à briser l’insurrection patriotique. C’est sur ces bases que Díaz Torrejón construit son argumentation.

7Après une brève description du milieu physique, l’auteur examine les circonstances du soulèvement contre Napoléon. Bien que la littérature sur la question soit abondante, il reste beaucoup à faire. Ainsi, Díaz Torrejón insiste particulièrement sur la dimension sociale de la guérilla et sur l’influence de ce contexte spécifique aussi bien sur la naissance de la guérilla que sur son expansion.

8La relation entre délinquance et guérilla occupe également une place importante dans l’ouvrage. Ce champ était resté jusqu’ici relativement mal déterminé, précisément en raison d’un recours insuffisant aux sources primaires. Díaz Torrejón prend le problème à bras-le-corps et tente, dans la mesure où les données le lui permettent, de classer les groupes de guérilleros, dans l’une ou l’autre catégorie. L’auteur tient ainsi pour délinquantes les bandes qui commettent des excès et des crimes, et pour lesquelles aucun document n’atteste la moindre action de guerre contre les Français ou contre les « afrancesados ». Les résultats sont frappants et ils mettent clairement en évidence l’importance du banditisme.

9Enfin, l’auteur fournit des informations abondantes et, à maints égards, nouvelles sur l’action de la contre-guérilla française, que ce soit par le biais de colonnes militaires chargées de la répression des guérilleros, ou par celui de la création d’unités paramilitaires spécialisées et de groupes d’« afrancesados », l’ouvrage décrivant en détail les actions des uns et des autres.

10Il convient, pour conclurer, de souligner le soin apporté à l’édition et l’absence de coquilles typographiques. Cette minutie témoigne des capacités éditoriales de certaines associations locales aux prétentions modestes, mais dont les travaux sont de la plus grande utilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio La Parra López, « Francisco Luis Díaz Torrejón, Guerrilla, contraguerrilla y delincuencia en la Andalucía Napoleónica [1810-1812] », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 256-258.

Référence électronique

Emilio La Parra López, « Francisco Luis Díaz Torrejón, Guerrilla, contraguerrilla y delincuencia en la Andalucía Napoleónica [1810-1812] », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/1907

Haut de page

Auteur

Emilio La Parra López

Universidad de Alicante

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org