Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874)

Eduardo González Calleja
p. 298-301
Référence(s) :

Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874). Nuevos enfoques sobre el Sexenio Democrático, Valladolid, Consejería de Educación y Cultura de la Junta de Castilla y León, 2002, 370 pp.

Texte intégral

1Le Sexenio Democrático a donné lieu aux interprétations les plus opposées, en raison peut-être de la complexité des problèmes politiques apparus en une période aussi courte, voire de son caractère supposé de transition entre le romantisme et le positivisme, entre l’utopie et la Realpolitik. C’est cependant dans l’ensemble un ton critique qui a prévalu, dès les premiers travaux historiques qui ont tenté de légitimer la restauration monarchique. Depuis lors, cet intermède démocratique entre deux longues périodes de monarchie libérale, court mais agité, a traîné une réputation d’échec, portant aussi bien sur l’institutionnalisation de la démocratie que sur les progrès socio-économiques de type libéral et capitaliste.

  • 1  Les aucas étaient des vignettes d’origine païenne au bas desquelles figurait une légende et les ale (...)

2Dans les cinq ans qui suivirent le centenaire de la Gloriosa, le Sexenio eut un bref moment de splendeur historiographique, avant d’être nettement délaissé, au terme des années soixante-dix, en faveur de l’analyse de notre seconde expérience démocratique et, depuis la fin des années quatre-vingts, au profit des études sur la Restauration. Or, le Sexenio pourrait connaître aujourd’hui une « seconde jeunesse » au moment où l’on insiste sur la capacité qui fut la sienne de créer et de diffuser une culture démocratique embryonnaire en maints aspects de la nôtre. Une « culture civique participative », selon l’expression d’Almond et Verba, fondée sur la concurrence électorale par le biais du suffrage universel, la création d’une opinion publique indépendante du pouvoir (avec, par exemple, la diffusion de la presse satirique, les aucas ou les aleluyas1) et l’exercice des droits individuels et collectifs favorisé par le fleurissement des associations (clubs, cercles, cafés…) et toute une gamme d’actions à mi-chemin entre l’archaïsme de la mutinerie et la modernité de la manifestation ou de la grève. Enfin, certains traits programmatiques, comme le libre-échange ou le fédéralisme, pourraient aussi préfigurer des aspects majeurs du pacte constitutionnel de 1978, tels que l’européanisme et l’autonomisme.

3L’ouvrage dirigé par Rafael Serrano entreprend de repenser l’héritage de la Gloriosa en termes positifs. Les articles couvrent certains aspects essentiels de la période, même si l’on peut regretter l’absence de travaux spécifiques sur la monarchie d’Amédée de Savoie. Certaines études analysent en profondeur des questions politiques ou sociales majeures, alors que d’autres nous proposent une réflexion plus distancée sur l’héritage culturel de cette expérience démocratique.

4Les origines politiques de la Révolution sont exposées dans la biographie politique qu’Irene Vallejo et Pedro Ojeda consacrent à Pedro Calvo Asensio, un des principaux acteurs de la révolution de 1854, fondateur du journal La Iberia et théoricien de la fraction « pure » du progressisme, qui à partir de 1863 fut à l’origine de la décisive abstention politique du parti. Les trois études suivantes témoignent d’un souci de réévaluation historique. Dans son analyse des acteurs et des causes de la Gloriosa, Gregorio de la Fuente met en relief les faiblesses interprétatives des explications historiques d’ordre structural, dominantes dans les années 1970-1980. Face à la thèse « économiste » — soutenue entre autres par Vicens, Sánchez Albornoz, Tortella ou Fontana — qui relie le déclenchement de la révolution à la crise financière de 1866, et face au paradigme « classiste » d’inspiration marxiste, défendu entre autres par Tuñón de Lara, qui attribue l’échec de la révolution démocratique à une bourgeoisie locale peu réformiste, trop liée aux intérêts traditionnels ou divisée sur l’objectif révolutionnaire à atteindre, G. de la Fuente défend une approche fondamentalement sociopolitique, contestant que la Gloriosa ait été une révolution sociale et soulignant que le véritable agent du changement politique ne fut pas une classe déterminée mais une élite issue de différentes classes sociales et assez stable depuis l’époque d’Isabelle II. Cette élite, intégrée depuis longtemps dans les partis de notables, était formée majoritairement de membres des professions libérales qui n’étaient pas directement liés aux grands intérêts économiques et qui défendaient des valeurs ne mettant pas en cause la hiérarchie sociale. La crise de la monarchie isabéline s’expliquerait ainsi par la fragmentation des élites, l’arbitraire de la couronne dans la médiation institutionnelle et les mobiles politiques ayant entraîné la formation d’une grande coalition dirigée contre les Bourbons. Autant de facteurs de dissolution qui, en se gardant de tout anachronisme, pourraient être également relevés dans la crise de la Restauration.

5Dans une perspective similaire, Andrés Hoyo Aparicio propose une lecture sociale des origines économiques de la Gloriosa. Il montre que le débat sur la révolution de 1868 s’est inséré dans une polémique plus vaste portant sur la nature prétendument révolutionnaire des transformations sociales, économiques, politiques et institutionnelles entre 1812 et 1874 et sur le rôle effectif de la bourgeoisie dans ce processus. L. Santiago Díez Cano, quant à lui, déplore l’oubli historiographique dont souffre l’année 1873 et conteste l’interprétation générale de la Ire République en termes d’échec. De fait, il impute ses faiblesses à l’hétérogénéité de l’alliance au pouvoir, à son impuissance face aux différentes crises, au contexte international défavorable et à la fragilité institutionnelle du régime lui-même. Au demeurant, l’année 1874 est encore plus mal connue que l’année 1873. Dans son travail sur la République unitaire présidée par le général Serrano — un extrait peut-être un peu hâtif de sa volumineuse thèse sur le sujet —, Julián Toro s’intéresse à l’arrière-plan politique complexe du coup d’État du général Pavía, relevant que la « République ducale » fut un régime d’exception et que sa précarité même l’empêcha de prendre la forme d’une dictature.

6Une autre série de travaux examine les partis politiques aux extrémités du cadre démocratique.  Juan Bautista Vilar et Pedro María Egea Bruno développent leur thèse célèbre sur la corrélation entre l’expansion minière dans la zone de Carthagène - La Unión, l’exode rural et l’essor d’associations ouvrières proches du cantonalisme. D’après Gloria Espigado, celui-ci fut l’expression pratique d’un fédéralisme « depuis le bas », contraint d’emprunter la voie insurrectionnelle devant l’impuissance du parlement de Madrid à consolider assez rapidement un fédéralisme « depuis le haut ».

7À l’autre extrémité du système des partis, deux études portent respectivement sur les origines et les conséquences de la deuxième guerre carliste. Enriqueta Sesmero considère la crise de l’agriculture basque en 1868-1872/1873 comme l’origine du conflit. En effet, la chute générale de la demande et l’endettement généralisé dû à la dégradation des relations contractuelles, à quoi il faut ajouter des problèmes politiques comme la fraude électorale et la tentative de restreindre le pouvoir des municipalités, seraient à la base de la rupture de la communauté traditionnelle. Les médiateurs classiques dans ce genre d’environnement rural (le clergé séculier, certains membres des professions libérales et des artisans aisés) auraient profité de cette situation pour entraîner les masses appauvries vers le carlisme.

8De son côté, Jordi Canal, dans une étude abondamment nourrie des archives de la période 1876-1878, oppose le luxueux exil de don Carlos aux privations endurées par la majorité de ses partisans : environ 20 000 personnes, principalement des hommes jeunes et célibataires. La gestion de cet exode par les autorités françaises et espagnoles — la dernière grande émigration politique du carlisme — a été la source de difficultés sérieuses : internements administratifs, allocations, grâces sélectives et surveillance des frontières avec les républicains.

9Les données géographiques de la révolution sont déterminantes dans l’histoire du Sexenio, principalement la question de l’Outre-mer. José A. Piqueras souligne que le problème colonial antillais, qui déboucha sur la guerre de Dix ans, eut un rôle décisif dans l’évolution politique du Sexenio et dans la difficile survie du régime démocratique dans la Péninsule. Cuba, en effet, fut le terrain d’expression des divers projets politiques de la coalition révolutionnaire de 68 (antiréformisme des unionistes, réformisme des progressistes et des démocrates). C’est pourquoi, plus que toute autre région, elle eut à souffrir des incertitudes de la situation politique générale. Piqueras observe que la volonté réformiste précéda le « cri de Yara » et qu’elle se maintint, en dépit de grandes difficultés, jusqu’à la fin de la présence espagnole à Cuba, comme le montrent les travaux d’Inés Roldán.

10Dans son étude sur la Catalogne, Maricío Janué explique l’échec de l’expérience démocratique dans la Principauté par des arguments relatifs aux difficultés de modernisation. En particulier, il insiste sur l’absence de réponses adéquates de la part de l’État à la disparité entre la structure économique et sociale de la Catalogne et le reste de l’Espagne. Les dirigeants du Sexenio auraient ainsi échoué dans leur tentative de développer les capacités étatiques propres à satisfaire les nouvelles exigences des citoyens (avant tout la décentralisation, leitmotiv des programmes de presque toutes les tendances politiques catalanes de l’époque), exigences nées d’une plus forte mobilisation politique après l’introduction du suffrage universel. À l’inverse, la politique démocratique au quotidien se traduisit par la mise en place d’un régime d’exception quasi permanent et contrôlé par l’armée, de sorte que la fréquente interruption du fonctionnement des institutions et des charges électives affaiblit progressivement l’adhésion aux institutions, tendance qui fut s’accentuant sous la République de Serrano et la Restauration. Dans son étude sur la province de Castille et Léon, Rafael Serrano relève l’absence de véritables liens entre les transformations politiques et la conjoncture économique défavorable, marquée par la crise ferroviaire de 1866, la crise de subsistance de 1867-1868 et la faillite de grandes institutions financières locales. Cela mit fin au rêve d’une industrialisation de la région fondée sur l’orientation marchande d’une économie agraire et céréalière. Serrano montre que les groupes d’intérêt économiques de Castille et Léon perçurent trop tardivement les implications de la politique de libre-échange et agirent de façon erratique et désunie.

11Quel fut, en définitive, l’héritage du Sexenio ? Mercedes Suárez Pazos retient les principes d’une réforme éducative en grande partie inachevée, fondée sur l’autonomie, la décentralisation et « la liberté d’enseignement en chaire », des principes qui sont aujourd’hui généralement admis. Comme nous l’avons vu, Díez Cano soutient que la culture politique républicaine est à l’origine des valeurs démocratiques actuelles, comme l’affirment également des auteurs comme Àngel Duarte ou Manuel Suárez Cortina (qui dans le présent ouvrage aborde les diverses références historiques au Sexenio dans les romans de Pereda, Valle Inclán, Unamuno et Galdós). Manuel Morales Muñoz ob-serve, dans son étude des réseaux de sociabilité de la démocratie républicaine, que la primauté de la société civile défendue par les démocrates s’exprima dans la rue à travers les manifestations, les processions et les fêtes, mais elle contribua également, à partir des années 1850-1860, à créer un grand tissu associatif radical-démocrate, transversal en termes de classes sociales, et prétendument égalitaire. Celui-ci a délaissé les cafés et les tavernes (lieux informels de propagande et conspiration du radicalisme libéral depuis le début du xixe siècle) pour investir des institutions plus formelles comme les sociétés récréatives (les cercles) et d’assistance mutuelle (les coopératives) et surtout le club, nouveau modèle de sociabilité politique et culturelle à partir de la proclamation du droit de réunion et d’association.

12En conclusion, une contribution de grand intérêt consacrée à une période injustement négligée en raison d’une attention excessive à l’actualité et de la recherche des racines authentiques de la démocratie dans les lieux les plus improbables.

Haut de page

Notes

1  Les aucas étaient des vignettes d’origine païenne au bas desquelles figurait une légende et les aleluyas, des images pieuses ornées du mot «aleluya». Plus tard, elles désigneront des images accompagnées d’une légende, souvent satirique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 298-301.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Rafael Serrano García (coord.), España (1868-1874) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/193

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org