Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ángel Viñas, La soledad de la República. El abandono de las democracias y el viraje hacia la Unión Soviética y El escudo de la República. El oro de España, la apuesta soviética y los hechos de mayo de 1937

Eduardo González Calleja
p. 263-267
Référence(s) :

Ángel Viñas, La soledad de la República. El abandono de las democracias y el viraje hacia la Unión Soviética, Barcelona, Crítica, 2006, 551 p.

Ángel Viñas, El escudo de la República. El oro de España, la apuesta soviética y los hechos de mayo de 1937, Barcelona, Crítica, 2007, 734 p.

Texte intégral

1Le professeur Ángel Viñas, auteur de quelques-unes des études les plus documentées et les plus stimulantes sur la guerre civile espagnole, a entrepris d’écrire une ambitieuse trilogie sur la dimension internationale du conflit du point de vue du gouvernement républicain, trilogie qu’il prévoit d’achever l’année prochaine. Les deux premiers volets, qui analysent l’abandon de la République par les puissances démocratiques et la décision du gouvernement de Madrid de s’appuyer sur l’Union Soviétique, insistent sur les raisons financières de ce choix, dicté par un contexte extérieur défavorable. En fin connaisseur du sujet, et sur la base de sa longue expérience des coulisses de la diplomatie et de la haute administration internationale, l’auteur resitue cette décision dans son contexte historique. Quoique plus éphémère, ce virage fut aussi décisif que ceux de Franco en 1936 et en 1953, ou encore ceux des gouvernements démocratiques en 1982 et en 1986.

2Dans le premier volume, la description des vicissitudes de la diplomatie entre juillet et novembre 1936, et même si la profusion des détails nuit parfois à la vision d’ensemble, nous permet d’apprécier la relation dialectique entre l’agressivité immédiate des puissances fascistes, le retrait tout aussi immédiat des démocraties occidentales obnubilées par la paix et la décision prudente des Soviétiques de soutenir la République en lui fournissant des armes. Stratégiquement et tactiquement affaibli par l’accord intergouvernemental de non-intervention (qu’Augusto Barcia considère comme « l’épouvantable monstre créé par une diplomatie maladroite et timorée qui, par sa myopie politique, a creusé sa propre tombe »), le gouvernement tenta de résister militairement à l’avancée rebelle en mobilisant ses abondantes réserves financières, les quatrièmes du monde à l’époque. Le contexte international hostile, la disponibilité en or et le besoin urgent d’armes sont les trois éléments qui permettent de comprendre le virage de la République en direction de l’URSS.

3L’acharnement de Viñas à faire progresser la connaissance historique par la recherche inlassable de documents dans les archives républicaines, françaises, britanniques et russes (la critique systématique des sources est passionnante pour le spécialiste, même si elle ralentit la lecture) détruit définitivement certains mythes, comme celui d’une aide nazi-fasciste justifiée par la menace, en fait inexistante, d’une intervention soviétique. De fait, Ángel Viñas et Helmut Heiberg ont montré de manière décisive que l’envoi de la Légion Condor ne fut pas une réaction au soutien soviétique, mais qu’il s’agissait d’accélérer l’effondrement républicain et de rendre ainsi l’aide soviétique inutile.

4Dans les premières semaines qui suivirent le coup d’État, l’asymétrie initiale entre l’engagement des puissances étrangères se renforça : le jour même où l’Allemagne signa l’accord de non-intervention (le 24 août) Hitler décréta qu’il fallait intensifier, dans la mesure du possible, le soutien à Franco. Constatant que le gouvernement britannique craignait l’établissement d’un régime communiste et que les principaux organes directeurs de l’État français se livraient à des manœuvres dilatoires, le gouvernement républicain prit la décision désespérée d’appeler à l’aide l’URSS. Viñas décrit cet enchaînement presque heure par heure, confrontant la vision du ministère des Affaires étrangères soviétique avec celle du Komintern. On perçoit les hésitations des Russes (la crainte d’accélérer un affrontement avec le Reich, mais aussi qu’une victoire du fascisme en Espagne ne mette en danger le Front populaire français) et, notamment, la réaction prudente de Staline, qui ne décida de fournir une aide directe à la République qu’en septembre 1936, lorsqu’il devint évident que l’Allemagne et l’Italie ne respectaient pas le pacte de non-intervention. À partir de ce moment là, le glissement de l’URSS vers l’intervention ne se fit que graduellement et par le biais de la reconnaissance diplomatique, de l’envoi d’armes et de l’organisation des brigades internationales. Il est incontestable que, à l’automne 1936, Staline sauva la République de l’effondrement, exactement comme, l’été précédent, Hitler et Mussolini avaient évité l’écrasement des putschistes. De même, on ne peut nier que la République a pu poursuivre les combats grâce à l’aide soviétique et grâce à la mobilisation de ses ressources financières. Le récit, particulièrement détaillé, de l’envoi des réserves d’or en Union Soviétique réfute quelques vieux lieux communs, tel que le caractère illégal ou maladroit de ce transfert, taxé par certains auteurs de décision extraparlementaire, prise en marge du gouvernement ou sous la pression des Soviétiques. Rien n’est plus faux : après avoir minutieusement analysé tout le processus, Viñas balaye les fables divulguées par des renégats soviétiques comme Krivitsky ou Orlov, et reprises à satiété depuis quarante ans par des historiens aveuglés par leur anticommunisme, tels que Bolloten, Radosh, Payne ou Bennassar, qui défendent aujourd’hui encore la vieille théorie du « vol » de l’or par Staline. Après avoir examiné toutes les possibilités, Viñas montre que l’envoi des réserves d’or en URSS fut la meilleure solution, compte tenu du contexte international défavorable et des contraintes exceptionnelles d’une économie de guerre. Il soutient que tout autre décision aurait accéléré la défaite. Moscou fut, sans aucun doute, le choix le moins mauvais, même si la République tenta de diversifier les paiements en passant par Londres, et cela malgré l’« hostilité sous-jacente » du gouvernement britannique qui, à son avis, alla au-delà de la « neutralité malveillante » décrite par Moradiellos. Le sabotage permanent des opérations républicaines par des organismes financiers comme la Midland Bank est un bon exemple du harcèlement bancaire que subissait la République.

5La dynamique internationale, qui détermina l’issue du conflit, commença à se dessiner fin septembre 1936. En accord avec des auteurs tels que Miralles ou Moradiellos, Viñas réhabilite la figure du docteur Juan Negrín, ministre des Finances, qui joua un rôle essentiel dans l’économie de guerre. C’est lui qui imposa la mainmise de l’État sur l’or et les devises des particuliers et des banques, ainsi que sur les actifs convertibles en devises. C’est lui également qui rétablit l’autorité financière de l’État, en particulier sur les douanes et le commerce extérieur, permettant ainsi à la République d’affronter la prolongation de la guerre.

6Dans le deuxième volume Viñas analyse l’évolution de ce qui a constitué la principale arme de la République : les réserves d’or qui lui permirent, grâce à l’aide soviétique, de s’approvisionner à l’extérieur et de poursuivre son effort de guerre. L’appui de l’URSS accrut l’influence du PCE et provoqua le retrait des puissances démocratiques. Lorsque les deux camps envisagèrent l’éventualité d’une guerre longue, la République dut faire face à quatre défis essentiels pour sa survie. Le premier était d’assurer les paiements grâce aux réserves d’or déposées à Moscou et ce par le biais de la création d’un réseau financier (le BCEN) destiné au commerce franco-soviétique et lié à la Banque extérieure et à la compagnie France Navigation. Cependant, ce système s’avéra lent, coûteux, fragile, perméable et favorisant la corruption. En second lieu, la priorité fut donnée à la réception des approvisionnements soviétiques. Jusqu’en février 1937, la comparaison des livraisons reçues par les deux camps fut très défavorable à la République (250 avions contre 472 et 166 tanks contre 224) et, dès l’été, la lutte pour l’approvisionnement fut définitivement gagnée par Franco. Viñas tente de réfuter la thèse de Gerald Howson selon laquelle la République aurait été spoliée par les Soviétiques du fait de la surévaluation des taux de change. Selon lui, Moscou devait importer à des taux fixes une partie des composantes (des moteurs par exemple) destinées à son propre matériel de guerre. Cette contrainte alourdissait les coûts de revient et, par répercussion, elle se traduisait par une envolée des taux de change avec la République, cette dernière ayant au demeurant accepté, après de difficiles négociations, les prix soviétiques dès le gouvernement de Largo Caballero. Enfin, il faut noter que l’URSS continua d’envoyer des armes aux républicains bien qu’elle n’eut pas atteint les objectifs de production de son plan quinquennal.

7Le troisième défi que la République devait relever pour assurer sa survie, était la mise en place d’une économie adaptée à l’effort de guerre. Le gouvernement républicain tenta de rationaliser la production en créant le Commissariat à l’armement et aux munitions (CAM), mais il fut confronté à des dissensions politiques et à la fragmentation de la production dans le cadre, notamment, de la reconversion de l’industrie de la Catalogne, où même le consul russe Antonov-Ovseenko prit le parti du localisme narcissiste dominant dans les cercles proches de la CNT et de la Generalitat. Il ne fait aucun doute que les controverses internes dans le contexte pluraliste de la République eurent un effet négatif sur la mise en place de l’industrie de guerre, alors que le camp rebelle s’orientait résolument vers le monolithisme militaire et politique. Ces tendances opposées (désagrégation vs. unification) finirent par éclater au grand jour lors des événements d’avril-mai 1937 à Salamanque et à Barcelone.

8Le quatrième défi (l’unification et l’encadrement des forces politiques) fut le plus redoutable et celui qui, à long terme, mina la résistance militaire. Viñas consacre une grande partie du deuxième volume à évaluer le poids et la finalité de la présence soviétique en Espagne, analysant les grandes « affaires » de cette période comme le massacre de Paracuellos (qui fit basculer définitivement la Grande Bretagne dans une hostilité quasi raciste à l’égard de la République) et l’assassinat d’Andreu Nin, la responsabilité soviétique étant incontestable dans les deux cas. Cependant, dans l’intéressant chapitre consacré à la vision que les agents étrangers avaient de l’évolution de la guerre, il ressort que l’ingérence la plus importante fut celle des puissances fascistes dans les affaires internes du camp rebelle. En effet, l’URSS ne cherchait ni ne souhaitait la satellisation de l’Espagne républicaine : Staline condamna la tactique défensive de la République, le défaitisme et le « cantonalisme » de la CNT, mais il conseilla le maintien du régime démocratique et parlementaire et le rapprochement avec les démocraties occidentales (un contrepoids que Negrín chercha vainement). Staline jugeait, en effet, que l’Espagne, comme la Chine, n’était pas mûre pour une révolution prolétarienne.

9La thèse d’une conspiration communiste pour renverser le gouvernement de Largo Caballero et pour favoriser l’ascension d’une « marionnette stalinienne » comme Negrín est devenue un problème majeur de l’histoire de la République et elle continue, aujourd’hui encore, à faire l’objet de polémiques. D’un côté, des anticommunistes comme Bolloten et ses épigones (en particulier Radosh et ses collaborateurs, sévèrement critiqués pour les lacunes de leur documentation et pour l’insuffisante contextualisation des faits, deux défauts  qui sapent la thèse du complot qu’ils prétendaient défendre) ont interprété la crise de mai comme l’aboutissement d’une manœuvre communiste visant à nommer Negrín. D’autres auteurs comme Graham, Miralles ou Viñas lui-même proposent une analyse plus complexe et interprètent cette affaire comme la conclusion d’une longue crise politique. Celle-ci, aggravée par les défaites militaires à Malaga et dans le nord du pays, s’est ensuite accélérée avec le mouvement insurrectionnel (et non la guerre civile) de mai à Barcelone, et elle a fini par éclater, non du fait des manigances de Moscou ou du PCE (qui avait accepté le maintien de Largo Caballero à la tête du Cabinet), mais en raison de l’incompétence politique et militaire du chef du gouvernement. Appliquant ici la méthode critique et l’art de la polémique qui ont fait la réputation de Southworth, Viñas analyse en détail la crise qui conduisit à la démission du vieux leader syndical, critiquant sa faiblesse politique, sa tendance à personnaliser le pouvoir, son manque de compétence militaire et l’erreur stratégique consistant à vouloir contrôler seul – prétention inacceptable – la politique de guerre. Au final, il apparaît que, par-delà les petites et les grandes intrigues dans lesquelles le PCE n’a pas nécessairement joué un rôle central, Azaña nomma Negrín parce c’était la seule alternative possible compte tenu du rapport de forces au sein du PSOE et parce que c’était la solution la plus cohérente pour mettre fin à une crise dont l’enjeu était de savoir qui dirigerait dorénavant l’effort de guerre et de quelle manière. Les conclusions de Viñas s’accordent donc dans leurs grandes lignes avec le diagnostic d’Azaña, qui affirmait que la guerre avait été perdue en raison de quatre facteurs d’importance décroissante : l’abstention des démocraties, l’ingérence de l’Axe, les divisions au sein du camp républicain, et la force militaire et politique du camp franquiste.

10Tel est, à ce jour, l’état de la recherche de Viñas et de son entreprise salutaire pour rétablir, sur la base des documents existants, une vérité historique nécessairement complexe et provisoire. Ce travail tranche avec la désinvolture des grands simplificateurs médiatiques, antirépublicains et néo-franquistes comme César Vidal, dont la « méthode » truffée de falsifications et de manipulations fait ici l’objet d’un réquisitoire implacable qui n’épargne pas ses très douteuses prétentions universitaires. Contrairement à ce dernier et à d’autres auteurs, prisonniers d’une interprétation autiste du conflit conditionnée par des querelles politiques intestines, Viñas démontre que la guerre civile ne peut être comprise sans une référence constante au contexte européen, dans lequel un gouvernement légal, soutien fidèle de la SDN et reconnu par la communauté internationale, fut privé de la possibilité d’exercer son droit à la légitime défense. Le grand défi de la République fut d’improviser une armée, de restaurer l’État, de définir et de mettre en œuvre une politique intérieure et extérieure adaptées aux circonstances les plus extrêmes. N’en déplaise aux panégyristes – déclarés ou non – de la dictature franquiste, les hommes de la République ont rempli leur devoir historique de résister jusqu’au bout car, comme le dit Orwell, « la façon la plus rapide de finir une guerre, c’est de la perdre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Ángel Viñas, La soledad de la República. El abandono de las democracias y el viraje hacia la Unión Soviética y El escudo de la República. El oro de España, la apuesta soviética y los hechos de mayo de 1937 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 263-267.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Ángel Viñas, La soledad de la República. El abandono de las democracias y el viraje hacia la Unión Soviética y El escudo de la República. El oro de España, la apuesta soviética y los hechos de mayo de 1937 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/1937

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

Universidad Carlos III de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org