Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Juan Francisco Fuentes, Largo Caballero. El Lenin español

José Luis Ledesma Vera
p. 260-262
Référence(s) :

Juan Francisco Fuentes, Largo Caballero. El Lenin español, Madrid, Editorial Síntesis, 2005, 415 p.

Texte intégral

1Largo Caballero, le Lénine espagnol ?Le titre de cet ouvrage aurait sans doute pu comporter un point d’interrogation. Car, au-delà de l’utilisation d’une formule frappante, le livre repose en bonne partie sur une question implicite : jusqu’à quel point Largo Caballero a-t-il été l’alter ego espagnol du père de la révolution russe ? Dans quelle mesure la longue trajectoire syndicale et politique du grand leader socialiste pourrait-elle être résumée et symbolisée par son tournant bolchevique et maximaliste de 1933-1937 ?

2L’ouvrage de Juan F. Fuentes propose une belle biographie politique de l’un des grands personnages du début du xxe siècle espagnol, Largo Caballero. Jusqu’à présent, le genre biographique a été relativement peu cultivé en Espagne. Il y a deux ans, Paul Preston, sans doute l’auteur de la meilleure d’entre elles, soulignait le « manque relatif de monographies » sur les principaux personnages du xxe siècle espagnol. Cette situation a commencé à changer grâce aux études consacrées à Cambó, Negrín ou Montseny, ainsi qu’aux biographies d’Alcalá-Zamora, Ledesma Ramos, Lerroux ou Ridruejo publiées, dans la même collection que cette étude, par la Editorial Síntesis. Ceci dit, ces progrès sont encore trop modestes pour que nous ne saluions pas la parution d’ouvrages comme celui dont il est ici question.

3La tâche, en effet, s’agissant de Largo Caballero, n’était pas aisée. Sans doute certains de ses contemporains (Negrín, Azaña ou Durruti par exemple) ont-ils été davantage l’objet de mythes, d’anathèmes, de falsifications et, plus encore, de silences. Cependant, outre les traits qu’il a en commun avec ses contemporains, le cas de Largo Caballero présente une difficulté supplémentaire car sa vie publique embrasse, sans interruption, trois décennies. À cela, il convient d’ajouter ce que S. Juliá a appelé « l’ambiguïté radicale de son parcours politique ». C’est-à-dire les ruptures, voire les incohérences, de cette longue carrière, les différentes facettes d’un homme politique qui n’a cessé d’agir en dirigeant discipliné, organisateur et « essentiellement réformiste » (G. Meaker) au sein des syndicats, du ministère du Travail pendant la République, et même, au sein des espaces de liberté de la dictature de Primo de Rivera. Cependant, c’est un homme politique qui n’a pas hésité, dans d’autres contextes, à s’élever contre le statu quo en promouvant de grandes grèves générales (1917 et 1930). Il s’est aussi aventuré dans les voies de l’insurrection (1934) et d’une intarissable rhétorique maximaliste et révolutionnaire entre 1933 et 1936. Il est donc difficile de définir le Largo Caballero, si tant est qu’il y en eût un, et il est beaucoup plus facile de s’en tenir aux jugements divers et contradictoires à son endroit.

4Renonçant à cerner un seul et unique Largo par-delà les contradictions, Juan F. Fuentes entreprend la tâche difficile de retracer l’itinéraire à la fois biographique et politique de cette figure du socialisme espagnol. Le résultat est un portrait mesuré, synthétique mais complet, qui ne renonce pas à chercher une certaine cohérence dans son parcours et qui évite les critiques virulentes faisant de Caballero un « socialenchufista » au comportement erratique et irresponsable. L’auteur ne cède pas pour autant à la tentation d’entrer en empathie avec le personnage, ni d’en offrir à tout prix une vision homogène. Fin connaisseur du socialisme ibérique, et particulièrement de son aile caballerista, comme le montre son travail sur Araquistáin, l’auteur aborde ces sujets, et le genre biographique en général, avec aisance. Preston, à nouveau, affirme qu’une biographie doit, pour être réussie, conjuguer l’investigation avec une plume alerte : ces deux conditions sont ici parfaitement réunies.

5Cet ouvrage laisse cependant quelques zones d’ombre. On pourrait, non sans raison, regretter que tel aspect du personnage ou de son rôle dans tel épisode de l’histoire espagnole du début du xxe siècle ne fasse pas l’objet d’une analyse plus détaillée. C’est le cas, par exemple, de certains événements essentiels de cette période comme, en pleine guerre civile, la formation et les débuts du « Gouvernement de la Victoire » que Largo Caballero a présidé, comme son rôle à la tête du ministère de la Guerre ou, encore, le moment crucial de « la solitude de la République » – selon l’expression d’Ángel Viñas – et de l’aide soviétique. De même, on pourrait être surpris que, en dépit de sa dimension politique, le rôle de Largo Caballero soit davantage étudié dans le cadre de la mouvance socialiste que dans celui des plus hautes sphères de l’État. Il est significatif que, sur les dix personnes les plus citées, seules deux d’entre elles (Azaña et Alcalá Zamora) n’appartiennent pas à l’UGT ou au PSOE. Enfin, d’aucuns jugeront que l’auteur fait la part belle au politique au détriment de la dimension sociale, très bien analysée, il y a quelques années, par Álvarez Junco dans sa monumentale monographie – et non biographie – consacrée à Lerroux.

6Ces critiques sont néanmoins inévitables dans une enquête de ce type, car on ne saurait approfondir tous les événements et les moments historiques d’une vie publique aussi longue. Au demeurant, les choix de l’auteur semblent légitimes : équilibrer l’attention accordée aux différentes étapes du parcours, sans doute pour ne pas privilégier les plus remarquables – et mille fois déjà rapportées : 1934, 1936… – au détriment d’autres, moins connues. Pour la même raison, on ne saurait attendre d’un ouvrage comme celui-ci, à vocation de synthèse biographique et sans appareil critique, qu’il analyse toutes les facettes du personnage et de son contexte historique. C’est d’ailleurs là que réside probablement la plus grande vertu de ce livre. Sans doute n’apporte-t-il pas de grandes nouveautés aux spécialistes mais, outre quelques avancées et hypothèses nouvelles, son principal mérite est de proposer un tableau d’ensemble de la longue carrière du personnage ; d’organiser et de structurer de manière irréprochable la considérable quantité d’informations disponible sur celui-ci ; de la présenter de manière alerte et synthétique, mais sans tomber dans la simplification à outrance, afin qu’elle soit accessible à un large public ; de rechercher, une fois encore, une position équilibrée – et non équidistante – entre des visions opposées et entre les différents Largo Caballero.

7Nous pouvons à présent répondre à l’interrogation initiale sur le présumé « Lénine espagnol ». Ce slogan, diffusé et exploité par l’appareil de propagande du PSOE lors de la campagne électorale de 1933, était une demi-vérité. Il symbolisait une incontestable dérive maximaliste qui eut de graves conséquences sur la stabilité politique de la République. Mais, le Caballero de ce tournant « bolchevique », qui dura à peine trois ans et demi, apparaît aussi bien en rupture avec son parcours politique antérieur qu’avec le Largo Caballero postérieur. Bien entendu, il faudrait dès lors s’interroger sur ce qui fut à l’origine de cette surprenante « parenthèse ». Toute tentative de réponse nous conduirait trop loin. L’auteur propose cependant une direction de recherche stimulante lorsqu’il suggère que ce fut la bolchevisation du socialisme, à partir de 1933, qui créa la nécessité d’un Lénine espagnol et non l’inverse. Cela montre, sans qu’il le dise explicitement, que Juan F. Fuentes prend en compte un principe de l’histoire sociale souvent ignoré dans les biographies et les ouvrages d’histoire politique : les actions des dirigeants et des élites politiques répondent aux pressions, aux protestations, aux demandes et aux représentations des acteurs collectifs desquels ils tirent leur légitimité. Ils ne peuvent uniquement avoir avec ces derniers des rapports de domination ou de manipulation ; ils entretiennent avec eux, au contraire, un dialogue et un échange dialectique complexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Luis Ledesma Vera, « Juan Francisco Fuentes, Largo Caballero. El Lenin español », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 260-262.

Référence électronique

José Luis Ledesma Vera, « Juan Francisco Fuentes, Largo Caballero. El Lenin español », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/1934

Haut de page

Auteur

José Luis Ledesma Vera

Universidad de Zaragoza

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org