Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Pablo Martín Aceña y Elena Martínez Ruiz (eds.), La economía de la Guerra Civil, 1936-1939, Madrid, Marcial Pons, 2006, 519 pages

Eduardo González Calleja
p. 267-269
Référence(s) :

Pablo Martín Aceña y Elena Martínez Ruiz (eds.), La economía de la Guerra Civil, 1936-1939, Madrid, Marcial Pons, 2006, 519 p.

Texte intégral

1Depuis les années 1970, l’histoire économique de la guerre civile a progressé grâce, entre autres, aux monographies de Bricall sur la politique économique de la Generalitat, de Malefakis sur la réforme agraire, ou de Palafox, Sánchez Asiaín et Viñas sur les finances et le commerce extérieur. Il manquait toutefois une synthèse qui compare, secteur par secteur, l’évolution de l’économie de guerre dans les deux camps. Cette lacune est heureusement comblée par l’ouvrage dirigé par Martín Aceña et Martínez Ruiz, dont les différents chapitres offrent un excellent état de la question et présentent, sans excès statistique, l’information quantitative disponible à ce jour.

2Martín Aceña ouvre cet ouvrage par une étude comparative des coûts de la guerre d’Espagne et des guerres civiles nord-américaine, russe et mexicaine. Son analyse d’ensemble de la crise des années 1930 confronte, par une approche contrefactuelle, le PIB de 1950 avec celui qui aurait été atteint en cas de défaite du camp rebelle. Il apparaît ainsi que l’économie espagnole a mis quinze ans à atteindre le niveau qu’elle aurait eu sans le traumatisme de la guerre civile, un retard encore accentué par l’autarcie et l’émigration de l’après-guerre.

3L’étude démographique de José Antonio Ortega et Javier Silvestre n’aborde pas l’âpre débat, qui se poursuit aujourd’hui encore, sur la répression dans les deux camps, elle se limite à constater les effets des déplacements de populations sur la nouvelle répartition des ressources. Adoptant l’approche comparative qui caractérise l’ensemble de l’ouvrage, les auteurs concluent que la guerre civile a eu un impact démographique plus important que les guerres mondiales en France ou en Italie : les trois quarts de la surmortalité estimée (540 000 personnes environ) correspondent à des hommes, principalement du côté des vaincus.

4Martínez Ruiz analyse très bien l’évolution et le rôle de l’agriculture dans l’économie de guerre, en particulier dans les domaines-clés de l’approvisionnement et de l’utilisation des excédents destinés à l’exportation. Elle explique pourquoi la production agricole dans la zone rebelle fut supérieure à celle de la zone républicaine. On constate que, dans la zone contrôlée par le gouvernement, les provinces où prédominaient les exploitations individuelles et celles qui avaient entrepris la collectivisation eurent une production et des rendements similaires. Cela vaut aussi pour l’industrie où, comme le remarque Jordi Catalán, le contrôle des usines catalanes par les ouvriers ne les rendit pas moins productives que les usines de Vizcaya qui continuaient à appartenir à des patrons. Une fois le Nord tombé aux mains des rebelles, le fait de disposer d’inputs pour l’industrie constitua un point d’inflexion et un des éléments décisifs de la victoire du camp franquiste. En effet, celui-ci put alors capitaliser les bénéfices d’une plus grande cohésion institutionnelle et d’une meilleure affectation des facteurs de production, entièrement au service de la victoire militaire, dans un contexte marqué par l’autarcie et les multiples commissions (dont l’origine remontait à l’époque de Primo de Rivera) chargées de réglementer la production.

5Les problèmes posés par l’organisation économique en temps de guerre furent particulièrement évidents dans les transports, un sujet abordé par Francisco Cayón García et Miguel Muñoz Rubio. Dans le domaine, relativement bien connu, des relations économiques internationales, Martínez Ruiz traite de la politique commerciale et monétaire, analysant l’action des deux gouvernements et leurs relations avec des pays-clés comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’URSS. La capacité de paiement de la République dépendait de la possibilité de mobiliser les réserves d’or de la Banque d’Espagne, qui fut nationalisée subrepticement et sans aucune compensation pour les actionnaires privés. L’effondrement de l’administration républicaine, la division par secteurs des exportations et les réticences des principaux partenaires commerciaux du pays rendirent difficiles les relations économiques avec l’extérieur, malgré l’effort de rationalisation entrepris par Negrín, avec, notamment, la création de commissions réglementant les exportations et la participation des sociétés commerciales reconnues et rompues aux négociations, comme CAMPSA-Gentibus. Pourtant, le bilan fut négatif car, sans tenir compte du volet essentiel de l’armement, les importations diminuèrent de 40 % et les exportations de plus de 50 %. Incontestablement, la zone rebelle bénéficia d’un meilleur traitement sur le plan international : son commerce fut centralisé grâce à des systèmes qui évitaient le recours aux devises, tels que les compensations ou l’expédition de produits vers les puissances fascistes ; ce fut le cas, par exemple, du mécanisme compensatoire Hisma-Rowak mis en place par l’Allemagne nazie.

6La deuxième partie de l’ouvrage traite des questions financières. Miguel Martorell étudie la circulation monétaire dans les deux zones. En septembre 1936, avant même que les réserves d’or ne se volatilisent, la peseta républicaine était la devise européenne la plus dévaluée. Le marasme monétaire du camp républicain se traduisit ainsi par la disparition des pièces de monnaie thésaurisées par les particuliers et par la prolifération des émissions locales, qui contribuèrent à l’effondrement du cours international de la peseta. De son côté, la zone franquiste assuma de manière très sélective les obligations monétaires de la République grâce à la loi sur le Blocage d’octobre 1938, tandis que celle sur le Déblocage de décembre 1939, assimilée par le législateur aux lois sur l’épuration et sur les responsabilités politiques, établit d’évidentes discriminations en fonction de l’appartenance politique des créanciers et des titulaires de comptes bancaires.

7María Ángeles Pons, qui analyse les finances publiques et le financement de la guerre dans les deux camps, décrit l’évolution des dépenses budgétaires et la recherche de fonds et de recettes extraordinaires. Le bilan montre que les encaissements du gouvernement de Burgos au titre de l’aide extérieure et des prêts négociés ont été équivalents à la somme encaissée par les autorités républicaines grâce à la vente de l’or de la Banque d’Espagne, soit environ sept cent millions de pesetas.

8L’évolution du secteur financier privé fut marquée, selon Martín Aceña, par l’interventionnisme de l’État dans les banques et les caisses d’épargne. Le démantèlement du Conseil général de la Banque d’Espagne fut l’un des symboles les plus marquants des fractures causées par la guerre civile dans l’économie nationale : les deux entités émettrices (républicaine et rebelle) agirent exclusivement au service du Trésor public et elles fournirent à leur gouvernement respectif les ressources financières nécessaires à l’effort guerre.

9Eugenio Torres Villanueva analyse le rôle des entrepreneurs à partir des choix politiques des patrons les plus importants, notamment du très polémique Juan March. Lina Gálvez Muñoz montre que, alors que le patronat jouissait d’une relative liberté, en particulier dans la zone rebelle, l’interventionnisme des autorités sur le marché du travail s’est renforcé pendant le conflit. L’autonomie des ouvriers et les progrès de la législation républicaine du travail tranchent avec la répression impitoyable du prolétariat dans la zone rebelle, où l’interdiction des activités politiques et syndicales fut la première mesure en vue d’imposer au monde du travail une structure corporative.

10En somme, outre des facteurs comme l’instabilité politique et militaire, il ne fait aucun doute que les dirigeants rebelles ont fait preuve d’une plus grande efficacité que les dirigeants républicains pour construire un État capable d’encadrer l’effort de guerre. Telle est sans doute la conclusion majeure d’un ouvrage qui, bien que collectif, offre une vision cohérente de cette dimension essentielle de la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Pablo Martín Aceña y Elena Martínez Ruiz (eds.), La economía de la Guerra Civil, 1936-1939, Madrid, Marcial Pons, 2006, 519 pages », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 267-269.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Pablo Martín Aceña y Elena Martínez Ruiz (eds.), La economía de la Guerra Civil, 1936-1939, Madrid, Marcial Pons, 2006, 519 pages », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 21 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/1939

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

Universidad Carlos III de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org