Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819)

Emilio La Parra López
p. 258-260
Référence(s) :

Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006, 488 p.

Texte intégral

1En 1818, des exilés espagnols commencèrent à organiser un réseau de conspirateurs dont le but initial était de renverser Ferdinand VII et de rétablir Charles IV sur le trône. Ils élaborèrent un véritable programme politique complété par une série de mesures concrètes, ce qui montre que le projet ne fut pas improvisé. Ils cherchèrent à susciter une insurrection (le déclenchement était prévu pour le 15 juillet 1819) et à mettre en place un système libéral fondé sur les principes contenus dans un « Acte constitutionnel » qui, de fait, était une ébauche de constitution. La mort soudaine de Charles IV, en janvier 1819, modifia en partie le projet et il fut définitivement abandonné lorsque la conspiration échoua à El Palmar del Puerto (Cadix), en raison de la trahison du comte de La Bisbal chargé initialement de conduire le mouvement. On peut noter que les rares études consacrées à la période absolutiste de 1814 à 1819 (le Sexenio absolutista) ont ignoré « la conspiration d’El Palmar » qui, pour certains historiens, ne fut que le prélude du « pronunciamiento » de Las Cabezas de San Juan (janvier 1820) et, pour d’autres, une nouvelle initiative des militaires dans le prolongement des pronunciamientos anti-absolutistes du Sexenio. Pour cette raison, et, plus encore, par méconnaissance, de nombreuses histoires générales – même très récentes – ne mentionnent pas cette conspiration. Claude Morange démontre dans cet ouvrage qu’elle mérite toute l’attention des historiens car, outre qu’il ne s’agit pas d’un pronunciamiento mais d’un projet révolutionnaire élaboré, elle est une clé pour comprendre la nature du premier libéralisme espagnol.

2Morange fonde son étude sur les documents de la liasse 2987 de la section « Estado » de l’Archivo Histórico Nacional. Il s’agit de cinq lettres et de dix-neuf déclarations ou manifestes, dont l’« Acte constitutionnel » déjà évoqué, signés par « Beitia », une personne ou un groupe de personnes non identifiées. Reprenant cette signature énigmatique, Morange appelle cette conspiration « le plan Beitia », dénomination plus précise que l’expression habituelle de « conspiration d’El Palmar ». Les lettres, sibyllines mais déchiffrées avec une remarquable intelligence par l’auteur, sont datées de Marseille, de Bordeaux et de Bayonne, qui fut le centre de la conspiration. Les personnes impliquées sont nombreuses et, même s’il ne parvient pas à toutes les identifier, Morange propose de nombreuses pistes en comparant les documents du « Plan Beitia » à d’autres procès d’État, ainsi qu’à des dossiers de police et de l’inquisition. Il démontre ainsi que le plan fut conçu au sein d’une société secrète (la participation de la franc-maçonnerie est évidente), qu’il fut rédigé par un petit groupe de personnes à Bayonne, et qu’il eut des ramifications en Espagne (à Vitoria, en Galice, à Madrid et à Cadix), en Angleterre et au Portugal. Parmi les conspirateurs, on trouve des libéraux, mais aussi d’anciens partisans de Joseph Bonaparte. Pour la plupart, il s’agit de militaires et d’individus appartenant aux groupes sociaux les plus intéressés par l’abolition de l’absolutisme et de la société d’Ancien Régime : des avocats, des médecins, des artisans et, surtout, des commerçants.

3Les conspirateurs dotèrent leur projet d’une plateforme politique relativement élaborée et de nature clairement libérale. Cela dit, ils ne s’inspirèrent pas du modèle de la Constitution de 1812 mais, essentiellement (quoique pas exclusivement), des idées de Benjamin Constant. Ils élaborèrent ainsi un plan modéré que eux qualifièrent de révolutionnaire. Ils rejetaient radicalement l’absolutisme tout comme le système issu de la Constitution de 1812, système qu’ils jugeaient trop modéré, inachevé et incohérent. Le projet constitutionnel du « Plan Beitia » est sur certains points, comme la question religieuse, plus avancé que celui de 1812, mais, sur d’autres, comme la représentation nationale, il est beaucoup plus modéré. Ce système, en rien chimérique mais réaliste et conforme aux tendances dominantes de l’Europe à l’époque, prétendait consolider le pouvoir de la classe moyenne (commerçante et industrielle) en dépassant les différends entre les forces politiques opposées à l’absolutisme. D’où, en particulier, la volonté de rapprocher les libéraux des anciens fidèles de Joseph I ou des « afrancesados ». Morange souligne que seuls sont exclus du « Plan Beitia » les partisans d’Espoz y Mina, et il suggère, à juste titre, que cette question mériterait une étude détaillée.

4Plutôt que d’une conspiration, il s’agit donc d’un projet de révolution politique de type modéré. Même si le mot « conspiration » figure dans le titre de l’ouvrage, Morange insiste sur ce point, et il propose une interprétation très convaincante de ce qui constitue, comme il le dit lui-même, une « révision nécessaire de certains schémas » sur le premier libéralisme espagnol. Tel est probablement le principal apport de cette étude, mais ce n’est pas le seul. L’ouvrage apporte aussi des précisions intéressantes sur le phénomène du pronunciamiento pendant le Sexenio Absolutista. Elles remettent en question la typologie proposée il y a plusieurs décennies par Comellas, typologie considérée jusqu’ici comme quasiment canonique. L’ouvrage de Morange montre également qu’il n’y a pas de lien entre le « Plan Beitia » et le pronunciamiento de Las Cabezas de San Juan. Les acteurs, et encore moins les programmes, ne sont comparables : le « Plan Beitia » est modéré et, précisément parce qu’il échoue en janvier 1820, on renonce au modérantisme et le modèle de 1812 est adopté Cette analyse permet d’aborder la politique de la période libérale de 1820-1823 (le Trienio Liberal) dans une perspective nouvelle et d’examiner, de manière plus rigoureuse et à la lumière de nouvelles données, la division interne du libéralisme espagnol.

5Le livre de Morange est ainsi beaucoup plus que le récit, détaillé et fondé sur des données inédites, d’un projet anti-absolutiste dont nous ne savions presque rien, si ce n’est grâce aux travaux de F. Varó Montilla, mais ces derniers, à la différence de ceux de Morange, n’analysaient pas la signification politique du phénomène. Cet ouvrage est aussi une contribution essentielle à la compréhension du premier libéralisme et une brillante leçon sur la méthode d’analyse d’un fait historique. Il convient de le souligner car les exposés théoriques (certes nécessaires) sur le temps court sont une chose, mais leur utilisation dans l’analyse historique en est une autre. De manière magistrale, Morange, en historien accompli, montre comment utiliser la documentation, ce qu’elle nous révèle et les questions qu’elle laisse en suspens. En même temps, il nous propose un ensemble d’hypothèses très stimulantes qui ouvrent de nouvelles perspectives pour comprendre l’époque et les mouvements anti-absolutistes. Un livre, donc, très solide, dans lequel on ne trouvera aucun « saut dans le vide » et qui témoigne d’une exceptionnelle connaissance de l’époque. On pourrait éventuellement reprocher à l’auteur de trop développer certaines hypothèses, de tergiverser parfois lorsqu’il est confronté à des lacunes documentaires. Cependant, cette remarque pourrait n’être qu’une fausse impression de l’auteur de la présente recension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio La Parra López, « Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 258-260.

Référence électronique

Emilio La Parra López, « Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1909

Haut de page

Auteur

Emilio La Parra López

Universidad de Alicante

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org