Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Enrique Moradiellos, Negrín. Una biografía de la figura más difamada de la España del siglo xx

Sandra Souto Kustrín
p. 269-272
Référence(s) :

Enrique Moradiellos, Negrín. Una biografía de la figura más difamada de la España del siglo xx, Barcelona, Península, 2006, 651 p.

Texte intégral

1Le 75e anniversaire de la proclamation de la Seconde République et le 70e anniversaire du début de la guerre civile sont aujourd’hui l’occasion de réhabiliter la figure de Negrín, « le personnage le plus diffamé de l’Espagne du xxe siècle » comme la jaquette de cet ouvrage l’affirme. Juan Negrín (1892-1956), dernier président du gouvernement républicain mais aussi éminent physiologiste et archétype de l’intellectuel ouvert sur l’Europe, est celui qui « incarna le mieux l’effort de guerre des vaincus » (p. 13) et, sans doute pour cela, il fit l’objet de nombreuses critiques – souvent injustes – formulées tant par les vainqueurs que par les républicains, divisés et opposés à l’issue de la guerre. Or, comme le souligne le professeur Enrique Moradiellos, ces critiques ont perduré jusqu’à nos jours.

2Le processus de réhabilitation historique de Juan Negrín a commencé depuis quelques années, grâce, par exemple, à l’ouvrage de Manuel Tuñón de Lara, Ricardo Miralles et Bonifacio N. Díaz Chico, Juan Negrín López. El hombre necesario, Las Palmas, 1996. Avant même cette publication, des hispanistes anglais avaient entrepris de réévaluer, dans une étude détaillée, son rôle à la tête du gouvernement (Helen Graham, « El partido socialista en el poder y el gobierno de Juan Negrín », dans Santos Juliá (coord.), Socialismo y Guerra Civil, Madrid, 1987, pp. 347-380).

3À l’occasion des commémorations, plusieurs ouvrages ont réexaminé le rôle politique de Juan Negrín : de la biographie du professeur Ricardo Miralles (Juan Negrín. La República en Guerra, Madrid, 2003) au catalogue de la récente exposition qui lui a été consacrée (Juan Negrín. Médico y Jefe de Gobierno, 1892-1956, Madrid, 2006), en passant par l’édition espagnole de La république espagnole en guerre, 1936-1939, de Helen Graham, un des ouvrages qui analyse le plus précisément la politique des gouvernements de Negrín (La República española en guerra, 1936-1939, Madrid, 2006, traduction de l’édition anglaise de 2002).

4Dans ce courant historiographique qui vise à réhabiliter Juan Negrín, vient s’inscrire le présent ouvrage d’Enrique Moradiellos, professeur de l’université d’Estrémadure et auteur de nombreux travaux sur la guerre civile et le franquisme. L’auteur ne se limite pas à la facette politique de la vie de Negrín, il nous propose une biographie complète et détaillée qui prend en compte sa vie privée, sa vie publique, sa vie professionnelle et politique, et ce de sa naissance à sa mort en exil. Commençant par l’enfance de Negrín, Moradiellos traite de son origine familiale et de son éducation à Las Palmas de Gran Canaria. Ensuite, il aborde les études de Negrín en Allemagne et les relations qu’il noue là-bas ; son retour en Espagne ; son action comme directeur du nouveau Laboratoire de physiologie générale de la « Junta de Ampliación de Estudios » ; son rôle dans la création d’une école espagnole de physiologie ; sa nomination en 1922 comme professeur de physiologie humaine à l’Université centrale de Madrid ; son mariage ; la naissance de ses enfants et la relation avec celle qui deviendra sa compagne pendant toute sa vie, Feli López.

5Selon l’auteur, « le changement d’attitude de Negrín envers la politique a été déterminé par le coup d’État » du général Primo de Rivera en 1923 (p. 93). À partir de ce moment là, Negrín glissa irrémédiablement du monde universitaire vers l’engagement dans la vie politique, après une période, au milieu des années 1920, de « succès universitaires et administratifs » (p. 99). Ainsi, en 1926, il fait « son entrée en politique » en signant le manifeste fondateur de l’Alliance républicaine. En 1929, il entre au PSOE et il connaît son « baptême politique sous la Seconde République » (chap. III). Il arrive enfin aux « plus hautes responsabilités pendant la guerre civile », titre du quatrième chapitre, le plus long du livre (pp. 165- 457).

6L’analyse conjointe de l’histoire de la guerre civile, du rôle politique de Negrín et de son « histoire personnelle », ainsi que le recours à de nombreuses archives – dont certaines peu utilisées jusqu’ici, comme les archives privées de sa résidence parisienne et celles qui sont déposées à la Fundación Canaria Juan Negrín – nous révèlent des éléments éclairants et peu connus sur sa personnalité et son activité politique. Ces pages démontrent que le but principal de sa stratégie de résistance, notamment pendant les derniers mois de la guerre, était d’éviter des représailles et de garantir l’évacuation des personnes en danger (p. 447). De même, Moradiellios démontre que les buts de guerre en « Treize Points » n’étaient à l’origine que neuf et que les points supplémentaires (8, 9, 10 et 11) ont sans doute été suggérés par le PCE (p. 360). L’auteur traite également de l’incorporation de l’un de ses fils dans l’armée républicaine (p. 362) ; de la façon dont il s’est occupé, jusqu’à sa mort, de sa mère et de ses frères ; des attentats dont il a été victime pendant la guerre (pp. 383-384) ; de son souci que les archives du gouvernement républicain quittent l’Espagne ou, du moins, que du « matériel sensible » susceptible d’aider la répression ne tombe pas aux mains des franquistes (p. 414) – il a d’ailleurs, jusqu’à la fin de sa vie, mis un soin particulier à témoigner de l’action du gouvernement républicain et à mettre à l’abri ses archives. La connaissance approfondie des fonds des ministères des Affaires étrangères de plusieurs pays européens et, notamment, du Foreign Office britannique – connaissance dont il a déjà apporté la preuve dans des travaux antérieurs – permet au professeur Moradiellos d’étudier les arcanes des relations internationales à la fin de la guerre (pp. 423 et sqq.).

7Les chapitres consacrés à l’exil sont très intéressants et plus novateurs. Le cinquième, intitulé « Entre pessimisme et espoir pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945) », analyse la période qui va de la fin de la guerre civile à la démission de Negrín du poste de chef du gouvernement, lors de la réunion des Cortès républicaines en août 1945. Le sixième et dernier chapitre, « Une retraite forcée et prématurée (1946-1956) », aborde les dernières années de Negrín marquées par un retrait graduel et partiel de la vie politique.

8Ces pages soulignent que Negrín se souciait du sort des exilés républicains et qu’il est intervenu en leur faveur. Elles étudient aussi la gestion des fonds républicains dont il disposait et sur lesquels il a laissé des informations très précises conservées dans ses archives ; son intense activité diplomatique pendant la seconde guerre mondiale pour tenter de placer la cause de la République sur la scène internationale et de rétablir la « légitimité » interne des institutions républicaines ; les centres culturels mis en place par Negrín à Londres (pp. 523 et sqq.) ; ses voyages aux États-Unis et au Mexique en 1945 (décrits en détail grâce aux rapports de filature du FBI) au moment de la division « fatale » du camp républicain en exil (p. 488) pendant les périodes-clés de la seconde guerre mondiale et de l’après-guerre. Si, en juin 1938, Negrín avait stigmatisé à Barcelone le « bourbier politique », il ne fut pas plus tendre envers les divisions des républicains dans son intervention de Londres, en juillet 1941, (p. 530) : « les morts et nos camarades enfermés dans les camps de concentration et les prisons en Espagne et en France ne pourraient comprendre ni pardonner l’outrage et la honte qui consisteraient à gaspiller nos précieuses forces en magouilles de basse politique et en règlements de compte personnels ».

9Cependant, sa santé délicate, le début de la guerre froide et la reconnaissance officielle par la nouvelle Internationale socialiste du « PSOE unifié » d’Indalecio Prieto et de Rodolfo Llopis, au détriment du parti de Ramón Lamoneda et de Negrín, renforcèrent en 1947 sa décision d’abandonner la politique (p. 589). Il consacra les dernières années de sa vie à ses petits-enfants, Carmen et Juan. Il apporta cependant à nouveau la preuve de son indépendance d’esprit lorsqu’il défendit la participation de l’Espagne au Plan Marshall, contrairement à presque tous les exilés républicains, parce que « son exclusion aurait pour seule conséquence d’augmenter la souffrance du peuple espagnol » et qu’il ne fallait pas « rêver de restaurer la République par la faim et l’appauvrissement de l’Espagne » (p. 590) ; ou lorsqu’il décida de remettre au gouvernement franquiste les documents concernant l’envoi de l’or de la Banque d’Espagne à Moscou pour faire taire les rumeurs infondées émanant de nombreux secteurs républicains et du gouvernement franquiste lui-même. Peine perdue puisque ce geste ne permit pas de réduire au silence les menteurs. Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement franquiste accepta les documents, mais ne les rendit pas publics. Il faudra attendre l’importante étude d’Ángel Viñas (El oro de Moscú. Alfa y Omega de un mito franquista, Barcelona, 1979) pour que leur contenu soit connu.

10La lecture de cette biographie détaillée nous conduit à souscrire à l’affirmation finale du professeur Enrique Moradiellos : « quelles qu’aient été ses erreurs politiques ou ses défaillances personnelles […], Juan Negrín López fut l’un des meilleurs Espagnols issus de ces générations de la première moitié du xxe siècle ». Cet ouvrage nous pousse aussi à tenir pour « une injustice historique flagrante que son souvenir et sa mémoire soient tombés dans le silence et l’oubli, si ce n’est la calomnie et l’opprobre » (p. 612). Une injustice, un oubli et un silence que l’historiographie sur la guerre civile semble en passe de réparer, confirmant ainsi prédiction de la notice nécrologique publiée par le New York Times en novembre 1956 : « Il faudra longtemps pour que la figure de Juan Negrín apparaisse dans l’histoire sous son vrai jour ». Mais « Negrín n’a jamais rien eu à craindre du jugement de l’histoire » (p. 610).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Souto Kustrín, « Enrique Moradiellos, Negrín. Una biografía de la figura más difamada de la España del siglo xx », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 269-272.

Référence électronique

Sandra Souto Kustrín, « Enrique Moradiellos, Negrín. Una biografía de la figura más difamada de la España del siglo xx », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/1942

Haut de page

Auteur

Sandra Souto Kustrín

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org